'Uthmân b. Sa'id

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher
مرقد عثمان بن سعید.jpg

Uthmân b. Sa'id (en arabe : عثمان بن سعيد العمري), (mort éventuellement avant 267h./880 a.c.), fut le premier N'aib Khâs (représentant) l'Imam al-Mahdi (a). Il était un des compagnon très proche de quarte Imams à savoir l'Imam Jawad, l'Imam Hâdi, l'Imam Hasan al-'Askari et l'Imam al-Mahdi. Il a été nommé comme Na'ib al-Khâs (le représentant officiel) à partir du commencement de l'imamat de l'Imam Caché, par lui-même.

'Uthmân b. Sa'id, pratiqué résolument la taqiya (la dissimulation pieuse), et donc il pratiqué le rôle du vendeur de l'huile afin de dissimuler sa responsabilité religieuse et d'épargner ainsi de surveillance du gouvernement. Ce fut pour cette raison qu'on le connaissait sous le nom de Samman (vendeur de l'huile)[1].

Son noms et ses titres

Son nom fut "'Uthmân b. Sa'id", et son titre "Abu 'Amru", il était connu sous les noms de "al-'Umari", "Samman", et "'Askari"[2].

Il faisait l'intermédiaire entre les chiites, qui lui confiaient leurs messages et biens adressés à l'Imam Caché, et lui, qui les transmettait à l'Imam.

Un court récit de sa vie

Il n'y pas beaucoup d'informations historiques sur la date de la naissance, la jeunesse et le lieu de la vie de 'Uthman. Mais il rapporté qu'il devenu servant de l'Imam Jawad à l'âge de 11 ans, il lui a prouvé sa loyauté, et l'Imam lui a confié alors beaucoup de missions importantes[3]. Dans beaucoup de récits on a appuyé sur la confiance de l'Imam Impeccable en lui[4].

Il a continué après l'Imam Jawad, d'être au service de son fils, l'Imam Hâdi, et puis l'Imam Hasan al-'Askari. Ce fut lui qui était présent auprès de l'Imam 'Askari quand celui-ci était malade et mourant; et ce fut également lui, qui, d'après le Shaykh al-Tûsi a effectué l'enterrement de l'Imam 'Askari[5]. Ce fait constitue une preuve pour les chiites imamites de sa reconnaissance en tant que Nâ'ib de l'Imam Occulté.

Il est également rapporté que l'Imam al-'Askari a présenté son successeur à quarante personnes dont Hasan b. Ayub, 'Ali b. Bilâl, Ahmad b. Hilâl et 'Uthman b. Sa'id, et a dit qu'ils ne pourront plus voir son successeur, à savoir l'Imam al-Mahdi, puisqu'il sera occulté, et les ordonna d'obéir à 'Uthman son représentant pendant son occultation[6].

Sa vie à Baghdâd

Il est rapporté qu'après la mort du onzième Imam 'Uthmân quitta Sâmira pour aller à Baghdâd. La raison de son départ, d'après certains historiens, est la centralité de Sâmira pour le gouvernement abbasside qui était contre les Imams chiites. D'après ces sources, il a choisi à Baghdâd une zone habitée par les chiite, connu sous le nom de Karkh et le transforma en centre de leadership imamite.

Il pratiquait la dissimulation pieuse (taqiya), tout en étant en communication avec l'Imam Caché, et ne participait dans aucun débat religieux et politique.

Il transmettait les dons et les aumônes des chiites à l'Imam[7].

Sa mort

Il n'y pas d'information exacte à propos de la date de la mort de 'Uthmân. Certains historiens ont essayé de supposer une date approximative pour sa mort. Par exemple Hâshim Hasani écrit que sa mission avait continué jusqu'à l'an 265h./879a.c.[8]; Jawad 'Ali Chini écrit qu'il est mort 20 ans après l'occultation du douzième Imam[9].

Il est également rapporté qu'après la mort de 'Uthmân, l'Imam Occulté avait pésenté ses condoléances auprès des chiites ainsi qu'auprès du fils de ce dernier[10], et avait désigné celui ci, Abu Ja'far Muhammad b. 'Uthmâ, b. Sa'id, comme le remplaçant de son père.[11].

Le lieu de son enterrement

D'après certains récits 'Uthmân est enterré dans une mosquée nommée "Darb", à l'ouest de Baghdâd.[12]. . Aujourd'hui il existe dans une mosquée dans une avenue à l'est de Baghdâd, une tombe dont les imamites considèrent comme la tombe de 'Uthmân b. Sa'di.

Le Shaykh Tûsi admet le premier récit, et écrit qu'il aller rendre visite à cette tombe tous les mois entre 404h./1013a.c. et 433h./1040a.c.[13].

Reférence

  1. Tûsi, al-Ghayba, p. 354
  2. Tûsi, al-Ghayba, p. 354
  3. Jâsim Husayn, p.142
  4. Kulayni, vol.1, p.320
  5. Tûsi, al-Ghayba, p.231
  6. Tûsi, al-Ghayba, p. 231-232; Saduq, p. 435; voir aussi : Najashi, p. 41, 202 et 323
  7. Tûsi, Rijâl, p.580
  8. Hashim Ma'ruf al-Hasani, vol.2, p. 568
  9. Jâsim Husayn, p.159
  10. Jâsim Husayn, p.159
  11. Tûsi, al-Ghayba, p. 260
  12. Tûsi, al-Ghayba, p.232
  13. Tûsi, al-Ghayba, p.232-233