Abû Lahab

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher
Abd al-‘Uzza b. Abd al-Muttalib
Nom(s) Abd al-‘Uzza, Abu Lahab
Surnom(s)
  • Abu Lahab
  • Abû Utba
Naissance la Mecque
Décès 2 H.L.
la Mecque
Origine
Pays de résidence L'Arabie saoudite
Sépulture dehors de la Mecque
Famille
Généalogie Abu Lahab b. Abd al-Muttalib b. Hâshim b. Abd Manaf
Père Abd al-Muttalib b. Hâshim b. Abd Manaf
Mère Lubny bt. Hâjar b. Abd Manâf
Frère(s)
Sœur(s)
Femme(s) Umm Djamîl bt. Harb b. Umayyah
Enfant(s)
  • ‘Utba
  • Mu‘attib
  • Utaybah
  • Durrah
  • Uzzah
  • Khâlidah

Informations religieuses
Rôles importants
  • Oncle du Prophète (s)
  • Ennemi du Prophète (s)

Les successeurs du Prophète (s)

L'Imam AliL'Imam HassanL'Imam Hussayn
L'Imam SajjadL'Imam BaqirL'Imam Sadiq
L'Imam KadhimL'Imam RidhaL'Imam Jawad
L'Imam HadiL'Imam Hassan Al-AskariL'Imam Mahdi


Abd al-‘Uzza b. Abd al-Muttalib (mort en 2 H.L. / 624 A.C.), surnommé Abu Lahab fut l’oncle du Prophète (s) et l’un de ses plus rudes ennemis après Bi‘that. Lui et sa femme, Umm Djamîl, se sont acharnés à nuire au Prophète (s) et à combattre contre l’islam. La sourate al-Masad a été révélée pour faire des reproches à lui et à sa femme. Abd al-Muttalib, à cause de sa beauté et son visage rougeâtre, l'appela Abu Lahab (père du feu). Abu Lahab vola, de la Kaaba, en compagnie de certains gens, la gazelle d’or, mais par l’intermédiaire de ses oncles maternelles (de la tribu Khuzâ‘a), il échappa à la condamnation. Suwayba, servante d’Abu Lahab, allaita le Prophète (s) pour un certain temps. Utba et Utayba, deux fils d’Abu Lahab, se marièrent avec Roqyah et Umm Kulthûm, deux filles du Prophète (s) ; mais après l’apparition de l’islam et la révélation de la sourate al-Masad, Abu Lahab et sa femme obligèrent leur fils de divorcer d’avec les filles du Prophète (s). Il considérait toujours les miracles du Prophète comme la magie et contrariait la propagation de l’islam en médisant sur le Prophète (s). Quand les Quraychites décidèrent de boycotter les musulmans et les Hachémites, il était la seule personne des Hachémites qui a accompagné les Quraychites. Abu Lahab faisait partie des chefs de Quraych qui résolurent l’assassinat nocturne du Prophète (s). Apres l’émigration du Prophète (s) , Abu Lahab n’a pas participé à la bataille de Badr, mais il envoya quelqu’un d’autre à sa place. Sept jours après la bataille de Badr, Abu Lahab mourut à cause d’une maladie.

Surnom et généalogie

Abd al-‘Uzzâ b. Abd al-Muttalib, à l’origine surnommait Abû Utba, mais son père, Abd al-Muttalib, l’appelait Abu Lahab à cause de sa beauté et son visage rougeâtre.[1] Sa mère, Lubny, fut la fille de Hâjar b. Abd Manâf issue de la tribu Khuzâ‘a. Lubny n’eut aucun autre enfant qu’Abu Lahab.[2] Il fut l’un des bels hommes de Quraych néanmoins il souffrait du strabisme.[3]

Femme et enfants

Umm Djamîl fut la femme d’Abu Lahab, la fille de Harb b. Umayyah et la sœur d’Abû Sufyân. Elle fit tous ses efforts pour torturer le Prophète (s) de l’islam.

Abu Lahab eut trois fils s’appelant ‘Utba, Mu‘attib et Utaybah et ses filles se nommaient Durrah,[4] Uzzah, Khâlidah.[5]

Utba et Utaybeh, se marièrent avec Roqyah et Umm Kulthûm, deux filles du Prophète (s) ;[6] mais après l’apparition de l’islam et la révélation de la sourate al-Masad, Abu Lahab et Umm Djamîl[7] obligèrent leur fils de divorcer d’avec les filles du Prophète (s). [8]

À propos d’Utba, on dit qu’il insulta le Prophète (s) et celui-ci lui jeta un sort. Puis, dans un voyage commercial, quand il fut endormi, en pleine nuit, un lion le tua sans blesser aucune autre personne.[9] On dirait que cette histoire fut à propos d’Utaybah ou Lahab b. Abî Lahab.[10] ‘Utba et Mu‘attib se convertirent à l’islam durant la conquête de la Mecque, et ils participèrent aux batailles de Hunayn[11] et Tâif.[12] Ils furent parmi quelques rares personnes qui n’abandonnèrent pas le Prophète (s) dans la bataille Hanin.[13] Durra bt. Abî Lahab a cité un hadith du Prophète (s).[14] Quand Dutra se plaignit de la moquerie des femmes médinoises, le prophète les empêcha.[15]

Avant le Bi‘that

On ne sait pas grand-chose sur la vie d’Abu Lahab, avant l’apparition de l’islam, mais on peut extraire du deuxième verset de la sourate al-Masad, qu’il était dans le commerce comme la plupart des Quraychites et qu’il faisait fortune :

مَا أَغْنَىٰ عَنْهُ مَالُهُ وَمَا كَسَبَ [16]
« Ses troupeaux et sa fortune ne lui ont servi à rien » .[17]

Abu Lahab vola, en compagnie de certains gens, la gazelle d’or qu’Abd al-Muttalib avait offerte à la Kaaba. Après l’arrestation des voleurs, on amputa la main de certains entre eux, mais les oncles maternels d’Abu Lahab ont empêché l’amputation de la main de celui-ci.[18] Sawbîyyah, servante d’Abu Lahab, allaita le Prophète (s) avant Halîmah as-Sa‘dîyyah. Le Prophète (s) cherchait à acheter Sawbîyyah d’Abu Lahab afin de l’émanciper, mais Abu Lahab refusa. Apres l’émigration du Prophète (s) à Médine, Abu Lahab libéra lui-même cette femme.[19]

Au seuil de la mort, Abd al-Muttalib a assemblé ses enfants pour leur demander de prendre le Prophète (s) en charge. Lorsqu’Abu Lahab se porta volontaire pour cette responsabilité, Abd al-Muttalib répondit : « ne lui veut aucun mal » (Laisse-le en paix) donc il a cédé la charge du Prophète (s) à Abû Tâlib.[20]

Du Bi‘that à l’hégire

Apres le Bi‘that, Abu Lahab était compté parmi les ennemis les plus farouches du Prophète (s). Il doit sa célébrité dans l’histoire de l’islam à cette raison-là.

Torture du Prophète (s) et empêchement de la propagation de l’islam

Le verset de l’Indhâr (verset de l'avertissement) étant révélé, le Prophète (s) eut mission de commencer la prédication publique par ses proches. Il accueillit donc les enfants d’Abd al-Muttalib chez lui, et bien que le repas fût précaire, tout le monde en mangèrent et se régalèrent. Abu Lahab croyait que cela tenait de la magie du Prophète (s), en conséquence le prophète (s) garda son silence et prorogea la prédication au jour suivant.[21] Le Prophète (s) dit que sa maison se situait parmi les pires voisins, Uqba b. Abî Mu‘ayt et Abu Lahab qui le salissaient devant la porte de sa maison par la crotte.[22]

Parfois, lorsque le Prophète (s) invitait un groupe à embrasser l’islam, Abu Lahab et Abbâs b. Abd al-Muttalib intervinrent en disant : « notre neveu est menteur, qu’il ne vous détourne pas de votre religion ! » .[23] A la saison du Hadj, le Prophète (s) allait inviter les groupes qui étaient venus à la Mecque, à se convertir à l’islam, mais les Quraychites parlaient sur le dos du Prophète (s), et parmi eux, le plus sérieux fut Abu Lahab.[24]Abu Lahab suivait le Prophète (s) de près et lui jetait des pierres de telle manière que le pied de celui-ci saignait et Abu Lahab l’appelait menteur.[25] Une fois, quand le Prophète (s) se prosternait, Abu Lahab a pris une pierre pour frapper la tête du Prophète (s), mais sa main restant fixe en l’air, et il ne pouvait plus la bouger. En voyant sa supplication, le Prophète (s) l’a guéri, mais Abu Lahab considéra cet acte comme la magie.[26]

Quand les Quraychites boycottèrent le Prophète (s), les musulmans et les Hachémites dans la vallée d’Abî Tâlib (Chi‘b Abî Tâlib), bien qu’Abu Lahab fut l'un des Hachémites, il collabora avec les Quraychites,[27] et il fut l’un des personnes qui scellèrent le serment de boycottage.[28] Selon l'Imam Rida (a), Abu Lahab menaça le Prophète (s) et le Prophète (s) lui a dit : « si tu arrives à m’érafler, je suis menteur » , et c’était le premier miracle du Prophète (s).[29]

Cas de protection du Prophète (s)

Une fois où les Quraychites contestèrent à Abu Talib sa protection d’un musulman, Abu Lahab le soutint et menaca d’accompagner Abu Talib. Abu Talib, content de l’acte et la parole d’Abu Lahab, essaya de l’inviter, avec des vers, à protéger l’islam.[30] Une autre fois, les chefs des païens résolurent d’assassiner le Prophète (s), mais comme ils craignaient le désaccord d’Abu Lahab, ils ne lui dirent rien. Le jour où les païens décidèrent d'accomplir leur projet, Abu Talib envoya Ali chez Abu Lahab afin de l'informer de projet de l'assassinat du Prophète (s). Abu Lahab, furieux, s’est dirigée vers les chefs des païens et les a empêchés d’effectuer cet acte, il a même juré Lât et ‘Uzzâ qu’il embrasserait l’islam, donc les chefs des païens lui demandèrent pardon et abandonnèrent l’idée de cet assassinat.[31] Dans les sources des sunnites, on a mentionné qu’après le décès d’Abu Talib et Khadîdja, les Quraychites tourmentèrent le Prophète (s) plus que jamais. Quand on informa Abu Lahab de cette nouvelle, il annonça qu’il n’a pas renié la religion d’Abd al-Muttalib quand même qu’il protègerait son neveu, mais quand il comprit que selon le Prophète (s), Abd al-Muttalib et ses disciples seront brûlés dans le feu d l'enfer, il se dressa durement contre le Prophète (s).[32] Selon les chiites, les ascendants du Prophète (s) ne pouvaient pas être païens et donc cette rapport a été refuse par les ulémas chiites.[33]

Tentative d’assassinat du Prophète (s)

Apres la mort d’Abu Talib, Abu Lahab fut parmi ceux qui résolurent l’assassinat nocturne du Prophète (s).[34] Quand on voulait choisir des clans de Quraych les gens pour participer à l’assassinat du Prophète (s), parmi les Hachémites Abu Lahab se porta volontaire.[35] Quand ils voulaient attaquer la maison du Prophète (s) en pleine nuit, Abu Lahab les empêcha en disant : « si dans l’obscurité on blesse les femmes et les enfants, ça sera une ignominie pour nous parmi les arabes » . donc on a remis l’attaque à plus tard, pour que le jour se lève.[36]

Après l’hégire

Abu Lahab ne participa pas à la bataille de Badr. Dans certaines sources, on dit qu’il fut malade.[37] Dans d’autres on dit que ce fut à cause d'un rêve d’‘Atika bt. Abd al-Muttalib qui avait prévu l’échec des mecquois,[38] c’est la raison pour laquelle il n’y participa pas. Pour se remplacer, il envoya ‘Âs b. Hishâm b. Mughîra, qui avait une dette envers Abu Lahab, et en raison de (sa participation à la guerre) celui-ci pardonna à son débiteur.[39] Lorsqu’ Abû Sufyân b. Hârith informa Abu Lahab et les mecquois du secours des anges aux musulmans, Abû Râfi‘, servant d'Abbâs b. Abd al-Muttalib, étant musulman, en était content. Abu Lahab le fit tomber par terre et le frappa rudement ; pour défendre Abû Râfi‘, Umm al-Fadl, épouse d’Abbâs b. Abd al-Muttalib, frappa Abu Lahab d’un bout de bois et cela causa une profonde entaille sur la tête d’Abu Lahab.[40]

Dans le Coran

Article connexe : Sourate al-Masad .

Quand le Prophète (s) commença la prédication publique, il appela les clans des Quraych, les avertit du châtiment divin et les invita au monothéisme (Tawhîd) ; Abu Lahab injuria le Prophète (s) en disant تبًّا لک (Malheur à toi !). Donc la sourate al-Masad a été révélé :[41]

تَبَّتْ يَدَا أَبِي لَهَبٍ وَتَبَّ
« Les mains d'Aboû-Lahab ont péri ! Il a péri » .
مَا أَغْنَى عَنْهُ مَالُهُ وَ مَاكَسَبَ
« Ses troupeaux et sa fortune ne lui ont servi à rien » .
سَيَصْلَى نَارًا ذَاتَ لَهَبٍ
« Il sera exposé à un feu ardent » ,
وَامْرَأَتُهُ حَمَّالَةَ الْحَطَبِ
«tandis que sa femme, portant du bois » ,
فِي جِيدِهَا حَبْلٌ مِّن مَّسَدٍ [42]
« aura au cou une corde de fibres » .[43]

Sur la cause de la révélation de ce verset, d’autres avis ont été mentionnés.[44] Après la révélation de ce verset, Abu Lahab vécut plus de dix ans, mais la croyance en Dieu n'entra pas dans son cœur et il mourut impie. Cela est l'un des prévisions et des miracles du Coran.[45] Il y a différents aspects qui expliquent pourquoi dans cette sourate Abu Lahab a été appelé par son surnom, tout en sachant qu’on sous-entend une sorte de respect dans le surnom, voilà quelques aspects :

  • Il fut souvent connu par son surnom, donc le surnom ne montre aucun respect.
  • Abu Lahab fut son prénom et non pas son surnom
  • Puisque son nom fut Abd al-‘Uzzâ (serviteur d'idole d'Uzzâ), Dieu ne voulait pas le reconnaitre comme le serviteur d’Uzzâ, même si ce fut son nom.[46]
  • Dans le verset suivant (سَيَصْلَىٰ نَارًا ذَاتَ لَهَبٍ),[47] on constate que son nom لهب (Lahab) est relatif au لهب (flamme du feu) dans l’enfer. Et donc cette relation a été utilisée dans un sens péjoratif.[48]

Dans l’interprétation d’autres versets, le nom d'Abu Lahab se manifeste. Il fut l’une des personnes qui se moquait de Prophète (s) et dans le verset 95 de la sourate al-Hijr, Dieu a promis au Prophète (s) d’éliminer leur mal :[49]

إِنَّا كَفَيْنَاكَ الْمُسْتَهْزِئِينَ[50]
« Nous te suffisons contre les railleurs » .[51]

On dit que le verset 19 de la sourate az-Zumar a été révélé à propos d'Abu Lahab, ses enfants et les proches du Prophète (s) qui ne croyaient pas en lui :[52]

أَفَمَنْ حَقَّ عَلَيْهِ كَلِمَةُ الْعَذَابِ أَفَأَنتَ تُنقِذُ مَن فِي النَّارِ[53]
« Eh quoi ! Celui contre qui se réalisera le verdict (kalima) du Tourment ... Toi, sauveras-tu celui qui est dans le Feu ? »[54]

Dans l’interprétation du verset 22 de la sourate az-Zumar, on sous-entend Hamza et Ali (a) :

أَفَمَن شَرَحَ اللَّـهُ صَدْرَهُ لِلْإِسْلَامِ فَهُوَ عَلَىٰ نُورٍ مِّن رَّبِّهِ[55]
« Eh quoi ! celui dont la poitrine a été, par Allah, ouverte à l'Islam, celui-là est en une lumière de son Seigneur. »[56]

Et en revanche la suite du même, fait allusion à Abu Lahab et à ses enfants :[57]

فَوَيْلٌ لِّلْقَاسِيَةِ قُلُوبُهُم مِّن ذِكْرِ اللَّـهِ[58]
« Malheur donc à ceux dont les cœurs sont durs à l'Édification d'Allah ! »[59]

On dit qu’Abu Lahab, pour affronter le Prophète (s), déclara parmi les chefs des païens que Mahomet est condamné pour être poète ; donc le verset 41 de la sourate al-Hâqqa a été révélé :[60]

وَمَا هُوَ بِقَوْلِ شَاعِرٍ[61]
« Ce n'est pas la parole d'un poète ! »[62]

Décès

Abu Lahab mourut sept jours après la bataille de Badr, à cause d’une maladie connue sous le nom de ‘Adasa.[63] pour réduire le risque de l’épidémie, on ne toucha pas son cadavre pendant quelques jours et donc le corps empuantit l’air. Puis on le transporta en dehors de la Mecque et le situa à côté d’un mur, et le couvrit en jetant des pierres de loin.[64] Ibn Batouta a mentionné que les passants jetaient des pierres vers les tombeaux d’Abu Lahab et sa femme en dehors de la Mecque.[65]

Raisons d’hostilité avec l’islam

On peut énumérer quelques motifs d’hostilité d’Abu Lahab avec le Prophète (s) :

  • Rivalité avec Abû Tâlib : après Abd al-Muttalib, Abû Tâlib régnait les Hachémites et soutenait le Prophète (s). Selon les récits historiques, la relation entre Abu Lahab et Abû Tâlib était conflictuelle.[66]
  • Fanatisme et liens ethniques : sa femme, Umm Djamîl bt. Harb, fut sœur d’Abû Sufyân issue des Omayyades, en conséquence Abu Lahab soutenait les Omayyades.[67] D'autre côté, sa mère fut issue de Khuzâ‘a et ils furent contre les Quraychites.[68]
  • Fanatisme pour l’idolâtrie : il fut au service d’Uzzâ, il disait : « si Uzzâ gagnera, je serai son serviteur et si Mahomet gagnera - ca va pas avoir lieu - il sera mon neveu.[69]
  • Crainte de la bataille contre les arabes : pour Abu Lahab, l’acceptation de l’islam était considérée comme l’annonce de la guerre contre tous les arabes.[70]

Voir aussi

Références

  1. Ibn Sa‘d, v. 1, p 93
  2. Ibn Hishâm, v. 1, p. 110
  3. Ibn Habîb, p. 423
  4. Ibn Hazm, p. 72
  5. Ibn Sa‘d, v. 8, p. 50
  6. Ibn Sa‘d, v. 8, p. 36-37 ; Balâdhurî, v. 1, p. 122-123
  7. Balâdhurî , v. 1, p. 122-123, 401
  8. Ibn Sa‘d, v. 8, p. 36-37
  9. Râwandî, Qutb ad-Dîn, v. 1, p. 56 ; Ibn ShahrÂshûb, v. 1, p. 80 ; (Tous les deux selon les sunites)
  10. Bayhaqî, Dalâ’il an-Nubuwwat, v. 2, 338-339
  11. Tabarî, Târîkh at- Tabarî ", v. 11, p. 530
  12. Ibn Athîr, v. 3, p. 465
  13. Cheikh al-Mufîd, Al-Irshâd fî Maʿrifat Hujaj Allâh ʿAlâ al-ʿIbâd, v. 1, p. 141
  14. Tabrisî, Majma‘ al-Bayân fî Tafsîr al-Qur’ân, v. 2, p. 807
  15. Ibn Athîr, v. 6, p. 103
  16. Coran, sourate al-Masad, verset 2
  17. Traduction du Coran, Régis Blachère
  18. Ibn Habîb, p. 59-71 ; Ibn Durayd, p. 121 ; Ibn Qutaybah, p. 125
  19. Ibn Sa‘d, v. 1, p 108 ; Balâdhurî, v. 1, p. 96 ; Ya‘qûbî, v. 2, p. 9
  20. Ibn ShahrÂshûb, v. 1, p. 35
  21. Khasîbî, p. 46
  22. Balâdhurî, v. 1, p. 131
  23. Majlisî, v. 18, p. 202
  24. Ibn Khaldûn, v. 3, p. 11
  25. Majlisî, v. 18, p. 202
  26. Ibn ShahrÂshûb, v. 1, p. 78
  27. Ibn Sa‘d, v. 1, p. 209
  28. Tabrisî, I‘lâm al-Warâ bi-A‘lâm al-Hudâ, p. 50
  29. Sadûq, Muhammad b. ‘Alî b. Bâbwayh Qumî, ‘Uyûn Akhbâr al-Ridhâ, v. 2, p. 213
  30. Ibn Hishâm, v. 1, p. 371
  31. Kulaynî, v. 8, p. 277
  32. Ibn Sa‘d, v. 1, p. 210 ; Balâdhurî, v. 1, p. 121
  33. Majlisî, v. 19, p. 22
  34. Ibn Sa‘d, v. 1, p. 228
  35. Tabrisî, I‘lâm al-Warâ bi-A‘lâm al-Hudâ, v. 1, p. 145
  36. Râwandî, Qutb ad-Dîn, v. 1, p. 143
  37. Balâdhurî, v. 1, p. 292
  38. Ibn Sa‘d, v. 8, p. 43
  39. Wâqidî , v. 1, p. 33
  40. Ibn Hishâm, v. 2, p. 647
  41. Ibn Sa‘d, v. 1, p. 74 ; Balâdhurî, v. 1, p. 119, Tabrisî, Majma‘ al-Bayân fî Tafsîr al-Qur’ân, v. 7, p. 323
  42. (Coran, sourate al-Masad)
  43. Traduction du Coran, Régis Blachère
  44. Fakhr Râzî, v. 32, p. 349-350
  45. Karâjakî, v. 1, p. 178 ; Râwandî, Qutb ad-Dîn, v. 3, p. 1053
  46. Tabrisî, Majma‘ al-Bayân fî Tafsîr al-Qur’ân, v. 10, p. 852
  47. « Il sera exposé à un feu ardent »
  48. Fakhr Râzî, v. 32, p. 350
  49. Cheikh as-Sadûq, Muhammad b. ‘Alî b. Bâbiwayh, Al-Khisâl, v. 1, p. 279
  50. Coran, sourate al-Hijr, verset 95
  51. Traduction du Coran, Régis Blachère, p. 291
  52. Shukânî, v. 4, p. 524
  53. Coran, sourate az-Zumar, verset 19
  54. Traduction du Coran, Régis Blachère, p. 491
  55. Coran, sourate az-Zumar, verset 22
  56. Traduction du Coran, Régis Blachère, p. 491
  57. Wâhidî, p. 383
  58. Coran, sourate az-Zumar, verset 22
  59. Traduction du Coran, Régis Blachère, p. 491
  60. Ibn ShahrÂshûb, v. 1, p. 80
  61. Coran, sourate al-Hâqqa, verset 41
  62. Traduction du Coran, Régis Blachère, p. 613
  63. Ibn Sa‘d, v. 4, p. 73 ; Balâdhurî , v. 1, p. 131
  64. Balâdhurî , v. 1, p. 478
  65. Ibn Batûtah, v. 1, p. 382
  66. Balâdhurî , v. 1, p. 130
  67. Shushtarî, v. 29, p. 613
  68. Hasanî, p. 223
  69. Wâqidî, v. 3, p. 874 ; Balâdhurî , v. 1, p. 478
  70. Ibn Sa‘d, v. 8, p. 43

Bibliographie

  • Balâdhurî, Ahmad b. Yahyâ, Ansâb al-Ashrâf, travail de recherches : Muhammad Hamîd Allah, le Caire, 1959 A.C.
  • Cheikh al-Mufîd, Muhammad b. Muhammad b. Nuʿmân, Al-Irshâd fî Maʿrifat Hujaj Allâh ʿAlâ al-ʿIbâd, Qum : Congrès de Shaykh Mufîd, 1413 de l’hégire lunaire.
  • Cheikh as-Sadûq, Muhammad b. Ali b. Bâbiwayh, Al-Khisâl, travail de recherches : Ali Akbar Ghaffârî, Qum : Jâmi'a Mudarrisîn, 1362 de l’hégire solaire.
  • Cheikh as-Sadûq, Muhammad b. Ali b. Bâbwayh Qumy, ‘Uyûn Akhbâr al-Ridâ, Traduction : Ali Akbar Ghaffârî, Téhéran : Nashr-e Jahân, 1378 de l’hégire lunaire.
  • Fakhr Râzî, Muhammad b. ‘Umar, at-Tafsîr al-Kabîr, Beyrouth : Dâr ’Ihyâ’ at-Turâth al-‘Araby, 1420 de l’hégire lunaire / 1999 A. C.
  • Hasanî, Hâshim Ma‘rûf. Sîrat al-Mustafâ, Beyrouth : Dâr at-Ta‘âruf li-l-Matbû‘ât, 1416 de l’hégire lunaire / 1996 A.C.
  • Ibn Athîr, Ali b. Muhammad, ’Usd al-Ghâba fî Ma‘rifa as-Sahâba, Beyrouth : Dâr al-Fikr, 1409 de l’hégire lunaire /1989 A.C.
  • Ibn Batûtah, Muhammad b. Abd allah, Rihlat Ibn Batûtah, Rabat : Âkâdîmîyya al-Mamlikat al-Maghribîyya, 1417 de l’hégire lunaire / 1997 A.C.
  • Ibn Durayd, Muhammad b. Hasan, al-’Ishtiqâq, travail de recherches : Abd as-Salâm Muhammad Hârûn, le Caire, 1378 de l’hégire lunaire / 1958.
  • Ibn Habîb, Muhammad, al-Mûnammaq fî Akhbâr Quraysh, travail de recherches : Khurshîd Ahmad Fâriq, Beyrouth : ‘Âlam al-Kitâb, 1405 de l’hégire lunaire / 1985 A.C.
  • Ibn Hazm, Ali b. Ahmad, Jumhurat Ansâb al-‘Arab, Beyrouth : 1403 de l’hégire lunaire / 1983 A.C.
  • Ibn Hishâm, Abd al-Malik, as-Sîrat an-Nabawîah, travail de recherches : Mustafâ as-Saqqâ et autres, Beyrouth : Dâr al-Ma‘rifat, S. d.
  • Ibn Khaldûn, ʿAbd al-Rahmân b. Muḥammad. Târîkh Ibn Khaldûn. Beyrouth : Dâr Ihyâʾ at-Turâth al-ʿArabî, S. d.
  • Ibn Qutaybah, Abd allah b. Muslim, al-Ma‘ârif, travail de recherches : Tharwat Akâsheh, Le Caire, 1960 A.C.
  • Ibn Sa‘d, Muhammad, at-Tabaqât al-Kubrâ, travail de recherches : Mustafâ as-Saqqâ et autres, Beyrouth : Dâr Sâdir, S. d.
  • Ibn ShahrÂshûb, Muhammad b. Ali, Manâghib Âl ’Abî Tâlib, Qum : Allâmeh, 1379 de l’hégire lunaire.
  • Kalbî, Hishâm b. Muhammad, Jumhurat an-Nasab, travail de recherches : Nâjî Hasan, Beyrouth : 1407 de l’hégire lunaire /1986.
  • Karâjakî, Mohammad b. Ali, Kanz al-Fawâ’id, Qum : Dâr az-Zakhâ’ir, 1410 de l’hégire lunaire.
  • Khasîbî, Husayn b. Hamdân, al-Hidâyat al-Kubrâ, Beyrouth : al-Balâgh, 1419 de l’hégire lunaire.
  • Kulaynî, Abû Ja’far Muhammad b. Ya’qûb (329 de l’hégire lunaire) al-Kâfy, travail de recherches : Ali Akbar Ghaffârî, Téhéran, 1391 de l’hégire lunaire,: Dâr al-Kutub al-Islâmîyya, 1362 de l’hégire solaire.
  • Majlisî, Muhammad Bâqir b. Muhammad Taqî, Bihâr al-Anwâr li-Durar Akhbâr al-’A’imma al-Athâr, éd. Dâr ’Ihyâ’ at-Truâth al-Arabî, Beyrouth : 1403 de l’hégire lunaire.
  • Râwandî, Qutb ad-Dîn, Sa‘îd b. Hibat Allah. al-Khara’ij wa al-Jara’ih. Qum : Mu’asissa al-Imâm al-Mahdî, 1409 de l’hégire lunaire.
  • Shukânî, Muhammad b. Ali, Fath al-Qadîr, Dâr Ibn Kathîr, Damas, 1414 de l’hégire lunaire / 1994 A.C.
  • Shushtarî, Nûr Allâh b. Sharîf ad-Dîn, ’Ihqâq al-Haq wa Izhâq al-Bâtil, Bibliothèque de l'Ayatullah Mar‘ashî Najafî, Qum : 1409 de l’hégire lunaire.
  • Tabarî, Abû J‘afar Muhammad b. Jarîr, "Târîkh at- Tabarî ", Muhammad Abû al-Fazl Ibrâhîm, Beyrouth : Dâr al-Turâth, S. d.
  • Tabrisî, Abû Ali Fadl b. Hasan b. Fadl, I‘lâm al-Warâ bi-A‘lâm al-Hudâ, Qum : Mu’assisat Âl al-Bayt li-Ihyâ’ at-Turâth, 1417 de l’hégire lunaire.
  • Tabrisî, Abû Ali Fadl b. Hasan b. Fadl, Majma‘ al-Bayân fî Tafsîr al-Qur’ân, Beyrouth : Dâr al-Ma‘rifat, S. d.
  • Wâhidî, Ali b. ’Ahmad, ’Asbâb Nuzûl Qurân, travail de recherches : Kamâl Basûnî Zaghlûl, Dâr al-Kutub al-‘Ilmîyya, Beyrouth : 1419 de l’hégire lunaire / 1998 A. C.
  • Wâqidî, Muhammad b. ‘Umar, al-Maghâzî, travail de recherches : Marseden Jones, London : 1966 A. C.
  • Ya‘qûbî, Ahmad b. Ishâq, Târîkh, Beyrouth : 1379 de l’hégire lunaire / 1960 A. C.