La bataille de Badr

De Wiki Shia
(Redirigé depuis Bataille de Badre)
Aller à : navigation, rechercher
la Bataille de Badr
Photo 2017-12-19 12-08-34.jpg
Date 17 Ramadan, l’an 2 h.
Lieu Oasis de Badr
Commandeur Le Prophète (s)
Résultat victoire
Contre les Qurayshites
Nombre des soldats 950 qurayshites
313 musulmans
Nombre des martyrs 14 (6 Muhâjirun, 8 ansâr)
Nombre des tués de Quraysh 70 tués et 70 captifs

La bataille de Badr (en arabe: غزوة بدر ou غزوة بدر الكبرى) est la première bataille qui a eu lieu sous le commandement du Prophète (s) entre les musulmans et les mécréants de Quraysh. Elle a eu lieu le 17ème jour du mois de Ramadan, deux ans après l'émigration du Prophète de la Mecque à Médine, dans un lieu nommé Badr. Cette bataille, malgré le petit nombre des musulmans, fut une véritable victoire pour les musulmans lors de laquelle, de nombreux des qurayshites ont été tués ou captivés.

Le résultat victorieux de cette bataille a consolidé le statut de la nouvelle communauté musulmane à Médine. Selon les sources historiques, la victoire de cette bataille était due aux bravures des personnalités dévouées de l'Islam et du Prophète (s), comme Ali b. Abi Tâlib (a) et Hamza l'oncle du Prophète. Elle fait partie des rares batailles qui sont mentionnées dans le Coran; elle est considérée aussi comme une bataille lors de laquelle, Dieu a apporté de son aide céleste aux combattants, pour les aider sur le chemin de victoire.

La région de Badr

La région de Badr est située dans un oasis vert et frais, d'une cinquantaine Km de distance du sud de Médine. Cet endroit était situé au croisement du chemin de Médine vers la Mecque et la route caravanière de la Mecque à Shâm. Cette oasis servait à un lieu de repos et de rafraîchissement pour les voyageurs et les caravanes, sur la route de Shâm. Il était également durant des années précédentes de l'Islam, le lieu d'un marché temporaire pendant huit jours (du 1 au 8 du mois de Dhi-Q'ida)[1].

Cet endroit est aujourd'hui une petite ville, habitée par quelques tribus de Hijâz avec une population d'environ 15 000 personnes. Elle n'est plus située sur une route importante, et n'est donc pas sur le chemin de voyageurs. Le lieu important de cette ville, est le cimetière des martyrs de Badr qui constitue un lieu de pèlerinage pour les musulmans[2].

Les causes de la bataille

Selon les sources, cette bataille a eu lieu un vendredi matin, du 17ème jour du mois de Ramadan de l'an 2 de l'hégire [3](d'après certaines sources ce fut le 19 Ramadan)[4]. On le sait d'après les sources historiques que les fidèles de la nouvelle religion de Muhammad (s), ceux qui ont été appelés plus tard les musulmans, avant leur migration à Médine, subissaient les souffrances et les répressions importantes que les mécréants de la Mecque qui ne reconnaissaient pas leur conversion à l'Islam, leurs imposaient[5]. Les mécréants qurayshites de la Mecque, les empêchaient de faire leur pèlerinage à Ka'ba[6], confisquaient leurs biens, et les expulsaient de leurs lieux de vies; brefs, ils leurs imposaient de différentes formes de pression et de répressions.

Malgré toute cette condition, dans ses messages au Prophète, Dieu les invitaient à patience et ne les autorisaient pas de combattre les mécréants[7].

Ce fut seulement à partir de l'installation du Prophète et de ses compagnons à Médine, que l'autorisation divine pour battre les Qurayshites, en réponse à ce qu'ils avaient commis à l'égard des musulmans, a été accordée au Prophète et à ses compagnons.

Avant la bataille de Badr, les musulmans avaient fait quelques razzias et expéditions afin de confisquer les biens des caravanes de Quraysh sur la route de Shâm. Lors d'une des razzias qui avait eu lieu juste un mois et demi avant la bataille de Badr, les musulmans avaient réussi d'obtenir des butins importants et avaient tué un des Qurayshites, 'Amru b. Khazrami[8]. Ce défait avait été vécu par les Qurayshites comme une véritable honte vis à vis des autres tribus, et ils cherchaient à venger ce défait. Cela a joué un rôle important dans le déclenchement de la bataille de Badr. De l'autre côté, les musulmans aussi, voudraient attaquer les mécréants pour obtenir leurs richesses.

Le jour de la bataille de Badr, les musulmans (grâce aux rapports des envoyés du Prophète vers la Mecque, et aussi d'après certaines sources, selon des informations que l'ange Gabriel [9]avait apporté pour le Prophète), savaient qu'une caravane, avec des richesses considérables, allait à Shâm, sous l'égide de Abu Sufyân. Ce dernier aussi savait, de son côté, que les musulmans guettaient l'arrivée de sa caravane et avaient l'intention de l'attaquer.

Les actions des deux armées avant le déclenchement de la guerre

La sortie des musulmans de Médine

Lors du retour de la caravane de Ghaza à la Mecque, Dieu ordonna son Messager de sortir de Médine afin de vaincre les mécréants[10]. Le Prophète en annonçant ce message, sortit de Médine.

D'après certains rapports, il est sorti de Médine, accompagné de 313 personnes. Dans une première station, il observa les gens de son groupe, et en renvoya quelques uns à cause de leur trop jeune âge.

Les actions de Abu Sufyân

Abu Sufyân de son côté, avait obtenu, à Shâm, certaines informations à propos du fait que les musulmans étaient en train de se préparer pour attaquer sa caravane. Il envoya alors quelqu'un à la Mecque pour demander de l'aide aux habitants de la Mecque afin de pouvoir sauver leurs biens (placés dans la caravane en question). Les habitants de la Mecque qui avaient chacun une part de ces biens dans la caravane, se sont mobilisés avec ardeur, sous le conseil de Abu Sufyân. Et finalement une armée constituée de 950 hommes dont des nobles et des gens de toutes les tribus, sous le commandement de Abu Jahl ('Amru b. Hishâm) s'est dirigée vers Badr. Une seule tribu, Banu Ka'b, n'a pas participé. Abu Lahab, quant à lui, il envoya à sa place un homme, appelé 'Âs b. Hâshim.

L'installation des musulmans à Badr

Le lieu d'installation des musulmans à Badr

Après avoir traversé quelques stations, le Prophète arriva à Rawhâ le 15 Ramadan, effectua sa prière à côté du puits de cet endroit, et a prié contre les chefs de Quraysh et les personnalités comme Abu Jahl et Zum'a b. As'ad[11].

Près de Badr, l'ange Gabriel transmit au Prophète la nouvelle de l'arrivée de l'armée de Quraysh[12]. Le Prophète se réunit avec ses Compagnons pour demander leurs conseils. Il est dit que Abu Bakr et 'Umar aurait prononcé certains avis, mais vu que leurs avis n'ont pas été rapportés dans les sources, il paraît que leurs propos n'étaient pas convenables. La seule source qui parle des propos de 'Umar lors de cet événement est l'ouvrage de Wâqidî. D'après cette source, les propos de 'Umar faisaient état de la peur et du désespoir des musulmans face aux Qurayshites.

Dans une autre source il y a une parole attribuée à un des Muhâjirûn, Miqdâd, qui dit:

"Ô Messager de Dieu, suis l'ordre divin et nous serons avec toi. Nous ne sommes pas comme les juifs qui ont dit à Mûsâ (Moïse): " Allez-y combattre, toi et ton Dieu, nous resterons ici"! [13] Nous, nous t'accompagnerons dans le combat. [14]

De l'autre côté, Sa'd b. Ma'âz, le chef de la tribu Aws et le représentant des Ansar, annonça l'obéissance des Ansâr à l'ordre du Prophète.

Le Prophète, rassuré et content des paroles et des positions de Miqdâd (les Muhâjirûn en général) et de Sa'd (les Ansâr en général) dit alors :

" Dieu m'a annoncé la promesse de la victoire sur un des deux groupes (commerçant ou armée Mecquois)" [15]. Les musulmans, encouragés par la parole du Prophète (s) ont dressé les drapeaux de guerre et se sont lancés en marche. Le soir du 17 Ramadan, ils sont arrivés à Badr, et se sont installés, selon la proposition de Hubâb b. Munir, à côté d'un puits tout près de l'ennemi.

Cette nuit là, la pluie a rendu solide le sol sableux sous le pied des musulmans, et a rendu marécageux le chemin, sous les pieds des Mécquois [16].

L'installation des mécréants à Badr

Le lieu d'installation des Qurayshites à Badr

Du côté des mécréants mécquois, Abu Sufyân arriva à Badr et apprit que les musulmans étaient installés près de là. Il changea alors rapidement la direction de sa caravane en passant par la côté pour arriver à la Mecque. Il envoya aussi un messager vers mecquois qui étaient encore à Juhfa pour leur demander de retourner à la Mecque. Ainsi Talib b. abi Tâlib et tous les membres de la tribu Banu Zuhra firent un demi-tour et rentrèrent à la Mecque[17]. Tandis que certaines d'autres personnalités importantes, comme 'Utaba b. Rabi'a (tué dans cette même bataille), n'étant pas d'accord avec cette décision, continuèrent la route.

Et finalement à cause de ces instances des gens comme ce dernier ainsi que Abu Jahl, qui voulaient absolument prouver leur force et leur supériorité contre les musulmans vis à vis des autres tribus arabes, une part de l'armée mecquoise continua son chemin vers Badr.

Ils arrivèrent à Badr, tandis que les musulmans y étaient déjà installés. Les deux personnes envoyées pour mesurer la force et la capacité des musulmans, ont fait un rapport sur l'état des musulmans et ont dit qu'ils n'étaient pas très équipés, mais que tous étaient, en revanche, très décidés pour se battre et même pour mourir.

D'après Wâqidi, le Prophète (a) aurait dit ce jour là au mécquois qu'il ne souhaitait combattre les qurayshites et leur aurait proposé de ne pas entrer en guerre [18].

L'interprétation coranique à propos des deux installations

Dans le Coran on lit une description très précise par rapport à la situation des musulmans et celle des mécréants lors de la bataille de Badr.

"...اِذ اَنتُم بِالعُدوةِ الدُّنیا و هُم بِالعُدوةِ القُصوی والرَّکبُ اَسفَلَ مِنکم ولَو تَواعَدتُم لاَختَلَفتُم فِی المیعاـدِ ولـکن لِیقضِی اللّهُ اَمرًا کانَ مَفعولاً". (Sourate XIII./Infâl,verset 42).

Traduction : "Quand vous étiez sur le versant le plus proche et (les ennemis) sur le versant le plus éloigné, tandis que les gens montés étaient en dessous de vous, - si vous vous étiez convenus d'un rendez-vous, vous vous seriez opposés sur (le choix de) ce rendez-vous mais (tout advint) pour qu'Allah accomplît un ordre qui reçut exécution, pour que périt celui qui périt sur (vue d')une preuve et que vécût celui qui vécut sur (vue d') une preuve. En vérité Allah est certes audient et omniscient.

Les stratégies du Prophète

Selon l'ordre du Prophète, les musulmans ont rempli tous les puits qui existaient à cet endroit, sauf celui des musulmans eux-même[19]. Il a aussi envoyé quelques personnes pour lui apporter des nouvelles à propos de la situation de l'ennemi et de l'armée de Quraysh[20].

Il a envoyé également quelques autres dont Ali (a), près du puit près des ennemis, pour lui apporter d'autres informations. Ces derniers se sont confrontés aux Qurayshites qui surveillaient le puits, et en ont captivé deux. Après des interrogations avec ces deux personnes, ils ont su que l'armée de Quraysh est composée de 900 ou 1000 hommes, dont les chefs de Quraysh, et qu'ils se sont installés dans les campements derrières les collines sableuses. Le Prophète dit à ce moment là :

"La Mecque vous a envoyé ses êtres les plus chers"[21].

Les événements lors de la bataille

La carte des rangs et campements des deux armées à Badr

La bataille de Badr est une des batailles les plus courtes du Prophète. Elle n'a duré qu'une demi-journée[22].

Le matin tôt au jour de Badr, le Prophète (s) était en train de rassembler son armée, lorsque l'armée de Quraysh arriva. Quand le Prophète les vit, il dit:

"Ô Dieu, est-ce Quraysh qui est venu si prétentieusement à l'encontre de ton Messager pour le battre et le dénier? Ô Dieu ! Je te demande la victoire que tu m'a promise. Ô Dieu ! détruis les, dans cette même matinée"[23].

Lors de cette confrontation, l'armée du Prophète avait le soleil dans le dos, tandis que l'armée de l'ennemi l'avait dans les yeux[24]. Le drapeau de l'armée du Prophète, qui, de coutume, était tenu par des personnalités les plus importantes, fut dans la main de 'Ali (a)[25].

Au début, le Prophète (s) envoya un message à Quraysh, en annonçant qu'il ne préférait pas entrer en guerre contre eux et leur demanda de renoncer à la guerre. Certains des membres de Quraysh, comme Hakîm b. Hazâm, trouvèrent ce message juste et demandèrent le retour à la Mecque. Mais Abu Jahl, furieux et hostile, les empêcha de retourner.

Il est rapporté que lors de la bataille de Badr, le Prophète, occupait la position la plus près de l'ennemi[26], même si d'après les sources, il est indiqué que les musulmans avaient construit un abri pour lui[27]. Il paraît que cet abri était un lieu de commandement, et que le Prophète s'y mettait seulement parfois.

Le déclenchement de la guerre

Avant le déclenchement de la guerre, Abu Jahl demanda à 'Âmir Khazrami, de se raser la tête et en versant de la terre sur la tête, réclamer la vengeance, pour le sang versé de son frère, et cela pour impressionner les affections des gens. Il est rapporté que 'Âmir fut la première personne qui attaqua l'armée du Prophète. Ensuite, ce fut 'Ataba, qui, motivé par provocations de Abu Jahl et des Qurayshites, malgré son intention de départ de ne pas entrer en guerre, attaqua l'armée des musulmans, accompagné de son fils Walid et de son frère Shaiba[28].

Face à eux, de la part des musulmans, ce d'abord fut trois Ansâr médinois qui entrèrent dans le champ de guerre contre ces Qurayshites. 'Ataba leur demande : "Qui êtes-vous?", ils répondirent en précisant leurs lignées. 'Ataba leur répondit : "Nous n'avons rien contre vous. Nous cherchons à battre nos cousins (descendants de Quraysh)". En réaction, le Prophète dit à ces trois Ansâr : "Retournez à vos places"[29], et envoya Hamza, Ali (a), et 'Ubayda b. Hârith au champ de la bataille. Ce fut ainsi que la bataille déclencha.

Le résultat fut que Hamza tua 'Ataba, Ali (a) tua Walid, et tous les trois tuèrent Shayba. Selon une narration, Ali (a) aurait participé aux trois actes[30].

Après la mort de ces trois personnes, la flamme de la guerre se leva, et très vite, avec les aides célestes et les bravoures des musulmans, les mécréants furent vaincus[31].

Le résultat de la bataille

Le mémorial des martyrs de Badr installé aujourd'hui sur le lieu de la guerre dans le village de Badr. Les noms des martyrs sont indiqués sur la pierre mémorielle

Le Prophète en recevant la nouvelle de la mort de Abu Jahl (qu'il avait qualifié de seau des mécréants) dit :

"Ô Dieu ! Tu as réalisé ta promesse ! achève-moi donc ta bénédiction!"[32].

Une autre personne que le Prophète maudit, fut Nawfil b. Khuwaylid, que Ali (a) a tué. Suite à sa mort, le Prophète dit :

"Je remercie Dieu qui as exaucé ma prière"[33]..

En fin de compte, le Quraysh fut vaincu. Il laissa ses bien et se sauva du champ de bataille.

La bataille se termina rapidement alors que 14 compagnons du Prophète (s) tombèrent en martyre (dont 6 Muhâjirûn et 8 Ansâr), et 70 Qurayshites furent tués et 70 captivés par les musulmans[34].

Cette bataille qui ne dura plus qu'une demi journée, fait partie des batailles les plus importantes du début de l'Islam, comme dit le Prophète (s) :

"Le Shaytân n'a jamais été aussi pauvre et mesquin qu'au jour de 'Arafa, ainsi que lors de la bataille de Badr"[35]..

Les événements suite à la bataille

Le monologue du Prophète avec les morts des mécréants

Les biens restants des mécréants ont été rassemblés selon l'ordre du Prophète (s), et les corps ont été enterrés. Puis le Prophète s'adressa aux morts des mécréants et a dit :

"Avez-vous trouvé comme vérité ce que votre dieu vous avait promis? Moi, j'ai trouvé la vérité de ce que mon Dieu m'avait promis." [36].

A ce moment là, 'Umar lui reproche ce monologue et lui dit : " ils sont morts et ils n'entendent pas ta voix (du Prophète (s)"! Le Prophète lui répond : "Vous, vous n'entendez pas mieux mes paroles, qu'eux ! la différence est seulement qu'eux, ils sont incapables de répondre"[37].

Cet événement a été pris comme une preuve dans les débats contre les Wahhâbîtes sur "l'écoute des morts" et "la vie de la tombe" (ce qui consiste à la possibilité d'avoir des communications avec les morts).

Le partage des butins et le sort des captifs

Les musulmans sont rentrés à Médine avec les captifs et les butins ont été distribués sur la route parmi tous les participants. Deux captifs, responsables des tortures des musulmans à la Mecque, ont été condamnés à la mort et l'ordre a été exécuté sur la route.

Parmi les captifs, Umayya b. Khalaf, le cruel bourreau responsable des sauvageries et des tortures exercés sur Bilâl b. Rîyâh, également a été par les musulmans tué[38].

En arrivant à Médine, les captifs ont été distribués parmi les musulmans et le Prophète (s) leur a ordonné de les bien-traiter. La plupart d'entre eux, dont Abbas b. Abd al-Muttalib (l'oncle du Prophète), ont été libérés ensuite en payant un rançon, d'autres ont été libérés en échange d'apprendre à lire et à écrire aux enfants des Ansâr ainsi qu'à Zayd b. Thâbit [39].

Les consequences de la bataille à Médine

Le Prophète (s) resta à Badr pendant trois jours, puis envoya Zayd b. Hâritha et Abdallah b. Rawaha à Médine pour donner la nouvelle de la victoire, aux musulmans[40].

Cette victoire fut très importante et eut un vaste écho parmi les musulmans, les juifs et mêmes les hypocrites[41].

Les gens, y compris les chefs de Khazraj, se sont rendus à Rawha pour féliciter le Prophète pour cette victoire, et ceux qui n'avaient pas participé à la Bataille, ont présenté au Prophète leurs excuses[42].

Un jour, avant que le vin devienne interdit, certains musulmans comme 'Umar b. Khattab, s'étaient rassemblés chez Abu-Talha Ansâri, et ont commencé à boire. Lors de cette réunion conviviale, 'Umar commença à réciter un poème pour le deuil des morts des mécréants de Quraysh. Quand le Prophète apprit cette nouvelle, il se rendit chez eux, furieux. En voyant le visage furieux du Prophète (s) et par peur de sa colère, 'Umar se réfugia auprès de Dieu[43]. Certains ont rapporté que Abu Bakr y a été présent aussi[44].

Les consequences de la bataille à la Mecque

Les conséquences et échos de la victoire de la bataille de Badr furent beaucoup plus importantes à la Mecque qu'à Médine [45]. Les Mécquois tout comme les Médinois, ont d'abord nié le résultat de la bataille.

Abu Sufyân, empêcha les mécréants de pleurer et de faire de deuils pour leurs morts afin de garder vivant la flamme de leur colère contre les musulmans [46]. Toutefois l'ambiance de la Mecque fut en deuil pendant un mois; dans chaque maison on récitait des élégies pour ses morts. Les femmes se détachèrent les cheveux, etc..

De nombreux poèmes élégiaques écrits par les Qurayshites pour les morts de cette bataille, existent aujourd'hui dans divers ouvrages historiographique et littéraire[47].

Le désastre et la catastrophe de Badr resta grave dans la mémoire des Mecquois qurayshites (notamment des Umeyyades) bien des années après cette bataille. Tant que, même des années après, quand ils se sont convertis à l'islam, cette rancune se montrait à la moindre occasion et sous différente forme. Parmi tous, ce fut évidement les Ansâr et les Ahl al-Bayt du Prophète qui furent le cible des vengeances. A ce propos par exemple 'Uthmân b. 'Affân (un des Umeyyades) insiste très explicitement sur la haine de Quraysh contre l'Imam Ali (a) à cause des événements de Badr[48].

Le comble de cette haine, cette rancune et cette hostilité contre Ali (a) et sa descendance, se montra lors de l'événement de Karbala, où Yazid avoua très explicitement à travers de ses poèmes, son désir de venger les tués de Badr.

La bataille de Badr dans le Coran

Dans différents versets de deux sourates coraniques, l'histoire de Badr est mentionnée sous le nom de Yawm al-Furqân (jour de la distinction)[49]. Ces versets sont les suivants :

Dans ces versets, les efforts inutiles des mécréants ont été comparés avec ceux des peuples anciens, notamment ceux de la famille de Pharaon. Leur participation à la bataille aussi a été interprétée comme un coup de ruse réussit de la part de Shaytân.

Selon le Coran, certains musulmans renonçaient d'aller à la bataille, tandis que Dieu soutenait les Mu'minîn (les véritables musulmans) et déstabilisait le coeur des mécréants, pour offrir la victoire aux musulmans. Le plus important est qu'en plus, d'après les propos explicites du Coran, lors du jour de Badr, les anges sont descendus pour aider les musulmans, et leurs faire chaud au coeur[50].

La descente des anges, a été également mentionnée par d'autres musulmans comme l'Imam Ali (a), ainsi que Abu Bakr, et même les mécréants comme Abu Sufyân b. Hârith[51].

Voir aussi

Bibliographie

  • Ibn Sa'd, al-Tabaqât al-Kubrâ, Beyrouth, Dâr Sâdir, 1968
  • Ibn Hishâm, al-Sîra al-Nabawiya, Beyrouth, Dâr al-Ihyâ' al-turâth al-'arabe (date ?)
  • Abu al-Faraj Isfahânî, al-Aghânî, Beyrouth, Dâr al-Ihyâ' al-turâth al-'arabe (date ?)
  • Abu al-Futûh Râzi, Husayn b. 'Ali., Rawz al-Jinân, Mashhad, Âstân Quds razawî (date ?)
  • Bukhârî, Sahîh, Beyrouth, Dâr Ibn Kathîr, 1414 h.L
  • Bahrâmiyân, Ali., Da'ira-t al-Ma'ârif Islami (La grande encyclopédie de l'Islam), Tehran, 1381 H. S. voL. 11 (chapitre Badr)
  • Ja'fariyân, Rasûl., Âthâr Islâmi Mekka et Medina, Tehran, Mush'ir, 1386 H.S. (8e éd.)
  • Zahabî, Târîkh al-Îslâm wa Wafîyât al-Mashâhir wa al-I'lâm, Beyrouth, Dâr al-Kitâb Arabîya, 1409 H.L.
  • Zamakhshari, Mahmud b. Umar, Rabi' al-Abrâr wa Nusûs al-Akhbâr, Beyrouth, Mu'asisa al-Ilmî lil-Matbû'ât.
  • Shaykh Mufid, al-Jamal, Qom, Congres de Shaykh Mufid, 1413 h.L.
  • Tarumî, Hasan., Daneshnameh jahân islâm, (La grande encyclopédie de l'Islam) 1375 H.S., vol. 2 (chapitre Badr)
  • Tabarsi, Fadhl b. Hasan, Majma' al-Bayân fî Tafsîr al-Qur'ân, Tehran, Naser Khosro, 1383 H.S.
  • Tabari, Târîkh al-Umam wa al-Mulûk, Beyrouth, Dâr al-turâth, 1387 H.L.
  • 'Âmilî, Ja'far Murtadhâ, al-Sahîh min al-Sira-t al-Nabî' al-A'zam, Qom, Dâr al-Hadith, 1426 H.L.
  • Qummi, Ali b. Ibrâhîm, Tafsîr, Qom, Dâr al-Kîtâb, 1363 H.S.
  • Wâqidî, Muhammad b. Umar, Kitâb al-Maghâzi, Londre 1966, puis Caire (date?)

Références

  1. Ja'friân, Athâr Islâmi Makkeh wa Madineh, p.393
  2. Ja'friân, Athâr Islâmi Makkeh wa Madineh, p.393
  3. Ibn Sa'd, al-Tabaqât, vol. 2, p. 14; Ya'qûbi, Târikh, vol.2, p. 45
  4. Ibn Sa'd, al-Tabaqât, vol. 2, p. 14-15
  5. Sourate al-Baqara, verset 217
  6. Sourate al-Anfâl, verset 34
  7. Sourate al Hajj, versets 39-40
  8. Ibn Hishâm, al-Sîra al-Nabawîyya, vol.2, p. 252-254
  9. Wâqidi, al-Maghâzî, vol. 1, p. 131
  10. Sourate al-Anfâl, versets 6 et 7
  11. Wâqidi, vol. 1, p.46
  12. Ibn Hishâm, al-Sîra, vol.2, p.266
  13. Sourate al-Mâ'ida, verset 24
  14. Wâqidî, vol.1, p.48
  15. Sourate Anfâl, verset 7
  16. Ibn Athîr, Kâmil fî Târîkh, vol. 2, p. 20
  17. Tabarî, Târikh, vol.2, pp. 443-444
  18. Wâqidî, vol.1, pp. 61-62
  19. Zahabi, Tarîkh al-Islâm, vol.2, p.52
  20. Târumî, Encyclopédie du monde de l'Islâm (en persan), vol.2, p.481
  21. Ibn. Hishâm, Sira al-Nabawiya, vol. 2, p. 269
  22. Wâqidî, vol.1, p. 75
  23. Ibn Hishâm, Sira al-Nabawiya, vol.2, p. 273
  24. Ibn Hishâm, Sira al-Nabawiya, vol.2, p. 56
  25. Ibn Hishâm, Sira al-Nabawiya, vol.2, p. 264
  26. voir par exemple : Ibn Sa'd, Tabaqât al-Kubrâ, vol.2, p. 22
  27. à l'emplacement de cet abri, se situe une mosquée, aujourd'hui appelée du même nom
  28. Wâqidî, vol.1, p. 66-67
  29. Shaykh Mufid, al-Irshâd, vol.1, p.73
  30. Abu al-Fath Râzi,Rawz al-Jinân, vol.5, p. 48
  31. Voir le Coran, sourate Âl 'Imrân, verset 123
  32. Wâqidî, vol.1, p. 91-95
  33. Wâqidî, vol.1, p. 91
  34. Wâqidî, vol.1, p. 145-152
  35. Wâqidî, vol.1, p. 77-78
  36. Wâqidi, al-Maghâzî, vol. 1, p.112
  37. Bukhâri, Sahih, vol.5, p. 97
  38. Bayhaqi, Dalâ'il al-Nabuwa, 1405, vol. 3, p. 92
  39. Zahabi, Târikh al-Islâm, vol. 2, pp. 119-120
  40. Wâqidi, al-Maghâzî, vol. 1, p.114-115
  41. Ibn Hishâm, Sîra al-Nabawîya, vol. 2, p.300-302
  42. Wâqidi, al-Maghâzî, vol. 1, p.116-117
  43. Zamakhshari, Rabi' al-Abrâr, vol.4, p.51-53
  44. Qummi, Tafsîr, vol.1, p.180
  45. Wâqidi, al-Maghâzî, vol. 1, p.120
  46. Wâqidi, al-Maghâzî, vol. 1, p.121
  47. Isfahâni, al-Aghânî, vol.1, p. 23-24
  48. Mufîd, al-Jamal, p. 186
  49. voir Sourate Al-Anfâl, verset 41
  50. Voir Sourate Âl 'Imrân, verset 123
  51. Sâlihi Shâmî, Sabal al-Hudâ, 1993, vol. 4, p. 36-40