Bataille de Hunayn

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Bataille de Hunayn (en arabe : غزوة حنين) fut une des batailles qui eurent lieu après la conquête de La Mecque. Cette Razzia se déroula en l’an 8 H, dans un endroit, nommé Hunayn entre les musulmans sous le commandement du Prophète (s) et les tribus de Hawâzin et Thaqîf (ceux qui vivaient à Tâïf).

Au début de la bataille, à cause des attaques inattendues des polythéistes et de la présence des nouveaux musulmans mecquois, l’armée musulmane fut faible et même le Prophète (s) se trouva en danger, mais enfin, les musulmans arrivèrent à vaincre les polythéistes et acquérir beaucoup de butins.

Temps et noms

D’après les rapports, au jour de vendredi, dis jours avant la fin du mois de Ramadan, en l’an 8 H, le Prophète (s) conquit La Mecque, y campa 15 jours et au jour de samedi, le 6 Shawwâl, il se rendit vers Hunayn.[1]

Cette bataille est nommée Jour de Hunayn[2], Waq’at Hunayn[3], Ghazwat Hunayn[4], Ghazwat Hawâzin[5] et Waq’at Hawâzin[6]

Raison de la bataille

Les chefs des tribus Hawâzin et Thaqîf furent informés de la conquête de La Mecque. Donc, de peur de l’attaque des musulmans à leurs tribus, ils décidèrent de commencer eux-mêmes la bataille contre le Prophète (s) pour vaincre les musulmans.[7]

Evénements avant la bataille

Actions des polythéistes avant la bataille

La plupart des clans de Hawâzin, dont Nasr, Jusham, Sa’d b. Bakr et un groupe de Banû Hilâl sous le commandement de Mâlik b. ‘Awf Nasrî se réunissent. Mais certains autres clans importants, comme Ka’b, Kilâb et Bnû Numayr ne participèrent pas à cette bataille contre les musulmans. Aussi, toutes les tribus alliées de Thaqîf, sous le commandement de Qârib b. Aswad, Subay’ b. Hârith et son frère, Ahmar b. Hârith joignirent l’armée de Hawâzin.[8]

Lorsque Mâlik b. ‘Awf décida de se déplacer pour attaquer le Prophète (s), il prit avec lui ses biens, ses femmes et ses enfants pour encourager ses hommes de combattre les musulmans et de défendre de la meilleure façon leur tribu. Lorsqu’ils arrivèrent à un endroit, nommé Awtâs, dans lequel, ils pouvaient bien attaquer les musulmans par leurs chevaux, Durayd b. Simma, un homme vieux aveugle, qui avait beaucoup d’expérience sur les guerres, dit :

« Si notre victoire était possible, les guerriers de Ka’b et Kilâb nous joindraient ».

Aussi, il s’adressa à Mâlik b. ‘Awf, et le conseilla de ne pas emmener les femmes avec lui. Car s’il subissait une défaite, toutes les femmes seraient capturées. Mais Mâlik refusa l’idée de Durayd et l’humilia.[9]

Là, ils reçurent beaucoup d’aides, venant des autres tribus.[10] Lorsque le Prophète (s) fut informé de cette nouvelle, il envoya Abd Allah b. Abî Hadrad Aslamî pour obtenir discrètement des information sur l’armée des ennemis. Après avoir fini sa mission, Abd Allah dit au Prophète (s) que les polythéistes s’étaient alliés pour le combattre.[11]

Actions du Prophète (s) avant la bataille

Ibn Is’hâq rapporta de l’Imam as-Sâdiq (a) qu’il avait dit :

« Lorsque le Prophète (s) décida participa à la bataille de Hawâzin, il envoya une personne à Safwân b. Umayya (un des chefs Quraychites), et lui demanda de donner des armures et des armes aux musulmans. Safwân qui étaient toujours polythéistes, accepta et envoya cent armures au Prophète (s) ».[12]

Le Prophète (s), accompagné de dix mille musulmans, qui étaient présent dans la conquête de La Mecque, et deux mille des nouveaux musulmans de La Mecque, sortit de cette ville et se dirigea vers le camp de la bataille.[13] Certains mecquois qui accompagnèrent le Prophète (s) voulaient savoir, par curiosité, qui sera gagnant et ils aimeraient même voir la défaite du Prophète (s).[14]

Au moment du coucher du soleil, le 10 Shawwâl, 8 H, le Prophète (s), les musulmans et certains mecquois qui étaient toujours polythéistes, arrivèrent à Hunayn.[15]

Arrangement de deux armées

Mâlik b. ‘Awf envoya trois personnes pour obtenir des information discrètement de l’armée musulmane. Etant effarés de l’armée musulmane, les trois personnes revinrent auprès de Mâlik. Ce dernier prépara ses soldats pour attaquer les musulmans dans la nuit. Le Prophète (s) arrangea son armée au moment du Fajr et donna les drapeaux aux porte-drapeaux.

Porte-drapeaux musulmans

L’Imam Ali (a) porta le drapeaux des Muhadjirun, Hubâb b. Mundhir porta le drapeau de Khazraj et Usayd b. Hudayr porta celui d’Aws. Aussi, chaque clan de Aws et Khazraj avait un drapeau.

Evénements dans la bataille

Déclenchement de la bataille

Ayant porté le vêtement de guerre, le Prophète (s) visita les rangs de son armées, les encouragea et leur promit une victoire. Enfin, avant le lever du soleil, les musulmans entrèrent dans le camp de la bataille.[16]

Les polythéistes de La Mecque qui s’étaient cachés dans la route des musulmans, attaquèrent les musulmans soudainement. Dans l’armée des musulmans, d’abord, les cavaliers de Banû Sulaym, puis les mecquois et les autres gens se mirent à s’enfuir.[17]

Le Prophète (s) appelait ses soldats, en leur disant :

« Venez vers moi, je suis l’Envoyé d’Allah, Muhammad, fils d’abd Allah ».

Mais les musulmans se dispersèrent et il ne resta que peu nombreux avec le Prophète (s).[18]

Défendeurs du Prophète (s) et les fugitifs

Il y a de différents avis sur le nom de ceux qui restèrent avec le Prophète (s). D’après certaines sources, ils étaient quatre :

D’après un autre rapport, neuf ou dix personnes, dont celles, mentionnées ci-dessus et Ayman b. Umm Ayman restèrent avec le Prophète (s).[20]

Certains mecquois, comme Abû Sufyân b. Harb qui s’enfuirent, manifestèrent leur haine à l’égard du Prophète (s) et Shaybat b. Othman b. Abî Talha qui avait perdu son père au cours de la bataille d’Uhud, tenta de tuer le Messager d’Allah (s), mais il ne réussit pas.[21]

Stratégie du Prophète (s) pour faire revenir les fugitifs

Le Prophète (s) ordonna à Abbas b. Abd al-Muttalib qui dirigeait son cheval et qui avait une voix forte, de s’écrier et dire :

« Ô Ansâr, ô gens de Samura, ô gens de la sourate al-Baqara ».

En entendant cette voix, certains retournèrent vers le Prophète (s)[22] Après des moments, presque cent personnes retournèrent, se réunirent à côté du Prophète (s) et commencèrent à combattre les polythéistes.[23]

Ceci causa le retour de la plupart des compagnons du Prophète (s) et leur donna l’espoir de vaincre les polythéistes.[24]

Bravoure de l’Imam Ali (a)

Article connexe : Imam Ali (a).

Dans cette bataille, comme toutes les batailles des musulmans, l’Imam Ali (a) était l’homme le plus brave et le plus fort.[25] Il attaqua le porte-drapeau des polythéiste et le tua. Ceci causa la fuite des polythéistes.[26]

Secours divins

D’après certains rapports, le Prophète (s) prit de poussière de terre et la jeta vers les ennemis, en disant :

« Qu’ils ne soient pas aidé ».

Cette invocation du Prophète (s) causa la défaite des polythéistes.[27]

Aussi, d’après le Coran[28] et les hadiths[29], au jour de la bataille de Hunayn, les anges descendirent du ciel et combattirent les ennemis des musulmans.

Victimes et captifs polythéistes

Lorsque les polythéistes s’enfuirent, 70 personnes de Banû Mâlik de la tribu Thaqîf furent tués.[30]

Dans cette bataille, les musulmans obtinrent 24 000 chameaux, plus de 40 000 moutons et une grande quantité d’argent, comme butins.[31]

Evénements après la bataille

Polythéistes après la bataille

Mâlik b. ‘Awf et les polythéistes s’enfuirent à Taïf. Certains d’entre eux campèrent à proximité du camp de bataille. Le Prophète (s) envoya des soldats pour les combattre.[32]

Au cours de cette bataille, Shaymâ, fille de Hârith b. Abd al-‘Uzzâ qui était la sœur du lait avec le Prophète (s), fut capturée par les musulmans. Ils l’emmenèrent auprès du Prophète (s) et ce dernier la respecta. Elle demanda au Prophète (s) de la renvoyer vers sa famille et il accepta.

Actions des musulmans après la bataille

Après la bataille, le Prophète (s) permit à tous les musulmans qui avaient tué un polythéiste, de prendre les armes et les armures de celui qu’il avait tué.[33]

Puis, les musulmans emmenèrent les captifs auprès du Prophète (s), ce dernier leur ordonna de les garder dans un endroit, nommé Ji’râna.[34] Après la bataille, la veille de jeudi, le 5 Dhu al-Qa’da 8 H, le Prophète (s) s’en alla à Ji’râna.[35]

Libération des captifs

Un groupe de Hawâzin est venu auprès du Prophète (s), lui demandant la libération des captifs. Le Prophète (s) libéra sa part et celle de Banû Abd al-Muttalib. En voyant cela, Muhadjirun et les Ansâr firent comme l’Envoyé de Dieu (s) et libérèrent les captifs.[36]

Distribution des butins

Au début, le Prophète (s) prit la part des Quraychites des butins et la leur donna pour les rapprocher de l’islam. Puis, il donna 100 chameaux à Abû Sufyân b. Harb et 50 ou 40 chameaux aux autres. Ensuite, il demanda de compter les soldats et il leur donna leur part du butin.

En voyant que le Prophète (s) donna d’abord la part des Quraychites et que leur part était plus que celle des musulmans, certains Ansâr critiquèrent le Prophète (s). Mais ce dernier leur parla et les convainquit. Enfin, ils se regrettèrent et demandèrent pardon à l’Envoyé d’Allah (s).[37]

Retour à Médine

Après 13 jours de séjour à Ji’râna, le 18 Dhu al-Qa’da, le Prophète (s) sa ‘Umra (le pèlerinage surérogatoire) et retourna à Médine.[38]

Voir aussi

Références

  1. Wâqidî, Al-Maghâzî, v 3 p 889 ; Ibn Sa’d, At-Tabaqât al-Kubrâ, v 2 p 137 - 150
  2. Le Coran, Sourate at-Tawba, v 25
  3. Ya’qûbî, Târîkh Ya’qûbî, v 2 p 62
  4. Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, v 1 p 438
  5. Ibn Sa’d, At-Tabaqât al-Kubrâ, v 2 p 149
  6. Ibn Hazm, Jawâmi’ as-Sîra, p 241
  7. Wâqidî, Al-Maghâzî, v 3 p 885 ; Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, v 1 p 438
  8. Wâqidî, Al-Maghâzî, v 3 p 885
  9. Ibn Hishâm, As-Sîrat an-Nabawîyya, v 4 p 80 - 82
  10. Wâqidî, Al-Maghâzî, v 3 p 886 - 887
  11. Ibn Hishâm, As-Sîrat an-Nabawîyya, v 4 p 82 - 83
  12. At-Tabarî, Târîkh at-Tabarî, v 3 p 73
  13. Ibn Sa’d, At-Tabaqât al-Kubrâ, v 2 p 150
  14. Wâqidî, Al-Maghâzî, v 3 p 894 - 895
  15. Wâqidî, Al-Maghâzî, v 3 p 892 ; Ibn Sa’d, At-Tabaqât al-Kubrâ, v 2 p 150
  16. Wâqidî, Al-Maghâzî, v 3 p 895 - 897
  17. Ibn Hishâm, As-Sîrat an-Nabawîyya, v 4 p 83
  18. Ibn Hishâm, As-Sîrat an-Nabawîyya, v 4 p 85
  19. Ibn Abî Shayba, Al-Musannaf, v 8 p 552 - 553
  20. Ya’qûbî, Târîkh Ya’qûbî, v 2 p 62 ; Tabrisî, I’lâm al-Warâ, v 1 p 386
  21. Ibn Hishâm, As-Sîrat an-Nabawîyya, v 4 p 86 - 87
  22. Wâqidî, al-Maghâzî, v 3 p 898 - 899
  23. At-Tabarî, Târîkh at-Tabarî, v 3 p 75 - 76
  24. Wâqidî, Al-Maghâzî, v 3 p 900 - 901
  25. Shams ash-Shâmî, Subul al-Hudâ, v 5 p 324
  26. Ya’qûbî, Târîkh Ya’qûbî, v 2 p 63
  27. At-Tabarî, Târîkh at-Tabarî, v 3 p 78
  28. Sourate at-Tawba, v 26
  29. Nuwayrî, Nahâyat al-Irab, v 17 p 334
  30. Ibn Hishâm, As-Sîrat an-Nabawîyya, v 4 p 92
  31. Ibn Sa’d, At-Tabaqât al-Kubrâ, v 2 p 155
  32. Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, v 1 p 439 - 440
  33. Wâqidî, Al-Maghâzî, v 3 p 908
  34. Ibn Hishâm, As-Sîrat an-Nabawîyya, v 4 p 101
  35. Ibn Sa’d, At-Tabaqât al-Kubrâ, v 2 p 154
  36. Ibn Hishâm, As-Sîrat an-Nabawîyya, v 4 p 130 - 133
  37. Ibn Sa’d, At-Tabaqât al-Kubrâ, v 2 p 152 - 156
  38. Ibn Sa’d, At-Tabaqât al-Kubrâ, v 2 p 154