Cinq infaillibles

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Les Cinq infaillibles (en arabe : الخمسة الطيبة) (Al-khamsat al-tayyiba) ou les Cinq Personnes de la Famille du Prophète est un titre donné au Prophète Muhammad (s), Imam Ali (a), Sainte Fatima az-Zahrâ (a), Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a) et Imam al-Husayn (a) dont les qualités et le rang semblable les font distinguer parmi les Les Quatorze infaillibles, chez les chiites duodécimains. Ils sont également connus sous les noms de la « Famille du Manteau », les « Gens du Manteau » ou les « cinq immaculés ».

Les vertus des Cinq infaillibles dans le Saint Coran

La réputation des "Cinq infaillibles" dans les versets coraniques et les hadiths saints vient de l’importance du verset de la purification.[1]. Ce dernier a été descendu au moment où le Prophète (s) et sa famille étaient réunis sous un manteau.

Les commentateurs chiites et la masse des croyants considéraient que la famille du Prophète (s) se limitait à l’époque à Sainte Fatima (a), son époux et leurs enfants, personnalités auxquelles fait allusion le verset qui les présente comme épargnés de toute souillure. Les titres « Famille du Manteau » et « Gens du Manteau » relève de cette pureté.

Cet statut supérior est évoquée également dans d’autres versets, dont :

  • Les versets 5 au 22 de la sourate Homme, qui fait éloge de la sincérité et de l’esprit de sacrifice chez Imam Ali (a), Sainte Fatima, Hasan et Husayn, qui avait observé le jeûne pendant 3 jours et remis leur repas, chaque soir, au moment de la rupture du jeûne, à un pauvre, un orphelin et un esclave.
  • Le verset 30 de la sourate Génisse (فتلقّی آدم من ربّه کلمات) et le Seigneur apprit à Adam tous les noms. D’après certains récits généraux et particuliers, liés à l’interprétation de ce verset, le recours du prophète Adam aux lumières des cinq personnes immaculés et l’appel de Dieu en invoquant leurs noms ont entraîné son pardon et l’acceptation de sa repentance.[5] précisent en différents termes, que les noms des cinq personnes (Muḥammad, Imam Ali (a), Fatima, Hasan et Husayn) sont dérivés des noms divins (Mahmûd, Hamîd, Ali, ‘Âlî, A’lâ, Fâtir, Fâtim, Muhsin, Dhu al-Ihsân et Dhu al-Asmâ' al-Husnâ).

De même, en interprétant le verset ci-haut et le verset و اذ ابتلی ابراهیم ربّه بکلماتٍ فاتمهّن[6][Rappelez-vous] quand le Seigneur éprouva Abraham par certaines prescriptions, (کلمات) sont interprétés comme les Cinq du manteau et فَأتَمَّهُنَّ comme les 9 descendants de Husayn, citant de nombreuses qualités et vertus pour les Gens du Manteau.[7]

Par ailleurs, dans le verset اَسْتَکْبَرْتَ اَم کَنتَ مِن العالین Fus-tu orgueilleux ou fus-tu parmi les Superbes?[8] Les Superbes sont interprétés comme les cinq immaculés.[9]

D’autres versets font également allusion, selon certains récits généraux et particuliers, à l’importance des cinq personnes, parmi lesquels : Les Femmes : 69, Abraham : 24, Les Abeilles : 43, Tâ-Hâ : 132, La Salvation : 74, Celles qui vont : 27, La Montagne : 21, Le Rassemblement : 9.[10]

Les vertus des Cinq infaillibles dans les hadiths

Outre les versets coraniques, certains hadiths généraux et particuliers, portent sur les traits caractéristiques et le rang des ces cinq personnes.[11]

Il est dit également au sujet des "Cinq infaillibles" que leurs noms furent dérivés des Nom d'Allah et inscrit sur le Trône divin (al-'arsh).

Selon une tradition prophétique, lors qu'Adam est rendu vivant par le Souffle divin, il leva le regard vers le Trône (al-'arsh), et y a vu écrit cinq inscriptions. Il en a demandé à Dieu et Dieu lui a répondu :

" En premier il y a Prophète Muhammad (s) car je suis al-mahmud (le Loué); en seconde il y a Imam Ali (a), car je suis al-'Âlî (le Plus Elevé); en troisième il y a Fatima az-Zahrâ (a) car je suis al-fâtir (le Créateur); en quatrième il y a Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a) car je suis al-muhsin (le Bienfaiteur); en cinquième il y a Imam al-Husayn (a) car je suis dhû l-ihsân (le Seigneur de la Bonneté)" [12].

Certains d’entre eux vont jusqu’à présenter l’Ange Gabriel comme le sixième après les cinq personnes (Gabriel est le sixième d’entre nous).[13]

Le respect envers les cinq et leur glorification se voient dans les discours, les argumentations et les sermons des Ahl al-Bayt (a).

Dans la plupart des argumentations et des discours glorieux prononcés par les Imams, la citation des noms des cinq immaculés semble préciser le haut rang occupé par les Ahl al-Bayt (a).[14]

L'excellence des Cinq infaillibles par rapport aux autres Imams

De nombreux témoignages confirment la priorité et la supériorité de ces Cinq personnes parmi les Les Quatorze infaillibles. Ces témoignages ne sont que les traits illustres communs et exclusifs des Cinq immaculés.

De même, le martyre de l'Imam al-Husayn (a)(en 61 de l’hégire), considéré comme le dernier de ces cinq personnes et cité dans les prières et les manuels de visites pieuses [15] comme le « cinquième des Gens du manteau » et « cinquième membre de la Famille du manteau », est considéré comme le décès de tous les Cinq personnes et donc une grande perte.[16]. Ces titres sont également employés par respect pour l'Imam Ali (a).[17]

Parmi les Cinq infaillibles, l’ordre de la supériorité est mis en lumière, dans une certaine mesure, par nombre de hadiths. Ce qui est sûr, c’est que le Prophète (s) est supérieur aux autres personnes et le prince des croyants, l'Imam Ali (a), l’est par rapport à Fatima, à Hasan et à Husayn[18].

Il existe également des divergences au sujet de la supériorité de Fatima par rapport à Hasan et Husayn et vis versa.[19]

Voir aussi

Bibliographie

  • Coran
  • Muhammad Muhsen Âqâ Buzurg Tihrânî, Adh-Dharî’a Ilâ Tasânîf ash-Shî’a, par Ali Naqî Munzavî et Ahmad Munzavi, Beyrouth, 1403/1983.
  • Abu al-futûh Râzî, Rawd al-jinân va Rûh al-jinân fi Tafsîr al-Qur'ân, par Muhammad ja’far Yâhaqqî et Muhammad Mahdi Nâsih, Mashhad, 1365-1375 de l’hégire solaire.
  • Abd al-Husayn Amînî, Al-Ghadîr fi al-Kitâb va as-Sunna va al-Adab, Beyrouth, 1387/1967.
  • Hâshim b. Sulaymân Bahrânî, Al-Burhân fi Tafsîr el Qur'ân, Qom, Bitâ
  • Murtadâ Husaynî Fîrûz Âbâdî, Fadâ’il al-Khamsa min as-Sihâh as-Sittat, Beyrouth, 1402/1982
  • Abu ar-Rahmân b. Abî Bakr Suyûtî, Ad-Durr al-Manthûr fi at-Tafsîr Bil Ma’thûr, Beyrouth, Bitâ.
  • Nûr Allah b. Sharf ad-Dîn Shûshtarî, Ihqâq al-Haq va Ezhâq al-Bâtil, avec les explications de Shahâb ad-Dîn Mar’ashî, par Mahmûd Mar’ashî, Qom, 1377/1998.
  • Fadl b. Hasan Tabarsî, Mu'jma al-Bayân fi Tafsir al-Qur'ân, par Hâshim Rasûlî Mahallâtî et Fadl Allah Yazdî Tabâtabâ'î, Beyrouth 1408/1988.
  • Muhammad b. ‘Umar Fakhr Râzî, At-Tafsîr al-Kabîr, Le Caire, Bitâ, Off Set Téhéran, Bitâ
  • Sulaymân b. Ibrâhîm al-Qundûzî, Yanâbî’ al-Mawadda li Dhawil Qurbâ, par Ali Jamâl Ashraf Husaynî, Qom, 1416.
  • Muhammad Baqir b. Muhammad Taqî Majlisî, Bihâr al-Anwâr, Beyrouth 1403/1983.
  • Abd al-Qâsim b. Muhammad hasan Mîrzâ Qummî, jâmi’ ash-Shattât, typolithographie, Téhéran 1277/1898

Références

  1. Le Coran, sourate Les factions : 33
  2. Le Coran, sourate La famille de ‘Imrân : 61
  3. Le Coran, sourate La délibération : 23
  4. Shushtarï, vol.3, pp. 274-279, vol. 9, pp. 107-109 ; Majlisï, vol. 24, pp. 97-99, vol. 37, pp. 64, 73, 96 ; Suyûtî ; Tabarsï, sur ledit verset
  5. Shûshtarï, vol. 3, pp. 76-80, vol. 5, p. 11, vol. 9, pp. 102-105 ; Majlisî, vol. 26, pp. 323-328, 333 ; Husaynî Fîrûz Âbâdî, vol. 1, p. 205 ; Amînî, vol. 7, pp. 300-301; Tabarsî ; Bahrânî ; Abu al-futûh Râzî, sur le dit verset ; Certains de ces récits ; Shûshtarî, vol. 5, p. 4 ; Majlisî, vol. 15, pp. 9, 14-15, vol. 25, p. 6, vol. 26, p. 327-328, vol. 37, pp. 47, 62-63 ; Amînî, vol. 2, p. 300-301
  6. Le coran, sourate La Génisse : 124
  7. A titre d’exemple voir Bahrânî ; Tabarsî, sur ledit verset ; Shûshtarî, vol. 3, p. 79, vol. 5, pp. 262-265, vol. 7, pp. 180-183, vol. 18, pp. 344-347 ; Majlisî, vol. 25, pp. 2-3, 6, 16-17, vol. 26, pp. 273, 311-312, 323-327, 243 ; Husaynî Fîrûz Âbâdî, vol. 1, p. 207 ; Amînî, vol. 2, pp. 300-301, Ḳundûzï, vol. 1, p. 290
  8. Le coran, sourate Sâd : 75
  9. Bahrânî, sur ledit verset ; Majlisî, vol. 25, p. 2, vol. 26, pp. 346-347
  10. Voir Shushtaï, vol. 3, pp. 482-483, 542, 560, vol. 14, pp. 375, 389-391, 542, 550, 591-593, 637, 682 ; Majlisî, vol. 25, pp. 16, 30, 220, 241, vol. 37, p. 83
  11. Voir Husaynî Fîrûzâbâdî, vol. 1, pp. 264-311 ; Shûshtarî, vol. 5, pp. 3-4, 11-22, 45-46, vol. 18, p. 384 et après ; Majlisî, vol. 37, pp. 35-107
  12. Ibn Bâbiwayh, 'Ilal, bâb 116, p.135. cf. Amir-Mûzî, le Guide divin, 20017, p.78
  13. Qundûzî, vol. 1, p. 323 ; Majlisî, vol. 42, p. 63, vol. 43, p. 49 ; et en ce qui concerne les vertus des cinq personnes, l’amitié pour eux et des expressions employées sur leur place ici-bas et au-delà, voir Majlisï, vol. 37, pp. 36-37, 47, 64-65, 75, 78, 84-85 ; Voir Husaynî Fîrûz Âbâdî, vol. 1, p. 300, vol. 2, p. 78, vol. 3, pp. 133, 139-141 ; Amînî, vol. 2, pp. 300-301 ; Shûshtarî, vol. 5, pp. 20, 53, 90, vol. 18, pp. 348-355 ; interprétation du verset de l’amitié par Zamakhsharî ; Qundûzî, vol. 2, pp. 68, 297
  14. Voir Shûshtarî, vol. 5, pp. 28-29, 31-32, 39 ; Majlisî, vol. 33, p. 184, vol. 37, pp. 48, 66, vol. 45, p. 138 ; Amînî, vol. 1, pp. 160, 209
  15. Madjlessi, vol. 45, p. 250, vol. 98, p. 179, 196, 235, 313, 318, 360
  16. Majlisî, vol. 44, pp. 269-270, vol. 45, pp. 2, 88
  17. Voir Majlisî, vol. 65, p. 130, vol. 97, pp. 205, 302, 373
  18. Majlisî, vol. 26, p. 272, vol. 37, pp. 75, 86, vol. 39, pp. 90-92
  19. Voir Âqâ Buzurg Tihrânî, vol. 4, p. 359 ; Mîrzâ Qummî, vol. 2, p. 785 ; Majlisî, vol. 43, p. 264, vol. 45, p. 3