Eau courante

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

L’eau courante (en arabe : الماء الجاري) ou l’eau jaillissante est l'eau qui jaillit de la terre et se met à couler. Même si cette eau est d'une quantité inférieure à un kor, elle ne devient pas impure au contact d'une impureté tant qu'elle n'acquiert pas l'odeur, la couleur ou le goût de l'impureté en question.

L’eau courante (jaillissante) et l’eau stagnante

Les linguistes désignent par l’expression « eau courante » toute eau qui coule, et par l’expression « eau stagnante» l’eau qui ne s’écoule pas (comme l’eau du puits, l’eau du bassin et celle de l’étang).

Par l’expression « eau courante», on désigne exclusivement l’eau jaillissante, car l’eau courante qui ne jaillit pas d’une source fait partie des eaux stagnantes. En cela, les jurisconsultes sont tous du même avis ».

Cela veut dire que les jurisconsultes ont leur propre définition de l’eau courante et de l’eau stagnante. En effet, chez eux l’eau jaillissante est une eau courante même si réellement elle n’est pas courante, car elle est susceptible de continuer à couler; et l’eau stagnante est celle qui n’est pas jaillissante même si réellement elle est courante, car elle n’est pas susceptible de couler continuellement.[1]

Un hadith à propos de l'eau courante et de l’eau stagnante

L’Imam as-Sâdiq (a) a dit : « Il n’y a pas de mal à ce que l’homme urine dans l’eau courante, mais il est détestable d’uriner dans l’eau stagnante ».[2]

Le contact de l’eau courante avec la souillure

Il y a deux cas possibles pour le contact de l’eau courante avec la souillure :

1- La souillure tombe dans l’eau jaillissante sans provoquer un changement ni dans la couleur de l’eau, ni dans son goût et pas même dans son odeur. Dans ce cas, l’eau restera pure, même si elle est en petite quantité. ce qui veut dire que la présence d’une source empêche tout ce qui est impur de souiller l’eau (qu’elle soit en petite ou en grande quantité), sauf si elle a subi un changement dû à la présence de la souillure.

Mais certains jurisconsultes disent qu'une source qui ne coule pas et qui remplace seulement la quantité d'eau dont on retire, n'est pas traitée comme une eau courante. Cela signifie qu'au contact d'une impureté, elle devient elle-même impure si elle est moins de kor.[3]

2- La souillure tombe dans l’eau et provoque un changement soit dans le goût de celle-ci, soit dans sa couleur, ou bien dans son odeur. Dans ce cas, l’eau (qu’elle soit en petit ou en grande quantité, jaillissante ou pas) deviendra impure. Toutefois, ces derniers ont posé trois conditions :

  • Le changement doit être provoqué par le contact de l’eau avec la souillure. Ainsi, si un animal meurt près de l’eau et que celle-ci subit un changement sans avoir eu de contact avec l’animal, elle restera pure.
  • Le changement doit être provoqué par la souillure elle-même et non pas par l’objet souillé. Donc, si, par exemple, à la suite d’un contact avec du miel souillé, l’eau devient rouge ou jaune, celle-ci restera pure.
  • Le changement doit être sensible et non hypothétique. Supposons qu’une souillure incolore entre en contact avec de l’eau sans provoquer aucun changement dans celle-ci alors que si elle avait une couleur, elle aurait changé celle de l’eau. Dans ce cas, l’eau restera pure, car le changement doit être sensible et non hypothétique.[4]

Voir aussi

Références

  1. Muhammad-Jawâd Maghnia, Le fiqh de l'Imam as-Sâdiq (a.s), v 1 p 26
  2. Cheikh al-Hurr al-ʻÂmilî, Al-Wasâ’il, v 1 p 143
  3. Sîstânî, Tawzîh al-Masâ'il (Le guide pratique du musulman), Edité et traduit par Abbas Ahmad Al-Bostani, Article 24
  4. Le fiqh de l'Imam as-Sâdiq (a.s), v 1 p 27