Hadîth al-Thaqalayn

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Le Hadîth Thaqalayn(en arabe: حديث الثقلين) est un hadîth très connu et rapporté par de nombreuses personnes, attribué au Prophète de l’islam. Voici le hadith : « Je vous laisse deux trésors, le Livre de Dieu (Coran) et mes Ahl al-Bayt. Ils ne se sépareront jamais jusqu’au jour du Jugement… »

Le hadîth est accepté par tous les musulmans, chiites et sunnites, et rapporté dans les livres de hadith des deux écoles.

En se basant sur ce hadîth, les chiites confirment la nécessité de l’imâmat et de l’infaillibilité des Imâms et la durabilité de l’imâmat au cours du temps.

Le hadîth

Le hadîth est cité en différentes expressions, mais le contenu de toutes les citations est le même. Dans Usûl Kâfi, considéré comme l’un des quatre principaux livres du chiisme, il est cité de la manière suivante :

إِنِّی تَارِک فِیکمْ أَمْرَینِ إِنْ أَخَذْتُمْ بِهِمَا لَنْ تَضِلُّوا- کتَابَ اللَّهِ عَزَّ وَ جَلَّ وَ أَهْلَ بَیتِی عِتْرَتِی أَیهَا النَّاسُ اسْمَعُوا وَ قَدْ بَلَّغْتُ إِنَّکمْ سَتَرِدُونَ عَلَی الْحَوْضَ فَأَسْأَلُکمْ عَمَّا فَعَلْتُمْ فِی الثَّقَلَینِ وَ الثَّقَلَانِ کتَابُ اللَّهِ جَلَّ ذِکرُهُ وَ أَهْلُ بَیتِی‏
« Je vous laisse deux choses. Si vous y avez recours, vous ne vous égarerez jamais: le Livre d’Allâh et mes Ahlul Bayt de ma descendance. Ô gens! Ecoutez que vous me rejoindrez à côté du bassin. Alors je vous poserai des questions sur votre comportement envers ces deux trésors: Ils sont: le Livre d’Allâh et mes Ahlul Bayt » .
Kulaynî, Kâfî, vol. 1, p. 294

Sunan Al-Nisâï, un des six recueils de hadith sunnite, l'a raconté comme suit :

کأنی قد دعیت فاجبت، انی قد ترکت فیکم الثقلین احدهما اکبر من الآخر، کتاب الله و عترتی اهل بیتی، فانظروا کیف تخلفونی فیهما، فانهما لن یفترقا حتی یردا علی الحوض
« Je suis sur le point d’être rappelé par Allâh. Je vous laisse deux trésors dont un est plus important que l’autre : le Livre de Dieu et les Ahlul Bayt de ma descendance. Alors faites attention de la manière dont vous les traiterez parce qu’ils ne se sépareront point jusqu’au moment où vous me rejoigniez à côté du Bassin » .
Nasâ’î, As-Sunan al-Kubrâ, hadîth n° 8148

Sources et documents du hadîth

Il s’agit d’une tradition acceptée par les érudits chiites et sunnites et en terme de document on ne peut pas le mettre en cause.

Sources sunnites

D’après "Hadîth al-Thaqayan wa Maqâmat Ahl al-Bayt"[1], le haîth est cité par plus de 25 compagnons du Noble Prophète.

1. Zayd b. Arqam. Ce hadîth est cité de lui de six manières dans Sunan de Nisâ’î,[2] Al Mu’jam al-Kabîri de Tabarânî,[3] Suan de Tarmadhî,[4] Mustadrak de Hâkim,[5] Musnad d’Ahmad,[6] et dans d’autres livres.

2. Zayd b. Thâbit. Dans Musnad d’Ahmad,[7] et Al Mu’jam al-Kabîr de Tabarânî[8]

3. Jâbir b. ‘Abdullâh. Dans Sunan (Sahîh) de Tarmadhî[9], Al Mu’jam al-Kabîr[10], et Al Mu’jam al-Usat[11] de Tabarânî.

4. Hadhîfat b. ‘Asîd. Dans Al Mu’jam al-Kabîr de Tabarânî[12]

5. Abû Sa’ï Khidrî. Quatre fois dans Musnad d’Ahmad[13] et Zu’afâ al-Kabîral-qîlî[14]

6.Imâm ‘Alî. De deux manières : Dans Al Bahr al-Zakhâr ou Musnad d’Al-Bazâz[15] et dans Kanz al-Amâl.[16]

7.Abûdhar Ghifârî. Dans Al-Mu’talif wa al-Mukhtalif de Dâraqtanî[17]

8.Abû Harîra. Dans Kashf al-Istâr ‘an Zawâ’id d’Al Bazâr[18]

9.‘Abdullâh b. Hantab. Dans Asad al-Ghabat.[19]

10.Jubayr b. Mut’am. Dans Zilâl al-Janat.[20]

11.Certains se levèrent et citèrent le hadîth.[21]

Voici les noms de certains de ces compagnons:

Bahrânî auteur de Ghâyat al Marâm wa Hujat al Hasâm cite le hadîth de 39 manières des livres écrits par les sunnites.

Selon le livre mentionné, le hadîth est cité dans les livres suivants: Musnad d’Ahmad, Sahîh de Muslim, Manâqib de Ibn al-Maghâzilî, Sunan de Tarmadhî, Al ‘Umdat de Tha’labî, Musnad d’Ibn Ya’lâ, Al Mu’jam al Usat de Tabrânî, Al ‘Umdat d’Ibn al-Batrîq, Yanâbi’ al-Mawadat de Qundûzî, Al Tarâ’if d’Ibn al Maghâzilî, Farâ’id d’Al-Samtayn et Exégèse de Nadj al-Balâgha d’Ibn Abî al-Hadîd.[22]

Sources chiites

Selon "Ghâyat al-Marâm wa Hujat al Khasâm", 82 hadîths semblables au Hadîth al-Thaqayan sont cités dans les sources chiites y compris Al-Kâfî, Kamâl al-Dîn, Amâlî de Sadûq, Amâlî de Mufîd, Amâlî de Tûsî, ‘Uyûn Akhbâr al-Rizâ, Kitâb al-Ghaybat de Nu’mânî'', Basâ’ir al-Darajât et de nombreux autres livres.[23]

Monographies

Les érudits chiites ont non seulement cité le hadîth al-Thaqalyan mais également consacré des livres entiers à ce sujet, parmi ces livres on peut citer les ouvrages suivants:

"Hadîth al-Thaqalayn" de Qawâm al-Dîn Muhammad Washnawî Qummî, "Sa’âdat al-Darayn fî Sharh Hadîth al-Thaqalayn" d’‘Adb al-‘Azîz Dihlawî (en persan), "Hadîth al-Thaqalayn" de Najm al-Dîn ‘Askarî, "Hadîth al-Thaqalayn" de Sayad ‘Alî Milânî, "Hadîth al-Thaqalayn wa Maqâmât Ahl al-Bayt" d’Ahmad al-Mâhûzî (en arabe).

Circonstances de l’expression du hadîth

Il existe des divergences au sujet du moment et de l’endroit où le Hadîth al-Thaqalayn a été prononcé par le Prophète de l’Islam, par exemple Ibn Hajar Haytamî écrit [24] que le hadîth a été prononcé par le Prophète au moment où il rentrait de la conquête de la Mecque, à proximité de Ta'if; mais les autres historiens ont considéré d’autres moments et lieux à ce sujet.

On peut considérer certains d’entre eux comme des rapports d’un même événement, mais sans aucun doute, on ne peut pas avancer le même jugement à propos des autres, parce qu’ils montrent précisément que le Prophète a attaché un grand intérêt à ces deux trésors (Coran et Ahl al-Bayt) à différentes occasions, surtout vers la fin de sa vie.[25]

En ce qui concerne les circonstances de l’expression du hadîth, on peut faire allusion aux cas suivants:

  • Le jour d’‘Arafa, monté sur un chameau[26]; durant le pèlerinage de l’Adieu;[27]
  • Près de Ghadîr Khum, avant que les pèlerins se dispèrssent[28], et le Hadîth Al-Ghadîr est prononcé par la suite[29];
  • Dans un sermon du vendredi, accompagné du Hadîth de Ghadîr[30]
  • Au cours d’une prière en commun dans la mosquée Khayf, au dernier jour de la période Tashrîq[31]
  • En haut du minbar;[32]
  • Dans le dernier sermon prononcé devant le public;[33]
  • Dans un sermon prononcé en public après la dernière prière collective[34]
  • Au moment où il était malade et que les compagnons étaient réunis à son chevet.[35]

Sunnat ou ‘Itrat ?

Certaines sources Sunnites emploient le terme “Sunnatî” au lieu de l’expression « ‘Itratî » dans le hadith.[36] A rappeler que de telles citations sont rares, et même les sunnites n’y attachent de l’intérêt, parce que le hadîth en question n’existe pas en ces termes dans les sources authentiques d'origines et les spécialistes du kalâm sunnites n’accorde pas d’intérêt à ces sources dans les discussions en théologie entre différentes écoles.

Qui sont les gens désignés par ‘Itrat ?

Dans la plupart des citations, l’expression Ahl al-Bayt est introduite pour expliquer davantage le terme «‘itrat », mais dans certaines d’entre elles il n’existe que ce terme : ‘itrat[37]. Dans les autres seulement le terme Ahl al-Bayt est mentionné [38], et certaines autres appuient sur le respect des Ahl al-Bayt.[39]

Certaines sources chiites citant le Hadîth al-Taqalayn, font allusion aux douze Imâms pour expliquer le sens du terme Ahl al-Bayt.

Importance du Hadîth

Les érudits chiites ont cité le hadîth dans la plupart de leurs livres. Mîr Hamid Husayn Kantûrî, (originaire de l’Inde et mort en 1306) a consacré un chapitre entier à ce hadîth et aux chaînes de sa transmission, dans son ouvrage nommé ‘Abiqât al-Anwar(les volumes 1 à 3). En se basant sur les sources sunnites, il a évoqué l’importance du hadîth et dans les débats autour de l’imâmat, il a donné la priorité absolue à ce hadîth parmi d’autres.

Ce hadîth prouve des points importants qui font partie de la croyance chiite.

Nécessité de suivre les Ahl al-Bayt

Dans ce hadîth, les Ahl al-Bayt sont lié au Coran; et comme il est nécessaire pour tout musulman de suivre le Coran, il lui est aussi nécessaire, d'après ce hadith, de suivre les Ahl al-Bayt.

Infaillibité des Ahl al-Bayt

Le Hadîth al-Thaqalayn comporte deux points qui prouvent l’infaillibilité des Ahl al-Bayt:

  • Il souligne que si vous suivez le Coran et les Ahl al-Bayt, vous ne vous égarerez pas. Cela prouve que les enseignements de l’Ahl al-Bayt sont exempts de toute erreur.
  • D'après ce hadith, le Coran est lié aux Ahl al-Bayt. Puisque les musulmans croient à l’unanimité que le Coran ne comporte aucune erreur, alors la deuxième chose, Ahl al-Bayt, aussi sera préservée de toute faute.

Certains chercheurs sunnites ont accepté que le hadîth al-Thaqalayn confirme la pureté et l’infaillibilité des Ahl al-Bayt de toute souillure et faute.[40].

Les divergences restent alors autour de la grande question à savoir qui fait partie de Ahl al-Bayt. Autour de cette notion, sa définition et ses frontières, on le sait, depuis le début de l'Islam eut beaucoup de débats, de disputes et de conflits. Mais comme on l'a dit plus haut, ils sont constitué, notamment pour les chiites, d'abord des Cinq du Manteau, à savoir : Muhammad, 'Ali, Fâtiman, Hasan et Husayn; ensuite les neuf Imams descendants de Husayn à qui l'Imamat à été transmis et dont le dernier, le Qâi'm, demeure occulté.

Nécessité de la continuité de l’imâmat

Le hadîth comporte des points qui peuvent prouver la nécessité de la continuité de l’imâmat.

  • Les Ahl al-Bayt côtoient le Coran, d’autant plus que le Coran est la source infinie de l’orientation en Islam. Il y aura donc toujours un membre des Ahl al-Bayt qui garde le Coran et à qui on pourra se référer.
  • Le Prophète a souligné que ces deux choses ne se séparent jamais jusqu’à rejoindre le Bassin de Kawthar (Hawz Kawthar) (à la fin du monde).
  • Le Prophète a annoncé : si vous avez recours à ces deux choses précieuses, vous ne vous égarez jamais.

Dans son Sharh al-Mawahib, l’imâm Zarqânî Malikî, religieux sunnite cite l’Allâmeh Samhûdî qui dit : On comprend de ce hadîth qu’il y a jusqu’au Jugement Dernier un membre de l’‘Itrat qui mérite d’être recouru, afin que le hadîth reste valable, comme il est le cas du Livre (le Coran); c’est pourquoi ils sont ‘''Itrat'' les protecteurs des habitants de la terre et comme ils le quittent, la terre sera vide de ses habitants.[41]

La référence scientifique des Ahl al-Bayt

Le Coran est la principale source des idées et des prescriptions pratiques de tous les musulmans et le hadîth présente les Ahl al-Bayt comme inséparable du Coran, il s’ensuit facilement que les Ahl al-Bayt sont considérés aussi comme une référence infaillible de connaissance dans tous les domaines des sciences islamiques.

Au cours d’une discussion avec le Shaykh Salîm Bushrâ, Sayad ‘Abd al-Husayn Sharaf al-Dîn prouve bel et bien dans son Al Murâji’ât, que les Imams sont des références de connaissances et qu'il est donc nécessaire de les suivre.[42]

Hadîth al-Thaqalayn et rapprochement des écoles

Comme nous avons expliqué, le Hadîth al-Thaqalayn est admis par les chiites aussi bien que par les sunnites. Des discussions ont jusqu’à présent eu lieu au sujet du hadîth, ce qui a entraîné la convergence et le rapprochement des écoles islamiques, y compris la discussion entre Sayad ‘Abd al-Husayn Sharaf al-Dîn et le savant sunnite, le Shaykh Salîm Bushrâ. Ces discussions sont citées dans Al Murâji’ât. Le grand intérêt accordé par l’Ayatollah Burûjirdî à ce hadîth faisait partie du courant lancé par Sharaf al-Dîn.[43]

Voir aussi

Hadith al-Lawh
Hadith Silsilat adh-Dhahab
Hadith Safîna
Hadith al-Kisâ'

Références

  1. Ecrit par Ahmad Mâhûzî
  2. Nisâ’î, Al Sunan al-Kubrâ, hadîth n° 8148
  3. Tabarânî, Al Mu’jam al-Kabîr, vol. 5, p. 186
  4. Tarmadhî, Sunan al Tarmadhî, hadîth n° 3876
  5. Hakim Nayshâbûrî, Al Mustadrak, vol. 3, p. 110
  6. Ahmad b. Hanbal, Musnad Ahmad, vol. 4, p. 371
  7. Ahmad b. Hanbal, Musnad Ahmad, vol. 5, pp. 183 et 189
  8. Tabarânî, Al Mu’jam al-Kabîr, vol. 5, p. 166
  9. Tarmadhî, Sahîh Tarmadhî, vol. 5, p. 328
  10. Tabarânî, Al Mu’jam al-Kabîr, vol. 3, p. 66
  11. Tabarânî, Al Mu’jam al-Usat, vol. 5, p. 89
  12. Tabarânî, Al Mu’jam al-Kabîr, vol. 3, p. 180
  13. Ahmad b. Hanbal, Musnad Ahmad, vol. 3, pp. 13, 17, 26, 59
  14. Al ‘Aqîlî, Zu’afâ al-Kabîr, vol. 4, p. 362
  15. Al Bazaz, Al Bahr al-Zukhâr, p. 88, hadîth n° 864
  16. Muttaqî Hindî, Kanz al-Amâl, vol. 14, p. 77, hadîth n°37981
  17. Daraqtanî, Al-Mu’talif wa al-Mukhtalif, vol. 2, p. 1046
  18. Al Haytamî, Kashf al-Astâr, vol. 3, p. 223, hadîth n°2617
  19. Ibn Athîr, Asad al-Ghâbat, vol. 3, p. 219, hadîth n°2907
  20. Albânî, Zulâl al-Jannat, hadîth n°1465
  21. Le hadîth complet est mentionné dans Istajlâb Irtiqâ’ al-Gharaf, de Shams al-Dîn Sakhâwî, p. 23 et dans Yanâbi’ al-Mawadat de Qundûzî (vol. 1, pp. 106-107) ainsi que dans Al-Isâbah d’Ibn Hajar ‘Asqalânî (vol. 7, pp. 245-274)
  22. Bahrânî, Qâyat al-Marâm wa Hujjat al Khasâm, vol. 2, pp. 304-320
  23. Bahrânî, Qâyat al-Marâm wa Hujjat al Khasâm, vol. 2, pp. 320-367
  24. Al Haytamî, Al Sawa’iq al-Muharraqa, p. 150
  25. Mufîd, Al Irshâd, vol. 1, p. 180; Haythamî, Al Sawa’iq al-Muharraqa, p. 150; Sharaf al-Dîn, Al Murâji’ât, p. 74.
  26. Tarmadhî, Sunan al-Tarmadhî, vol. 5, p. 662, hadîth n°3786
  27. Ahmad b. ‘Alî Tabarsî, Al Ihtijâj, vol. 1, p. 391
  28. Ahmad b. Hanbal, Munad Hanbal, vol. 4, p. 371; Naysâbûrî, Sahîh Muslim, vol. 2, p. 1873
  29. Sadûq, Kamâl al-Dîn wa Tamâm al-Ni’mah, vol. 1, p. 234, hadîth n°45 et p. 238, hadîth n°55; Hâkim Nayshâbûrî, Al Mustadrak, vol. 3, p. 109; Samhûdî, Jawâhir al-Aqdayn, p. 236
  30. ‘Ayashî, Kitâb al-Tafsîr, vol. 1, p. 4, hadîth n°3
  31. Saffâr Qumî, Basâ’ir al-Darajât, p. 412-414
  32. Sadûq, Al Amâlî, p. 62; Juwaynî Khurâsânî, Farâ’id al-Samtayn, vol. 2, p. 268
  33. ‘Ayâshî, Kitâb al-Tafsîr, vol. 1, p. 5, hadîth n°9; Ahmad b. ‘Alî Tabarsî, Al Ihtijâj, vol. 1, p. 216
  34. Daylamî, Irshâd al-Qulûb, vol. 2, p. 34
  35. Haytamî, Al Sawa’iq al-Muharraqa, p. 150
  36. voir : Muttaqî Hindî, Kanz al Amâl, vol. 1, p. 187, hadîth n°948
  37. voir : Sadûq, ‘Uyûn Akhbâr al-Rizâ, vol. 2, p. 62, hadîth n°259; Hâkim Nayshâbûrî, Al Mustadrak, vol. 3, p. 109
  38. voir: Juwaynî Khurâsânî, Farâ’id al-Samtayn, vol. 2, p. 268; Majlisî, Bihâr al-Anwâr, vol. 23, p. 131, hadîth n°64
  39. voir: Ahmad b. Hanbal, Musnad Ahmad, vol. 4, p. 367; Dâramî, Sunan al-Dâramî, p. 828; Naysâbûrî, Sahih Muslim, vol. 2, p. 1873, hadîth n°36; Juwaynî Khurâsânî, Farâ’id al-Samtayn, vol. 2, pp. 250 et 268
  40. Manâwî, Fayz al-Qadîr, vol. 3, pp. 18-19; Zarqânî, Sharh al-Mawâhib al-Ladunnîya, vol. 8, p. 2; Sanadî, Dirâsât al-Labîb, p. 233, cité par Husaynî Milânî, Nafahât al-Azhâr, vol. 2, pp. 266-269
  41. cité par: Amînî, Al Qadîr, vol. 3, p. 118
  42. voir : Sharaf al-Dîn, Al Murâji’ât, pp. 71-76
  43. voir: Wâ’iz Zadi Khurâsânî, Hadîth al-Thaqalayn, pp. 39-40; ibid., 1370 de l’hégire solaire, pp. 222-223.

Bibliographie

  • Ibn Athîr, ‘Alî b. Abî al-Karam, Assad al-Qâbat fi Ma’rifat al-Sahâba, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-‘Ilmîya, 1415 de l’hégire lunaire
  • Ahmad b. Hanbal, Musnad al-Imâm Ahmad b. Hanbal, Le Caire, date imprécise
  • Amînî, Abd al-Husayn, Al Qadîr fî al-Kitâb wa al-Sunnat wa al-Adab, Qum, centre Al-Qadîr li al-Dirâsât al-Islâmîya, 1416 de l’hégire lunaire.
  • Albânî, Nasir al-Dîn, Zilâl al-Jannat.
  • Bahrânî, Sayid Hâshim b. Sulaymân, Ghâyat al-Marâm wa Hujjat al-Khasâm
  • Al Bazâz, Ahmad b. ‘Amr, Al Bahr al-Zakhâr, (connu sous le titre de Musnad Bazâz), Maktabat al-‘Ulûm wa al-Hukm
  • Tarmadhî, Mohammad b. ‘ïsâ, Sunan al-Tarmadhî, Istanbul, 1401 de l’hégire lunaire
  • Juwaynî khurâsânî, Ibrâhîm b. Muhamad, Farâ’id al-Samtayn fî Fazâ’il al-Murtazâ wa al-Batûl wa al-Sibtayn wa al-A’imat min Dhurîyatihim ‘Alayhim as Salam, Beyrouth, publié par Muhamad Bâqir Mahmûdî, 1398-1400 h
  • Hâkim Nayshâbûrî, Muhamad b. ‘Abdullâh, Al Mustadrak ‘Alâ al-Sahîhayn, Beyrouth, Dâr al-Ma’rifat, date imprecise
  • Husaynî Mîlânî, Sayid ‘Alî, Nafahât al-Azhâr fî Khulâsat ‘Abaqât al-Anwâr, Téhéran, 1405 h.
  • Dâraqtanî, ‘Alî b. ‘Umar, Al Mu’talif wa al-Mukhtalif, Beyrouth, Dâr al-Maghrib al-Islâmî
  • Dâramî, ‘Abdullâh b. ‘Abd al-Rahmân, Sunan al-Dâramî, Istanbul, 1401 h.
  • Daylamî, Hasan b. Muhamad, Irshâd al-Qulûb, Qum, 1368 de l’hégire solaire
  • Al Zarqânî, Muhamad b. ‘Abd al-Bâqî, Sharh al-Mawâhib al-Ladunnîya, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-‘Ilmîya
  • Sakhâwî, Shams al-Dîn, Istijlâb Irtiqâ’ al Gharaf, Qum, Bonyâd Ma’ârif Islâmî, 1421 h.
  • Samhûdî, ‘Alî b. ‘Abdullâh, Jawâhir al-‘Aqdayn fî Fazl al-Sharafayn, Beyrouth, publié par Mustafâ ‘Abd al-Qadir ‘Atâ, 1415 h.
  • Sharaf al-Dîn, Sayid ‘Abd al-Husayn, Al Murâji’ât, Beyrouth, publié par Husayn Râzî, 1402 h.
  • Sadûq, Muhamad b. ‘Alî, Al ‘Amâlî, Beyrouth, 1400 h
  • Sadûq, Muhamad b. ‘Alî, ‘Uyûn Akhbâr al-Rizâ, Qum, publié par Mahdî Lâjiwardî, 1363 de l’hégire solaire
  • Sadûq, Muhamad b. ‘Alî, Kamâl al-Dîn wa Tamâm al-Ni’mat, Qum, publié par ‘Alî Akbar Ghifârî, 1363 de l’hégire solaire
  • Saffâr Qumî, Muhamad b. Hasan, Basâ’ir al-Darajât fî Fazâ’il Al-Muhamad (S), Qum, par Muhsin Kûchi Bâghî Tabrîzî, 1404 h.
  • Tabarânî, Sulaymân b. Ahmad, Al-Mu’jam al-Kabîr, Beyrouth, Off Set, par Hamdî Abd al-Majîd Salafî, 1404 h.
  • Tabarânî, Sulaymân b. Ahmad, Al-Mu’jam al-Uwsat, Dâr al-Haramayn, 1415 h
  • Tabarsî, Ahmad b. ‘Alî, Al Ihtijâj, Najaf, Muhamad Bâqir Mûsawî Kharsân, 1386 de l’hégire solaire
  • ‘Asqalânî, Ibn Hajar, Al Asâhah
  • Al-‘Aqîlî, Muhamad b. ‘Amr, Al-Zu’afâ al-Kabîr, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-‘Ilmîya, 1418 h.
  • ‘Ayâshî, Muhamad b. Mas’ûd, Kitâb al-Tafsîr, Qum, par Hâshim Rasûlî Mahallâtî, 1380-1381 de l’hégire solaire
  • Qundûzî, Sulaymân b. Ibrâhîm, Yanâbî’ al-Mawadat li Zawi al-Qurbâ, Qum, par ‘Alî Jamâl Ashraf Husaynî, 1416
  • Kulaynî, Muhamad b. Ya’qûb, Al-Kâfî, Téhéran, Dâr al-Kutub al-Islâmîya
  • Muttaqî Hindî, ‘Alî b. hisâm al-Dîn, Kanz al-Amâl fî Sunan al-Aqwâl wa al-Af’âl, Beyrouth, par Bakrî Hayânî et Sufwat al Saqqâ, 1409 h.
  • Majlisî, Muhamad Bâqir, Bihâr al-Anwâr, Beyrouth, Mu’asisat al-Wafâ
  • Mu’în, Muhamad b. Muhamad, Dirâsât al-Labîb, Karatchi, Bijanat Ihyâ al-Adab al-Sindî, 1957
  • Mufîd, Muhamad b. Muhamad, Al Irshâd fi Ma’rifat Hujaj Allâh ‘Alâ al-‘Ibâd, Qum, 1413 h.
  • Minâwî, Muhamad ‘Abd al-Ra’ûf b. Tâj al-‘Arifîn, Fayz al-Qadîr, Beyrouth, Sharh al-Jâmi’ al-Saghîr, 1391 h.
  • Nisâ’I, Ahmad b. Shu’ayb, Al Sunan al-Kubrâ, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-‘Ilmîya, 1411 h.
  • Al Nîsâbûrî, Muslim b; Hajjâj, Sahîh Muslim, Istanbul, 1401 h.
  • Wâ’iz Zâdi Khurâsânî, Muhamad, “Hadîth al-Thaqalayn”, Qawâm al-Dîn Muhamad Wushnawî, Hadîth al-Thaqalayn, Téhéran h.
  • Al-Haytamî, Ibn Hajar, Al Qawa’iq al-Muharraqa fî al-Rad ‘Alâ Ahl al-Bada’ wa al-Zandaqa, Le Caire, par ‘Abd al-Wahâb ‘Abd al-Latîf, 1385 h.
  • Al-Haythamî, ‘Alî b. Abî Bakr, Kashf al-Istâr ‘an Zawâ’id al-Bazâr, Beyrouth, Mu’asisat al-Risâlat, 1979