Hadith Sadd al-Abwâb

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Hadith Sadd al-Abwâb (en arabe : حديث سد الأبواب) se réfère d’un hadith du Prophète (s), dans lequel, il avait ordonné de fermer toute porte qui s’ouvrait sur la mosquée de Médine sauf celle de la maison de l’Imam Ali (a).

Les sources se diffèrent sur la date de cet événement, mais toutes les sources sunnites et chiites sont unanimes que cet événement fut réalisé et qu’il est considéré comme un des mérites de l’Imam Ali (a).

Evénement de Sadd al-Abwâb

Aux premiers jours de son arrivée à Médine, le Prophète (s) construisit une mosquée qui, un peu plus tard, fut appelée : La mosquée du Prophète (s) (Masjid an-Nabîyy).

Plus tard, on construisit des chambres autour de la mosquée pour le séjour du Prophète (s) et ses femmes.

Au fur et à mesure, les compagnons du Prophète (s) se mirent à construire des chambres pour eux-mêmes à côté de la mosquée. Ces chambres eurent deux portes, l’une s’ouvrait sur les ruelles de la ville et l’autre s’ouvrait sur la mosquée. Donc, aux moments de la prière, ils entraient dans la mosquée par cette deuxième porte. Allah ordonna au Prophète (s) de fermer toute porte sauf celle de la maison de l’Imam Ali (a).

L’ordre du Prophète (s) ne plut pas à certains compagnons de ses compagnons, donc, ils allèrent auprès du Prophète (s) lui demandant la raison de son ordre.

Le Prophète (s) leur répondit :

« On m’a donné la mission de fermer toute porte, sauf celle de la maison d’Ali (a). Vous avez dit ce que vous aviez à dire, mais je jure par Allah que ceci n’était pas un ordre de ma part. Je suis ordonné de fermer les portes et j’ai obéi (à Allah) ».[1]

Qâdî Nu’mân Maghribî dit dans son livre, Sharh al-Akhbâr :

« Abbas, l’oncle du Prophète (s) alla auprès de ce dernier et lui dit : Je suis ton oncle. Tu as fermé la porte de la maison d’Abu Bakr et de Umar ibn al-Khattab et tu as seulement permis à Ali (a) de garder la porte de sa maison, ouverte. Le Prophète (s) lui dit : « Ceci fut l’ordre de Dieu ».[2]

D’après un autre rapport, ce fut Hamza, l’oncle du Prophète (s) qui lui demanda cette question.[3]

D’après Sayyid Ja’far Murtadâ, la question de Hamza, ne fut que pour savoir le mystère et la raison de cet ordre divin.[4]

Date de l’événement

Dans les sources, il n’est pas rapporté la date de cet événement. Sans citer l’année de cet événement, ‘Allâma al-Majlisî dit qu’il eut lieu au jour de ‘Arafa.[5]

Il y a deux hypothèses sur l’année dans laquelle, cet événement eut lieu :

  • Premières années après l’Hégire : En se basant sur la question de Hamza du Prophète (s), certains chercheurs croient que cet événement eut lieu pendant les premières années du Prophète (s), car Hamza tomba en martyre 3 ans après l’Hégire. Donc, cet événement pourrait se dérouler aux trois premières années après l’Hégire.[6]
  • Dernières années de la vie du Prophète (s) et après la conquête de La Mecque : Après la conquête de La Mecque, Abbas, l’oncle du Prophète (s) quitta cette ville et habita à Médine. Donc, sa question au Prophète (s) sur cet événement, prouve qu’il se déroula lors de son séjour à Médine (après la conquête de La Mecque)

Chaîne de la transmission

Ibn Shahr Âshûb rapporta toutes les narrations de ce hadith avec leurs chaînes de transmission.[7] D’après lui, trente compagnons du Prophète (s) rapportèrent ce hadith, comme : Zayd b. Arqam, Sa’d b. Abî Waqqâs, Abû Saïd Khudrî, Umm Salama, Abû Râfi’, etc.

Ibn Bitrîq, l’auteur du livre, Al-‘Umda, rapporta onze hadiths avec de différentes chaînes de transmission sur cet événement.[8]

Qundûzî, l’auteur du livre, Yanâbî’ al-Mawadda, rapporta plusieurs hadiths sur cet événement.[9]

Aussi, Ibn ‘Asâkir dans son livre, Tarjimat al-Imam Ali b. Abi Talib (a) rapporta les hadiths concernant cet événement, en trente pages.[10]

Al-‘Allâma al-Majlisî considéra les hadiths sur l’événement de Sadd al-Abwâb comme Mutawâtir (un hadith qui a plusieurs chaînes de transmission dans chaque époque).[11] Al-‘Allâma al-Amînî dit à propos de ce hadith :

« Les Imams de quatre écoles sunnites, rapportèrent le hadith de Sadd al-Abwâb avec plusieurs chaînes de transmission authentiques par les compagnons du Prophète (s). Ceci prouve que ce hadith est Mutawâtir ».[12]

Privilège de l’Imam Ali (a)

Le hadith Sadd al-Abwâb prouve une particularité de l’Imam Ali (a). Les compagnons du Prophète (s) rêvaient et espéraient avoir un tel privilège.

Après avoir rapporté le hadith Sadd al-Abwâb et confirmé son authenticité, Hâkim an-Nayshâbûrî dit :

« Il est rapporté de Umar ibn al-Khattab qu’il avait dit :
« On donna à Ali trois particularités dont j’espérais avoir une » :

Il est rapporté d’après Abd Allah b. Umar :

« On donna trois mérites à Ali (a) dont j’aimerais avoir un, au lieu d’avoir une grande richesse.
  • Le Prophète (s) l’épousa avec sa fille, Fatima (a) et il eut deux fils, Hasan et Husayn (a) d’elle.
  • Un jour avant la conquête de Khaybar, le Prophète (s) dit : Demain, je donnerai le drapeau à quelqu’un qui aime Allah et Son Envoyé et qui est bien-aimé d’Allah et de Son Envoyé » ; le lendemain, le Prophète (s) donna le drapeau à Ali (a)
  • Le Prophète (s) ferma toutes les portes qui s’ouvraient sur la mosquée, sauf celle de la maison d’Ali (a).[14]

Narration de ce hadith dans le Conseil de six membres

Le Conseil de six membres fut le responsable de choisir le calife après Umar. Lors de leur assemblée, l’Imam Ali (a) leur rappela l’événement de Sadd al-Abwâb et ils avouèrent que cet événement avait eu lieu. Puis, l’Imam leur dit :

« Y a-t-il même une personne parmi vous qui soit considéré exempt de toute souillure d’après le Coran d’une façon que le Prophète (s) ferme toute porte qui s’ouvrait sur la mosquée sauf la sienne ? »[15]

Hadith similaire sur Abu Bakr

Les ulémas sunnites rapportèrent un hadith sur Abu Bakr disant qu’à la fin de sa vie, le Prophète (s) ordonna de fermer toute porte qui s’ouvrait sur la mosquée, sauf celle de la maison d’Abu Bakr.[16]

Ibn Abi al-Hadîd, un savant sunnite Mu’tazilîte, croyait que le hadith Sadd al-Abwâb sur Abu Bakr est inventé par les Bakrîtes. Il dit :

« Les Bakrîtes sont les suivants d’Abu Bakr. Ils ont inventé un hadith sur Abu Bakr, tout comme le hadith Sadd al-Abwâb sur l’Imam Ali (a).[17]

Références

  1. Hâkim Nayshâbûrî, Al-Mustadrak, v 3 p 25 ; Ibn Kathîr, Al-Bidâya wa an-Nihâya, v 7 p 342 ; Ibn Hanbal, Fadâ’il Amîr al-Mu’minîn, p 177
  2. Qâdî Nu’mân, Sharh al-Akhbâr, v 2 p 205
  3. Qâdî Nu’mân, Sharh al-Akhbâr, v 2 p 196
  4. Sayyid Ja’far Murtadâ, As-Sahîh Min Sîrat an-Nabîyy al-A’zam, v 5 p 344
  5. Al-Majlisî, Bihâr al-Anwâr, v 97 p 384
  6. Suyûtî, Ad-Durr al-Manthûr, v 6 p 122
  7. Ibn Shahr Âshûb, Manâqib Âl Abî Tâlib, v 2 p 36 - 40
  8. Ibn Bitrîq, Al-‘Umda, p 175 - 181
  9. Qondûzî, Yanâbî’ al-Mawadda, v 1 p 260 - 275
  10. Ibn ‘Asâkir, Tarjimat al-Imam Ali b. Abi Talib (a), v 1 p 275 - 305
  11. Al-‘Allâma al-Majlisî, Bihâr al-Anwâr, v 39 p 35
  12. Al-‘Allâma al-Amînî, Al-Ghadîr, v 3 p 202
  13. Hâkim an-Nayshâbûrî, Al-Mustadrak, v 3 p 125
  14. Ahmad b. Hanbal, Musnad Ahmad, v 2 p 26
  15. Al-‘Allâma al-Amînî, Al-Ghadîr, v 3 p 213
  16. ‘Amr b. Abî ‘Âsim, Kitâb as-Sunna, p 565 ; Bayhaqî, As-Sunan al-Kubrâ, v 2 p 442
  17. Ibn Abi al-Hadîd, Sharh Nahj al-Balâgha, v 11 p 49