Hadith al-Lawh

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Hadith al-Lawh (en arabe : حديث اللوح) de Fatima az-Zahrâ (a) fait partie des hadiths prophétiques prouvant l'imamat des douze imams des chiites duodécimains. Vue l'authenticité du document de ce hadith et la fréquence des rapports lui référant, il occupe une place très importante en tant qu'argument de l'imamat et du califat des imams des chiites. La particularité de ce hadith est qu'il mentionne le nom de tous les successeurs du Prophète (s) en commençant par le premier Imam, l'Imam Ali (a), jusqu'au dernier, l'Imam al-Mahdi (a). Le rapporteur le plus connu de ce hadith est le célèbre compagnon (sahâbi) du prophète, Jâbir b. Abdallah Ansârî. La planche (Lawh) sur laquelle ce hadith aurait été écrit, est une planche que Dieu aurait offert au Prophète (a) comme cadeau d'anniversaire de son petit fils cadet et bien aimé, Husayn (s), et qu'ensuite, le Prophète aurait offert à sa fille Fâtima (a), la mère de Husayn, afin de la rendre heureuse.

Ce hadith est rapporté dans différents rapports et narrations sous les noms et formules divers, de manière détaillée ou brièvement.

Le texte connu du hadith al-Lawh

Le célèbre hadith al-Lawh qui est rapporté par Jâbir b. Abdallah Ansârî est ainsi :

L'Imam Sâdiq (a) rapporte : un jour mon père (Imam Bâqir (a) ) demanda à Jâbir de lui raconter le récit du Lawh (planche) qu'il avait vu dans la main de son ancêtre féminin, Fâtima (s), et de lui réciter le contenu de ce qui était écrit sur Lawh.

Jâbir lui dit : "un jour au vivant du Prophète (s), j'ai rencontré ta mère, Fâtima (s) afin de la féliciter pour la naissance de Husayn (a), et j'ai vu qu'elle avait une planche verte dans ses mains ; j'ai pensé d'abord que c'était de l'émeraude. Dans ce planche j'au vu un petit livre blanc et brillant comme soleil.

Je lui ai dit : Ma grande Dame! qu'est ce cette planche?

Fâtima (a) répondit : "C'est un Lawh que Dieu a offert à son Envoyé, Muhammad al-Mustafâ (s). Sur ce Lawh est écrit les noms de mon père, mon époux, mes enfants, et tous les imams et légataires de la descendance de mes enfants. Mon père, l'Envoyé de Dieu, me l'a donné pour que je réjouis mon coeur en le regardant".

Ensuite, ta mère Fâtima me passa le Lawh. J'ai lu tout ce qui était écrit dessus et en recopié un exemplaire.

Puis Jâbir apporta un sahifa (manuscrit) écrit sur une fine peau de mouton, il l'ouvrit et montra à mon père.

Mon père lui dit : Jâbir! Maintenant que tu as le Lawh dans tes mains, regarde le pour que je te le lise par coeur moi-même. Jâbir regarda l'exemplaire qu'il avait dans la main, et mon père lui récita son contenu entièrement. Je jure par Dieu qu'il n'y a pas eu même une lettre de différent entre ce qui était écrit sur le sahifa de Jâbir et ce que mon père récita.

Lorsque la récitation de mon père prit fin, Jâbir dit : Je prend Dieu comme témoin que ce que j'ai vu sur le Lawh de Fâtima est exactement ce que vous venez de réciter.

Le contenu de ce Lawh selon ce rapport est ceci :

بِسمِ اللَّهِ الرَّحْمنِ الرَّحِیمِ. هَذَا کتَابٌ مِنَ اللَّهِ الْعَزِیزِ الْحَکیمِ*- لِمُحَمَّدٍ نَبِیهِ وَ نُورِهِ وَ سَفِیرِهِ وَ حِجَابِهِ وَ دَلِیلِهِ نَزَلَ بِهِ الرُّوحُ الْأَمِینُ مِنْ عِنْدِ رَبِّ الْعَالَمِینَ عَظِّمْ یا مُحَمَّدُ أَسْمَائِی وَ اشْکرْ نَعْمَائِی وَ لَا تَجْحَدْ آلَائِی إِنِّی أَنَا اللَّهُ لا إِلهَ إِلَّا أَنَا قَاصِمُ الْجَبَّارِینَ وَ مُدِیلُ الْمَظْلُومِینَ وَ دَیانُ الدِّینِ إِنِّی أَنَا اللَّهُ لا إِلهَ إِلَّا أَنَا فَمَنْ رَجَا غَیرَ فَضْلِی أَوْ خَافَ غَیرَ عَدْلِی عَذَّبْتُهُ عَذاباً لا أُعَذِّبُهُ أَحَداً مِنَ الْعالَمِینَ فَإِیای فَاعْبُدْ وَ عَلَی فَتَوَکلْ إِنِّی لَمْ أَبْعَثْ نَبِیاً فَأُکمِلَتْ أَیامُهُ وَ انْقَضَتْ مُدَّتُهُ إِلَّا جَعَلْتُ لَهُ وَصِیاً وَ إِنِّی فَضَّلْتُک عَلَی الْأَنْبِیاءِ وَ فَضَّلْتُ وَصِیک عَلَی الْأَوْصِیاءِ وَ أَکرَمْتُک بِشِبْلَیک وَ سِبْطَیک حَسَنٍ وَ حُسَینٍ فَجَعَلْتُ حَسَناً مَعْدِنَ عِلْمِی-بَعْدَ انْقِضَاءِ مُدَّةِ أَبِیهِ وَ جَعَلْتُ حُسَیناً خَازِنَ وَحْیی وَ أَکرَمْتُهُ بِالشَّهَادَةِ وَ خَتَمْتُ لَهُ بِالسَّعَادَةِ فَهُوَ أَفْضَلُ مَنِ اسْتُشْهِدَ وَ أَرْفَعُ الشُّهَدَاءِ دَرَجَةً جَعَلْتُ کلِمَتِی التَّامَّةَ مَعَهُ وَ حُجَّتِی الْبَالِغَةَ عِنْدَهُ بِعِتْرَتِهِ أُثِیبُ وَ أُعَاقِبُ أَوَّلُهُمْ عَلِی سَیدُ الْعَابِدِینَ وَ زَینُ أَوْلِیائِی الْمَاضِینَ وَ ابْنُهُ شِبْهُ جَدِّهِ الْمَحْمُودِ مُحَمَّدٌ الْبَاقِرُ عِلْمِی وَ الْمَعْدِنُ لِحِکمَتِی سَیهْلِک الْمُرْتَابُونَ فِی جَعْفَرٍ الرَّادُّ عَلَیهِ کالرَّادِّ عَلَی حَقَّ الْقَوْلُ مِنِّی لَأُکرِمَنَّ مَثْوَی جَعْفَرٍ وَ لَأَسُرَّنَّهُ فِی أَشْیاعِهِ وَ أَنْصَارِهِ وَ أَوْلِیائِهِ أُتِیحَتْ بَعْدَهُ مُوسَی فِتْنَةٌ عَمْیاءُ حِنْدِسٌ- لِأَنَّ خَیطَ فَرْضِی لَا ینْقَطِعُ وَ حُجَّتِی لَا تَخْفَی وَ أَنَّ أَوْلِیائِی یسْقَوْنَ بِالْکأْسِ الْأَوْفَی مَنْ جَحَدَ وَاحِداً مِنْهُمْ فَقَدْ جَحَدَ نِعْمَتِی وَ مَنْ غَیرَ آیةً مِنْ کتَابِی فَقَدِ افْتَرَی عَلَی وَیلٌ لِلْمُفْتَرِینَ الْجَاحِدِینَ عِنْدَ انْقِضَاءِ مُدَّةِ مُوسَی عَبْدِی وَ حَبِیبِی وَ خِیرَتِی فِی عَلِی وَلِیی وَ نَاصِرِی وَ مَنْ أَضَعُ عَلَیهِ أَعْبَاءَ النُّبُوَّةِ وَ أَمْتَحِنُهُ بِالاضْطِلَاعِ بِهَا یقْتُلُهُ عِفْرِیتٌ مُسْتَکبِرٌ یدْفَنُ فِی الْمَدِینَةِ الَّتِی بَنَاهَا الْعَبْدُ الصَّالِحُ- إِلَی جَنْبِ شَرِّ خَلْقِی حَقَّ الْقَوْلُ مِنِّی لَأَسُرَّنَّهُ بِمُحَمَّدٍ ابْنِهِ وَ خَلِیفَتِهِ مِنْ بَعْدِهِ وَ وَارِثِ عِلْمِهِ فَهُوَ مَعْدِنُ عِلْمِی وَ مَوْضِعُ سِرِّی وَ حُجَّتِی عَلَی خَلْقِی لَا یؤْمِنُ عَبْدٌ بِهِ إِلَّا جَعَلْتُ الْجَنَّةَ مَثْوَاهُ وَ شَفَّعْتُهُ فِی سَبْعِینَ مِنْ أَهْلِ بَیتِهِ کلُّهُمْ قَدِ اسْتَوْجَبُوا النَّارَ وَ أَخْتِمُ بِالسَّعَادَةِ لِابْنِهِ عَلِی وَلِیی وَ نَاصِرِی وَ الشَّاهِدِ فِی خَلْقِی وَ أَمِینِی عَلَی وَحْیی أُخْرِجُ مِنْهُ الدَّاعِی إِلَی سَبِیلِی وَ الْخَازِنَ لِعِلْمِی الْحَسَنَ وَ أُکمِلُ ذَلِک بِابْنِهِ محمد رَحْمَةً لِلْعَالَمِینَ عَلَیهِ کمَالُ مُوسَی وَ بَهَاءُ عِیسَی وَ صَبْرُ أَیوبَ فَیذَلُّ أَوْلِیائِی فِی زَمَانِهِ وَ تُتَهَادَی رُءُوسُهُمْ کمَا تُتَهَادَی رُءُوسُ التُّرْک وَ الدَّیلَمِ فَیقْتَلُونَ وَ یحْرَقُونَ وَ یکونُونَ خَائِفِینَ مَرْعُوبِینَ وَجِلِینَ تُصْبَغُ الْأَرْضُ بِدِمَائِهِمْ وَ یفْشُو الْوَیلُ وَ الرَّنَّةُ فِی نِسَائِهِمْ أُولَئِک أَوْلِیائِی حَقّاً بِهِمْ أَدْفَعُ کلَّ فِتْنَةٍ عَمْیاءَ حِنْدِسٍ وَ بِهِمْ أَکشِفُ الزَّلَازِلَ وَ أَدْفَعُ الْآصَارَ وَ الْأَغْلَالَ أُولئِک عَلَیهِمْ صَلَواتٌ مِنْ رَبِّهِمْ وَ رَحْمَةٌ وَ أُولئِک هُمُ الْمُهْتَدُونَ»
Au nom d'Allah, le Bienfaiteur miséricordieux. Ceci est un livre de la part de Dieu, le Glorieux et le Sage, envoyé à Muhammad, la lumière et l'envoyé de Dieu, Sa preuve, Son signe et Son intermediaire [sur Terre]. Ce manuscrit a été révélé par l'Ange Gabriel, de la part de Dieu. Ô Muhammad glorifie Mes noms, et reconnais Mes bénédictions et ne renie jamais Mes signes. Je suis le Seigneur et Dieu des gens du mondes, et il n'y a d'autre Dieu que moi. [Je suis] Celui Qui Brise les oppresseurs, Celui Qui Couronne les opprimés, Celui Qui Compte lors du Jour du Jugement. Je suis Allah, Votre Dieu, et il n'y a d'autre Dieu que Moi. Je châtie sévèrement (d'un châtiment que personne parmi les habitants du monde n'a pas encore gouté) celui qui espère autre grâce que la Mienne, celui qui craint autre chose que Ma Justice. Ne loue que Moi, et remet toi à Moi. Je n'ai choisi aucun envoyé, et Je n'ai achevé aucune mission prophétique, avant de lui choisir un légataire et un successeur. [Ô Muhammad] Je t'ai offert la supériorité sur tous les autres prophètes; et J'ai donné à ton légataire (wasî) aussi la supériorité sur tous les autres légataires (awsîyâ). Puis, Je t'ai chéri par l'être de tes deux enfants: Hasan et Husayn. Après la fin de la période [de vie et de l'imamat] de son père [Ali], J'ai désigné Hasan comme la mine de Ma Science, et Husayn, comme le gardien et le protecteur de Ma Révélation. J'ai offert la bénédiction du martyre à Husayn, l'ai chéri grâce à cette cause, et lui ai voulu le Salut. Husayn et le plus vertueux des martyrs, et détient le statut le plus élevé parmi eux. Je l'ai fait accompagner l'Imamat et l'Unicité divine de manière parfaite et complète; J'ai déposé en lui Ma Preuve Majeure. Je récompense et châtie les bons et les mauvais d'après [leur conformité à] sa descendance. Son premier descendant est Ali [b. Husayn] qui est le maître de mes adorateurs et la splendeur et l'ornement de Mes amis. Après lui, son fils, qui ressemble à son ancêtre et porte son nom, Muhammad, est le trancheur de la Science divine, et la mine de la Sagesse. Bientôt après, seront péri tous ceux qui doutent dans la vérité de J'afar b. Muhammad; celui qui le rejette, est comme celui qui Me rejette. La parole de la Vérité est de Moi: Je jure glorifier le statut de Ja'far b. Muhammad [et ce de celui qui a la foi en lui]. J'offrirai son amour et son amitié aux coeurs de ses amis, ses partisans et ses compagnons. Puis J'éloignerai la sédition (fitna) aveugle et noir de l'anonymat et de la dissimulation de Musâ [al-Kazim]m car le processus de l'ordre divin ne sera jamais interrompu, et Ma preuve ne sera pas resté cachée aux yeux des gens, et Mes amis ne devineront pas malheureux. Si quelqu'un nie une de Mes preuves, c'est comme s'il niait la bénédiction que je lui ai offerte; et celui qui change un verset de mon Livre, est comme celui qui fait de la calomnie contre Moi. Malheur aux négateurs qui font des diffamations, quand le temps de l'Imamat de Mon serviteur et ami, et de Mon élu, Mûsâ [b. Ja'far], sera terminé. Soyez conscient! Celui qui nie ma huitième Preuve, est comme lui qui a nié tous Mes élus (awliyâ). Ali [b. Mûsâ] est Mon ami et Mon compagnon, et Je dépose en lui le poids de la Science et les attributs de la prophétie; et J'éprouve en lui la capacité de la protection de cela; la laideur de l'oppresseur et de l'orgueilleux le tuera et il sera enterré à côté des pires de mes serviteurs [Hârun ar-Rashid], dans une cité que 'Abd al-Sâlih (Dhul-Qarnayn) construira. J'illuminerai les yeux du huitième Imam, par la naissance de son fils Muhammad, son héritier et son successeur. Muhammad (b. Ali b. Mûsâ ar-Ridâ) est l'héritier de Ma Science et la mine de la Sagesse; il est le lieu de Mon secret et Ma preuve pour mes serviteurs. Celui qui aura la foi en lui, sera récompensé du Paradis et Je le désignerai l'intercesseur de soixante-dix personnes pour qui l'enfer a été promis. Après lui, Je salue son fils Ali (b. Muhammad b. Ali b. Mâsâ ar-Ridâ) qui est Mon ami et Mon compagnon; il sera le dépôt de Ma révélation; J'élèverai de ses lombes, Hasan (b. Ali b. Muhammad) qui invitera les gens au chemin de Dieu, et qui est le gardien de la Science divine. Puis (après lui), J'achèverai Ma Preuve avec la naissance de son fils, Muhammad, qui est la miséricorde pour les habitants de l'Univers. Le pouvoir et la perfection de Moise, la grandeur et la lumière de Jésus, la patience de Job, vous verrez tout cela en lui. Il viendra au moment où Mes amis seront humiliés, rabaissés et brulés; où leurs têtes seront envoyées, comme dons, à travers le monde; où ils auront peur; où la Terre sera colorée de leur sang; et où le cri de leurs femmes sera généralisé. Ils seront en vérité, Mes preuves et Mes légataires (awliyâ) sur Terre. J'éloignerai, par leur intermédiaire, toute sédition aveugle et noir et tout tremblement de (Mon) peuple; et ce sera par eux que les mouvements fins et cachets (des ennemis de Dieu) seront découverts et les chaînes de la soumission (aux autres) seront enlevées du dos de (Mon) peuple. Que le Salut et la Miséricorde de Dieu soient sur eux! Puisque ce sont eux, les bien guidés.

Les exemplaires du hadith al-Lawh

Hadith al-Lawh est rapporté dans divers narrations et rapports sous différentes formulations, tantôt de manière détaillée, tantôt brièvement. Parmi toutes les narrations on peut compter cinq catégories de rapports à propos de ce hadiths qui sont les suivants :

Il dit : " Jâbir b. Abdallah Ansârî dit : je suis entrée un jour à la maison de ma Dame Fatima (s), j'ai vu une planche (lawh) chez elle, tellement lumineuse qui attirait le regard. Sur cette planche j'ai vu le nom de douze personnes. Trois noms se trouvaient au milieux la planche (lawh), trois noms se trouvaient en bas du lawh, et trois noms se trouvaient à la marge du lawh. Jâbir rajouta aussi : j'ai regardé dans le lawh, j'ai vu le nom de Muhammad dans trois endroits ainsi : Muhammad Muhammad Muhammad, et dans quarte autres endroits j'ai vu : Ali Ali Ali Ali.

  • troisième rapport : ici le hadith est rapporté par Is'hâq b. 'Ammâr de l'Imam Sâdiq (a) qui se serait adressé à lui en disant : " Is'hâq! veux tu que je te donnes une bonne annonce ? Is'hâq dit: Ô fils du Prophète, que mon âme soit votre sacrifice; oui je veux bien entendre cette annonce ! L'Imam lui dit : il y a un sahîfa (manuscrit) chez nous, qui est écrit avec la dictée du Prophète et l'écriture de Ali. Il commence ainsi : Au nom de Dieu, Miséricordieux, le Très miséricordieux; Celui-ci est un manuscrit de la part d'Allah, Le Très Cher et Le Sage ... puis il récita la totalité du hadith de lawh (conforme à la version rapporté le Kâfî). Dans ce troisième rapport, le nom de Jâbir b. Abdallah Ansârî comme rapporteur du hadith n'est pas mentionné.
  • quatrième rapport : il s'agit du rapport de Fadl b. Shâdhân de ce hadith, qu'il rapporte à sa manière. Celui qui cite la narration est Abû Khâlid Kâbulî, qui aurait vu une planche (lawh) que Dieu avait offert au Prophète sur lequel le nom du Prophète et ses légataires ont été écrits. Kâbulî aurait vu cette planche chez l'Imam Sajjad (a).
  • le cinquième rapport est celui qui se trouve dans le livre Kamâl ad-Dîn de Shaykh Sadduq, rapporté de l'Imam Sâdiq (a). Selon ce rapport, l'Imam Bâqir (a) aurait rassemblé un jour tous ses enfants et son frère Zayd, et leur aurait montré un manuscrit, écrit par la main de Ali (a) et dictée par la bouche Prophète (s). Le contenu de ce manuscrit aurait était ce qui se trouvait dans le lawh offert de Dieu au Prophète et de lui à Fatima. Dans ce rapport non plus on ne voit pas e nom de Jâbir.

La crédibilité du hadith al-Lawh

Le hadith de Lawh fait partie des hadiths qui ont été rapportés dans les livres chiites fiables. Il y a aussi des propos divers qui confirment l'authenticité et rajoute à la crédibilité de ce hadith. Il s'agit donc d'une narration que Kulayni a rapporté dans son Kâfî des narrateurs les plus fiables[1]. D'autres savants chiites ont aussi confirmé l'authenticité de ce hadith, et l'ont rapporté dans leurs livres en s'appuyant sur d'autres rapporteurs et documents fiables. Nu'mânî dans son livre al-Ghayba; Shaykh Sadduq dans son livre 'Uyûn akhbâr al-Ridâ; Shaykh Mufîd dans son livre Ikhtisâs et Shaykh Tûsî dans son livre al-Ghayba, tous l'ont rapporté[2].

Egalement ont le voit en bref ou détaillé, dans des livres comme : Ihtijâj, Irshâd al-Qulûb, Ta'wîl al-Âyât, Taqrîb al-Ma'ârif, Fadâ'îl (de Ibn. Shâdhân), Manâqib (de Ibn. Shahr-Âshûb), Kashf al-Ghama, al-Irshâd (de Shaykh Mufîd), etc.

Certaines explications à propos du hadith al-Lawh

  1. La tradition prophétique de choisir un successeur. Il s'agit, d'après les chiites, d'une tradition spirituelle qui existe depuis le premier prophète, Adam, jusqu'au dernier, Muhammad, d'après laquelle chaque prophète a un légataire qui le remplace et continue son chemin après lui, et cela par une autorisation divine. Cela se trouve dans un hadith attribué à l'Imam Sâdiq (a) où il prononce également le nom des différents légataires des prophètes.
  2. D'après ce hadith, Le Prince des croyants, Ali (a) a le statut le plus élevés parmi les légataires des tous les prophètes.
  3. La descendance de Ali (a) à travers Husayn (a). D'après Allameh Majlisi, le sens des deux mots tâma (total) et hujjat al-bâligha (preuve majeure) que Dieu a déposés auprès de Husayn (a) (d'après le texte du hadith), est l'Imamat.
  4. La continuité de la guidance divine de l'homme, s'assure par l'Imamat.
  5. La négation d'un des Imams est équivalent de la négation de tous les Imams, puisque, comme il est indiqué dans le texte de Lawh, la chaîne de l'Imamat sera accomplie par leur dernier, qui le Mahdi (a) .
  6. Le messianisme. D'après ce concept il y aura un saveur qui apparaitra à la fin des temps pour rétablir la justice dans un monde alors rempli de l'injustice. Dans le texte de Lawh, Dieu parle de celui qui vaincra les oppresseurs, celui qui rendra la justice aux opprimés. Il faut mentionner également que dans certains passages de ce hadith, des événements concernant l'époque de chaque Imam sont aussi mentionnés.

Le hadith dans les livres des savants sunnites

Tabarsî a mentionné dans le I'lâm al-wârî que les savants sunnites ont indiqué parfois ce hadith dans leur livre. Toutefois nous ne pouvons pas trouvé facilement ce hadith dans les compilations sunnites de hadith [3].

Voir aussi

  1. Hadith al-Kisa'
  2. Hadith al-Thaqalayn
  3. Hadith al-Ghadir
  4. Hadith Safîna
  5. Hadith Silsila-t al-Dhahab


Références

  1. Cf. Kulaynî, al-Kafî, vol.1, p. 527
  2. Nu'mâni, al-Ghayba, p.62; Cheikh Sadûq, Kamâl ad-Din, vol.1, p.308; Cheikh Sadûq, Uyun al-akhbâr, vol.1, p.41; Tâj ad-din Sha'îrî, Jâmi' al-Akhbâr, p.18; Majlisî, Bihâr al-Anwâr, vol. 36, p. 195; Cheikh Mufîd, al-Ikhtisâs, p. 201; Cheikh Tûsî, al-Ghayba, p. 143
  3. Tabarsî, Fadhl b. al-Hasan, I'lâm alwarî bi lâm al-hudâ, p.258