Hadith de Madînat al-‘Ilm

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Le Hadith de Madînat al-‘Ilm (en arabe: حديث مدينة العلم) (la ville de la connaissance) est un hadith prononcé par le Prophète (s) sur l’Imam Ali (a). Ce hadith montre clairement la supériorité et les mérites de Ali par rapport aux autres compagnons du Prophète (s) au niveau de la connaissance. Ce hadith constitue également un argument prouvant que l'Imam Ali (a) était une référence religieuse après le Prophète (s).

Texte du Hadith

Le Hadith de Madînat al-‘Ilm est rapporté sous différentes formes, comme :

أنا مدينة العلم و عليّ بابها فمن اراد العلم فليأت الباب[1]

Traduction :

« Je suis la ville de la connaissance et Ali (a) en est la porte. Alors qui veut entrer dans la ville, doit passer par cette porte. »

أنا مدينة العلم و عليّ بابها فمن اراد العلم فليأته من بابه[2]

Traduction :

« Je suis la ville de la connaissance et Ali (a) en est la porte ; qui veut acquérir la science, doit entrer par cette porte. »

انا دار الحکمة و عليّ بابها[3]

Traduction :

« Je suis la maison de la sagesse et Ali (a) en est la porte. »

Fréquence et authenticité du hadith

Le Hadith de Madînat al-‘Ilm est considéré par les chiites comme un hadith fréquent et chez les oulémas sunnites, dont Muhammad b. Jarîr at-Tabarî, Hâkim Nayshâbûrî, Khâtib Baghdâdî et Jalâl ad-dîn as-Suyûtî comme véridique et correct. Au point que dans al-Ghadîr[4], les noms de 21 narrateurs de hadith sunnites sont rapportés, ces narrateurs considèrent ce hadith comme vrai et correct.

Les narrateurs du hadith

Compagnons et Tâbi’îns

  • Hadhîfat b. Yamân
  • Jarîr ad-Dabbî
  • Sa'îd b. Jubayr
  • ‘Abd Allah b. ‘Uthmân b. Khathîm et ‘Abd ar-Rahmân b. ‘Uthmân[5]

Autres narrateurs

  • ًم-Hâfiz Yahyâ b. Mu’ïn al-Baghdâdî[6]
  • Ash-Shaybânî[7]
  • Al-Hâkim an-Nayshâbûrî[10]
  • Ibn ‘Abd al-Birr[12]
  • Ibn Sabbâgh al-Mâlikî[17]

Propos de certains sunnites sur le Hadith Madînat al-‘Ilm

Gandjî Shâfi’i

Tous les membres des Ahl al-Bayt (a) (les membres immaculés de la famille du Prophète (s)) ainsi que les compagnons du Prophète (s) et les Tâbi'în (y compris Abu Bakr, Umar ibn al-Kattab et Uthman bin Affan) consultaient Ali (a) dans les prescriptions divines, reconnaissant ses mérites, ses connaissances et sa sagesse. Ce hadith ne peut, bien évidement, jamais montrer le rang, la grandeur et les mérites de l’Imam Ali (a), parce que sa place est beaucoup plus grande auprès de Dieu, du Noble Prophète (s) et des croyants.[20]

Abû Saïd Khalîl ‘Alâî

Pour nier ce hadith ?! Des gens qui ont affaibli ce hadith, n’ont présenté aucun document face à ces documents corrects et témoignages définitivement clairs.[21]

Ibn Hajar ‘Asqalânî

Ce hadith dispose de nombreux documents et il ne mérite pas de l’affaiblir.[22]

Les compagnons du Prophète ayant reconnu la supériorité de l’Imam ‘Ali en connaissances

‘Umar b. Khattâb

'Umar se réfugiait toujours à Dieu devant les problèmes de connaissance, au moment où ‘Ali n’était pas là. Il disait : « Si ‘Ali b. abî Tâlib n’était pas là, ‘Umar serait perdu. »[23]

‘Aïsha

Sachez qu’’Ali b. Abî Tâlib est l’homme le plus sage sur la sunna.[24]

Ibn ‘Abbâs

Par Dieu, le neuf dixième de la connaissance est remis à ‘Ali b. Abî Tâlib et je le jure que certainement, il partage avec vous, le dixième qui en reste.[25]

‘Abdullah b. Mas’ûd

En réalité le Coran a été révélé sur 7 caractères et aucun de ces sept caractères n’existe, sauf qu’il dispose d’une apparence et d’un fond et ‘Ali b. abî Tâlib dispose et de l’apparence et du fond.[26] Le plus sage des habitants de Médine en ce qui concerne les obligations canoniques, c’est ‘Ali b. abî Tâlib.[27]

Mu’âwiya

Mu’âwiya écrivait ce qu’il recevait pour poser des questions à ‘Ali b. abî Tâlib. Quand il avait appris la nouvelle de son assassinat, il avait dit : « La jurisprudence et la connaissance sont parties après la mort du fils d’Abî Tâlib. »[28]

Références

  1. Hâkim Nayshâbûrî, vol. 3, p. 126
  2. Ibn ‘Abd al-Bir, vol. 3, p. 1102
  3. Tarmadhî, vol. 5, p. 637
  4. Amînî, vol. 6, p. 78-79
  5. Zarandî, p. 113
  6. Hâkim Nayshâbûrî, vol. 3, p. 138
  7. p. 138
  8. Ibn Athîr, vol. 7, p. 437
  9. p. 105
  10. vol. 3, p. 137
  11. Târîkh Baghdâd, vol. 4, p. 348
  12. Al Istî’âb, vol. 3, p. 1102
  13. p. 80
  14. vol. 4, p. 475
  15. vol. 9, p. 473
  16. vol. 4, p. 1231
  17. p. 36
  18. Jâmi’ al-Saghîr, vol. 1, p. 415, hadith 2705
  19. Sur la sourate Dhâriyât, verset 1
  20. Ganjî, p. 220, 222, 223
  21. Suyûtî, Al La’âî al Masnû’at, vol. 1, pp. 155 et 333
  22. Ibn Hajar ‘Asqalânî, vol. 2, p. 155
  23. Ibn ‘Abd al-Bir, vol. 3, p. 39
  24. Ibn ‘Abd al-Bir, vol. 3, p. 462
  25. Ibn ‘Abd al-Bir, vol. 3, p. 40
  26. Abû Naïm Isfahânî, vol. 1, p. 65
  27. Amînî, vol. 3, p. 91
  28. Ibn ‘Abd al Bir, vol. 2, p. 463

Bibliographie

  • Alûsi, Rûh ul Maânî, Dâr Ihya al Torâth al-Arabî, Beyrouth, (date imprecise)
  • Ibn ‘Athîr al Jazrî, Mo’jam Jâmi’ al ‘Usûl fî ‘Ahâdith al Rasûl, Ed. Mohammad al Faqî, Dar Ihyâ al Torâth al Arabî, Beyrouth
  • Ibn Hajar ‘Asqalânî, Lisân al Mizân, Mu’asisat al ‘A’lami lil Matbû’ât, Beyrouth, 1390 de l’hégire lunaire.
  • Ibn Sabâgh Mâlikî, Al Fusûl al Muhimma, Ed. Sâmî al Gharîrî, Dâr ul Hadîth, Qom, 1379 de l’hégire solaire
  • Ibn ‘Abd al Bir, Al Istî’âb, Ed. ‘Ali Mohammad Bajâwî, Dâr al-Jayl, Beyrouth, 1992
  • Ibn Maghâzilî, Manâqib ‘Ali b. Abi Tâlib, Maktabat Islâmiya, Téhéran
  • Abû Na’îm Isfahânî, Hilyat al ‘Uliyâ wa Tabaqât ul ‘Asfiya’, Dar ul Kitâb al Arabî, Beyrouth, 1387 de l’hégire lunaire.
  • Amînî, Al Ghadîr, Dâr ul Kitâb al Arabî, Beyrouth, 1397 de l’hégire lunaire.
  • Baghdâdî, Al Jâmi’ al Sahîh, Ed. Ahmad Mohammad Shâkir, Markaz Itilâ’ât wa Madârik Islâmî, (date imprécise)
  • Hâkim Nayshâbûrî, Al Mustadrak ‘Alâ al Sahîhayn, Ed. Mustafâ Abd al Qâdir ‘Atâ, Dar ul Kutub al ‘Ilmîya, Beyrouth, (date imprécise)
  • Dhahbî, Tadhkirat al Huffâz, Dâr ul Kutub al ‘Ilmîya, Beyrouth
  • Zarandî, Nazm Dirar al Samtayn, Hasan Bîrjandî, Majma’ Jahânî Ahl al-Bayt, Téhéran, 1425 de l’hégire lunaire
  • Sam’ânî, Al ‘Ansâb, Ed. Abdullâh ‘Umar al Bârûdî, Dâr ul Fikr, Beyrouth
  • Suyûtî, Jâmi’ al Saghîr, Dar ul Fikr, Beyrouth, 1401 de l’hégire lunaire
  • Suyûtî, Al La’âli al Masnû’at fî al ‘Ahâdîth al Muzû’at, Ed. ‘Abû Abd al Rahmân Sâlih b. Mohammad b. ‘Awayzat, Dar ul Kutub al ‘Ilmiya, Beyrouth
  • Shaybânî, Fazâ’il al Sahâbat, Ed. Wasî Allah Mohammad Abbas, Mu’asisat al Risâlat, Beyrouth
  • Tabarî, Tahdhîb al ‘Athâr, Ed. Mahmoud Mohammad Shâkir, Matba’at al Madanî, Le Caire
  • Ganjî Shafi’î, Kifâyat al Talib, Dar Ihya al Torath, Beyrouth