Hadith al-Manzila

De Wiki Shia
(Redirigé depuis Hadith de Manzilat)
Aller à : navigation, rechercher

Imam Ali (a)
premier l'Imam des chiites

حرم امام علی.jpg


Vie
Hadith Yawm ad-DârShi'b Abî TalibLaylat al-MabîtEvénement de GhadirChronologie de la vie


Héritage
Nahj al-BalaghaGhurar al-hikamSermon d'ash-Shiqshiqîyya


Vertus
Verset d’al-WilâyaVerset de Ahl adh-DhikrVerset d'ash-Shirâ'Verset de Uli al-AmrVerset d'at-Tat'hîrVerset d'al-MubâhalaVerset de al-MawaddatVerset as-SâdiqînHadith de Madînat al-‘IlmHadith ar-RâyaHadith as-SafînaHadith al-Kisâ'Prêche d'Al-GhadîrHadith al-ManzilaHadith Yawm ad-DârHadith al-WilâyaHadith Sadd al-AbwâbHadith al-WisâyaLâ Fatâ Illâ Ali


Compagnons
'Ammâr b. YâsirMâlik al-AshtarAbû Dhar al-GhifârîHujr ibn 'Adî


Autres
Sanctuaire

Hadith al-Manzil, écrit en Mu'alla (une variété de script de la calligraphie islamique)

Hadith al-Manzila (en arabe : حدیث المنزلة) est parmi les plus célèbres hadiths rapportés par le Prophète (s) et convenu par les savants chiites et sunnites.

Ce hadith présente le statut élevé de l'Imam Ali (a) auprès du Prophète (s) (il a été comparé à Aron auprès de Moïse), et sa primauté sur les autres compagnons ; ce qui est entièrement admis du point de vue des érudits chiites. C’est un hadith fréquemment rapporté (mutawâtir), et il est parmi les preuves du droit de l'Imam Ali (a) au califat après le noble Prophète (s).

Ce hadith a été rapporté par le Prophète (s) dans différentes occasions, le plus important étant lors de la Bataille de Tabuk.

Texte du hadith

L'une des versions les plus célèbres de sa narration rapporte que le noble Prophète (s), s'adressant à l'Imam Ali (a) et dit :

أنتَ مِنّی بِمَنزلةِ هارونَ مِنْ مُوسی، اِلّاأنـّه لانَبی بَعدی
« Pour moi, tu es comme Aaron pour Moïse, seulement il n'y aura pas de prophète après moi » .[1]
Muslim b. Hajjâj, Sahîh al-Muslim, hadith n° 6370.

Occasions de narration du hadith

Ce hadith a été rapporté du Prophète (s) dans les lieux différents, aux occassions différentes et sous diverses formulations, comme le jour du premier pacte de fraternité (avant l'immigration à Médine), le jour du deuxième pacte de fraternité (5 mois après l'immigration à Médine), dans la maison d'Umm Salama au moment de la nomination d'un tuteur pour la fille de Hamza, lors de l'événement de la fermeture des portes des maisons des compagnons à Masjid an-Nabî (saddi abwâb)[2] et, le plus célèbre, dans la Bataille de Tabuk.[3]

Il existe différentes versions du Hadith al-Manzila, mais tous partagent un seul message commun indiquant le statut élevé de l'Imam Ali (a) auprès du Prophète (s) ; ce qui était égal au statut de Aaron auprès de Moïse. Les petites différences qui existent entre les versions sont dues à la répétition de ce hadith dans différentes occasions et que certains narrateurs ont rapporté le contenu de la narration implicitement et non pas avec ses mots exacts.

Sources du hadith entre les chiites et les sunnites

Ce hadith a été mentionné dans différentes sources historiques, traditionnelles et théologiques. [4]

Les érudits chiites ont écrit des livres indépendants à ce sujet. On peut citer par exemple Mïr Hâmid Husayn (m. 1306 H / 1889) qui a consacré un volume de 'Abaqat al-anwar spécifiquement à ce hadith. Hakïm Haskânï[5] a raconté de son professeur, Abû Hâzim Hâfiz 'Abdaway, qu'il avait enregistré la narration du Hadith al-Manzila de 5 000 références. Dans un autre rapport, 88 des plus célèbres narrateurs de hadith ont rapporté ce hadith'.[6]

D'autres chercheurs, comme Ibn Taymîyya [7], 'Abd al-Haqq Dihlawï, Ganjï al-Chafi'ï, Abu l-Qâsim Alî b. Muhassin al-Tanûkhï et al-Suyûtï ont reconnu l'authenticité et la popularité de ce hadith.[8] Ce hadith a également été mentionné dans Sahïh al-Bukharî [9] et Sahïh Muslim [10] et les autres références de hadiths sunnites.[11]

Authenticité du hadith du point de vue des sunnites

L’érudit sunnite Ibn Abi l-Hadîd [12] considère ce hadith généralement convenu par toutes les sectes islamiques, et Ibn 'Abd al-Birr [13] le reconnaît parmi des hadiths les plus justes et les plus authentiques. Al-Hakîm al-Nishaburi a considéré ce hadith, sahih (correct) [14] et Hafiz al-Dhahabî dans Talkhîs al-Mustadrak[15], a souligné son authenticité.

Même les ennemis de l'Imam Ali (a) ne pouvaient pas contester ce hadith et ont dû accepter sa légitimité. Parfois, ils l'ont involontairement rapporté. Al-Khatîb al-Baghdadî [16], a confirmé le texte original de ce hadith; cependant, il a changé le nom Aaron à Qarûn. Même Ma'mûn al-'Abbasî, lors des débats avec des spécialistes de la jurisprudence (fuqaha), a fait référence à ce hadith.[17] Al-Khatîb al-Baghdadî, 'Umar, référant à ce hadith, a appelé la personne qui avait insulté Ali (a),«hypocrite».[18]

Même Muawiya n'a pas rejeté ce hadith, et quand il a demandé à Sa'd b. Abî Waqqâs (un des ennemis de Ali (a)):

«Pourquoi tu ne maudis pas Ali (a)?»

Sa'd a répondu :

«En raison des trois mérites que le Prophète (s) a mentionné pour Ali (a).» Puis il a nommé ces mérites, et le premier était le Hadith al-Manzila. Ainsi Muawiya a arrêté de forcer Sa'd à maudire Ali(a).[19]

Zayd b. Arqam est parmi les compagnons du Prophète (s) qui ont rapporté ce hadith. Il dit que lorsque le Prophète (s) a nommé Ali(a) à son statut à Médine, certaines personnes pensaient que le Prophète (s) a été bouleversé par Ali (a). Quand Ali (a) en a entendu parler, il l’a dit au Prophète (s) et en réponse, le Prophète (s) a déclaré le Hadith al-Manzila.[20]

Al-Hakîm an-Nayshabûrî a considéré ce hadith comme authentique en ce qui concerne ses sources et, il cita Ibn 'Abbâs, et a dit que le Prophète (s) avait prononcé ce hadith dans la Bataille de Tabuk. Ibn 'Abbas a également rapporté que le noble Prophète (s), s'adressant à Ali (a), avait dit :

«Il ne serait pas approprié que je parte, sauf si tu seras mon vicegerent ici.», puis avait ajouté: «Après moi, tu seras le walî de chaque croyant, homme et femme.»[21]

Importance du hadith concernant les mérites de l'Imam Ali (a) et sa succession au Prophète (s)

  • En plus de prouver un grand mérite pour l'Imam Ali (a), ce hadith montre également son droit pour le califat, et aussi son infaillibilité. Car le Prophète (s) a comparé tous les caractères et statut de l’Imam Ali(a) à celui d'Aaron – en ce qui concerne ses vertus, ses mérites et son statut élevé.

D'après les versets coraniques, le prophète Moïse a demandé à Dieu de choisir Aaron comme son adjoint, afin de l'aider dans sa mission.[22] Dieu a accepté la demande de Moïse [23] et alors Aaron est devenu le vicaire de Moïse en son absence.[24] Par conséquent, Aaron avait toutes les positions de Moïse, et si Aaron était resté en vie après Moïse, il aurait été son successeur (selon les Juifs, Aaron est décédé quarante ans avant Moïse).

  • Aaron avait un excellent statut auprès de Moïse ; et ainsi le statut élevé de l'Imam Ali (a) et son droit pour le califat après le Prophète (s) peuvent être déduire de cette comparaison.
  • Basé sur l'histoire d'Aaron et Moïse dans le Coran, Aaron était l'adjoint de Moïse dans sa mission, ainsi que Ali(a) était adjoint du Prophète dans sa mission et partageait avec lui le leadership et la tutelle, sauf dans le sujet de la prophétie.[25]
  • Aaron était le deuxième homme après Moïse parmi les Bani Israël, de la même manière, Ali(a) avait le même statut chez l'umma du Prophète (s).
  • Aaron était le frère de Moïse, Ali (a) a également été reconnu comme le frère du Prophète (s), sur la base fréquemment rapporté du Hadith de Mu'akhât qui a été mentionné dans les références chiites et sunnites.
  • Aaron était le meilleur du peuple de Moïse auprès Dieu, tout comme Ali (a) à l'époque du Prophète (s).
  • Aaron était l’agent général de Moïse en son absence, et le Prophète (s) a donné ce même droit à Ali(a), comme est indiqué dans la narration où le Prophète (s) a dit :
«‌لاینبغی أن أذهب اِلّا و أنت خَلیفَتی‌‌»
«Il ne serait pas approprié que je parte à la Bataille de Tabuk , sauf si tu seras mon vicegerent ici.»
  • Aaron était le plus savant parmi le peuple de Moïse et Ali(a) aussi – comme a été souligné par le Prophète (s).[26]
  • Il incombait à Josué b. Noun (le vice de Moïse) et à son peuple d'obéir à Aaron. Il était aussi une nécessité d'obéir à Ali(a), même avec l'hypothèse de l'administration d'Abu Bakr,Umar, Uthman ou quelqu'un d'autre.[27]
  • Aaron était la personne la plus aimée par Dieu et Moïse, comme était Ali(a) aussi.
  • Dieu a soutenu Moïse par son frère Aaron, et Il a fait le même lien entre le Prophète (s) et Ali(a).
  • Aaron était infaillible de toute erreur et ignorance, tout comme Ali(a).[28]

Doutes sur l'authenticité du hadith

Certains érudits sunnites ont mis en doute la source de ce hadith et l'ont considérée comme akhbar al-âhâd (étant à peine enregistrée).[29] Les érudits chiites ont réagi par rassembler les diverses documentations de ce hadith. Selon les érudits, connaisseurs de hadiths (muhaddith), ce hadith fait particulièrement partie «des plus authentiques des traditions du Prophète (s) et des sources les plus fermes». Même al-Dhahabi, l'un des grands savants sunnites, a confirmé l'authenticité de ce hadith dans son Talkhis al-mustadrak.[30] Si ce hadith n'était pas authentique, il ne serait pas mentionné dans Sahïh al-bukharï et Sahïh muslim. De plus, Muawiya – un des ennemis importants de l'Imam Ali (a) qui avait ordonné les autres à insulter et à maudire l'Imam Ali (a), et qui a inventé des hadiths [fictifs] contre lui – non seulement a accepté ce hadith, mais aussi l'a rapporté.[31]

Confiner la succession à la Bataille de Tabuk

Certains sunnites ont limité ce hadith à la Bataille de Tabuk[32] et certains sont même allés plus loin en limitant le rôle d’ autorité d' Ali (a) et a dit que le Prophète (s) avait désigné Ali (a) comme son suppléant, seulement à Médine et seulement auprès de sa propre famille.[33] Ils ont dit que l'acceptation de ce hadith ne signifie pas que toutes les positions et les mérites du Prophète (s) (sauf la prophétie) pourraient également appliquer à Ali(a), et que le sens apparent de ce hadith ne peut indiquer que Aliétait l'adjoint du Prophète (s) en son absence lors de la Bataille de Tabouk, mais seulement en ce qui concerne les affaires de sa famille – comme Aaron était l'adjoint de Moïse en son absence.

Deux réponses ont été données à cette revendication:

  • Dans leurs enregistrements, de nombreux érudits sunnites ne limitent pas ce hadith à la Bataille de Tabuk et croient que le Prophète (s) a déclaré ce hadith dans d'autres occasions aussi. En approuvant le statut élevé de l'Imam Ali (a) en tant que remplaçant du Prophète, Ibn Abi l-Hadïd [34] fait référence au Coran et aux différents hadiths. En appliquant les mérites et les positions d'Aaron à Ali(a), il dit que si le Prophète (s) n’était pas le dernier des prophètes, Ali(a) serait même son successeur dans la prophétie. Le Prophète (s) a nommé les fils dAli(a) avec les mêmes noms que les fils d'Aaron ont été appelés et a dit: «Je les ai nommé Chubbar [Hasan] et Chubayr [Husayn] comme les fils d'Aaron.»[35]
  • Les compagnons eux-mêmes ont compris un sens général du hadith concernant le statut de Ali(a). Par exemple, lorsque Jâbir b. 'Abd Allah al-Ansârï a été interrogé sur la signification du Hadith al-Manzila, il a répondu que dans ce hadith, le Prophète (s) avait nommé' Ali (a) comme son suppléant parmi son ummah, dans sa vie et après sa mort, et avait incombé les gens de lui obéir.[36]

Confiner la succession à la durée de vie du Prophète

On prétend que : Aaron avait un statut équivalent du califat et d'autres mérites lorsque Moïse était en vie, donc Ali(a) aurait eu le même statut et les mêmes mérites qu'Aaron, lorsque le Prophète (s) était en vie; par conséquent, le Hadith de Manzila ne peut pas être considérée comme une règle pour le califat après le Prophète (s).[37]

La réponse:

  • Le mot «sauf» dans ce hadith ( «illa annahu la nabiyya ba'di»), [ «sauf qu’il n'y a pas de prophète après moi»]) clarifie la généralité de ce hadith, et que le statut et les mérites mentionnés sont approuvés pour Ali(a) aussi après la mort du Prophète (s), sinon il n'y aurait pas besoin de l'exception. Selon al-Tabarsï [38], les connaisseurs de hadiths (les muhaddith) conviennent généralement que le Prophète (s) a nommé Ali(a) son adjoint à Médine, pendant la Bataille de Tabuk et après l'événement, et ne l'a pas congédié de son poste.
  • Sur la base de cette hypothèse, Aaron n'est pas resté en vie pour être calife après Moïse. Si Aaron restait vivant après Moïse, il serait tout à fait devenu le successeur de Moïse puisque ce dernier l'avait nommé comme son remplaçant. De même, selon le Hadith al-Manzila, l’Imam Ali (a) a reçu le droit au statut du califat du Prophète (s), et donc après le Prophète (s), il serait (est) son calife et remplaçant.

Une similarité delicate

Aaron est devenu le calife de Moïse en son absence, cependant les gens ont été trompés par Sâmirï (Zimri b. Salu) et ils sont devenus les adorateur de veau. Aaron s'est opposé à eux, mais personne ne l'a aidé et donc il a choisi de les tolérer.

Le Hadith al-Manzila raconte l'occurrence des mêmes événements pour l'Imam Ali (a). En l'absence du Prophète (s), Ali(a) est censé être son calife; et les similitudes entre Aaron et lui ne se limite pas au temps avant ou après le décès du Prophète (s).

Références

  1. حَدَّثَنَا یحْیی بْنُ یحْیی التَّمِیمِی وَأَبُو جَعْفَرٍ مُحَمَّدُ بْنُ الصَّبَّاحِ وَعُبَیدُ اللَّهِ الْقَوَارِیرِی وَسُرَیجُ بْنُ یونُسَ کلُّهُمْ عَنْ یوسُفَ الْمَاجِشُونِ - وَاللَّفْظُ لاِبْنِ الصَّبَّاحِ - حَدَّثَنَا یوسُفُ أَبُو سَلَمَةَ الْمَاجِشُونُ حَدَّثَنَا مُحَمَّدُ بْنُ الْمُنْکدِرِ عَنْ سَعِیدِ بْنِ الْمُسَیبِ عَنْ عَامِرِ بْنِ سَعْدِ بْنِ أَبِی وَقَّاصٍ عَنْ أَبِیهِ قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ -صلی الله علیه وسلم- لِعَلِی «‌أَنْتَ مِنِّی بِمَنْزِلَةِ هَارُونَ مِنْ مُوسَی إِلاَّ أَنَّهُ لاَ نَبِی بَعْدِی ». قَالَ سَعِیدٌ فَأَحْبَبْتُ أَنْ أُشَافِهَ بِهَا سَعْدًا فَلَقِیتُ سَعْدًا فَحَدَّثْتُهُ بِمَا حَدَّثَنِی عَامِرٌ فَقَالَ أَنَا سَمِعْتُه‍. فَقُلْتُ آنْتَ سَمِعْتَهُ فَوَضَعَ إِصْبَعَیهِ عَلَی أُذُنَیهِ فَقَالَ نَعَمْ وَإِلاَّ فَاسْتَکتَا.
  2. Ibn Magazeli, Manaqib imam Ali(a), p. 255-257.
  3. Ibn Hanbal, Musnad ahmad b. hanbal, vol. 1, p. 277, vol. III, p. 417, vol. VII, p. 513, 591 ; Bukhari, Sahih al-buhari, vol. V, p. 129 ; Sahih Muslim, vol. II, p. 1870 – 1871 ; Tirmidhi, Sunan tirmidhi, vol. V, p. 638 , 640 – 641 ; Nisa'i, Sunan nisa'i, p. 50 – 61 ; Hakim Nayshaburi, Mustadrik, vol. III, p. 133 – 134 ; Ahmed b. 'Abdallah Tabari, Al-riyad al-nadra fi manaqib al-ashrat, vol. III, p. 117 – 119 ; Ibn Kathir, Al-bidaya wa nihaya, vol. V, p. 7- 8; Haythami, Majma' al-zawa'id wa manba' al-fawaid, vol. IX, p. 110 ; 'Ayni, Umda al-qari: sharh sahih al-bukhari, vol. XVI, p. 301 ; al-Suyuti, Tarikh al-kulafa, p. 168; al-Suyuti, Al-durr al-manthur, vol. III, p. 236, 291 ; Muttaqi, Kanz al-ummal, vol. XIII, p. 163, 171 – 172 ; voir aussi: Mir Hamid Husayn, 'Abaqat al-anwar, vol. II, p. 29 – 59; Sharaf al-Din, p. 130 ; Husayni Milani, Nafahat al-azhar, vol. XVIII, p. 363 – 411.
  4. Ahmad b. Hanbal, vol.I, p.277; vol. III, p.417 ; al-Bukhari, vol.V, p.129; Tirmidhi, vol.V, p.638; al-Kafi, vol.VIII, P.106-7 ; al-Baqilani, p. 457 ; Qadi 'Abd al-Jabbar, vol.X, chapitre I, p. 158 ; Khatib al-Baghdadi, vol.IV, p. 465 ; Fakhr al-Razi, vol.II, p.257 ; Taftazani, vol.5, p.296
  5. Un muhaddith célèbre, mort au Ve siècle, vol. I, p. 195.
  6. Husayni Milani, Vol.XVII, p. 23-8.
  7. Ibn Taymiyya, vol.VII, P.326.
  8. Mir Hamid Husayn, Abaqat al-anwar, vol. II, chapitre I, p. 204 - 206 ; Husayni Milani, Nafahat al-azhar, vol. XXVII, p. 151 – 162.
  9. Al-Bukhari, vol.IV, p.208 ; vol.V, p.129:
    حَدَّثَنِی مُحَمَّدُ بْنُ بَشَّارٍ، حَدَّثَنَا غُنْدَرٌ، حَدَّثَنَا شُعْبَةُ، عَنْ سَعْدٍ، قَالَ: سَمِعْتُ إِبْرَاهِیمَ بْنَ سَعْدٍ، عَنْ أَبِیهِ، قَالَ: قَالَ النَّبِی صَلَّی اللهُ عَلَیهِ وَسَلَّمَ لِعَلِی: «أَمَا تَرْضَی أَنْ تَکونَ مِنِّی بِمَنْزِلَةِ هَارُونَ، مِنْ مُوسَی».
  10. Muslim, vol.VII, p.119:
    حَدَّثَنَا یحْیی بْنُ یحْیی التَّمِیمِی وَأَبُو جَعْفَرٍ مُحَمَّدُ بْنُ الصَّبَّاحِ وَعُبَیدُ اللَّهِ الْقَوَارِیرِی وَسُرَیجُ بْنُ یونُسَ کلُّهُمْ عَنْ یوسُفَ الْمَاجِشُونِ - وَاللَّفْظُ لاِبْنِ الصَّبَّاحِ - حَدَّثَنَا یوسُفُ أَبُو سَلَمَةَ الْمَاجِشُونُ حَدَّثَنَا مُحَمَّدُ بْنُ الْمُنْکدِرِ عَنْ سَعِیدِ بْنِ الْمُسَیبِ عَنْ عَامِرِ بْنِ سَعْدِ بْنِ أَبِی وَقَّاصٍ عَنْ أَبِیهِ قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ -صلی الله علیه وسلم- لِعَلِی «أَنْتَ مِنِّی بِمَنْزِلَةِ هَارُونَ مِنْ مُوسَی إِلاَّ أَنَّهُ لاَ نَبِی بَعْدِی ». قَالَ سَعِیدٌ فَأَحْبَبْتُ أَنْ أُشَافِهَ بِهَا سَعْدًا فَلَقِیتُ سَعْدًا فَحَدَّثْتُهُ بِمَا حَدَّثَنِی عَامِرٌ فَقَالَ أَنَا سَمِعْتُه. فَقُلْتُ آنْتَ سَمِعْتَهُ فَوَضَعَ إِصْبَعَیهِ عَلَی أُذُنَیهِ فَقَالَ نَعَمْ وَإِلاَّ فَاسْتَکتَا
  11. Al-Hakim al-Nishapuri, vol.III, p.133-4; Ibn 'Abd al-Birr, vol.III, p.1097-8; Ibn Athir, al-Kamil fi l-tarikh vol.II, p.278; Sibt b. Jowzi, p.27-8' Ibn Abi l-Hadid, vol,XIII, p.211; Juwayni al-Khurasani, vol.I, p.122; al-Haythami, vol.IX, p.111; Ibn Hajar al-'Asqalani, vol.II, p.509; Al-Suyuti, p.168; Halabi, vol.III, p.187-8; Qunduzi, vol.I, p.111-2; Husayni Firuz Abadi, vol.I, p.347-64; Khidri, p.169
  12. Ibn Abi l-Hadid, vol.XIII, p.211.
  13. bn 'Abd al-Birr, vol.III, p.1097.
  14. Al-Hakim al-Nishaburi, vol.III, p. 134.
  15. Voir Hakim Nishaburi, Mustadrak, vol. III, p. 134.
  16. al-Khatib al-Baghdadi, vol.VIII, p.262.
  17. Ibn 'Abd Rabbih, vol.V, p.357-8.
  18. al-Khatib al-Baghdadi, vol.VIII, p.498.
  19. Ibn Athir, Usd al-ghaba, vol.IV, p.104-5; Qunduzi, vol.I, p.161.
  20. Voir al-Haythami, Majma' al-zawa'id wa manba al-fawa'id, vol.IX, p.111.
  21. al-Haythami, vol.IX, p.111.
  22. Sourate Taha (XX:29-32).
  23. Sourate Taha (XX:36)
  24. Sourate A'raf (VII:142).
  25. Voir Mir Hamid Husayn, 'Abaqat al-anwar, vol. II, chapitre I, p. 86-88.
  26. Voir Muttaqi, Kanz al-'ummal, vol. XI, p. 614; Mir Hamid Husayn, 'Abaqat al-anwar, vol. II, chapitre I, p. 113-129.
  27. Voir Mir Hamid Husayn, Abaqat al-anwar, vol. II, chapitre I, p. 88-93.
  28. Mir Hamid Husayn, 'Abaqat al-anwar, vol. II, chapitre I, p. 100-104.
  29. Par exemple, voir Amidi, p.167.
  30. Hakim Nishaburi, Mustadrak, vol. III, p. 134.
  31. Ibn Hajar al-Haytami, p. 179.
  32. Ibn Taymiyya, vol.VII, p.322.
  33. al-Baqilani, p.457; Mir Hamid Husayn, vol.II, chapitre.I, p.74-6.
  34. Ibn Abi l-Hadid, vol.XXIII, p.211.
  35. Ahmad b. Hanbal, vol.I, p.158; al-Hakim al-Nishapuri, vol.III, p.168; Muttaqi, vol.XXII, p.117-8; Majlisi, vol.CI, p.110-2.
  36. Ibn Babaway, p. 74.
  37. Qadi 'Abd al-Jabbar, vol.XX, chapitre I, p. 159-60; Jurjani, Sharh al-Mawaqif, p.363; Mir Hamid Husayn, vol. II, chapitre I, p.86.
  38. al-Tabrasi, p.252.

Bibliographie

  • Al-'Asqalani, Ibn Hajar. al-Kitab al-isaba fi tamyiz al-sahaba, Egypte, 1328 H/1910.
  • Ahmad b. Hanbal, Musnad al-imam Ahmad b. Hanbal, Beyrouth, 1414 AH/1993.
  • Al-Amidi, Alib. Muhammad. Al-Imama min abkar al-afkar fi usul al-din, Ed. Muhammad Zubaydi, Beyrouth, 1412 AH/1992.
  • Al-Baqilani, Muhammad b. Tayyib. Kitab Tamhid al-awail wa talkhis al-dala'il, Ed. 'Imad al-Din Ahmad Haydar, Beyrouth, 1414 AH/1993.
  • Al-Bukhari, Muhammad b. Isma'il. Sahih al-Bukhari, Ed. Muhammad Dhihni al-Afandi, Istanbul, 1401 H/1981.
  • Fakhr al-Razi, Muhammad b. 'Umar. Barahin dar 'ilm-i kalam, Ed. Muhammad Baqir Sabziwari, Téhéran, 1341-42 sh/1962-63.
  • Al-Hakim al-Nishapuri, Muhammad b. 'Abd Allah. al-Mustadrak 'ala al-sahihayn, Beyrouth: Dar al-Ma'rifa, n.d.
  • Al-Halabi, Alib. Ibrahim. Al-Sira al-halabiyya, Ed. 'Abd Allah Muhammad al-Khalili, Beyrouth, 1422 H/2002.
  • Al-Haytami, Ibn Hajar. Al-Sawa'q al-muhraqa fi l-radd 'ala ahl al-bida' wa al-zanadiqa, Ed. 'Abd al-Wahhab 'Abd al-Latif, Caire, 1385 H/1965.
  • Al-Haythami, Alib. Abu Bakr. Majma al-zawa'id wa manba' al-fawa'id, Beyrouth, 1402 H/1982.
  • Husayni Firuz Abadi, Murtada. Fada'il al-khamsa min al-sihah al-sitta, Beyrouth, 1402 H/1982.
  • Husayni Milani, 'Ali. Nafahat al-azhar fi khulasa 'abaqat al-anwar. Qom, 1384 sh/2005.
  • Ibn 'Abd al-Birr, Al-Isti'ab fi marifat al-ashab, Ed. AliMuhammad Bajawi, Beyrouth, 1412 AH/1992.
  • Ibn 'Abd Rabbih, Al-Iqd al-farid, Vol.5, Beyrouth, 1404 H/1983.
  • Ibn Abi l-Hadid, Commentary of Nahj al-Balagha. Caire, 1385 AH/1965.
  • Ibn Athir, Al-Kamil fi l-tarikh, Beyrouth, 1386 H/1966.
  • Ibn Athir, Usd al-ghaba fi ma'rifat al-sahaba Ed. Muhammad Ibrahim Banna and Mahammad Ahmad 'Ashur. Caire, 1970-73.
  • Ibn Babawayh, Ma'ani l-akhbar (book)|Ma'ani l-akhbar, Ed. AliAkbar Ghaffari. Qom, 1361 sh/1982.
  • Ibn Kathir, Al-Bidaya wa al-nihaya, Beyroutht, 1411 H/1990.
  • Ibn Taymiyya, Minhaj al-sunna al-nabawiyya Ed. Muhammad Rashad Salim. Riyad, 1406 H/1986.
  • Juwaini al-Khurasani, Ibrahim b. Muhammad. Fara'id al-simatayn fi fada'il al-murtada wa al-batul wa al-sibtayn wa al-a'imma min dhurriyatihim (a), Beyrouth: la Publication de Muhammad Baqir Mahmudi, 1400 H/1980.
  • Al-Khatib al-Baghdadi, Tarikh Baghdad. n.d.
  • Khidri, Muhammad Itmam al-wafa' fi sira al-khulafa, Beyrouth, 1402 H/1982.
  • Al-Kulayni, Muhammad b. Ya'qub. Al-Kafi (book)|Al-Kafi. n.d.
  • Al-Majlisi, Muhammad Baqir. Bihar al-anwar. n.d.
  • Mir Hamid Husayn, 'Abaqat al-anwar fi imama al-a'imma al-athar (a), Vol.II, Ed. 'Abd al-Rahman Mubarak et al. Mashhad, 1383 sh/2004.
  • Muslim b. Hajjaj Sahih al-Muslim, Ed. Muhammad Fu'ad 'Abd al-Baqi. Istanbul, 1413 H/1992.
  • Al-Muttaqi, Alib. Hisam al-Din. Kanz al-'ummal fi sunan al-aqwal wa al-af'al, Beyroutht, 1409 H/1989.
  • Qadi 'Abd al-Jabbar b. Ahmad, Al-Mughni fi abwab al-tawhid wa al-'adl, Vol.XX, Ed. Mahmud Muhammad Qasim. n.d., n.d.
  • Al-Qunduzi, Sulayman b. Ibrahim. Yanabi' al-mawadda li dhawi l-qurba (book)|Yanabi' al-mawadda li dhawi l-qurba, Ed. AliJamal Ashraf Husayni. Qom, 1416 H/1995.
  • Sibt b. Jowzi, Tadhkirat al-khawass, Beyrouth, 1401 H/1981.
  • Al-Suyuti, 'Abd al-Rahman b. Abi Bakr. Tarikh al-khulafa Ed. Muhammad Muyiddin 'Abd al-Hamid. Qom, 1370 sh/1991.
  • Al-Tabari, Muhammad b. Jarir. Al-Tarikh. n.d.
  • Al-Tabrasi, Hasan b. 'Ali. Asrar al-imama. Mashhad, 1380 sh/2001.
  • Al-Taftazani, Muhammad b. 'Umar. Sharh al-Maqasid, Ed. 'Abd al-Rahman 'Umayra. Caire, 1409 H/1989.
  • Al-Tirmidhi, Muhammad b. 'Isa. Al-Jami' al-Sahih wa huwa sunan al-Tirmidhi, Vol.V, Ed. Ibrahim 'Atwa 'Iwad, Beyrouth, n.d.