Hamîda l'épouse de l’Imam as-Sâdiq (a)

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher
Hamîda
Description de l'image Mashraba Umm Ibrahim.jpg.
Mashraba Umm Ibrahim, Médine
Présentation
Rôle l'épouse de l’Imam as-Sâdiq (a)
Nom(s)
  • Hamîda
  • Humayda
Titre(s)
  • Hamîda al-Musaffâ
  • Hamîda al-Bârbarîya
  • Hamîda al-Andalussîyya
  • Lu’lu’a
  • Muhaddaba
  • Sayyidat al-Imâ
  • Umm Ahmad
  • Umm Hamîda
  • Hamîda (connu sous le nom Hamîda al-Musaffâ ( حَميدَة المُصَفّا), Hamîda al-Bârbarîya( حَميدَة البَربَريَّة), Hamîda al-Andalussîyya ( حَميدَة الاندَلُسيَّة) était l'épouse de l’Imam Jaʻfar b. Muhammad as-Sâdiq (a), le sixième Imam chiite et la mère de l’Imam Mûsâ b. Jaʻfar al-Kâzim (a), le septième Imam chiite.

    Elle était une esclave offerte à l'Imam as-Sâdiq (a), par l'Imam al-Bâqir (a). Hamîda était une femme vertueuse et une savante de Fiqh. L'Imam as-Sâdiq (a) référait toujours d'autres femmes chez elle pour qu'elle leur apprennent la religion et ses thématiques.

    Lignée

    Il y a des désaccords sur la lignée généalogique de Hamîda. Certaines sources ont mentionné que Sâʻid Barbar était le nom de son père et Sâlih, le nom de son frère. Certains considèrent Sâlih comme le nom de son père. Il y a aussi des désaccords sur l'origine de Hamîda. Elle a été considérée comme Berbère, Andalouse, Romaine et non-arabe.[1]

    Noms et titres

    Son nom est mentionné comme Hamîda ou Humayda. Quand l’Imam al-Bâqir (a) lui demanda son nom, elle répondit Hamîda.[2] Elle était connue sous les noms de Hamîda al-Barbarîya et Hamîda al-Andalussîya.[3] L'Imam as-Sâdiq (a) la surnomma al-Musaffâ.[4]

    Lu’lu’a, Muhaddaba, Sayyidat al-Imâ’, Umm Ahmad et Umm Hamîda sont les autres titres attribués à Hamîda.[5]

    Statut

    L'Imam al-Bâqir (a) la considérait comme une femme louée dans ce monde et admirée dans l’au-delà.[6] L'Imam as-Sâdiq (a) a déclaré à son sujet :

    « Hamîda est pure des souillures et elle est comme un lingot d'or. Les anges veillaient toujours sur elle jusqu'à ce que un prodigue (karamat) de la part de Dieu pour moi, et une preuve (hujja) [de Dieu] après moi (le prochain Imam), soit né ».[7]

    Elle fut une dame très savante, et l'Imam as-Sâdiq (a) référait toujours d'autres femmes chez elle pour qu'elle leur apprennent la religion et ses thématiques.[8] L'Imam (a) également transmettait la responsabilité du partage des droits (financières) des habitants de Médine à Hamîda et à Umm Farwa .[9] En outre, de grands savants chiites ont parlée de Hamîda avec respect, et l'ont considéré comme une femme savant et honorable.[10]

    Dans les sources chiites, il y a deux Hadiths rapportés par Hamîda concernant la question du Hajj des enfants[11] et le martyre de l’Imam as-Sâdiq (a).[12]

    De l'esclavage au mariage de l'Imam as-Sâdiq (a)

    Selon des livres de Hadith, l'Imam al-Bâqir (a) acheta Hamîda comme esclave et recommanda à son fils, Jaʻfar b. Muhammad (a) de l'épouser.[13]

    Naissance de l'Imam al-Kâzim (a)

    Selon une narration d'Abû Basîr, lorsque l'Imam as-Sâdiq (a) était en voyage dans la région d'Abwâʻ, l'Imam Mûsâ al-Kâzim (a) est né. Il dit :

    « Quand les signes d'accouchement apparurent chez Hamîda, Imam (a) se précipita vers sa tente et peu après, ressorti avec un visage joyeux... Imam (a) dit : Hamîda m'a dit que ce nouveau-né, a posé ses mains sur le sol, et a levé les yeux vers le ciel. Je lui a dit que c'était le signe du Prophète Muhammad (s) et du légataire (wassi) après lui ».[14]

    Cadeau de Hamîda un à l'Imam al-Kâzim (a)

    Basé sur une autre narration, Hamîda acheta Najma (la mère de l'Imam Rida (a)) comme servante. Elle a ensuite vécu un rêve véridique dans lequel on lui avait dit de donner Najma comme un cadeau à l’Imam al-Kâzim (a) pour l'épouser, pour qu'un des meilleurs des hommes naisse bientôt.[15] Hamîda a dit à Imam al-Kâzim (a) :

    « Mon enfant ! Tuktam (Najma) est la servante la plus vertueuse que je connaisse. Je ne doute pas que si elle a des descendants, Dieu lui le révélera. Je vous l'offre (comme épouse) et vous prie de lui faire du bien ».[16]

    Autres enfants

    Comme Al-Majlisî a déclaré, Hamîda avait quatre enfants : Mûsâ b. Jaʻfar (a), Ishâq, Muhammad et Fâtima.[17]

    Tombe

    D'après certains sources, la tombe de Hamîda est dans Mashraba Umm Ibrâhîm, dans la région Al-ʻAwâlî à l’ouest du cimetière de Baqiʻ, près de la tombe de Najma, la mère de l’Imam ar-Ridâ.

    Voir aussi

    Références

    1. Mâmaqânî, vol.3, p.76 ; Qarashî, vol.1, p.42-43 ; Amîn, v.4, p. 80.
    2. Abû al-Faraj al-Isfahânî, p. 413.
    3. Majlisî, vol. 5, p. 261.
    4. Kulaynî, vol. 1, p. 477 ; Masʻûdî, p. 190 ; Sadûq, v.1, p.24.
    5. Tabarî, p. 147 ; Bahrânî, vol. 21, p. 10 ; Masʻûdî, p. 190 ; Gharawî Nâ’înî, p. 152 ; Yazdî, v.1, p.364 ; Hasûn et Mashkûr, p. 311.
    6. Kulaynî, vol. 1, p. 477.
    7. Kulaynî, vol. 1, p. 477.
    8. Sadûq, al-Amâlî , p. 525 ; Tabrisî, vol. 2, p. 62.
    9. Mâmaqânî, vol. 3, p. 76.
    10. Qummî, vol. 2, p. 377 ; Qarashî, vol.1, p. 40-41.
    11. Kulaynî, vol.4, p.301 ; Hurr al-ʻÂmilî, vol.8, p.207
    12. Majlisî, vol. 47, p.2 ; Yazdî, vol.1 , p.364
    13. Kulaynî, vol. 1, p. 477.
    14. Kulaynî, vol. 1, p. 385.
    15. Irbilî, vol. 2, p. 803-804.
    16. Sadûq, vol. 2, p. 24.
    17. Majlisî, vol. 47, p. 241.

    Bibliographie

    • Al-’Irbilî, Ali b. ʻÎsâ, Kashf al-Ghumma Fî Ma‘rifa al-’A’imma, Qom : Sharîf ar-Radhî, 1421 de l’hégire lunaire.
    • Al-ʻÂmilî, Hurr. Muhammad b. Hassan, Wasâ’il ash-Shîʻa, Téhéran : Dâr al-Kutub al-Islâmîyya, 1401 de l’hégire lunaire.
    • Al-’Amîn al-ʻÂmilî, Sayyid Muhsin, Fî Rihâb A’imma Ahl al-Bayt, Beyrouth : Dâr at-Ta‘âruf, 1412 de l’hégire lunaire.
    • Al-Bahrânî, Sayyid Hâshim. ʻAwâlim. Qom : Mu’assisat al-Imâm al-Mahdî, 1409 de l’hégire lunaire.
    • Al-Gharawî an-Nâ’înî, Nahlâ. Muhaddithât ash-Shî’a. Téhéran : Dâneshgâh-e Tarbîyat Mudarres, 1375 de l’hégire solaire.
    • Al-Hassûn, Muhammad ; Al-Mashkûr, Umm Ali, Aʻlâm an-Nisâ’ al-Mu’minât, s.l. : Uswa, 1411 de l’hégire lunaire.
    • Al-Isfahânî, Abû al-Faraj, Maqâtil at-Tâlibîn, Beyrouth : Dâr al-Ma‘rifa, s.d.
    • Al-Kulaynî, Abû Ja’far Muhammad b. Ya’qûb, Al-Kâfî, travail de recherches : ‘Alî Akbar Ghaffârî, Téhéran : Dâr al-Kutub al-Islâmîyya, 1363 de l’hégire solaire.
    • Al-Majlisî, Mohammad Bâqir, Bihâr al-Anwâr, Beyrouth : Mu’asisat al-Wafâ’, 1403 de l’hégire lunaire.
    • Al-Mâmqânî, ‘Abdullâh, Tanqîh al-Maqâl, Najaf : Matbaʻat al-Murtadavîya, 1352 de l’hégire lunaire.
    • Al-Mas‘ûdî, ‘Alî b. Husayn, Ithbât al-Wasîyya. Qom : Ansârîyan, 1417 de l’hégire lunaire.
    • Al-Qarashî, Bâqir Sharîf. Hayât al-Imâm Mûsâ b. Jaʻfar. s.l : Dâr al-Bilâgha, 1413 de l’hégire lunaire.
    • Al-Qummî, Cheikh ‘Abbâs, Muntahâ al-’Âmâl, Qom : Hijrat, 1412 de l’hégire lunaire.
    • Al-Yazdî, Sayyed Muhammad Kâdhîm, al-ʻUrwat al-Wuthqâ, s.l : 1422 de l’hégire lunaire.
    • As-Sadûq, Muhammad b. ‘Alî b. Bâbwayh al-Qummî, Al-Amâlî, Qom : Mu’asisat al-Bi’that, 1417 de l’hégire lunaire.
    • As-Sadûq, Muhammad b. Ali b. Bâbwayh al-Qummî, ‘Uyûn Akhbâr ar-Ridâ (a), Par : Hassan al-Aʻlamî, Beyrouth : Mu’asisat al-Aʻlamî li-lmatbûʻât, 1404 de l’hégire lunaire.
    • At-Tabarî Ash-Shîʻî, Muhammad b. Jarîr b. Rustam, Dalâ’il al-’Imâma, Beyrouth : Mu’asisat al-Aʻlamî li-lmatbûʻât, 1408 de l’hégire lunaire.
    • At-Tabrisî, Fadhl b. Hasan, I‘lâm al-Warâ bi-A‘lâm al-Hudâ, Qom : Mu’assisat Âl al-Bayt li-Ihyâ’ at-Turâth, 1417 de l’hégire lunaire.