Hishâm b. al-Hakam

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher
Hishâm b. al-Hakam
Alias
  • Abû Muhammad
  • Abu al-Hakam
Naissance Environ 133 H
Décès 179 H
Religion Chiite
Profession
Vendeur du canevas
Auteur

Professeurs

  • Imam as-Sâdiq (a)
  • Imam al-Kâzim (a)

Élèves

  • Abû Ja’far Muhammad b. Jalîl Sakkâk
  • Abu al-Hasan Ali b. Mansûr
  • Yûnus b. Abd ar-Rahmân
  • Ali b. Ismâ’îl al-Maythamî

Œuvres principales

  • Al-Alfâz
  • Al-Imâmat
  • At-Tadbîr fi al-Imâmat
  • Ikhtilâf an-Nâs fi al-Imâmat
  • Al-Majâlis fi al-Imâmat
  • At-Tawhîd
  • Al-Jabr wa al-Qadar
  • Al-Qadar

Hishâm b. al-Hakam (en arabe : هشام بن الحكم) fut le théologien chiite du deuxième siècle de l’Hégire et un des adeptes de l’Imam as-Sâdiq (a) et de l’Imam al-Kâzim (a).

Beaucoup de savants chiites et sunnites estimèrent son rang scientifique. Aussi, il est rapporté des hadiths des Imams, prouvant son statut considérable auprès des Imams.

Naissance

Il n’y a pas d’information sur la date de sa naissance, sauf qu’il naquit aux premières années du deuxième siècle de l’Hégire.

Certains déclarèrent qu’apparemment, il naquit en l’an 133 H.[1]

D’après An-Najâshî, Hishâm b. al-Hakam naquit à Koufa et il fut originaire de cette ville.[2]

Généalogie

D’après certains biographes, Hishâm b. al-Hakam fut un Mawâlî (un non-arabe qui vit sous le pouvoir des arabes). Certains le considèrent de la tribu de Banû Kinda et d’autres de la tribu de Banû Shaybân.[3] Mais, d’après certains chercheurs, il fut un arabe et de la tribu de Khuzâ’a.[4]

Famille

D’après an-Najâshî, Hishâm b. al-Hakam habitait à Wâsit, mais, il faisait du commerce à Bagdad.[5] Il est dit qu’il vendait du canevas.[6]

Il eut un frère, nommé, Muhammad qui était un narrateur du hadith et Muhammad b. Abî ‘Umayr rapporta de ses hadiths.

Aussi, les sources de biographies attribuèrent une fille et un fils à Hishâm b. al-Hakam sous les noms de : Fatima et al-Hakam. Ce dernier était un Mutakallim (théologien) à Bassorah et avait écrit un livre sur l’Imamat.[7]

Attitude religieuse

Il y a trois opinions sur l’attitude religieuse de Hishâm b. al-Hakam :

  • Certains le considérèrent comme un des adeptes d’Abû Shâkir ad-Daysânî et comme un païen.[8] Il est même rapporté un hadith de l’Imam ar-Ridâ (a), considérant Hishâm comme un des adeptes d’Abû Shâkir et considérant ce dernier comme païen.[9]

L’analyse des preuves de l’opinion ci-dessus nous montre que les rapports, disant que Hishâm fut un païen n’est qu’un mensonge et que le hadith de l’Imam ar-Ridâ (a) n’a pas de chaîne de transmission authentique.

  • D’après Ibn Nadîm, Hishâm b. al-Hakam fut un des adeptes de Jahm b. Safwân. Puis, il se convertit au chiisme. Il donna comme preuves pour son opinion, les ressemblances qu’il y avaient entre les opinions de Hishâm et celles de Jahm.[10]

Hishâm dans les hadiths

Il y a deux sortes de hadiths sur Hishâm b. al-Hakam :

Hadiths pour lui

Il est rapporté de quatre Imams, l’Imam as-Sâdiq (a), l’Imam al-Kâzim (a), l’Imam ar-Ridâ (a) et l’Imam al-Jawâd (a) des hadiths prouvant la fidélité de Hishâm b. al-Hakam.

D’après ces hadiths, Hishâm est considéré le porte-drapeau du droit des Imams, celui qui défend la Wilayat des Ahl al-Bayt (a) et prouve l’égarement de leurs ennemis. Aussi, selon ces hadiths, le chemin de Hishâm est le même chemin que les Imams.[12]

D’après un hadith, Hishâm défendait les Imams par sa langue, son cœur, et ses mains.[13]

Hadiths contre lui

Il y a un hadith qui blâme Hishâm pour son rôle dans l’événement de l’emprisonnement et le martyre de l’Imam al-Kâzim (a). D’après ces hadiths, l’Imam (a) avait interdit ses adeptes de faire des discussions scientifiques. Mais, Hishâm n’obéit pas et continua ses discussions et ceci aboutit à l’emprisonnement de l’Imam al-Kâzim (a).[14]

Analyse des hadiths contre Hishâm

D’après certains chercheurs, l’Imam al-Kâzim (a) interdit les discussions scientifiques à l’époque de al-Mahdi al-Abbasside et Hishâm lui obéit et évita de faire des discussions religieuses. Mais, après l’époque de ce calife, il n’y avait pas d’interdiction.[15] Aussi, il était possible que l’Imam al-Kâzim (a) ait interdit ses adeptes sauf Hishâm. Car, d’après l’Imam as-Sâdiq (a), une personne comme Hishâm doit discuter avec les gens sur les sujets religieux.[16] De plus, les hadiths de l’Imam ar-Ridâ (a) et l’Imam al-Jawâd (a) prouvent que ces deux Imams prièrent pour Hishâm. Donc, si ce dernier n’avait pas obéi à l’Imam al-Kâzim (a), les deux Imams suivants ne prieraient pas pour lui.[17]

Statut scientifique

Hishâm b. al-Hakam fut le plus connu des savants chiites du deuxième siècle de l’Hégire. Ibn Nadîm cita son nom parmi les théologiens chiites qui étaient experts dans des discussions scientifiques.[18] Lorsque Ali b. Ismâ’îl al-Maythamî (un théologien chiite du deuxième siècle de l’Hégire) entendit que Harun al-Rachid voulait tuer Hishâm b. al-Hakam, il dit :

« Certes, nous sommes d’Allah et c’est à Lui que nous retournerons.[19] Qu’est-ce qui se passera avec la science s’ils tuent Hishâm. Il était notre pouvoir, notre professeur et eut un statut considérable parmi nous ».

A part les ulémas chiites, certains savants sunnites estimèrent beaucoup Hishâm b. al-Hakam. Ce dernier participait aux assemblées scientifiques de Yahya b. Khâlid al-Barmakî et y avait un statut très élevé. D’après Shahristânî, Hishâm eut des pensées religieuses très profondes. Hishâm b. al-Hakam fut une des premières personnes qui écrivirent des livres sur Usûl al-Fiqh (les principes du fiqh). Son livre dans ce domaine est nommé Kitâb al-AlFâz.[20]

Professeurs

Pendant des années, Hishâm b. al-Hakam fut l’élève de l’Imam as-Sâdiq (a) et de l’Imam al-Kâzim (a). La plupart des idées et des pensées de Hishâm sont conformes à celles des Imams. Ceci prouve que sa foi et sa pensée proviennent des Imams. Nous n’avons pas accès aux noms des autres de ses professeurs.

Elèves

Parmi ses élèves, nous pouvons citer les noms ci-dessous :

  • Abû Ja’far Muhammad b. Jalîl Sakkâk[21]
  • Abu al-Hasan Ali b. Mansûr. Il fut un des ulémas et des théologiens chiites. Il avait appris la théologie auprès de Hishâm b. al-Hakam. Son livre, sur l’Unicité divine et l’Imamat sous le nom de « At-Tadbîr », est un recueil des paroles de son professeurs, Hishâm b. al-Hakam.[22]
  • Yûnus b. Abd ar-Rahmân fut le représentant et l’élève de Hishâm b. al-Hakam. On lui attribua 30 livres.[23]
  • Ali b. Ismâ’îl al-Maythamî fut un des élèves et des adeptes de Hishâm b. al-Hakam. Il écrivit un livre, nommé al-Majâlis qui est un recueil des discours de son professeur, Hishâm b. al-Hakam. Il fut un des théologiens connus de son époque.[24]

Aussi, des personnes, comme Abû Ahmad Muhammad b. Abî ‘Umayr (M 217 H), Nashît b. Sâlih b. Lafâfa, Abd al-‘Azîm al-Hasanî (M 252 H) et des autres rapportèrent des hadiths de Hishâm b. al-Hakam.[25]

Discussions scientifiques

Hishâm b. al-Hakam fut un expert dans les discussions scientifiques qu’il faisait sur les sujets religieux, notamment l’Imamat. Il fit des discussions avec :

  • Abû Othman ‘Amr b. ‘Ubayd Abd at-Tamîmî al-Basrî (M 144 H), le deuxième chef des Mutazilites
  • Abd ar-Rahmân b. Kîsân (M 200 H)
  • Abu al-Hudhayl ‘Allâf (M 235 H)
  • Nazzâm (M 231 H)

Caractéristiques

Hishâm b. al-Hakam fut très patient. Il entendait patiemment les paroles de ses opposants et leur répondait. Il eut un partenaire commercial, Abd Allah b. Yazid Ibâdîyy qui faisait partie de la secte Ibadisme (الإباضية). Ceci étonnait tout le monde, car, il n’avait pas des croyances communes, pourtant leurs fois s’opposèrent tout à fait.[26] Aussi, dans toutes ses discussions avec les ulémas des autres écoles musulmanes ou même avec les non-musulmans, il les respectaient et discutait poliment.[27]

Points de vue théologiques

Nous pouvons diviser ses points de vue théologiques en cinq catégories :

  • La connaissance de Dieu
  • La connaissance de l’univers
  • La connaissance de l’Homme
  • La connaissance de la prophétie
  • L’Imamat

Connaissance de Dieu

D’après Cheikh as-Sadûq, Hishâm considérait la connaissance de l’égo, la création de l’homme et les caractéristiques de ce dernier, comme preuves pour l’existence de Dieu.[28]

Attributs de Dieu

En ce qui concerne les attributs de Dieu, Hishâm b. al-Hakam ne refusa pas l’existence de ces attributs. De plus, il ne les considéra ni une partie de l’Essence divine, ni l’Essence-même, ni séparés de l’Essence.[29]

Anthropomorphisme

Il est attribué à Hishâm qu’il croyait à l’anthropomorphisme. Mais, parmi les chercheurs chiites, il y a de différents avis sur ce sujet. Certains chercheurs n’acceptent pas cette attribution à Hishâm et la considèrent comme un mensonge, inventé par les ennemis des chiites.[30] D’autres croient que Hishâm avait bien ce genre de points de vue, mais, avant sa conversion au chiisme.[31]

Connaissance de l’univers

Contingence de l’univers Apparemment, Hishâm b. al-Hakam croyait à la contingence de l’univers. Aussi, il croyait que l’univers restera éternel.[32]

Djinnes

A propos des djinnes, Hishâm eut le même avis que les Mutazilites. Il croyait que d’après les versets 33 et 74 de la sourate ar-Rahmân, prouvent que les djinnes, ont des obligations et des interdictions de la part d’Allah, tout comme les êtres humains et qu’Allah les jugera au Jour Dernier.

Connaissance de l’Homme

D’après Hishâm b. al-Hakam, l’âme humaine n’est pas corporel.[33]

Perpétuité de l’Homme

Hishâm b. al-Hakam croyait que l’Homme est éternel et donnait comme preuves les versets coraniques qui parlent de la perpétuité des gens du Paradis.[34]

Prédestination et le libre arbitre (Al-Jabr wa al-Ikhtîyâr)

Il y a de différents rapports sur les points de vue de Hishâm b. al-Hakam en ce qui concerne la prédestination et le libre arbitre. Certains chercheurs déclarent qu’il croyait à la prédestination (al-Jabr).[35] Mais, les ulémas chiites, comme Sayyid al-Murtadâ n’acceptèrent pas cette attribution à Hishâm, carm les hadiths des Imams qui complimentent Hishâm b. al-Hakam, rejettent l’idée disant qu’il croyait à al-Jabr.[36]

Connaissance de la prophétie

Définition du terme « Prophète » D’après Hishâm b. al-Hakam, un prophète est celui qui est choisi par Allah et qui reçoit de la révélation divine. D’après la différence entre un Prophète et un Imam est le fait que, contrairement aux Imams, les prophètes reçoivent de la révélation.[37]

Infaillibilité (Al-‘Ismat)

Il est rapporté que Hishâm b. al-Hakam ne voyait pas l’infaillibilité des Prophètes (a) comme nécessaire, car, il croyait que la relation qu’il y a entre les Prophètes et Dieu les empêche naturellement de faire des péchés ou des fautes, donc, ils n’ont pas besoin de l’infaillibilité. Mais, par rapport aux Imams, du fait qu’ils ne reçoivent pas la révélation divine, ils ont besoin de l’infaillibilité.[38] Mais, certains chercheurs croient que Hishâm n’avait pas ce point de vue sur les prophètes et qu’il pensait que l’infaillibilité est nécessaire pour les prophètes.

Nécessité de la prophétie

D’après Hishâm b. al-Hakam, l’existence des Prophètes est nécessaire pour éviter de la division dans la communauté, de la discorde, de répandre la haine parmi les gens et pour apprendre la religion aux gens.[39]

Imamat

Article connexe : Imamat .

Hishâm croyait à l’Imamat des Imams et discutait avec les opposants des autres écoles islamiques. Un jour, lorsqu’un homme de Châm voulait discuter avec l’Imam as-Sâdiq (a) sur l’Imamat, l’Imam (a) lui conseilla de discuter d’abord avec Hishâm b. al-Hakam.[40]

Election divine

Comme les autres ulémas chiites, Hishâm b. al-Hakam croyait qu’un Imam doit être élu par Allah. Il proposait quatre arguments pour prouver cette idée :

Tous ces quatre arguments sont considéré aujourd’hui comme un seul argument qui est Burhân al-Lutf. Car, le contenu de tous les arguments de Hishâm est :

« L’Imam, l’enseignant, le guide, la référence religieuse et le commentateur du Coran rapprochent les gens à la connaissance religieuse et les empêchent de combattre l’un avec l’autre. Donc, l’existence d’un Imam est le signe de la miséricorde et de la gentillesse de Dieu. Alors, Allah ne nous prive pas de cette immense miséricorde ».

Dans une de ses discussions avec un chrétien, Hishâm avait déclaré que la terre ne persistera pas sans Argument de Dieu.[42]

Caractéristiques des Imams

D’après Hishâm, les caractéristiques des Imams sont en deux sortes :

  • Caractéristiques héritées de leurs ancêtres
  • Caractéristiques personnelles

Les caractéristiques héritées sont : La célébrité, la race, la tribu et la famille et le fait d’être élu par Allah.[43]
Les caractéristiques personnelles sont : l’infaillibilité, le savoir, la générosité et le bravoure.
On demanda à Hishâm : « Que signifie l’infaillibilité des Imams ? » Il répondit  : J’ai demandé la même question de l’Imam as-Sâdiq (a) et il m’a répondu : « Un infaillible est celui qui, grace à Allah, ne commet pas des péchés ». Puis, il récita le verset 101 de la sourate Âl ‘Imrân.[44]

Infaillibilité

Article connexe : Infaillibilité.

D’après Hishâm b. al-Hakam, aucun défaut qui incite l’homme à faire des péchés, ne se trouve en un infaillible. Car, un Imam infaillible connait bien les défauts et a une connaissance profonde sur son Seigneur. Donc, il se prive de faire des péchés en éloignant tout défauts de son âme.[45]

Bravoure et la générosité

Hishâm donna des arguments pour prouver qu’un Imam doit être l’homme le plus brave et le plus généreux de son époque.[46]

Hishâm b. al-Hakam rapporta un hadith de son père, de certains narrateurs du Prophète (s) qu’il avait dit que ses successeurs après lui seront les arguments de Dieu et seront au nombre de douze.

Il avait dit :

« Le premier parmi eux sera mon frère, Ali (a) et le dernier sera mon fils, Mahdi (a) qui répandra la justice partout ».[47]

Dans une de ses discussions sur l’Imamat de l’Imam Ali (a), il proposa les arguments ci-dessous pour prouver la supériorité de l’Imam Ali (a) à Abu Bakr :

  • Ali (a) est l’un de quatre personnes que le Paradis désire rencontrer
  • Ali (a) est l’un de quatre récitateurs du Coran
  • Ali (a) est l’un de ceux qu’Allah a purifiés de toute souillure
  • Ali (a) est l’un des Abrâr (vertueux)

D’après lui, contrairement à Abu Bakr, l’Imam Ali (a) eut toutes ces qualités, donc, il méritait la succession du Prophète (s).[48]

Œuvres

Hishâm b. al-Hakam écrivit beaucoup de livres.[49]

Œuvres sur le fiqh et le hadith :

  • ’Ilal at-Tahrîm
  • Al-Farâ’id
  • Al-Alfâz
  • Asl Hishâm
  • Al-Akhbâr Kayla Tuftah
  • Kitâb al-Mîrâth

Œuvres théologiques et philosophiques :

  1. Al-Imâmat
  2. At-Tadbîr fi al-Imâmat
  3. Al-Wasîyya wa ar-Radd ‘Alâ man Ankarahâ
  4. Ikhtilâf an-Nâs fi al-Imâmat
  5. Al-Majâlis fi al-Imâmat
  6. At-Tamyîz wa Ithbât al-Hujaj ‘Alâ man Khâlafa ash-Shî’a
  7. Al-Mîzân
  8. Kitâb al-Hakamayn
  9. Al-Altâf
  10. At-Tawhîd
  11. Ash-Shaykh wa al-Ghulâm fi at-Tawhîd
  12. Al-Jabr wa al-Qadar
  13. Al-Ma’rifat
  14. Al-Majâlis fi at-Tawhîd
  15. Al-Qadar
  16. Ad-Dilâlat ‘Alâ Hudûth al-Ashyâ’
  17. Tafsîr Mâ Yalzimu al-‘Ibâd Al-Iqrâru bihî
  18. Al-Istitâ’at
  19. Ar-Radd ‘ala az-Zanâdiqa
  20. Ar-Radd ‘ala As’hâb al-Ithnayn
  21. Ar-Radd ‘ala As’hâb at-Tabâ’i’
  22. Ar-Radd ‘ala Arastâtâlîs fi at-Tawhîd
  23. Ar-Radd ‘ala man Qâla bi Imâmat al-Mafdûl
  24. Ar-Radd ‘ala al-Mu’tazila
  25. Ar-Radd ‘ala al-Mu’tazila fî Amr Talha wa Zubayr
  26. Ar-Radd ‘ala Shaytân at-Tâq
  27. Ar-Radd ‘ala Hishâm al-Jawâlîqî

Aussi, le contenu du livre de Firaq ash-Shî’a de Hasan b. Mûsâ an-Nawbakhtî est saisi du livre de Hishâm b. al-Hakam, nommé : Ikhtilâf an-Nâs fi al-Imâmat.

Décès

Il y a trois rapports sur le décès de Hishâm b. al-Hakam. dont le premier est rapporté par Cheikh as-Sadûq.[50] D’après ce rapport, lorsque Hishâm discutait avec Dirâr b. Dabîyy et Abd Allah b. Yazîd al-Ibâdî sur l’Imamat, Harun al-Rachid qui entendait discrètement leur discussion, ordonna de l’arrêter et de le mettre en prison.

Hishâm se rendit compte que Harun allait l’arrêter. Donc, il trouva une excuse et sortit tout de suite de l’assemblée et s’enfuit vers Koufa. Il alla chez Bashîr Nabbâl, un des narrateurs de hadiths et un des partisans de l’Imam Sâdiq (a). Mais là, il tomba malade et décéda.

Les deux autres rapports sont rapportés par Kashshî.

D’après le deuxième rapport, après sa discussion avec Sulaymân b. Jarîr sur l’Imamat et lorsqu’il dit que l’obéissance à l’Imam Ali (a) était obligatoire, il se rendit compte que Harun était fâché de lui. Donc, il s’enfuit à Al-Madain. Puis, il s’en alla à Koufa et décéda chez Ibn Sharaf.[51]

D’après le troisième rapport, d’après Yûnus, lorsque Hishâm discuta avec Yahya b. Khâlid Barmakî sur l’Imamat. Yahyâ informa Harun de ce qui se passa dans sa discussion avec Hishâm. Harun envoya ses soldats à la poursuite de Hishâm, mais ce dernier s’était enfui. Après cet événement, Hishâm ne resta en vie que deux mois. Enfin, il décéda chez Muhammad et Husayn Hannâtayn.[52]

D’après le rapport de Kashshî, il décéda en l’an 179 H à l’époque de Harun al-Rachid à Koufa.[53] Les autres signes dans les rapports ci-dessous confirment cette date. Donc, l’avis de ceux qui croient que Hishâm b. al-Hakam décéda en l’an 199 H ou à l’époque de Abd Allah al-Mamun et qu’il décéda à Bagdad n’est pas trop fiable.[54][55]

Références

  1. Abd Allah Na’ma, Hishâm b. al-Hakam, p 42 - 43
  2. An-Najâshî, Rijâl an-Najâshî, p 433
  3. An-Najâshî, Rijâl an-Najâshî, p 433
  4. Abd Allah Na’ma, Hishâm b. al-Hakam, p 40 - 41
  5. An-Najâshî, Rijâl an-Najâshî, p 433
  6. Cheikh as-Sadûq, Man Lâ Yahduruhû al-Faqîh, v 4 p 437
  7. An-Najâshî, Rijâl an-Najâshî, p 136
  8. Khayyât, Al-Intisâr wa ar-Radd ‘Alâ Ibn Râwandî al-Mulhid, p 40 - 41
  9. Al-Kashshî, Ar-Rijâl, p 278
  10. Abd Allah Na’ma, Hishâm b. al-Hakam, p 58
  11. Al-Kashshî, Ar-Rijâl, p 256 - 257
  12. Al-Kashshî, Ar-Rijâl, p 278
  13. Al-Kulaynî, Al-Kâfî, v 1 p 172
  14. Al-Kashshî, Ar-Rijâl, p 270 - 271
  15. Al-Kashshî, Ar-Rijâl, p 265 - 266
  16. Al-Kulaynî, Al-Kâfî, v 1 p 173
  17. Al-Kashshî, Ar-Rijâl, p 270 - 278
  18. Ibn Nadîm, Al-Fihrist, p 223
  19. إِنَّا للّه وإِنّا إِلَیهِ رَاجِعُونَ,
    Sourate al-Baqara, v 156
  20. Cheikh at-Tûsî, Al-Fihrist, p 355 - 356
  21. Ibn Nadîm, Al-Fihrist, p 225
  22. Al-Ash’arî, Maqâlât al-Islâmîyyîn, p 63 ; An-Najâshî, Rijâl an-Najâshî, p 250, 433
  23. Al-Kashshî, Ar-Rijâl, p 539
  24. An-Najâshî, Ar-Rijâl, p 433
  25. Khidr Muhammad Nabhâ, Musnad Hishâm b. al-Hakam, p 92, 93, 97, 102
  26. Al-Jâhiz, Al-Bayân wa at-Tabyîn, v 1 p 46 - 47
  27. Alireza As’adî, Hishâm b. Hakam, p 52 - 54
  28. Cheikh as-Sadûq, At-Tawhîd, p 289
  29. Al-Ash’arî, Maqâlât al-Islâmîyyîn, p 37 - 38, 55, 222, 511
  30. Mâmaqânî, Tanqîh al-Maqâl, v 3 p 300
  31. Shûshtarî, Majâlis al-Mu’minîn, v 1 p 365 - 366
  32. Ibn Qutayba, ‘Uyûn al-Akhbâr, v 2 p 153
  33. Maqdisî, Al-Bad’ wa at-Târîkh, v 2 p 123 - 124
  34. Kashshî, Rijâl, p 274 - 275
  35. Al-Maqdisî, Al-Bad’ wa at-Târîkh, v 5 p 132
  36. Sayyid al-Murtadâ, Ash-Shâfî fi al-Imâma, v 1 p 83 - 84
  37. Cheikh as-Sadûq, Kamâl ad-Dîn, v 2 p 365
  38. Al-Ash’arî, Maqâlât al-Islâmîyyîn, p 48
  39. Al-Kulaynî, Al-Kâfî, v 1 p 172
  40. At-Tabrisî, Al-Ihtijâj, v 2 p 365 - 367
  41. Al-Kulaynî, Al-Kâfî, v 1 p 168 - 173 ; Mas’ûdî, Murûj adh-Dhahab, v 5 p 22 - 23
  42. Cheikh as-Sadûq, ‘Ilal ash-Sharâ’i’, 202 - 204
  43. Al-‘Allâma al-Majlisî, v 48 p 197 - 203
  44. Al-‘Allâma al-Majlisî, Bihâr al-Anwâr, v 25 p 194 - 195
  45. Cheikh as-Sadûq, Ma’ânî al-Akhbâr, p 133
  46. Al-‘Allâma al-Majlisî, v 25 p 143 - 144
  47. At-Tabrisî, I’lâm al-Warâ bi A’lâm al-Hudâ, p 371
  48. Cheikh al-Mufîd, Al-Ikhtisâs, p 96 - 98
  49. Al-Ash’arî, Maqâlât al-Islâmîyyîn, p 63
  50. Cheikh as-Sadûq, Kamâl ad-Dîn wa Tamâm an-Ni’ma, v 2 p 362 - 368
  51. Al-Kashshî, Ar-Rijâl, p 261 - 262
  52. Al-Kashshî, Ar-Rijâl, p 266 - 267
  53. Al-Kashshî, Ar-Rijâl, p 266 - 267
  54. Ibn Nadîm, Al-Fihrist, p 224
  55. An-Najâshî, Rijâl an-Najâshî, p 433