Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a)

De Wiki Shia
(Redirigé depuis Imam Hasan (a))
Aller à : navigation, rechercher
L'Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a)
Description de cette image, également commentée ci-après

Cimetière Baqî', à Médine, La tombe de l'Imam al-Hasan (a)

Le deuxième Imam des chiites
Surnom(s) Abû Muhammad
Titre(s)
  • Sayyid
  • Taqî
  • Tayyîb
  • Zakî
  • Sibt
Naissance Le 15 Ramadan 3 H/625
Médine
Martyre Le 28 Safar 50 H/670
Médine
Pays de résidence Médine, Kûfa
Sépulture Médine, Cimetière Baqî'
Âge 46 ans (48 ans selon Cheikh al-Mufîd)
Famille
Généalogie Ibn Ali b. Abi Talib b. Abd Al-Muttalib b. Hachim
Père L'Imam Ali (a)
Mère Fatima Az-Zahrâ (a)
Frère(s) L'Imam al-Husayn (a)
Sœur(s) Zaynab Al-Kubrâ
Femme(s)
  • Umm Bashîr
  • Khawla
  • Umm Is'hâq
  • Hafsa
  • Hind
  • Ju'da
Enfant(s)
  • Zayd
  • Umm Al-Hasan
  • Umm Al-Husayn
  • Hasan
  • Umar
  • Qâsim
  • Abd Allah
  • Abu Bakr
  • Abd Ar-Rahman
  • Husayn
  • Talha
  • Fatima
  • Umm Abd Allah
  • Umm Salama
  • Ruqayya

Imamat
Durée 10 ans (40-50 H)
Début 40 H/660
Fin 50 H/670
Califes contemporains Muawiya
Combats Jamal, Siffîn et le combat contre Muawiya
Compagnons
Hadiths Plus de 1000 hadiths

Les Imams des chiites

L'Imam Ali (a)L'Imam al-Hasan (a)L'Imam al-Husayn (a)
L'Imam as-Sajjâd (a)L'Imam al-Bâqir (a)
L'Imam as-Sâdiq (a)L'Imam al-Kâzim (a)
L'Imam ar-Ridâ (a)L'Imam al-Jawâd (a)
L'Imam al-Hâdî (a)L'Imam al-Hasan al-'Askarî (a)L'Imam al-Mahdi (a)

Al-Hasan b. Ali b. Abi Talib (a) (en arabe : الحسن بن علي بن أبي طالب (ع)), connu sous le nom de l'Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a) (3-50 H), fut le deuxième Imam des chiites. Il fut presque 7 mois le calife des musulmans et 10 an l'Imam des chiites (40-50 H). Les sunnites le considèrent comme le dernier des califes ar-Râshidîn.

Al-Hasan b. Ali (a) fut le premier fils de l'Imam Ali (a) et de Fatima az-Zahra (a) et le premier petit-fils du Prophète (s). Selon les rapports historiques, ce fut le Prophète (s) qui le nomma al-Hasan et l'aimait beaucoup.

Il a passé sept ans de sa vie avec le Prophète (s) et était présent lors de l'allégeance d'ar-Ridwân et de l'événement d'al-Mubâhala (l’ordalie) avec les chrétiens de Nadjran.

Il n y a pas de détails concernant la vie de l'Imam al-Hasan (a) pendant les califats des deux premiers califes. Sous l'ordre du deuxième calife en tant que témoin, il fut présent au conseil de six personnes pour choisir le troisième calife. Il y a des rapports sur sa participation à certaines guerres à l'époque du troisième calife.

Dans les révoltes qui se sont produites dans les derniers jours du califat de Uthman, l'Imam Ali (a) lui ordonna de protéger la maison du calife et, selon certains rapports, il fut blessé à la suite de cet événement. Pendant le califat de l'Imam Ali (a), il se rendit à Koufa avec lui et, dans les batailles de Jamal et de Siffin, fut parmi les commandeurs de l'armée.

Après le martyre de l'Imam Ali (a) au 21 Ramadan en l'an 40 H, al-Hasan b. Ali (a) atteignit à l’Imamat. Ce jour-là, plus de quarante mille personnes lui firent allégeance comme le calife.

Muawiya a refusé d'accepter son califat et et avec une armée d'al-Cham, partit vers Irak. L'Imam al-Mujtabâ (a) envoya une armée sous le commandement de Ubayd Allah b. Abbas vers l'armée de Muawiya et il est allé à Sâbât avec un autre groupe.

Muawiya a essayé de faire courir une rumeur parmi l'armée de l'Imam al-Hasan (a) pour apporter la paix avec lui. Dans cette situation , l’Imam al-Hasan (a) a été attaqué par un des Kharijites, blessé et transféré à Al-Madain pour y être guéri.

Au même temps, un groupe de dirigeants de Koufa a écrit une lettre à Muawiya dans laquelle ont promis de se rendre ou de tuer al-Hasan b. Ali (a). Muawiya a également envoyé les lettres de Koufide à l'Imam al-Hassan (a) et lui a proposé la paix.

L'Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a) accepta la paix et se rendre le califat à Muawiya, à condition que Muawiya agisse conformément au Livre d'Allah et à la Sunna (tradition) du Prophète (s), et ne désigne personne comme son successeur, ainsi que tous les peuples, y compris les chiites de l'Imam Ali (a) soient dans la sécurité.

Plus tard, Muawiya n'a agi aucune de ces conditions. Un certain nombre de chiites ont été mécontents de la paix d'Imam al-Hasan (a) avec Muawiya. Après la paix, en l'an 41 H, l'Imam (a) revint à Médine et y resta jusqu'à la fin de sa vie. Il avait l'autorité scientifique à Médine et il a eu un statut social élevé.

Lorsque Muawiya a décidé de prêter allégeance à son fils, Yazid, il a envoyé cent mille dirhams à Ja'ad (l’épouse de l'Imam al-Hasan (a)) pour empoisonner l'Imam (a). Il est dit que : «al-Hasan b. Ali (a) fut en martyre 40 jours après avoir été empoisonné.»

Il a testé d'être enterré tout près de la tombe du Prophète (s), mais Marwân b. al-Hakam et certaines des Omeyyades l'ont empêché et il a enterré dans le cimetière al-Baqî'.

Il y a beaucoup de hadiths chiites et sunnites concernant les vertus de l'Imam al-Hasan (a). Il est l'un des As'hâb al-Kisâ' (les Gens du Manteau) dont le verset de purification a été révélé sur leur et que les chiites leurs considèrent comme impeccables. Les versets al-It'âm, al-Mubâhala et al-Mawaddat sont révélés sur lui, ses parents et son frère, l’Imam al-Husayn (a).

Il a dépensé tous ses biens deux fois dans la chemin de Dieu et aussi trois fois, demi de ses bien. Pour cette raison, il fut connu sous le surnom de Karîm Ahl al-Bayt (a) (généreux des Ahl al-Bayt (a)). Il a effectué 20 ou 30 fois le pèlerinage à pied.

Les discours, les écrits de l'Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a) et les noms de 138 de ceux qui l'ont rapporté les hadiths furent recueillis dans le livre de Musand al-Imam al-Mujtabâ (a).

Généalogie

Al-Hasan b. Ali b. Abi Talib (a) fut le premier fils de l'Imam Ali (a) et de Fatima az-Zahra (a) et le premier petit-fils du Prophète (s)[1].

Sa généalogie atteint à Banu Hachim et à la tribu de Quraych[2].

Nom, titre, surnom

Le nom « al-Hasan » en arabe signifie (bon = qui est d'une qualité satisfaisante).

Le prophète (s) le nomma al-Hasan[3]. Selon certains hadiths ce fut Dieu qui ordonna de le nommer al-Hasan[4].

Les noms d'al-Hasan et d'al-Husayn équivalent à Shabbar et Shabîr (ou Shabbîr)[5], qui furent les noms des fils d'Aaron (a)[6], le frère du Prophète Moïse (a) qui n'avaient pas de précédent pour le peuple arabe avant l'islam[7].

Ses titres étaitent Abû Muhammad et Abu al-Qâsim[8].

Il est mentionné quelques surnoms pour lui comme :

  • al-Mujtabâ (élu)
  • Sayyid
  • Zakî (vertueux)[9].

Il y a des surnoms qui sont communs entre l'Imam al-Hasan (a) et l'Imam al-Husayn (a) y compris :

  • Sayyid shabâh Ahl al-Jannat (Maîtres des jeunesses du Paradis)
  • Rayhânat an-Naby (Fleur du Prophète (s))[10]
  • et Sibt (petit-fils)[11].

Dans un hadith, le prophète (s) dit :

al-Hasan est un des Asbât[12] (c'est à dire : celui qui est l’Imam et Naqîb (chef), le descendant des prophètes (a) et choisi par Dieu[13])

Imamat

Al-Hasan b. Ali (a) est le deuxième Imam des chiites. L'Imamat a été transmis à l'Imam al-Hasan (a), 21ème nuit de Ramadan de la quarantième année de l'hégire suite à du martyre de son père, l'Imam Ali (a)[14].

Cheikh al-Kulaynî (M : 329 H) recueilli dans son livre, al-Kâfî, des hadiths liées à la nomination d’al-Hasan b. Ali (a) à l'Imamat[15].

Selon l'un de ces hadiths, l'Imam Ali (a), avant son martyre et en présence de ses enfants et des érudits chiites, remit son livre et son épée (preuves de l'Imamat) à son fils, al-Hasan, et déclara que le Prophète (s) lui ordonna de nomination d’al-Hasan comme son successeur[16].

D’après un autre hadith, l'Imam Ali (a), lors de son départ à Koufa, déposa les preuves de l'Imamat à Umm Salama et l'Imam al-Hasan (a) les ont pris après son retour de Koufa[17].

Cheikh al-Mufid (M : 413 H) a également déclaré dans le livre al-Irshâd qu’al-Hasan (a) était le tuteur de son père parmi ses enfants et ses compagnons[18].

D'après un autre hadith, le Prophète (s) dit :

« Ces deux mes garçons (l'Imam al-Hasan (a) et l'Imam al-Husayn (a)) sont Imams, soit qu'ils révoltent ou non.[19]»

Et il est également argumenté au hadith des Douze Imams[20] rapporté du Prophète (s)[21].

L'Imam al-Hasan (a) dans les premiers mois de son Imamat, séjournait à Koufa et s'occupait du poste du califat. Mais, Après le transfert du califat à Muawiya, il s'installait à Médine jusqu'à la fin de sa vie.

Enfance et jeunesse

Selon le consensus des historiens, l'Imam al-Hasan (a) naquit le 15 Ramadan en l'an 3 H[22]. Mais selon certains sources historiques, il naquit en l'an 2 H[23].

Il naquit à Médine[24] et le Prophète (s) fait appeler al-Adhân à l'oreille de l'Imam al-Hasan (a)[25] et au septième jour de sa naissance, il le fit la 'Aqîqa un mouton[26] (immoler un bête à l'occasion d'une naissance, le 7e jour. 'Aqîqa est une sunna divine).

Selon certains rapports sunnites, l'Imam Ali (a) a choisi le nom de Hamza[27] ou de Harb[28] pour son fils, avant que le Prophète (s) choisisse le nom d'al-Hasan, mais lorsque le Prophète (s) lui demanda son nom, l'Imam Ali (a) déclara : pour la dénomination de son fils ne dépasse pas du Prophète d'Allah (s)[29]. Bâqir Sharîf al-Qarashî, l’érudit chiite, rejete ces rapports et fait des preuves[30].

Enfance

Il n'y a pas de détail concernant l'enfance et la jeunesse de l'Imam al-Hasan (a)[31]. Il a passé moins de huit ans de sa vie à l'époque du Prophète (s) et donc, son nom est mentionné parmi la dernière classe des compagnons du Prophète (s)[32].

Il existe de nombreuses hadiths dans les sources chiites et sunnites selon lesquelles, le Prophète (s) l'aimait ainsi que son frère al-Husayn (a)[33].

Parmi les événements les plus importants de cette période, sa présence aux côtés de ses parents et de son frère dans l'événement d’al-Mubâhala du Prophète de l'islam (s) avec les chrétiens de Nadjran. Le terme «Abnâ'anâ» (أَبْنَاءَنَا) dans le verset d'al-Mubâhala se réfère à lui et à son frère, l'Imam al-Husayn (a)[34].

Selon Sayyid Ja'far Murtadâ al-’Âmilî, l'Imam al-Hasan (a) était présent lors de l'allégeance d'ar-Ridwân et faisait l'allégeance avec le Prophète (s)[35]. Quelques versets du Coran ont été révélés sur lui et d'autres Gens de Manteau[36].

Il est dit que lorsqu'il avait sept ans, il se présentait chez le Prophète (s) et racontait à sa mère tout ce qui avait été révélé au Prophète (s)[37].

D'après Sulaym b. Qays, après le décès du Messager d'Allah (s), quand Abu Bakr devint le califat, al-Hasan b. Ali (a), accompagné de son père, de sa mère et de son frère, sont allés de nuit chez les Ansar, pour les aider l'Imam Ali (a)[38].

Jeunesse

Il existe peu de rapports sur la jeunesse de l'Imam al-Hasan (a) y compris, sous l'ordre du deuxième calife en tant que témoin, il était présent au Conseil de six personnes pour choisir le troisième calife[39].

Dans certaines sources sunnites, a été évoqués qu’al-Hasanayn (a) ont participé dans la guerre d'Afrighiyya en l'an 26 H[40] et dans la guerre de Tabaristân au 29 H ou 30 H[41]. De tels récits ont des acceptants et des opposants.

Sayyid Ja'far Murtadâ al-'Âmilî croit que la chaîne de transmission de ces rapports n'est pas authentique. En plus, l’Imam Ali (a) était opposé à la manière de cette conquêtes. Il dit que l'opposition de l'Imam Ali (a) avec l'entrée d'al-Hasanayn (a) sur le champ de bataille de Siffin, confirme cet argument[42].

Wilferd Madelung, pense que l'Imam Ali (a) aurait probablement voulu que son fils, al-Hasan, dès son jeune âge connaisse avec les affaires de la guerre et prolongeait ses expériences de la guerre[43]

Selon al-Balâdhûrî, au cours du soulèvement du peuple contre le troisième calife, Uthman, qui a conduit au siège de sa maison et à la fermeture de l'eau sur lui et finalement à son assassinat, al-Hasan b. Ali (a) et son frère, al-Husayn (a), sous l'ordre de l'Imam Ali (a), avec certains d'autres ont défendu la maison de Uthman[44].

D'après Qâdî Nu'mân al-Maghribî (M : 363 H) et l'auteur du livre Dalâ'il al-Imâma, après que les rebelles fermèrent l'eau sur Uthman, l'Imam al-Mujtabâ (a), sous l'ordre de son père, apporta l'eau à sa maison[45], selon certains rapports, l'Imam al-Hasan (a) fut blessé dans cette événement[46].

Épouses et ses enfants

Selon les sources historiques, il est cité au maximum 18 épouses pour l’Imam al-Hasan (a). Mais, il y a d’autres rapports inauthentiques qui signalent plus de 18 épouses[47].

Ces rapports ont été rapporté par trois personnes que selon les savants de ar-Rijâl, ils ne sont pas crédibles et en plus de la faiblesse de la chaîne de transmission, leur contenu également sont non fiables[48]. D'autant plus que dans ces sources, le statut et les identités des femmes sont très ambiguës, et on ne donne aucun nomme de ses dites nombreuses femmes.

A propos du nombre d’enfants de l’Imam al-Mujtabâ (a), il existe une différence d'opinions. Cheikh al-Mufîd considère qu’il avait 15 enfants dont 8 fils et 7 filles[49] et cheikh at-Tabrisî mentionne 16 enfants. Il compte Abu Bakr parmi ses enfants qui tomba en martyre au cours de la tragédie de Achoura[50].

Femmes Enfants
Ja'da bt. Ash'ath b. Qays ...
Umm Bashîr bt. 'Uaqabat b. 'Amr Zayd, Umm al-Hasan, Umm al-Husayn
Khawla bt. Manzûr b. Zabbân al-Fazârî Hasan al-Muthannâ
Hafsa ...
Umm Ishâq bt. Talhat b. 'Ubayd Allah Husayn, Talha, Fatima
Hind ...
Nafîla ou Ramla Qâsim, 'Umar, Abd Allah
d'autres femmes 'Abd ar-Rahmân, Umm Abd Allah, Umm Salama, Ruqayya

Descendants de l'Imam al-Hasan (a)

La génération de l'Imam al-Hasan (a) a continué avec

La génération d’al-Husayn et de Umar a disparu après un certain temps et les générations d’al-Hasan al-Muthannâ et de Zayd b. al-Hasan sont restées[51].

Les descendants de l'Imam al-Hasan sont connus sous le nom d'as-Sâdât al-Hasanî[52].

La plupart d'entre eux avaient les activités politiques et sociologiques et dans les deuxième et troisième siècle de l'Hégire, soulevaient contre le gouvernement Abbasside et se fondaient des gouvernements dans différentes parties des pays islamiques.

Dans certaines zones comme le Maroc, as-Sâdât al-Hasanî sont connus sous le nom d’ash-Shurafâ’[53].

Résidence à Koufa

Article connexe : Koufa.

Pendant les quatre années et neuf mois du califat de l'Imam Ali (a) à Koufa, l'Imam al-Mujtabâ (a) était présent à toutes les étapes aux côtés de son père[54].

Selon le livre al-Ikhtisâs, l'Imam al-Hasan (a) après l'allégeance des gens avec l'Imam Ali (a), à la demand de son père, alla sur le minbar et fit le sermon pour les gens[55].

D'après le rapport du livre de Waq'at as-Siffîn, aux premiers jours de l'arrivée de l'Imam Ali (a) à Koufa, l'Imam al-Hasan (a) l'accompagna[56].

Bataille de Jamal

Article connexe : Bataille de Jamal.

Cheikh al-Mufîd a dit :

l'Imam Ali (a) envoya son fils, al-Hasan (a), accompagné de 'Ammâr b. Yâsir et de Qays b. Sa'd à Koufa. L'Imam al-Hasan (a) effectua un discours dans la mosquée de Koufa sur le statut de l'Imam Ali (a) et sur la perfidie de Talha et d’az-Zubayr et réussissa de mobiliser une dizaine de millier d'homme contre les Nâkithûn[57].

Dans la bataille de Jamal (bataille du Chameau), quand Abd Allah b. az-Zubayr a accusé l'Imam Ali (a) d'avoir tué Uthman bin Affan, l'Imam al-Hasan (a) effectua un discour et expliqua le rôle de Talha et az-Zubayr dans l'assassinat de Uthman[58].

L'Imam al-Mujtabâ (a) était le commandant de l'aile droite de l'armée dans cette guerre[59].

Ibn Shahr Âshûb a rapporté que l’Imam Ali (a), dans cette guerre, a donné sa lance à Muhammad b. al-Hanafiyya et lui a demandé d’attaquer le chameau de Aïcha, mais il n'a pas réussi, ensuit al-Hasan b. Ali (a) a pris la lance et a blessé le chameau[60].

Il est rapporté qu'après la bataille de Jamal, l’Imam Ali (a) est tombé malade et a confié à son fils, al-Hasan, une prière du vendredi avec les habitants de Bassora. Dans le sermon, il a souligné la position des Ahl al-Bayt (a)[61].

Bataille de Siffin

Article connexe : Bataille de Siffin.

D'après Nasr b. Muzâhim (M 212 H), l'Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a) avant le départ des armées de l'Imam Ali (a) vers Siffin, fit un sermon dans lequel il invita les gens au Jihad[62]. Selon certains rapports, dans la bataille de Siffin, l'Imam al-Hasan (a) avec son frère l'Imam al-Husayn (a) furent les commandants de l'aile droite de l'armée[63].

Al-Iskâfî rapporta qu'au cours de la bataille, lorsque, al-Hasan b. Ali (a) affronta l’un des commandants de l'armée des ennemis , ce dernier abandonna le combat et dit :

j'avais vu le Messager d'Allah (s) venir sur un chameau et tu étais assis devant lui. Je ne veux pas rencontrer le Messager d'Allah (a), tandis que je réponde de ton sang[64].

Selon le livre al-Waq'at as-Siffin, 'Ubayd Allah b. Umar (le fils de deuxième calife) au milieu de la guerre proposa à l'Imam al-Hasan (a) de se placer de son père, car les Quraychites considérèrent l’Imam comme l'ennemi. L'Imam (a) répondit :

par Dieu, je ne le ferai jamais.

et ensuite lui dit :

je vois que le Satan te trompe et aujourd'hui ou demain, tu seras tué. Selon ce rapport, ‘Ubayd Allah b. Umar fut tué dans cette guerre[65].

Après la fin de la guerre et l'avancée de l'arbitrage, Hasan b. Ali (a) fit un sermon pour le peuple à la demande de son père[66].

Sur la route de retour de Siffin, l'Imam Ali (a) écrit une lettre contenant les questions éducatives et morales à son fils, l'Imam al-Hasan (a) qui est mentionné dans le Nahj al-Balâgha en tant que lettre 31[67].

Dans le livre al-Isti'âb rapporta qu'al-Hasan b. Ali (a) participa également à la bataille de Nahrawân[68]. D'après certains rapports, l'Imam Ali (a) aux derniers jours de sa vie se prépara pour se battre à nouveau contre Muawiya et nomma l'Imam al-Hasan (a) comme le commandant de l'armée qui compose de 10 000 soldats[69].

Courte période du califat

L'Imam al-Hasan (a) du 21 Ramadan 40 H[70], après le martyre de son père devint le calife des musulmans pendant 6 à 8 mois[71].

Les sunnites selon un hadith du Prophète (s) le considérèrent comme le dernier calife d'ar-Râshidûn. Son califat commença par faire allégeance des gens d'Irak et les terres entourés[72].

Les gens de Cham sous le dirigeant de Muawiya s'opposèrent au califat de l'Imam al-Hasan (a)[73]. Muawiya avec une armée, pour combattre l'Imam, allèrent en Irak[74]. Cette guerre aboutit au traité de paix de l'Imam Hasan (a) avec Muawiya et de transférer le califat à Muawiya[75].

Allégeance des musulmans et opposition des gens de Cham

Selon les sources chiites et sunnites, après le martyre de l'Imam Ali (a) en l'an 40 H, les musulmans firent l’allégeance avec l'Imam al-Hasan (a) en tant que leur calife[76]. D’après al-Balâdhurî (M 279 H), ‘Ubayd Allah b. Abbas, après l'enterrement du corps de l'Imam Ali (a), alla à la mosquée et annonça le martyre de l'Imam au peuple et dit :

il vous laissa un successeur digne et tolérant, si vous souhaitez lui faire allégeance[77].

Dans le livre al-Irshâd, il est dit qu'au matin du vendredi, le 21 Ramadan, al-Hasan b. Ali (a) alla à la mosquée et fit un sermon dans lequel mentionna les mérites et les vertus de son père et souligna son lien avec le Prophète (s), évoquant ses privilèges en référant aux versets du Coran sur la situation particulière des Ahl al-Bayt (a)[78]. Après ses paroles, Abd Allah b. Abbas se leva et dit au peuple :

faites allégeance avec le petit-fils de votre Prophète (s) et le successeur de votre l'Imam (a). Donc les gens lui firent allégeance[79].

Les sources comptent le nombre des gens qui firent allégeance avec l'Imam al-Hasan (a), plus de quarante mille personnes[80].

Selon at-Tabarî, Qays b. Sa'd b. 'Ubâda, le commandant de l'armée de l'Imam Ali (a), fut la première personne qui fit allégeance avec l'Imam al-Hasan (a)[81].

Husayn Muhammad Ja'farî dans le livre Tashayyu' Dar Masîr Târîkh (Chiisme au cours de l'histoire) dit :

la plupart des compagnons du Prophète (s) qui après la construction de Koufa résidaient là-bas ou qui étaient venus à Koufa avec l'Imam Ali (a) lors de son califat, firent allégeance avec l'Imam al-Hasan (a)[82].

Ja'farî en basant sur certaines preuves croit que, les gens de La Mecque et de Médine acceptèrent également le califat de l'Imam et les gens de l'Irak le considéraient comme le seul calife digne pour ce poste[83].

Selon Ja'fari, les peuples du Yémen et de Fars confirmèrent cette allégeance ou, au moins, ne se sont pas opposés[84].

D’après certaines sources, lors de l’allégeance, quelques conditions furent soulevées, y compris, dans le livre al-Imâma wa as-Siyâsa est mentionné que l’Imam al-Hasan (a) dit au peuple :

est-ce-que vous faites allégeance pour obéir à mes ordres et combattre avec tous ceux qui je combats et faire la paix avec tous ceux qui je fais la paix?

Quand ils entendirent cela, ils hésitèrent et se rendirent chez al-Husayn b. Ali (a) pour lui faire allégeance, mais il dit :

je cherche refuge en Dieu que je vous prête allégeance tandis qu’al-Hasan soit en vie. Ils revinrent et firent allégeance avec al-Hasan b. Ali (a)[85].

At-Tabarî dit :

Qays b. Sa’d, lors de faire l’allégeance avec l’Imam al-Hasan (a) proposa que l’Imam pratique selon le livre de Dieu et la sunna du Prophète (s) et se battre avec les ennemis des musulmans, mais l’Imam al-Hasan (a) accepta les deux premières conditions de Qays et considéra toute autre condition est tirée de ces deux conditions[86].

Certaines concluent de ces rapports que l'Imam al-Hasan (a) fut un homme pacifique et anti guerre, donc son sira (comportement) était différent avec son père et son frère[87].

Rasûl Ja'farîyân croit que ces conditions ne signifiaient pas qu'al-Hasan b. Ali (a) n'eut pas l'intention de se battre dès le début, mais son objectif principal fut de conserver son autorité en tant que leader de la communauté pour être libre de prendre des décisions[88].

Selon Abu al-Faraj Isfahâni, l'une des premières actions d’al-Hasan b. Ali (a) après le califat fut l'augmentation du salaire des soldats[89].

Guerre et la paix avec Muawiya

L'un des événements politiques les plus importants pendant la vie de l'Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a) fut la guerre avec Muawiya b. Abi Sufyan qui aboutit à la paix[90].

Parallèlement à l'allégeance du peuple irakien avec al-Hasan b. Ali (a) et à la confirmation implicite par le peuple du Hedjaz, du Yémen et de Fars[91], les gens de Cham firent allégeance avec Muawiya[92].

Muawiya, dans ses discours et dans ses lettres adressées à l'Imam al-Hasan (a), annonça sa décision sérieuse de ne pas reconnaître cette allégeance[93].

Muawiya qui s’était préparé pour le califat, depuis la mort de Uthman bin Affan[94], se rendit avec une armée en Irak[95].

Selon certains rapports, l'Imam al-Hasan (a), jusqu'à environ cinquante jours après le martyre de son père et l’allégeance des gens, ne fit rien pour la guerre ou la paix[96].

Lorsqu'il s'est rendu compte-rendu du déplacement de l'armée de Cham, il quitta Koufa avec ses soldats et envoya une avant-garde sous le commandement de Ubayd Allah b. Abbas vers Muawiya[97].

Guerre entre les deux armées

Après une guerre entre les deux armées qui aboutit à la défaite de l’armée de Cham, Muawiya envoya nuitamment un message à Ubayd Allah disant qu'al-Hasan b. Ali (a) me proposa la paix et aura laissé le califat pour moi.

Muawiya lui promit de payer un million de dirhams et il rejoignit Muawiya. Par la suite, Qays b. Sa'd assuma le commandement de l'armée de l'Imam[98].

Selon al-Balâdhurî (M: 279 H), après avoir rejoint Ubayd Allah à l’armée de Cham, Muawiya, pensait que l'Imam al-Hasan (a) était affaibli, pour cette raison, il ordonna d'attaquer forcément à l’Imam, mais l'armée de l'Imam sous le commandement de Qays les vainquit.

Muawiya voulait également tromper Qays avec la promesse comme il avait trompé Ubayd Allah, mais il échoua[99].

Situation de l'Imam à Sâbât

L'Imam al-Hasan (a) avec ses soldats s'est rendu à Sâbât.

Selon Cheikh al-Mufîd, l’Imam al-Hasan (a), pour tester l’obéissance de ses soldats, fit un sermon disant que :

la solidarité est meilleure pour vous que la division et la séparation.

En vérité, mon conseil est meilleure que celui que vous avez pour vous-même.

Après son discour, les gens se sont dits qu'il veut faire la paix avec Muawiya et de le laisser le califat. Certains de partisans de l’Imam al-Hasan (a) lui témoignèrent un flagrant et intolérable irrespect en s'attaquant à sa tente et en s'emparant de ses biens[100].

Selon le rapport d’al-Ya'qûbî (M 292 H), la raison de cet événement fut que Muawiya avait envoyé quelques personnes pour parler avec l'Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a), mais quand ils sont revenus de chez lui, disant assez forts pour entendre les gens :

Dieu a sauvé le sang des musulmans et a étouffé le feu de la sédition par le fils du Prophète (s), il accepte la paix.

Quand les soldats de l'Imam entendirent ses paroles, se fâchèrent et attaquèrent à la tante de l'Imam (a)[101].

Après cet événement, les partisans proches de l'Imam, le protégèrent, mais à la nuit, l'un des Kharidjites[102] procha de l'Imam et dit :

Ô al-Hasan, tu es polythéiste de la même manière que ton père Ali fut polythéiste.

Ensuite, il attaqua l'Imam et frappa à la jambe de l'Imam (a) avec sa dague et l'Imam al-Hasan (a) tomba de son cheval[103].

Les compagnons de l'Imam (a), l'emmenèrent à la maison de Sa'd b. Mas'ûd al-Thaqafi (oncle d'al-Mukhtar al-Thaqafi) à Al-Mada'in pour soigner sa blessure[104].

La guerre entre l'Imam al-Hasan (a) et Muawiya finalement aboutit au traité de paix. Selon Rasûl Ja'farîyân, pour certaines raisons comme la faiblesse du peuple, les conditions du temps et préserver les chiites, l’Imam (a) accepta le traité de paix[105]. D'après ce pacte Muawiya devint le calif[106].

Événement du Traité de paix

Parallèlement de la guerre entre l'armée de l'Imam al-Hasan (a) et celle de Muawiya, l'Imam al-Hasan (a) qui fut blessé, alla à Al-Madain pour soigner sa blessure[107].

En ce temps-là, un groupe de chefs des tribus de Koufa écrivirent une lettre à Muawiya montrant ses obéissances. Dans cette lettre, ils invitèrent Muawiya à Koufa et lui promirent de livrer l'Imam al-Hasan (a) ou de le tuer[108].

Selon Cheikh al-Mufîd, lorsque l'Imam al-Hasan (a) entendit cette nouvelle et celle de l’accession de 'Ubayd Allah b. Abbas à Muawiya et à d'autre côté, il vit la faiblesse de ses partisans, il s’aperçut qu’avec une poignée de chiites, il ne pouvait pas résister à l’armée de Cham[109].

Zayd b. Wahb al-Jahanî rapporta que l'Imam al-Hasan (a) pendant son soin à Al-Madain lui dit :

Par Dieu, si je combattis contre Muawiya, les gens de l'Irak, m'attachent le cou et me livrent à Muawiya. Par Dieu, il vaut mieux que je fasse la paix avec Muawiya avec honneur et dignité, au lieu qu’il me tue en captivité ou qu'il renonce de me tuer avec humiliation[110].

Demande de la paix par Muawiya

Selon al-Ya'qûbî, l'une des astuces de Muawiya pour mener la guerre à la paix, ce fut qu'il envoya quelques personnes parmi les armées de l'Imam al-Hasan (a) de propager cette rumeur que Qays b. Sa'd rejoignit Muawiya, et à d'autre part, il envoya un groupe parmi les armées de Qays pour répandre une autre rumeur que l'Imam al-Hasan (a) accepta la paix[111].

Et aussi, Muawiya envoya la lettre du peuple de Koufa à l’Imam al-Hasan (a) dans laquelle ils invitèrent Muawiya à Koufa et lui promirent de livrer l'Imam al-Hasan (a) ou de le tuer, et il lança ainsi une proposition de paix à l’Imam (a).

Selon cheikh al-Mufîd, bien que l’Imam al-Hasan (a), ne fasse pas confiance à Muawiya et sache de son astuce, mais il ne trouva aucun remède que d’accepter la paix[112].

Al-Balâdhurî rapporta que Muawiya envoya un contrat blanc avec son sceau au bas de cette page pour que l'Imam al-Hasan (a) puisse écrire tout ce qu'il souhaitait[113].

Dans ces conditions, l'Imam al-Hasan (a), fait un sermon pour le peuple et lui demanda de commenter la guerre ou la paix. Les gens demandèrent la paix avec le slogan "al-Baqîyya, al-Baqîyya" (Nous voulons rester)[114], et ainsi, l'Imam al-Hasan (a) accepta la paix.

Dans certaines sources le 25 Rabî' al-Awwal l'an 41 H fut mentionné mentionnées[115] comme la date de la paix et certains d'autres rapportèrent le mois de Rabî' al-Âkhira en l'an 41 H comme la date de cette paix[116].

Conditions du traité

Il y a quelques rapports sur le contenu du traité de paix[117], parmi les provisions de traité, certaines sources déclarent que l'Imam al-Hasan (a) laissa le gouvernement des musulmans à Muawiya aux conditions suivantes :

Certaines sources mentionnent que l'Imam al-Hasan (a) conditionna qu'il devint le calife, après Muawiya et que ce dernier lui donna cinq millions de dirhams[120], mais, Ja'farî dit que le représentant de l'Imam al-Hasan (a) proposa ces deux conditions, mais l'Imam ne les accepta pas et déclara que le conseil des musulmans devait nommer le calife après Muawiya et à propos de la condition financière, l'Imam dit que Muawiya n'avait pas le droit de fair une telle saisie dans les trésors des musulmans[121].

Certains d'autres disent que Muawiya ou l'un de ses représentants proposa cette condition financière[122].

Malgré la retraite du califat, l'Imam al-Hasan (a) fut toujours considéré comme l'Imam des chiites, et même les chiites qui étaient contre la paix de l'Imam ne rejetèrent jamais son Imamat et il fut le chef de la famille du Prophète (s) jusqu'à la fin de sa vie[123].

Réactions et conséquences

Selon certaines sources, après le traité de paix de l'Imam al-Hasan (a)[124], certains chiites ne respectèrent pas la décision de l'Imam (a) et le critiquèrent et même l'insultèrent en l'appelant "Mudil al-Mu'minîn" (celui qui a humilié les croyants)[125].

L'Imam (a) répondit à cet égard :

Les raisons de ce traité de paix sont toutes comme celles du traité de paix de Hudaybîyya du Prophète (s) avec les polythéistes et la sagesse cachée de ce traité est de la même manière que le prophète Jidr (a) dans sa rencontre avec le prophète Moïse (a)[126].

Plusieurs sources historiques mentionnent que Muawiya ne réspecta aucune condition du traité[127] et il assassina plusieurs chiites de l'Imam Ali (a) comme Hujr b. 'Adî[128].

Il est rapporté qu’après le traité de paix avec l'Imam al-Hasan (a), Muawiya alla à Koufa et prononça un discours à la mosquée de Koufa déclarant qu'il rompit toutes les conditions[129] et dit :

Je ne me suis pas battu contre vous pour que vous fassiez la prière, le jeûne et le pèlerinage, mais je me suis battu pour vous gouverner[130].

Résidence à Médine et la référence religieuse

Après le traité de paix avec Muawiya, l'Imam al-Hasan (a) quitta Koufa pour se rendre à Médine[131] où il resta jusqu'à la fin de sa vie et il voyagea seulement quelquefois à La Mecque[132] et à Cham[133].

L'Imam al-Mujtabâ (a), selon le testament de l'Imam Ali (a) qui écrit le 10 Jumâdâ al-Ûlâ en l'an 37 H, après le martyre de son père, devint le gardien de ses waqfs et de ses aumônes[134].

Référence scientifique

Il y a des rapports concernant les réunions continues de l'Imam al-Hasan (a) à Médine pour éduquer et diriger les gens. Ibn Sa'd (m. 230 H), al-Balâdhurî (m. 279 H) et Ibn 'Asâkir (m. 571 H) rapportèrent que l'Imam al-Hasan (a) fit la prière du matin à la mosquée du Prophète (s) et jusqu'au lever du soleil adora Dieu et ensuite les nobles de la ville qui étaient présents à la mosquée s'assirent chez lui et il leur parla de différents sujets religieux et scientifiques.

Ces réunions furent également organisées après la prière de midi[135].

Il est rapporté dans le livre al-Fusûl al-Muhimma que les gens s'asseyaient autour de l'Imam al-Hasan (a) dans la mosquée et il répondait à leurs questions[136].

Position sociale

Selon les rapports historiques, l'Imam al-Hasan (a) eut un statut social élevé. Ibn Sa'd (m 230 H) dit  :

Chaque fois que l'Imam al-Hasan (a) se rendait au Hadj, les pèlerins qui le voyaient s'empressaient d'embrasser l'Imam (a) pour chercher Tabarruk (porte-bonheur)[137].

Il est également rapporté qu'ibn Abbas, bien qu'il fut l'un des compagnons les plus grands[138] et les plus âgés, mais respecta l'Imam et l'accompagnait avec l’humilité[139].

Isolement politique et manque de coopération avec Muawiya

Il est rapporté qu'après la sortie de l'Imam al-Hasan (a) de Koufa, un groupe de Kharidjites se rassemblèrent à Nukhayla pour se battre contre Muawiya. Ce dernier écrivit une lettre à l'Imam al-Hasan (a) demandant de se battre contre ce groupe. L'Imam le refusa et répondit :

Si je voulais combattre quelqu'un, je me battrais avec toi[140].

Et aussi, quand un autre groupe de Kharidjites dirigé par al-Hawthara al-Asadi se révoltèrent contre Muawiya, il demanda à l'Imam de les affronter, mais l'Imam donna la même réponse précédente et considéra que le combat contre Muawiya est plus méritant[141].

Selon certains rapports, bien que l'Imam al-Hasan (a) objectait contre les affaires de Muawiya, il acceptait ses présents[142]. Il est dit que Muawiya envoya 1 000 000 dirham[143], ou 100 000 Dinar[144] chaque année pour l'Imam al-Hasan (a).

D'après certains rapports, l'Imam payait parfois ses dettes et répartissait le reste entre ses proches et ses subordonnés[145] et parfois, il donnait tous ces présents aux autres[146].

Il y a aussi des rapports que Hasan b. Ali (a) refusait parfois d'accepter les présents de Muawiya[147].

Ce genre de rapports, avait des réactions différents[148] y compris au point de vue théologique, il y a des discussions sur ce sujet. Par exemple Sayyid al-Murtadâ croit qu'il est permis ou peut-être, obligatoire d'accepter les présents de Muawiya, car les biens occupés par un tyran doivent être repris et répartis entre les gens[149].

Comportement des Omeyyades

Il est rapporté que les Omeyyades maltraitaient avec l'Imam al-Hasan (a)[150]. Dans le livre al-Ihtijâj, il est cité quelques débats entre l'Imam al-Hasan (a) et Muawiya et certains de ses partisans, dans lesquelles l'Imam (a) défendit le statut des Ahl al-Bayt (a) et démasqua les mensonges de ses ennemis[151].

Mérites

Selon al-Ya'qûbî, l'Imam al-Hasan (a) était une personne la plus ressemblante dans son apparence et sa personnalité, au Prophète Muhammad (s)[152]. Il avait une taille modeste et une barbe touffue et noire[153].

Les mérites individuels et sociaux de l'Imam al-Hasan (a) sont mentionnés dans les sources islamiques.

Vertus individuelles

Sur la caractéristique personnelle d'al-Hasan b. Ali (a), il est rapporté que le Prophète (s) l'aimait beaucoup.

Il y a beaucoup de hadiths déclarant que le Prophète (s) aimait beaucoup l'Imam al-Hasan (a). Il est rapporté que le Prophète (s) en portant al-Hasan (a) sur son épaule disait :

Ô Dieu, je l'aime, alors Tu l'aime aussi[154].

Parfois, le Prophète (s) en se prosternant dans la prière collective, l'Imam al-Hasan (a) mentait sur son dos, et le Prophète (a) ne se levait pas pour ne pas tomber. Lorsque les compagnons demandaient la cause de cette prosternation prolongée, il disait que je voulais qu'il descende volontairement[155].

Il est rapporté dans le livre Farâ'id as-Simtayn que le Prophète (s) dit :

Il est le maître des jeunes du Paradis et l'argument de Dieu sur la communauté musulmane...Celui qui le suit est de moi, et celui qui ne lui obéit pas n'est pas de moi[156].

Versets coraniques sur l'Imam al-Hasan (a)

Al-Hasan b. Ali (a) fait parti des Ahl al-Bayt (a) qui selon les exégètes du Coran, quelques versets du Coran ont été révélés à propos d’eux, y compris : le verset al-It'âm que d'après les hadiths chiites et sunnites a été révélé à propos des Ahl al-Bayt (a) et est considéré comme l'un de ses vertus[157].

Également, la plupart des exégètes du Coran disent que le verset al-Mawaddat fut révélé à propos des Ahl al-Bayt (a)[158].

Selon le verset d'al-Mubâhala qui fait allusion à la pratique de malédiction réciproque entre le Prophète (s) et les chrétiens de Nadjran, le terme Abnâ'anâ (nos fils) s'applique à l'Imam al-Hasan (a) et son frère l'Imam al-Husayn (a)[159].

Et le verset d'at-Tat'hîr qui parle de la purification des Ahl al-Bayt (a) de toute souillure, l'Imam al-Hasan (a) est l'un d'eux (a)[160].

Se rendre au pèlerinage

L'Imam al-Hasan (a) s'est rendu plusieurs fois au pèlerinage. Il dit :

j'ai honte de rencontrer mon Seigneur alors que je ne marche pas vers sa maison (la Kaaba)[161].

Il est rapporté que l'Imam al-Hasan (a) s'est rendu au pèlerinage 15[162], 20[163] ou 25 fois[164]. Il marchait dans ses voyages, même s'il pouvait monter à cheval ou à chameau[165].

Patient

Dans les sources islamiques, l'Imam al-Hasan (a) fut connu comme un homme doux et patient[166]. Il est rapporté dans certaines sources sunnites, Marwân qui avait beaucoup de haines envers l’Imam al-Hasan (a) et l’empêchait d’enterrer aux côtés du Prophète (s), participa à ses funérailles et leva le cercueil de l’Imam (a).

L’Imam al-Husayn (a) lui dit :

« Jusqu’à maintenant, tu avais toujours de la haine contre mon frère et maintenant tu portes son cercueil ?! »

Marwân répondit :

« Je porte le cercueil de celui dont la patience était tout aussi digne de la grandeur des montagnes »[167]

Il est rapporté qu’un jour, un homme de Cham vit l'Imam al-Hasan (a) à Médine et commença à l’insulter. L'Imam al-Hasan (a) ne répondit rien et attendit qu'il se calme. Puis l'Imam le salua en souriant et dit :

"Apparemment, tu es étranger dans cette ville. Si tu as besoin de quelque chose, dis-moi.

Cet homme, voyant la réaction de l'Imam, pleura et récita le verset coranique suivant[168] :

...اللَّهُ أَعْلَمُ حَيْثُ يَجْعَلُ رِسَالَتَهُ...
...Allah sait bien où placer Son message...
Coran, sourate al-An'âm, v 124, traduction de Régis Blachère

Caractéristiques sociales

Les sources mentionnent également les caractéristiques sociales de l'Imam al-Hasan (a) comme suivant :

Générosité dans le chemin de Dieu

Les sources islamiques le considéra comme un homme généreux. Il est connu sous les surnoms d’al-Karîm (généreux), d’as-Sakhîy (qui donne sans compter) et d’al-Jawâd (qui donne volontiers et largement)[169].

Il est cité qu’il dépense deux fois tous ses biens durant sa vie dans le chemin d’Allah[170].

Dans le livre d'al-Manâqib d'Ibn Shahrâshûb, il est rapporté que lors du voyage de l'Imam al-Hasan (a) à Cham, Muawiya lui donna un papier contenant de nombreuses marchandises. Quand il est sorti de chez Muawiya, l'Imam vit qu'un serviteur réparait ses chaussures. L'Imam lui donna ce papier[171].

Une fois, l'Imam (a) entendit un homme demander à Dieu de lui donner 10 000 dirhams. Ensuite, l'Imam (a) lui a envoyé cette somme d'argent[172].

Pour cette raison l'Imam fut connu sous le surnom d’al-Karîm Ahl al-Bayt (a), mais un tel surnom n'existe pas dans les hadiths. Parfois, il coupait al-I'tikâf et at-Tawâf afin d'aider quelqu'un. Il rapportait que le Prophète (s) dit :

Toute personne qui satisfait un besoin de son frère croyant, a la même récompense que celui qui adore Dieu pendant de nombreuses années[173].

comportement avec les pauvres et leurs subordonnés

Il est dit qu'un jour l'Imam al-Hasan (a) passa à côté des pauvres qui mangeaient des morceaux du pain. Ils invitèrent l'Imam de manger avec eux et l'Imam (a) accepta son invitation et s'assit avec eux et manga du pain. Plus tard, l'Imam les invita chez lui et leur donna de la nourriture et des vêtements[174].

Il est rapporté qu'un jour, l'un des servants de l'Imam (a) commis une faute qui méritait un châtiment. En voyant l'Imam al-Hasan (a), cette personne récita le verset suivant :

... وَالْكَاظِمِينَ الْغَيْظَ وَالْعَافِينَ عَنِ النَّاسِ وَاللَّهُ يُحِبُّ الْمُحْسِنِينَ ﴿۱۳۴﴾
ceux qui domptent leur colère et effacent les offenses des Hommes—Allah aime les Bienfaisants
Coran, sourate Âl 'Imrân, v 134, traduction de Régis Blachère

En entendant ce verset, l'Imam (a) lui pardonna, le libéra et lui paya le double de son salaire[175].

Héritage spirituel

Le nombre de hadiths rapporté de lui dans divers domaines est estimé environ 250 hadiths[176].

Une partie de ces hadiths est ses propres mots, et il rapporta d’autres, du Prophète (s), de l'Imam Ali (a) et de Fatima az-Zahrâ' (a)[177].

Dans le livre intitulé Musnad al-Imam al-Hasan (a) sont recueillis les hadiths et les lettres de l'Imam (a). Ces propos contiennent le sermon, le discour, l'invocation, le débat, les questions théologiques et jurisprudentielles. Ces hadiths sont mentionnés avec les chaînes de transmissions[178].

Dans le livre intitulé Balâghat al-Imam al-Hasan (a) fut également rapporté ces hadiths avec les poèmes attribués à Imam al-Mujtabâ (a).

Ahmad Mîyânijî dans le livre Makâtîb al-A'imma compta les 15 lettres de l'Imam al-Hasan (a) dont 6 lettres à Muawiya, 3 lettres à Zîyâd b. Abîh, une lettre aux gens de Koufa et une lettre à al-Hasan al-Basrî[179].

'Azîz Allah 'Atârudî recueillit les nom de 138 personnes qui rapportent les hadiths de l'Imam al-Hasan (a)[180]. Cheikh at-Tûsî mentionna les noms de 41 personnes comme les compagnons de l'Imam (a)[181].

Bibliographie

À propos de l'Imam al-Hasan (a) de nombreux livres et articles ont été publiés.

Martyre

Plusieurs sources chiites et sunnites rapportèrent que l'Imam al-Hasan (a) fut tombé en martyre par le poison[182]. Selon certaines rapports, il avait été empoisonné quelques fois, mais il fut sauvé de la mort[183].

Cheikh al-Mufîd dit :

Lorsque Muawiya décida de prêter allégeance à son fils Yazid, envoya cent mille dirhams pour Ja'da la fille d’Ash'ath b. Qays (épouse de l'Imam al-Hasan (a)) et lui promit de la marier à Yazid afin d'empoisonner son mari[184].

Les sources sunnites mentionnent également le nom de Ja'da comme l'assassin de l'Imam al-Hasan (a)[185].

Wilferd Madelung pense que la question de la succession de Muawiya et de ses efforts pour gouverner Yazid, confirme les rapports concernant l'empoisonnement de l'Imam al-Hasan (a) par Ja'da à la demand de Muawiya[186].

Il y a d'autres rapports concernant l'assassinat de l'Imam al-Hasan (a) par Hind (l'une des épouses de l'Imam al-Hasan (a))[187] ou l'un de ses servantes[188].

Il est dit que l'Imam al-Hasan (a) fut tombé en martyre 3[189] ou 40 jours[190] ou deux mois[191] après avoir été empoisonné.

Il est rapporté qu'après le martyre de l'Imam al-Mujtabâ (a), les gens de Médine pleuraient beaucoup[192]. Il est également dit que, lors de l'enterrement du corps de l'Imam al-Hasan (a), le cimetière al-Baqî' était plein de monde et les marchés furent fermés sept jours[193].

Empêcher de l'enterrement à côté du Prophète (s)

Selon certaines sources, l’Imam al-Hasan (a) aurait demandé à son frère de l’enterrer à côté de son grand-père, le Prophète (s)[194].

Selon un rapport, l'Imam al-Hasan (a) avait exprimé son désir de l'enterrement à côté du Prophète (s) avec Aïcha et elle avait accepté[195]. D'après le livre d'Ansâb al-Asharâf, lorsque Marwân b. al-Hakam fut informé de ce testament, il en informa Muawiya et ce dernier lui ordonna d'empêcher de le faire sérieusement[196].

Selon Cheikh al-Mufîd (M 413 H) et at-Tabrisî (M 548 H) et Ibn Shahrâshûb (M 588 H), l’Imam al-Mujtabâ testa d'emporter son corps pour renouveler l’allégeance à côté de la tombe du Prophète (s), puis de l'enterrer près de la tombe de sa grande-mère, Fatima bt. Asad[197].

Dans ces rapports déclarent qu'al-Hasan b. Ali (a) ordonna d'éviter toute forme de conflit lors de ses funérailles[198] afin qu'aucun sang ne soit versé[199].

Lorsque Banu Hachim transférèrent le corps de l'Imam al-Mujtabâ (a) vers la tombe du Prophète (s), Marwân b. al-Hakam, avec quelques Omeyyades fermèrent le chemin pour les empêcher d'enterrer l'Imam al-Hasna(a) près de la tombe du Prophète (s)[200].

Abu al-Faraj Isfahânî (M 356 H) dit que Aïcha en montant sur le cheval appela les Omeyyades pour l'arrêter[201]. Mais al-Balâdhurî dit que quand Aïcha vit un conflit et qu’il était près de l’effusion de sang, dit :

"La maison est la mienne et je ne laisse personne y être enterré[202]."

Il est rapporté que Marwân dit :

Il est impossible que Uthman soit enterré dans un des mauvais endroits et qu’al-Hasan (a) soit enterré avec l’Envoyé d’Allah (s)[203].

Le conflit était sur le point de se produire entre Banu Hachim et les Omeyyades[204], Mais l’Imam al-Husayn (a), selon la volonté de son frère, le prévint.

Le corps de l'Imam al-Hasan (a) fut transporté à al-Baqî' et enterré à côté de la tombe de sa grand-mère, Fatima bt. Asad[205].

Ibn Shahrâshûb dit que :

les Omeyyades jetèrent des flèches vers le corps de l'Imam al-Mujtabâ (a). Selon ce rapport, 70 flèches furent retirées du corps de l'Imam al-Hasan (a)[206].

ِ Date de Martyre

Des rapports sur la date du martyre de l’Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a), mentionnent les dates suivantes :

Certains disent l'an 49 H comme la date de son martyre et d'autres l'an 50 ou 51 H[207]. Certains chercheurs basant sur les preuves, croient que l'an 50 H est correct[208].

Selon les sources chiites, le martyre de l'Imam al-Hasan (a) eut lieu au mois de Safar[209], mais la plupart des sources sunnite mentionnent le mois de Rabî' al-Awwal[210] comme la date de son martyre.

Dans les sources chiites, il y a des différents opinions sur le jour du martyre de l'Imam al-Hasan (a) : Cheikh al-Mufîd[211], Cheikh at-Tûsî[212], Cheikh at-Tabrisî[213] et Ibn Shahrâshûb[214], disent que l'Imam al-Hasan (a) fut tombé en martyre le 28 Safar. Mais certains d'autres comme Shahîd al-Awwal mentionna le 7 Safar[215] et Cheikh al-Kulaynî cite le dernier jour du mois de Safar[216].

Yad Allah Muqaddasî cherchant la chaîne de transmission de ces rapports dit que les rapports concernant le 28 Safar sont authentiques[217].

En Iran, le 28 Safar, le jour du décès du Prophète (s) et du martyre de l'Imam al-Mujtabâ (a) est officiellement fermé et les iraniens portent le deuil en ce jour, mais dans certains pays, y compris en Irak, au jour 7 Safar les gens portent le deuil pour l'Imam al-Hasan (a).

Références

  1. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 5, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  2. Ibn 'Abd al-Birr, Yûsuf b. Abd Allah, al-Istî'âb fî Ma'rifat al-Ashâb, vol 1, p 383, chercheur Ali Muhammad al-Bajâwî, Beurouth, Dâr al-Jayl, 1412 H
  3. Ibn Hanbal, Ahmad, Musnad al-Imam Ibn Hanbal, vol 1, p 98-118, Beyrouth, Dâr Sâdir,
  4. Ibn Shahrashûb, al-Manâqib, vol 3, p 397, Qom, 'Allâma, 1379 HS ; Ibn Sa'd at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 10, p 244, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-'Ilmîyya, 1418 H
  5. Ibn Mandûr, Lisân al-'Arabe, vol 4, p 393, 1414 H
  6. Ibn 'Asâkir, Târîkh Madîna ad-Damishq, vol 13, p 171, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1415 H
  7. Ibn Sa'd at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 6, p 357, Beyrouth, Ihsân Abbâs, 1968-1977 C
  8. Ibn Shahrashûb, al-Manâqib, vol 4, p 29, Qom, 'Allâma, 1379 HS
  9. Ibn Shahrashûb, al-Manâqib, vol 4, p 29, Qom, 'Allâma, 1379 HS
  10. Ibn Sabbâgh al-Mâlikî, al-Fusûl al-Muhimma, vol 2, p 759, Qom, Dâr al-Hadîth, 1422 H
  11. Qundûdhî, Sulaymân b. Ibrâhîm, Yanâbî' al-Mawdda, vol 3, p 148, Qom, Usva, edition 2, 1422 H
  12. Ibn Athîr, Usd al-Ghâba, vol 1, p 490, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1409 H
  13. Rayshahrî, Muhammad, Dânishnâmeh Imam Husayn, vol 1, p 474-477, Qom, Dâr al-Hadîth, 1430 H
  14. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 15, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  15. Cheikh al-Kulaynî, Muhammad b. Ya'qûb, al-Kâfî, p 297-300, Téhéran, Islâmîyya, edition 2, 1362 HS
  16. Cheikh al-Kulaynî, Muhammad b. Ya'qûb, al-Kâfî, vol 1, p 298, Téhéran, Islâmîyya, edition 2, 1362 HS
  17. Cheikh al-Kulaynî, Muhammad b. Ya'qûb, al-Kâfî, vol 1, p 298, Téhéran, Islâmîyya, edition 2, 1362 HS
  18. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 7, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  19. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 30, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  20. Cheikh as-Sadûq, Kamâl ad-Dîn Wa Tamâm an-Ni'ma, vol 1, p 253, Téhréran, Islâmîyya, edition 2, 1395 H
  21. At-Tabrisî, FAdl b. Hasan, I'lâm al-Warâ bi A'lâm al-Hudâ, vol 1, p 407, Qom Âl al-Bayt, 1417 H
  22. Cheikh al-Kulaynî, Muhammad b. Ya'qûb, al-Kâfî, vol 1, p 461, Beyrouth, Ali AKbar Ghaffârî, 1401 H
  23. Cheikh at-Tûsî, Muhammad b. Hasan, Tahdhîb al-Ahkâm, vol 6, p 39, Téhéran, Hasan Mûsawî Khurâsân, 1390 HS,
  24. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 5, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  25. Ibn Hanbal, Ahmad, Musnad al-Imam Ibn Hanbal, vol 6, p 391, Beyrouth, Dâr Sâdir,
  26. Nasâ'î, Ahmad b. Ali, Sunan Nasâ'î, Chercheur Jalâl ad-Dîn as-Suyûtî, vol 4, p 166, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-'Ilmîyya
  27. Ibn 'Asâkir, Târîkh Madîna ad-Damishq, vol 13, p 170, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1415 H
  28. Hâkim NAyshâbûrî, al-Mustadrak 'Ala as-Sahîhayn, vol 3, p 165, chercheur Yûsuf abd ar-Rahmân al-Mar'ashî, Beyrouth, 1406 H
  29. Ibn Sa'd at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 1, p 239-244, Beyrouth, Ihsân Abbâs, 1968-1977 C
  30. Sharîf Qarashî, Bâqir, Hayât al-Imam al-Hasan, vol 1, p 52-53, Beyrouh, Dâr al-Balâgha, 1413 H
  31. Mahdavî Dâmghânî, Mahmûd, Hasan b. Ali Imam, Dânishnâmi Jahân Islâm, vol 13, p 304, Téhéran, Bunyâd Dâ'irat al-Ma'ârif Islâmî, 1388 HS
  32. Ibn Sa'd at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 6, p 369, Beyrouth, Ihsân Abbâs, 1968-1977 C
  33. Ibn Hanbal, Ahmad, Musnad al-Imam Ibn Hanbal, vol 1, p 354, Beyrouth, Dâr Sâdir ; Tirmidî, Muhammad b. 'Isâ, Sunan at-Tirmidî, vol 5; p 322-323, Beyrouth, Abd al-Wahhâb Adb al-Latîf, 1403 H
  34. Ibn Sa'd at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 6, p 406-407, Beyrouth, Ihsân Abbâs, 1968-1977 C
  35. 'Âmilî, Ja'far Murtadâ, as-Sahîh min Sîrat an-Nabî al-A'zam, vol 21, p 116, Qom, Dâr al-Hadîth, 1426 H
  36. Ibn Hanbal, Ahmad, Musnad al-Imam Ibn Hanbal, vol 1, p 331, Beyrouth, Dâr Sâdir ; Zamakhsharî, Mahmûd, al-Kashshâf 'An Haqâ'iq Ghawâmid at-Tanzîl, sous le verset 61 de la sourate Âl 'Imrân, Qom, Nash al-Balâgha, edition 2, 1415 H
  37. Ibn Shahrashûb, al-Manâqib, vol 4, p 7, Qom, 'Allâma, 1379 HS
  38. Sulaym b. Qays, Kitâb Sulaym b. Qays al-Hilâlî, p 665 et 918, Qom, Hâdî, 1405 H
  39. Ibn Qutayba, al-Imama wa as-Sîyâsa, vol 1, p 42, chercheur Ali Shîrî, Beyrouth, Dâr al-Awdâ', 1410 H
  40. Ibn Khaldûn, al-'Ibar, vol 2, p 573-574,
  41. At-Tabarî, Muhammad b. Jarîr, Târîkh Tabarî, vol 4, p 269, Beyrouth, Dâr at-Turâth, edition 2, 1387 H
  42. 'Âmilî, Ja'far Murtadâ, al-Hayât as-Sîyâsîya li Imam al-Hasan, p 158, Beyrouth, Dâr as-Sîra
  43. .http://www.iranicaonline.org/articles/hasan-b-ali
  44. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 5, p 558-559, Bayrouth, Dar al-Ta'âruf, 1397 H
  45. Qâdî Nu'mân al-Maghribî, al-Manâqib wa al-Mathâlib, p 251, Beyrouth, A'lamî, 1423 H
  46. Ad-Dayyâr al-Bakrî, Husayn, Târîkh al-Khamîs fî Ahwâl Anfus an-Nafîs, vol 2, p 262, Beyrouth, Dâr as-Sâdir
  47. Shushtarî, Qâdî Nûr Allah, Risâlat fî Tawârîkh an-Nabî wa al-Âl, p 71-72,
  48. Wâridî, Sayyid Taqî, Majmû'i Maqâlât Hamâyishi sibt an-Nabî, vol 3, p 425-426 ; Ibn 'Uday al-Kâmil fi ad-Du'afâ, vol 5, p 213 ; Yâqût Himaw$i, Mu'jam al-Udabâ, vol 16, p 137
  49. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 20, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  50. At-Tabrisî, FAdl b. Hasan, I'lâm al-Warâ bi A'lâm al-Hudâ, vol 1, p 416, Qom Âl al-Bayt, 1417 H
  51. Al-Majdî, Fî Ansâb at-Tâlibîyyayn, p 202
  52. Al-Ansâb, vol 4, p 159
  53. Yamânî, Ahmad Zakîî, Mawsû'a Makat al-Mukarrama wa Madînat al-Munawwara, vol 2, p 589, Mawsû'at al- Furqân, 1429 H
  54. Mahdavî Dâmghânî, Mahmûd, Hasan b. Ali Imam, Dânishnâmi Jahân Islâm, vol 13, p 304, Téhéran, Bunyâd Dâ'irat al-Ma'ârif Islâmî, 1388 HS
  55. Cheikh al-Mufîd, al-Ikhtisâs, p 238, Qom, Kungiri cheikh al-Mufîd, 1413 H
  56. Nasr b. Muzâhim, Waq as-Siffin, p 238,
  57. Cheikh al-Mufîd, al-Jamal wa an-Nusrat Li Sayyid al-Itrat fî Harb al-Bassora, p 244 et 261, Qom, Kungiri Cheikh Mufîd, 1413 H
  58. Cheikh al-Mufîd, al-Jamal wa an-Nusrat Li Sayyid al-Itrat fî Harb al-Bassora, p 327, Qom, Kungiri Cheikh Mufîd, 1413 H
  59. Cheikh al-Mufîd, al-Jamal wa an-Nusrat Li Sayyid al-Itrat fî Harb al-Bassora, p 348, Qom, Kungiri Cheikh Mufîd, 1413 H
  60. Ibn Shahrashûb, al-Manâqib, vol 4, p 21, Qom, 'Allâma, 1379 HS
  61. Mas'ûdî, Ali b. Husayn, al-Murawwij adh-Dhahab wa Ma'âdin al-Jawhar, vol 2, p 431, chercheur Ahmad Dâghir, Qom, Dâr al-Hijra, edition 2, 1409 H
  62. Nasr b. Muzâhim, Waq as-Siffin, p 113-114
  63. Ibn A'tham al-Koufî,Muhammad b. Ali, al-Futûh, vol 3, p 24, Dâr al-Awdâ', 1411 H ; Ibn Shahrashûb, al-Manâqib, vol 3, p 168, Qom, 'Allâma, 1379 HS
  64. Al-Iskâfî, Muhammad b. Abd Allah, al-Mi'yâr wa al-Miwâzana, p150-151, Beyrouth, 1402 H
  65. Nasr b. Muzâhim, Waq as-Siffin, p 297-298
  66. Ibn Qutayba, al-Imama wa as-Sîyâsa, vol 1, p 158, chercheur Ali Shîrî, Beyrouth, Dâr al-Awdâ', 1410 H
  67. Sayyid ar-Radî, Nahj al-Balâgha, p 295, traduction de Sayyid Ja'far Shahîdî, Téhéran, Intishârât A'lamî, edittion 14, 1378 Hs
  68. Ibn 'Abd al-Birr, Yûsuf b. Abd Allah, al-Istî'âb fî Ma'rifat al-Ashâb, vol 3, p 939, chercheur Ali Muhammad al-Bajâwî, Beurouth, Dâr al-Jayl, 1412 H
  69. Ibn Abi al-Hadîd, Sharh Nahj al-Balâgha, vol 7, p 93-94, Qom, Maktabat Ayatollah Mar'ashî Najafî, 1404 H
  70. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 9, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  71. Mas'ûdî, Ali b. Husayn, al-Murawwij adh-Dhahab wa Ma'âdin al-Jawhar, vol 2, p 426, chercheur Ahmad Dâghir, Qom, Dâr al-Hijra, edition 2, 1409 H
  72. Mas'ûdî, Ali b. Husayn, al-Murawwij adh-Dhahab wa Ma'âdin al-Jawhar, vol 2, p 429, chercheur Ahmad Dâghir, Qom, Dâr al-Hijra, edition 2, 1409 H
  73. Ibn Kathîr, Ismâ'îl b. Umar, al-Bidâya wa an-Nihâya, vol 8, p 21 Beyrouth, Dâr al-Fikr,
  74. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 11, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  75. Ja'farîyân, Rasûl, Hayâti Fikrî wa sîyâsî A'imma, p 147-148, Qom, Ansârîyân, edition 6, 1381 HS
  76. Ya'qûbî, Ahmad b. Abî Ya'qûb,Târîkh Ya'qûbî, vol 2, p 214, Beyrouth, Dâr Sâdir ; At-Tabarî, Muhammad b. Jarîr, Târîkh Tabarî, vol 5, p 158, Beyrouth, Dâr at-Turâth, edition 2, 1387 H
  77. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 28, Bayrouth, Dar al-Fikr, 1417 H
  78. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 907, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H ; Isfahânî, Abu al-Faraj, Maqâtil at-Tâlibîyyîn, p 62, Beyrouth, Dâr al-Ma'rifat
  79. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 908, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  80. Miqrîzî, Taqî ad-Dîn, Imtâ' al-Asmâ', vol 5, p 358, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-'Ilmîyya, 1420 H ; Ibn 'Abd al-Birr, Yûsuf b. Abd Allah, al-Istî'âb fî Ma'rifat al-Ashâb, vol 3, p 939, chercheur Ali Muhammad al-Bajâwî, Beurouth, Dâr al-Jayl, 1412 H ; An-Nuwayrî, Ahmad b. Abd al-Wahhâb, Nihâyat al-Arab fî funûn al-Adab, vol 20, p 229, Le Caire, Dâr al-Kutub wa Wathâ'iq al-Qawù$iyya, 1423 H
  81. At-Tabarî, Muhammad b. Jarîr, Târîkh Tabarî, vol 4, p 269, Beyrouth, Dâr at-Turâth, edition 2, 1387 H
  82. Ja'farî, Husayn Muhammad, Tashayyu' Dar Masîr Târîkh, p 158, tradction de Muhammad Taqî Âyatullâhî, Téhéran, Daftar Nash Âthâr Islâmî, edition 11, 1382 HS
  83. Ja'farî, Husayn Muhammad, Tashayyu' Dar Masîr Târîkh, p 158-160, tradction de Muhammad Taqî Âyatullâhî, Téhéran, Daftar Nash Âthâr Islâmî, edition 11, 1382 HS
  84. Ja'farî, Husayn Muhammad, Tashayyu' Dar Masîr Târîkh, p 161, tradction de Muhammad Taqî Âyatullâhî, Téhéran, Daftar Nash Âthâr Islâmî, edition 11, 1382 HS
  85. Ibn Qutayba, al-Imama wa as-Sîyâsa, vol 1, p 184, chercheur Ali Shîrî, Beyrouth, Dâr al-Awdâ', 1410 H
  86. At-Tabarî, Muhammad b. Jarîr, Târîkh Tabarî, vol 5, p 158, Beyrouth, Dâr at-Turâth, edition 2, 1387 H
  87. Ja'farî, Husayn Muhammad, Tashayyu' Dar Masîr Târîkh, p 161, tradction de Muhammad Taqî Âyatullâhî, Téhéran, Daftar Nash Âthâr Islâmî, edition 11, 1382 HS
  88. Ja'farîyân, Rasûl, Hayâti Fikrî wa sîyâsî A'imma, p 132, Qom, Ansârîyân, edition 6, 1381 HS
  89. Isfahânî, Abu al-Faraj, Maqâtil at-Tâlibîyyîn, p 64, Beyrouth, Dâr al-Ma'rifat
  90. Hâshimî Nijâd, Darsî ki Husayn bi Insânhâ Dâd, p 40, 1382 H
  91. Ja'farî, Husayn Muhammad, Tashayyu' Dar Masîr Târîkh, p 158, tradction de Muhammad Taqî Âyatullâhî, Téhéran, Daftar Nash Âthâr Islâmî, edition 161, 1382 HS
  92. Ibn Kathîr, Ismâ'îl b. Umar, al-Bidâya wa an-Nihâya, vol 8, p 21 Beyrouth, Dâr al-Fikr,
  93. Isfahânî, Abu al-Faraj, Maqâtil at-Tâlibîyyîn, p 67, Beyrouth, Dâr al-Ma'rifat
  94. Ja'farî, Husayn Muhammad, Tashayyu' Dar Masîr Târîkh, p 161, tradction de Muhammad Taqî Âyatullâhî, Téhéran, Daftar Nash Âthâr Islâmî, edition 161, 1382 HS
  95. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 11, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  96. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 29, Beyrouth, Dar al-Ta'âruf, 1397 C
  97. Isfahânî, Abu al-Faraj, Maqâtil at-Tâlibîyyîn, p 71, Beyrouth, Dâr al-Ma'rifat
  98. Isfahânî, Abu al-Faraj, Maqâtil at-Tâlibîyyîn, p 73-74, Beyrouth, Dâr al-Ma'rifat
  99. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, Beyrouth, vol 3, p 41-42, Dâr al-Fikr, 1417 H.
  100. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 11, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  101. Ya'qûbî, Ahmad b. Abî Ya'qûb,Târîkh Ya'qûbî, vol 2, p 214, Beyrouth, Dâr Sâdir
  102. Ad-Daynawarî, Ahmad b. Dâwûd, al-Akhbâr at-Tiwâl, p 217, Qom Manshûrât ar-Râdî, 1368 HS
  103. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 12, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  104. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 12, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  105. Ja'farîyân, Rasûl, Hayâti Fikrî wa sîyâsî A'imma, p 148-155, Qom, Ansârîyân, edition 6, 1381 HS
  106. Âl Yâsîn, Râdî, Sulhu al-Hasan (a), 259-261, Beyrouth, A'lamî, 1412 H
  107. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 12, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  108. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 12, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  109. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 13, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  110. Chiekh at-Tabrisî, Ahmad b. Ali, al-Ihtijâj ‘Alâ Ahl al-Lijâj, vol 2, p 290, Mechhed, Murtadâ, 1403 H
  111. Ya'qûbî, Ahmad b. Abî Ya'qûb,Târîkh Ya'qûbî, vol 2, p 214, Beyrouth, Dâr Sâdir
  112. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 13-14, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  113. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 41, Bayrouth, Dar al-Fikr, 1417 H
  114. Ibn 'Asâkir, Târîkh Madîna ad-Damishq, vol 13, p 268, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1415 H
  115. Mas'ûdî, Ali b. Husayn, al-Murawwij adh-Dhahab wa Ma'âdin al-Jawhar, vol 2, p 426, chercheur Ahmad Dâghir, Qom, Dâr al-Hijra, edition 2, 1409 H
  116. Dhahabî, Shams ad-Dîn, Târîkh al-Islâm wa Wafayât al-Mashâhîr wa al-A’lâm, vol 4, p 5, Beyrouth, dâr al-Kutub al-Arabî, edition 2, 1409 H
  117. Âl Yâsîn, Râdî, Sulhu al-Hasan (a), 258-259, Beyrouth, A'lamî, 1412 H
  118. l Yâsîn, Râdî, Sulhu al-Hasan (a), 259-261, Beyrouth, A'lamî, 1412 H
  119. Cheikh as-Sadûq, Muhammad b. Ali, ‘Ilal ash-Sharâyi’, vol 1, p 212, Qom, Dâwarî, 1385 HS
  120. Miqrîzî, Taqî ad-Dîn, Imtâ' al-Asmâ', vol 5, p 358, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-'Ilmîyya, 1420 H
  121. Ja'farî, Husayn Muhammad, Tashayyu' Dar Masîr Târîkh, p 180-181, tradction de Muhammad Taqî yatullâhî, Téhéran, Daftar Nash thâr Islâmî, edition 11, 1382 HS
  122. Ja'farîyân, Rasûl, Hayâti Fikrî wa sîyâsî A'imma, vol 1, p 212, Qom, Ansârîyân, edition 6, 1381 HS
  123. Ja'farî, Husayn Muhammad, Tashayyu' Dar Masîr Târîkh, p 185, traduction de Muhammad Taqî yatullâhî, Téhéran, Daftar Nash thâr Islâmî, edition 11, 1382 HS
  124. ‘Allâma al-Majlisî, Muhammad Bâqir, Bihâr al-Anwâr, vol 44, p 29, Téhéran, Islâmîyya, edition 2, 1366 HS
  125. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, Bayrouth, Dar al-Ta'âruf, 1397 H.L. vol. 3, pp. 45-48
  126. Cheikh as-Sadûq, Muhammad b. Ali, ‘Ilal ash-Sharâyi’, vol 1, p 211, Qom, Dâwarî, 1385 HS
  127. Miqrîzî, Taqî ad-Dîn, Imtâ' al-Asmâ', vol 5, p 260, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-'Ilmîyya, 1420 H
  128. At-Tabarî, Muhammad b. Jarîr, Târîkh Tabarî, vol 5, p 275, Beyrouth, Dâr at-Turâth, edition 2, 1387 H
  129. Muqaddasî,Mutahhar b. Tâhir, al-Bida’ wa at-Târîkh, Maktabat ath-Thiqâfat ad-Dînîyya, vol 5, p 237
  130. Ibn Kathîr, Ismâ'îl b. Umar, al-Bidâya wa an-Nihâya, vol 8, p 131, Beyrouth, Dâr al-Fikr
  131. Ibn Abi al-Hadîd, Sharh Nahj al-Balâgha, vol 16, p 16, Qom, Maktabat Ayatollah Mar'ashî Najafî, 1404 H
  132. Ibn Kathîr, Ismâ'îl b. Umar, al-Bidâya wa an-Nihâya, vol 8, p 37, Beyrouth, Dâr al-Fikr
  133. Ibn Shahrashûb, al-Manâqib, vol 4, p 18, Qom, 'Allâma, 1379 HS
  134. Cheikh al-Kulaynî, Muhammad b. Ya'qûb, al-Kâfî, vol 7, p 49-51, Téhéran, Islâmîyya, edition 2, 1362 HS
  135. Ibn Sa’d, at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 10, p 297, 1418 H ; al-Balâdhurî, ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 21, 1417 H
  136. Ibn Sabbâgh al-Mâlikî, al-Fusûl al-Muhimma, vol 2, p 702, 1422 H
  137. Ibn Sa’d, at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 10, p 406, 1418 H
  138. Ibn Abd al-Birr, al-Istî’âb fî Ma’rifat al-As’hâb, p 935, 1412 H
  139. Ibn ‘Asâkir, Târîkh Madîna ad-Dimashq, vol 12, p 239, 1415 H
  140. Ibn Athîr, al-Kâmil Fi at-Târîkh, vol 3, p 409, 1385 HS
  141. Irbilî, Kashf al-Ghumma, vol 1, p 536, 1421 H
  142. Al-Majlisî, Bihâr al-Anwâr, vol 44, p 41, 1363 HS
  143. Qâdî Abd al-Jabbâr, Tathbît Dalâ’il an-Nubuwwa, vol 2, p 567, Dâr al-Mustafâ
  144. Mûsilî, Manâqib li Muhammad, p 93, 1424 H
  145. Qutb Râwandî, al-Kharâ’ij wa al-Jarâ’ih, vol 1, p 238-239, 1409 H
  146. Ibn Shahrâshûb, al-Manâqib, vol 4, p 18, 1379 HS
  147. Ibn Shahrâshûb, al-Manâqib, vol 4, p 18, 1379 HS
  148. Rayshahrî, Dânishnâmi Imam Husayn (a), vol 3, p 38-39, 1388 HS
  149. Sayyid Murtadâ, Tanzîh al-Anbîyâ’, vol1, p 173-174, Sharîf Radî
  150. Ibn Shahrâshûb, al-Manâqib, vol 4, p 8, 1379 HS
  151. Cheikh at-Tabrisî, al-Ihtijâj, vol 1, p 270-284, 1403 H
  152. Ya'qûbî, Ahmad b. Abî Ya'qûb,Târîkh Ya'qûbî, vol 2, p 226, Beyrouth, Dâr Sâdir
  153. Ibn Shahrâshûb, al-Manâqib, vol 4, p 28, 1379 HS
  154. Ibn Sa'd at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 10, p 261, Beyrouth, Ihsân Abbâs, 1968-1977 C
  155. ‘Allâma al-Majlisî, Muhammad Bâqir, Bihâr al-Anwâr, vol 43, p 294, Téhéran, Islâmîyya, edition 2, 1366 HS
  156. Himawî ash-Shâfi'î, Ibrâhîm b. Sa'd ad-Dîn, Farâ'id as-Simtayn, vol 2, p 35, Beyrouth, Mu'assassat al-Mahmûd, 1400 H,
  157. Makârim Shîrâzî, Nâsir, Barguzîdi Tafsîr Nimûna, vol 5, p 354, Téhéran, Dâr al-Kutub al-Isla^mîyya1386 HS
  158. Cheikh at-Tabrisî, Fadl b. Hasan, Majma' al-Bayân fî Tafsîr al-Qur'ân, vol 9, p 43-44, Dâr al-Ma'rifat
  159. Zamakhsharî, Mahmûd, al-Kashshâf 'An Haqâ'iq Ghawâmid at-Tanzîl , verset 61, sourate Âl 'Imrân, Qom NAshr al-Balâgha, edtion 2, 1415 H
  160. Cheikh al-Mufîd, al-Masâ'il al-'Ukbarîyya, p 24, 1413 H
  161. Ibn 'Asâkir, Târîkh Madîna ad-Damishq, vol 13, p 242, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1415 H
  162. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 9, Bayrouth, Dar al-Fikr, 1417 H
  163. Ibn 'Asâkir, Târîkh Madîna ad-Damishq, vol 13, p 242, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1415 H
  164. Ibn 'Asâkir, Târîkh Madîna ad-Damishq, vol 13, p 244, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1415 H
  165. Ibn 'Asâkir, Târîkh Madîna ad-Damishq, vol 13, p 243, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1415 H
  166. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 6, Bayrouth, Dar al-Fikr, 1417 H ; Ibn Athîr, Usd al-Ghâba, vol 1, p 490, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1409 H
  167. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 67, Beyrouth, Dar al-Ta'âruf, 1397 C ; Ibn Sa'd at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 10, p 354, Beyrouth, Ihsân Abbâs, 1968-1977 C
  168. Ibn Shahrashûb, al-Manâqib, vol 4, p 19, Qom, 'Allâma, 1379 HS
  169. Ya'qûbî, Ahmad b. Abî Ya'qûb,Târîkh Ya'qûbî, vol 2, p 226, Beyrouth, Dâr Sâdir
  170. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 9, Bayrouth, Dar al-Ta'âruf, 1397 H
  171. Ibn Shahrashûb, al-Manâqib, vol 4, p 18, Qom, 'Allâma, 1379 HS
  172. Irbilî, Kashf al-Ghumma, vol 1, p 523, 1421 H
  173. Ibn 'Asâkir, Târîkh Madîna ad-Damishq, vol 13, p 248-249, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1415 H
  174. Ibn Shahrashûb, al-Manâqib, vol 4, p 23, Qom, 'Allâma, 1379 HS
  175. ‘Allâma al-Majlisî, Muhammad Bâqir, Bihâr al-Anwâr, vol 43, p 325, Téhéran, Islâmîyya, edition 2, 1366 HS
  176. Pîshwâ'î, Mahdi, Târîkh Islâm Az Thaqîfa Tâ Karbalâ, vol 2, p 440, Qom, Daftar NAsh Ma'ârif, 1393 HS
  177. Mahdavî Dâmghânî, Mahmûd, Hasan b. Ali Imam, Dânishnâmi Jahân Islâm, vol 13, p 312, Téhéran, Bunyâd Dâ'irat al-Ma'ârif Islâmî, 1388 HS
  178. 'Atârudî, 'Azîz Allah, Musnad al-Imam al-Mujtabâ (a), p 483 et 733, Qom 'Atârud, 1373 HS
  179. Mîyânijî, Makâtîb al-A'imma, vol 3, p 11 et 57, 1426 H
  180. 'Atârudî, 'Azîz Allah, Musnad al-Imam al-Mujtabâ (a), p 483 et 735 et 790, Qom 'Atârud, 1373 HS
  181. Cheikh at-Tûsî, Rijâl at-Tûsî, p 93-96, checheur Jawâd Qayyûmî, Qom Mu'assassat NAsh Islâmî, 1415 H
  182. Cheikh al-Mufîd, al-Irshâd, vol 2, p 15, 1414 H ; Abu al-Faraj Isfahânî, Maqâtil at-Tâlibîyyîn, p 80-81, 1408 H
  183. Abu al-Faraj Isfahânî, Maqâtil at-Tâlibîyyîn, p 81, 1408 H
  184. Cheikh al-Mufîd, al-Irshâd, vol 2, p 15, 1414 H
  185. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 55, 1417 H ; Muqaddasî, al-Bida’ wa at-Târîkh, vol 6, p 5, Maktabat ath-Thiqâafat ad-Dînîyya
  186. Wilferd Madelung, The Succession T0 Muhamad, p 331
  187. al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf , vol 3, p 59, 1417 H
  188. Ibn Sa’d at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 10, p 325, 1418 H
  189. Mas’ûdî, Murawwij adh-Dhahab, vol 2, p 427, 1409 H
  190. Ibn Sa’d, at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 10, p 341, 1418 H
  191. Ibn Khallakân, Wafayât al-A’yân, vol 2, p 66, 1364 HS
  192. Ibn Sa’d, at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 10, p 342, 1418 H
  193. Ibn Sa’d, at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 10, p 351-352, 1418 H
  194. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 60-62, 1417 H ; Ad-Daynawarî, al-Akhbâr at-Tiwâl, p 221, 1368 HS
  195. Ibn Abd al-Birr, al-Istî’âb fî Ma’rifat al-Ashâb, vol 1, p 388, 1412 H
  196. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 62, 1417 H
  197. Cheikh al-Mufîd, al-Irshâd, vol 2, p 17, 1413 H ; Cheikh at-Tabrisî, A’lâm al-Warâ, vol 1, p 414, 1417 H
  198. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 60-62, 1417 H
  199. Cheikh al-Mufîd, al-Irshâd, vol 2, p 17, 1413 H
  200. Cheikh al-Mufîd, al-Irshâd, vol 2, p 18, 1413 H ; Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 64-65, 1417 H
  201. Isfahânî, Abu al-Faraj, Maqâtil at-Tâlibîyyîn, p 82, Dâr al-Ma’rifat
  202. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 61, 1417 H
  203. Cheikh al-Mufîd, al-Irshâd, vol 2, p 18-19, 1413 H ; Ibn Sharâshûb, al-Manâqib l Abî Tâlib, vol 4, p 44, 1379 H
  204. Cheikh al-Mufîd, al-Irshâd, vol 2, p 18-, 1413 H
  205. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 64-65, 1417 H ; Ad-Daynawarî, Akhbâr at-Tiwâl, p 221, 1361 HS ; Ibn Sharâshûb, al-Manâqib l Abî Tâlib, vol 4, p 44, 1379 H
  206. Ibn Sharâshûb, al-Manâqib l Abî Tâlib, vol 4, p 44, 1379 H
  207. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 64, 1417 H ; Cheikh al-Kulaynî, al-Kâfî, vol 1, p 461-462, 1363 HS ; Cheikh al-Mufîd, al-Irshâd, vol 2, p 15, 1413 H
  208. Muqadassî, Bâz pajûhî Târîkh Wilâdat wa Shahâdat Ma’sûmân, p 260, 1391 HS
  209. Cheikh al-Kulaynî, al-Kâfî, vol 1, p 461, 1363 HS ; Cheikh al-Mufîd, al-Irshâd, vol 2, p 15, 1413 H
  210. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 64, 1417 H ; Miqrîzî, Imtâ’ al-Asmâ’, vol 5, p 361, 1420 H
  211. Cheikh al-Mufîd, Masâr ash-Shî’a, p 46-47, Qom
  212. Cheikh at-Tûsî, Misbâh al-Mutahajjid, vol 2, p 790, 1411 H
  213. Cheikh at-Tabrisî; A’lâm al-Warâ, vol 1, p 403, 1417 H
  214. Ibn Shahrâshûb, al-Manâqib, vol 4, p 29, 1279 H
  215. Shahîd al-Awwal, ad-Durûs ash-Shar’îyya, vol 2, p 7, 1417 H
  216. Cheikh al-Kulaynî, al-Kâfî, vol 1, p 461, 1363 HS
  217. Muqaddasî, Yad Allah, Barrisî Wa Naqd Guzârishhâyi Târîkh Shahâdat Imam Hasan Mujtabâ (a), p 109-110, 1389 H