Imam Ali ar-Ridâ (a)

De Wiki Shia
(Redirigé depuis Imam Redha)
Aller à : navigation, rechercher
Imam Ali al-Ridâ (a)
Description de cette image, également commentée ci-après

Le sanctuaire de l’Imam ar-Ridâ (a) à Mechhed

Le huitième Imam des chiites
Surnom(s) Abu al-Hasan
Titre(s)
  • As-Sâbir
  • Ar-Razî
  • Ar-Ridâ
Naissance Le 11 Dhu al-Qa'da 148 H/ 748 A.C.
Médine
Martyre Vers la fin du moi de Safar 203 H/803 A.C.
Sépulture Mechhed
Âge 55 ans
Famille
Généalogie Ibn Mûsâ b. Ja'far b. Muhammad b. Ali b. al-Husayn b. Ali b. Abi Talib (a)
Père Imam al-Kâzim (a)
Mère Tuktâm surnomée : Tâhira ; ou Umm al-Banîn
Femme(s) Sabîka
Enfant(s)

Imamat
Durée 20 ans
Début 183 H/783 A.C.
Fin 203 H/803 A.C.
Califes contemporains
  • Al-Mamun Abassi
Compagnons

367 personnes dont :

Les Imams des chiites

L'Imam Ali (a)L'Imam al-Hasan (a)L'Imam al-Husayn (a)
L'Imam as-Sajjâd (a)L'Imam al-Bâqir (a)
L'Imam as-Sâdiq (a)L'Imam al-Kâzim (a)
L'Imam ar-Ridâ (a)L'Imam al-Jawâd (a)
L'Imam al-Hâdî (a)L'Imam al-Hasan al-'Askarî (a)L'Imam al-Mahdi (a)

Ali b. Mûsâ b. Ja‘far ar-Ridâ (a) (en arabe : أبو الحسن علي بن موسى الرضا), connu sous le nom de l'Imam ar-Ridâ (a), (en arabe : الإمام الرضا عليه السلام ) est le huitième Imam des chiites duodécimains (148 H-203 H). Il est connu sous le surnom d'Abû al-Hasan, et son titre le plus connu est ar-Ridâ. Son imamat dura 20 ans.

Il fut mené par force d'al-Mamun Abâssî à Khorasan ; et devint involontairement le prince héritier de ce dernier. Il naquit à Médine et mourut en martyr par al-Mamun à Tûs.

Le mausolée de l'Imam ar-Ridâ (a) est à Mechhed où, chaque année, de très nombreux pèlerins des quatre coins du monde se redent pour effectuer des visites pieuses. Les réunions de débat scientifiques qu'al-Mamun organisait entre lui et les autres savants religieux sont très célèbres.

Sa généalogie, sa naissance et son martyre

Sa généalogie, son surnom et ses titres

La lignée de l'Imam ar-Ridâ (a) est ainsi : Ibn Mûsâ b. Ja‘far b. Muhammad b. Ali b. al-Husayn b. Ali b. Abi Talib (a). Son surnom est Abû al-Hasan et Son titre le plus célèbre est ar-Ridâ.

Certaines sources ont déclaré qu'al-Mamun lui donna ce titre ;[1] mais Imam al-Jawâd (a), dans un hadith, a déclaré qu'Allah donna ce titre (ar-Ridâ) à son père (a).[2] As-Sâbir (en arabe : الصابر ), ar-Radî (en arabe : الرضي) et al-Wâfî (en arabe : الوافي) figurent parmi ses titres.[3]

Sa naissance et son martyre

L'anniversaire de l'Imam ar-Ridâ (a) a été rapporté jeudi ou vendredi, 11 Dhu al-Qa'da ou Dhu al-Hijja ou Rabî‘ al-Awwal du 148 H / 766 a.c. ou 153 H / 770 a.c.[4] Cheikh al-Kulaynî a rapporté l'anniversaire de l'Imam (a) en 148 H / 766 C,[5] ce qui est convenu par la plupart des historiens.[6]

Le martyre de l'Imam ar-Ridâ (a) a été rapporté vendredi ou lundi de la fin de Safar ou 17 Safar, 21 Ramadan, 18 Jumâdâ al-Ûlâ ou 23 Dhu al-Qa'da, ou la fin de Dhu al-Qa'da de 202 H / 817 a.c., 203 H / 818 a.c. ou 206 H / 821 a.c.[7] Cheikh al-Kulaynî a mentionné le martyre de l'Imam au mois de Safar de 203 H / 818 a.c. à l'âge de 55 ans.[8]

Selon la plupart des savants et historiens, l'Imam (a) est mort en martyr en 203 H / 818 a.c.[9] Tabrisî a mentionné son martyre à la fin de Safar.[10]

Selon le désaccord ci-dessus, l'âge de l'Imam (a) au moment du martyre est entre 47 et 57 ans ;[11] cependant, l'opinion la plus commune sur son âge est 55 ans.

Sa Mère

La tombe attribuée à Najma

On dit que la mère de l'Imam ar-Ridâ (a) fut une servante qui provenait de Nawba.[12]. On rapporte beaucoup de noms pour Elle.

Cheikh as-Sadûq a écrit à propos de la mère de l'Imam :

"elle était une concubine appelée Tuktam quand Imam al-Kâzim (a) lui appartenait".[13] Quand Imam ar-Ridâ (a) est né, Imam al-Kazim (a ) L'a nommé Tâhira.[14] "

Cheikh as-Sadûq dit :

"Certains ont déclaré que le nom de la mère de l'Imam ar-Ridâ (a) était Sakan an-Nawbîyya, elle s'appelait aussi Arwâ, Najma et Samâna, et son surnom était Umm al-Banîn.[15]

Dans un autre hadith, il est mentionné que la mère de l'Imam (a) était une concubine pieux appelée Najma qui a été achetée par Hamîda, la mère de l'Imam al-Kâzim (a) et douée par Imam al-Kâzim (a) qui l'a appelée Tâhira après qu'elle a donné naissance à Imam ar-Ridâ (a). On a dit que la mère de l'Imam ar-Ridâ (a) provenait de Nawba.

[Cheikh as-Sadûq]] écrit à propos de la mère de l'Imam ar-Ridâ (a):

" Sa mère fut une servante (esclave), nommée Tuktam, un nom que l'Imam Mûsâ al-Kâzim (a) a mis sur elle quand il l'a acheté. Suite à la naissance de son enfant, Ali aa-Ridâ (a), l'Imam al-Kâzim (a) la nomma "Tâhira"[16].

Ses femmes

Son épouse la plus connue est Sabîka [17] de la lignée de Mâriya une des épouse du Prophète Muhammad (s). [18]

D'après certaines sources historiques, l'Imam ar-Ridâ (a) avait épousé la fille d'al-Mamun, nommée Umm Habîb ou Umm Habîbah, et à la suite de cette proposition d'al-Mamun, ce mariage eut lieu.[19]

D'après at-Tabarî, ce mariage eut lieu autour de l'an 202 de l’hégire lunaire[20].

ses enfants

Il y a des divergences à propos de nombre des enfants de l'Imam ar-Ridâ (a). Certains disent qu'il a eu cinq fils et une fille, appelés :

  • Muhammad Qâni',
  • Al-Hasan,
  • Ja‘far,
  • Ibrâhim,
  • Al-Husayn
  • Aïcha[21].

Sibt b. Jawzî a déclaré que Imam (a) avait quatre fils avec le nom de Muhammad (Abû Ja‘far ath-Thânî), Ja‘far, Abû Muhammad Hasan, Ibrâhîm, et une fille, il n'a pas mentionné son nom.[22]

On dit que l'un des enfants de l'Imam ar-Ridâ (a) qui avait 2 ans ou moins est maintenant enterré dans Qazvin, connu sous le nom de l'Imamzada al-Husayn (a).

Selon un hadith, l'Imam ar-Ridâ (a) voyagea à cette ville en 193 H</ref> 808-809 a.c, Ja‘farîân, p. 426</ref> Cheikh al-Mufîd n'a pas mentionné d'enfants pour Imam ar-Ridâ (a) autre que Muhammad (a).[23] De plus, Ibn Shahrâshûb et Tabrisî ont la même idée.[24] Certains ont mentionné une fille pour Imam (a) appelée Fatima.[25]

Son imamat

La durée de l'imamat de l'Imam ar-Ridâ (a) fut 20 ans (du 183 H. au 203 H.); ce fut contemporain du califat d'al-Harun al-Rachid, Muhammad Amîn (3 ans et 25 jours), Ibrâhim b. Mahdi connu sous le nom de Ibn Shikla (14 jours) et al-Mamun qui régna 20 ans dont les cinq année de la fin de vie de l'Imam ar-Ridâ (a) (du 198 H. au 203 H.)[26].

Preuves de son imamat

Parmi les rapporteurs de hadiths de l'Imam Mûsâ b. Ja'far (a) concernant l'Imamat de son fils Ali (a), nous pouvons citer : Dâwûd b. Kathîr ar-Riqqî, Muhammad b. Is'hâq b. 'Ammâr, Ali b. Yaqtin, Na'im al-Qâbûsî, al-Husayn b. al-Mukhtâr, Ziyâd b. Marwân, al-Makhzûmî, Dâwûd b. Sulaymân, Nasr b. Qâbûs, Dâwûd b. Zirbî, Yazid b. Salît et Muhhamad b. Sanân[27].

en voici quelques-uns :

Dâwûd al-Riqqî rapporte avoir dit à l'Imam Mûsâ al-Kâzim (a) :

[...] après toi, qui sera l'Imam? l'Imam mentionna le nom de son fils en réponse, et dit : " Lui sera votre Imam après moi"[28].

Muhammad b. Is'hâq b. 'Ammâr dit :

" j'ai dit à l'Imam Mûsâ al-Kâzim (a):
me dirigeras tu pour que je sache de qui je devrait apprendre ma religion ? il répondit : " voilà mon fils Ali [...]"[29].

Bien que la condition concernant la transmission de l'Imamat à la fin de la vie de l'Imam Mûsâ b. Ja'far (a) fut très compliquée, mais la plupart des compagnons et disciples de l'Imam Mûsâ al-Kâzim (a) ont admit la succession de l'Imamat à l'Imam ar-Ridâ (a).

Son voyage à Khorasan

Il est rapporté que l'immigration de l'Imam ar-Ridâ (a) de Médine à Marw eut lieu en l'an 200 H[30].

Al-Ya'qûbî écrit que ce fut Mamun qui a fait venir l'Imam ar-Ridâ (a) de Médine à Khorasan, et que son envoyé chargé de cette mission fut Rajâ' b. Abu Zahhâk, un des parents de Fadl b. Sahl. Il est rapporté que l'Imam (a) a traversé la ville de Bassora pour arriver à Marw, une voie choisie exprès par al-Mamun, pour que l'Imam (a) ne passe pas des villes habitées par les chiites, par peur et anxiété des conséquences imprévues.

il est rapporté qu'al-Mamun insista que l'Imam ne passe surtout pas de Koufa, mais de Bassora, Khouzistan et Fars pour arriver à Nishapur.

Le trajet de son voyage, d'après l'atlas de shi'a fut ainsi : Médine, Naqra, Hawsaja, Nabâj, Hafr Abu-Mûsâ, Bassora, Ahwaz, Behbahan, Estakhr, Abarqû, Deh-Shir, Yazd, Kharâniq, Rubât, Nishapur, Qadamgah, Deh-surkh, Tûs, Sarakhs, Marw.

Dans ce trajet, un événement célèbre eut lieu à Nishapur, au cours duquel l'Imam récita le célébre hadith de Silsilaف aص-Zahab (سلسلة الذهب).

Cheikh al-Mufîd écrit :

al-Mamun invita un groupe de la lignée de Abu Talib de Médine à Marw, dont l'Imam ar-Ridâ (a).

D'après Cheikh al-Mufîd, l'agent d'al-Mamun chargé de cette mission fut al-Julûdî. Il précise qu'al-Mamun plaça l'Imam ar-Ridâ (a) dans une maison indépendante et le honora avec beaucoup de respect.

Imam ar-Ridâ (a) et al-Mamun Abassi

Il est rapporté que suite à l'installation de l'Imam ar-Ridâ (a) à Marw, al-Mamun lui envoya ce message :

" Je voudrais démissionner et te confier le califat, qu'en penses tu?".

L'Imam lui montra strictement son désaccord. Al-Mamun lui proposa alors sa succession. L'Imam le refusa strictement aussi.

Ensuite, al-Mamun lui dit avec amertume :

" Umar ibn al-Khattab a effectué une réunion de six personnes dont ton ancêtre, Ali b. Abi Talib ; il y a conclu des conditions à respecter, et a dit celui qui désobéit, se fera décapiter. Tu n'as donc qu'accepter ce que je te demande!"

L'Imam lui répondit :

"J'accepte alors! mais à la condition de ne pas être obligé ni de donner des ordres, ni d'empêcher, ni juger, ni nommer, ni retirer, ni changer la place de quoi que ce soit!".

Al-Mamun accepta cette condition[31].

Il est rapporté qu'ainsi, un lundi, le sept ramadan de l'an 201 H, al-Mamun nomma l'Imam ar-Ridâ (a) comme son vice-calife, et que ce fut un grand jour où al-Mamun demanda aux chiites, qui se vêtaient jusqu'au là en noir (d'après la tradition de Abû Muslim al-Khurâsânî ou en signe de deuil pour les martyres des Ahl al-Bayt (a)), de se mettre en vert. Tous les musulmans se mirent en vert sauf Ismaïl b. Ja'far b. Sulayman b. Ali Hâshimî[32].

Al-Mamun envoya ensuite la bonne nouvelle à La Mecque. Ibrahim b. Mûsâ b. Ja'far, le gouverneur de cette ville, la bien reçut, les mecquois firent allégeance avec l'Imam ar-Ridâ (a) et se vêtirent en vert aussi. [33]Le pouvoir qu'al-Mamun a voulu confier à l'Imam ar-Ridâ (a) avait une importance stratégique pour lui. Il régnait à Marw et al-Hasan b. Sahl gouvernait l'Iraq. Alors qu'un groupe des Alides y tentait une révolte, et puisque les gens de l'Iraq n'étaient pas contents du gouvernement de Hasan b. Sahl, ils joignaient les Alides.

Cette situation inquiétait beaucoup Mamun. Il parait que la raison de sa persévérance auprès de l'Imam ar-Ridâ (a) afin de lui

Analyse du rapport entre l'Imam ar-Ridâ (a) et al-Mamun

Confier le pouvoir, était d'empêcher la révolte, et d'avoir l'allégeance des Sâdât (les descendants des Imams (a)).

Le rôle politique de l'Imam ar-Ridâ (a) est un des plus important événement durant sa vie. Cet événement demande une analyse profonde des événements politiques dès le début de l'islam, les califats des Umayyades, et la manière dont les Abbassides ont pris le pouvoir, et surtout le rapport très complexe entre les Abbassides et les Alides.

Débats

Mamun organisait de nombreux séances de débats entre les autorités scientifiques. Lors de ces séances, de nombreux débats sont effectués entre l'Imam ar-Ridâ (a) et les autres, notamment autour des questions doctrinales et juridiques. Une partie de ces débats est rapportée par Tabarsi dans son célèbre livre al-Ihtijâj. certains de ces débats sont les suivants à propos de [34]:

Oeuvres attribuées à l'Imam ar-Ridâ (a)

Il existe un très riche corpus de hadiths et récits attribués à l'Imam ar-Ridâ (a), ou des réponses à des questions précises qui avaient été posées à L'Imam ar-Ridâ (a). Ces propos sont réunis dans des livres comme par exemple : 'Uyûn Akhbâr al-Ridha.

En plus de ce corpus, certains auteurs ont attribués des livres à l'Imam ar-Ridâ (a), mais l'authenticité de ces attributions n'est pas approuvée. Parmi ces livres nous pouvons mentionner : al-Fiqh ar-Radawî, mais les savants chiites n'ont pas admit qu'il soi écrit par l'Imam ar-Ridâ (a)[35].

Un autre livre attribué est : Risâlat adh-Dhahabîyya à propos de la médecine, de nombreux savants ont écrit des commentaires sur ce livre[36].

Un autre livre attribué à l'Imam ar-Ridâ (a) est Sahîfat ar-Ridâ à propos de Fiqh, dont l'attribution n'est pas tout à approuvée par les savants chiites[37].

Mentionnons également le livre intitulé Mahz al-Islâm wa Sharâyi' ad-Din. A propos de l'attribution de ce livre à l'Imam ar-Ridâ (a), non plus, les savants chiites ne sont unanimes[38].

Ses compagnons et ses disciples initiés

Certains auteurs ont compté 367 compagnons et disciples pour l'Imam ar-Ridâ (a). Parmi ses gens nous pouvons mentionner :

Voir également

Les Imams chiites

Les Quatorze infaillibles

Références

  1. Mufîd, vol. 2, p. 261 ; Ibn Shahrâshûb, v. 4, p. 363
  2. Sadûq, ‘Uyûn, v. 1, p. 13
  3. ’Amîn, v. 2, p. 545
  4. Fazl allah, p. 43
  5. Al-Kulaynî, v. 1, p. 486
  6. ‘Âmilî, p. 168
  7. Fadl Allah, p. 43
  8. Kulaynî, v. 1, p. 486
  9. ‘Âmilî, p. 169
  10. Tabrisî, p. 41
  11. Qarashî, v. 2, p. 3-5
  12. Ja‘fariân, 1381, p. 425
  13. Sadûq, vol. 1, p. 26
  14. Cheikh as-Sadûq, vol. 1, p. 27
  15. Sadûq, vol. 1, p. 30-31
  16. Cheikh as-Sadûq, vol.1, p.27
  17. Tabarsî, 1417, p. 91
  18. Cheikh al-Kulaynî, al-Kâfî, vol. 1, p. 492
  19. Yâfi‘î, v. 2, 1417, p. 10
  20. Tabarî, Muhammad b. Jarîr, Târikh, vol. 7, p. 149, Bayreuth
  21. Fadl-Allah, ibid., p. 44
  22. Ibn Jawzî, p. 123
  23. Cheikh al-Mufîd, p. 464
  24. Fadhlallah, p. 44
  25. Qumî, p. 1725-1726
  26. Tabarsî 1417 h.l., vol. 2, pp. 41-42
  27. al-Mufîd, ibid. p. 448
  28. al-Mufîd, ibid. p. 448
  29. al-Mufîd, ibid. p. 448
  30. Erfân-Manish, 1374, p.18
  31. Cheikh al-Mufîd, Ibid. p. 455-456
  32. Ya'qubi, Ibid. p. 465
  33. Ya'qubi, Ibid. p. 466
  34. Tabarsi, 1403, vol.2, p. 369 et les suivantes
  35. Fadl Allah, 1377, p.187
  36. Fadhl Allah, 1377, p.191-196
  37. Fadhl Allah, 1377, p.191-196
  38. Fadhl Allah, 1377, p.197-198


Bibliographie

  • Ibn Jawzî, Sibt, Tadhkirat al-Khawâs Mim al-’Ummat Fî Dhikr Khasâ’is al-A’immat, Qum, Manshûrât ash-Sharîf ar-Radî, s.d.
  • Ibn Hibbân, Muhammad, Ath-Thiqât, vol. 8, L'inde, Matba‘at Majlis Dâ’irat al-Ma‘ârif al-'Uthmânîyya bi-HaydarÂbâd, 1402 de l’hégire lunaire.
  • Ibn ShahrÂshûb, Muhammad b. Ali, Manâghib Âl Abî Talib, Qum, Allâmeh, 1379 de l’hégire lunaire.
  • Ibn Najjâr al-Baghdâdî, Dayl Târîkh Baghdâd, travail de recherches : Mustafâ ‘Abd al-Qâdir Yahyâ, vol. 4, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-‘Ilmîyya, 1417 de l’hégire lunaire / 1997 a.c.
  • ’Amîn, Sayyid Muhsin, A‘yân ash-Shî‘a, Beyrouth, Dâr al-Ta’âruf li-l-Matbû‘ât, 1418 de l’hégire lunaire / 1998 a.c.
  • Ja’farîyân, Rasûl, Atlas-e Shî‘a, Téhéran : Sâzmân Jughrâfîya’î Nîrûhâye Musallah, 1387 de l’hégire solaire.
  • Ja’farîyân, Rasûl, Hayât-e Fikrî wa Sîyâsîy-e Imamân-e Shî‘a (a), Qum, Ansârîyân, 1381 de l’hégire solaire.
  • Ja’farîyân, Rasûl, Hayât-e Fikrî wa Sîyâsîy-e Imamân-e Shî‘a, Qum, Ansârîyân, 1376 de l’hégire solaire.
  • Husaynî, Ja’far Murtadâ, Zendegîy-e Sîyâsîy-e Hashtumîn Imam, Traduction : Sayyid Khalîl Khalîlîyân, Téhéran : Daftar-e Nashr-e Farhang-e Islâmî, 1381 de l’hégire solaire.
  • Sadr Hâj Seyyed Jawâdî, Ahmad, Dâ’irat al-Ma‘arif Tashayyu‘, Téhéran, Bunyâd Islâmî, 1366 de l’hégire solaire.
  • Dakhîl, Alî Muhammad Alî, A’îmmatunâ : Sîrat al-A’immat al-Ithna ‘Ashar, al-Juz’ ath-Thânî (chap. 2), Qum: Mu’assisat Dâr al-Kitâb al-Islâmî, 1429 de l’hégire lunaire / 2008 a.c.
  • Dehkhodâ, Alî Akbar, Loghat Nâmeh Dehkhodâ, vol. 8, Téhéran: Université de Téhéran, 1377 de l’hégire solaire.
  • Suyûtî, Jalâl ad-Dîn, ‘Abd ar-Rahmân b. Abî Bakr, Târîkh al-Khulafa’, travail de recherches : Muhammad Muhyi’ ad-Dîn ‘Abd al-Hamîd, s. d, s. l.
  • Sadûq, Muhammad b. Ali b. Bâbiwayh Qumî, ‘Uyûn Akhbâr al-Ridhâ, Traduction : Ali Akbar Ghaffârî, 2 vol, Téhéran : Nashr-e Sadûq, 1373 de l’hégire solaire et Téhéran: Nashr-e Jahân, 1378 de l’hégire lunaire.
  • Tabrisî, Fadhl b. Hasan, I‘lâm al-Warâ bi-A‘lâm al-Hudâ, Qum : Mu’assisat Âl al-Bayt li-Ihyâ’ at-Turâth, 1417 de l’hégire lunaire.
  • Tabrisî, Abî Mansûr Ahmad b. Ali b. Abû Talib, al-Ihtijâj ‘Alâ Ahl al-Lijâj, travail de recherches : Sayyid Muhammad Bâghir Mûsawî Khorsân, vol. 2, Mechhed : Sa‘îd, 1403 de l’hégire lunaire.
  • Tabarî, Muhammad b. Jarîr, Târîkh al-’Umam wa al-Mulûk, v. 7, Beyrouth : Mu’assisat ’A‘lamî li-l-Matbû‘ât, s. d.
  • ‘Âmilî, Sayyid Ja‘far Murtadhâ, al-Hayât as-Sîyâsiyyat li-l-Imam Ridhâ (A), Beyrouth: al-Markaz al-Islâmî li-ad-Dirâsât, 1430 de l’hégire lunaire.
  • ‘Erfân Manesh, Jalîl, Joghrâfîay-e Târîkhîy-e Hijrat-e Imam ar-Ridâ (a) (A) Az Madîneh Tâ Marw, Mechhed : Âstân Quds Razavî, Bunyad Pazhûhesh-hâye Islâmî, 1374 de l’hégire solaire.
  • ‘Asqalânî, Ibn Hajar, Tahzîb at-Tahzîb, v. 7, Beyrouth : Dâr Sâdir.
  • ‘Atârudî, Musnad al-Imam ar-Ridhâ, al-Juz’ al-Avval (chap. 1), Beyrouth: Dâr as-Sifvat, 1413 de l’hégire lunaire / 1993 a.c.
  • Fazlallah, Muhammad Jawâd, Tahlîlî az Zendagânî-ye Imam Ridâ, Traduction : Muhammad Sâdeq ‘Âref, Mechhed, Âstân Quds Razawî, 1377 de l’hégire solaire.
  • Al-Qarashi, Baqir Sharif, Hayât al-Imam Ali ibn Mûsa ar-Ridâ, chap. 2, ed. Mehr-e Deldâr, 1429 de l’hégire lunaire / 2008 a.c.
  • Qumî, Shaykh Abbâs, Muntahâ al-’Âmâl, travail de recherches : Nâser Baqerî Bîdhandî, Qum : Dalîl, 1379 de l’hégire solaire.
  • Al-Kulaynî, Muhammad Ibn Yaqûb, al-Kâfî, travail de recherches : ʿAlî Akbar Ghaffârî, Téhéran : Dâr al-Kutub al-Islâmîyya, ed. 5, 1363 de l’hégire solaire.
  • Al-Kulaynî, Muhammad Ibn Yaqûb, al-Kâfî, travail de recherches : Muhammad Âkhundî et ʿAlî Akbar Ghaffârî, Téhéran : Dâr al-Kutub al-Islâmîyya, s.d.
  • Mutahharî, Murtadhâ, Majmû‘eh Âthar, vol. 18, Téhéran / Qum : Sadrâ 1381 de l’hégire solaire.
  • Shaykh al-Mufîd, Muḥammad b. Muḥammad b. Nuʿmân, Al-Irshâd fî Maʿrifat Hujaj Allâh ʿAlâ al-ʿIbâd, Qum : Sa‘îd b. Jubayr, 1428 de l’hégire lunaire et Qum : Congrès de Shaykh Mufîd, 1413 de l’hégire lunaire.
  • Nubakhtî, Hasan b. Mûsâ, Firaq ash-shî‘a, par : Sayyid Muhammad Sâdeq ’Âl Bahr al-‘Ulûm, Najaf, al-Maktaba al-Murtadhavîya, 1355 de l’hégire lunaire.
  • Yafi‘î, ‘Abd allah b. ’As‘ad, Mir‘ât al-Jinân wa ‘Ibrat al-Yaqzân Fî Ma‘rifat Ma Ya‘tabir Min Havâdith Az-Zamân, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-‘Ilmîyya, 1417 de l’hégire lunaire.
  • Ya'qubî, Ahmad b. ‘Abî Ya‘qûb, Târikh Ya‘qûbî, vol. 2, Traduction : Âyatî, Muhammad Ibrâhîm, Téhéran, Enteshârât ‘Ilmî va Farhangî, 1378 hégira solaire.