Imam Ja'far al-Sâdiq (a)

De Wiki Shia
(Redirigé depuis Imam Sâdiq (a))
Aller à : navigation, rechercher
Imâm Ja’far al-Sâdiq (a)
Description de cette image, également commentée ci-après

Les tombes des quatres Imams au cimetière d'Al Baqi' à Médine

Le sixième Imam des chiites
Surnom(s) Abu Abdallah
Titre(s)
  • Sâbir
  • Tâhir
  • Fâdhil
  • Sâdiq
Naissance Le 17 Rabi’ al-Awwal 83 H/ 683.
Médine
Martyre Le 25 Chawal 148 H/748
Sépulture Baqi’
Âge 65 ans
Famille
Généalogie b. Imam Sadiq b. Imam Baqir b. Imam Sajjad b. Imam Hussayn b. Imam Ali (a)
Père Imam Bâqir (a)
Mère Umm Farwah
Femme(s) Najma et certaines d'autres
Enfant(s)

37 enfants y compris:

Imamat
Durée 35 ans
Début 148H/765
Fin 183H/799
Califes contemporains
  • Manûr Dawaniqi
  • Mahdi Abbasi
  • Hadi Abbâsi
  • Harûn Al-Rachid
Compagnons
  • Hammad b. Îssa
  • Ali b. Yaqtin
  • Aû Salt Al-Hîraûi
  • Safwan b. Yahya
  • Aban b. Othman
  • Hîsham b. Hakam
  • Safwan b. Mîhran
  • Mufadal b. Umar
  • Etc...

Les Imams des chiites

L'Imam Ali (a)L'Imam al-Hasan (a)L'Imam al-Husayn (a)
L'Imam as-Sajjâd (a)L'Imam al-Bâqir (a)
L'Imam as-Sâdiq (a)L'Imam al-Kâzim (a)
L'Imam ar-Ridâ (a)L'Imam al-Jawâd (a)
L'Imam al-Hâdî (a)L'Imam al-Hasan al-'Askarî (a)L'Imam al-Mahdi (a)

Ja’far b. Muhammad connu sous le nom de l’Imam as-Sâdiq (a) (83-148 H), est le sixième Imam des chiites duodécimains et le cinquième Imam des Ismaélites.

Durant son Imamat fut coïncidé avec les califats de cinq derniers califes Omeyyades (c’est-à-dire Hicham b. Abd al-Malik et après lui) et de deux premiers califes Abbassides (al-Saffah et al-Mansur ad-Dawânîqî).

A cause de la faiblesse du gouvernement abbasside, l’Imam as-Sâdiq (a) avait plus d’activité scientifique que les autres Imams des chiites.

Les élèves et narrateurs de hadiths de l’Imam as-Sâdiq (a) furent 4 000 personnes environs.

La plupart des hadiths chiites furent rapportés par l’Imam as-Sâdiq (a) et pour cette raison, l’école chiite aussi connu sous le nom de chiite Ja’farî ou de l’école Ja’farî.

L’Imam as-Sâdiq (a) a un statut élevé chez les imams des quatre écoles sunnites. Abu Hanifa et Malik ibn Anas furent parmi les rapporteurs des hadiths de lui. Abu Hanifa dit que l’Imam as-Sâdiq (a) est le plus savant parmi les musulmans.

En 1378 H, Cheikh Mahmûd Shaltût, le chef de l’université al-Azhar présenta l’école Ja’farî comme un école islamique légitime.

Malgré la faiblesse des Omeyyades et les demandes des chiites, l'Imam as-Sâdiq (a) ne révolta pas contre contre le gouvernement.

Il n’accepta pas la demande d’Abu Muslim al-Khorasani et Abu Salama, qui lui ont demandé de prendre en charge le califat.

L’Imam (a) ne participa pas à la révolte de son oncle, Zayd b. Ali. Il a également interdit les chiites du soulèvement.

Il n'avait pas non plus de bonnes relations avec les califes de son époque, et faisait du Taqîyya à cause de pressions politiques des gouvernements Omeyyades et des abbassides et la conseillait à ses partisans.

En raison d’avoir des relations avec les chiites, de répondre à leurs questions et leurs demandes et collecter le khums et la Zakat ; l’Imam as-Sâdiq (a) fonda l'organisation l’organisation des représentants. Les activités de cette organisation se sont étendues au cours des Imams suivants, et ont atteint un sommet en l'Occultation mineur.

A l’époque de l'Imam as-Sâdiq (a), les Ghulat (les gens qui exagèrent sur les Imams) étaient très actif. L'Imam (a) a opposé avec les pensées des Ghulât et les a présenté comme des mécréants et des polythéistes.

Par ordre du gouvernement abbasside, l'Imam as-Sâdiq (a) voyagea en Irak et visita Karbala, Nadjaf et Koufa. Il montra à ses compagnons la tombe de l'Imam Ali (a) qui fut inconnue jusqu'à ce temps-là.

Plusieurs savants chiites croient que l’Imam as-Sâdiq (a) fut empoisonné et martyrisé par l’ordre d’al-Mansur ad-Dawânîqî.

Selon les sources de hadiths, l’Imam as-Sâdiq (a) présenta son fils, l’Imam al-Kâzim (a) comme son successeur ; mais pour protéger la vie de lui, nomma cinq personnes y compris le calife abbasside comme ses successeurs.

Après le martyre de l’Imam as-Sâdiq (a), les chiites furent divisés en différentes sectes comme Fatahîyya, Nâwûsîyya et ismaélisme.

Plus de 800 livres sont écrits sur l’Imam as-Sâdiq (a). Les deux livres Akhbâr as-Sâdiq ma’a Abî Hanîfa et Akhbâr as-Sâdiq ma’a al-Mansûr écrit par Muhammad b. Wahbân ad-Dabîlî (4 H), sont les plus anciens parmi eux.

Certains autres livres sont : Zindigânî Imam Sâdiq Ja’far b. Muhammad (a) écrit par Sayyid Ja’far Shahîdî, al-Imam as-Sâdiq (a) wa al-Madhâhib al-Arba’a écrit par Asad Haydar, Pîshvâyi Sâdiq écrit par Sayyid Ali Khamenei, Mawsûat al-Imam as-Sâdiq (a) écrit par Bâqir Sharîf Qarashî.

Généalogie

Ja’far b. Muhammad b. Ali b. al-Husayn b. Ali b. Abî Talib (a) est le sixième Imam des chiites duodécimains et le cinquième Imam des ismaélisme.

Son père fut l’Imam al-Bâqir (a) et sa mère fut Umm Farwa, la fille de Qâsim b. Muhammad b. Abu Bakr.

Le surnom le plus connu de l’Imam as-Sâdiq (a) est Abû ‘Abd Allah (se réfère à son deuxième fils, 'Abd Allah al-Aftah). Abû Ismâ’îl (se réfère à son fils aîné, Ismâ'îl) et Abû Mûsâ (se réfère a son fils Mûsâ al-Kâzim (a)) sont deux autres surnoms mentionnés pour l’Imam as-Sâdiq (a).

Son titre le plus célèbre est as-Sâdiq («véridique»). Selon les hadiths, le Prophète (s) donna ce titre pour le distinguer de Ja’far al-Kadhdhâb.

Malik b. Anas, Ahmad b. Hanbal et al-Jâbhiz mentionnèrent aussi ce titre pour l’Imam (a).

Sa vie

L’Imam as-Sâdiq (a) naquit le 17 Rabî’ al-Awwal, l’an 83 H, à Médine et en l’an 148 H à l’âge 65 ans, y mourut en martyre.

Certains disent qu’il naquit en l’an 80 H. Ibn Qutayba ad-Dînawarî mentionna la date de son martyre en l’an 146 H, mais le considèrent comme une erreur dans l’écriture.

Il y a des différents opinions sur le jour et le mois de du martyre de l’Imam as-Sâdiq (a).

La plupart des ulémas chiites (tant les anciens que ceux de l’époque récente) remarquent qu’il tomba en martyre au mois de Shawwâl, mais ne mentionnèrent le jour de son martyre., les sources récents considèrent le 25 Shawwâl comme le jour de son martyre.

épouses et les enfants

Cheikh al-Mufîd cita dix enfants et quelques épouses pour l’Imam as-Sâdiq (a) :

épouses Généalogie enfants explication
Hamîda Fille de Sâ'id ou Sâlih Kâzim (a), Ish'âq, Muhammad L'Imam al-kâzim (a) est le Septième Imam des chiites.
Fatima Fille de Husayn b. Ali b. Huasyn (a) Ismâ'îl, 'Abd Allah al-Aftah, Umm Farwa 'Abd Allah al-Aftah ptétandait que Imamat après le martyre de son prère et a formé le culte de Fatahîyya. Ismâ'îl est mort avant le maytyre de don père, mais certains disent qu'il ne mort pas et ont formerent le culte d'ismaélisme.
autres femmes Abbâs, Ali, Fatima, Asmâ'

Durant son Imamat

La vie de l’Imam as-Sâdiq (a) coïncidait avec les califats des 10 derniers califes Omeyyades y compris : Umar b. ‘Abd al-’Azîz et Hicham b. Abd al-Malik et des deux premiers califes Abbassides, c’est-à-dire al-Saffah et al-Mansur ad-Dawânîqî.

L'Imam as-Sâdiq (a) a accompagné avec son père, l’Imam al-Bâqir (a), lors de son voyage à al-Cham , quand ce dernier a été convoqué par Hicham ibn Abd al-Malik.

Durant l’imamat de l’Imam as-Sâdiq (a) fut simultané avec les califats de cinq derniers califes Omeyyades, c’est-à-dire Hicham ibn Abd al-Malik et après lui et de deux premiers califes abbassides, c’est-à-dire al-Saffah et al-Mansur ad-Dawânîqî.

A cette époque-ci, le gouvernement Omeyyades est devenue si faible qu’il a finalement été renversé et le gouvernement Abbasside atteint au pouvoir.

A cause de la faiblesse des gouvernements, l’Imam as-Sâdiq (a) avait une bonne opportunité pour faire l’activité scientifique. Cette occasion n’existait que dans la troisième décennie du deuxième siècle de l’Hégire. Mais, avant ceci, à l’époque des Omeyyades et après cela (à l’époque des Abbassides) en raison de la révolte d’an-Nafs az-Zakîyya et son frère, Ibrâhîm, l’Imam (a) et ses partisans étaient sous une grande pression par les gouvernements.

Preuves de son Imamat

D'après les chiites, l'Imam (a) est nommé seulement par Dieu et que le Prophète (s) ou l’Imam (a) précédent doivent le présenter comme son successeur.

Le Cheikh al-Mufîd écrit :

«En plus du testament de l'Imam al-Bâqir (a) à propos de l'Imamat de son fils, J'afar (a), la prééminence de ce dernier dans la science, dans l'ascèse et dans la pratique, par rapport à tous ses frères et cousins et d'autres hommes de son époque, est une autre preuve de son Imamat en soi».

Afin de démontrer l’Imamat de l’Imam as-Sâdiq (a), Cheikh al-Kulaynî rapporta plusieurs hadiths dans son livre, al-Kâfî.

Organisation des représentants

En raison de la dispersion des chiites dans différentes parties des territoires Islamiques et de la difficulté d'être directement en contact avec l'Imam (a), l'Imam as-Sâdiq (a) nomma un certain nombre de représentants (wakîl) pour différentes régions.

Certaines activités de cette organisation : recevoir des biens légaux tels que Khums, Zakat, les vœux et les cadeaux des chiites pour l’Imam (a), examiner leurs problèmes, établir des relations entre l’Imam (a) et les chiites et répondre à leurs questions religieuses.

Les activités de cette organisation se sont étendues au cours des Imams suivants, et ont atteint un sommet en l'Occultation mineur avec Quatre Représentants et fini avec le décès de quatrième représentant, Ali b. Muhammad as-Samurî.

Opposition au Ghulat

À l'époque de l'Imam al-Bâqir (a) et de l'Imam as-Sâdiq (a), les Ghulât ont étendu leurs activités. Ils croyaient que les Imams sont Dieu ou le prophète.

L'Imam as-Sâdiq (a) a rejeté fortement cette pensés ; il a interdit à ses partisans de fréquentation avec les Ghulât et les a présentés comme pervers, infidèles et polythéistes.

Selon un hadith, l'Imam (a) a dit :

« Ne fréquentez pas avec eux, ne mangez pas, ne buvez pas et ne leur donnez pas de poignée de main. »

L'Imam (a) a averti les chiites envers de leurs jeunesse et dit :

« Attention, les Ghulât n’égarent pas vos jeunesse. Ils sont les pires serviteurs de Dieu, ils rabaissent la grandeur de Dieu, et ils attribuent la seigneurie aux serviteurs de Dieu. »

Activités scientifiques

Afin d’affaiblir les Omeyyades à l'époque de l'Imam as-Sâdiq (a), il se trouva une situation pour manifester les opinion et les croyants et de nombreuses discussions scientifiques ont eu lieu sur divers sujets.

Cette liberté religieuse et scientifique que s'est rarement produite au temps des autres Imams (a), provoque que les compagnons de l’Imam (a) participaient librement à des discussions scientifiques. Cette occasion entraînait que rapporté plusieur hadiths de l’Imam (a) dans les différents demains.

D’après Ibn Hajar al-Haytamî, les gens apprenaient et transmettaient beaucoup de connaissances de sa part, et sa célébrité s'étendait partout.

Abû Bahr al-Jâhiz a également écrit que ses connaissances et sa jurisprudence (le fiqh) ont rempli le monde.

Hasan b. Ali al-Washshâ' rapporta qu'il vit neuf cents personnes dans la mosquée de Koufa qui transmettaient des hadiths de l'Imam as-Sâdiq (a).

Ecole Ja'farîde

Il est rapporté de l’Imam as-Sâdiq (a) plusieurs hadiths sur Usûl ad-Dîn (princes de la religion) et Furû’ ad-Dîn ( princes secondaires de la religion) que d’autres Imams et il avait aussi beaucoup des narrateurs de hadith que d’autres Imams.

Selon al-Irbilî, le nombre de personnes qui lui ont transmis des hadiths atteint au 4 000.

Abân b. Taghlib dit :

« Chaqu fois que les chiites avaient divergence sur la parole du Prophète (s), ils se référent au parole de l’Imam Ali (a) et chaqu fois qu’ils avaient divergence au parole de ce dernier, ils se référent au parole de l’Imam as-Sâdiq (a).

Les chiites imamites connus sous le nom de chiite Ja’farîde car, il est rapporté plusieurs hadiths théologiques et jurisprudentielles de l’Imam Ja’far as-Sâdiq (a).

Aujourd’hui, l’Imam as-Sâdiq (a) connu comme le chef de l’école Ja’farîde.

En 1378 H, Cheikh Mahmûd Shaltût, le chef de l’université d’al-Azhar, présenta l’école Ja’farîde comme un école islamique légitime.

Débat et discours

Dans les sources chiites rapportèrent les discours et les débats de l’Imam as-Sâdiq (a) avec les savants d'autres religions.

Dans certains débats, en présence de l’Imam as-Sâdiq (a), ses élèves débattaient dans les domains qui étaient spécialistes avec les autres. Cette réunion se sont tenus sous la supervision de l’Imam (a) et parfois, lui-même entra dans la discussion. Par exemple, un savant de Damas demanda la discussion avec les élèves de l’Imam as-Sâdiq (a), ce dernier demanda à Hishâm b. Sâlim pour avoir un débat avec lui sur la théologie.

Dans un autre débat, l’Imam (a) dit à une personne qui voulait discuter avec lui de débattre en premièrement avec les élèves. Il débattit avec Humrân b. A’yan sur le Coran, avec Abân b. Taghlib sur le syntex arabe , avec Zurâra sur le Fiqh et avec Mu’min at-Tâq et avec Hishâm b. Sâlim sur la théologie et a été vaincu par chacun d'eux.

Ahmad b. Ali at-Tabrisî dans le livre al-Ihtijâj recueilla certains débats de l’Imam as-Sâdiq (a) y comris :

  • Un débat avec un athée sur l'existence de Dieu
  • Un débat avec Abû Shâkir ad-Daysânî sur l'existence de Dieu
  • Un débat avec Ibn Abi al-’Awjâ' sur l'existence de Dieu
  • Un débat avec Ibn Abi al-’Awjâ' sur la création du monde dans le temps
  • Un long débat avec un athée sur différentes questions religieuses
  • Un débat avec Abu Hanifa al-Numan ibn Thabit sur la méthodologie de la jurisprudence, en particulier sur l'analogie.
  • Un débat avec des savants Mutazilites sur la façon de choisir un gouverneur et sur certains préceptes religieux.

Attitude politique

La vie de l’Imam as-Sâdiq (a) coïncidait avec les dix derniers califes Omeyyades y compris : Umar ibn Abd al-Aziz, Hicham ibn Abd al-Malik et avec les deux premiers califes Abbassides, c’est-à dire al-Saffah et al-Mansur ad-Dawânîqî.

Il était accompagné de son père, l’Imam al-Bâqir (a), en voyage en Syrie, à la demande de Hicham bin Abd al-Malik.

Durant son Imamat correspondait avec les gouvernements de cinq califes Omeyyades, c’est-à-dire Hicham ibn Abd al-Malik et après lui et avec celui de deux premiers califes Abbassides.

S'abstenir de soulèvement

Malgré la faiblesse et fragmentation des Omeyyades à son époque, l’Imam as-Sâdiq (a) s'est abstenu à participer des soulèvements et des conflits politiques et il n'a même pas accepté l'invitation au califat.

Selon ash-Shahristânî, Abu Muslim al-Khurâsânî envoya une lettre à l'Imam (a) après la mort d'Ibrâhîm al-imam, appelant l’Imam (a) comme la plus digne pour le statut du califat et l’invitant à accepter le califat. Mais, l'Imam (a) lui a écrit :

« Tu n’es pas l'un de mes partisans et le temps n'est pas mon temps. »

Abû Salama a également écrit une lettre similaire à l'Imam (a) et ce dernier en réponse de lui, a brûlé la lettre. L'Imam as-Sâdiq (a) n'a même pas participé au soulèvement de son oncle, Zayd b. Ali.

Selon un hadith, l'Imam (a) a mentionné le manque de fidèles comme la raison pour laquelle, il a refusé les révoltés.

  • Différend avec Abd Allah b. al-Hasan al-Muthannâ

Au dernières années du gouvernement Omeyyades, un groupe de Banu Hachim y compris : Abd Allah b. al-Hasan al-Muthannâ et ses fils , al-Saffah et al-Mansur ad-Dawânîqî se groupèrent à al-Abwâ’ pour faire allégeance avec une personne parmis eux, dans leur révolte contre le gouvernement.

Dans cette réunion, Abd Allah présenta son fils, Muhammad comme le dernier imam, (l’Imam al-Mahdi (a)) et demanda de faire l'allégeance avec lui.

Quand, l’Imam as-Sâdiq (a) a été informé de cette histoir dit :

« Ton fils n’est pas al-Mahdi et maintenant n’est pas le temps de l'apparition d’al-Mahdi ».

Abd Allah fâchait de cette parole de l’Imam (a) et il l'a accusé de jalousie.

L’Imam as-Sâdiq (a) jura qu'il ne parle pas de jalousie et dit que ses fils seront tués et qu’al-Mansur et al-Saffah atteindront au pouvoire.

Relation avec les gouvernement

Bien que l'Imam as-Sâdiq (a) ne participait pas des révoltes contre les califes, il n'avait pas de bonnes relations avec eux. Quand l'Imam as-Sâdiq (a) accompagné son père, l’Imam al-Bâqir (a), ont été en pèlerinage, il a présenté les Ahl al-Bayt (a) comme les élus de Dieu et a mentionné l'hostilité du calife Hicham b. Abd al-Malik envers des Ahl al-Bayt (a).

En réponse d’al-Mansur ad-Dawânîqî, qui avait demandé à l'Imam as-Sâdiq (a) de lui rendre visite comme les autres, l'Imam (a) a écrit :

« Nous n'avons rien à te craindre, tu n'as rien de l'au-delà pour lequel, nous avons des espérances en toi, tu n'es pas dans une bénédiction que nous te féliciter et tu ne pense pas que tu es dans l'affliction pour toi envoyer nos condoléances, alors pourquoi devons-nous être autour de toi ?».

Brûler la maison de l'Imam as-Sâdiq (a)

Quand, al-Hasan b. Zayd était le gouverneur de Médine et de La Mecque incendiait la maison de l’Imam as-Sâdiq (a), selon ce hadith la porte et le couloir de la maison ont été brûlé dans le feu et l'Imam (a) est sorti de la maison en passant le feu en disant :

« Je suis le fils des Racines de la terre (surnom d’Ismaël (a)), je suis le fils d'Abraham , l'Ami de Dieu ».

Utilisation de Taqîyya

À l'exception de la troisième décennie du deuxième siècle de l’Hégire qui coïncidait avec la chute du califat Omeyyade, les califes omeyyades et celles d’Abbasside surveillaient toujours les activités de l’Imam (a) et ses partisans.

A la fin de la vie de l’Imam (a), la pression politique sur lui est augmentée. Selon certains hadiths, les soldates d'al-Mansur ad-Dawânîqî, poursuivaient les personnes qui ont lié avec l’Imam (a) et les décapitaient.

Pour cette raison, l’Imam (a) et ses compagnons pratiquaient la méthode de Taqîyya.

L'Imam as-Sâdiq (a) conseillait à Sufyan ath-Thawrî, venu lui rendre visite, de se rendre, car ils étaient sous surveillance du gouvernement. Selon un autre hadith, l’Imam (a) demandait à Abân b. Taghlib de répondre aux questions jurisprudentielles des gens en leur donnant les opinions des érudits sunnites, afin de ne pas être persécutés. En outre, plusieurs hadiths ont été transmis par l'Imam al-Sâdiq (a), qui soulignent l'importance de la taqîyya, selon lesquels la taqîyya équivaut à la prière .

Une sélections de paroles de L'Imam Sâdiq

  • En réponse d'un homme qui lui demanda de lui apprendre quelque chose de courte pour son bien du monde et de l'au-delà, il dit : " Ne mens pas!" [1].
  • On lui demanda : "Pourquoi Dieu a interdit le rubâ (gain sur l'argent emprunté)?", il répondit : " Pour que les gens ne se retiennent pas les uns les autres, de donner et de partager"[2].
  • Il dit : " Si quelqu'un a besoins de moi, je me précipite pour lui répondre, avant qu'il change d'avis, ou avant qu'il lui soit tard! [3].
  • Il dit : " les Fuqahâ (le juriste-théologien) sont les gens confidentiels auprès des prophètes; si vous les voyez se rapprocher au pouvoir (et vers les gens de pouvoir), accusez-les! " [4].

Ses compagnons et ses disciples initiés

Les disciples initiés et compagnons proches de l'Imam Sâdiq sont quelque quatre milliers de personnes. L'auteur de Kashf al-Ghama en a mentionné certains à savoir : Yahyâ b. Sa'id Ansari, Ayûb Sakhtiyâni, Abu Amru b. al-Al'a', Yazid b. Abdullah, ainsi que les imams comme Malik b. Uns, Shu'ba b. al-Hujâj, Sufyân Thawrî, Ibn Jarîh, Abdullah b. 'Amru, Rûh b. Qasim, Sulaymân b. Bilâl, Ismâ'îl b. Ja'far, Hâtam b. Ismâ'îl, 'Abdul 'Aziz b. Mukhtâr, Wahab b. Khalid, Ibrâhim b. Tuhmân. Mentionnons également Jâbir al-Ju'fî, et Mufadhal b. 'Umar al-Ju'fî, ainsi que J'âbir b. Hayyân al-Kufî.

La figure de l'Imam Sâdiq dans les sources sunnites

Bien que la personnalité religieuse de l'Imam Sâdiq soit très appréciée chez les savants sunnites,il n'a pas été considéré comme un faqîh dans le domaine de figh sunnite (juriste-théologien).

Même dans les ensembles sunnites de "fiqh comparé" où les discours d'autres juristes originels comme Uzâ'i, Sufyân Thûrî, Ibn Mubârâk, Rabi'at al-Ra'iy, Layth b. Sa'd et les autres, ont été considérés à côté des avis des A'ima Arba'a (ائمه اربعه) sunnite, très étonnamment il n'y a aucune trace des paroles de l'Imam Sâdiq.

Ce même élément a été l'objet de critique importante de la part des savants imamites comme Seyed Murtadha au sunnisme. Il dit : " Comment c'est possible de ne pas mettre les avis de l'Imam Sâdiq, non seulement pas à côté des avis de Abu Hanifa, et Shâfi'i; mais non plus même à côté des avis de Ahmad b. Hanbal, Dâwûd Zahirî et ni Muhammad b. Jarir Tabarî![5].

Pour plus d'information lire :

Source en persan :

  • Shahidi, Seyed Ja'far, La vie de l'Imam Ja'far b. Muhammad Sâdiq (a), Téhéran, Daftar-e Nashr-e Farhang-e Islami, 1384.

Bibliographie

  • ‘Asqalânî, Ibn Hajar, Tahdhîb at-Tahdhîb, vol. 2, Haydarâbâd, Matba‘a Nizâmîyyâ, 1325 de l’hégire lunaire.
  • ’Irbilî, Kashf al-Ghumma Fî Ma‘rifa al-’A’imma, ed. 1, Qum, ed. Radhî, 1421 de l’hégire lunaire.
  • Abû al-Faraj Isfahânî, Magâtil at-Tâlibîyyîn, travail de recherches et commentaire par Ahmad Saqar, Beyrouth, Mu’assîsa al-’A‘lamî lil-Matbû‘at, 1987 a.c. / 1408 de l’hégire lunaire.
  • Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, travail de recherches : Suhayl Zakkâr et Riyadh Ziriklî, Beyrouth, 1996 a.c /1417 de l’hégire lunaire.
  • Haythamî, Ahmad b. Hajar, al-Sawâ‘iq al-Muharaqa, Maktaba al-Qâhira, 1385 de l’hégire lunaire.
  • Ibn Talha, Matâlib al-Su’ûl, Beyrouth, 1419 de l’hégire lunaire.
  • Ibn Taqtaqî, al-Fakhrî fî al-’Âdâb as-Sultânîyya, travail de recherches : H. Derenbourg, Shalon Sursun, 1894 a.c.
  • Ibrâhim Thaqafî, al-Ghârârt, travail de recherches : Jalâl ad-Dîn Muhaddith, Téhéran, 1354-1355 de l’hégire solaire.
  • Kulaynî, al-Kâfî, travail de recherches : ‘Alî Akbar Ghaffârî, Téhéran, 1391 de l’hégire lunaire, 2ème édition: Islâmîyya, 1362 de l’hégire solaire.
  • Majmu‘e Maqâlât-e Hamâyesh-e Emâm Ja‘far Sâdeq (a), 2ème édition, Téhéran, L’Assemblée mondiale de l’Ahl al-Bayt, 1382 de l’hégire solaire.
  • Mîrkhânî, Ezzat as-Sâdât, Emâm Sâdeq wa Nezâmsâzi Dar Ejtehâd, Feqh wa Hoqûqe Khânevâde, nu. 44.
  • Pâkatchi, Ahmad, Emam Ja‘far Sâdiq, in : Le grand encyclopédie de l'Islam, sous la direction de Kâdhim Mûsawi Bojnurdi, vol. 18, Téhéran, 1389 de l’hégire solaire.
  • Sâberi, Hossein, Târikh-e Feraq Eslâmi, Téhéran, Samt, 1390 de l’hégire solaire.
  • Sadûq, Muhammad b. ‘Alî b. Babawayh, al-Amâlî, Qum, 1417 de l’hégire lunaire.
  • Sadûq, Muhammad b. ‘Alî b. Babawayh, Kamâl ad-Dîn wa Tamâm an-Ni'ma, travail de recherches : ‘Alî Akbar Ghaffârî, Téhéran, 1390 de l’hégire lunaire
  • Sadûq, Muhammad b. ‘Alî b. Babawayh, Man lâ Yahduruhû al-Faqîh, vol. 4, Qum, Mu‘assisa an-Nashr al-Islâmî, 1404 de l’hégire lunaire.
  • Sadûq, Muhammad b. ‘Alî b. Babawayh, Uyûn al-Akhbâr al-Ridhâ, traduit en persan par ‘Alî Akbar Ghaffârî, vol. 2, Téhéran : Nashr Saduq, 1373 de l’hégire solaire.
  • Shahidi, Seyyed Ja‘far, Zendegâni-ye Emâm Sâdeq Ja‘far b. Muhammad (a), Téhéran, Daftar-e Nashr-e farhang-e Eslâmi, 1384 de l’hégire solaire.
  • Sharîf al-Murtadha, ‘Alî b. Husayn, al-Intisâr, Qum, Mu‘assisa an-Nashr Islâmî, 1415 de l’hégire lunaire.
  • Shaykh al-Mufîd, Muḥammad b. Muḥammad b. Nuʿmân. Al-Irshâd fî maʿrifat ḥujaj Allah ʿala al-ʿibâd. Traduction et commentaire en persan: Muḥammad Bâqir Sâ‘idî, travail de recherches : Muḥammad Bâqir Behbudi, Téhéran, éd. Islâmîyya, 1380 de l’hégire solaire.
  • Shushî, Rijâl al-Najâshî, Qum, Jâmi‘a Mudarrisîn, 1407 de l’hégire lunaire.
  • Tabarî, Târîkh al-’Umam va al-Mulûk, ed. 2, Beyrouth, Dâr at-Turâth, ,1387 de l’hégire lunaire.
  • Tabirsî, al-Fadhl b. al-Hasan, 'I‘lâm al'Warâ bi-’A‘Ilâm al-Hudâ, travail de recherches : Mu‘assisa Âl al-Bayt li-Ihyâ’ at-Turâth, vol. 1, 1417 de l’hégire lunaire.
  • Thaqafî al-Kûfî, Ibrâhîm b. Muhammad, al-Ghârât, travail de recherches : Sayyid Jalâl ad-Dîn al-Husaynî al-Urmavî al-Muhaddith, Téhéran, Selsele Enteshârât-e Anjoman-e Âthâr-e Melli, 2535.
  • Wâ‘ezzâde Khorâsâni, Muhammad, Naqsh-e Emâm Sâdeq Dar Nehzat-e Elmi-ye Sadr-e Eslâm, Meshkât, nu. 32, Pâyiz 1370 de l’hégire solaire.

Références

  1. Shahidi, 1384, p.102
  2. Shahidi, 1384, p.102
  3. 'Ayûn al-Akhbâr, vol.3, p.175
  4. Hiliya al-Awuliya', vol. 3, p. 196
  5. al-Sharif al-Murtadha, al-Intisâr, p.77