Imam as-Sajjâd (a)

De Wiki Shia
(Redirigé depuis L'Imam Sajjad)
Aller à : navigation, rechercher
Ali b. Husayn (a)
Description de cette image, également commentée ci-après

Le cimetière d'al-Baqî‘, Médine

Le quatrième Imam des chiites
Surnom(s)
  • Abu Abd Allah
  • Abu Al-Hasan
  • Abu Al-Husayn
  • Abu Muhammad
Titre(s)
Naissance Le 5 Sha‘bân 38 H/659 ?
Médine ?
Martyre Le 25 Muharram 95 H/713 ?
Médine
Pays de résidence Médine
Sépulture Médine
Âge 57 ans
Famille
Généalogie Ali b. Husayn b. Ali b. Abi Tâlib b. Abd Al-Muttalib b. Hâshim
Père L'Imam Husayn (a)
Mère Shahrbânû (a) ?
Frère(s)
Sœur(s)
Femme(s) Umm Abd Allah
Enfant(s)
  • L'Imam Bâqir (a)
  • Abd Allah
  • Hasan
  • Husayn Akbar
  • Husayn Asghar
  • Zayd
  • ‘Umar
  • Abd ar-Rahmân
  • Sulaymân
  • Ali
  • Khadîja
  • Muhammad Asghar
  • Fâtima
  • ‘Illîyya
  • Umm Kulthûm

Imamat
Durée 35 ans
Début 61 H/679
Fin 95 H/679
Califes contemporains
Combats
Compagnons

Les Imams des chiites

L'Imam Ali (a)L'Imam al-Hasan (a)L'Imam al-Husayn (a)
L'Imam as-Sajjâd (a)L'Imam al-Bâqir (a)
L'Imam as-Sâdiq (a)L'Imam al-Kâzim (a)
L'Imam ar-Ridâ (a)L'Imam al-Jawâd (a)
L'Imam al-Hâdî (a)L'Imam al-Hasan al-'Askarî (a)L'Imam al-Mahdi (a)

Imam as-Sajjâd (a) (en arabe : الإمام السجاد عليه السلام), Ali b. Husayn b. Ali b. Abî Tâlib (a), connu sous les noms de Imam Sajjâd, et Imam Zayn al-‘Âbidîn, est le quatrième Imam des chiites (38 H/659 - 95 H/713). La durée de son imamat fut 35 ans. Il a été présent lors de l'événement de Karbala, mais comme il était malade, il n'a pas participé à la guerre de Karbala. Il faisait partie des captifs de Karbala, et fut amené, avec les autres captives, d'abord à Kûfa ensuite à Shâm (la Syrie actuelle).

Son discours auprès des autorités Umayyades, suite à cet événement, est très célèbre, et contribua à la connaissance des musulmans de la famille du Prophète (s), et de Ahl al-Bayt.

L'Imam Sajjâd, passa toute sa vie, après de retour de Karbala, à Médine. Les célèbres évènements comme l'évènement de Harra, le révolte des Tawwâbîn, et la révolte de Mukhtâr, ont eu lieu durant son imamat, mais il n'y existe pas de rapport documenté à propos de la position et de rôle de l'Imam Sajjâd dans ces événements.

Deux œuvres importants sont attribués à l'Imam Sajjâd : le Sahîfa Sajjâdîyya, le recueil de ses prières, qui est également un reflet de la condition sociale de son époque et de ses efforts pour diriger l'homme vers le Divin et purifier son âme. L'autre ouvrage est le Traité de droits, un petit livre comprenant un ensemble de droits et de devoirs qu'il définit pour l'homme auprès de Dieu et des hommes.

Il a terminé sa vie en martyre, comme son père et son grand-père. Il a été empoisonné sous l'ordre de Walîd b. ‘Abd al-Malik. Sa tombe est dans le cimetière de al-Baqi‘ à côté de la tombe de son oncle l'Imam Hasan (a), son fils l'Imam Muhammad al-Bâqir (a) et son petit-fils l'Imam Ja'far al-Sâdiq (a) .

Biographie

Ali b. Husayn b. Ali b. Abi Tâlib, connu sous le nom de l'Imam as-Sajjâd et l'Imam Zayn al-‘Abidîn, est le quatrième Imam de chiite, fils du troisième , l'Imam Husayn. La plupart des historiens sont d'accord sur la date de sa naissance qui était durant la 38e année de l'hégire. Ainsi il était présent pendant une partie de la vie de l'Imam Ali (a), ainsi qu'à l'époque de l'imamat de l'Imam al-Hasan (a) et celui de l'Imam al-Husayn (a). Précisons aussi que certains historiens considèrent son année de naissance, le 48e année de l'hégire.[1]

Le nom et l'identité de sa mère sont objets des divergences. Différents noms sont attribués à sa mère comme : Shahrbânû, Shahrbânûyih, Shâh-i-Zanân, Jahânshâh, etc. Selon Shaykh Mufîd, elle s'appelle Shâh-i-Zanân, la fille de Yazdgird, roi de la Perse. D'après Sadûq, elle est la fille de Yazdgird qui est morte à la naissance de l'Imam as-Sajjâd.

Les surnoms de l'Imam as-Sajjâd sont : Abu al-Hasan, Abu al-Husayn, Abû Muhammad, Abû Abd allah. Ses attribues sont : Zayn al-‘Âbidîn, Sayyid as-Sâjidîn, Sajjâd, Hâshimî, ‘Alawî, Madanî, Qurayshî, Ali al-Akbar. Précison aussi qu'il était connu durant sa vie, sur les noms de Ali al-Khayr, Ali al-Asghar, Ali al-‘Âbid.[2]

La date exacte du martyre de l'Imam as-Sajjâd (a) n'est pas connue ; certains la considèrent l’année 94 H.L. et certains l’année 95 H.L. Il y a aussi des désaccords sur la date de mort de l'Imam as-Sajjâd, y compris 12 Muharram et 25 Muharram. D'autres rapports sont dans les sources, y compris 18, 19 et 22 Muharram.

Il a terminé sa vie en martyre, comme son père et son grand-père. Il a été empoisonné sous l'ordre de Walîd b. ‘Abd al-Malik. Sa tombe est dans le cimetière de al-Baqi‘ à côté de la tombe de son oncle l'Imam Hasan (a), son fils l'Imam Muhammad al-Bâqir (a) et son petit-fils l'Imam Ja'far al-Sâdiq (a) .

Ses femmes et ses enfants

Les sources historiques disent qu'il eut 15 enfants, dont onze garçons et quatre filles. D'après Shaykh Mufîd, ses femmes et ses enfants sont ceux-ci :

Sa mère fut Umm Abd allah, fille de l'Imam Hasan (a).

  • Abd allah
  • Hasan
  • Husayn Akbar

La mère de ces trois derniers fut une servante.

La mère de ces deux dernier fut une servante.

  • Husayn Asghar
  • ‘Abd ar-Rahmân
  • Sulaymân

La mère de ces trois dernier fut une servante.

  • Khadîja
  • Ali

La mère de ces deux dernier aussi fut une servante.

  • Muhammad Asghar.

Sa mère fut une servante.

Son Imamat

L'imamat de l'Imam as-Sajjâd commence après le martyre de l'Imam Husayn en l'an 61 H, à Karbala, et continue jusqu'à son martyre en l'an 94 H ou 95 H.

D'après les preuves indiquées dans les sources chiites, l'Imam as-Sajjâd est désigné comme successeur de son père Husayn b. Ali (a), suite à une désignation divine. Il existe aussi un corpus de hadith, raporrté du Prophète (s) à propos des noms et des lignées des Imams chiites, qui attestent son imamat. Shaykh Mufîd, considère sa prééminence pratique et théorique, sur les autres, après son père, comme la preuve de son imamat.

Les gouverneurs de son époque firent :

L'évènement de Karbala

Article connexe : Evénement de Karbala.

L'Imam as-Sajjâd fut souffrant lors de l'événement de Karbala, où l'Imam Husayn et ses compagnons ont été massacrés par les troupes Umeyyades. Il est rapporté qu'ils voulaient le tuer aussi, mais certains ont dit qu'il était gravement malade et cela lui suffisait. [4] Ils l'ont emprisonné alors avec les femmes et les enfants, et il l'ont amené à Kûfa.

Son arrivée à Kûfa

Suite à l'événement de Karbala, les survivants de la famille de l'Imam Husayn ont été captivés et amenés à Kûfa et à Shâm. Sur le chemin entre Karbala et Kûfa, les Umeyyades ont attaché les mains et le cou de l'Imam Sajjâd avec une chaîne, et puisqu'il était malade et qu'il ne pouvait pas se tenir, ils l'ont attaché à un chameau.[5]

Certains historiens ont écrit que l'Imam as-Sajjâd aurait fait un discours à Kûfa, mais cela paraît presque impossible considérant la condition de Kûfa, la répression et la terreur que les agents du gouvernement appliquaient dans la société, et la peur que les habitants de Kûfa avaient du gouvernement, ainsi que leur malhonnêteté à l'égard d'Ahl al-Bayt, etc. En plus, les phrases qui sont attribuées à l'Imam as-Sajjâd, ressemblent beaucoup à ses phrases dans son discours dans la mosquée umeyyade de Damas, il est donc possible que les événements soient confondus au cours du temps.[6]

En tous les cas, Ibn Zîyâd, emprisonna l'Imam as-Sajjâd et les autres captifs de Karbala ; il écrit ensuite des lettres à Yazîd afin de lui demander son ordre à propos des captifs. Yazid lui répondit, et lui demanda d'envoyer les captifs et les têtes des martyrs de Karbala à Shâm. Ibn Zîyâd, y envoya ainsi l'Imam as-Sajjâd et les autres captifs de Karbala, accompagnés de Muhaffar b. Tha‘laba à Damas.[7]

Son arrivée à Shâm

Après être arrivé à Shâm, l'Imâm as-Sajjâd fit un discours dans la mosquée de Shâm (Damas). Lors de ce discours il introduit son père (l'Imâm Husayn (a)),son grand-père (l'Imam Ali (a)) et son arrière-grand-père (le Prophète (s)), et n'hésita pas à dénoncer Yazîd, son gouvernement et ses agents, ainsi que les propos que le gouvernement de Yazid avait diffusé contre son père et sa lignée. Il argua que son père n'était pas un kharijîte et ne voulait absolument pas briser l'union de la communauté musulmane; qu'il se leva en réponse de la sollicitation des musulmans afin de préserver l'Islam des innovations qui le menaçaient.[8]

Son retour à Médine

Selon Shaykh Mufîd, la famille de l'Imam Husayn (a) quitta Shâm pour Médine le jour d'Arba‘în. L'Imam as-Sajjâd vécut 34 ans après l'événement de Karbala, et il essaya sans cesse de rappeler la mémoire des martyrs de Karbala. Chaque fois qu'il buvait de l'eau, se souvint de son père, et il pleurait sur les souffrances de l'Imam Husayn (a).

Il est rapporté de l'Imam as-Sâdiq :

« L'Imam Zayn al-‘Âbidîn pleura quarante ans pour son père, faisant tous les jours le jeune, et toutes les nuits la prière. Lorsqu'on lui apporta à manger, il disait : le fils du Prophète (s) fut tué alors qu'il avait faim ! le fils du Prophète (s) fut tué alors qu'il avait soif ! et il répétait sans cesse ces phrases, en laissant couler des larmes qui se mélangeaient avec son repars, et ce fut ainsi jusqu'à la fin de sa vie .»[9]

Les événements importants durant son époque

Suite à l'événement de Karbala et durant l'époque de l'Imam as-Sajjâd, quelques mouvements ont eu lieu dont l'événement de Harra, la révolte des Tawwâbîn et la révolte de Mukhtâr.

L'événement de Harra

Article connexe : Evénement de Harra.

Peu de temps après l'événement de Karbala, les musulmans de Médine organisèrent, en réaction contre les Umeyyades, le mouvement de Harra en 63 H.

Les habitants de la ville firent allégeance avec ‘Abd allah b. Hanzala (fils de Hanzala connu sous le nom de Ghasîl al-Malâ’ika) ; ils ont piégèrent 1 000 personnes des Umeyyades d'abord dans la maison de Marwân b. Hakam, puis ils les rejetèrent de la ville.[10] L'Imam as-Sajjâd se retira de ce mouvement dès le départ et n'y participa pas puisqu'il en connaissait la fin et les conséquences.[11]

Durant les jours très tendus de ce mouvement, Marwân (un des ennemis d'Ahl al-Bayt) alla auprès de ‘Abd allah b. ‘Umar et lui demanda de protéger sa famille chez lui, mais ‘Abd allah refusa. Marwân chercha ainsi le secours auprès de l'Imam as-Sajjâd. L'Imam l'accepta généreusement et envoya les femmes et les enfants de Marwân, accompagnés de sa famille, à Yanba‘ (un endroit près de Médine.[12]

Lors de cet événement, l'Imam Sajjâd accepta la charge de 400 familles durant le temps où la troupe de Muslim b. ‘Aqaba (le commandant de la troupe de Yazid dans l'événement de Harra) resta à Médine.

La révolte des Tawwâbîn

Article connexe : Révolte des Tawwâbîn.

La révolte des Tawwâbîn fut un autre événement important suite à l'événement de Karbala et durant l'époque de l'Imam as-Sajjâd. Ce mouvement fut dirigé sous la guide de Sulaymân b. Surad Khuzâ‘î, ainsi que plusieurs autres érudits chiites à Kufa. Les acteurs de ce mouvement cherchaient à rendre le gouvernement de la société à Ahl al-Bayt, donc à l'Imam as-Sajjâd. Mais il y pas eu de relation politique entre l'Imam as-Sajjâd et les acteurs de ce mouvement.[13]

La révolte de Mukhtâr

Article connexe : Révolte de Mukhtâr.

La révolte de Mukhtâr fut le troisième mouvement important suite à l'événement de Karbalâ. Il existe des ambiguïtés à propos de la relation de l'Imam as-Sajjâd avec les acteurs de ce mouvement. Cette relation a des problèmes non seulement du point de vue de l'attitude politique, mais aussi du point de vue doctrinale (la suite de Mukhtâr de Muhammad b. Hanafîyah). Il est rapporté que Mukhtâr, après avoir réussi à attirer des chiites de Kûfa, chercha le soutien de l'Imâm as-Sajjâd, mais l'Imam ne l'a pas répondu.[14]

Les caractéristiques et les prééminences de l'Imam as-Sajjâd

Ses prières et ses supplications

Mâlik b. Anas dit à propos de l'Imam :

« Ali b. Husayn (a) faisait des milliers de prières dans 24 heures jusqu'à la fin de sa vie. Ce fut pour cette raison qu'on l'appela "Zayn al-‘Abidîn".» [15]

Ibn ‘Abd Rabba écrit :

« Lorsque Ali b. Husayn (a) se préparait pour faire ses prières, une étrange vibration prenait tout son être. Un moment on lui demanda à ce propos, il répondit :
O vous ! Si vous saviez devant qui je me dresse pour faire ma prière ? »[16]

Mâlik b. Anas dit :

« Quand Ali b. Husayn (a) s'habillait pour faire le pèlerinage (hajj), et récitait Labayk allahumma labayk (لبیّک اللّهمّ لبیّک , il s'évanouissait et tombait du cheval. »[17].

Ses soutiens aux pauvres

Abû Hamza ath-Thumâlî dit :

« Ali b. Husayn (a) mettait, tous les soirs, un sac rempli de nourriture sur le dos, et allait discrètement dans les ténèbres pour les partager parmi les pauvres et disait :
Les dons qui s'effectuent dans le noir de la nuit, éteignent la colère de Dieu. »[18]

Muhammad b. Is'hâq dit :

« Certains habitants de Médine ne savaient pas qui assurait leur pain et leur nourriture ; après le décès de Ali b. Husayn (a), ils virent qu'ils ne recevaient plus de nourriture. »[19]

La nuit, il (a) mit des paniers de pain sur son épaule et se dirigea vers les maisons des pauvres et dit : « La charité fait secrètement assouvit la colère de Dieu. » Ces paniers avaient laissé des marques sur ses épaules et quand ils se lavaient le corps après qu'il (a) soit décédé, ils ont vu ces marques.

Ibn Sa'd écrit :

Lorsqu'un nécessiteux venait auprès de lui, il se levait et il répondait à sa demande et disait :

« Le don, avant d'arriver à la main du demandeur, arrive dans la main de Dieu. »[20]

Un an, il voulait aller faire un hajj. Sa sœur, Sukayna bt. al-Husayn (a), prépara une provision pour son voyage d'un millier de dirhams. Quand il arriva à Harra, ils lui prirent cette provision et Imam (a) la distribua parmi tous les pauvres.

Imam as-Sajjâd (a) a un cousin pauvre. Ce dernier ne le pas reconnaissait pas. Chaque nuit, l’Imam (a) lui donnait quelques dinars. Son cousin disait : » Ali b. Husayn (a) ne se soucie pas de ses proches, Dieu le punir. « Imam (a) entendait cela et se défendait et ne montrait pas son visage à son cousin. Quand l’Imam (a) est décédé et que le don nocturne de cet homme a été arrêté, il se rendit compte que le donateur était réellement Ali b. Husayn (a), alors il alla à la tombe de l'Imam (a) et pleura.

Abû Naʿim a écrit :

« Imam as-Sajjâd (a) distribua tous ses biens parmi les pauvres deux fois et a dit :
« Dieu aime un serviteur fidèle et Repentant »

Par ailleurs, il a écrit :

« Les gens le considéraient mesquine et quand il (a) est décédé, ils ont appris qu'il (a) préparait les provisions d'une centaine de familles. Quand un mendiant venait à lui, il (a) disait :
« béni soit celui qui porte ma disposition l'au-delà. »

Son attitude vis à vis des esclaves

Les esclaves constituaient une catégorie très opprimée de la société à partir de l'époque du deuxième calife (‘Umar b. Khatâb) et notamment durant le gouvernement Umeyyade.

l'Imam Sajjâd (a), comme son grand-père Ali b. Abi Talîb, faisait beaucoup d'efforts pour les soutenir et les faire monter sur l'échelle sociale.

Seyyed al-Ahl écrit :

« L'Imam Sajjâd (a) achetait les esclaves sans avoir besoin d'eux. Il les achetait pour les libérer. De nombreux hommes et femmes de Médine étaient des anciens esclaves que l'Imam avait libérés. »[21]

Ses œuvres importantes

Le manuscrit du Coran attribué à l’Imam as-Sajjâd (a), qui est conservé au Musée d'Âstân Quds Razavî.

Shaykh Mufîd écrit :

« de nombreux savants sunnites ont attribué de diverses sciences à l'Imam as-Sajjâd (a). Il reste également de nombreux conseils, supplications et prières, ainsi que hadiths à propos du Coran, des thèmes comme « licite » et « illicite », la guerre, et des dates particulières (l'histoire), qui sont attribués à lui et qui sont connus pour les savants. »[22] Il convient de mentionner que d'environ trois cents hadiths de l'imam as-Sajjad ont été raporrtées dans les Qutre livres chiites.

Sahîfa Sajjâdîya

Sahifa as-Sajjâdîya est un recueil de prières et de supplications attribuées à l'Imam as-Sajjâd (a). Il est également une forme de miroir reflétant l'image de la situation sociale de la ville de Médine à l'époque. Ce livre a été édité et traduit également en persan et en français.

Le traité de droits

Article connexe : Le traité de droits.

Le traité de droits est un autre recueil attribué à l'Imam Sajjâd (a). Dans ce recueil, 51 traités sont récapitulés. Certains de ces droits sont par exemple :

  1. Le droit de Dieu
  2. Le droit de l'âme (Nafs)
  3. Le droit de la langue
  4. Le droit du don
  5. Le droit de la prière (Salât)
  6. Le droit du maître
  7. Le droit du paysan ou servant (Ra‘yat)
  8. Le droit de la femme
  9. Le droit de la mère
  10. Le droit du père
  11. Le droit de l'enfant
  12. Le droit du frère
  13. Le droit de l'esclave
  14. Le droit du cohabitant
  15. Le droit du voisin
  16. Le droit dans la réponse à la colère subie
  17. Le droit de celui qui apporte la joie
  18. Le droit de celui qui apporte le mal
  19. Le droit de partenaire de contrat

Supplication d'Abu Hamza ath-Thumâlî

L'imam as-Sajjâd (a) réciterait cette supplication à l'aube du mois de Ramadan, qui est rapporté par Abu Hamza ath-Thumâlî. Il contient des concepts suprêmes et des énoncés éloquents.

Zîyârah Amîn Allâh

Article connexe : Zîyârah Amîn Allâh.

Zîyârah Amîn Allâh est une zîyârah que l'Imam as-Sajjâd (a) a récitée lors de la visite de la tombe de Imam Ali (a).

Ses compagnons et ses disciples

Les témoignages des savants sunnites à propos de l'Imam Sajjâd

« Je n'ai vu aucun Hashémites (scientifiquement) plus élevé que lui, ni personne plus juriste que lui. »
« Il fut le meilleur juriste des hommes de Médine. »
« Je n'ai vu personne qui douterait dans sa vertu ou sa prééminence. »

Références

  1. Qâzî Nu'mân, Sharh al-Akhbâr, vol. 3, p. 266
  2. Ibn Sa'd, al-Tabaqât al-Kubrâ, vol. 5, p. 222; Ibn Abî al-Hadîd, Sharh Nahj l-Balâgha, vol. 15, p. 273
  3. Mufîd, al-Irshâd, p. 254 Majlisî, Bihâr, vol. 46, p. 12
  4. Mufîd, vol. 2, p. 113; Tabarsî, 'Ilâm al-Wara, vol.1, p. 469
  5. Shahîdî, Zindigîi 'Ali b. Husayn, p. 51-52
  6. Ibid. p; 56-57
  7. Ibid. p. 58-59
  8. Shahîdî, ibid., p. 75
  9. Sayed b. Tâwûs, al-Luhûf, p. 290
  10. Shahîdî, ibid. p. 82-83
  11. Ibid. p. 86
  12. cf. Ibibd. p. 83
  13. Ja'farî, Tashayyu' dar masîr e târîkh, p. 286
  14. Tûsî, Ikhtîâr Ma'rifat ar-Rijâl, p. 126
  15. Zahabî, al-'Ibar, vol.1, p.73
  16. Ibn 'Abd Rabba, 'Aqd al-farîd, vol. 3, p. 169; Zahabî, Siyar A'lâm al-nubalâ', vol. 4, p. 392
  17. Sîyar A'lâm an-nubalâ', vol. 4, p. 392
  18. ibid. p. 393
  19. Ibid.
  20. Shahîdî, ibid. p. 148
  21. Sayed al-Ahl, Zayn al-'Abidîn, p.7-47
  22. Mufîd, al-Irshâd, vol.2, p. 153
  23. Tâbiʿûn (en arabe : التابعون) se réfère aux musulmans qui ont rencontré ou parlé à un ou plusieurs des compagnons du Prophète Muhammad (s), mais n'ont pas rencontré le Prophète (s) lui-même. Le terme vient de certains versets du Coran et de certains hadiths du Prophète (s). Le nombre exact des Tâbiʿûn n'est pas connu. Ils contribuèrent à la formation de divers courants politiques, intellectuels et littéraires, au développement des sciences du hadith, à l'exégèse du Coran, au fiqh (ou à la jurisprudence), aux biographies, aux guerres du Prophète (s) et à l'historiographie.

Bibliographie

  • Adh-Dhahabî, Shams ad-Dîn Muhammad b. Ahmad b. ‘Uthmân. Sîyar Aʿlâm an-Nubalâʾ. Travail de recherches : Shuʿayb ArnâwûT, Beyrouth : Muʾassisat ar-Risâla, 1414 de l’hégire lunaire.
  • Adh-Dhahbî, Shams ad-Dîn Muhammad b. Ahmad b. ‘Uthmân, Tadhkirat al-Huffâz, Beyrouth : Dâr Ihyâʾ at-Turâth al-‘Arabî, s.d.
  • Al-Amîn al-‘Âmilî, as-Sayyid Muhsin. ’A‘yân ash-Shî‘a. Beyrouth : Dâr at-Ta‘âruf, 1403 de l’hégire lunaire.
  • Al-Amînî, ʿAbd al-Husayn, Taklimat al-Ghadîr : Tamarât al-Asfâr Ila al-Aqtâr, par : Markaz al-Amîr li-Ihyâʾ at-Turâth al-Islâmî, Beyrouth : Markaz al-Ghadîr li-ad-Dirâsât wa an-Nashr wa at-Tawzîʿ, 1429 de l’hégire lunaire / 2008.
  • Al-Mufîd, Muhammad b. Muhammad b. Nuʿmân, Al-Ikhtisâs, Dâr al-Mufîd, Beyrouth : 1414 de l’hégire lunaire / 1993.
  • Al-Mufîd, Muhammad b. Muhammad b. Nuʿmân, Al-Irshâd fî Maʿrifat Hujaj Allâh ʿAlâ al-ʿIbâd, Qum : Congrès de Shaykh Mufîd, 1413 de l’hégire lunaire.
  • Al-Qummî, Shaykh Abbâs, Muntahâ al-’Âmâl, Qum : Dalîl-e Mâ, 1379 de l’hégire solaire.
  • Ash-Shibrâwî, Jamâl ad-Dîn, Al-Ithâf bi Hubb al-Ashrâf, Qum : Dâr al-Kitâb, 1423 de l’hégire lunaire.
  • As-Sadûq, Muhammad b. Ali b. Bâbwayh Qumî, ‘Uyûn Akhbâr al-Ridâ (a), Téhéran : Nashr-e Jahân, ed. 1, 1378 de l’hégire lunaire.
  • At-Tabrisî, Fadhl b. Hasan, I‘lâm al-Warâ bi-A‘lâm al-Hudâ, Qum : Mu’assisat Âl al-Bayt li-Ihyâ’ at-Turâth, 1376 de l’hégire solaire.
  • Ibn ‘Inaba Hassanî, ‘Umdat at-Tâlib fî Ansâb Âl Abî Tâlîb, travail de recherches : Muhammad Hasan Âl Tâlighanî, Nadjaf : Matbaʿat al-Haydarîyya, 1380 de l’hégire lunaire / 1961.
  • Ibn Abî al-Hadîd, Sharh Nahj al-Balâgha, par : Muhammad Abû al-Fadl Ibrâhîm, Beyrouth : Dâr ’Ihyâ’ al-Kutub al-‘Arabîyya, 1962.
  • Ibn Kathîr ad-Damishqî, Ismâʿîl b. ʿUmar. Al-Bidâya wa an-Nihâya. travail de recherches : ʿAlî Shîrî, Beyrouth : Dâr al-Ehyâ’ at-Turâth al-‘Arabî, 1408 de l’hégire lunaire / 1988.
  • Ibn Mashhâdî, Muhammad b. Jaʿfar. Al-Mazâr al-Kabîr. Qum : Muʾassisat an-Nashr al-Islâmî, 1478 de l’hégire solaire.
  • Kulaynî, Muhammad b. Yaʿqûb b. Ishâq, al-Kâfî, par : ‘Alî Akbar Ghaffârî et Muhammad Âkhûndî, Téhéran : Dâr al-Kutub al-’Islâmîya, ed. 4, 1407 de l’hégire lunaire.
  • Muntazir al-Qâʾim, Asghar, Târîkh-e Emâmat, Qum : Daftar-e Nashr-e Maʿârif, ed. 15, 1390 de l’hégire solaire.
  • Sayyed al-Ahl, ʿAbd al-ʿAzîz, Zayn al-ʿÂbidîn, Caire : Maktabat Wahabat, 1961.
  • Shahîdî, Seyyed Ja‘far, Zendegâni-ye ʿAlî ebn-e Husayn (a), Téhéran : Daftar-e Nashr-e Farhang-e Eslâmi, ed. 13, 1385 de l’hégire solaire.
  • Ibn Quluyah al-Qummî, Abû al-Qâsim Jaʿfar b. Muhammad., Kâmil az-Zîyârât, Nadjaf : Dâr al-Murtadawîyya, 1356 de l’hégire lunaire.