Miqdâd b. 'Amr

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher
Miqdâd b. 'Amr
compagnon du Prophète (s)
Nom (s) Miqdâd b. Aswad
Naissance 37 BH / 587-8
Hadramut
Décès 33 / 653-4
environ de Médine
Origine Hadramut
Famille
Généalogie Miqdâd b. 'Amr b. Tha'laba
Père 'Amr b. Tha'laba

Les successeurs du Prophète (s)

L'Imam AliL'Imam HassanL'Imam Hussayn
L'Imam SajjadL'Imam BaqirL'Imam Sadiq
L'Imam KadhimL'Imam RidhaL'Imam Jawad
L'Imam HadiL'Imam Hassan Al-AskariL'Imam Mahdi

Miqdâd b. 'Amr (en arabe: مقداد بن عمرو), connu sous le nom Miqdâd b. -Aswad ( en arabe: مقداد بن الأسود), est l'un des nobles compagnons du Prophète (s), et l'un des premiers chiites de l'imam Ali (a). Il participe à la bataille de Badr et à toutes les autres batailles au côté du Prophète (s). Miqdâd fut une des quatre personnes à propos de qui le Prophète (s) avait dit : " Allah m'a ordonné de les aimer".

Généalogie, naissance et décès

Miqdâd b. 'Amr b. Tha'laba (b. 37BH / 587-8 - d. 33 / 653-4) est connu également sous le nom de Miqdâd b. Aswad. Il est mort dans un lieu à l'environ de Médine et a été enterré à Médine.[1]

Il vivait à Hadramut avant l'Islam, mais à cause d'une hostilité à son égard dans son lieu de naissance, il s'est enfui à La Mecque et y est devenu le fils adoptif d'Aswad b. 'Abd Yaghûth. C'est pour cette raison qu'il a été appelé d'abord Miqdâd b. Aswad, jusqu'à ce que le verset 5 de la sourate al-Ahzab (Sourate 22.) a été révélé, ordonnant que chacun soit appelé par le nom son père.

Voici le verset: ادْعُوهُمْ لِآبَائِهِمْ

La traduction : Appelez-les du nom de leurs pères

Ce fut à partir de cela que Miqdâd a été appelé Miqdâd b. Amr.[2]

À l'époque du Prophète (s)

Miqdâd parmi les Compagnons du Prophète, faisait parti de ceux qui détenaient un esprit chevaleresque; et a été l'une des sept premières personnes qui ont embrassé l'Islam .[3]

Il a été également parmi les gens du deuxième groupe d'émigrants en Abyssinie. Il est rentré à La Mecque avant l'émigration du Prophète (s) à Médine, et a immigré ensuite à Médine. Il a participé à la bataille de Badr et à toutes les autres batailles à côté du Prophète (s).[4]

Le Prophète a dit: "Allah m'a ordonné d'aimer quatre personnes et m'a fait prendre conscience du fait que Lui-même les aime; ils sont : Ali, Miqdâd, Abû Dhar et Salmân".[5]

Miqdâd, Salmân, 'Ammar et Abû Dhar, étaient reconnus comme les premiers chiites, qui, même au temps du Prophète (s) ont été connus sous ce titre.[6]

À l'époque de 'Uthman

Ya'qûbî écrit : « Certains ont dit que le soir du jour où les gens avaient prêté allégeance à 'Uthman, il sortit pour faire sa prière de la fin de la soirée et sur le chemin il croisa Miqdâd qui lui dit: "Qu'est cette innovation?"

Ya'qûbî continue: " Certaines personnes avaient soutenu Ali (a) et commencé à blâmer 'Uthman. Quelqu'un rapporte à ce propos ce récit : «J'étais allé à la Mosquée du Prophète où j'ai vu un homme à genoux dans un tel état de regret qu'on pensait qu'il avait perdu tout le monde qu'il possédait ; Il disait:

"C'est étrange que les Quraysh ont privé la famille de leur Prophète (s) du califat, alors que le mu'min (croyant) le plus élevé est parmi eux; le cousin du Prophète, le plus savant des hommes, le meilleur connaisseur de la religion de Dieu, celui qui a souffert le plus sur le chemin de l'Islam, le meilleur connaisseur de la voie et celui qui sait guider mieux que tous vers le chemin droit, est parmi eux. Par Allah qu'ils ont volé le califat au guide pur et bien guidé et ainsi n'ont pas voulu ni d'amélioration pour la communauté (Umma), ni de la justice et de la vérité dans la voie; ils ont alors préféré le monde d'ici-bas au monde de l'au-delà; que l'éloignement et l'anéantissement soit sur les oppresseurs".

Il continue : "Je me suis approché de lui et lui ai demandé : «Que Dieu te bénisse, qui es tu? et qui est cet homme (dont tu parles)?

Il m'a dit: "Je suis Miqdâd b. Amr et cet homme est Ali b. Abi Talib. "

J'ai dit: "Ne veux tu pas te soulever pour cet objectif (le califat d'Imam Ali (a)), je te soutiendrai aussi?"

Il m'a dit: "Mon frère, pour ce faire un homme ou deux ne sont pas suffisants".

Alors je suis sorti et j'ai vu Abu Dhar à qui j'ai raconté cette histoire. Il m'a dit: "Mon frère Miqdâd a raison". Je suis allé alors chez 'Abd Allah b. Mas'ûd et lui ai raconté le récit. Il m'a dit: "Il nous a été dit, et nous n'avons pas négligé."[7]

Bibliographie

  • al-’Amîn, al-Sayyad Muhsin, A‘yân al-shî‘a, par: Hasan al-’Amîn, Beyrouth: Dâr al-Ta‘âruf li-l-Matbû‘ât,1403 h.l, 1983 a.c
  • al-’Amînî, ‘Abd al-Husayn, al-Ghadîr fî al-Kitâb va al-Sunna va al-Adab, v9, Beyrouth: Dâr al- Kutub al-‘Arabî,1977-1397 a.c.
  • al-Balâdharî, Ahmad b.Yahyâ, Ansâb al-Ashrâf, par: Muhammad Hamîd allâh, Misr, Ma‘had al-makhtûtât bijâmi‘a al-duval al-‘Arabîya bi-l-ishtirâk ma‘a Dâr al-Ma‘ârif 1959 a.c.
  • al-Zarkalî, Khayr al-Dîn, al-’A‘lâm, v7, Beyrouth: Dâr al-‘Ilm li-l-Malâyîn,1980 a.c.
  • Shahâbî, Mahmûd, Advâr fiqh, Téhéran: Sâzmân Châp va Intishârât Vizârat Farhang va Irshâd Islâmî,1366 h.s.
  • al-Nubakhtî, al-Hasan b. Mûsâ, Firaq al-shî‘a, Beyrouth: Dâr al-’Advâ’,1404 h.l/1984 a.c.
  • Ya‘qûbî, Târîkh Ya‘qûbî , traduction: Muhammad Ibrâhîm Âyatî, Téhéran: Bungâh Tarjuma va Nachr kitâb

Références

  1. al-’Amîn, al-Sayyad Muhsin, v10; p134; al-Balâdharî, Ahmad b.Yahyâ, v1, p204; al-Zarkalî, Khayr al-Dîn, v7, p282
  2. al-Zarkalî, Khayr al-Dîn, v7, p282
  3. al-Zarkalî, Khayr al-Dîn, v7, p282
  4. al-Balâdharî, Ahmad b.Yahyâ, v1, p205
  5. al-Zarkalî, Khayr al-Dîn, v7, p282
  6. al-Nubakhtî, al-Hasan b. Mûsâ, p18; Shahâbî, Mahmûd, v2, p282
  7. Ya‘qûbî, v2, p54-55