Al-Masjid al-Harâm

De Wiki Shia
(Redirigé depuis Mosquée al-Haram)
Aller à : navigation, rechercher
Masjid al-Haram

Al-Masjid al-Haram (en arabe : المسجد الحرام) est la mosquée la plus connue et la plus sacrée dans le monde islamique. Elle est située à La Mecque en Arabie Saoudite, où se trouve également la Ka'ba, la Qibla des musulmans.

En plus de la Ka'ba, il y a d'autres édifices, objets et lieux sacrés à l'intérieur d'Al-Masjid al-Haram : comme la Pierre noire (al-Hajar al-Aswad), al-Multazam, al-Mustajâr, al-Hatîm et Hijr de Ismâ'îl qui sont tous des lieux saints et spirituels élevés pour les musulmans.

Dans la jurisprudence islamique (Fiqh), al-Masjid al-Haram, en plus des lois générales de la Sharî'a appliquées aux mosquées, est soumise à certaines lois spéciales. Dans l'Islam, il est obligatoire (Wâjib) pour chaque musulman de se rendre à La Mecque afin d'effectuer le pèlerinage hadj, au moins une fois dans sa vie, s'il en a les moyens (s'il ou elle est Mustatî'). Il y a quelques rituels lors de ce pèlerinage qui devrait être faits à l'intérieur de Al-Masjid al-Haram.

Étymologie

Le mot arabe « al-Masjid al-Haram » est une expression descriptive. « Masjid » signifie mosquée, et il est décrit comme « Haram » parce que certains actes qui ne sont pas Harams (illicite) dans d'autres mosquées, sont harams dans cette mosquée et dans ses alentours. Car cette mosquée doit être respectée d'une manière spéciale. [1]

De plus, le fait de commettre des péchés dans cette mosquée est considéré comme doublement mal. Selon certaines sources, même avoir l'intention de faire un acte fautif dans cette mosquée, est équivalent de commettre cet acte. [2]

D'après des sources islamiques et en particulier le Coran, al-Masjid al-Haram était appelé ainsi par les gens de Hedjaz avant même l'apparition de l'islam. Même s'il n'y avait pas de bâtiments ou de murs autour de la Ka'ba, la zone dans laquelle les pèlerins faisaient leur circumambulation (Tawâf) autour de la Ka'ba, était connue sous le nom d'al-Masjid al-Haram.

L'expression descriptive al-Masjid al-Haram a été utilisée à plusieurs reprises dans le Coran ; par exemple dans un verset indiquant que les polythéistes ne devraient pas être autorisés à faire le pèlerinage de la Ka'ba et à effectuer le hadj, on lit :

وَ ما لَهُمْ أَلاَّ يُعَذِّبَهُمُ اللَّهُ وَ هُمْ يَصُدُّونَ عَنِ الْمَسْجِدِ الْحَرامِ
« Pourquoi Allah ne les tourmente-t-Il cependant point, alors qu'ils écartent (les croyants), de la Mosquée Sacrée »
Sourate al-Anfâl, v 34

L'expression « al-Masjid al-Haram » a également été utilisée dans le Coran et le hadith pour parler de la Ka'ba, la ville de La Mecque ainsi que toute la région sacrée appelée « Haram » . [3]

Emplacement de al-Masjid al-Haram et ses limites

Al-Masjid al-Haram se trouve à La Mecque en Arabie Saoudite entouré par les montagnes Abû Qubays, Ajyâd, Hindî, et 'Umar.

Les limites actuelles d'al-Masjid al-Haram sont les suivantes :

  • de l'est à la montagne Abü Qubays,
  • de l'ouest à la montagne 'Umar et la rue de Shubayka
  • du nord à la rue de Châmîyya et la montagne Hindî,
  • et du sud à la rue de Ajyâd et Masfala.

Les limites de la zone sacrée (Haram) sont différentes de différents points: 6 150 mètres de Tan'îm à al-Masjid al-Haram, 18 000 mètres de al-Je'rânah à al-Masjid al-Haram, 15 500 mètres de la voie à Tâîf de Hudâ à al-Masjid al-Haram, 17 000 mètres de la voie Layth à al-Masjid al-Haram, et 11 000 mètres du chemin Jeddah à al-Masjid al-Haram.

Mérites d'Al-Masjid al-Haram

Depuis longtemps, Al-Masjid al-Haram était un lieu sacré et respectable pour les gens de Hedjaz. Ce n'est pas historiquement connu depuis quand il a trouvé un tel prestige. Selon les récits religieux et locaux, le lieu a été vénéré depuis la genèse de la terre. Et selon les hadiths, al-Masjid al-Haram est l'endroit le plus vénérable sur la Terre. [4]

Selon un hadith du Prophète (s), al-Masjid al-Haram est la mosquée la plus ancienne sur la terre, et même il a été construit avant Masjid al-Aqsa (ou Jérusalem). [5]

Selon un hadith connu sous le nom de "Shadd ar-Rihâl", le Prophète (s) a dit :

«Ne voyagez pas, sauf pour visiter trois mosquées ..." Dont al-Masjid al-Haram».

Selon les récits locaux, les tombes de 70 prophètes, y compris Hüd (a), Sâlih (a) et Ismâ'îl (a) sont situés dans al-Masjid al-Haram. [6]

Il y a des lois spéciales de la Sharî'a concernant al-Masjid al-Haram et La Mecque. Par exemple, la guerre dans al-Masjid al-Haram et même dans toute la zone sacrée (Haram) de La Mecque est considérée comme un péché majeur, sauf s'il s'agit de la défense. [7]

Certains Cultes, comme la prière, ont des récompenses multiples (thawâb) lorsqu'elles sont effectuées dans al-Masjid al-Haram. [8]

Histoire

Al-Masjid al-Haram a subi de nombreux événements, restaurations, reconstructions et agrandissements comme en témoignent les sources de l'histoire et de hadiths. [9] Voici quelques exemples très importants:

La période préislamique

Avant l'Islam, le domaine de la Ka'ba avec la zone autour d'elle a été appelée al-Masjid al-Haram. [10]

Durant cette période, al-Masjid al-Haram n'avait ni de murs ni de bâtiments ; il était juste un domaine dans lequel la Ka'ba a été située.

On ne sait pas exactement quand la zone a historiquement été reconnue comme une mosquée (masjid), mais il y a quelques hadiths à ce propos.

Selon ces hadiths, l'emplacement actuel de al-Masjid al-Haram a été choisi avant la création des êtres humains et la Ka'ba a été construite par des anges. [11]

Certains hadiths prennent Adam (a) pour celui qui a construit ou reconstruit la Ka'ba. [12] Après cela, Ibrahim (a) et Ismâ'îl (a) auraient reconstruit le bâtiment. [13]

Il y a un hadith rapporté du Prophète (s) suggérant que al-Masjid al-Haram a été construit par Ibrahim (a). Ce hadith a pris al-Masjid al-Haram pour la mosquée la plus ancienne sur la terre. [14]

Avant Qusayy b. Kilâb b. Murra b. Ka'b, le quatrième ancêtre du Prophète (s) et le chef de Quraysh, les gens de La Mecque n'avaient pas construit de maisons près de al-Masjid al-Haram. Cependant, Qusayy a encouragé les gens à construire des maisons près de la Ka'ba, mais en respectant une certaine distance qui permettrait la Tawâf (circumambulation autour de la Ka'ba). [15]

La période des Quatre Califes

Le premier changement effectué dans la zone d'al-Masjid al-Haram a eu lieu sous le règne du deuxième Calife. Il a acheté quelques maisons situées autour de la mosquée afin d'agrandir les périmètres de celle-ci. Un mur a été également construit autour de la mosquée, [16] sur lequel on posait des bougies pour éclairer l'ambiance de la mosquée. [17]

Étant donné que le nombre de pèlerins augmentait, le troisième Calife a détruit plus de maisons autour d'al-Masjid al-Haram pour entendre davantage sa surface ; il y a également ajouté un porche et un plafond. [18]

La période des Omeyyades

Walîd b.'Abd al-Malik (règne : 86 H-96 H / 705-715) a ajouté une superficie de 1 725 m2 à al-Masjid al-Haram et l'a rénovée. Il a construit des porches autour d'elle tenues par de grands piliers. Les piliers étaient joliment décorés et en partie dorés.

Walîd a fait construire également pour la Ka'ba, une gouttière en or qui existe toujours, et est connue sous le même nom : « la gouttière dorée » . [19]

La période des Abbassides

  • Al-Mansûr al'Abbâsî, le deuxième calife abbasside, (règne : 136 H-158 H / 754-775) a doublé la zone d'al-Masjid al-Haram en 137 H / 754-5, en ajoutant d'une superficie d'environ 5 000 mètres carrés à ses côtés nord et ouest. Il a également construit des porches autour de lui, un minaret sur son côté ouest, et a fait davantage de décorations sur les murs et sur les piliers. [20]
  • Al-Mahdî al-'Abbâsî, le fils d'al-Mansûr, (règne : 159 H-169 H/ 775-785) a détruit plus de maisons autour d'Al-Masjid al-Haram et les a jointes à la zone de la mosquée. Ainsi 8 380 m2 ont été ajoutés et de nombreuses portes ont été posées sur le mur entourant, se donnant à la mosquée de différents côtés. Ses portes ont été entretenues pendant des siècles. [21]
  • al-Mahdî al-'Abbâsî (En 164 H/ 780-1), a élargi al-Masjid al-Haram de sa partie sud et dans le but de transformer l'ensemble de la mosquée dans un carré au centre duquel la Ka'ba serait localisée. Ainsi 6 560 m2 ont été ajoutés au périmètre de la mosquée, davantage de porches ont été construits autour d'elle, et les piliers ont été ajoutés. Ces piliers sont toujours là, et on peut y voir un manuscrit de Al-Mahdî al-Abbâsî. [22]
  • al-Mu'tadid al-'Abbâsî (règne : 279 H-289 H), selon la suggestion du souverain de la Mecque, a donné l'ordre de la construction des lieux d'hébergement pour les pèlerins du hajj, dans la zone de la mosquée. [23]
  • al-Mustansir Bi-allah al-'Abbâsî (règne : 623-640 / 1226 à 1242), durant le règne de ce dernier des efforts importants ont été effectués pour rénover al-Masjid al-Haram. En particulier, la partie appelée al-Matâf (la zone dans laquelle les pèlerins effectuent le Tawâf autour de la Ka'ba) a été reconstruite. [25]

La période Saoudienne

  • En 1368 / 1948, le roi Abd al-Azîz Al Saüd a donné l'ordre d'étendre al-Masjid al-Haram de tous ses côtés. L'expansion a été commencée en 1375 / 1955-6 et la zone de la mosquée a été élargie à 160 / 861 m2. Cette zone a été destinée pour contenir une population de plus de 300 000 personnes. Le nombre des portes d'Al-Masjid al-Haram a été augmenté jusqu'à 64 portes. [26]
  • En 1409 / 1988-9, Malik Fahd a commencé une expansion sans précédente de Al-Masjid al-Haram. Les études du projet et l'achat de terrains autour de la mosquée avaient commencé à partir de 1403 / 1982-3. Ce fut la plus grande expansion d'al-Masjid al-Haram dans l'histoire.

Une superficie d'environ 76 000 m2 a été ajoutée sur le côté ouest de la mosquée. Deux minarets de 89 m de haut ont été construits dans la zone. Trois grands dômes ont été construits au milieu de la cour, chacun étant reposé sur 4 piliers. Actuellement, le nombre des minarets d'Al-Masjid al-Haram est égal à 9. [27]

  • Aujourd'hui, al-Masjid al-Haram est un très grand complexe avec une superficie de plus de 88 000 m2, ayant la capacité de contenir environ un million de personnes. Al-Masjid al-Haram dispose trois étages, et son troisième étage constitue une très vaste terrasse. [28]

Les bâtis et les objets importants à l'intérieur de la mosquée

La Ka'ba

Article connexe : Ka'ba.

La Ka'ba est le célèbre bâti en forme de cube bien qui est situé au centre d'Al-Masjid al-Haram à La Mecque. Elle constitue la Qibla des musulmans et leur lieu de culte le plus important. Il est obligatoire pour chaque musulman de visiter ce lieu dans le cadre des rituels du hadj, au moins une fois dans sa vie s'il remplit certaines conditions telles que la capacité financière.

La Pierre Noire

Article connexe : Pierre Noire.

La Pierre noire (al-Hajar al-Aswad) est une pierre sacrée avec une vieille histoire et une place particulière dans la culture islamique et les rituels du hadj. Elle est située dans la partie orientale de la Ka'ba, dans un endroit connu sous le nom d'al-Rukn al-Aswad ou al-Rukn al-Hajarî, sur un pied de 1,5 m du sol.

Maqam Ibrahim

Maqâm Ibrâhîm, d'après la croyance musulmane, est une pierre sur laquelle Ibrâhîm (a) se tenait debout quand il reconstruisait la Ka'ba, pour que ses mains puissent atteindre les parties supérieures du mur. Selon un récit, la pierre était à l'intérieur de la Ka'ba avant l'islam, mais quand le verset « [...] ceux-ci tirent de Maqam Ibrahim un lieu de prière ! » (Coran 2, 125) a été révélé, elle a été sortie de la Ka'ba sous l'ordre du Prophète (s), et a été posée à côté du bâti à l'extérieur.

Hijr d'Ismâ'îl

Article connexe : Hijr d'Ismâ'îl.

Hijr d'Ismâ'îl est le nom donné à l'espace entre la Ka'ba et un mur en forme de demi-cercle, qui s'étend de la partie nord de la Ka'ba (al-Rukn al-'Irâqî) à la partie ouest (al-Rukn al-Châmî).

Certains l'appelaient Hatîm ou Huzayra. Lorsque Ibrâhîm (a), Hâjar et leur nourrisson, Ismâ'îl (a), sont entrés dans la zone de La Mecque, l'Ange Gabriel les a guidés à résider à l'endroit où Hijr est actuellement situé. Puis Hâjar et Ismâ'îl (a) s'installèrent sous un abri en bois dans le même endroit, près de leur troupeau de moutons.

Après leur mort, Hâjar et Ismâ'îl (a), ont été enterrés ici-même. Hijr d'Ismâ'îl était vénéré avant l'Islam. Après son Bi'that (Révélation), le Prophète (s), se méttait dans ce lieu pour faire ses invocations, réciter le Coran, et répondre aux questions des gens. Selon la majorité des savants chiites et d'après un hadith authentique, Hijr d'Ismâ'îl ne fait pas partie de la Ka'ba.

Al-Multazam

Selon les chiites, al-Multazam est une partie du mur de l'arrière de la Ka'ba, où se trouvent al-Mustajâr et al-Rukn al-Yamâni.

Al-Multazam est situé entre la Pierre Noire d'un côté, et la porte de la Ka'ba de l'autre. Ceci est appelé Multazam (la chose tenue ou adhérée), car les pèlerins se mettent là, et tiennent le mur et récitent leurs prières et oraisons.

Selon certains hadiths, le Prophète (s) mettait son visage et ses mains sur cette partie de la paroi. Il est rapporté du Prophète (s) que Dieu exauce les prières des gens formulées à cet endroit. Il est surérogatoire (mustahab) de confesser ses péchés à Dieu et lui demander Son pardon, dans ce lieu. [29]

Al-Mustajâr

Le côté sud de la Ka'ba ou ce qu'on appelle al-Rukn al-Yamânî, est appelée al-Mustajâr ; selon la direction du Tawâf, les pèlerins arrivent à ce lieu après avoir traversé le côté ouest.

Cet endroit est en parallèle avec l'endroit où la Pierre noire est située. Il est appelé le côté sud, parce qu'il est situé au sud, et al-Rukn al-Yamânî, puisque selon les habitudes des arabes on appelle Yamâni (situé vers Yémen), tout ce qui se trouve dans le sud.

Hatîm

L'espace entre le lieu où la Pierre Noire est située, et la porte de la Ka'ba, est appelée Hatîm. Dans les traités juridiques (fiqh), ce lieu est mentionné dans le chapitre du Hadj et Li'ân.

Puits de Zamzam

Article connexe : Zamzam.

Il y a un puits d'eau dans la partie orientale de al-Masjid al-Haram qui est appelé sous divers nom dont : Bi'r Zamzam (puits de Zamzam), puits de Ismâ'îl, Hafîrat d'Abd al-Muttalib, chifa' al-Suqm (guérison de la maladie), 'Afiya (santé), Maymuna (béni), Tu'm (savoureux), Baraka (bénédiction), et Barra. Le puits est souterrain, et il est situé près de Maqâm d'Ibrâhîm d'environ 18me de la Ka'ba.

Portes d'Al-Masjid al-Haram

Al-Masjid al-Haram a plus de 60 portes. Ses trois portes principales sont Bâb al-'Umra, Bâb as-Salam, et Bâb Malik 'Abd al-Azîz.

Sources écrites à propos d'al-Masjid al-Haram

Sources historiques

Il y a de nombreuses œuvres écrites concernant al-Masjid al-Haram. Ces travaux peuvent être classés en deux catégories :

  • certains concernent directement al-Masjid al-Haram,
  • et d'autres concernent principalement la ville de la Mecque.

Le plus ancien travail disponible qui décrit al-Masjid al-Haram en détail, est Akhbâr Makka wa mâ jâ'a fîha min al-âthâr[30] écrit par Abû al-Walîd Azraqî, au troisième IXe siècle. Puis Akhbâr Makka fî qadîm al-dahr et hadîthihî[31] écrit par Muhammad b. Ishâq b. Abbâs al-Fâkihî al-Makki dans le même siècle.

Voici quelques autres ouvrages :

  • Ishârat al-targhîb wa al-tashwîq al-masâjid ath-Thalâtha wa ila al-bayt al-'Atîq de Shams ad-Dîn Muhammad b. Ishâq al-Khwârazmî (M. 827/1424).
  • Al-'Iqd ath-Thamîn par Taqî al-Dîn al-Fasî (M. 832 / 1428-9), l'une des sources les plus importantes concernant l'histoire de La Mecque et de Al-Masjid al-Haram.
  • Tarîkh Makka wa al-Masjid al-Haram wa al-Médîne al-Munawwara wa al-Qabr ash-Sharîf de Muhammad b. Muhammad b. Ahmad b. al-Dîya' al-Malikî (d. 885 / 1480-1).

Récits de Voyage

Il y a beaucoup d'informations sur La Mecque et al-Masjid al-Haram dans les récits de voyage. La plupart des carnets de voyage dans ce domaine, sont des rapports de pèlerinage de leurs auteurs, contenant des informations sur al-Masjid al-Haram ainsi. Deux des plus anciens journaux de hadj le plus important et, contenant des informations historiques précieuses, sont :

  1. Tadhkîr bi al-Akhbâr 'an al- Ittifâqât al-Amsâr par Ibn Jubayr (540-614 / 1145-6 - 1217-8)
  2. Tuhfa an-Nuzzâr par Ibn Battuta (d. 779 / 1377-8).

Les Chiites iraniens ont partagé beaucoup d'informations à propos d'al-Masjid al-Haram dans leurs carnets de hadj. Quelques travaux importants dans cette littérature sont :

  • Safarnâma par Nâsir Khusrow (M. 481 / 1088-9)
  • Safarnâma par Farhâd Mîrza Mu'tamad al-Dawla (M. 1305 / 1887-8)
  • Dalîl al-anâm fî sabîl zîyârat bayt Allah al-Harâm wa l-Qods al-charîf wa Madînat al-salâm par Hisâm al-Saltana (M. 1300 / 1882-3).

Références

  1. Râghiîb Esfahânî, p230
  2. Ibn Zîa', v1, p3
  3. Ibn Zahîre, p 161 et 162
  4. Ibn Zîa', v1, p3
  5. Ibn Zîa', v1, p3
  6. Arzaghî, v1, p73
  7. Ibn Zîa', v1, p4
  8. Ibn Zîa', v1, p2
  9. Arzaghî, v1, p355
  10. Arzaghî, v2, p62
  11. Arzaghî, v1, p34
  12. Arzaghî, v1, p36
  13. Arzaghî, v1, p59
  14. Ibn Zîa', v1, p3
  15. Sabâ'î, p65; Ja'farîân, p43
  16. Ibn Zahîreh, p177
  17. Ja'farîân
  18. Arzaghî, v2, p69; Ibn Zahîreh, p177 et 178; Sabâ'î, p 84 et 85
  19. Ja'farîân, p73
  20. Ja'farîân, p73 et 74
  21. Ja'farîân, 73
  22. Ja'farîân, 75
  23. Ja'farîân, 76
  24. Ja'farîân, 76
  25. Ja'farîân, 76
  26. Ja'farîân, 77
  27. Ja'farîân, 78
  28. http://www.alHarâmain.gov.sa/index.cfm?do=cms.conarticle&contentid=4046&categoryid=234
  29. Kolaynî, Al-kâfî, v4, p410 ; Ja'farîân, p96
  30. v2, 62-114
  31. Fâkihî,v2, p86-209

Bibliographie

  • Azraqî, Muhammad b. 'Abd allâh., Ahkbâr Makka wa mâ jâ'a fîhâ min al-âthâr, Dâr al-Andulus, ed.1 , Beyruth, 1416 h. l.
  • Ibn Zahîra, Muhammad b. Muhammad., al-Jâmi' al-latîf fî fazl Makka wa ahlihâ wa banâ al-bayt al-charîf, Maktaba al-Thiqâfa al-dînîya, ed.1, Qahira, 1423 h. l.
  • Ja'farîyan, Rasûl., Athâr islâmî Makka wa Madîna, Macha'r, ed.8, Téhéran, 1386 h. s.
  • Ibn Zîyâ', Muhammad b. Ahmad, Târîkh Makka al-mucharrafa wa al-Masjid al-Haram wa al-Madîna al-charîfa wa al-qabr al-charîf, par: Azharî, Ayman Nasr/ Azharî, 'Alâ' Ibrâhîm, al-maktaba tijârîya Mustafâ Ahmad al-Bâz, Makka mukarrama, 1416 h. l.
  • Sabâ'î, Ahmad., Târîkh Makka, Maktaba Ihyâ al-Turâth al-Islâmî, Makka mukarrama, 1420 h. l.
  • Sabâ'î, Ahmad, Târîkh Makka az âghâz tâ pâyân dolat chorafâye Makka, traduction: Rasûl Ja'fariyân, Macha'r, Téhéran, ed.1, 1385 h. s.