Muslim b. 'Aqîl

De Wiki Shia
(Redirigé depuis Muslim b. ‘Aqîl)
Aller à : navigation, rechercher
Muslim b. ‘Aqïl
Description de l'image مسجد کوفه2.jpg.
Le mausolée de Muslim b. ‘Aqîl
Présentation
Rôle Représentant de l'Imam al-Husayn (a) à Koufa
Nom(s) Muslim b. ‘Aqïl b. Abï Tâlib
Martyre 9 Dhu al-Hijja, en l'an 60 H
Koufa
Origine Quraychite
Pays de résidence Irak, Médine
Sépulture Koufa, Mosquée de Koufa
Âge 50 ans
Famille
Père Aqîl b. Abî Talib
Mère ‘Alîyya ou Halîyya
Femme(s) Ruqayya bt. Ali b. Abî Talib (a)
Enfant(s)

Muslim b. ‘Aqîl b. Abî Talib (en arabe : مسلم بن عقیل بن ابي طالب), le cousin de l'Imam al-Husayn (a), fut l'un de ses compagnons et son messager à Koufa pendant son soulèvement de Achoura contre Yazid Ier ibn Muawiya. Il était originaire d’Âl Abî Talib. Muslim a participé à quelques conquêtes musulmanes et à la bataille de Siffin.
L'Imam al-Husayn (a) a reçu de nombreuses lettres du peuple de Koufa l'invitant à leur ville. Donc, il a envoyé Muslim à Koufa comme son représentant pour voir si c'était le bon moment pour sa présence et si les gens le vraiment soutiendraient.
Après le nomination de 'Ubayd Allah b. Zîyâd comme le gouverneur de Koufa, à cause de la peur des gens de lui, ils ont soudainement laissés Muslim seul. Ainsi, il a été arrêté et tomba en martyre au jour de 'Arafa (le 9 Dhu al-Hijja), l'an 60 H(le 13 septembre 680 C).
L'histoire de Muslim qui laissé seul et de son martyre à Koufa est le thème d'une lamentation bien connue récitée par les chiites, au jour de 'Arafa et parfois au 1 Muharram.

Présentation

Naissance

La date de la naissance de Muslim n'est pas définitives. Il a tombé en martyre le 9 Dhu al-Hijja en l'an 60 H (le 13 septembre 680 C) à Koufa.
Selon certains rapports, Muslim eut 28 ans, lorsqu'il est mort en martyre. Mais, ces rapports ont des critiques, car l'âge des fils de Muslim qui tombèrent en martyres lors de l'événement de Achoura, mentionnés 26 et 27 ans.[1]
Étant donné qu'il fut présent lors des conquêtes musulmans et de la bataille de Siffin, certaines personnes pensent qu'il eut plus de 50 ans, lorsqu'il a tombé en martyre.[2] La tombe de Muslim est située à Koufa, du côté est de la mosquée de Koufa.[3]

Généalogie

Le père de Muslim fut ‘Aqîl le fils d'Abu Talib qui était un généalogiste des Quraychs[4] et un eloquent orateur.[5] Il était le frère de l'Imam Ali (a).
Selon certais rapports, sa mère était l'un des femmes Nabatéens et de la famille de Farzandâ et selon d'autre, elle fut une esclave, que ‘Aqïl avait achetée de la Syrie, et s'appelait ‘Alîyya[6] ou selon un autre rapport, Halîyya.[7]
Muslim ressembla beaucoup au Prophète (s)[8] et parmi les fils de ‘Aqîl b. Abî Talib (a), il était le plus puissant et le plus courageux.[9]

Femme et enfants

Muslim b. ‘Aqîl a épousé Ruqayya, la fille de l'Imam Ali (a), donc il était le gendre de Commandeur des croyants (a). Abd Allah qui a été tué le jour de Achoura, Ali et Muhammad furent les enfants de Ruqayya.
Dans l'événement de Karbala, il y a quelques fois qu'il est mentionné les enfants de Muslim. Comme exemple, quand l'Imam al-Husayn (a) a entendu la nouvelle du martyre de Muslim sur le sentier entre La Mecque et Koufa, Ali al-Akbar (a) a suggéré de revenir et a rappelé la déloyauté des gens de Koufa. Mais, les enfants de Muslim ont incité l'Imam (a) à continuer le chemin.[10]

Les sources historiques sont en désaccord sur le nombre d'enfants de Muslim. Les noms de certains de ses enfants sont mentionnés parmi les martyrs de Karbala. Parmi eux, le martyre de 'Abd Allah b. Muslim et de Muhammad b. Muslim à Karbala a été enregistré dans les sources anciennes.
D'autre part, il y a des rapports plus faibles enregistrés dans les sources récentes, qui font allusion aux autres noms d'enfants de Muslim, à savoir 'Awn, Muslim, 'Abd Allah, Ja'far et Ahmad parmi les martyrs de Karbala. Certaines sources historiques mentionnent d'autres enfants de Muslim, qui ont été appelés Ibrahim, 'Abd al-Azïz, Ali, Muslim[11] et une fille appelée Hamïda ou Umm Hamïda.[12]
Certaines sources mentionnent les deux enfants de Muslim, qui après le martyre de l'Imam al-Husayn (a) ont été capturés et emprisonnés à Koufa, par l'ordre de 'Ubayd Allah b. Zîyâd. Ils furent tombés en martyres après avoir échappé la prison.[13]

Événements de la vie

Article connexe : bataille de Siffin.

À propos de la vie du muslim b. 'Aqîl jusqu'à ce que l'Imam al-Husayn (a) le présenta comme son représentant à Koufa, il y a très peu d'information.

Participer aux conquêtes dans Afrique du nord : Selon certaines sources historiques, l'un des événements pendant la vie de Muslim fut sa présence dans les conquêtes de l'Afrique du Nord en l'an 21 H. Muslim b. 'Aqîl et certains de ses frères, dont Ja'far et Ali, participèrent à la conquête de la ville d'al-Bahnasa (en Égypte).[14]

Présence à la bataille de Siffin : Muslim également participa à la guerre de Siffin.[15]

Représentant de l'Imam al-Husayn (a) à Koufa

Muslmin a accompagné l'Imam al-Husayn (a) quand il a quitté Médine vers La Mecque. Mais lorsque l'Imam (a) a reçu de nombreuses lettres d'invitation de Koufa, envoya Muslim à Koufa pour vérifier s'ils étaient honnêtes dans leurs lettres et aussi si c'était le bon moment pour sa présence-là.[16]

Selon un autre rapport, l'Imam (a) a envoyé Qays b. Mus'hir as-Saydâwî, 'Amarat b. 'Abd as-Salûlî et 'Abd ar-Rahmân b. 'Abd Allah al-Arhâbî avec Muslim.

Début du voyage et problèmes sur le chemin

Muslim b. 'Aqîl a quitté La Mecque lors de 15 Ramadan l'an 60 H.[17] Il s'est d'abord rendu à Médine, où il a déployé deux guides, puis s'est rendu à Koufa. Le voyage à Médine était apparemment destiné à cacher son intention d'aller à Koufa.
Cependant, ils étaient perdus dans le désert, pas d'eau et de nourriture. Les deux guides sont décédés, mais Muslim a survécu et a pu se rendre à une oasis, où il a envoyé un messager à l'Imam al-Husayn (a) en lui racontant leur histoire, lui a demandé d'annuler sa mission, car il a tiré mauvais augure de cet événement. Mais, l'Imam (a) a ordonné de continuer le chemin.[18]

À Koufa

Quand Muslim est arrivé à Koufa, il s'est installé chez al-Mukhtar Ibn Abi Ubayd al-Thaqafi et d'après d'autres récits, chez Muslim b. ‘Awsaja. Les chiites venaient à la place de son établissement et Muslim leur lisaent la lettre de l'Imam al-Husayn (a).[19]

Allégeance des gens de koufa avec muslim

Après le séjour de Muslim à Koufa, il a commencé à prêter allégeance à l'Imam al-Husayn (a). Les conditions de l'allégeance comprenaient :

l'appel au Livre de Dieu et à la Sunna du Prophète (s) (tradition) ; le djihad avec des personnes injustes ; la défense des opprimés ; l'aide aux pauvres ; l'assistance aux Ahl al-Bayt (a) ; la division équitable du trésor public (Bayt al-Mâl) ; la paix avec ceux qui les Ahl al-Bayt (a) sont en paix avec eux et le combat avec ceux qui les Ahl al-Bayt (a) commbattent avec eux ; écouter les paroles et les pratiques des Ahl al-Bayt (a) ; et ne les désobéissent jamais.[20]

12 000 personnes ont promis allégeance à l'Imam al-Husayn (a) en jurant allégeance à Muslim.[21] Certains ont enregistré 18 000[22] et certains ont rapporté plus de 30 000.[23]
Après avoir analysé certains événements survenus après la présence de Muslim à Koufa (y compris la présence de Ubayd Allah b. Zîyâd à Koufa et la défaite facile du soulèvement de Muslim et sa prise de contrôle de la ville), certains chercheurs pensent que le nombre réel de ceux qui ont promis leur allégeance à Muslim b. 'Aqil est beaucoup plus petit que ce qui est cité dans les sources.[24] D'autres ont estimé la population de Koufa à cette époque-là, sur la base de comptes rendus historiques, concluant que le nombre de guerriers masculins à Koufa était supérieur à 60 000. Par conséquent, le nombre de ceux qui ont fait allégeance à Muslim, ont été un tier de nombre des guerriers.[25]
Ainsi, dans une analyse des conditions dans lesquelles, l’Imam al-Husayn (a) s’est installé à Koufa, il convient de noter que les personnes qui n’ont pas promis de prêter allégeance à Muslim n’étaient ni les opposants ni les partisans de la dynastie des Omeyyades.
Certains d'entre eux sont restés neutres et se sont tenus à l'écart du conflit. Ainsi, le nombre de personnes qui ont promis leur allégeance à Muslim était suffisant pour un soulèvement à Koufa. C'est pourquoi l'Imam al-Husayn (a) s'est rendu à Koufa à la réception de la lettre de Muslim.[26]

Le 11 Dhu al-Qa'da,[27] Muslim écrivit une lettre à l'Imam al-Husayn (a) selon laquelle, il confirma le grand nombre de ceux qui avaient juré allégeance et avait invité l'Imam (a) à se rendre à Koufa.[28] Cette lettre a été citée dans différentes sources. Ainsi, sur des comptes différents, ses lettres font référence à 12 000,[29] 18 000[30] ou, selon certaines versions, à tous les habitants de Koufa.[31]

Entrée de ‘Ubayd Allah b. Zîyâd à Koufa

Quand Muslim est arrivé à Koufa, Nu‘mân b. Bashîr était le gouverneur de la ville. Selon des sources historiques, il était un homme pacifiste et doux.[32] Aussi, il est mentionné que Nu‘man n'était pas en bons termes avec Yazid 1e.[33]
Quand la nouvelle de l'allégeance des gens de Koufa avec Muslim b. ‘Aqîl a été distribué à Koufa, Nu'mân b. Bashîr a rassemblé les gens et leur a conseillé d'éviter les divisions.

Les partisans de Yazid 1e, y compris ‘Umar b. Sa‘d b. Abî Waqqâs et Muhammad b. al-Ash‘ath al-Kindî, ont écrit une lettre à Yazid 1e et lui a dit que s'il veut conserver Koufa, il faut agir rapidement, car Nu'mân b. Bashîr, l'actuel dirigeant de Koufa, était faible ou prétendait être faible.[34] Ainsi, Yazid a nommé ‘Ubayd Allah b. Zîyâd, qui était le gouverneur de Bassora à la même époque, devint également le gouverneur de Koufa.[35] Selon les historiens, dans son testament à Yazid (conservé par son serviteur et ensuite livré à Yazid), Muawiya recommanda Ibn Zîyâd comme une personne pouvant réprimer toute émeute.[36]

‘Ubayd Allah b. Zîyâd et son père, Zîyâd b. Abîh, étaient connus pour la violence.[37] La famille était généralement déployée par les anciens califes afin de réprimer les émeutes. Par exemple, ‘Ubayd Allah avait réprimé violemment les émeutes des Kharidjites à Bassora. Quand 'Ubayd Allah est arrivé à Koufa, la position de la ville s'est retournée contre Muslim b. ‘Aqîl tout à coup et beaucoup de gens de Koufa qui avaient l'intention de participer à un soulèvement contre le gouvernement de Yazid 1e ont été dispersés pour rester hors de danger.
Après l'arrivée de 'Ubayd Allah à Koufa, il a cherhcé de retrouver les associés de Muslim b. 'Aqil. Il a menacé les chefs de tribus et leur a demandé de lui fournir des noms et de localiser les membres de leurs tribus qui avaient juré allégeance à Muslim ou promis qu'aucun membre de leur tribu ne s'opposerait aux Omeyyades ; sinon, leur sang serait versé et leurs biens confisqués.[38]

Avec l'arrivée de 'Ubayd Allah à Koufa et la diffusion de ses menaces, l'atmosphère de Koufa était dengereuse. Muslim, pour sa sécurité, sortit de la maison d'al-Mukhtar et alla chez Hânî b. ‘Urwa, l'un des meneurs de Koufa et lui demanda de l'abri.[39] Hânî, bien qu'il s'inquiéta de ce sujet, protégea Muslim. À partir de ce moment, pour visiter Muslim, les chiites allaient chez Hânî.[40]

Plan d'assassiner 'Ubayd Allah b. Zîyâd

D'après un rapport cité dans de nombreuses sources historiques, un jour 'Ubayd Allah b. Zîyâd voulait rendre visite à Sharîk b. al-A‘war al-Hârithî, un des chiites de l'Imam Ali (a), se reposait dans la maison de Hânî à cause de sa maladie. Avant l'arrivée de ‘Ubayd Allah à la maison de Hânî, Sharîk b. Al-A‘war a suggéré à Muslim de se cacher quelque part dans la maison, puis d'assassiner ‘Ubayd Allah au bon moment.
Quand Ibn Zîyâd est arrivé chez Hânî, Muslim b. 'Aqîl a refusé de le tuer, parce que Hânî b. 'Urwa ne voulait pas qu'Ibn Zîyâd soit tué dans sa propre maison et aussi, à cause d'un hadith rapporté du Prophète (s) selon lequel, le meurtre par surprise était interdit.[41]

Arrestation de Hânî et soulèvement de Muslim

Bien que Muslim se cachait et avait des liens secrets avec les chiites, ‘Ubayd Allah a trouvé sa cachette par Ma‘qil (l'esclave de ‘Ubayd Allah), qui a prétendu être un partisan de Muslim b. 'Aqîl et a intéressé à le rencontrer.[42]

'Ubayd Allah a ensuite convoqué Hânî b. 'Urwa à son palais et lui a demandé de lui rendre Muslim. Mais, Hânî a refusé de le faire et il a été arrêté. Lorsque Muslim a appris la nouvelle de l'arrestation de Hânî, il a demandé à ses partisans de commencer le soulèvement. Selon des rapports dans les sources historiques, environ 4 000 personnes se seraient rassemblées sous le slogan « Ya Mansûr, Amit » (Oh les victorieux ! Apportez la mort).[43]

Abd ar-Rahman b. Karîz le commandant de Kindî, Muslim b. 'Awsaja, le commandant des Midhhajis, Abû Thumâma as-Saydâwî, le commandant de Tamîm et Hamdan, et Abbas b. Ja'da b. Hubayra le commandant de Quraych et de Ansar.[44] Ils ont entouré le palais. À l'intérieur du palais se trouvaient seulement 50 personnes, y compris les gardes d'Ubayd Allah et ses proches.[45]

'Ubayd Allah a demandé à quelques chefs de Koufa comm Muhammad b. Ash'ath, Kathîr b. Shahâb al-Hârithî, Shabath b. Rib'î, Hajjâr b. Abjar et Shimr b. Dhi al-Jawshan de les disperser en leur donnant de l'argent ou en les effrayant de l'arrivée de l'armée de Cham.[46] Ils ont réussi et les gens ont quitté Muslim progressivement. La nuit, Muslim était seul et n'avait même pas de place pour dormir.[47]

Arrestation et martyre de Muslim

Enfin, debout près de la maison d'une vieille femme qui s'appelait Taw'a, il lui a demandé de l'eau. Quand la femme l'a reconnu, elle lui a demandé de rester chez elle pour la nuit. Le fils de la femme, découvrant la présence de Muslim là-bas, il a informé le lendemain les autorités. Ibn Zîyâd a donné 70 soldats à Muhammad b. al-Ash‘ath et lui a demandé d'arrêter Muslim et de l'amener au palais.[48]
Après un combat entre Muslim et les soldats, Muhammad b. al-Ash‘ath lui a dit que s'il se rend, personne ne le nuira. Ainsi, Muslim s'est rendu et a été emmené au palais.[49] Mais, Ibn Zîyâd a refusé de confirmer la promesse de Muhammad b. al-Ash‘ath, et après une dispute entre Muslim et lui, il a ordonné à Bukayr b. Hamrân[50] qui a été blessé par Muslim, de le prendre au toit du palais et de le décapiter[51] et son corps fut jeté du palais.[52]

Selon des rapports historiques, Muslim serait inquiet pour l'Imam al-Husayn (a). Ainsi, il a demandé de ‘Umar b. Sa‘d, qui venait de Quraych, entend et fait respecter son testament. Son premier testament était d'envoyer quelqu'un chez l'Imam (a) pour le dissuader de venir à Koufa. La deuxième volonté était que son corps soit enveloppé puis enterré, et le troisième était que ses dettes soient payées en vendant son épée et les autres objets à sa disposition.[53]
Après le martyre de Muslim, Ibn Zîyâd a également ordonné l'assassiner de Hânî b. 'Urwa. Puis il envoya leurs têtes à Yazid ibn Muawiya à Cham.[54]

Raisons de la défaite du soulèvement de Koufa et de la mission de Muslim

D'après les informations dans les sources historiques, la majorité des auteurs pensent que l'acause de la défaite du soulèvement des habitants de Koufa lors de la présence de Muslim dans la ville était le rôle politique de 'Ubayd Allah b. Zîyâd qu'il a réussi à effrayer le peuple et la structure sociale de Koufa qui empêchait toute union ou solidarité entre ses peuples, ainsi que la psychologie de ces personnes en tant qu’elles étaient émotives, incapables de s’organiser et liées au monde matériel.[55]

Voire aussi

Références

  1. Pûramînî, Chihrihâ dar Hamâsih Karbala, p 167, 1394 HS
  2. Tahâmî, Muslim b. 'Aqîl Pîsh az Vâqi'i Âshûra', p 99
  3. Barâqî, Târîkh Kûfa, p 98,1424 H
  4. Ibn 'Abd al-Birr, al-Istî'âb fî Ma'rift al-Ash'âb, vol 3, p 1079
  5. Ibn 'Abd al-Birr, al-Istidhkâr, vol 8, p 249
  6. Abu al-Faraj Isfahânî, Maqâtil at-Tâlibîyyîn, p 52
  7. Al-Baladhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 224
  8. ...
  9. Ibn Habbân, ath-Thiqât, vol 5, p 391
  10. ...
  11. Ibn Qutayba, al-Ma'arif, p.204; Baladhari, Ansab al-ashraf, vol.II p.70-71.
  12. Ibn Makula, Ikmal al-kamal, vol. VI, p. 235.
  13. Cheikh as-Sadûq, al-Amâlî, p 143-148
  14. Al-Wâqidî, Futûh ash-Shâm, vol 2
  15. Ibn Sharâshûb, al-Manâqib
  16. Ibn Qutayba, al-Akhbâr at-Tiwâl, p 230
  17. Al-Mas'ûdî, Murawwij adh-Dhahab, vol 3, p 64; 1363 HS
  18. At-Tabarî, Târîkh al-Umam wa al-Mulûk, vol 5, p 354-355, 1387 HS ; Ibn A'tham, al-Futûh, vol 5, p 53, 1411 H
  19. Ibn Qutayba, al-Akhbâr at-Tiwâl, p 231
  20. Al-Muqarram, Abd ar-Razzâq, ash-Shahîd Muslim b. 'Aqîl, p 104
  21. ...
  22. Ibn Qutayba, al-Akhbâr aT-Tiwâl', p 235
  23. Ibn Qutayba ad-Daynawarî, al-Imâma wa as-Sîyâsa, vol 2, p 8, 1413 H
  24. Zargarînijâd, Nihdat Imam Husayn (a), p 135-140 et 145-148
  25. Safarî Furûshânî, Mardum Shinâsî Kûfa, p 15
  26. Târîkh Qîyâm wa Maqtal Jâmi' Sayyid ash-Shuhadâ', vol 1, p 588-592
  27. Muhaddithî, Farhang 'Âshûrâ, p 203, 1380 H
  28. Ad-Daynawarî, al-Akhbâr at-Tiwâl, p 243, 1330 H ; at-Tabarî, Tîrîkh al-Umam wa al-Mulûk, vol 5, p 395, 1387 H
  29. Ad-Daynawarî, al-Akhbâr at-Tiwâl, p 243, 1330 H
  30. Ibn Sa'd, at-TAbaqât al-Kubrâ, at-Tabaqat al-Khâmisa, vol 1, p 65
  31. at-Tabarî, Tîrîkh al-Umam wa al-Mulûk, vol 5, p 395, 1387 H
  32. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 2, p 77, 1974 H ; at-Tabarî, Tîrîkh al-Umam wa al-Mulûk, vol 5, p 355, 1387 H
  33. Ibn Qutayba ad-Daynawarî, al-Imâma wa as-Sîyâsa, vol 2, p 4 ; Maqtal Jâmi' Sayyid ash-Shuhadâ', vol 14, p 512
  34. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 2, p 77-78, 1974 H,
  35. Ibn Qutayba ad-Daynawarî, al-Akhbâr at-Tiwâl, p 231, 1330 H
  36. At-Tabarî, Târîkh al-Umam wa al-Mulûk, vol 4, p 265, 1387 H
  37. Ibn Qutayba ad-Daynawarî, al-Akhbâr at-Tiwâl, p 269-270, 1330 H ; At-Tabarî, Târîkh al-Umam wa al-Mulûk, vol 7, p 185-187, 1387 H ; Ibn Abd al-Birr, al-Istî'âb, vol 2, p 525, 1992 C
  38. At-Tabarî, Târîkh al-Umam wa al-Mulûk, vol5, p 359, 1387 H
  39. ...
  40. ...
  41. Ad-Daynawarî, al-Akhbâr at-Tiwâl, p 235-236, 1330 H
  42. Al-Blâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 2, p 79-80, 1974 C
  43. Al-Blâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 2, p 80, 1974 C ; at-Tabarî, Târîkh al-Umam wa al-Mulûk, vol 5, p 361-367, 1387 H
  44. Ad-Daynawarî, al-Akhbâr at-Tiwâl, 229-260, 1330 H
  45. Ibn Sa'd at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 1, p 461
  46. Al-Blâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 2, p 80-81, 1974 C ; at-Tabarî, Târîkh al-Umam wa al-Mulûk, vol 5, p 368-370, 1387 H
  47. at-Tabarî, Târîkh al-Umam wa al-Mulûk, vol 5, p 369-371, 1387 H
  48. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 2, p 81, 1974 C ; at-Tabarî, Târîkh al-Umam wa al-Mulûk, vol 5, p 350, 1387 H
  49. at-Tabarî, Târîkh al-Umam wa al-Mulûk, vol 5, p 350, et 374, 1387 H
  50. Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 2, p 83, 1974 C ; Ibn Ahtîr, al-Kâmil fi at-Târîkh, vol 4, p 35, 1385 H
  51. Cheikh al-Mufîd, al-Irshâd, p 53-63
  52. Al-Mas'ûdî, Murawwij adh-Dhahab, vol 3, p 65, 1363 H
  53. Ja'farîyân, Ta'ammulî Dar Nahzat 'Âshûrâ', p 168, 1381 HS
  54. Ibn A'tham, al-Futûh, vol 5, p 62
  55. Ja'farîyân, Ta'ammulî Dar Nihzat 'Âshûrâ, 167 et 171, 1381 HS

Bibliographie

  • Abu al-Faraj Isfahânî, Ali b. Husayn, Farzandân Abû Tâlib, traduction de Jawâd Fâdil, Téhéran, librairie de Ali Akbar 'Ilmî, 1339 H
  • Abu al-Faraj Isfahânî, Ali b. Husayn, Maqâtil at-Tâlibîyyayn, chercheur : Mâzim al-Muzaffar, Nadjaf, Manshûrât al-Maktabat al-Haydarîyya, 1385 H/1965 C
  • Abû Hanîfa ad-Daynawarî, Ahmad b. Dâwûd, al-Akhbâr at-Tiwâl, Egypte, Matba'at as-Sa'âda, 1330 H
  • Adh-Dhahabî, Sîyar A'lâm an-Nubala', cherhceur : Shu'ayb al-Arnût, et Muhammad NA'îm al-'Arqsûsî, Ma'mûn Dâgharî, Beyrouth, Mu'assassat ar-Rîslâl, 1413 H, 1993 C
  • Al-Amîn Sayyid Muhsin, A'yân ash-Shî'a, chercheur : Hasan al-Amîn, Beyrouth, Dâr at-Ta'âruf li al-Matbû'ât
  • Al-Balâdhurî, Ahmad b. Yahyâ, Ansâb al-Ashrâf, chercheur : Cheikh Muhammad Bâqir Mahmûdî, Beyrouth, Mu'assassat A'lamî li al-Matbû'ât, 1394 H/1974 C
  • Al-Mas'ûdî, Ali b? Husayn, Murawwij adh-Dhahab wa Ma'âdin al-Jawhar, Qom, Manshûrât Dâr al-Hijrat, 1404 H/1984 C
  • Al-Wâqidî, Muhammad b. Umar, Futûh ash-Shâm, chercheur : Abd al-Latîf Abd ar-Rahmân, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-'Ilmîyya
  • At-Tabarî, Muhammad b. JArîr, Târîkh al-Umam wa al-Mulûk, chercheur : Muhammad Abu al-Fadl Ibrâhîm, Beyrouth, Dâr at-Turâth, edition 2, 1387 H
  • Barâqî, Sayyid Husayn, Târîkh Kûfa, chercheur : Mâjid Ahmad al-'Atîyya, Nadjaf, Intishârât Maktabat al-Haydarîyya, 1424 H/1382 HS
  • Cheikh al-Mufîd, Muhammad b. Muhammad, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, chercheur : Mu'assassat Âl al-Bayt li Tahaqquq at-Turâth, Dâr al-Mufîd, 1414 H/1993 C
  • Cheikh as-Sadûq, Muhammad b. Ali, al-Amâlî, Qom Markaz at-Tibâ'a wa an-NAshr fî Mu'asasat al-Bi'that, 1417 H
  • Cheikh at-Tabrisî, Fadl b. Hasan, A'lâm al-Warâ bi A'lâm al-Hudâ, Qom, Mu'assassat Âl al-Bayt (a) li Ihyâ' at-Turâth, 1417 H
  • Cheikh at-Tûsî, Muhammad b. Hasan, ar-Rijâl, cherhceur : Jawâd Qayyûmî Isfahânî, Qom Mu'assassat an-Nashr al-Islâmî, 1415 H
  • Ibn Abd al-Birr, Yûsuf b. Abd Allah, al-Istidhkâr, chercheur : Sâlim 'Atâ, Muhammad Ali Mu'awwad, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-'Ilmîyya, 2000 C
  • Ibn Abd al-Birr, Yûsuf b. Abd Allah,al-Istî'âb, chercheur : Ali Muhammad al-Bajâwî, Berouth, Dâr al-Jîl, 1412 H/1992 C
  • Ibn 'Anba al-Hasanî ad-Dâwûdî, Ahmad b. Ali, 'Umdat at-Tâlib fî Ansâb Âl Abî Tâlib, Qom, Ansârîyân, 1417 H
  • Ibn A'tham al-Koufî, al-Futûh, chercheur : Ali Shîrî, Beyrouth, Dâr al-Awdâ', 1411 H
  • Ibn Athîl, Ali b. Muhammad, al-Kâmil fi at-Târîkh, Beyrouth, Dâr Sâdir, 1385 H/1965 C
  • Ibn Habbân, ath-Thiqâfât, Mu'assassat al-Kutub ath-Thiqâfîyya, 1393 H
  • Ibn Qutayba ad-Daynawarî, Abd Allah b. Muslim, al-Imâma wa as-Sîyâsa, chehceur : Ali Shîrî, Qom, Sharîf Radî, 1413H/1371 HS
  • Ibn Qutayba ad-Daynawarî, Abd Allah b. Muslim, al-Ma'ârif, chercheur : Thirwat 'Ukâsha, Le Caire, Dâr al-Ma'ârif bi Misr, 1969 C
  • Ja'farîyân , Rasûl, Ta'ammulî Dar Nahdat Âshûrâ', Qom, Ansârîyân, 1381 HS
  • Kamari'î, Mîrzâ Khalîl, 'Unsur Shajâ'at, Muslim b. 'aAqîl va Asrâr Kûfa, Dâr al-'Irfân, edition 1, 1389 HS
  • Muhaddithî, Jawâd, Farhang Âshûrâ', Qom, Nashr MA'rûf, edition 5, 1380 H
  • Pûramînî, Muhammad Bâqir, Chihrihâ Dar Hamâsi Âshûrâ, Qom Bustân Kitâb, 1394 HS
  • Safarî Furûshânî, Ni'mat Allah, Mardum Shinâsî Kûfa, Magzine de Mishkât, n 53, 1375 HS
  • Tahâmî, Tâhâ, Muslim b. 'Aqîl; Pîsh az Wâqi'i Âshûrâ', Magazine de Muballighân, n 99, 1386 HS
  • Un groupe de cherhceurs, Târîkh Qîyâm wa Maqtal Sayyid ash-Shuhadâ', sous la supervision de Mahdî Pîshvâ'î, Qom, Mu'assassat Âmûzishî va Pajûhishî Imam Khomeyni, 1390 HS
  • Un groupe des écrivains, Pajûhishî Pîrâmûni Shuhadâyi Karbalâ, Qom, Pajûhishkadi Tahqîqât Isqlmâmî Sipâh, 1381 HS
  • Zargarî, Ghulâm Husayn, Nahzat Imam Husayn wa Qîyâm Karbalâ, Téhéran, Intishârât Samt, 1386 HS