Sanctuaire de l'Imam al-Husayn (a)

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher
Le mausolée de l'Imam al-Husayn (a) à Karbala

Le Sanctuaire de l'Imam al-Husayn (a) (en arabe : العتبة الحسینیة) est le lieu de sépulture de l'Imam al-Husayn (a), de quelques personnes de Banu Hachim et de ses compagnons qui tombèrent en martyre lors de l'événement de Karbala, en 10 Muharram l’an 61 de l’Hégire, dans la bataille contre l'armée de 'Ubayd Allah b. Zîyâd.

Al-Mukhtar al-Thaqafi construisit le premier monument sur la tombe de l'Imam al-Husayn (a). Ce mausolée fut ensuite reconstruit, réparé et développé par les chiites et les disciples des Ahl al-Bayt (a), en particulière, en période des Bouwayhides, Jalâyirîs, Séfévides et Qadjars,

Ce Sanctuaire fut détruit à plusieurs reprises par des opposants aux croyances chiites, y compris les califes abbassides et les wahhabites. Al-Mutawakkil abbasside détruisit sévèrement le Sanctuaire. À notre époque, en 1411 H, suite à l’intifada du peuple en Irak, le régime Ba’th attaqua le Sanctuaire.

La visite du sanctuaire de l'Imam al-Husayn (a) est une pratique recommandée dans les hadiths chiites. La plupart des visiteurs ou des pèlerins se rassemblent dans le Sanctuaire de l'Imam al-Husayn (a) à l’occasion d’Achoura, d’Arba'în et demi-Sha’bân (le 15 Sha’bân).

Dans le fiqh chiite (la jurisprudence), il y a des préceptes juridiques spécifiques concernant le Sanctuaire de l’Imam al-Husayn ainsi qu’al-Hâ’ir al-Husaynî.

Imam al-Husyan (a)

Article connexe : Imam al-Husayn (a).

Al-Husayn b. Ali b. Abi Talib, est le troisième Imam des chiites, le deuxième fils de l’Imam Ali (a), et de Fatima az-Zahrâ' (a) et le petit-fils du Prophète Muhammad (s). Il est connu sous le nom d’Abâ Abd Allah (a). Il fut martyrisé le dix Muharram, l’an 61 H, sous l’ordre de Yazid Ier ibn Muawiya.

Historique

Après le martyre de l'Imam al-Husayn (a) et de ses compagnons, un clan de Banu Asad enterrèrent leurs cadavres où ils furent martyrisés. À cette époque, le seul signe sur la tombe de l'Imam al-Husayn (a) était des buttes de terre.[1]

Premier monument

Suite à la victoire d’al-Mukhtar al-Thaqafi dans son soulèvement pour la vengeance de l'Imam al-Husayn (a) (au mois de Sha'bân, l’an 65 de l’Hégire (Mars 685 C)), il construisit le premier mausolée sur la tombe de l’Imam al-Husayn (a). Ce monument était fait de briques et de plâtres et constituit d’une pièce couverte et d’une mosquée avec deux portes sur les deux côtés est et ouest.[2]

Depuis que de nombreux chiites visitèrent le mausolée de l'Imam al-Husayn (a), al-Harun al-Rachid ordonna à certains de ses soldats de détruire la mosquée construite sur la tombe de l'Imam al-Husayn (a) et celle de son frère ’Abu al-Fadl al-‘Abbas (a).

Al-Harun leur avait aussi demandé de couper le cèdre qui avait poussé près de la tombe de l’Imam al-Husayn (a) (cet arbre fut le signe de la tombe) et de dévaster la tombe.[3]

Epoque Abbasside

Quand Abd Allah al-Mamun devint califat, tous les Abbassides s’opposèrent à lui. Donc, pour renforcer et établir son pouvoir contre les oppositions, il fit appel aux descendants de l'Imam Ali (a) et à des chiites. Ainsi, il reconstruisit le mausolée de l'Imam al-Husayn (a) et permit aux chiites de visiter cet endroit ainsi que les tombes des autres Imams (a).

Le monument construit sous le commandement d'al-Mamun resta jusqu’en 232 H (846-7 C), mais lorsque al-Mutawakkil al-'Abbasi prit le pouvoir, il ordonna la destruction du mausolée de l'Imam al-Husayn (a).

Afin de détruire toutes les traces du mausolée et d'empêcher les gens d’y visiter, al-Mutawakkil ordonna que le terrain soit labouré et submergé dans l’eau.[4]

À la fin de l’année 247 H (862 C), lorsqu’ al-Muntasir al-’Abbasi devint le califat, il ordonna la construction d'un dôme sur le mausolée de l'Imam al-Husayn (a). Le bâtiment resta intact jusqu'en 273 H (886-7 C), c'est-à-dire jusqu’au califat d'al-Mu'tadid al-’Abbasi.[5]

Le 9 Dhu al-Hijja 273 H (887 C), lorsque les pèlerins se rassemblèrent dans le Sanctuaire de l'Imam al-Husayn (a) pour le jour de ‘Arafa, le bâtiment fut détruit et certains pèlerins furent tués. Après cela, la tombe de l'Imam al-Husayn (a) resta sans aucun bâtiment pendant 10 ans jusqu'à ce qu'al-Dâ'i as-Saghîr prenne le pouvoir. Il ordonna la construction d'un bâtiment pour les Sanctuaires de l'Imam Ali (a) et celui de l'Imam al Husayn (a) avec de grands dômes et deux portes, chacune comprenant une zone couverte. Il reconstruisit également la fortification autour du Sanctuaire de l'Imam al-Husayn (a) et de ses alentours. Le bâtiment remonte aux années 279-289 H (893-902 C).[6]

Epoque Bouwayhides

Pendant le califat de Tâ’i’ le fils d'al-Mutî’ al-’Abbasi, ‘Adud ad-Dawla ad-Daylamî prit le pouvoir à Bagdad. Au mois de Jumâdâ al-Ûlâ 371 H (981 C), il visita le mausolée et ordonna la reconstruction du Sanctuaire de l'Imam al-Husayn (a). En plus de ses dons et de la reconstruction du bâtiment, ‘Adud ad-Dawla ordonna de le décorer et de construire des portiques (Riwâq) autour du Sanctuaire.

Le Darîh (la châsse- une grille finement ouvragée autour le tombeau) fut décoré du teck et des tissus précieux, avec une couverture en bois. ‘Adud ad-Dawla fit certains dons au Sanctuaire tels que les chandeliers pour éclaircir le mausolée. Ces actes aboutirent à l'épanouissement et au développement de Karbala sur le plan religieux, social et commercial.

Un portique, connu sous le nom de Riwâq-i ‘Imrân b. Shâhîn, dans le Sanctuaire de l’Imam Ali (a) à Nadjaf et la mosquée située à l’ouest d’al-Hâ’ir al-Husaynî furent construites pendant cette période.

En 369 H (979 C), Mu'izz ad-Dawla ad-Daylamî attribua la gouvernance de Batîh (région près de Wasit) à ‘Imrân b. Shâhîn. Ce dernier se mit à construire des portiques (Riwâq) et des mosquées à Nadjaf, à Karbala et à Kadhimiya.

Le portique construit au Sanctuaire de l’Imam Husayn (a) devint connu sous le nom de Sayyid Ibrâhîm al-Mujâb. La mosquée qu'il construisit près d’iwan resta intacte jusqu'à la période séfévide.

Dans cette période, selon une fatwa permettant d’intégrer des mosquées dans le Sanctuaire de l'Imam al-Husayn (a), elle fut attachée dans le Sahn (la grande cour intérieure) du Sanctuaire. Certaines parties de cette mosquée sont toujours restées et utilisées pour le stockage des tapis du Sanctuaire. Il est situé derrière l’une des iwans (porche) connu sous le nom de Iwân-i Nâsirî.

Incendie dans le Sanctuaire de l’Imam al-Husayn (a)

En 407 H (1016 C), deux grandes bougies (utilisées pour éclairer le Sanctuaire) sont tombées des chandeliers sur les tapis et mirent le feu aux rideaux et aux couvertures. Le feu se propagea ensuite aux porches et au dôme. Cet incendie fut tellement grave que seuls les murs, une partie du Sanctuaire et la mosquée d’ 'Imran b. Shâhîn restèrent intactes.[7]

Ve siècle de l'Hégire : reconstitution

Après avoir pris le pouvoir, Hasan b. Mufaddal b. Sahlân se mit à reconstruire le Sanctuaire, dont certaines parties-y compris les dômes et les porches-avaient été incendiées. En 412 H (1021 C), il répara le dôme et les parties brûlées et ordonna la construction d'un mur autour du Sanctuaire.[8]

VIIe et VIII siècles de l’Hégire : reconstitution et rénovation

En 620 H (1223 C), Muhammad b. ‘Abd al-Karîm al-Kindî fut nommé ministre d'An-Nâsir li-Dîn Allah. Sous son ordre, les parties endommagées du Sanctuaire furent reconstruites ou rénovées, les murs et les portiques furent recouverts du teck et une boîte en bois, décorée et recouverte de tissu précieux, fut également installée sur la tombe.[9]

Uways b. Hasan al-Jalâ’irî rénova la mosquée et le Sanctuaire en 767 H (1365 C) et construisit un dôme semi-circulaire sur le Darîh. Le dôme reposait sur quatre porches aux quatre côtés de la tombe de l'Imam al-Husayn (a), et les côtés extérieurs de chaque porche formaient les portiques (Riwâq) du Sanctuaire. Un grand dôme fut construit sur ces quatre porches formant une nouvelle forme géométrique.

Le monument fut ensuite achevé par l'un des fils d'Uways, Ahmad, en 786 H (1384 C). L’architecture de ce monument était de telle sorte qu’on pouvait voir tout le Sanctuaire, le mausolée et le Darîh, si on se plaçait dehors vers la qibla. De plus, les pèlerins pouvaient circuler autour du Darîh.

Ahmad al-Jalâ’irî construisit un iwan en face de la cour (Sahn) connu sous le nom d’Iywân-i Talâ (iwan d’or). La mosquée de la cour qui est en forme de carré autour du Sanctuaire, fut également construite sous son ordre. Pendant son règne, les porches et les murs intérieurs du Sanctuaire furent décorés de travail de miroirs et de carreaux. Les deux minarets du Sanctuaire furent également décorés de briques jaunes de Kashan.[10]

Epoque Séfévide

En 914 H (1508 C), Chah Ismâ’îl Ier conquit Bagdad. Le deuxième jour après la conquête, il visita le Sanctuaire de l'Imam al-Husayn (a) et ordonna à ses agents de dorer les marges du Darîh.

En 920 H (1514 C), Chah Ismâ’îl visita de nouveau le Sanctuaire et ordonna la construction d'une boîte en teck sur le Darîh.

En 932 H (1525 C),Chah Ismâ’îl IIème fit don d'un somptueux Darîh en argent au Sanctuaire de l'Imam al-Husayn (a).

En 983 H (1575 C), Ali Pacha connu sous le nom de Wandzâdih, reconstruisit le dôme du Sanctuaire.

En 1032 H (1623 C) Chah Abbas I construisit un Darîh en cuivre et décora le dôme avec les pierres de Kashan.

En 1048 H (1638 C), Sultân Murâd IV, un roi ottoman, visita Karbala, et ordonna que la partie extérieure du dôme soit blanchie par plâtre.[11]

Epoque Afsharides

En 1135 H (1722 C), l'épouse de Nader Chah qui disposait d'une grande fortune, ordonna aux administrateurs du Sanctuaire d'entreprendre une vaste reconstruction. En 1155 C (1742 H), Nader Chah visita Karbala et ordonna la décoration des bâtiments. Il fit également don de précieux cadeaux au trésor du Sanctuaire.[12]

Epoque Qadjars

En 1211 H (1796 C), Agha Mohammad Chah Qadjar ordonna la décoration du dôme du Sanctuaire en or. Mais en 1216 H (1801 C), les Wahhabites attaquèrent à Karbala et détruisirent le Darîh et les portiques et volèrent toute propriété précieuse du trésor du Sanctuaire.

En 1227 H (1812 C), une partie du bâtiment du Sanctuaire était en état de ruine. Ainsi, les gens de Karbala écrivirent une lettre à Fath Ali Chah Qadjar et l’informèrent des dommages. Il envoya un superviseur pour vérifier les dépenses et la reconstruction, puis ordonna la reconstruction du bâtiment et la rénovation des plaques d’or du dôme.

En 1232 C (1816 H), Fath Ali Chah Qadjar construisit un nouveau Darîh (la châsse) en argent, dora le portique du dôme et reconstruisit tout ce qui avait été détruit par les wahhabites.

En 1250 H (1834 C), Fath Ali Chah ordonna la reconstruction du dôme ainsi que celle du Sanctuaire d'Abu al-Fadl al-Abbas.

En 1273 H (1856 C), Naser al-Din Chah rénova le dôme et quelques-unes des ornements en or, et en 1283 H (1866 C), la cour du Sanctuaire fut étendue également au cours de son règne.[13]

Périodes ultérieures

En 1358 H (1939 C), Sayf ad-Dîn Tâhir, un missionnaire ismaélien remplaça le Darîh d'argent par un nouveau.

En 1360 H (1941 C), il rénova l'un des minarets qui avait été complètement détruit.

En 1367 H (1947 C), des maisons et des écoles religieuses près du Sanctuaire furent détruites afin d'élargir le Sanctuaire.

En 1370 H (1950 C), le côté est du Sanctuaire fut étendu, les porches et les arcs furent décorés de carrelages précieux.

En 1371 H (1951 C), le dôme du Sanctuaire fut reconstruit et décoré de briques d'or.

En 1373 H (1953 C), les miroirs du plafond et des portiques du Sanctuaire furent entièrement rénovés et le Sanctuaires de l'Imam al-Husayn (a) et d'Abu al-Fadl al-Abbas (a) furent décorés de carrelages précieux apportés d’Ispahan. Cette année-là, une partie d’Iwan Qibla (le Porche d'or) fut dorée.

En 1383 H (1963 C), le Comité de Reconstruction du Sanctuaire importa des pierres d'Italie afin de construire les murs extérieurs du Sanctuaire.

En 1388 H (1968 C), des piliers furent importés d'Iran et l'ancien plafond de l’iwan fut enlevé.

En 1392 H (1972 C), la reconstruction de l’Iwan d’or commença en 1394 H (1974 C), le plan de reconstruction et d'harmonisation de la cour fut conçu. Le plan comprenait la reconstruction de l’iwan, la destruction du côté ouest de la cour et la couverture des murs avec des carreaux. En 1395 H (1975 C), la reconstruction des Sanctuaires de l'Imam al-Husayn (a) et d'Abu al-Fadl (a) se poursuivit ; les murs de la cour furent recouverts de tuiles et une bibliothèque ainsi qu’un musée sont construits au côté ouest de la cour.

En 1396 H (1976 C), le Ministère de Dotations décora et renouvela l’Iwan d'or avec des tuiles et des incrustations.[14]

Au cours des dernières années, un plafond fut construit sur la cour. C'est pourquoi, le dôme et les minarets du Sanctuaire ne sont plus visibles de loin.[15]Afin de résoudre ce problème, le Comité de Rénovation d’'Atabât ‘ lîyât d’Iran, en coordination avec les autorités irakiennes, tentent de mettre en œuvre un plan pour démanteler le dôme du Sanctuaire de l'Imam Husayn (a). Selon ce plan, la hauteur du dôme sera augmentée à 7,7 mètres, de sorte que le dôme sera visible de loin.[16]

Architecture

Cour (Sahn)

La cour du Sanctuaire de l'Imam al-Husayn (a) est la zone comprenant les portiques (Riwâq) du Sanctuaire. Etant donné que les gens se rassemblent dans la cour pour les prières de concrétions ou les autres rituelles religieuses, on le nomme également Jâmi’. L'autre nom attribué au Sanctuaire est Mashhad.

Avant 1948 C, les bazars et les autres bâtiments étaient adjacents au Sanctuaire, sans aucune rue entre eux. Cette année-là, une rue fut construite autour du Sanctuaire. Le mur extérieur du Sanctuaire fut séparé des autres bâtiments urbains et fut orné par des tuiles précieuses et des briques jaunes. Les versets coraniques en calligraphie coufique sont également inscrits en haut des portes.

L'intérieur de la cour était de forme rectangulaire, avec deux petits côtés supplémentaires - en fait, il était d’une forme quasi-hexagonale, tout comme le Darîh (la châsse). Cependant, au cours de l'expansion du Sanctuaire en 1947 C, les deux côtés supplémentaires- l'un dans la partie sud-est et l'autre dans la partie nord-est- furent démantelés, et ainsi, de l’intérieur, la cour a la forme d’un rectangle tandis que de l’extérieur, il ressemble à un ovale.

Avant le projet d'expansion du Sanctuaire en 1947 C, il y avait des mosquées et des écoles des études islamiques autour de la cour, et leurs portes s'ouvraient sur le Sanctuaire. Cependant, la municipalité de Karbala détruisit toutes ces écoles et mosquées et construisit une rue autour du Sanctuaire.

La superficie totale de la cour est de 1 500 mètres carrés. Il y a 65 iwans (porche) tout autour de la cour dans lesquels se trouve une chambre (Hujra). Ces chambres appartenaient aux étudiants des écoles des études islamiques afin d'y discuter de leurs études, et certaines d'entre elles étaient attribuées aux rois, aux dirigeants, aux gouverneurs et aux érudits islamiques.[17]

Portes

La cour du Sanctuaire a plusieurs portes dont chacune s'ouvre sur un quartier de Karbala. Les portes sont situées sous les iwans (portiques) ornés de tuiles précieuses dont sur les marges les versets coraniques avec la calligraphie coufique sont inscrits.

Dans le passé, il y avait sept portes dans la cour, mais de nos jours, il y en a dix :

  1. Bâb al-Qibla (en arabe : باب القبلة, la porte de Qibla) : elle est la plus ancienne et la porte principale de la cour. Il se nomme ainsi car elle est située dans la direction de Qibla.
  2. Bâb al-Raja’ (en arabe : باب الرجا, la porte d'espérance) : située entre Bâb al-Qibla et Bâb Qâdî al-Hâjât.
  3. Bâb Qâdî al-Hâjât (en arabe : باب قاضی الحاجات): cette porte est située en face de Sûq al-'Arab (marché arabe), et il se nomme d'après l'un des titres de l'Imam al-Mahdi (a) (Qadi al-Hâjât : le satisfacteur des besoins des gens). Sa hauteur est de cinq mètres et sa largeur est de 3.5 mètres.
  4. Bâb ash-Shuhadâ (en arabe : باب الشهدا la porte des martyrs) : Cette porte est située au milieu du côté est, sur le passage des pèlerins vers la tombe d'Abu al-Fadl al-'Abbas (a). Elle se nomme la porte des martyrs au souvenir des martyrs de Karbala.
  5. Bâb al-Kirâma (en arabe: باب الکرامه, la porte de dignité) : elle se trouve à la distance la plus éloignée du côté nord de la cour, près de Bâb ash-Shuhadâ. Le nom de cette porte rappelle la dignité de l'Imam al-Husayn (a).
  6. Bâb as-Salâm (en arabe : باب السلام, la porte de salutation) : elle est située au milieu du côté nord et se nomme ainsi car autrefois, les pèlerins saluaient l'Imam al-Husayn (a) en entrant par cette porte.
  7. Bâb as-Sidra (en arabe : باب السدرة, la porte de cèdre) : elle se trouve au point le plus éloigné du côté nord-ouest de la cour et nommée, ainsi en raison de l’arbre cèdre planté près de la tombe de l'Imam al-Husayn (a) au 1er siècle de l’Hégire (7ème siècle C), par lequel les pèlerins trouvaient la tombe.
  8. Bâb as-Sultânîyya (en arabe : باب السلطانیه, la porte du Sultan) : elle est située sur le côté ouest de la cour et appelée ainsi car elle fut construite par un Sultan ottoman.
  9. Bâb Ra’s al-Husayn (en arabe : باب الراس الحسین , la porte de la tête d'al-Husayn) : elle est située au milieu du côté ouest de la cour et appelée ainsi car elle se trouve en face de la tête de l'Imam al- Husayn (a).
  10. Bâb az-Zaynabîyya (en arabe : باب الزینبیه, la porte de Zaynab (a)) : elle est située sur le côté sud-ouest de la cour, et se nomme ainsi, car elle est près d'al-Tall Zaynabîyya ou Maqâm Zaynab.[18]

Dôme

Il y a un grand dôme sur le mausolée de l'Imam al-Husayn (a), recouvert d'or pur. La partie inférieure du dôme contient dix fenêtres qui donnent sur l'extérieur. Le dôme mesure 37 mètres de haut. Il a la forme sphérique semblable à la forme d'un oignon. Sur la pointe du dôme, les barres dorées sont disposées qui mesurent deux mètres de long, avec une lampe au-dessus. Le nombre de blocs d'or utilisés dans le dôme est 7 526 et la surface totale dorée est de 301 mètres carrés.[19]

Minarets

À moins de dix mètres du sud du Sanctuaire, il y a deux grands minarets dorés avec 25 mètres de haut et de quatre mètres de diamètre. Les deux minarets furent construits en 786 H (1384-1385 C) pendant la période d’Uways al-Jalâyirî et de son fils, Ahmad.

En total, 8 024 blocks d’or sont utilisés pour l’orner la surface extérieure des minarets.[20]

Iwân-i Talâ (Iwan dorée)

Iwan doré (portique doré) est situé sur le côté sud de la cour avec un haut plafond qui se compose de trois parties : la partie médiane qui est la plus haute et deux parties latérales, plus courtes.

La partie sous-jacente de l’iwan est séparée de la cour (Sahn) par des clôtures en métal qui sont situées au milieu des piliers. Les gens passent à l'intérieur du Sanctuaire par les deux côtés latéraux. Les murs du portique sont revêtus d'or pur et les parties supérieures des murs sont recouvertes de tuiles.[21]

Porches (Riwâq)

Gunbad Khâna (l'endroit au-dessus duquel se trouve le dôme) est entouré de quatre porches sur ses quatre côtés. La largeur de chaque porche est de cinq mètres, la longueur des porches nord et sud-est de 40 mètres, la longueur des porches est et ouest est d'environ 45 mètres, et la hauteur de chaque porche est de 12 mètres.

Le porche ouest qui s'appelait autrefois le porche de 'Imrân b. Shâhîn s’appelle maintenant le porche de Sayyid Ibrâhîm al-Mujâb. C'est parce qu’al-Sayyid Ibrâhîm, le petit-fils de l'Imam Mûsâ al-Kâzim (a), y est enterré. Certains érudits islamiques furent également enterrés dans ce porche.

Le porche est que l'on appelait autrefois le porche d'Âqâ Bâqîr est maintenant appelé le porche de Fuqahâ, car certains faqih (érudits chiites) y sont enterrés.

Le porche sud-est connu sous le nom du porche de Habîb b. Muzâhir qui fut enterré dedans. Il y a un petit Darih (une châsse) en argent sur sa tombe, qui fut renouvelé en 141 H (1990 C). Dans ce porche se trouve également les tombes de savants chiites bien connus.[22]

Le porche nord fut construit par Chah Safî, et il s'appelle le porche des rois parce que les rois Qadjars y entrèrent.

Darîh

Sous le dôme, il y a une grande Darîh (châsse) polygonale en argent, dans laquellese trouve les tombes de l'Imam al-Husayn (a) et de ses fils, Ali al-Asghar et Ali al-Akbar. (23) Différents Darîh furent construits et installés sur la tombe d'Imam al-Husayn (a) à différentes périodes. La dernière fois, le Darih fut changé en 2011.[23]

Mausolées des martyrs de Karbala

Article connexe : martyrs de Karbala.

Ali al-Akbar fut enterré sous les pieds de l'Imam al-Husayn (a). Les deux côtés inférieurs de Darih (la châsse) appartiennent à Ali al-Akbar et aux martyrs de Banu Hachim.[24] Cette partie fut attachée à la partie extérieure de Darih avec 6.2 mètres de longueur et 4.1 mètres de largeur.

Ainsi, les mausolées des martyrs de Banu Hashim sont situés à côté de Ali al-Akbar et sous les pieds de l'Imam al-Husayn (a). Selon les hadiths, lorsque Banu Asad enterra les martyrs de Karbala, ils enterrèrent les cadavres de Banu Hashim -rassemblés dans un camp par l’Imam Husayn (a)- sous les pieds de l'Imam al-Husayn (a), puis à quelques mètres plus bas, les autres martyrs de Karbala furent enterrés.

Tous les martyrs de Karbala - à l'exception d'Abu al-Fadl (a), Hurr b. Yazîd ar-Rîyâhî et Habîb b. Muzâhîr -furent enterrés près de la tombe de l'Imam al-Husayn (a), sur le côté sud-est de la tombe. Ces tombes sont situées dans une chambre de 12 mètres avec une boîte incrustée et une fenêtre en argent. Au-dessus de la fenêtre, il y a des inscriptions en tuile bleue sur lesquelles les noms des 120 martyrs de Karbala et une prière qui leur est adressée sont écrites (Qâʾidân, ʿAtabât ʿAlîyât Iraq, pp 118-119).

Qatligâh (zone de me meurtre)

Qatilgâh ou Maqtal est l'endroit où l'Imam al-Husayn (a) fut décapité. Cet endroit dispose d’une chambre spéciale avec une porte en argent et une fenêtre vers la cour (Sahn). Il est situé au côté sud-ouest du porche Habîb b. Muzâhir. Son sol est couvert de marbres et dedans il y a une cave avec une porte d'argent.[25]

Al-Hâ'ir al-Husaynî

Article connexe : Al-Hâ'ir al-Husaynî.

Hâ’ir est une zone spéciale autour de la tombe de l'Imam al-Husayn (a). Le mot "al-Hâ'ir" (en arabe : الحائر ) signifie littéralement, stupéfait, vagabond et étonné. Il se réfère également à une fosse profonde ayant un centre plat et des côtés élevés, de sorte que si de l'eau s'y accumule, il n'y aura pas de sortie.

Selon certaines narrations, après qu’al-Mutawakkil al-Abbasi (232 H- 247 H) ait ordonné à ses agents de détruire le mausolée de l’Imam al-Husayn (a) en y faisant couler l’eau, l'eau resta immobile près de la tombe et ne s’écoula pas là-bas ; ainsi, cet endroit nomma " al-Hâ'ir "

Cette zone comprend le mausolée et ses environs tels que le dôme, le Darih et les tombes des martyrs de Karbala.[26]

Trésor et bibliothèque du Sanctuaire

Le trésor du Sanctuaire est situé sur le côté nord. Il contient de nombreux objets et cadeaux précieux donnés par les rois et les souverains des territoires islamiques au cours des siècles. La bibliothèque du Sanctuaire est située sur le côté est du Sanctuaire. Il contient des copies précieuses du Coran.[27]

Personnes enterrées dans le Sanctuaire

Pendant des siècles, de nombreuses personnalités éminentes, de princes, de dirigeants, de poètes et d’érudits furent enterrés dans le Sanctuaire:

  • Zâ'ida b. Qudâma (décès en 161 H ( 777C))
  • Sulayman b. Mihrân al-A'mashî (décès le premier siècle de l’Hégire / le 7ème siècle)
  • Al-Hasan b. Mahbûb al-Bajalî (le premier siècle de l’Hégire / le septième siècle)
  • Abû Hamza ath-Thumâlî (décès en 128 H (745 C))
  • Mu'âwiya b. 'Imâd ad-Duhnî (décès vers 157 H (773 C))
  • 'Abd Allah b. Tâhir (décès en 300 H (912 C))
  • Cheikh Ali b. Bassâm al-Baghdâdî (décès en 302 H (914 C))
  • Cheikh Abu al-Hasan Muhammad al-Muzayyan (décès en 327 H (938 C))
  • Cheikh Abû Ali al-’Iskâfî (décès en 336 H (947C))
  • Cheikh Abû Bakr Muhammad b. Umar b. Yassâr at-Tamîmî (décès en 344 H (955 C))
  • Cheikh Abû ‘Abd Allah al-Ghadâ'irî al-Kûfî
  • Cheikh Ali Burûghandî, un sufi proéminent (décès en 359 H(969 C))
  • Cheikh Abû Ali al-Maghribî (décès en 364 H (974 C))
  • Ahmad b. Ibrâhîm Dabî al-Kâfî, vizir de Mu’ayyid ad-Dawla (décès en 398 H (1007 C))
  • Cheikh Abû Sahl Sal'ukî (décès en 369 H (979 C))
  • Abû Muhammad al-Hasan al-Mar'ashî at-Tabarî (décès en 308 H (920 C))
  • Zâfir b.Qâsim al-Iskandarî, poète (décès en 529 H (1134 C))
  • Emir Qutb ad-Dîn Sanjar Mamlûk an-Nâsir liDîn Allah al-'Abbâsî (décèse en 607 H (1210 C)
  • Jamâl ad-Dîn Qashmar an-Nâsirî (décès le 637 H (1239 C))
  • Jamâl ad-Dîn Ali b. Yahyâ al-Makhramî (décès en 646 H (1248 C))
  • Emir Amin ad-Din al-Kâfûr (décès en 653 H (1255 C))
  • Abu al-Futûh Nâsir b. Ali an-Nahwî b. al-Makhâzin (décès 600 H (1203 C))
  • Afsanqar b. ‘Abd Allah l-Tu'rkî, vizir (décès en 604 H (1207C))
  • Sultan Tâhir Shah, le roi du Deccan en Inde ( décès en 957 H (1550 C))
  • Sultan Birmân Nizâm b. Sultan Ahmad al-Hindî (décès en 961 H (1553 C)
  • Sultan Hamza Mîrzâ Safawî (décès en 997 H (1588 C))
  • Muhammad b. Sulaymân, connu sous le nom de Fudûlî, poète (décès en 963 C (1555 C))
  • Sûfî Fadlî b. al-Fûdûlî, le poète, ( décès en 5978 H)
  • Muhammad Bâqir al-Wahîd al-Bihbahânî (mort en 1208 H (1793 C))
  • Mîrzâ Mahdî Shahristânî (décèse en 1216 H (1801 C))
  • Sayyid Ali b. Muhammad Ali at-Tabâtabâ'î, auteur de Riyâd al-Masâ'il (décès en 1231 H (1815 C))
  • Mîrzâ Shafi' Khân, premier ministre de l'Iran (décès en 1224 H (1809 C))
  • Sayyid Kâzim ar-Rashtî, chef de Shaykhîyya (décès en 1259 H (1843 C))
  • Cheikh Muhammad Taqî ash-Shîrâzî al-Hâ'irî (décès en 1338 H (1919 C))[28]

Tutelle du Sanctuaire

Umm Mûsâ, la mère d'al-Mahdi al-'Abbâsî, nomma certaines personnes en tant qu'administrateurs du Sanctuaire de l'Imam al-Husayn (a). Elle leur donna des salaires. Al-Harun al-Rachid fit de même. Ces personnes étaient les premiers conseils d'administration du Sanctuaire.

Puisque les Alawites représentaient la majorité des gens à Karbala, le gouvernement de la ville était entre les mains de leur leader religieux. Un Naqîb (en arabe: نقیب) ou le chef des Sâdât Alawites était d'un rang social et politique élevé, ayant des autorités spéciales.

Une personne devait remplir certaines conditions et satisfaire des exigences spéciales afin d'occuper ce poste. Spécifique aux Alawites, ce rôle transférait d'une famille à une autre à condition que cette personne remplisse des conditions. L'une des tâches importantes des Naqîbs fut l'administration des affaires alaouites ainsi que le Sanctuaire de l'Imam al-Husayn (a).

Après la chute de Bagdad par les Mongols en 656 H (1258 C), il nous reste peu de rapports sur la façon dont les Sanctuaires de l'Imam al-Husayn (a) et Abu al-Fadl al-Abbas (a) furent administrés. Au début du 8ème siècle de l’Hégire (14ème C), certaines personnes du clan Banu Asad, qui pourraient étendre leur domination dans les territoires voisins, prirent le contrôle de l'administration du Sanctuaire.

La plupart des gens qui s’occupaient de la tutelle du Sanctuaire appartenaient à deux clans Alévis : al-Zuhayk et al-Fâ'iz qui occupaient consécutivement le poste de Naqîb à Karbala : quand une personne de l’un de ces tribus devenait Naqîb, l'autre occupait le poste de la tutelle.

La tutelle du Sanctuaire parvint à guider les gens de résister contre les attaques wahhabites à Karbala au cours des années 1216-1220 H (1801-1805 C) ainsi que dans les attaques de Najib Pacha en 1258 H (1842 C) connu sous le nom de Kadîr Khûn (la mare du sang).

Au cours de l’attaque de Najib Pacha, Karbala fut détruit et les familles Alawites perdirent le pouvoir de sorte que pendant deux siècles, les non-Alawites prirent le contrôle de la tutelle du Sanctuaire. La tutelle était entre les mains des non-Alawites jusqu'à la fin du 13ème de l’Hégire (19ème siècle). Après cela, le Sanctuaire fut contrôlé par le clan l Tu'ma jusqu'à la fin de l'empire ottoman et les périodes suivantes.[29]

Récompenses divines de Zîyâra

L'importance de visiter le Sanctuaire de l'Imam al-Husayn (a) est souligné dans les nombreux hadiths. Un tel accent ne fut pas mis sur la visite des sanctuaires d'autres Imams (a). Selon certaines narrations, il est même obligatoire de visiter le Sanctuaire de l'Imam al-Husayn (a).

Selon un hadith de l'Imam al-Bâqir (a) :

"Si les gens savaient quelles sont les vertus de visiter le mausolée de l'Imam al-Husayn (a), ils mourraient par passion".

Il ajouta ensuite :

"Quiconque visite al-Husayn (a) par passion, sa récompense divine sera égale à un millier de hadj acceptés et à un millier de umra récompensés et à mille martyrs de la bataille de Badr et à mille jours de jeûne et à mille des charités acceptées et à mille émancipations d'esclaves pour l'amour de Dieu."[30]

Les chiites visitent fréquemment le Sanctuaire de l'Imam al-Husayn (a). La plupart des pèlerins du Sanctuaire se rassemblent les jours de Achoura, d’Arba'în et demi-Sha'bân à Karbala.

Preceptes juridiques

Dans le Sanctuaire, un voyageur peut faire ses prières dans les formes raccourcies (prière al-Qasr) ou complètes , mais il est plus vertueux de les faire complètement. Ce précepte s’applique à toute la zone sous le dôme, aux porches et à la mosquée adjacente ; il veut dire un voyageur pour y faire sa prière complète.[31]

Il est très gratifiant de faire les prières dans les Sanctuaires des Imams (a), en particulier ceux de l'Imam Ali (a) et de l'Imam al-Husayn (a).[32]

Il faut avoir le respect à l’égard des Imams (a) et on ne devrait pas faire ses prières en avant des tombes du Prophète (s) et des Imams (a).

Si quelqu’un fait ses prières en avant, son acte se considère en tant qu'un manque de respect et donc un acte Harâm (interdit) ; cependant, la prière n'est pas invalide (c'est-à-dire qu’elle ne doit pas être répétée).

S'il y a une barrière entre la personne et la tombe, alors il n'y a aucun problème à faire les prières en avant des tombes, mais la boîte de Darîh (la châsse) ou le tissu qui la recouvre ne compte pas comme des barrières.[33]

Il est recommandé (mustahab) de mettre des parfums lors de la zîyârat (visite) des Sanctuaires des Imams (a), mais pour la zîyârat du Sanctuaire de l’Imam al-Husayn, il n'est pas considéré en tant que surérogatoire.[34]

Le sol de la tombe (Turbat) de l'Imam al-Husayn (a) a des préceptes juridiques spéciaux:

En faisant des prières, il est recommandé (mustahab) d’effectuer la sajdah (prosternation) de la prière sur le sol de la tombe de l'Imam al-Husayn (a), car une telle prière est plus gratifiante.

Il est interdit (harâm) de manger n'importe quel type de sol, mais il est autorisé de manger un peu de sol du Sanctuaire de l'Imam al-Husayn (a) à des fins de guérison.

Il est recommandé (mustahab) de nourrir les nouveau-nés avec un peu de ce sol.

Il est obligatoire de respecter Turbat (le sol de la tombe de l'Imam al-Husayn (a)), et il est interdit d’y manquer le respect, y compris : le rend impur (najis), le jeter à un endroit irrespectueux, et s'il est jeté dans un tel endroit, il devrait être sorti.

Il est recommandé (mustahab) de mettre un peu de terre de la tombe de l’Imam al-Husayn (a) dans le linceul de cadavre avant de l'enterrer, et de le mélanger avec le Hunût utilisé pour le cadavre (parfumer le cadavre avec du camphre avant l'enterrement).

Si une propriété se transporte quelque part (comme la dot d'une fille), il est recommandé (mustahab) d'y mettre une partie du sol de la tombe de l'Imam al-Husayn (a).

Il est recommandé (mustahab) de sentir et d'embrasser le sol et de le frotter sur les yeux. Il est également recommandé (mustahab) de toucher le sol et de le frotter sur d'autres parties du corps.

Il est recommandé (mustahab) de réciter le dhikr avec un misbaha dont les perles faites du sol de l'Imam al-Husayn (a). Même porter un tel misbaha est méritoire et recommandé.[35]

Références

  1. Qurayshî, Marqad-hâ wa Makânhâ-yi Zîyâratî-yi Karbala, p. 22.
  2. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, p. 89
  3. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, p. 93
  4. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, p 94, 95; at-Tabarî, Târîkh al-Umam wa al-Mulûk,1378 H, vol IX, p 185
  5. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, p. 99
  6. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, p. 99-100
  7. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, pp 100-102
  8. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, p. 103
  9. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, pp 103,104
  10. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, pp.104-106
  11. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, p. 110
  12. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, p. 111
  13. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, pp. 111-112
  14. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, pp. 111-112
  15. Le projet d'augmentation de la hauteur du dôme du Sanctuaire sacré de l'Imam Husayn (a) fut commencé
  16. Le projet d'augmentation de la hauteur du dôme du Sanctuaire sacré de l'Imam Husayn (a) fut commencé
  17. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, pp 170-175
  18. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, pp 93-203
  19. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, p 184
  20. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, pp 90-91
  21. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, p163
  22. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, pp 156-157
  23. Qâʾidân, ʿAtabât ʿAlîyât Iraq, pp 122-123
  24. Qumî, Amâkin-i Zîyâratî wa Sîyâhatî-yi Iraq, p. 46
  25. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, p 162
  26. Qâʾidân, ʿAtabât ʿAlîyât Iraq, p 101
  27. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, p.124
  28. Muqaddas, Râhnamâ-yi Amâkin-i Zîyaratî wa Sîyâhatî dar Iraq, pp. 223-225
  29. l-Tu'ma, Karbalâ wa Haram-hâ-yi Mutahhar, pp 217-220
  30. Qurayshî, Marqad-hâ wa Makânhâ-yi Zîyâratî-yi Karbala, p 30
  31. Fallâh Zâdih, Ahkâm-i Fiqhî-yi Safar Zîyâratî-yi ʿAtabât, p 14
  32. Fallâh Zâdih, Ahkâm-i Fiqhî-yi Safar Zîyâratî-yi ʿAtabât, p 17
  33. Fallâh Zâdih, Ahkâm-i Fiqhî-yi Safar Zîyâratî-yi ʿAtabât, pp 17-18
  34. Fallâh Zâdih, Ahkâm-i Fiqhî-yi Safar Zîyâratî-yi ʿAtabât, p 36
  35. Fallâh Zâdih, Ahkâm-i Fiqhî-yi Safar Zîyâratî-yi ʿAtabât, pp 57-59