Shaytân

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Shaytân (en arabe: شیطان ), dit Satan ou diable en français est un nom qu’on donne en général à tout ce qui est considéré comme mal, néfaste ou maléfique. Ce terme en tant que nom propre Satan, est confondu également parfois avec Iblîs, qui est le nom d’une des créatures [anges ou djinn] de Dieu qui n’a pas accepté de se prosterner devant le premier homme, Adam, et suite à cette désobéissance, Dieu l’a fait sortir du domaine de sa miséricorde divine.

Le terme Shaytân ou Shayâtîn (pluriel de Shaytân) a été mentionné 88 fois dans le Coran, et dans de nombreuses citations, ce terme signifie la même chose que Iblîs (c’est-à-dire l’ange ou le djinn, qui ne s'est pas prosterné devant l’homme/Adam).

Satan (Shaytân), d’après la croyance islamique, n’a pas d’effet de genèse sur l’homme (c'est à dire que ses efforts n’aboutissent pas à aucune création dans l’humain). Il a seulement le pouvoir d’influencer l’homme en tentant son âme aux désirs et aux instincts inférieurs, afin de l’éloigner du droit chemin, son objectif étant de combattre les prophètes. Différents aspects des efforts de Satan sont mentionnés dans le Coran et dans le hadith. D’après les croyances islamiques, le sort de Satan et ses partisans sera l’enfer.

Terminologie

Il n’y a pas de convergence parmi les savants et théologiens à propos de la racine du terme Shaytân. Certains le considèrent comme un mot d’origine purement arabe, et d’autres pensent que c’est un terme importé.

Pour certains, il est de la racine « Sh.t.n. » signifiant éloignement ; ou de la racine « shit » signifiant brûler ; pour d’autres, il dérive du terme hébreu « hâshtatîn », signifiant conflit et hostilité.

Il y a aussi ceux qui pensent que le terme vient de la langue syriaque. Ce terme ressemble également au terme grec de Titân (en mythologie grecque, les titans sont les divinités primordiales, des êtres géants et immortels, qui ont précédé les dieux grecs du mont Olympe).

Shaytân dans le Coran

Le terme Shaytân a été mentionné 88 fois dans le Coran, dont 64 sous la forme singulière et définie, 6 sous la forme singulière mais indéfinie et 18 sous la forme plurielle.

Ce nombre est aussi égal au nombre des anges mentionnés dans le Coran[1]. Ce terme dans le Coran a souvent le même sens que le nom propre de Iblis (par exemple Sourate Yûsuf, verset : 5 ; Sourate al-Baqara, verset 32 ; Sourate al-‘An’âm, verset 20 - 22), mais parfois aussi il a été mentionné pour parler de son sens commun (par exemple : Sourate Sâfât, verset 7 ; Sourate Hajj, verset 3 ; Sourate al-‘An’âm, verset 112 ; Sourate al-Baqara, versets 14 et 102).

Le Coran connaît Iblis comme un être à part entière et indépendant de l’homme ; il est comme les djinns, et a été créé à partir du feu (contrairement de l’homme qui a été créé avec la terre), c’est lui qui influence l’homme et essaye de l’éloigner, par la tentation des désirs et des instincts, du chemin de la vérité.

Certains, en se basant sur des preuves et argumentations puisées dans la théologie musulmane, pensent que le Shaytân peut apparaître sous n’importe quelle forme, sauf sous la forme des prophètes et de leurs légataires[2].

Dieu le Très haut à travers de nombreux versets a rappelé à l’homme le grand danger de Satan et lui a demandé d’être vigilant pour que les tentations de Satan ne le sortent pas du chemin de vérité et de l’obédience. Il présente Satan comme l’ennemie affirmé de l’humanité, et demande à l’homme aussi de le considérer comme son ennemie. Par exemple :
Sourate Fâtir, verset 6 : إنَّ الشَّيْطَانَ لَكُمْ عَدُوٌّ فَاتَّخِذُوهُ عَدُوًّا إِنَّمَا يَدْعُو حِزْبَهُ لِيَكُونُوا مِنْ أَصْحَابِ السَّعِيرِ

Traduction : Certes Satan est pour vous un ennemi déclaré. Considérez le donc comme un ennemi. Satan appelle seulement [ceux de] sa faction pour qu'ils soient parmi les Hôtes de Brasier [3].

Il dit également dans la Sourate Kahf (18), verset 50 : (…) Allez-vous cependant le prendre, ainsi que sa descendance, pour alliés en dehors de Moi, alors qu’ils vous sont ennemis? Quel mauvais échange pour les injustes! Voici d’autres versets dans le même sens :

Sourate an-Nisâ’ (4), verset 119 : (…) Et quiconque prend le Diable pour allié au lieu d’Allah, sera, certes, voué à une perte évidente.

Sourate Hijr (15), verset 43 : Et l’Enfer sera sûrement leur lieu de rendez-vous à tous.

Sourate an-Nisâ’ (4), verset 119 : Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l’égarement.

Yâ-Sîn (36), verset 62 : Et il a très certainement égaré un grand nombre d’entre vous. Ne raisonniez-vous donc pas?

Sourate an-Nisâ’ (4), verset 38 : (…) Quiconque a le Diable pour camarade inséparable, quel mauvais camarade!

Sourate al-Furqân (25), verset 29 : Et le Diable déserte l’homme (après l’avoir tenté).

Le domaine de Satan est le tashri’ et non pas le takwin ; c’est-à-dire que ses efforts n’ont pas d’effet de genèse sur l’homme. Ainsi il est seulement capable de tenter l’homme vers le péché. Son seul pouvoir est donc l’encouragement de l’homme et il est incapable d’obliger l’homme ou de s’imposer à lui.

Rapport entre Shaytân et Iblîs

Il faut préciser que Shaytân est un nom commun tandis que Iblis est un nom propre. Autrement dit, on peut appeler tout être maléfique Shaytân, que ce soit des humains ou des djinns. Mais Iblis est le nom de la créature de Dieu qui n’a pas accepté de se prosterner devant l’Homme, c’est celui qui est toujours à la recherche de l’homme, avec l’aide de son armée [4].

Satan (Shaytân) et Iblis n’ont aucun pouvoir ni de puissance dans la création et la genèse, d’après le point de vue de la théologie islamique. Puisque c’est seul Dieu, le Très Haut, qui a tout créé, d'une meilleure façon :

  • الذی احسن کل شی ء خلقه , traduction : qui a bien fait tout ce qu’Il a créé (Sourate as-Sajda/32, verset : 7 )
  • ربنا الذی اعطی کل شی ء خلقه ثم هدی, traduction : Notre Seigneur, dit Moïse, est Celui qui a donné à chaque chose sa propre nature, puis l’a dirigée (Sourate Tâhâ/20, verset : 50).

Shaytân dans les narrations et les récits saints

Allameh Majlisi dans le volume 60 de son Bihâr al-Anwâr a rapporté 177 récits et paroles attribués aux impeccables à propos de Shaytân et/ou Iblis. Dans ces récits, l’histoire de Shaytân en rapport avec certains prophètes et Imams est mentionnée. Parmi ces prophètes et Imams, nous pouvons citer : Le Prophète Muhammad (s), Nûh (Noé), Sulaymân (Salamon), Dû al-Kifl (Ezéchiel), Adam, Ayûb (Job), Ibrâhim (Abraham), Yahyâ (Jean Baptiste), Musâ (Moïse), Isâ (Jésus), et l’Imam Ali (a). Certain de ces hadiths sont en rapport avec la figure de Yahyâ (Jean Baptiste), et sont remplis des leçons morales.

Dans d’autres hadiths, la récitation du nom de Dieu (الله) et la formule pieuse Bismillah (بسم الله) est conseillée pour commencer certains actes comme manger, partir, faire les ablutions, prier, se réunir, etc. Puisqu'ils sont considérés comme des causes qui éloignent Iblis de l’homme.

Dans certains autres hadiths, l’invention de certains péchés comme Ghina’ (sorte de musique et de chanson qui est considérée comme blâmable) et lawât (la sodomie) est attribuée à Iblis ; et certains actes et attitudes inconvenables comme : dormir sur le ventre, l’obsession et l’analogie injustifiable, sont définis comme les siens.

Dans le discours de Qâsi’a de l’Imam Ali (a), certains caractéristiques de Satan sont mentionnées comme : la jalousie, le préjudice injustifiable, l’ironie amère, la critique destructrice, l’orgueil et l’avidité.

Certains savants ont interprété le sens du terme Shaytân dans certains hadiths, tout simplement comme équivalent de "microbe", en arguant que les maux et les satans sont comme les microbes: à la fois maléfiques et invisibles.

La quiddité de Shaytân

Il n’y a pas de convergence à propos de la quiddité de Shaytân chez les savants musulmans. Certains pensent qu’il est la même chose que la force instinctive existant dans l’humain, celle qui le conduit vers le mal. D’après le Coran Shaytân est clairement un être réel et non pas imaginaire; il est différent de ce qu’on appelle Nafs Ammâra (l’âme circonstancielle) qui appelle l’homme au mal et au péché. D’après des versets coraniques, on peut résoudre que Dieu a clairement présenté Shaytân à Adam et Eve. قُلنَا یا آدمُ إِنَّ هَذَا عَدوٌّ لَكَ و لِزَوجِكَ: Traduction : « Ô Adam, celui-là est vraiment un ennemi pour toi et ton épouse (…) ». Sourate Tâhâ (20), verset: 117.

Et dans d’autres versets comme :

  • هَل أَدلُّكَ عَلَی شَجرةِ الخُلدِ, traduction : t’indiquerai-je l’arbre de l’éternité et un royaume impérissable? (Sourate Tâhâ (20), versets : 20 et 120)
  • وقَاسمَهمَاإِنِّي لَکُمَا لَمِنَ النَّاصِحینَ, traduction : « Vraiment, je suis pour vous deux un bon conseiller». (Sourate A’râf (7), verset : 21)

on résout qu'Iblis était un interlocuteur connu de l’homme.

De même, dans certains hadiths on a parlé de ses conversations avec des prophètes comme Adam, Noé et Abraham … et on a aussi mentionné que certains Imams impeccables entendaient sa voie. Selon la même source, le Coran, Iblis détient même une armée et une fiction (Hizb, Durryâ).

Est-il un ange ou un djinn ?

A propos de si la nature de Sahytân est plutôt semblable aux anges ou aux djinns, il n'y a pas de convergences. La plupart des savants le considèrent comme les djinns.

Les caractéristiques de Shaytân

Certaines caractéristiques de cet être maléfique sont mentionnées dans le Coran comme :

  • Mustakbir : l'arrogant [5]
  • Kâfir : l'impie / l'incroyant [6]
  • Kafûr : l'ingrat [7]
  • Fâsiq : le libertin [8]
  • ‘Asi : le désobéissant [9]
  • Mârid et Marîd : l'insoumis et le tyran [10]
  • Maz’um : le défectueux [11]
  • Rajîm : l'exclu [12]
  • Mad’hûr : le banni [13]
  • Mal’ûn : le maudit [14]
  • ‘Aduw, Aduw Mubîn : l'ennemie, l'ennemie évident [15]
  • Muddal Mubîn : le séduisant évident [16]
  • Khadhûl : l'humiliant de l’homme [17]
  • Le mauvais compagnon [18]
  • La fausse promesse [19]
  • Le séditieux, le trompeur, le factieux [20]

Les débats philosophiques et théologiques

D'après les versets coraniques, Iblis a refusé l'ordre de Dieu concernant la prosternation devant l'homme; suite à cette désobéissance Dieu l'exclut de Son royaume et lui retira son statut. Il demanda ensuite à Dieu de lui accorder un délai jusqu'à la Résurrection, ce que Dieu accepta.

Sourate al-Hijr, versets 36 et 37 : قَالَ رَبِّ فَأَنظِرنِي إِلَی یومِ یبعثونَ قَالَ فَإِنّكَ مِن المُنظَرینَ

Traduction: Le Seigneur dit: « tu es de ceux à qui ce délai est accordé; jusqu’au jour de l’instant connu ».

Toutefois, d'après la théologie islamique, puisqu'il ne produira que du mal, la question qui demeure toujours est celle-ci : pourquoi, en le connaissant, Dieu le créa? et pourquoi Il accepta de lui accorder un délai après l'avoir exclu de Son royaume?[21]

Tout en admettant que l'humain ne peut pas avoir des connaissances et des explications concernant toute la sagesse de Dieu, et que c'est Lui seul qui sait tout[22], cette question a bien préoccupé les philosophes, les théologiens et les exégètes au long de l'histoire et ils ont essayé de trouver des réponses et des explications pour cette question, chacun d'après ses propres principes et doctrines.

Est-ce que Shaytân a été créé maléfique?

D'après l'avis des philosophes et des théologiens, Dieu n'a pas créé Shaytân comme un être mal. Il a été longtemps au même niveau que les anges de Dieu dans l'adoration de Lui[23]. Cependant, il a choisi, de son propre choix et de sa propre volonté, suivant son orgueil, de se révolter contre Dieu et de prendre le chemin de déviance; il est sorti ainsi après, du royaume de la miséricorde de Dieu. Son être n'est donc pas le mal pur, mais un mal qui est mélangé au bien [24].

Toutefois ses aspects maléfiques de son être, son inférieurs à ses aspects bénéfiques. Et dans l'ensemble, son être est considéré comme bien pour l'univers et non pas comme mal. Puisqu'il est impossible, théologiquement, la création d'un être dont les aspects maux sont naturellement dominants.

Est-ce que sa raison d'être est de mettre l'homme à l'épreuve?

L'objectif de la création de Shaytân, d'après les théologiens, est de mettre l'homme à l'épreuve. Dieu a destiné les tentations de Shaytân comme des moyens pour mettre l'homme à l'épreuve, la chose nécessaire pour l'évolution de son âme dans sa quête de vérité. Autrement dit, sans cette épreuve qui justifie la création de Shaytân, la bonne conduite de l'homme et son évolution n'auraient pas de sens.

On peut dire aussi que l'existence de Shaytân, ou le mal, n'est en soi, ni "bien" ni "mal" pour l'homme; tout dépend de la réaction de l'homme à l'égard de cette force du mal. Ainsi, l'existence de Shaytân peut être "mal" pour l'humain, si il lui obéit; de même, son existence peut être "bien" pour l'humain, si par sa résistance et sa désobéissance contre Shaytân, il peut se conduire vers le salut en développant et évoluant son âme.

L'étendu des activités de Shaytân

Dans divers versets coraniques, l'influence de Shaytân et ses compagnons, ainsi que leurs ruses, sont considérées comme faibles[25]. Puisque, répétons le, il n'a aucun effet de genèse dans l'univers et ni dans l'humain. Comme Dieu a répété à plusieurs reprises, Il ne l'a pas fait intervenir dans la création de l'univers, ni dans sa propre création de lui-même (c'est à dire celle de Shaytân)[26].

La science occulte de Shaytân

Iblis, les satans et les djinns ne peuvent pas connaître les secrets du monde.[27] Ils n'ont aucun accès aux sciences cachées, et ne reçoivent rien des cieux. Ils n'ont aucune information sur l'avenir de l'homme.

Les djinns, quant à eux, ils ont avoué qu'ils ne savent pas si Dieu voudrait du mal ou du salut pour les habitant de la terre [28]. Également à propos de l'histoire de la mort du prophète Sulayman, on lit dans le Coran que les djinns l'ont su seulement quand son corps est tombé par terre; et s'ils l'avaient su auparavant, ils auraient cessé de lui rendre service[29].

Les objectifs et les méthodes de Shaytân

Voici selon le Coran, les principales méthodes de Shaytân pour dévier l'homme.

  • Fabrication des hostilités[30]
  • Empêchement de penser à Dieu[31]
  • Fabrication de la tristesse et de la déprime dans la société musulmane, et de l'angoisse pour les Mu'min (croyants)
  • Fabriquer de la peur, de pauvreté et des difficultés mondaines
  • Embellir les péchés ainsi que les pensées et les actes faux
  • Embellir de manière exagérée, les biens mondains et les attaches comme les femmes et les enfants
  • Stimulation aux énormes souhaits et voeux
  • Promotion de la prostitution, de l'idolâtrie, de la corruption et du mal
  • Encouragement au sorcellerie
  • Stimulation aux jalousies, et élaboration des conflits et des tensions
  • Fabrication des fausses pensées dans les coeurs des hommes qui le suivent pour se battre contre les hommes qui cherchent Dieu

Le sort de Shaytân et son armée

Dieu a annoncé la fin de Shaytân par une descente dans l'Enfer de Sa colère; et considère ce sort comme leur rétribution[32]. D'après les versets coraniques, le jour de la Résurrection, après le Jugement divin, Iblis ferait un discours en prononçant sa haine contre ses compagnons tout en prenant sur eux-mêmes la responsabilité de leur déviation. Il dirait:

«Certes, Allah vous avait fait une promesse de vérité; tandis que moi, je vous ai fait une promesse que je n’ai pas tenue. Je n’avais aucune autorité sur vous, si ce n’est que je vous ai appelés, et que vous m’avez répondu. Ne me faites donc pas de reproches; mais faites-en à vous-mêmes. Je ne vous suis d’aucun secours et vous ne m’êtes d’aucun secours. Je vous renie de m’avoir jadis associé [à Allah]» [33].

Références

  1. Mustafavi, vol.6, 61-63
  2. Tafsîr al-Mizân, vol. 8, p. 62
  3. Traduction de Blachère, p. 463
  4. Makârem Shirâzi, Nâser, vo. 29, p.192
  5. Sourate al-Baqara, 34
  6. Sourate al-Baqara, 34
  7. Sourate al-Isrâ', 27
  8. Sourate Kahf, 50
  9. Sourate Maryam, 44
  10. Sourate Sâfât, 7; Sourate an-Nisâ', 117
  11. Sourate al-'A'râf, 18
  12. Sourate al-Nahl, 98; Sourate Tawîr, 25
  13. Sourate al-'A'râf, 18
  14. Sourate al-Hajr, 35
  15. Sourate Yâ-Sîn, 60; Sourate Kahf, 60; Sourate Fâtir, 6; Sourate al-Baqara, 208 et 168; Sourate al-An'âmn 142; Sourate Yusuf, 5
  16. Sourate al-Qisas, 15
  17. Sourate al-Furqân, 29
  18. Sourate an-Nisâ', 38
  19. Sourate an-Nisâ', 4 et 120
  20. Sourate al-'Arâf, 7 et 22; Sourate Tâhâ, 20 et 120
  21. Al-Mîzân, vol.8, p.54-69
  22. Tafsîr de Mulla Sadrâ, vol.5, p. 286 et 287
  23. Nahj al-Balâqa, Khutba Qâsi'a, 234
  24. al-Mizân, vol. 8, p. 37
  25. Sourate an-Nisâ', verset; 76: إِنَّ کَیدَ الشَّیطَنِ کانَ ضَعیفاً
  26. Sourate al-Kahf, verset 51 : مَا أَشهَدتُّهُم خَلقَ السَّموتِ وَالأَرضِ و لاَ خَلقَ أَنفُسهِم و مَا کُنتُ مُتّخِذَالمُضلِّین عَضُداً
  27. Sourate al-Hijr, versets 17-18 (و حَفظنها مِن کلِّ شیطن رجیم إِلاَّ مَنِ استَرقَ السَّمعَ فَأَتبَعَهُ شِهابٌ مُبِینٌ); Sourate Sâfât, verset, 106; Sourate al-Mulk, verset, 5
  28. Sourate al-Jinn, verset 10:و أَنَّا لاَ نَدرِی أَشرٌّ أُریدَ بِمَن فِی الأَرضِ أَم أَرادَبِهِم رَبُّهُم رَشَداً
  29. Sourate Sabâ', verset 14 : فَلمَّا خَرَّ تَبینَتِ الجِنُّ أَن لَو کَانوا یعلَمُونَ الغَیبَ مَالَبِثوا فِی العَذابِ المُهِینِ
  30. Sourate Mâ'ida, verset 91 : إِنَّما یریدُ الشَّیطَنُ أَن یوقِعَ بَینَکم العَدَ وةَ والبَغضَاءَ فِی الخَمرِ والمَیسرِ و یصدَّکُم عَن ذکرِاللهِ و عَن الصَّلوَةِ فَهل أَنتم مُنتهونَ
  31. Sourate Mâ'da, verset, 91; Sourate Mujâdila verset 19 : استَحوذَ عَلیهِمُ الشَّیطَنُ فأَنسَهُم ذِکرَاللهِ أُولَلِکَ حِزبُ الشَّیطَنِ أَلا إِنَّ حِزبَ الشَّیطَنِ همُ الخَسِرونَ; Sourate al-Kahf, verset 63: مَا أَنسَنِیهُ إلاَّ الشَّیطَنُ; Sourate Yûsuf, verset 42
  32. Sourate Isrâ', verset 63 : قالَ اذهَبْ فمَن تَبِعکَ مِنهُم فَإِنَّ جَهنَّم جَزاؤُکُم جَزاءً مَوفوراً.
  33. Sourate Ibrâhim, verset 22.