Sourate Tâhâ

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Sourate Tâhâ (en arabe:سوره طه ) est la 20ème sourate (sourate XX.) dans l'ordre du Coran et la 45ème sourate dans l'ordre de la révélation. C'est une sourate mecquoise. Comme elle commence par deux lettre coupées de T. (طا) et H. (هاء) elle est nommée Tâhâ (طه). Au point de vue de la taille est est une des sourate ma'un (مئون), moyenne, et comprend la moitié d'un juz' coranique. Elle est la 11ème sourate commencant par les lettres coupées. Un autre nom de la sourate est Kalim.

Les noms de la sourate

Cette sourate commence par les deux lettres coupées T. et H., d'où son nom le plus connu : Tâhâ (طه= طا.هاء). Un autre nom de cette sourate est "Kalim" tiré d'un titre du prophète Moïse : Kalim Allan, c'est à dire celui qui parle avec Dieu. Ce nom vient d'un récit, raconté dans cette sourate, lors duquel Moïse parle directement avec Dieu.

La sourate

Cette sourate est la 20ème sourate du Coran, et la 45ème sourate dans l'ordre de la révélation. Elle contient 135 versets (et d'après certains lecteurs 134, 130 ou 140 versets), 1534 mots et 5399 lettres. Il est une des sourate ma'un, moyenne, du Coran contenant la moitié d'un juz' coranique. Elle est la 11ème sourate commençant par les lettres coupées. D'après Régis Blachère "par le style et le contenu cette sourate est très caractéristique du tour pris par la prédication durant la deuxième période mecquoise" et c'est pour cette raison qu'on la catégorise parmi les sourates mecquoises[1].

Le contenu de la sourate

Cette sourate d'adresse au Prophète Muhammad (s) en lui définissant une responsabilité. Durant les premiers versets elle insiste sur le fait que le Prophète ne devrait pas se donner de la peine et de la souffrance mais inviter simplement les gens et remettre la suite cette invitation à Dieu. Puisque tout est dans la main de Dieu et retour de tous est à Lui-même; la dénégation et l'impiété des gens ne devraient pas produire une souffrance pour le Prophète Muhammad.

Cette sourate invite les gens à l’équilibre dans toute affaire, y compris dans les prières et les observances.

Certains récits sont racontés également dans cette sourate comme : le récit d'Adam, son péché et sa descente sur terre ainsi que le pardon de Dieu à son égard et sa direction par Lui (Chute d'Adam: dernière partie de la sourate); le célèbre récit de Moïse (a) et les Banu Israël et leur pratique d'adoration d'un veau; le récit de la dispute de Moïse (a) avec le Pharaon et l'histoire des magiciens (Sahirun) et les prières et supplications de Moïse pour Dieu (Vocation et mission de Moïse: verset 8 à 114).

Voir également

Références

  1. R. Blachère, 1996, pp.336-337