Sourate an-Najm

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher
At-Tûr Sourate an-Najm Al-Qamar
سوره نجم.jpg
Nombre de la sourate : 53
Juz' : 27
Révélation
Ordre de la révélation : 23
Mecquoise/Médinoise : mecquoise
Statistiques
Nombre des versets : 62
Nombre des mots : 359
Nombre des lettres : 1432

Sourate an-Najm (en arabe : سورة النجم) est la cinquante-troisième sourate du Coran. Elle est traduite en français L'Étoile. C'est une sourate mecquoise située dans le 27e chapitre (juz’) du coran. Cette sourate est l'une des quatre sourates qui ont une sajda (prosternation) obligatoire et sont nommées les sourates al-‘Azâ’im. L'un des sujets mentionnés dans cette sourate est l'histoire de l'Ascension du Prophète (s) (Mi‘râj). Dans cette sourate, Dieu reproche aux polythéistes l'adoration des idoles et parle de la Résurrection (Ma'âd).

Les deux versets réputés de cette sourate sont les versets 3 et 4 qui disent que le Prophète (s) ne parle pas selon son propre désir. Ces versets sont considérés comme des preuves de l'infaillibilité ('Ismat) du Prophète. Aussi, les versets 8 et 9 sont célèbres, et décrivent la distance entre le Prophète (s) et Dieu ou l'ange Gabriel (lors de l'ascension du Prophète), égale à la distance entre deux arcs. Sur les mérites de la récitation de la sourate an-Najm, il est rapporté que celui qui la récite, sera aimés des coeurs des gens.

Présentation

Nomination

Cette sourate est appelée an-Najm (en arabe : النَّجم, l'étoile) ou Wa an-Najm (en arabe : وَالنَّجم, par l'étoile !) parce que dans son premier verset, Dieu a juré sur an-Najm (l'étoile).[1]

Lieu et ordre de la révélation

La sourate an-Najm est la 53e sourate du Coran dans l'ordre de sa compilation actuelle et la 23e sourate dans l'ordre de la révélation située dans le 27e chapitre (juz’) du coran.[2] Elle fait partie des sourates mecquoises. Certains croient que la sourate an-Najm était la première sourate que le Prophète (s) récitait publiquement et à voix haute à La Mecque après avoir révélé son invitation à l'islam.[3]

Nombre de versets

Sourate an-Najm a 62 versets, 359 mots et 1432 lettres. Cette sourate est parmi les sourates dites al-Mufassalât (en arabe : مُفَصَّلات, ayant plusieurs versets courts) et sa longueur est environ la moitié d'un hizb.[4]

Sajda obligatoire

Cette sourate est l'une des quatre sourates qui ont une sajda obligatoire[5] et qui sont nommées ‘Azâ’im.[6] Dans cette sourate, après avoir entendu ou récité le verset 62, il est obligatoire d'exécuter une prosternation (sajda).[7] Une autre condition à propos de ces sourates qui ont des sajda-s obligatoires, est qu'il est interdit à une personne dite junub [8] de réciter ces sourates (ou le verset qui nécessite d'exécuter une sajda).[9] [10]

Contenu

Les principaux sujets mentionnés dans la sourate an-Najm sont les suivants :

  • La vérité de la révélation et le contact direct du Prophète (s) avec l'ange Gabriel, et innocenter le Prophète (s) de dire autre chose que ce qui lui a été révélé.
  • Mentionner l'Ascension du Prophète (s) (Mi‘râj).
  • Critique de la croyance polythéistes en idoles et de l'adoration des anges.
  • L'ouverture du repentir aux polythéistes et que tout le monde est responsable de ses actions.
  • mentionner la Résurrection et ses preuves.
  • Le destin douloureux des peuples antérieures qui insistaient sur leur opposition à la vérité.[11]

Récits historiques

Dans les versets 7 à 18 de la sourate an-Najm, l'histoire de l'Ascension du Prophète (Mi‘râj) est racontée dans laquelle, il est mentionné que le Prophète (s) s'est approché Sidrat al-Muntahâ et Jannat al-Ma‘wâ et a vu quelques-uns des signes de Dieu. Aussi, dans les versets 50 à 53, l'anéantissement des peuples de ‘Âd, Thamud et les gens de Noah et de Lot est mentionné.

Versets réputés

Le Prophète (s) parle seulement de la Révélation


وَمَا يَنطِقُ عَنِ الْهَوَىٰ ﴿٣﴾ إِنْ هُوَ إِلَّا وَحْيٌ يُوحَىٰ ﴿٤﴾
Il ne parle pas par propre impulsion (3) C'est seulement là une Révélation qui lui a été transmise (4)
Le Coran, sourate an-Najm, verset 3 et 4 ; Traduction du Coran, Régis Blachère, p. 560.


Selon Tafsîr Nemûna, le fait que le Prophète (s) ne parle pas de son propre désir, n'est pas seulement à propos des versets du Coran, mais il inclut aussi la sunna (discours et actions) ;[12] ainsi, certains considèrent ces versets comme une référence pour la validité de la sunna du Prophète (s).[13] En outre, ce verset est utilisé pour prouver l'infaillibilité du Prophète (s).[14] Dans Tafsîr al-Burhân, il y a plusieurs rapports disant que lorsque le Prophète (s) parlait de lu statut de l'Imam Ali (a) ou sa succession, certains disaient que le Prophète (s) parlait de son cousin par son propre désir ; ainsi, les premiers versets de la sourate an-Najm ont été révélés pour répondre à ces blâmes.[15]

Distance à l'Ascension


ثُمَّ دَنَا فَتَدَلَّىٰ ﴿٨﴾ فَكَانَ قَابَ قَوْسَيْنِ أَوْ أَدْنَىٰ ﴿٩﴾
Puis il s'approcha et demeura suspendu (8) et fut à deux arcs ou moins. (9)
Le Coran, sourate an-Najm, verset 3 et 4 ; Traduction du Coran, Régis Blachère, p. 560.


Ces versets parlent de l'histoire de l'Ascension (Mi‘râj), quand la distance du Prophète (s) a atteint la longueur de deux arcs ou même plus près. Certains dirent que cela faisait référence à la distance entre le Prophète (s) et l'ange Gabriel.[16] D'autres considérèrent la distance entre le noble Prophète (s) et Dieu dans son intuition spirituelle.[17]

Récompense par l'effort


وَأَن لَّيْسَ لِلْإِنسَانِ إِلَّا مَا سَعَىٰ ﴿٣٩﴾
que l'Homme aura [dans l'Au-Delà] seulement ce qu'il se sera évertué [à mériter], (39)
Le Coran, sourate an-Najm, verset 3 et 4 ; Traduction du Coran, Régis Blachère, p. 562.
que l'Homme aura [dans l'Au-Delà] seulement ce qu'il se sera évertué [à mériter]



Il est mentionné dans les commentaires coraniques que ce que l'homme reçoit dans l'au de-là comme intercession (en arabe : الشفاعة) et pardon, issus des ouvres pies des autres, sont en réalité le résultat de ses propres actions. Parce que si la personne ne devenait pas un croyant, il n'aurait reçu aucune intercession et personne n'aurait demandé pardon pour lui.[18] En outre, il est dit que ce verset considère les efforts de la personne comme - et non pas le résultat de son travail - comme nécessaires pour la réception de la récompense  ; Ainsi, si une personne fait de bons efforts, Dieu la récompensera, même si elle n'atteint pas le résultat attendu.[19] Ce verset est célèbre et est utilisé dans les débats sur la question de la détermination et du libre arbitre, parce qu'il prouve l'importance du libre arbitre et la liberté humaine.[20]

Mérites et caractéristiques

Au sujet des mérites de la récitation de la sourate an-Najm, il est rapporté dans les hadiths, que celui qui le récite deviendra aimé des coeurs ;[21] et celui récite la sourate an-Najm tous les jours ou toutes les nuits, vivra honorablement parmi les gens et sera aimé d'eux.[22]

Texte et traduction de la sourate

Traduction Phonétique Texte
Au nom d'Allah, le Bienfaiteur miséricordieux. Bismi Allāhi Ar-Raĥmāni Ar-Raĥīmi بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَٰنِ الرَّحِیمِ
Par l'étoile quand elle s'abime !, (1) Votre contribule n'est pas égaré ! Il n'erre point. (2) Il ne parle pas par propre impulsion. (3) C'est seulement là une Révélation qui lui a été transmise, (4) Que lui a enseignée un [Ange] redoutable, fort et (5) Wa An-Najmi 'Idhā Hawá (1) Mā Đalla Şāĥibukum Wa Mā Ghawá (2) Wa Mā Yanţiqu `Ani Al-Hawá (3) 'In Huwa 'Illā Waĥyun Yūĥá (4) `Allamahu Shadīdu Al-Quwá (5)


وَالنَّجْمِ إِذَا هَوَىٰ ﴿١﴾ مَا ضَلَّ صَاحِبُكُمْ وَمَا غَوَىٰ ﴿٢﴾ وَمَا يَنطِقُ عَنِ الْهَوَىٰ ﴿٣﴾ إِنْ هُوَ إِلَّا وَحْيٌ يُوحَىٰ ﴿٤﴾ عَلَّمَهُ شَدِيدُ الْقُوَىٰ ﴿٥﴾
Doué de sagacité. [Cet Ange] se tint en majesté (6) Alors qu'il était à l'horizon supérieur. (7) Puis il s'approcha et demeura suspendu (8) Et fut à deux arcs ou moins. (9) Il révéla alors à son Serviteur ce qu'il révéla. (10) Dhū Mirratin Fāstawá (6) Wa Huwa Bil-'Ufuqi Al-'A`lá (7) Thumma Danā Fatadallá (8) Fakāna Qāba Qawsayni 'Aw 'Adná (9) Fa'awĥá 'Ilá `Abdihi Mā 'Awĥá (10)


ذُو مِرَّ‌ةٍ فَاسْتَوَىٰ ﴿٦﴾ وَهُوَ بِالْأُفُقِ الْأَعْلَىٰ ﴿٧﴾ ثُمَّ دَنَا فَتَدَلَّىٰ ﴿٨﴾ فَكَانَ قَابَ قَوْسَيْنِ أَوْ أَدْنَىٰ ﴿٩﴾ فَأَوْحَىٰ إِلَىٰ عَبْدِهِ مَا أَوْحَىٰ ﴿١٠﴾
Son imagination n'a pas abusé sa vue. (11) Quoi ! le chicanerez-vous sur ce qu'il voit ? (12) Certes, il l'a vu une autre fois, (13) Près du jujubier d'al-Montahā, (14) Près duquel est le jardin d'al-Ma’wâ, (15) Mā Kadhaba Al-Fu'uādu Mā Ra'á (11) 'Afatumārūnahu `Alá Mā Yará (12) Wa Laqad Ra'āhu Nazlatan 'Ukhrá (13) `Inda Sidrati Al-Muntahá (14) `Indahā Jannatu Al-Ma'wá (15)


مَا كَذَبَ الْفُؤَادُ مَا رَ‌أَىٰ ﴿١١﴾ أَفَتُمَارُ‌ونَهُ عَلَىٰ مَا يَرَ‌ىٰ ﴿١٢﴾ وَلَقَدْ رَ‌آهُ نَزْلَةً أُخْرَ‌ىٰ ﴿١٣﴾ عِندَ سِدْرَ‌ةِ الْمُنتَهَىٰ ﴿١٤﴾ عِندَهَا جَنَّةُ الْمَأْوَىٰ ﴿١٥﴾
Quand couvrait le jujubier ce qui [le] couvrait. (16) Sa vue ne s'est ni détournée ni fixée ailleurs. (17) Certes, il a vu [l'un] des signes les plus grands de son Seigneur. (18) Avez-vous considéré al-Lât et al-‘Ozzä. (19) Et Manât, cette troisième autre ? (20) 'Idh Yaghshá As-Sidrata Mā Yaghshá (16) Mā Zāgha Al-Başaru Wa Mā Ţaghá (17) Laqad Ra'á Min 'Āyāti Rabbihi Al-Kubrá (18) 'Afara'aytumu Al-Lāta Wa Al-`Uzzá (19) Wa Manāata Ath-Thālithata Al-'Ukhrá (20)


إِذْ يَغْشَى السِّدْرَ‌ةَ مَا يَغْشَىٰ ﴿١٦﴾ مَا زَاغَ الْبَصَرُ‌ وَمَا طَغَىٰ ﴿١٧﴾ لَقَدْ رَ‌أَىٰ مِنْ آيَاتِ رَ‌بِّهِ الْكُبْرَ‌ىٰ ﴿١٨﴾ أَفَرَ‌أَيْتُمُ اللَّاتَ وَالْعُزَّىٰ ﴿١٩﴾ وَمَنَاةَ الثَّالِثَةَ الْأُخْرَ‌ىٰ ﴿٢٠﴾
Avez-vous le Mâle et, Lui, la Femelle ! (21) Cela, alors, serait un partage inique ! (22) Ce ne sont que des noms dont vous les avez nommées, vous et vos pères. Allah ne fit descendre, avec elles, aucune probation (sulṭân). Vous ne suivez que votre conjecture et ce que désirent vos âmes alors que certes, à vos pères, est venue la Direction de leur Seigneur. (23) L'Homme a-t-il ce qu'il désire ? (24) A Allah appartiennent la [Vie] Dernière et Première. (25) 'Alakumu Adh-Dhakaru Wa Lahu Al-'Unthá (21) Tilka 'Idhāan Qismatun Đīzá (22) 'In Hiya 'Illā 'Asmā'un Sammaytumūhā 'Antum Wa 'Ābā'uukum Mā 'Anzala Allāhu Bihā Min Sulţānin 'In Yattabi`ūna 'Illā Až-Žanna Wa Mā Tahwá Al-'Anfusu Wa Laqad Jā'ahum Min Rabbihimu Al-Hudá (23) 'Am Lil'insāni Mā Tamanná (24) Falillāhi Al-'Ākhiratu Wa Al-'Ūlá (25)


أَلَكُمُ الذَّكَرُ‌ وَلَهُ الْأُنثَىٰ ﴿٢١﴾ تِلْكَ إِذًا قِسْمَةٌ ضِيزَىٰ ﴿٢٢﴾ إِنْ هِيَ إِلَّا أَسْمَاءٌ سَمَّيْتُمُوهَا أَنتُمْ وَآبَاؤُكُم مَّا أَنزَلَ اللَّـهُ بِهَا مِن سُلْطَانٍ ۚ إِن يَتَّبِعُونَ إِلَّا الظَّنَّ وَمَا تَهْوَى الْأَنفُسُ ۖ وَلَقَدْ جَاءَهُم مِّن رَّ‌بِّهِمُ الْهُدَىٰ ﴿٢٣﴾ أَمْ لِلْإِنسَانِ مَا تَمَنَّىٰ ﴿٢٤﴾ فَلِلَّـهِ الْآخِرَ‌ةُ وَالْأُولَىٰ ﴿٢٥﴾
Que d'Anges, dans les cieux, dont l'intercession ne servira à rien, sinon après qu'Allah l'aura permis, en faveur de qui Il voudra et Il agréera ! (26) En vérité, ceux qui ne croient pas en la [Vie] Dernière donnent certes aux Anges l'appellation de femmes. (27) Ils n'ont sur ce point nul savoir. Ils ne suivent que [leur] conjecture : la conjecture ne tient lieu de rien contre la Vérité. (28) Écarte-toi de ceux qui tournent le dos à Notre Édification et ne désirent que la Vie Immédiate ! (29) Voilà le terme de leur science ! En vérité, ton Seigneur connaît bien ceux qui se sont égarés loin de Son Chemin et Il connaît bien ceux qui sont dans la bonne direction. (30) Wa Kam Min Malakin Fī As-Samāwāti Lā Tughnī Shafā`atuhum Shay'āan 'Illā Min Ba`di 'An Ya'dhana Allāhu Liman Yashā'u Wa Yarđá (26) 'Inna Al-Ladhīna Lā Yu'uminūna Bil-'Ākhirati Layusammūna Al-Malā'ikata Tasmiyata Al-'Unthá (27) Wa Mā Lahum Bihi Min `Ilmin 'In Yattabi`ūna 'Illā Až-Žanna Wa 'Inna Až-Žanna Lā Yughnī Mina Al-Ĥaqqi Shay'āan (28) Fa'a`riđ `An Man Tawallá `An Dhikrinā Wa Lam Yurid 'Illā Al-Ĥayāata Ad-Dunyā (29) Dhālika Mablaghuhum Mina Al-`Ilmi 'Inna Rabbaka Huwa 'A`lamu Biman Đalla `An Sabīlihi Wa Huwa 'A`lamu Bimani Ahtadá (30)


وَكَم مِّن مَّلَكٍ فِي السَّمَاوَاتِ لَا تُغْنِي شَفَاعَتُهُمْ شَيْئًا إِلَّا مِن بَعْدِ أَن يَأْذَنَ اللَّـهُ لِمَن يَشَاءُ وَيَرْ‌ضَىٰ ﴿٢٦﴾إِنَّ الَّذِينَ لَا يُؤْمِنُونَ بِالْآخِرَ‌ةِ لَيُسَمُّونَ الْمَلَائِكَةَ تَسْمِيَةَ الْأُنثَىٰ ﴿٢٧﴾ وَمَا لَهُم بِهِ مِنْ عِلْمٍ ۖ إِن يَتَّبِعُونَ إِلَّا الظَّنَّ ۖ وَإِنَّ الظَّنَّ لَا يُغْنِي مِنَ الْحَقِّ شَيْئًا ﴿٢٨﴾ فَأَعْرِ‌ضْ عَن مَّن تَوَلَّىٰ عَن ذِكْرِ‌نَا وَلَمْ يُرِ‌دْ إِلَّا الْحَيَاةَ الدُّنْيَا ﴿٢٩﴾ ذَٰلِكَ مَبْلَغُهُم مِّنَ الْعِلْمِ ۚ إِنَّ رَ‌بَّكَ هُوَ أَعْلَمُ بِمَن ضَلَّ عَن سَبِيلِهِ وَهُوَ أَعْلَمُ بِمَنِ اهْتَدَىٰ ﴿٣٠﴾
A Allah appartient ce qui est dans les cieux et ce qui est [sur] la terre, afin qu'Il punisse ceux qui ont mal fait et gratifie, ceux qui ont bien fait, de la très Belle [Récompense], (31) Ceux qui évitent les très graves péchés et les turpitudes [et ne commettent] que des vétilles ! En vérité, ton Seigneur est d'une large indulgence. Il vous connaît bien, [même] quand, vous ayant créés du limon, vous êtes [encore] dans les ventres de vos mères. Ne faites point valoir vos personnes ! Il connaît bien ceux qui sont pieux. (32) Eh quoi ! as-tu vu celui qui a tourné le dos, (33) Qui a donné peu et même a refusé ? (34) Détient-il la science de l'Inconnaissable en sorte qu'il voit ? (35) Wa Lillahi Mā Fī As-Samāwāti Wa Mā Fī Al-'Arđi Liyajziya Al-Ladhīna 'Asā'ū Bimā `Amilū Wa Yajziya Al-Ladhīna 'Aĥsanū Bil-Ĥusná (31) Al-Ladhīna Yajtanibūna Kabā'ira Al-'Ithmi Wa Al-Fawāĥisha 'Illā Al-Lamama 'Inna Rabbaka Wāsi`u Al-Maghfirati Huwa 'A`lamu Bikum 'Idh 'Ansha'akum Mina Al-'Arđi Wa 'Idh 'Antum 'Ajinnatun Fī Buţūni 'Ummahātikum Falā Tuzakkū 'Anfusakum Huwa 'A`lamu Bimani Attaqá (32) 'Afara'ayta Al-Ladhī Tawallá (33) Wa 'A`ţá Qalīlāan Wa 'Akdá (34) 'A`indahu `Ilmu Al-Ghaybi Fahuwa Yará (35)


وَلِلَّـهِ مَا فِي السَّمَاوَاتِ وَمَا فِي الْأَرْ‌ضِ لِيَجْزِيَ الَّذِينَ أَسَاءُوا بِمَا عَمِلُوا وَيَجْزِيَ الَّذِينَ أَحْسَنُوا بِالْحُسْنَى ﴿٣١﴾ الَّذِينَ يَجْتَنِبُونَ كَبَائِرَ‌ الْإِثْمِ وَالْفَوَاحِشَ إِلَّا اللَّمَمَ ۚ إِنَّ رَ‌بَّكَ وَاسِعُ الْمَغْفِرَ‌ةِ ۚ هُوَ أَعْلَمُ بِكُمْ إِذْ أَنشَأَكُم مِّنَ الْأَرْ‌ضِ وَإِذْ أَنتُمْ أَجِنَّةٌ فِي بُطُونِ أُمَّهَاتِكُمْ ۖ فَلَا تُزَكُّوا أَنفُسَكُمْ ۖ هُوَ أَعْلَمُ بِمَنِ اتَّقَىٰ ﴿٣٢﴾ أَفَرَ‌أَيْتَ الَّذِي تَوَلَّىٰ ﴿٣٣﴾ وَأَعْطَىٰ قَلِيلًا وَأَكْدَىٰ ﴿٣٤﴾ أَعِندَهُ عِلْمُ الْغَيْبِ فَهُوَ يَرَ‌ىٰ ﴿٣٥﴾
N'a-t-il pas été avisé, par ce qui est dans les Feuilles de Moïse (36) et d'Abraham qui fut très fidèle, (37) qu'aucune [âme] pécheresse ne portera le faix d'une autre, (38) que l'Homme aura [dans l'Au-Delà] seulement ce qu'il se sera évertué [à mériter], (39) que le résultat de son effort sera vu, (40) 'Am Lam Yunabba' Bimā Fī Şuĥufi Mūsá (36) Wa 'Ibrāhīma Al-Ladhī Wa Ffá (37) 'Allā Taziru Wāziratun Wizra 'Ukhrá (38) Wa 'An Laysa Lil'insāni 'Illā Mā Sa`á (39) Wa 'Anna Sa`yahu Sawfa Yurá (40)


أَمْ لَمْ يُنَبَّأْ بِمَا فِي صُحُفِ مُوسَىٰ ﴿٣٦﴾ وَإِبْرَ‌اهِيمَ الَّذِي وَفَّىٰ ﴿٣٧﴾ أَلَّا تَزِرُ‌ وَازِرَ‌ةٌ وِزْرَ‌ أُخْرَ‌ىٰ ﴿٣٨﴾ وَأَن لَّيْسَ لِلْإِنسَانِ إِلَّا مَا سَعَىٰ ﴿٣٩﴾ وَأَنَّ سَعْيَهُ سَوْفَ يُرَ‌ىٰ ﴿٤٠﴾
Qu'ensuite il sera récompensé pleinement, (41) Qu'à ton Seigneur tout revient, (42) Que c'est Lui qui fait rire et qui fait pleurer, (43) Que c'est Lui qui fait vivre et qui fait mourir, (44) Qu'Il a créé le couple, mâle et femelle, (45) Thumma Yujzāhu Al-Jazā'a Al-'Awfá (41) Wa 'Anna 'Ilá Rabbika Al-Muntahá (42) Wa 'Annahu Huwa 'Ađĥaka Wa 'Abká (43) Wa 'Annahu Huwa 'Amāta Wa 'Aĥyā (44) Wa 'Annahu Khalaqa Az-Zawjayni Adh-Dhakara Wa Al-'Unthá (45)


ثُمَّ يُجْزَاهُ الْجَزَاءَ الْأَوْفَىٰ ﴿٤١﴾ وَأَنَّ إِلَىٰ رَ‌بِّكَ الْمُنتَهَىٰ ﴿٤٢﴾ وَأَنَّهُ هُوَ أَضْحَكَ وَأَبْكَىٰ ﴿٤٣﴾ وَأَنَّهُ هُوَ أَمَاتَ وَأَحْيَا ﴿٤٤﴾ وَأَنَّهُ خَلَقَ الزَّوْجَيْنِ الذَّكَرَ‌ وَالْأُنثَىٰ ﴿٤٥﴾
D'une goutte de sperme éjaculée, (46) Qu'à Lui incombera la seconde naissance, (47) Que c'est Lui qui rend indépendant et qui enrichit, (48) Que c'est Lui qui est le Seigneur de Sirius, (49) Que c'est Lui qui a fait périr les anciens 'Ad [et] (50) Min Nuţfatin 'Idhā Tumná (46) Wa 'Anna `Alayhi An-Nash'ata Al-'Ukhrá (47) Wa 'Annahu Huwa 'Aghná Wa 'Aqná (48) Wa 'Annahu Huwa Rabbu Ash-Shi`rá (49) Wa 'Annahu 'Ahlaka `Ādāan Al-'Ūlá (50)


مِن نُّطْفَةٍ إِذَا تُمْنَىٰ ﴿٤٦﴾ وَأَنَّ عَلَيْهِ النَّشْأَةَ الْأُخْرَ‌ىٰ ﴿٤٧﴾ وَأَنَّهُ هُوَ أَغْنَىٰ وَأَقْنَىٰ ﴿٤٨﴾ وَأَنَّهُ هُوَ رَ‌بُّ الشِّعْرَ‌ىٰ ﴿٤٩﴾ وَأَنَّهُ أَهْلَكَ عَادًا الْأُولَىٰ ﴿٥٠﴾
Les Thamoud, jusqu'au dernier, (51) Et le peuple de Noé, antérieurement, car ils étaient très injustes et très rebelles, (52) [Que c'est Lui qui] anéantit la (Cité) Subversée (53) Et fit pleuvoir sur elle ce qu'Il fit pleuvoir ? (54) Lequel des mérites de ton Seigneur contestes-tu ? (55) Wa Thamūda Famā 'Abqá (51) Wa Qawma Nūĥin Min Qablu 'Innahum Kānū Hum 'Ažlama Wa 'Aţghá (52) Wa Al-Mu'utafikata 'Ahwá (53) Faghashāhā Mā Ghashá (54) Fabi'ayyi 'Ālā'i Rabbika Tatamārá (55)


وَثَمُودَ فَمَا أَبْقَىٰ ﴿٥١﴾ وَقَوْمَ نُوحٍ مِّن قَبْلُ ۖ إِنَّهُمْ كَانُوا هُمْ أَظْلَمَ وَأَطْغَىٰ ﴿٥٢﴾ وَالْمُؤْتَفِكَةَ أَهْوَىٰ ﴿٥٣﴾ فَغَشَّاهَا مَا غَشَّىٰ ﴿٥٤﴾ فَبِأَيِّ آلَاءِ رَ‌بِّكَ تَتَمَارَ‌ىٰ ﴿٥٥﴾
Ceci est un Avertissement parmi les Avertissements Anciens. (56) Proche est l'Imminente. (57) Nul, en dehors d'Allah, pour en dévoiler la venue. (58) Eh quoi ! de ce discours vous étonnez-vous ? (59) [En] riez-vous et n'[en] pleurez-vous point, (60) Etant insensibles ? (61) Prosternez-vous devant Allah et adorez ! (62)


Hādhā Nadhīrun Mina An-Nudhuri Al-'Ūlá (56) 'Azifati Al-'Āzifahu (57) Laysa Lahā Min Dūni Allāhi Kāshifahun (58) 'Afamin Hādhā Al-Ĥadīthi Ta`jabūna (59) Wa Tađĥakūna Wa Lā Tabkūna (60) Wa 'Antum Sāmidūna (61) Fāsjudū Lillāhi Wa A`budū (62)


هَـٰذَا نَذِيرٌ‌ مِّنَ النُّذُرِ‌ الْأُولَىٰ ﴿٥٦﴾ أَزِفَتِ الْآزِفَةُ ﴿٥٧﴾ لَيْسَ لَهَا مِن دُونِ اللَّـهِ كَاشِفَةٌ ﴿٥٨﴾ أَفَمِنْ هَـٰذَا الْحَدِيثِ تَعْجَبُونَ ﴿٥٩﴾ وَتَضْحَكُونَ وَلَا تَبْكُونَ ﴿٦٠﴾ وَأَنتُمْ سَامِدُونَ ﴿٦١﴾ فَاسْجُدُوا لِلَّـهِ وَاعْبُدُوا ۩ ﴿٦٢﴾
Le Coran, Sourate an-Najm ; traduction de Régis Blachère, p. 560 - 563, 1966.


Sourate précédente :
At-Tûr
Sourate an-Najm
Sourates mecquoisesSourates médinoises
Sourate suivante:
Al-Qamar

1.Al-Fâtiha 2.Al-Baqara 3.Âl ʻImrân 4.An-Nisâ’ 5.Al-Mâ’ida 6.Al-Anʻâm 7.Al-Aʻrâf 8.Al-Anfâl 9.At-Tawba 10.Yûnus 11.Hûd 12.Yûsuf 13.Ar-Ra‘d 14.Ibrâhîm 15.Al-Hijr 16.An-Nahl 17.Al-Isrâ’ 18.Al-Kahf 19.Maryam 20.Tâhâ 21.Al-Anbîyâ’ 22.Al-Hajj 23.Al-Mu’minûn 24.An-Nûr 25.Al-Furqân 26.Ash-Shuʻarâ’ 27.An-Naml 28.Al-Qasas 29.Al-'Ankabût 30.Ar-Rûm 31.Luqmân 32.As-Sajda 33.Al-Ahzâb 34.Saba’ 35.Fâtir 36.Yâsîn 37.As-Sâffât 38.Sâd 39.Az-Zumar 40.Ghâfir 41.Fussilat 42.Ash-Shûrâ 43.Az-Zukhruf 44.Ad-Dukhân 45.Al-Jâthîya 46.Al-Ahqâf 47.Muhammad 48.Al-Fath 49.Al-Hujurât 50.Qâf 51.Adh-Dhârîyât 52.At-Tûr 53.An-Najm 54.Al-Qamar 55.Ar-Rahmân 56.Al-Wâqi‘a 57.Al-Hadîd 58.Al-Mujâdala 59.Al-Hashr 60.Al-Mumtahana 61.As-Saff 62.Al-Jumu‘a 63.Al-Munâfiqûn 64.At-Taghâbun 65.At-Talâq 66.At-Tahrîm 67.Al-Mulk 68.Al-Qalam 69.Al-Hâqqa 70.Al-Ma‘ârij 71.Nûh 72.Al-Jinn 73.Al-Muzzammil 74.Al-Muddaththir 75.Al-Qîyâma 76.Al-Insân 77.Al-Mursalât 78.An-Naba’ 79.An-Nâziʻât 80.‘Abasa 81.At-Takwîr 82.Al-Infitâr 83.Al-Mutaffifîn 84.Al-Inshiqâq 85.Al-Burûj 86.At-Târiq 87.Al-A‘lâ 88.Al-Ghâshîya 89.Al-Fajr 90.Al-Balad 91.Ash-Shams 92.Al-Layl 93.Ad-Duhâ 94.Ash-Sharh 95.At-Tîn 96.Al-‘Alaq 97.Al-Qadr 98.Al-Bayyina 99.Az-Zalzala 100.Al-‘Âdîyât 101.Al-Qâri‘a 102.At-Takâthur 103.Al-‘Asr 104.Al-Humaza 105.Al-Fîl 106.Quraysh 107.Al-Mâ‘ûn 108.Al-Kawthar 109.Al-Kâfirûn 110.An-Nasr 111.Al-Masad 112.Al-Ikhlâs 113.Al-Falaq 114.An-Nâs


Voir aussi

Références

  1. Ma‘rifat, v. 1, p. 313
  2. Ma‘rifat, v. 1, p. 237
  3. Makârim Shîrâzî, Nâser, Bargozîde-ye Tafsîr-e Nemûneh, v. 4, p. 575
  4. Khurramshâhî, v. 2, p. 1253
  5. As-Suyûtî, v. 6, p. 424
  6. Khurramshâhî, v. 2, p. 1451
  7. Banîhâshemî Khomeinî, v. 1, p. 615-617
  8. l'état d'une personne dans laquelle, selon la jurisprudence islamique, accomplir certains actes de culte tels que la prière, le jeûne, le hajj et l'entrée dans la mosquée est interdite. L'état de Janaba (en arabe : جَنابَة) est le résultat de la décharge du sperme ou des rapports sexuels qui implique la pénétration. La personne qui est dans cet état est appelée junub (en arabe : جُنُب).
  9. Les opinions des Faqîh-s se différencient à propos de cette interdiction : certains ont dit qu'une personne Junub" ne devrait pas lire aucuns versets de ces sourates, mais d'autres ont dit qu'il ne fallait pas lire le verset qui contient la prosternation ou Sajda. Banîhâshemî Khomeinî, v. 1, p. 225-227
  10. Banîhâshemî Khomeinî, v. 1, p. 276
  11. Makârim Shîrâzî, Nâser, Bargozîde-ye Tafsîr-e Nemûneh, v. 4, p. 575-576
  12. Makârim Shîrâzî, Nâser, Tafsîr-e Nemûneh, v. 22, p. 481
  13. Shahâbî, v. 1, p. 404
  14. Sobhânî, Ja’far, Mafâhîm al-Qur’ân, v. 5, p. 39
  15. Al-Bahrânî, v. 5, p. 187-191
  16. At-Tabrisî, v. 23, p. 381
  17. Makârim Shîrâzî, Nâser, Bargozîde-ye Tafsîr-e Nemûneh, v. 4, p. 579
  18. Tabâtabâ’î, v. 19, p. 75
  19. Makârim Shîrâzî, Nâser, Tafsîr-e Nemûneh, v. 22, p. 550
  20. Sobhânî, Ja’far, Ekhtîâr wa Âzâdî, p. 21 ; Sobhânî, Ja’far, Jabr wa Ekhtîâr Az Dîdgâh-e Wahy wa Kherad, p. 15
  21. Al-Bahrânî, v. 5, p. 185
  22. At-Tabrisî, v. 23, p. 370

Bibliographie

  • Le Coran, Traduction persane : Muhammad Mahdî Fûlâdwand, Téhéran : Dâr al-Qurân al-Karîm, 1418 de l’hégire lunaire / 1376 de l’hégire solaire.
  • Al-Bahrânî, Sayed Hâshim, al-Burhân fî Tafsîr al-Qur’ân, Qum, Mu’assisat al-Bi’that, 1389 de l’Hégire solaire.
  • As-Suyûtî, ‘Abd ar-Rahmân b. Abî Bakr b. Muhammad Jalâl ad-Dîn, ad-Durr al-Manthûr fî at-Tafsîr bi-l-Ma’thûr, Bibliothèque de l’Ayatullah Mar’ashî Nadjafî, Qum : 1404 de l’hégire lunaire.
  • At-Tabrisî, Fadl b. Hasan. Majma‘ al-Bayân fî Tafsîr al-Qurʾân. Traduction : Hâshem Rasûlî, Téhéran, s.d.
  • Banîhâshemî Khomeinî, Sayed Muhammad Hassan, Todîh al-Masâ’il Marâji’, Daftar-e Nashr-e Eslâmî, ed 3, 1378 de l’Hégire solaire.
  • Khurramshâhî, Bahâ’ ad-Dîn, Dâneshnâme-ye Qur’ân wa Qur’ânpazhûhî, V. 2, Téhéran : Dustân-Nâhîd, 1377 de l’hégire solaire.
  • Ma‘rifat, Muhammad Hâdî, at-Tamhîd fî ‘Ulûm al-Qur’ân, Qum : Mo’assise-ye Farhangî Enteshârâtî-ye At-Tamhîd, 1388 de l’hégire solaire.
  • Makârim Shîrâzî, Nâser, Bargozîde-ye Tafsîr-e Nemûneh, Dâr al-Kutub al-Islâmîyya, 1382 de l’hégire solaire.
  • Makârim Shîrâzî, Nâser, Tafsîr-e Nemûneh, Téhéran : Dâr al-Kutub al-Islâmîyya, 1371 de l’hégire solaire.
  • Shahâbî, Mahmûd, Adwâr-e Fiqh, Téhéran : Sâzmân-e Châp wa Enteshârât-e Wezârat-e Farhang wa Ershâd-e Islâmî, 1366 de l’hégire solaire.
  • Sobhânî, Ja’far, Ekhtîâr wa Âzâdî, Majalle-ye Maktab-e Eslâm, an. 23, n.11, Bahman 1362 de l’Hégire solaire.
  • Sobhânî, Ja’far, Jabr wa Ekhtîâr Az Dîdgâh-e Wahy wa Kherad, Majalle-ye Maktab-e Eslâm, n.45, Âzar 1366 de l’Hégire solaire.
  • Sobhânî, Ja’far, Mafâhîm al-Qur’ân, Qum, Mu’assisat Imam Sâdiq (a), 1427 de l’hégire lunaire.
  • Tabâtabâ’î, Sayed Muhammad Husayn, al-Mîzân fî Tafsîr al-Qurân, Traduction persane : Muhammad Bâqir Mûsawî, Qum : Daftar-e Enteshârât-e Eslâmî, ed. 5. 1374 de l’hégire solaire.
  • Tabâtabâʾî, Sayed Muhammad Husayn. al-Mîzân fî Tafsîr al-Qurʾân. Beyrouth : Muasisat al-A’lamî lil-Matbû’ât, 1393 de l’hégire lunaire.