Sourate ash-Sharh

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher
Ad-Duhâ Sourate ash-Sharh At-Tîn
سوره شرح.jpg
Nombre de la sourate : 94
Juz' : 30
Révélation
Ordre de la révélation : 12
Mecquoise/Médinoise : Mecquoise
Statistiques
Nombre des versets : 8
Nombre des mots : 27
Nombre des lettres : 102

Sourate ash-Sharh (en arabe : سورة الشرح) ou al-Inshirâh (en arabe : الإنشراح) ou Alam nashrah (en arabe : الم نشرح) est la 94e sourate du Coran. C'est une sourate mecquoise située dans le chapitre (Juz’) 30. Son nom est traduit en français « N'avons-Nous point ouvert ? ».[1]

Les trois noms de la sourate sont tirés du premier verset de la sourate qui parle de l'ouverture du cœur du Prophète (s). La sourate ash-Sharh mentionne les bénédictions de Dieu pour Son Messager et apaise le Prophète (s). L'un des versets célèbres de cette sourate est le verset 5 qui promet que la facilité suit les difficultés.

Il est mentionné dans les préceptes du fiqh que dans les prières obligatoires, il n'est pas permis de réciter la sourate ash-Sharh seulement, après la sourate al-Fâtiha et cela devrait réciter avec la sourate ad-Duhâ.
Sur les mérites de cette sourate, il est rapporté de l'Imam as-Sâdiq (a) que celui qui récite la sourate ash-Sharh plusieurs fois la nuit et le jour, tous ses membres et les choses autour de lui donneraient un témoignage en faveur de lui le Jour du Jugement.

Présentation

Les verset 5 et 6 de la sourate ash-Sharh

Nomination

Les noms de cette sourate sont ash-Sharh, al-Inshirâh ou Alam nashrah dont sont tirés du premier verset de la sourate. La cause de cette dénomination est que le premier verset de la sourate parle de Sharh as-Sadr (ouverture du cœur) du Prophète (s) par la lumière de la foi.[2]

Lieu et ordre de la révélation

La sourate ash-Sharh est une sourate mecquoise ; elle est la 12e sourate révélée au Prophète (s). Dans l'ordre actuel du Coran, c'est la 94e sourate [3] située dans le chapitre (Juz’) 30.

Nombre de versets

La sourate ash-Sharh a 8 versets, 27 mots et 102 lettres. En ce qui concerne le volume, cette sourate est parmi les sourates dites al-Mufassalât (en arabe : المُفَصَّلات), celles avec des versets courts.[4]

Contenu

Dans la sourate ash-Sharh, Dieu apaise le Prophète (s) en lui rappelant ses bénédictions et en ouvrant le cœur du Prophète (s), le soulageant du fardeau de sa fonction, et exaltant son nom et dit qu'effectivement la facilité accompagne la difficulté.

De la même manière que Dieu mentionne Ses bénédictions sur le Prophète (s) dans la sourate ad-Duhâ, dans cette sourate aussi, mentionne d'autres miséricordes et bénédictions divines sur le Prophète (s) dont le plus important est d'ouvrir le cœur du Prophète (s). En fait, la sourate ash-Sharh vient après la sourate ad-Duha.[5]

Versets réputés

فَإِنَّ مَعَ الْعُسْرِ يُسْرًا ﴿٥﴾ إِنَّ مَعَ الْعُسْرِ يُسْرًا ﴿٦﴾
En vérité, à côté de l'adversité est la félicité ! ﴾5﴿ Oui, à côté de l'adversité est la félicité ! ﴾6﴿
Le Coran, sourate XCIV ; Traduction de Régis Blachère, p.656, 1966.

Dans le commentaire de ce verset, il est mentionné que le contenu de ce verset ne comprend pas seulement le Prophète (s) et son temps ; mais, c'est une règle générale qui donne une bonne nouvelle de facilité et de soulagement aux fidèles. Un point remarquable de ce verset est que le Coran dit que, en même temps qu’il y a des difficultés, il y a également de la facilité, et le verset ne veut pas dire que la facilité vient après la difficulté.[6]

Mérites et effets

Sur les mérites de cette sourate, il est rapporté de l'Imam as-Sâdiq (a) que celui qui récite la sourate ash-Sharh plusieurs fois la nuit et le jour, tous ses membres et les choses autour de lui donneraient un témoignage en faveur de lui le Jour du Jugement.[7]

La récitation de cette sourate plusieurs fois chaque jour et nuit est recommandée[8] et sa récitation est conseillée dans la deuxième Rak‘a d'une prière réalisée pour surmonter les difficultés.[9] Aussi, certains avantages sont mentionnés pour cette sourate, y compris : soulager la douleur dans la poitrine, ce qui rend l'accouchement facile,[10] enlever la peur et garder la personne dans les voyages au bord de la mer.[11]

Récitations spéciaux

Article connexe : La prière.

Il est mentionné dans les préceptes de la Loi qu'on ne peut pas réciter justement la sourate ash-Sharh après la sourate al-Fâtiha et cela ne suffit pas[12] et doit être récité avec la sourate ad-Duhâ. Selon al-Fâdil an-Narâqî, la célèbre opinion des savants de fiqh est la récitation de ces deux sourates ensemble.[13]

Texte et traduction de la sourate

Traduction Phonétique Texte de la sourate
Au nom d'Allah, le Bienfaiteur miséricordieux. Bismi Allāhi Ar-Raĥmāni Ar-Raĥīmi بِسْمِ اللَّـهِ الرَّ‌حْمَـٰنِ الرَّ‌حِيمِ
N'avons-Nous point ouvert ta poitrine ﴾1﴿ et déposé loin de toi le faix ﴾2﴿ qui accablait ton dos ? ﴾3﴿ N'avons-Nous pas exalté ta réputation ? ﴾4﴿ En vérité, à côté de l'adversité est la félicité ! ﴾5﴿ Oui, à côté de l'adversité est la félicité ! ﴾6﴿ Quand tu seras dolent, prends de la peine ﴾7﴿ et, à ton Seigneur, aspire ! ﴾8﴿


'Alam Nashraĥ Laka Şadraka ﴾1﴿ Wa Wađa`nā `Anka Wizraka ﴾2﴿ Al-Ladhī 'Anqađa Žahraka ﴾3﴿ Wa Rafa`nā Laka Dhikraka ﴾4﴿ Fa'inna Ma`a Al-`Usri Yusrāan ﴾5﴿ 'Inna Ma`a Al-`Usri Yusrāan ﴾6﴿ Fa'idhā Faraghta Fānşab ﴾7﴿ Wa 'Ilá Rabbika Fārghab ﴾8﴿ أَلَمْ نَشْرَحْ لَكَ صَدْرَكَ ﴿١﴾ وَوَضَعْنَا عَنكَ وِزْرَكَ ﴿٢﴾ الَّذِي أَنقَضَ ظَهْرَكَ ﴿٣﴾ وَرَفَعْنَا لَكَ ذِكْرَكَ ﴿٤﴾ فَإِنَّ مَعَ الْعُسْرِ يُسْرًا ﴿٥﴾ إِنَّ مَعَ الْعُسْرِ يُسْرًا ﴿٦﴾ فَإِذَا فَرَغْتَ فَانصَبْ ﴿٧﴾ وَإِلَىٰ رَبِّكَ فَارْغَب ﴿٨﴾
Le Coran, sourate XCIV ; Traduction de Régis Blachère, p. 655-656, 1966.


Sourate précédente :
Ad-Duhâ
Sourate ash-Sharh
Sourates mecquoisesSourates médinoises
Surate suivante:
At-Tîn

1.Al-Fâtiha 2.Al-Baqara 3.Âl ʻImrân 4.An-Nisâ’ 5.Al-Mâ’ida 6.Al-Anʻâm 7.Al-Aʻrâf 8.Al-Anfâl 9.At-Tawba 10.Yûnus 11.Hûd 12.Yûsuf 13.Ar-Ra‘d 14.Ibrâhîm 15.Al-Hijr 16.An-Nahl 17.Al-Isrâ’ 18.Al-Kahf 19.Maryam 20.Tâhâ 21.Al-Anbîyâ’ 22.Al-Hajj 23.Al-Mu’minûn 24.An-Nûr 25.Al-Furqân 26.Ash-Shuʻarâ’ 27.An-Naml 28.Al-Qasas 29.Al-'Ankabût 30.Ar-Rûm 31.Luqmân 32.As-Sajda 33.Al-Ahzâb 34.Saba’ 35.Fâtir 36.Yâsîn 37.As-Sâffât 38.Sâd 39.Az-Zumar 40.Ghâfir 41.Fussilat 42.Ash-Shûrâ 43.Az-Zukhruf 44.Ad-Dukhân 45.Al-Jâthîya 46.Al-Ahqâf 47.Muhammad 48.Al-Fath 49.Al-Hujurât 50.Qâf 51.Adh-Dhârîyât 52.At-Tûr 53.An-Najm 54.Al-Qamar 55.Ar-Rahmân 56.Al-Wâqi‘a 57.Al-Hadîd 58.Al-Mujâdala 59.Al-Hashr 60.Al-Mumtahana 61.As-Saff 62.Al-Jumu‘a 63.Al-Munâfiqûn 64.At-Taghâbun 65.At-Talâq 66.At-Tahrîm 67.Al-Mulk 68.Al-Qalam 69.Al-Hâqqa 70.Al-Ma‘ârij 71.Nûh 72.Al-Jinn 73.Al-Muzzammil 74.Al-Muddaththir 75.Al-Qîyâma 76.Al-Insân 77.Al-Mursalât 78.An-Naba’ 79.An-Nâziʻât 80.‘Abasa 81.At-Takwîr 82.Al-Infitâr 83.Al-Mutaffifîn 84.Al-Inshiqâq 85.Al-Burûj 86.At-Târiq 87.Al-A‘lâ 88.Al-Ghâshîya 89.Al-Fajr 90.Al-Balad 91.Ash-Shams 92.Al-Layl 93.Ad-Duhâ 94.Ash-Sharh 95.At-Tîn 96.Al-‘Alaq 97.Al-Qadr 98.Al-Bayyina 99.Az-Zalzala 100.Al-‘Âdîyât 101.Al-Qâri‘a 102.At-Takâthur 103.Al-‘Asr 104.Al-Humaza 105.Al-Fîl 106.Quraysh 107.Al-Mâ‘ûn 108.Al-Kawthar 109.Al-Kâfirûn 110.An-Nasr 111.Al-Masad 112.Al-Ikhlâs 113.Al-Falaq 114.An-Nâs


Voir aussi

Références

  1. Le Coran, Traduction par Régis Blachère, p.655.
  2. Khurramshâhî, vol. 2, p. 1265.
  3. Ma‘rifat, vol. 2, p. 166.
  4. Khurramshâhî, vol. 2, p. 1265.
  5. Khurramshâhî, vol. 2, p. 1265.
  6. Makârem Shîrâzî, vol. 27, p. 127.
  7. Sadûq, p. 123.
  8. Kâshif al-Ghitâ‘, vol. 3, p. 475.
  9. Kâshif al-Ghitâ‘, vol. 3, p. 261.
  10. Bahrânî, vol. 5, p. 687.
  11. Nûrî, vol. 8, p. 236.
  12. Najafî, vol. 10, p. 20.
  13. Fâdil Narâqî, vol. 5, p. 126.

Bibliographie

  • Le Coran, Traduction de Régis Blachère, Paris : Maisonneuve et Larose, 1966.
  • Le Coran, Traduction persane : Muhammad Mahdî Fûlâdwand, Téhéran : Dâr al-Qurân al-Karîm, 1418 de l’hégire lunaire / 1376 de l’hégire solaire.
  • Al-Bahrânî, Sayyid Hâshim b. Sulaymân, al-Burhân fî Tafsîr al-Qurân, Qum : Mu’assisat al-Bi’that, ed. 1, 1415 de l’hégire lunaire.
  • Al-Kāshif al-Ghitâ’, Ja‘far. Kashf al-Ghitâ’ ‘an Mubhamât ash-Sharî‘at al-Gharrâ’. Qum : Daftar-e Tablîghât-e Islâmî-e Huwze-ye ʿIlmîyye-ye Qum, 1422 de l’hégire lunaire.
  • An-Nadjafî, Muhammad Hasan, Jawâhir al-Kalâm fî Sharh Sharâyi‘ al-Islâm, Qum : 1417 de l’hégire lunaire.
  • An-Nûrî, Husayn b. Muhammad Taqî, Mustadrak al-Wasâ’il. Beyrouth : Mu’assisat Âl al-Bayt li-Ihyâ’ at-Turâth, 1408 de l’hégire lunaire.
  • As-Sadûq, Muhammad b. Alî b. Bâbwayh Qumî, Thawâb al-A‘mâl wa ‘Iqâb al-A‘mâl, travail de recherches : Sâdiq Hasanzâde, Téhéran : Armaghân-e Tûbâ, 1382 de l’hégire solaire.
  • At-Tabrisî, Al-Fadhl b. al-Hasan, Majma‘ al-Bayân fî Tafsîr al-Qurân, Traduction par : Bîsutûnî, Machhad : Âstân-e Quds-e Radawî, 1390 de l’hégire solaire.
  • Khurramshâhî, Bahâ‘ ad-Dîn, Dâneshnâme-ye Qur’ân wa Qur’ânpazhûhî, v. 2, Téhéran : Dûstân-Nâhîd, 1377 de l’hégire solaire.
  • Makârem Shîrâzî, Nâser, et d'autres, Tafsîr-e Nemûneh, Téhéran : Dâr al-Kutub al-Islâmîyya, 1371 de l’hégire solaire.