Sourate at-Tîn

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher
Ash-Sharh Sourate at-Tîn Al-‘Alaq
سوره والتین.jpg
Nombre de la sourate : 95
Juz' : 30
Révélation
Ordre de la révélation : 28
Mecquoise/Médinoise : Mecquoise
Statistiques
Nombre des versets : 8
Nombre des mots : 34
Nombre des lettres : 162

Sourate at-Tîn (en arabe : سورة التین) ou Wa t-Tîn wa z-Zaytûn (en arabe : والتین والزیتون) est la 95e sourate du glorieux Coran et parmi les sourates mecquoises. Son nom est traduit en français « La figue » ou « Le [Mont des] Figuier[s] ».[1] Elle fait partie des sourates courtes, situées dans le chapitre (juz’) 30 du Coran.

Le thème principal de la sourate at-Tîn est la Résurrection et la récompense de l’au-delà. Dieu commence cette sourate par quatre serments et présente la création de l'être humain comme le meilleur et le plus parfait. Dans les commentaires du Coran basés sur les hadiths, certains versets de cette sourate sont attribués à certaines des infaillibles (a) ; par exemple, il est dit que par « Wa t-Tîn wa z-Zaytûn », l’Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a) et l’Imam al-Husayn (a) sont signifiés.

Au sujet des mérites de la récitation de cette sourate, Il est mentionné qu'il est recommandé d'effectuer deux Rak‘a de prière la veille du 13 du mois de Sha‘bân, et dans chaque rak‘a, il est récité la sourate at-Tîn, après avoir récité la sourate al-Fâtiha.

Présentation

Nomination

Quatre serments de la sourate at-Tîn

Sourate at-Tîn a été nommée at-Tîn (en arabe : التین) ou « La figue », parce que dans son premier verset, Dieu a juré sur la figue. La sourate at-Tîn est également appelée « az-Zaytûn » (en arabe : الزیتون) ou « Wa t-Tîn wa z-Zaytûn » (en arabe : والتین والزیتون).[2]

Il est à noter que selon exégètes du Coran, il y a quelques possibilités concernant la signification d’« at-Tîn » et d’« az-Zaytûn » :

  1. Les deux fruits de la figue et de l'olive sont signifiés.
  2. Ils se réfèrent à la Mosquée de Damas.
  3. Par az-Zaytûn, mosquée Al-Aqsâ signifie.
  4. Ces deux mots se réfèrent à deux montagnes en Syrie et Jérusalem qui s'appellent Tînâ et Zîtâ en syriaque. [3]
  5. Par « Wa t-Tîn wa z-Zaytûn », l’Imam al-Hasan (a) et l’Imam al-Husayn (a) sont signifiés.[4]

Lieu et ordre de la révélation

La sourate at-Tîn est parmi les sourates mecquoises et la 28e sourate révélée au Prophète (s). Il est maintenant 95e sourate du Coran,[5] située dans le 30e chapitre (juz’).[6]

Nombre de versets

La sourate at-Tîn a 8 versets, 34 mots et 162 lettres. C'est l'une des sourates dites al-Mufassalât (en arabe : المُفَصَّلات, celles avec des versets courts).

Elle est aussi parmi les sourates courtes du Coran. Elle fait partie des sourates qui commencent par des serments dans lesquelles, Dieu jure sur quatre choses.[7]

Contenu

La sourate at-Tîn parle de la Résurrection au Jour du Jugement, le calcul des actes par Dieu et la récompense dans l'au-delà.
Cette sourate mentionne d'abord, la création de l'être humain de la meilleure façon, puis mentionne que certaines personnes restent sur leur nature originelle par Dieu ; mais, d'autres s'abaissent au plus bas des degrés. À la fin, il fait allusion que la Sagesse de Dieu exige la distinction entre les deux groupes en donnant des récompenses.[8]

Exégèse de quelques versets

Dans le livre « al-Burhân fî Tafsîr al-Qur’ân », il y a des hadiths mentionnés concernant l'interprétation de cette sourate dans certains desquels, il est dit que par « Wa t-Tîn wa z-Zaytûn » (en arabe : والتین والزیتون), l’Imam al-Hasan (a) et l’Imam al-Husayn (a) signifient. Dans certains autres, le mot « Dîn » (en arabe : دین) dans le septième verset est signifié comme Wilâya de l’Imam Ali (a) ou il est dit que l'expression (en arabe : إِلَّا الَّذِينَ آمَنُوا وَعَمِلُوا الصَّالِحَاتِ, "Exception pour ceux qui ont cru et accompli des œuvres pies") au verset 6, se réfère à l’Imam Ali (a) et ses chiites. Il est également rapporté que « al-Balad al-Amîn » (en arabe : البلد الأمین) au verset 3, se réfère au Prophète (s).[9]

Création de l'être humain de la meilleure façon

A propos de l'interprétation du verset 4, il est mentionné que Dieu a juré sur quatre choses, pour dire que l'être humain est créé d'une manière équilibrée et parfaite ,dans tous les aspects. De ce verset et de son verset suivant, on peut apprendre que l'Homme a le potentiel d'atteindre le plus haut degré de l'humanité.[10]

Mérites et effets

À propos des mérites de la récitation de cette sourate, des mérites ont été mentionnés dans « Thawâb al-A‘mâl wa ‘iqâb al-A‘mal ».[11] Il est également mentionné qu'elle est recommandée d'effectuer deux Rak‘a de prière la veille du 13 du mois de cha‘bân, et dans chaque rak‘a, il est récité la sourate at-Tîn après avoir récité la sourate al-Fâtiha.[12]

Texte et traduction de la sourate

Traduction Phonétique Texte de la sourate
Au nom d'Allah, le Bienfaiteur miséricordieux. Bismi Allāhi Ar-Raĥmāni Ar-Raĥīmi بِسْمِ الله الرَّحمٰن الرَّحِیم
Par le [Mont des] Figuier[s] et [des] Olivier[s] ! ﴾1﴿ par le Mont Sinaï ! ﴾2﴿ par cette Ville sûre !, ﴾3﴿ certes Nous avons créé l'Homme en la plus belle prestance, ﴾4﴿ puis Nous l'avons rendu le plus bas de ceux qui sont bas ! ﴾5﴿ Exception pour ceux qui ont cru et accompli des œuvres pies, car à ceux-là appartient une rétribution exempte de rappel. ﴾6﴿ Qu'est-ce qui te fera encore traiter de mensonge le Jugement ? ﴾7﴿ Allah n'est-Il pas le plus juste des juges ? ﴾8﴿


Wa At-Tīni Wa Az-Zaytūni ﴾1﴿ Wa Ţūri Sīnīna ﴾2﴿ Wa Hadhā Al-Baladi Al-'Amīni ﴾3﴿ Laqad Khalaqnā Al-'Insāna Fī 'Aĥsani Taqwīmin ﴾4﴿ Thumma Radadnāhu 'Asfala Sāfilīna ﴾5﴿ 'Illā Al-Ladhīna 'Āmanū Wa `Amilū Aş-Şāliĥāti Falahum 'Ajrun Ghayru Mamnūnin ﴾6﴿ Famā Yukadhibuka Ba`du Bid-Dīni ﴾7﴿ 'Alaysa Allāhu Bi'aĥkami Al-Ĥākimīna ﴾8﴿ وَالتِّينِ وَالزَّيْتُونِ ﴿١﴾ وَطُورِ سِينِينَ ﴿٢﴾ وَهَـٰذَا الْبَلَدِ الْأَمِينِ ﴿٣﴾ لَقَدْ خَلَقْنَا الْإِنسَانَ فِي أَحْسَنِ تَقْوِيمٍ ﴿٤﴾ ثُمَّ رَدَدْنَاهُ أَسْفَلَ سَافِلِينَ ﴿٥﴾ إِلَّا الَّذِينَ آمَنُوا وَعَمِلُوا الصَّالِحَاتِ فَلَهُمْ أَجْرٌ غَيْرُ مَمْنُونٍ ﴿٦﴾ فَمَا يُكَذِّبُكَ بَعْدُ بِالدِّينِ ﴿٧﴾ أَلَيْسَ اللَّـهُ بِأَحْكَمِ الْحَاكِمِينَ ﴿٨﴾
Le Coran, sourate at-Tîn ; Traduction de Régis Blachère, p.656-657, 1966.


Sourate précédente :
Ash-Sharh
Sourate at-Tîn
Sourates mecquoisesSourates médinoises
Sourate suivante:
Al-‘Alaq

1.Al-Fâtiha 2.Al-Baqara 3.Âl ʻImrân 4.An-Nisâ’ 5.Al-Mâ’ida 6.Al-Anʻâm 7.Al-Aʻrâf 8.Al-Anfâl 9.At-Tawba 10.Yûnus 11.Hûd 12.Yûsuf 13.Ar-Ra‘d 14.Ibrâhîm 15.Al-Hijr 16.An-Nahl 17.Al-Isrâ’ 18.Al-Kahf 19.Maryam 20.Tâhâ 21.Al-Anbîyâ’ 22.Al-Hajj 23.Al-Mu’minûn 24.An-Nûr 25.Al-Furqân 26.Ash-Shuʻarâ’ 27.An-Naml 28.Al-Qasas 29.Al-'Ankabût 30.Ar-Rûm 31.Luqmân 32.As-Sajda 33.Al-Ahzâb 34.Saba’ 35.Fâtir 36.Yâsîn 37.As-Sâffât 38.Sâd 39.Az-Zumar 40.Ghâfir 41.Fussilat 42.Ash-Shûrâ 43.Az-Zukhruf 44.Ad-Dukhân 45.Al-Jâthîya 46.Al-Ahqâf 47.Muhammad 48.Al-Fath 49.Al-Hujurât 50.Qâf 51.Adh-Dhârîyât 52.At-Tûr 53.An-Najm 54.Al-Qamar 55.Ar-Rahmân 56.Al-Wâqi‘a 57.Al-Hadîd 58.Al-Mujâdala 59.Al-Hashr 60.Al-Mumtahana 61.As-Saff 62.Al-Jumu‘a 63.Al-Munâfiqûn 64.At-Taghâbun 65.At-Talâq 66.At-Tahrîm 67.Al-Mulk 68.Al-Qalam 69.Al-Hâqqa 70.Al-Ma‘ârij 71.Nûh 72.Al-Jinn 73.Al-Muzzammil 74.Al-Muddaththir 75.Al-Qîyâma 76.Al-Insân 77.Al-Mursalât 78.An-Naba’ 79.An-Nâziʻât 80.‘Abasa 81.At-Takwîr 82.Al-Infitâr 83.Al-Mutaffifîn 84.Al-Inshiqâq 85.Al-Burûj 86.At-Târiq 87.Al-A‘lâ 88.Al-Ghâshîya 89.Al-Fajr 90.Al-Balad 91.Ash-Shams 92.Al-Layl 93.Ad-Duhâ 94.Ash-Sharh 95.At-Tîn 96.Al-‘Alaq 97.Al-Qadr 98.Al-Bayyina 99.Az-Zalzala 100.Al-‘Âdîyât 101.Al-Qâri‘a 102.At-Takâthur 103.Al-‘Asr 104.Al-Humaza 105.Al-Fîl 106.Quraysh 107.Al-Mâ‘ûn 108.Al-Kawthar 109.Al-Kâfirûn 110.An-Nasr 111.Al-Masad 112.Al-Ikhlâs 113.Al-Falaq 114.An-Nâs


Voir aussi

Références

  1. Le Coran, Traduction par Régis Blachère, p.656
  2. Khurramshâhî, v.2, p.1265.
  3. Khurramshâhî, v.2, p.1265.
  4. Al-Bahrânî, v.5, p.692.
  5. Ma‘rifat, v.1, p.166.
  6. Khurramshâhî, v.2, p.1265.
  7. Khurramshâhî, v.2, p.1265.
  8. Tabâtabâ’î, v.20, p.318.
  9. Al-Bahrânî, v.5, p.692-694.
  10. Tabâtabâ’î, v.20, p.319.
  11. As-Sadûq, p.123.
  12. Ibn Tâwûs, v.3, p.311.

Bibliographie

  • Le Coran, Traduction de Régis Blachère, Paris : Maisonneuve et Larose, 1966.
  • Le Coran, Traduction persane : Muhammad Mahdî Fûlâdwand, Téhéran : Dâr al-Qurân al-Karîm, 1418 de l’hégire lunaire / 1376 de l’hégire solaire.
  • Al-Bahrânî, Hâshim b. Sulaymân, Al-Burhân fî Tafsîr al-Qur’ân, Téhéran : Institut Bi’that, éd. 1, 1416 de l’hégire lunaire.
  • As-Sadûq, Muhammad b. Alî b. Bâbwayh Qumî, Thawâb al-A‘mâl wa ‘Iqâb al-A‘mâl, Qum : Dâr ash-Sharîf ar-Radî, ed.2, 1406 de l’hégire lunaire.
  • At-Tabrisî, Fadl b. Hasan. Majma‘ al-Bayân fî Tafsîr al-Qur’ân. Téhéran : Enteshârât-e Nâser Khusruw, ed. 3, 1372 de l’hégire solaire.
  • Dehkhodâ, Alî Akbar, Loghat Nâmeh Dehkhodâ, Téhéran : Université de Téhéran, ed. 2, 1377 de l’hégire solaire.
  • Ibn Tâwûs, ‘Alî b. Mûsa, ’Iqbâl bi-l-A‘mâl al-Hasana, par : Jawâd Qayyûmî Esfahânî, Qum : Daftar-e Tablîghât-e Islâmî, ed.1, 1376 de l’hégire solaire.
  • Khurramshâhî, Bahâ‘ ad-Dîn, Dâneshnâme-ye Qur’ân wa Qur’ânpazhûhî, v. 2, Téhéran : Dûstân-Nâhîd, 1377 de l’hégire solaire.
  • Ma‘rifat, Muhammad Hâdî, Âmûzesh-e ‘Olûm-e Qur’ân, s.l., Markaz-e Châp wa Nashr-e Sâzmân-e Tablîghât-e Eslâmî, ed. 1, 1371 de l’hégire solaire.
  • Makârem Shîrâzî, Nâser, et d'autres, Tafsîr-e Nemûneh, Téhéran : Dâr al-Kutub al-Islâmîyya, 1374 de l’hégire solaire.
  • Tabâtabâ’î, Muhammad Husayn, Al-Mîzân fî Tafsîr al-Qurân, Beyrouth : Mu’assiat al-A‘lamî li-l-Matbû‘ât, ed. 2, 1974.