Sourate az-Zalzala

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher
al-Bayyina Sourate az-Zalzala al-‘Âdîyât
سوره زلزال.jpg
Nombre de la sourate : 99
Juz' : 30
Révélation
Ordre de la révélation : 93
Mecquoise/Médinoise : Médinoise
Statistiques
Nombre des versets : 8
Nombre des mots : 36
Nombre des lettres : 158

Sourate « az-Zalzala » ou la sourate « az-Zilzâl », situé dans le chapitre (Juz’) 30, est la 99e sourate du Coran qui fait partie des sourates courtes. Selon beaucoup de commentateurs du Coran, elle est une sourate médinoise.
Le nom de cette sourate est tiré du premier verset et est traduit en français : « le Tremblement de terre. » Elle comprend des thèmes comme : les signes de l’Heure et que tout le monde, soit bienfaisant soit malfaisant, verra le résultat de ses œuvres.
A propos du mérite de la récitation de la sourate az-Zilzâl, Ibn Bâbawayh rapporta de l’Imam as-Sâdiq (a) qu’il avait dit : « la récitation de la sourate az-Zilzâl, ne vous fatigue pas. Quiconque la récite dans ses prières recommandées, Dieu ne le fera souffrir aucun tremblement de terre, ainsi, il ne mourra ni par le tremblement de terre ni par la foudre ni par aucune calamité de ce bas monde. Quand on lui ordonne d’entrer au Paradis, Dieu le Très-Haut, dira : Mon serviteur, Je t’autorise d’entrer dans Mon Paradis, et d’y habite où que tu veuilles et que tu désires, tu ne seras ni interdit ni expulsé. »

Présentation

Qui aura fait le poids d'un atome de bien, le verra. (verset 7)

Nomination

Cette sourate est connue sous le nom « az-Zalzala » ou « az-Zilzâl », car, elle parle du tremblement de terre à la fin du temps et du désordre cosmique qui aura lieu au début de la Résurrection. Tous les deux noms ont le même sens : « le tremblement de terre ».[1]

Lieu et l’ordre de la révélation

Il y a de différents avis sur cette sourate, si elle est médinoise ou mecquoise ? D’après le consensus des exégètes du Coran, la sourate « az-Zilzâl » est considérée comme une sourate médinoise.[2]
Elle est la 99e sourate du Coran et la 93e qui fut révélée au Prophète (s),[3] située dans le chapitre (Juz’) 30.

Nombre de versets

Elle contient 8 versets, 36 mots et 158 lettres. Elle est une sourate courte qui fait partie des sourates al-Mufasslât (les sourates qui ont des versets courts).[4]

Contenu

Dans cette sourate, nous lisons à propos des sujets suivants :

  • Les signes du Jour de la Résurrection
  • Le témoignage de la terre, au Jour de la Résurrection, sur les œuvres des être humain
  • La division des gens en deux groupes : les bienfaisants et les malfaisants, et que tout le monde verra le résultat de ses actes.[5]
  • La justesse et dureté de Jugement divin.[6]

Dans le verset deux, nous lisons que la terre rejettera ses fardeaux. Selon ‘Allâma Tabâtabâ’î, le mot « athqâl » (fardeaux) dans ce verset concerne les morts.[7] D’après certaines exégèses du Coran, les trois derniers versets de la sourate parlent de personnification des actions d’homme. Ça veut dire, les œuvres de chacun se présenteront devant lui et leur présence de telle façon, causera le bonheur, la souffrance ou la difficulté.[8]

Versets réputés

Les versets sept et huit :

﴾فَمَن يَعْمَلْ مِثْقَالَ ذَرَّةٍ خَيْرًا يَرَهُ ﴿٧﴾ وَمَن يَعْمَلْ مِثْقَالَ ذَرَّةٍ شَرًّا يَرَهُ ﴿٨
Qui aura fait le poids d'un atome de bien, le verra ﴾7﴿ Qui aura fait le poids d'un atome de mal, le verra ﴾8﴿

Il y a trois avis sur le sens de ces deux versets. Ils parlent de ce que l’homme verra :

  1. Le résultat de ses œuvres
  2. Le Relevé de ses actions
  3. Les actes eux-mêmes.[9] Selon cet avis, ces deux versets concernent la personnification des actions d’homme. Ça veut dire qu’au Jour dernier, l’homme verra ses propres œuvres.[10]

Circonstance de la révélation

Il est rapporté de Muqâtil b. Sulaymân qu’il avait dit :

« Les versets sept et huit de cette sourate concernent deux personnes (groupes). L’un qui ne donnait pas l’aumône, dit : le verset « وَ يُطْعِمُونَ الطَّعامَ عَلى‏ حُبِّه »[11] m’empêche de donner l’aumône, car moi, je suis un homme pauvre et ce que j’ai, est très peu et je ne l’aime pas, alors, je ne le dépense pas dans le chemin de Dieu.
L’autre dit :
Nos péchés mineurs ne nous nuiront pas, le Jour du Jugement dernier et Dieu ne nous punira pas pour ceux-ci. »

Après ça, Allah révéla ces deux versets et dit qu’un atome de bien aura la récompense et ainsi, un atome de mal aura la punition.[12]

Mérites et bienfaits

Ibn Bâbawayh rapporta de l’Imam as-Sâdiq (a) qu’il avait dit :

« La récitation de la sourate az-Zilzâl, ne vous fatigue pas. Quiconque la récite dans ses prières recommandées, Dieu ne le fera souffrir aucun tremblement de terre, ainsi, il ne mourra ni par le tremblement de terre ni par la foudre ni par aucune calamité de ce bas monde. Quand on lui ordonne d’entrer au Paradis, Dieu le Très-Haut, dira : Mon serviteur, Je t’autorise d’entrer dans Mon Paradis, et d’y habite où que tu veuilles et que tu désires, tu ne seras ni interdit ni expulsé. »[13]

Dans la première rak’a de la prière Ja’fa at-Tayyâr, après al-Hamd, on lit cette sourate.[14]

Texte et la traduction de la sourate

Traduction Phonétique Texte de la sourate
Au nom d'Allah, le Bienfaiteur miséricordieux Bismi Allāhi Ar-Raĥmāni Ar-Raĥīmi بِسْمِ اللَّـهِ الرَّ‌حْمَـٰنِ الرَّ‌حِيمِ
Quand la tette sera secouée de son séisme ﴾1﴿ Que la terre rejettera ses fardeaux ﴾2﴿ Que l'Homme dira : « Qu'a-t-elle ? » ﴾3﴿ Ce jour-là, elle rapportera ses récits ﴾4﴿ Selon ce que lui a révélé ton Seigneur ﴾5﴿ Ce jour-là, les Humains surgiront [des sépulcres], par groupes, pour que leur soient montrées leurs actions ﴾6﴿ Qui aura fait le poids d'un atome de bien, le verra ﴾7﴿ Qui aura fait le poids d'un atome de mal, le verra ﴾8﴿


'Idhā Zulzilati Al-'Arđu Zilzālahā ﴾1﴿ Wa 'Akhrajati Al-'Arđu 'Athqālahā ﴾2﴿ Wa Qāla Al-'Insānu Mā Lahā ﴾3﴿ Yawma'idhin Tuĥaddithu 'Akhbārahā ﴾4﴿ Bi'anna Rabbaka 'Awĥá Lahā ﴾5﴿ Yawma'idhin Yaşduru An-Nāsu 'Ashtātāan Liyuraw 'A`mālahum ﴾6﴿ Faman Ya`mal Mithqāla Dharratin Khayrāan Yarahu ﴾7﴿ Wa Man Ya`mal Mithqāla Dharratin Sharrāan Yarahu ﴾8﴿ إِذَا زُلْزِلَتِ الْأَرْضُ زِلْزَالَهَا ﴿١﴾ وَأَخْرَجَتِ الْأَرْضُ أَثْقَالَهَا ﴿٢﴾ وَقَالَ الْإِنسَانُ مَا لَهَا ﴿٣﴾ يَوْمَئِذٍ تُحَدِّثُ أَخْبَارَهَا ﴿٤﴾ بِأَنَّ رَبَّكَ أَوْحَىٰ لَهَا ﴿٥﴾ يَوْمَئِذٍ يَصْدُرُ النَّاسُ أَشْتَاتًا لِّيُرَوْا أَعْمَالَهُمْ ﴿٦﴾ فَمَن يَعْمَلْ مِثْقَالَ ذَرَّةٍ خَيْرًا يَرَهُ ﴿٧﴾ وَمَن يَعْمَلْ مِثْقَالَ ذَرَّةٍ شَرًّا يَرَهُ ﴿٨﴾
Le Coran, Sourate XCIX ; traduction de Régis Blachère


voir aussi

Référence

  1. Khurramshâhî, Dânishnâmi Coran wa Coranpazhûhî, vol 2, p 1267
  2. Ayatollah Ma’rifat, mûzish ‘Ulûm Coran, vol 1, p 189
  3. Ayatollah Ma’rifat, mûzish ‘Ulûm Coran, vol 1, p 168
  4. Khurramshâhî, Dânishnâmi Coran wa Coranpazhûhî, vol 2, p 1267
  5. Ayatollah Makârim Shîrâzîn Tafsîr Nimûni, vol 27, p 218
  6. Khurramshâhî, Dânishnâmi Coran wa Coranpazhûhî, vol 2, p 1267
  7. ‘Allama Tabâtabâ’î, Al-Mîzân fî Tafsîr al-Coran, vol 20, p 342
  8. Ayatollah Makârim Shîrâzî, Tafsîr Nimûni, vol 27, p 227 ; ‘Allama Tabâtabâ’î, Al-Mîzân fî Tafsîr al-Coran, vol 20, p 343
  9. Ayatollah Tayyib, Atyab al-Bayân fî Tafsîr al-Coran, vol 14, p 199 – 200
  10. Ayatollah Makârim Shîrâzî, Tafsîr Nimûni, vol 27, p 227 ; ‘Allâma Tabâtabâ’î, Al-Mîzân fî Tafsîr al-Coran, vol 20, p 343
  11. Ils donnaient la nourriture, pour l'amour du Seigneur, au Pauvre, à l'Orphelin, au Captif; s al-Insân, v 8
  12. Abu al-Futûh ar-Râzî, Rawd al-Jinân wa Rawh al-Janân, vol 20, p 368
  13. Sayyid Hachim al-Bahrânî, Al-Burhân fî Tafsîr al-Coran, vol 5, p 725
  14. Cheikh Abbas Qummî, Mafâtîh al-Jinân