Umar b. Sa'd

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher
Umar b. Sa'd
Présentation
Rôle Meurtrier de l'Imam al-Husayn (a)
Nom(s) Umar
Décès 65 H ou 66 H ou 67 H
Kûfa
Famille
Généalogie Umar b. Sa’d b. Abî Waqqâs b. Mâlik b. Wahîb b. Abd Manaf b. Zuhrat b. Kilâb b. Murra Zuharî Madanî
Père Sa’d b. Abî Waqqâs
Enfant(s)
  • Hafs
  • Mus’ab
  • Mûsâ
  • ‘Âmir
  • Muhammad
Informations religieuses
Rôles importants
  • Commandeur de l'armée de Yazîd à Karbala
  • Meurtrier de l'Imam al-Husayn (a)
  • Umar b. Sa’d b. Abî Waqqâs (en arabe : عمر بن سعد بن أبي وقاص), connu sous les noms : Umar Sa’d et Ibn Sa’d (M 65 H ou 66 H ou 67 H) fut le commandeur de l’armée de ‘Ubayd Allah b. Zîyâd au cours de la tragédie de Karbala.

    D’après des rapports, il fut censé être le gouverneur de Ray, mais ‘Ubayd Allah b. Zîyâd mit une condition disant qu’il fallait combattre l’Imam al-Husayn (a) à Karbala pour acquérir le gouvernement de Ray. Umar b. Sa’d, accompagné de 4 000 soldats alla à Karbala. Il fut la première personne qui lança des flèches vers les camps de l’Imam al-Husayn (a) et après le martyre de l’Imam, il ordonna à ses soldats d’écraser les corps des martyrs avec les chevaux.

    Enfin, il ne réussit pas à atteindre le gouvernement de Ray et en l’an 66 H, il fut tué par Mukhtâr ath-Thaqafî. Il est une des personnalités détestables parmi les chiites et est maudit dans la Zîyârat ‘Âshûrâ.

    Généalogie

    Umar b. Sa’d b. Abî Waqqâs b. Mâlik b. Wahîb b. Abd Manaf b. Zuhrat b. Kilâb b. Murra Zuharî Madanî, est connu sous le nom d’Ibn Sa’d.

    Naissance

    La date de sa naissance est inconnue. Certains croient qu’il naquit à l’époque du Prophète (s) et d’autres considèrent l’année de l’assassinat d’Umar (23 H) comme celle de sa naissance.[1]<

    D’après Tabarî, en l’an 17 H/638, il participa, accompagné de son père, à la conquête de l’Irak et fut commandé par son père pour conquérir la région de Ra’s al-‘Ayn.[2]

    Enfants

    • Hafs : il fut tué, avec son père par Mukhtâr ath-Thaqafî.
    • Mus’ab
    • Mûsâ
    • ‘Âmir
    • Muhammad : il se souleva avec ‘Abd ar-Rahmân b. Muhammad b. Ash’ath contre Hajjâj b. Yûsuf et fut tué.

    Avant la tragédie de Karbala

    Encourager son père à se prétendre calife

    Article connexe : Arbitrage.

    En l’an 37 H/657, lorsque l’événement de l’Arbitrage entre l’Imam Ali (a) et Muawiya se déroula, Umar b. Sa’d qui voyait la divergence entre les deux armées, alla auprès de son père et l’encouragea à se prétendre calife des musulmans, mais son père n’accepta pas.[3]

    Témoignage contre Hujr b. ‘Adîyy

    Article connexe : Hujr b. ‘Adîyy.

    En l’an 51 H/671, ‘Ubayd Allah b. Zîyâd demanda à Umar b. Sa’d et certains autres de témoigner contre Hujr b. ‘Adîyy et de déclarer qu’il fut devenu infidèle. Leurs témoignages furent des excuses de Muawiya pour assassiner Hujr et ses soldats.[4]

    Informer Yazîid de l’arrivée de l’Imam al-Husayn (a) à La Mecque

    Khârazmî rapporta d’après Ibn A’tham Kûfî que lorsque l’Imam al-Husayn (a) quitta Médine et alla à La Mecque, Umar b. Sa’d fut l’émir de La Mecque. Puisqu’il vit que les gens de La Mecque accueillaient bien l’Imam, il écrivit une lettre à Yazid et l’informa de l’arrivée de l’Imam.[5]

    Trahison contre Muslim b. ‘Aqîl

    En l’an 60 H/680, lorsque Muslim b. ‘Aqîl arriva à Kûfa pour exiger l’allégeance des gens de Kûfa pour l’Imam al-Husayn (a), Umar b. Sa’d et certains chefs de Kûfa écrivirent une lettre à Yazîd, lui disant que s’il voulait garder Kûfa sous son autorité, il devait déposer Nu’mân b. Bashîr du gouvernement de Kûfa.[6]
    Quand Muslim b. ‘Aqîl fut arrêté par ‘Ubayd Allah b. Zîyâd, il donna son testament à Umar b. Sa’d, mais Umar le trahit et donna son testament à ‘Ubayd Allah b. Zîyâd.[7]

    A Karbala

    Articles connexes : Evénement de Karbala, Ashûra, Tâsu'â et Karbala.

    La réputation de Umar b. Sa’d provient de sa présence à Karbala et de son combat contre l’Imam al-Husayn (a) et ses partisans. Cet événement fit d’Umar, une personnalité détestable dans l’histoire de l’islam.

    Lorsque ‘Ubayd Allah b. Zîyâd arriva à Koufa, Umar b. Sa’d avait préparé une armée de 4 000 soldats pour le gouvernement de Ray[8] et la répression des Daylamites[9]. Avant d’aller à Ray, ‘Ubayd Allah b. Zîyâd lui ordonna d’aller à Karbala pour combattre l’Imam al-Husayn (a).

    Au début, Umar n’accepta pas, mais ‘Ubayd Allah b. Zîyâd le menaça, lui disant que s’il n’acceptait pas, il le déposerait du gouvernement de Ray. Donc, Umar eut deux choix : abandonner le gouvernement de Ray ou combattre l’armée de l’Imam al-Husayn (a).

    Enfin, il accepta l’ordre de ‘Ubayd Allah b. Zîyâd et alla, accompagné de 4 000 soldats à Karbala.[10]

    Envoie d’un messager auprès de l’Imam al-Husayn (a)

    Le jour de vendredi, le 2 ou 3 Muharram, 61 H/680, Ibn Sa’d entra à Karbala. Il envoya Qurrat b. Qays Hanzalî auprès de l’Imam al-Husayn (a) afin de lui demander la raison de sa venue à Karbala.

    L’Imam leur répondit :

    « Je suis venu à cause des invitations de la part des gens de Koufa. Maintenant, s’ils ne veulent pas, je reviens ».

    Ibn Sa’d informa ‘Ubayd Allah de la réponse de l’Imam. Mais, sous l’insistance de Shimr b. Dhi al-Jawshan et certains autres, ‘Ubayd Allah b. Zîyâd n’accepta pas la proposition de l’Imam. Donc, il ordonna à Umar b. Sa’d de combattre l’Imam, sinon il mettrait Shimr comme le commandeur.[11]

    En réponse à la lettre de ‘Ubayd Allah b. Zîyâd, Umar promit de commencer lui-même le combat contre l’Imam al-Husayn (a).

    Suite à l’ordre de ‘Ubayd Allah b. Zîyâd, Umar b. Sa’d envoya 5 000 cavaleries vers l’Euphrate pour empêcher l’armée de l’Imam d’accéder à l’eau.[12]

    Essai de l’Imam al-Husayn (a) pour sauver Umar b. Sa’d

    L’Imam al-Husayn (a) parla plusieurs fois avec Umar b. Sa’d pour le dissuader de le combattre. Les rapports qui concernent leurs rencontres, ont beaucoup de divergences.

    D’après un rapport, pendant la nuit, l’Imam envoya ‘Amr b. Qaraza al-Ansârî auprès d’Umar b. Sa’d, lui demandant de se donner un rendez-vous. Umar, accompagné de 20 cavaleries et l’Imam aussi avec le même nombre de cavaleries vinrent au milieu de champ de bataille. L’Imam et Umar b. Sa’d ordonnèrent à leurs cavaleries de les laisser seuls. Leur rencontre commença et ils se parlèrent longtemps. D’après certains rapports, l’Imam al-Husayn (a) dit à Umar b. Sa’d :

    « Ne crains-tu pas Allah et tu me combats ? Alors que tu me connais bien. Laisse ce groupe et joins-moi pour te rapprocher de Dieu ».

    Umar dit :

    « J’ai peur qu’ils détruisent ma maison ».

    L’Imam lui dit :

    « Je te donne une maison ».

    Umar b. Sa’d répondit :

    « Ils usurperont mes biens ».

    L’Imam dit :

    « Je t’en donnerai meilleurs ».

    Umar b. Sa’d garda le silence et ne dit plus rien.

    En quittant l’endroit de la rencontre, l’Imam dit :

    « Que Dieu te rende bientôt malade et qu’Il ne te pardonne pas au Jour Dernier. J’espère que tu ne manges du blé de l’Irak qu’un petit peu ».[13]

    Umar répondit :

    « Si je ne trouve pas du blé, je prendrai de l’orge ».[14]

    Déclenchement de la bataille

    L’après-midi du neuvième jour de Muharram, le jour de Tâsû’â, Umar b. Sa’d monta à son cheval et dit à ses soldats :

    « Ô l’armée de Dieu ! Je vous donne la bonne nouvelle, montez ».

    L’armée de Koufa se prépara pour le combat. Lorsque l’Imam apprit leur intention, il leur demanda de donner un délai d’une nuit pour qu’il puisse faire encore des actes d’adoration. Après avoir consulté avec les commandeurs de son armée, Umar b. Sa’d accepta la demande de l’Imam.[15]

    D’après certains rapports, le matin du dixième jour de Muharram, le jour de Achoura, l’Imam se tint debout devant l’armée de Koufa et parla avec eux. Il s’adressa à Umar b. Sa’d et dit :

    « Ô Umar b. Sa’d, est-ce que tu me tues et penses-tu que le bâtard fils du bâtard te donnera le califat de Ray ? Je jure par Allah que tu ne goûteras jamais le gouvernement de Ray ».

    Les paroles de l’Imam fâchèrent Umar b. Sa’d. Il se détourna de l’Imam et dit à son armée :

    « Qu’attendez-vous ? Attaquez tous, car ils ne sont que comme un petit morceau du pain ».[16]

    Puis, Umar lança une flèche vers les camps de l’Imam et dit :

    « Soyez témoins que j’étais la première personne qui lança de la flèche ».[17]

    Malédiction de l’Imam sur Umar b. Sa’d

    Après le combat de Ali Akbar (le grand fils de l’Imam al-Husayn (a)) dans le champ de la bataille, l’Imam dit à Umar b. Sa’d :

    « Que Dieu coupe ta descendance (que tu n’aies plus de descendants) et qu’Il donne l’autorité sur toi à quelqu’un qui te décapite dans ton lit ».[18]

    Ecraser les corps des martyrs par les chevaux

    Lorsque l’Imam al-Husayn (a) fut gravement blessé, Umar b. Sa’d vint à côté de son corps avec son cheval et dit à son armée :

    « Mettez fin à sa vie et décapitez-le ».[19]

    Après le martyre de l’Imam et de ses soldats, Umar ordonna à son armée d’écraser les corps des martyrs sous les sabots des chevaux.[20] Après l’enterrement des victimes de son armée et de celle de l’Imam al-Husayn (a), le 12 Muharram, il retourna avec la famille de l’Imam al-Husayn (a) qui fut captivée à Koufa.[21]

    Ibn Sa’d décrivit son état en rentrant chez lui en disant :

    « Personne ne rentre chez lui pire que moi, car j’ai obéi à un émir tyran, j’ai abandonné la justice et j’ai coupé les liens de parenté ».[22]

    Mort

    Au cours de la révolte de Sulaymân b. Surad Khuzâ’î pour venger la mort de l’Imam al-Husayn (a), en l’an 65 H/684 et de peur de l’assassinat par les chiites, Umar b. Sa’d dormait à Dâr al-Imârat.[23] Lorsque Mukhtâr ath-Thaqafî se souleva en l’an 66 H/685, et prit l’autorité sur Koufa, Umar b. Sa’d et Muhammad b. Ash’ath s’enfuirent.[24] Mais quand les gens de Kûfa se révoltèrent contre Mukhtâr, il retourna à Koufa et accompagné des autres chefs, prit le commandement des rebelles. Suite à la défaite des rebelles, il s’enfuit de nouveau et alla à Bassora pour se réfugier auprès de Mus’ab b. Zubayr.

    Mukhtâr envoya un de ses commandeurs à la poursuite d’Umar, il trouva Umar b. Sa’d, l’arrêta et l’emmena auprès de Mukhtâr. Enfin, Umar b. Sa’d et son fils, Hafs furent présents auprès de Mukhtâr et ce dernier, ordonna de les tuer.[25]

    D’après un autre rapport, suite à la demande de Abd Allah b. Ja’dat b. Hubayra, Mukhtâr donna un sauf-conduit à Umar b. Sa’d[26], car la sœur ou d’après un autre rapport, la fille de Mukhtâr fut l’épouse d’Umar b. Sa’d[27]. Mais lorsque Muhammad b. Hanafîyya apprit la nouvelle, il reprocha Mukhtâr, donc, ce dernier arrêta Umar dans sa maison et le tua.[28]

    D’après ‘Allâmat al-Majlisî, le 9 Rabî al-Awwal, Umar b. Sa’d fut tué par Mukhtâr.[29]

    Divergence parmi les sunnites sur sa fidélité

    Umar b. Sa’d rapporta des hadiths d’après son père sa’d[30] et Abû Sa’îd Khudrî.[31] Et les personnes suivantes rapportèrent des hadiths d’Umar b. Sa’d :

    • Ibrâhîm, son fils
    • Abu Bakr b. Hafs, son petit-fils
    • Abu al-Khattâb Basrî
    • Qatâdat b. Da’âma Sadûsî
    • Muhammad b. Muslim b. Shahâb Zuharî
    • Abû Is’hâq Sabî’î Hamdânî
    • ‘Amr b. Abd Allah[32]

    D’après ‘Ijlî, Umar b. Sa’d fut fidèle dans le hadith.[33] Mais d’après Ibn Abî Hâtam ar-Râzî[34], Yahya b. Ma’în dit :

    « Comment est-il possible de considérer le meurtrier de al-Husayn (a) comme fidèle ? ».

    D’après Ibn Hajar, il fut véridique et fiable dans le hadith.[35]

    Voir aussi

    Références

    1. Ibn Hajar, Tahdhîb at-Tahdhîb, v 7 p 451
    2. Tabarî, Târîkh at-Tabarî, v 5 p 34
    3. Tabarî, Târîkh at-Tabarî, v 5 p 67
    4. Tabarî, Târîkh at-Tabarî, v 5 p 269, 272 - 276
    5. Khârazmî, Maqtal al-Husayn, v 1 p 190
    6. Tabarî, Târîkh at-Tabarî, v 5 p 356
    7. Dînwarî, Akhbâr at-Tiwâl, p 241
    8. Ibn Faqîh, Mukhtasar al-Buldân, p 282 - 283
    9. Ibn Faqîh, Mukhtasar al-Buldân, p 253
    10. Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, v 3 p 176 - 177
    11. Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, v 3 p 177 - 187, 411 - 415; Tabarî, Târîkh at-Tabarî, v 5 p 409 - 417
    12. Tabarî, Târîkh at-Tabarî, v 3 p 312
    13. Ibn A’tham, Al-Futûh, v 5 p 92 - 93
    14. Khârazmî, Maqtal al-al-Husayn (a), v 1 p 245
    15. Tabarî, Târîkh at-Tabarî, v 5 p 416 - 417
    16. Khârazmî, Maqtal al-al-Husayn (a), v 2 p 6 - 8
    17. Tabarî, Târîkh at-Tabarî, v 5 p 429
    18. Khârazmî, Maqtal al-al-Husayn (a), v 2 p 30
    19. Ibn A’tham, Al-Futûh, p 911
    20. Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, v 3 p 204
    21. Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, v 3 p 206 - 207
    22. Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, v 3 p 211
    23. Tabarî, Târîkh at-Tabarî, v 5 p 587
    24. Dinwarî, Akhbâr at-Tiwâl, p 298
    25. Dinwarî, Akhbâr at-Tiwâl, p 300 - 301; Ya’qûbî, Târîkh Ya’qûbî, v 2 p 259
    26. Khârazmî, Maqtal al-al-Husayn (a), v 2 p 220
    27. Khârazmî, Maqtal al-al-Husayn (a), v 2 p 220
    28. Ibn Abd Rabbih, ‘Aqd al-Farîd, v 4 p 404 - 405
    29. Majlisî, Zâd al-Ma’âd, p 258
    30. ‘Ijlî, Târîkh ath-Thiqât, p 357
    31. Ibn Hajar, Tahdhîb at-Tahdhîb, v 7 p 450
    32. Ibn Abî Hâtam, Al-Jarh wa at-Ta’dîl, v 3 p 111
    33. ‘Ijlî, Târîkh ath-Thiqât, p 3
    34. Ibn Abî Hâtam, Al-Jarh wa at-Ta’dîl, v 3 p 111 - 112
    35. Ibn Hajar, Taqrîb at-Tahdhîb, v 2 p 56