Ibrâhîm Ya’qûb az-Zakzâkî

De Wiki Shia
Révision datée du 9 juin 2021 à 06:00 par Rezvani (discussion | contributions) (پیوند میان ویکی در ویکی داده و حذف از مبدا ویرایش)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Ibrâhîm Ya’qûb az-Zakzâkî (en arabe : إبراهيم الزكزكي), (né en 1953 C) est un religieux chiite et le chef des chiites au Nigéria. Sous l'influence de la révolution islamique d'Iran en 1978 C et de l'Imam Khomeini, Az-Zakzâkî se convertit à l'islam chiite, et avec la création du Mouvement islamique du Nigéria, il a fondé trois cents écoles islamiques au Nigéria et dans les pays voisins.

Il a également fondé des associations caritatives pour fournir des services financiers, médicaux et éducatifs aux chiites. Selon az-Zakzâkî, il a lancé une propagande religieuse au Nigéria à la fin des années 1970 C, en même temps que la victoire de la Révolution islamique d'Iran, en attirant des dizaines de personnes. Aujourd'hui le nombre des chiites au Nigéria atteint des millions de personnes.

Les trois enfants d'az-Zakzâkî furent tués lors d'une attaque des forces nigérianes lors d'un rassemblement de la Journée Quds en l'an 2014 C. Az-Zakzâkî a également été arrêté et emprisonné lors d'une attaque menée en l'an 2015 C par les forces militaires nigérianes au Husaynîyya Baqîyat Allah à Zaria. Le Guide suprême de la République islamique d'Iran, Sayyid Ali Khamenei, l'ayatollah Husayn Vahîd Khurâsânî, et le cheikh 'Îsâ Qâsim, le chef des chiites de Bahreïn, ont protesté contre le meurtre de chiites au Nigéria. Des rassemblements et des rituels ont également eu lieu en Iran, aux États-Unis, en Australie, en Suède et en Turquie pour protester contre les actions du gouvernement nigérian.

Biographie et éducation

Ibrâhîm Ya'qûb az-Zakzâkî est né en l'an 1372 H/ 1953 C, dans le nord du Nigeria. Jusqu'en l'an 1975 C, en plus de son éducation, il a également étudié des sciences religieuses dans la ville de Kano, au nord du Nigéria. Jusqu'en l'an 1978 C, il a obtenu son baccalauréat en économie de l'Université Ahmad Blue Zaria, et après un certain temps, il est devenu l'imam de la prière de la congrégation dans la mosquée de l'une des écoles religieuses.

Az-Zakzâkî est d'abord devenu l'un des membres de l'Union des étudiants musulmans et a ensuite été élu secrétaire général. Lors d'un voyage à Paris en 1978 C, Ibrâhîm az-Zakzâkî a rencontré l'imam Khomeiny, et après la victoire de la Révolution islamique d'Iran, il est entré au Hawza (séminaire) de Qom pour étudier les sciences religieuses. Il a parlé de l'influence de l'imam Khomeiny et de la Révolution islamique d'Iran sur lui-même. Az-Zakzâkî était à l'origine un musulman sunnite de la secte Mâlikî, et après avoir rencontré l'imam Khomeiny, il est devenu chiite.

Activités

Après la victoire de la Révolution islamique d'Iran en l'an 1978 C, Az-Zakzâkî s'est rendu en Iran, et après son retour, a fondé le Mouvement islamique du Nigéria dans son pays d'origine. Il a construit environ 300 écoles islamiques au Nigéria et dans les pays voisins. Az-Zakzâkî est également l'un des membres généraux de l'Assemblée Mondiale des Ahl al-Bayt (a).

La création de l'Institut ash-Shuhadâ' dans le but de prendre soin des enfants des martyrs et des orphelins, la création de l'Institut de charité Az-Zahra dans le but de fournir des services sociaux et civils, et la création d'un centre dans le but de fournir des services médicaux et éducatifs étaient d'autres actions d'Ibrâhîm az-Zakzâkî.

Selon Nasîba az-Zakzâkî, fils d'Ibrâhâm az-Zakzâkî, 12 millions de personnes sont devenues chiites au Nigeria grâce à ses efforts. Selon az-Zakzâkî, ses activités de propagande ont commencé à la fin des années 1970 C, et au début des années 1980 C (simultanément avec la victoire de la Révolution islamique d'Iran) avec l'attraction de dizaines de personnes, et après dix ans, elles ont atteint des centaines de milliers et dans les années 2011 C, le nombre des adeptes de l'école des Ahl al-Bayt (a) atteint des millions personnes.

Arrestation et emprisonnement

Lors de la cérémonie d'Arba'în en l'an 1437 H/2015 C par le Mouvement islamique du Nigéria, une attaque des forces de l'armée nigériane contre des cérémonies chiites en a tué des dizaines.

Az-Zakzâkî et son épouse ont également été arrêtés et emprisonnés au début de mois de Rabî' al-Awwal en l'an 1437 H (décembre 2015 C) lors d'une attaque des forces de l'armée nigériane contre Husaynîyya Baqîyyat Allah à Zaria, et cette attaque conduit de tuer et blesser un certain nombre de chiites.

Auparavant, en août 2014 C, trois fils d'Ibrâhîm az-Zakzâkî, ainsi que 33 chiites, sont tués lors d'une attaque militaire nigériane contre des marcheurs du jour de Quds.

En septembre 2016 C, la Cour suprême nigériane s'est opposée à la libération de cheikh az-Zakzâkî, mais en décembre de la même année, elle a ordonné la libération d'az-Zakzâkî et de son épouse. Mais, il n'a pas été libéré et à la suite de rumeurs sur sa mort en prison, il a comparu devant des journalistes en janvier 2017 C. En mai 2016 C, az-Zakzâkî a appelé son fils et a déclaré que le meurtre de chiites dans la ville nigériane de Zaria était dû à l'aide financière du gouvernement saoudien à l'armée nigériane. Cheikh az-Zakzâkî a été emprisonné trois fois par le gouvernement nigérian de 1979 C à 1986 C pour un total de sept ans.

Réactions

L'attaque contre les chiites, leur assassinat et l'arrestation de cheikh az-Zakzâkî et de son épouse au Nigéria ont conduit des protestations généralisées au Nigéria et dans d'autres parties du monde, notamment en Iran, aux États-Unis, en Australie, en Suède et en Turquie.

L'ayatollah Husayn Vahîd Khurâsânî, l'un des Marja' chiites, en août 2014 c, en réaction au meurtre des marcheurs de la Journée Quds au Nigéria et au meurtre des trois enfants d'Ibrâhîm az-Zakzâkî par les forces gouvernementales nigérianes, a appelé az-Zakzâkî pour lui exprimer ses condoléances pour le martyre des chiites et de ses trois enfants.

L'ayatollah Sayyid Ali Khamenei, le Guide suprême de la République islamique d'Iran, a qualifié Ibrâhîm az-Zakzâkî comme l'une des figures les plus opprimées au monde, et dans son discours parmi les responsables iraniens et des invités du gouvernement dans la Conférence internationale sur l'unité islamique, il a qualifié az-Zakzâkî comme un "fidèle réformateur et activiste de proximité [islamique]" qui au cours deux ans, les six de ses enfants sont tombés martyres.

L'ayatollah Khamenei a considéré l'attaque contre les chiites au Nigéria de catastrophe. Cheikh 'Îsâ Qâsim, le chef des chiites à Bahreïn, a qualifié l'attaque contre les chiites au Nigéria de crime et en a blâmé le gouvernement nigérian.

Selon le gouvernement nigérian, le président de la République islamique d'Iran, Hassan Rohani, après l'attaque de l'armée du gouvernement nigérian contre Husaynîyya chiite à Zaria, lors d'un appel téléphonique avec le président du Nigéria, Muhammadu Buhari, lui a demandé de former un comité d'enquête pour enquêter sur les violences contre les chiites. Le ministère des Affaires étrangères de la République islamique d'Iran, en réction aux attaques contre les chiites, a convoqué l'ambassadeur du Nigéria à Téhéran et a appelé à la protection des chiites au Nigéria.

Le refus du gouvernement nigérian d'appliquer la décision en faveur de la libération de cheikh az-Zakzâkî a été suivi de réactions au Nigéria. Lors des cérémonies d'Arba'in en l'an 2018 C, un certain nombre de chiites ont organisé des manifestations à Abuja en réaction à l'emprisonnement de cheikh az-Zakzâkî et au fait que le gouvernement n'a pas fait appliquer l'ordre de sa libération, demandant sa libération de la prison.

L'armée nigériane a attaqué les manifestants et, selon des sources d'information, plus de 40 chiites ont été tués dans ces attaques. Et aussi, à la fin du mois de juillet 2019 , à la suite d'une détérioration de l'état de cheikh az-Zakzâkî, un groupe de chiites a manifesté à Abuja, la capitale nigériane, pour demander sa libération, et a été attaqué par la police et les forces de sécurité nigérianes, tuant 11 personnes et en blessant 30, selon des sources d'information.

Voir aussi

Références

Bibliographie