Hadith al-Mawdû’

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Le hadith al-Mawdû' (en arabe : الحديث الموضوع) ou le hadith fabriqué est un hadith qui est faussement attribué au Prophète (s) ou à l'Imam Infaillible (a). Le hadith al-Mawdû est aussi appelé le hadith al-Maj'ûl (fabriqué) et le faux hadith. Selon les jurisconsultes, rapporter les hadiths al-Mawdû (fabriqués) est interdit à celui qui sait qu'il est fabriqué ; À moins qu'il ne soit utilisé comme exemple de hadith fabriqué.

Le hadith al-Mawdû est l'un des types de hadiths inauthentiques ; à la différence que, contrairement au hadith al-Mawdû, rapporter d'autres types de hadiths faibles n'est pas interdit. Dans les livres de Dirâya (C'est une science dans laquelle le concept et la chaîne de transmission du hadith sont examinés.), afin de connaître le hadith al-Mawdû, des signes sont mentionnés, parmi lesquels l'opposition de ce hadith avec le contenu du hadith à la raison, au Coran, à la tradition du Prophète (s) et des Imams (a) et aux préceptes et croyances essentielles de la religion.

Certains savants musulmans ont écrit des livres pour recueillir des hadiths al-Mawdû (Fabriqués). Le livre Abu Hurayra, écrit par Sayyid Abd al-Husayn Sharaf ad-Dîn, le livre de hadiths fabriqués, écrits par Sayyid Ali Husaynî Mîlânî et al-Akhbâr al-Dakhîla, écrits par cheikh Muhammad Taqî Shûshtarî font partie des œuvres des chiites dans ce domaine.

Concept

Le hadith l-Mawdû' est l'un des types de hadiths qui font par les fabricants du hadith et faussement attribué au Prophète de l'Islam (s) ou à l'un des Imams infaillibles (a). Un tel hadith est également appelé hadith al-Maj’ûl falsifié ou faux. La falsification d'un hadith est faite de diverses manières, telles que la fabrication d'un hadith complet, l'ajout de mots au hadith ou sa réduction, et le changement ou la déformation du mot.

Exemple de hadith fabriqué

Dans le livre de Târîkh Bagdad (écrit au cinquième siècle de l'hégire lunaire), rapporté du Prophète (s) comme disant :

«إِذا رَأیتُمْ مُعاوِیةَ یخْطُبُ عَلَی مِنْبَرِی فاقبَلِوه، فانّه امینٌ مأمونٌ»

Traduction :

Chaque fois que vous voyez Muawiya parlant sur ma chaire, acceptez-le ; parce qu'il est honnête et digne de confiance.

Selon Muhammad Taqî Shûshtarî, un savant de Rijâl chiite (1374-1281 H), la narration susmentionnée était comme ça :

«إذا رَأَیتُمْ مُعاوِیةَ یخْطُبُ عَلَی مِنبَرِی فاقْتُلُوه»

Traduction :

Quand vous avez vu Muawiya parlant sur ma chaire, tuez-le.

Le faussaire a changé "فاقْتُلُوه" (tuez-le) en "فاقْبَلُوه" (acceptez-le) et en ajoutant la phrase "فإنّه امینٌ مأمونٌ" (; parce qu'il est honnête et digne de confiance), il a essayé de montrer que la narration n'a pas changé.

Signes de hadith fabriqué

Les savants de Rijâl ont donné des signes pour reconnaître les hadiths fabriqués à partir des hadiths authentiques ; Comprenant  : L'aveu de celui qui est le faussaire du hadith qu'il a fabriqué ce hadith, l'existence d'un signe qui indique que le hadith est fabriqué ; tel que la faiblesse des mots de hadith et l'opposition du hadith aux préceptes et croyances essentielles de la religion.

Aussi, l'opposition du hadith à la raison, au Coran et à la tradition définitive du Prophète (s) et des Imams (a) de manière qui ne peut être combinée avec eux et ne peut être interprétée ou le narrateur du hadith étant seul dans un hadith qui a un sujet important, comme ce qu'Abu Bakr a rapporté que les prophètes (a) ne laissent pas d'héritage et l'exagération en exprimant la récompense et la punition de certains actes est l'un des signes des hadiths fabriqués. Selon Abd Allah Mâmaqânî, la destruction de l'image de l'Islam et le renforcement des courants déviants sont d'autres signes de la fabrication du hadith.

Interprétations dans la science de Rijâl

Les savants de Rijâl utilisent des expressions pour se référer à des hadiths fabriqués et à des faussaires de hadiths. Certaines expressions pour montrer un hadith fabriqué sont : "هذا حدیثٌ موضوع" (ce hadith est fabriqué), "موضوعٌ الی النبی (faussement attribué au Prophète (s)), "هذا حدیثٌ کَذِب" (ce hadith est un mensonge), "مکذوبٌ علی رسول‌الله" (un mensonge sur le Messager de Dieu).

Les interprétations utilisées à propos des fabricants du hadith sont les suivantes : «اَکْذبُ الناس» (La personne la plus menteuse), «کان الوضعُ صناعتَه» (Sa profession était de fabriquer des hadiths), «الکِذبُ بِضاعتُه» (Sa propriété est un mensonge), «الیه ینتهی الکذب» (Le mensonge se termine avec lui), «منبع الوضع» (source de fabrication de hadith), «کان یضعُ الحدیث» (Il a fabriqué les hadith), «دَجّال» (très menteur) et «متهمٌ بالوضع» (il est accusé d'avoir fabriqué le hadith).

Motivation pour la fabrication d'un hadith

En ce qui concerne le motif de fabrication de hadiths parmi les faussaires, des facteurs sont mentionnés, tels que l'approche des personnes au pouvoir et du gouvernement, la destruction de l'islam et l'aide aux sectes déviantes. Shahîd ath-Thânî considère les Ghulât-s comme les faussaires de tels hadiths.

Interdiction de la citation d'un hadith fabriqué

Rapporter les hadiths fabriqués est interdit à quelqu'un qui sait qu'il est fabriqué ; c'est parce qu'il s'agit d'un exemple d'aide à commettre un péché, de propagation de la prostitution et de tromperie des musulmans, à moins que de tels hadiths ne soient cités que des exemples de hadiths fabriqués. Le hadith al-Mawdû est l'un des pires types de hadith faible. Par conséquent, contrairement à d'autres types de hadiths, il est dit que le rapport d'un hadith fabriqué est interdit ; Mais rapporter d'autres types de hadiths faibles est permis.

Effets

Certains érudits chiites et sunnites ont recueillis de hadiths fabriqués. Certains des livres d'érudits chiites dans ce domaine sont les suivants :

Certains des livres sunnites dans lesquels de hadiths fabriqués sont collectés sont : Al-Mawdû’ât écrit par Ibn al-Jawzî (mort en l’an 597 H), al-La’âli al-Masnû’a écrit par Jalâl ad-Dîn as-Suyûtî (mort en l’an 911 H), al-Mawdû’ât al-Kubrâ écrit par Mullâ Ali Qârî al-Hirawî et Ahâdith as-Sunan al-Arba’at al-Mawdû’a bi Hukm al-Albânî cherché par Muhammad Shûmân Ramlî.

Voir aussi

Références

Bibliographie