Mîrdâmâd

De wikishia
Mîrdâmâd
Nom de naissance Burhân ad-Dîn Mîr Muhammad Bâqir al-Mîrdâmâd
Alias
  • Ustâd al-Bashar
  • Troisième enseignant
Naissance 969 H ou 970 H
Astarâbâd (Gorgan actuel en Iran)
Décès 1040 H ou 1041 H ou 1042 H
Irak
Sépulture Nadjaf
Nationalité Iranien
Pays de résidence Iran, Irak
Religion Musulman chiite
Profession
  • Philosophe,
  • Théologien,
  • Mathématicien,
  • Jurisconsulte,
  • Savant de Usûl al-Fiqh,
  • Spécialiste des hadiths
  • et commentateur du Coran
Famille
Auteur
Langue d’écriture Arabe, perse

Professeurs

Élèves

Œuvres principales

Erreur lors de la création de la vignette : Fichier manquant

Mîr Muhammad Bâqir b. Muhammad Husaynî Astar Âbâdî (en arabe : محمد باقر بن محمد الحسيني الاسترآبادي) connu sous le titre d'al-Mîrdâmâd (décès 1041 H), était un philosophe chiite, contemporaine de cheikh al-Bahâ’î à l’époque Séfévide. Il était le maître de Mullâ Sadrâ, le fondateur de la sagesse transcendante.

Al-Mîrdâmâd était connu comme le troisième enseignant. Il est considéré comme l'un des philosophes musulmans qui ont influencé la formation de la sagesse transcendante de Mullâ Sadrâ. Il est décrit comme un érudit complet et se serait spécialisé dans de nombreuses sciences, notamment la philosophie, la théologie, la physique, les mathématiques, la jurisprudence et les principes de la jurisprudence. Selon l'islamologue japonais Izutsu, la philosophie de Al-Mîrdâmâd repose à la fois sur l'argumentation rationnelle et l'intuition mystique.

Al-Mîrdâmâd écrit de manière très complexe, c'est pourquoi il est considéré comme difficile de comprendre ses œuvres. Selon Henry Corban, le style d'écriture d'al-Mîrdâmâd n'était pas simple en raison de son incapacité à utiliser la littérature ; il a plutôt écrit ceci pour éviter la morsure des adversaires de la philosophie. Les œuvres écrites d'al-Mîrdâmâd comptent pour plus d'une centaine d'écrits et le livre d'al-Qabsât est considéré comme son œuvre philosophique la plus importante. Dans sa philosophie, la méthode rationnelle est liée au mysticisme. Deux de ses théories philosophiques bien connues sont la primauté des quiddités (Asâlat al-Mâhîyyat) et al-hudûth ad-Dahrî. Il a écrit de la poésie en arabe et en persan et était surnommé al-Ishrâq.

Généalogie

Burhân ad-Dîn Mîr Muhammad Bâqir al-Mîrdâmâd est né en l’an 969 H[1] ou 970 H[2]. Son père, Shams ad-Dîn Muhammad Husaynî Astarâbâdî, était le gendre de Muhaqiq al-Karakî et était donc connu comme Dâmâd (le gendre). Pour cette raison, Muhammad Bâqir est également devenu célèbre sous le nom d'l-Mîrdâmâd[3]. Ustâd al-Bashar[4] (le Maître des humains) et le troisième professeur[5] font partie de ses autres titres.

Al-Mîrdâmâd a vécu à Mechhed pendant de nombreuses années et a étudié les sciences intellectuelles et narratives là-bas. Puis il a séjourné à Qazvin et Kashan pendant un certain temps et s'est finalement installé à Ispahan[6]. Il était contemporaine de cheikh al-Bahâ'î et on dit qu'il avait une place spéciale avec Shâh Abbas Safavide[7].

Al-Mîrdâmâd s'est rendu en Irak à la fin de sa vie avec Shah Safî Safavid pour visiter 'Atbât (les sanctuaires des Imams (a) en Irak)[8].

Selon Âqâ Buzurg Tihrânî, il est décédé entre Karbala et Nadjaf en l'an 1041 H et a été enterré à Nadjaf[9]. Dans le livre de Rayhânat al-Adab, outre cette date, 1040 H et 1042 H sont également mentionnés pour la date de son décès[10].

Statut scientifique

Izutsu, islamologue japonais et chercheur sur le Coran, considère al-Mîrdâmâd comme l'un des plus grands philosophes musulmans. Selon lui, il était scientifique spécialisé dans de nombreux domaine et avait un contrôle complet sur toutes les sciences islamiques courantes, telles que la philosophie, la théologie, la physique, les mathématiques, la jurisprudence, les principes de la jurisprudence, les hadiths et l'interprétation du Coran[11]. Il a également écrit que la renommée d'al-Mîrdâmâd en tant que troisième enseignant (avec Aristote le premier professeur et Fârâbî le deuxième professeur) indique sa position académique élevée au cours de sa vie[12].

Murtadâ Mutahharî l'a également décrit comme un philosophe, juriconsulte, mathématicien, écrivain, savant d'ar-Rijâl et un homme compréhensif[13]. Selon le livre A'yân ash-Shî'a, al-Mîrdâmâd a également dominé les sciences extraterrestres (Le sujet de ces sciences est des forces extraordinaires et mystérieuses, dont la conscience et le contrôle sont censés donner à l'homme la capacité de faire des choses extraordinaires)[14].

Izutsu pense que la philosophie d'al-Mîrdâmâd a grandement influencé la philosophie de Mullâ Sadrâ (sagesse transcendante) et l'école philosophique d'Ispahan ; De telle sorte que leur compréhension correcte est impossible sans connaître la philosophie d'al-Mîrdâmâd[15]. Al-Mîrdâmâd était également poète et écrivait de la poésie en persan et en arabe et il était surnommé al-Ishrâq[16].

Philosophie d'al-Mîrdâmâd

Selon Izutsu, la philosophie d'al-Mîrdâmâd repose à la fois sur l'argumentation rationnelle et l'intuition mystique. Il est un adepte de l'école péripatéticienne dans la méthode intellectuelle et est influencé par Suhrawardî dans le mysticisme. Par conséquent, dans sa philosophie, un lien est établi entre la sagesse du péripatéticien et la sagesse de l'illumination[17].

A la suite de Suhrawardî, al-Mîrdâmâd croit en Asâlat al-Mâhîyyat (l'originalité de la nature) dans la question d’Asâlat al-Wujûd (l'originalité de l'existence) et de l'originalité de la nature[18]. Sa théorie la plus célèbre et la plus importante s'appelle «al-Hudûth Dahrî»[19].

Ibn Sînâ (Avicenne) et les philosophes après lui croyaient que le monde des intellects (al-'Âlam al-'Uqûl = Le monde de l'intellect est un monde dont les êtres sont complètement incorporéité et, en plus d'être par nature dépourvus de dimensions spatiales et temporelles, n'ont aucune affiliation avec aucun être matériel ou physique), comme Dieu, est ancien, c'est-à-dire Prééternité, et la seule différence entre les intellects et Dieu est que l'existence de Dieu est obligatoire, mais celle des intellects est possible[20], mais selon al-Mîrdâmâd, l'existence des intellects n'est pas ancien ; ils sont créés[21]. Selon al-Mîrdâmâd, cela (al-Hudûth) ne se produit pas pendant le temps. Ce n'est pas non plus comme le pense Ibn Sinâ, qui est une question de crédit et de subjectivité ; C'est plutôt une chose réelle, et cela se produit dans un niveau de l’existence sous le nom de «ad-Dahr»[22].

Écriture complexe

Les écrits scientifiques d'al-Mîrdâmâd sont une prose complexe. Il a utilisé de nombreux mots, phrases et structures non-conventionnel, mélangeant des phrases persanes et arabes et parfois même abandonnant les règles d'écriture habituelles. Il a également parfois développé de nouveaux mots[23]. Pour cette raison, beaucoup ne peuvent pas comprendre ce qu'il dit. En réponse à l'un de ses critiques, il a écrit:

«Il faut être tellement conscient que mon propos est de comprendre l'art, pas d'argumenter avec moi»[24].

Selon Henry Corben, le style d'écriture d'al-Mîrdâmâd n'était pas dû à sa faiblesse philosophique ou à son incapacité à utiliser la littérature simple ; la raison en était d'éviter la morsure des opposants à la philosophie[25]. Des histoires ont également été racontées sur l'écriture complexe d'al-Mîrdâmâd[26].

Ses professeurs

Selon Âqâ Buzurgi Tihrânî, al-Mîrdâmâd avait des maîtres en sciences traditionnelles tels que son oncle Abd al-'Âlî Karkî (fils de Muhaqiq al-Karkî) et Husayn b. Abd as-Samad al-Hârithî (père de cheikh al-Bahâ'î) et avait la permission de rapporter des hadiths de ces deux[27]. Abu al-Hasan al-Âmilî et Abd Ali b Mahmûd Khadim al-Jâpîlâqî sont parmi ses autres maîtres dans ce domaine[28].

Murtadâ Mutahharî a écrit que les professeurs d'al-Mîrdâmâd ne sont pas connus en sciences intellectuelles[29]. Selon lui, Fakhr ad-Dîn al-Astrâbâdî as-Sammâkî n'est mentionné que dans le livre de l'histoire de la vision du monde abbasside. Al-Muhaddith al-Qummî l'a également considéré comme Maître d'al-Mîrdâmâd ; Cependant, certains en ont douté[30].

Ses élèves

Certains des élèves d'al-Mîrdâmâd, cités par Murtadâ Mutahharî, sont les suivants :

  1. Mullâ Sadrâ, le fondateur de l'école philosophique de la sagesse transcendante
  2. Sultân al-'Ulamâ connu sous le nom de Khalîfat as-Sultân
  3. Shams ad-Dîn Gîlânî connu sous le nom de Mullâ Shamsâ
  4. Sayyid Ahmad al-Âmilî (le gendre et le fils de tante d'al-Mîrdâmâd)
  5. Qutb ad-Dîn Ishkawarî (l'auteur du livre Mahbûb al-Qulûb)
  6. Sayyid Amîr Fadl Allah al-Astarâbâdî[31].

Ses oeuvres

Les œuvres écrites d'al-Mîrdâmâd ont été comptées plus d'une centaine[32]. Il s'agit notamment de ses livres, traités, commentaires et notes de bas de page[33]. Dans le livre de Rayhânat al-Adab, 48 livres ont été mentionnés à son sujet[34]. Le livre de al-Qabasât a été appelé le chef-d'œuvre philosophique d'al-Mîrdâmâd[35].

Voir aussi

Références

  1. Awjabî, Mîrdâmâd, p 172, 1389 HS,
  2. Âqâ Buzurgi Tihrânî, Tabaqât A'lân ash-Shî'a, vol 5, p 67, Ismâ'îlîyân
  3. Âqâ Buzurgi Tihrânî, Tabaqât A'lân ash-Shî'a, vol 5, p 67, Ismâ'îlîyân
  4. Âqâ Buzurgi Tihrânî, Tabaqât A'lân ash-Shî'a, vol 5, p 67, Ismâ'îlîyân
  5. Sabziwaârî, Sharh Manzûma, vol 2, p 288, 1413 H/1992 C
  6. Al-Mîrdâmâd, al-Qabasât, introduction d’al-Muhaqiq, p 11, 1367 HS
  7. Al-Amîn, A’yân ash-Shî’a, vol 9, p 189, 1403 H/1983 C
  8. Al-Qummî, al-Fawâ’id ar-Radawîyya, vol 2, p 677, 1387 HS
  9. Âqâ Buzurgi Tihrânî, Tabaqât A'lân ash-Shî'a, vol 5, p 68, Ismâ'îlîyân
  10. Mudarris Tabrîzî, Rayhânat al-Adab, vol 6, p 61-62, 1369 HS
  11. Al-Mîrdâmâd, al-Qabasât, introduction d’Izutsu, p 114-115, 1367 HS
  12. Al-Mîrdâmâd, al-Qabasât, introduction d’Izutsu, p 114, 1367 HS
  13. Mutahharî, Majmû’a Âthâr, vol 14, p 509, 1389 HS
  14. Al-Amîn, A’yân ash-Shî’a, vol 9, p 189, 1403 H/1983 C
  15. Al-Mîrdâmâd, al-Qabasât, introduction d’Izutsu, p 115, 1367 HS
  16. Al-Amîn, A’yân ash-Shî’a, vol 9, p 189, 1403 H/1983 C
  17. Al-Mîrdâmâd, al-Qabasât, introduction d’Izutsu, p 115-116, 1367 HS
  18. Al-Mîrdâmâd, al-Qabasât, introduction d’Izutsu, p 124-125, 1367 HS
  19. Al-Mîrdâmâd, al-Qabasât, introduction de Fadl ar-Rahmân, p 128, 1367 HS
  20. Al-Mîrdâmâd, al-Qabasât, introduction de Fadl ar-Rahmân, p 132, 1367 HS
  21. Al-Mîrdâmâd, al-Qabasât, introduction de Fadl ar-Rahmân, p 128, 1367 HS
  22. Al-Mîrdâmâd, al-Qabasât, introduction de Fadl ar-Rahmân, p 133-134, 1367 HS
  23. Al-Mîrdâmâd, Jadhawât wa Mawâqît, introduction de Ali Awjabî, p33-34, 1380 HS
  24. Al-Mîrdâmâd, Jadhawât wa Mawâqît, introduction de Ali Awjabî, p34, 1380 HS
  25. Al-Mîrdâmâd, Jadhawât wa Mawâqît, introduction de Ali Awjabî, p36, 1380 HS
  26. Al-Mîrdâmâd, Jadhawât wa Mawâqît, introduction de Ali Awjabî, p34-36, 1380 HS
  27. Âqâ Buzurgi Tihrânî, Tabaqât A'lân ash-Shî'a, vol 5, p 67, Ismâ'îlîyân
  28. Âqâ Buzurgi Tihrânî, Tabaqât A'lân ash-Shî'a, vol 5, p 68, Ismâ'îlîyân
  29. Mutahharî, Majmû’a Âthâr, vol 14, p 509, 1389 HS
  30. Mutahharî, Majmû’a Âthâr, vol 14, p 509-510, 1389 HS
  31. Mutahharî, Majmû’a Âthâr, vol 14, p 512-513, 1389 HS
  32. Nûrânî, Musannafât Mîrdâmâd, introducton de Mahdî Muhaqqiq, vol 1, p 26, 1381 HS
  33. Awjabî, Mîrdâmâd, p 172, 1389 HS
  34. Mudarris Tabrîzî, Rayhânat al-Adab, vol 6 , p 60-61, 1369 HS
  35. Al-Mîdâmâd, al-Qabasât, introdiction d’Izutsu, p 114-15, 1367 HS

Bibliographie

  • Al-Amîn, A’yân ash-Shî’a, Dâr at-Ta’âruf, Beyrouth, 1403 H/1983 C
  • Al-Mîrdâmâd, mîr Muhammad Bâqir, al-Qabasât, introduction de Mafdi Muhaqqiq, Sayyid Ali Mûsawî Bihbahânî, Izutsu, Ibrâhî, Dîbâjî, Université de Téhéran, edition 2, Téhéran, 1367 HS
  • Al-Mîrdâmâd, mîr Muhammad Bâqir, Jadhawât wa Mawâqît, introduction de Ali Awjabî, Mîrâth Maktûb, Téhéran, 1380 HS
  • Al-Muhaqqiq Sabziwaârî, Sharh Manzûma, correcteur : Hasan Hasanzâdi Âmûlî, Nashr Nâb, edition 1, Téhéran,1413 H/1992 C/1369 HS
  • Al-Qummî, Abbas, al-Fawâ’id ar-Radawîyya fî Ahwâl ‘Ulamâ’ al-Madhhab al-Ja’farîyya, chercheur : Nâsir Bâqirî Bidhinî, edition 2, Bûstâb Kitâb, Qom,1387 HS
  • Âqâ Buzurgi Tihrânî, Muhammad Hasan, Tabaqât A'lân ash-Shî'a,edition 2, Ismâ'îlîyân, Qom
  • Awjabî, Ali, Mîrdâmâd, Centre de recherche sur les bibliothèques, les musées et la documentation de l'Assemblée consultative islamique, Téhéran, 1389 HS
  • Mudarris Tabrîzî, Muhammad Ali, Rayhânat al-Adab fî Tarâjum al-Ma’rûfîn bi al-Kunyati Aw al-Laqab, Librairie Khayyam, edition 3, Téhéran, 1369 HS
  • Mutahharî, Murtadâ, Majmû’a Âthâr, Sadrâ, Téhéran1377 HS
  • Nûrânî, Abd Allah, Musannafât Mîrdâmâd, Anjuman Âthâr wa Mafâkhir Farhangî, edition 1, 1381 HS