Radd al-Mazâlim

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Radd al-Mazâlim (en arabe : رَدِّ المَظالِم) est le retour des biens et de l'argent qu'une personne doit payer aux autres. Selon les sources de hadiths chiites, le retour des «al-Mazâlim» est l'une des conditions de l'acceptation du repentir par Dieu. Selon les fatwa-s des jurisconsultes chiites, le retour des al-Mazâlim est une action obligatoire.

Si le propriétaire de biens ne peut être trouvé, alors avec l'autorisation de Marja' Taqlîd, on doit la donner aux indigents. Dans les sources jurisprudentielles islamiques, le retour des «al-Mazâlim» est mentionné dans des sections telles que le khums, le commandement le bien, les préceptes relatifes aux morts, l'héritage et l'usurpation.

Différentes définitions

Radd al-Mazâlim signifie la restitution des biens et des dettes à leurs propriétaires. Cependant, en ce qui concerne le type de biens et de dettes, il existe différentes définitions : Asad Allah Shûshtarî, un érudit chiite au XIIIe siècle de l'hégire, écrit :

«Le mot al-Mazâlim est le pluriel de mazlama et signifie les biens et les droits qu'une personne doit rendre à leur propriétaire. Par exemple, les biens acquis par une personne illégalement. Par exemple, par usurpation ou vol ».

L'ayatollah Makârim Shîrâzî considère «al-Mazâlim» comme les biens interdits (harâm) qui est en la possession d'une personne qui n'est pas son propriétaire.

Selon Muhammad Ali Kirmânshâhî, le fils de Wahîd Bihbânî, le mot «al-Mazâlim» désigne ce type de propriété qui se mêle à la propriété légale d'une personne, mais ni le montant de la première, ni son véritable propriétaire ne sont connus.

Sayyid Ali Sîstânî définit les «al-Mazâlim» comme des biens qui furent enlevés injustement et de force à autrui ou qui furent perdus par eux, et dans ce cas, peu importe que son propriétaire soit connu ou non.

Selon la définition donnée par l'ayatollah Sâfî Gulpâyigânî, «аl-Мazâlim» est les biens dont la mesure est connue, mais son propriétaire n'est pas connue.

Place dans les hadiths et le fiqh

Dans les sources de hadiths chiites, le retour des «al-Mazâlim» est considéré comme une condition pour accepter la repentance d'une personne, le renoncement au retour des «al-Mazâlim», est considéré comme un acte de péché, qui fait descendre la calamité. À propos du retour des «al-Mazâlim» dans les sources de hadiths, est parlé dans la section sur le commandement le bien, et dans les sources jurisprudentielles islamiques dans les sections liées aux préceptes de la pureté (at-Tahârat) (préceptes concernant les morts), le khums, l'usurpation et la prise illégale, l'héritage et le commandement le bien.

Préceptes islamiques

Les jurisconsultes chiites considèrent le retour des «al-Mazâlim» comme une obligation, comme, le khums et la zakat. Certains, des chercheurs comme Muhammad Is'hâq Fayyâd, croient que le retour des «al-Mazâlim» est un devoir immédiat, tandis que d'autres, par exemple, l'Imam Khomeini, soutiennent que si une personne remarqua des signes de mort imminente en elle-même, alors seulement en ce cas, il est obligé de rendre immédiatement les "al-Mazâlim" à son propriétaire.

Manière de retour des al-Mazâlim

Selon les fatwas des Marâji' Taqlîd, si la propriété des biens qui nous devons payer aux autres est inconnue ou si son propriétaire n'est pas disponible, il doit donner cette propriété ou son prix (si l'original de ce bien fut détruit) aux nécessiteux avec la permission du souverain de la charia ou de Marja' Taqlîd. La fatwa de certaines Marja' tels que l'ayatollah Sâfî Gulpâyigânî c'est que Radd al-Mazâlim devraient être payés seuls aux non-Sayyid.

Les jurisconsultes ne sont pas d'accord sur le précepte selon lequel si le propriétaire de bien est retrouvé après que nous ayons fait l'aumône. Selon l'imam Khomeini, al-Ihtiyat al-Wajib (La mise en garde obligatoire) est de restituer le montant à son propriétaire ; mais selon d'autres comme l'ayatollah Khû'î, nous n'avons rien à donner à son propriétaire.

Selon les fatwa-s des Marâji', si le montant de la propriété n'est pas clair, il faut transiger avec son propriétaire ; autrement dit, pour que les deux parties soient heureuses, mais si le propriétaire n'est pas satisfait, nous ne devons lui donner que ce que nous sommes sûrs de notre responsabilité. Cependant, il est recommandé de le payer plus que cela.

Monographie

Âqâ Muhammad Ali Kishâwarz a écrit un livre au nom de Masratf Radd Mazâlim en persan.

Voir aussi

Références

Bibliographie