Visite des tombes

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Visite des tombes (en arabe : زيارة القبور) est un acte islamique qui fait partie de la sunna du Prophète (s) et est conseillé dans le Coran et dans les hadiths. La visite des tombes est un acte commun parmi toutes les écoles musulmanes et n’est pas un acte spécial des chiites.

Le Prophète (s), ses compagnons, et la communauté musulmane effectuait pendant des siècle cet acte et ceci prouve que la visite des tombes est un acte surérogatoire dans l’islam.

Ibn Taymîyya n’autorisa que la prière et l’invocation pour les morts, mais il n’autorisa pas le voyage pour visiter une tombe. Il croyait que le voyage pour visiter une tombe est une innovation dans la religion et est un acte polythéiste.

Dans le Coran

Plusieurs versets coraniques prouvent la légalité de la visite des tombes : Premier verset : Visite de la tombe du Prophète (s)

وَ ما أَرْسَلْنا مِنْ رَسُولٍ إِلاَّ لِیطاعَ بِإِذْنِ اللَّهِ وَ لَوْ أَنَّهُمْ إِذْ ظَلَمُوا أَنْفُسَهُمْ جاؤُک فَاسْتَغْفَرُوا اللَّهَ وَ اسْتَغْفَرَ لَهُمُ الرَّسُولُ لَوَجَدُوا اللَّهَ تَوَّاباً رَحیماً
Si Nous avons envoyé quelque Apôtre, c'est seulement pour qu’il soit obéi, avec la permission d'Allah. Si encore, lorsqu'ils se sont lésés eux-mêmes, ils étaient venus à toi et avaient demandé pardon à Allah et si l'Apôtre avait demandé pardon pour eux [à Allah], ils eussent trouvé Allah Révocateur et Miséricordieux ! »
Le Coran, Sourate an-Nisâ’, v 64, Traduction Régis Blachère

D’après ce verset et d’après les hadiths, les musulmans peuvent prendre l’Envoyé d’Allah (s), comme intermédiaire pour demander pardon à Allah. Donc, le Prophète (s) soit en vie ou non, il est autorisé d’aller auprès de lui pour invoquer Allah.

Ce verset ne dit pas que le fait de demander pardon à Allah auprès du Prophète (s) est spécial pour le moment où le Prophète (s) est en vie. Alors, même si nous allons auprès de sa tombe, nous pouvons effectuer la même chose.

Deuxième verset : visite de la tombe des nobles

vذلِک وَ مَنْ یعَظِّمْ شَعائِرَ اللَّهِ فَإِنَّها مِنْ تَقْوَی الْقُلُوبِ
« Voilà [ce qui est prescrit]. Et quiconque exalte les injonctions sacrées d'Allah, s'inspire en effet de la piété des cœurs ».
Le Coran, Sourate al-Hajj, v 32, Traduction Hamidullah

Ceux qui croient à la licéité de la visite des tombes, la considèrent, comme slogan de Dieu. Donc, d’après eux, le fait de visiter les tombes et une façon d’honorer le slogan de Dieu. Et grâce à cet acte, Allah donne la piété aux cœurs des visiteurs.

Troisième verset : visite de la tombe des croyants

وَ لاتُصَلِّ عَلی أَحَدٍ مِنْهُمْ ماتَ أَبَداً وَ لاتَقُمْ عَلی قَبْرِهِ إِنَّهُمْ کفَرُوا بِاللَّهِ وَ رَسُولِهِ وَ ماتُوا وَ هُمْ فاسِقُونَ
« Jamais tu ne prieras sur celui d'entre eux qui sera mort, et [jamais] tu ne te dresseras sur sa tombe. [Ces gens] sont infidèles envers Allah et Son Apôtre, et ils meurent pervers »

D’après ce verset, Allah a interdit le Prophète (s) d’aller chez les tombes des infidèles et de prier pour eux, car ils n’avaient jamais cru en Allah.

Si toute visite des tombes était interdite, Allah le mentionnerait dans ce verset et interdirait toute visite des tombes, non pas seulement la visite des tombes des infidèles.

Donc, ce verset prouve que seul la visite des tombes des infidèles est interdite et la visite de celles des croyants est autorisée. Aussi, ce verset prouve que la visite des tombes faisait partie de la sunna du Prophète (s), sinon Allah ne l’interdisait pas.

Dans les hadiths

D’après les hadiths, le Prophète (s) visitait lui-même les tombes et invitait même les musulmans à le faire. D’après Aïcha :

« Lorsque le Prophète (s) venait chez moi, à la fin de la nuit, il se rendait au cimetière Al-Baqî’, et disait :
« Que la paix de Dieu soit sur vous … et nous, si Dieu le veut, nous allons vous rejoindre ».[1]

Plusieurs narrations furent rapportées dans les sources de hadiths, disant que le Prophète (s) visitait toujours le cimetière Al-Baqî’, les tombes des martyrs et des croyants.

Dans les hadiths des Imams (a), ils nous conseillèrent de visiter les tombes des croyants.[2]

Plusieurs savants chiites, comme Ibn Qulawayh al-Qummî, Cheikh al-Mufîd, Sayyid b. Tâwûs et Shahîd al-Awwal écrivirent des livres sous les titre « Al-Mazâr » ou « Az-Zîyârât », dans lesquels, ils rapportèrent les hadiths des Imams (a) sur les mérites de la visite des tombes.[3]

Points de vue des ulémas sunnites

Ibn Hubayra (499 - 560 H) : un expert dans le fiqh (Faqîh) Hanbalîte, rapporta dans son livre Ittifâq al-Umma que Malik, Shâfi’î, Abû Hanîfa et Ahmad b. Hanbal considéraient la visite de la tombe du Prophète (s), comme surérogatoire.[4]

Ahmad b. Hanbal : Il est rapporté de lui que lorsque vous visitez les tombes, récitez les sourates al-Fâtiha, An-Nâs et al-Falaq.[5]

Maqdisî (M 663 H) : un des ulémas Hanbalîtes, dit que les musulmans de partout, visitaient les tombes et récitaient le Coran pour leurs défunts. Il déclara que personne n’est pas contre cette idée. Aussi, il dit :

« Celui qui visite les tombes, et récite la sourate al-Ikhlâs, onze fois et offre sa récompense aux enterrés du cimetière, on lui accordera une récompense, au nombre des enterrés dans cet endroit ».[6]

Muh’yi ad-Dîn an-Nawawî (M 676 H) : un des fuqahâ’ Shafi’îtes croyait que d’après les sources islamiques, la visite des tombes était surérogatoire pour les hommes. Il dit que plusieurs hadiths authentiques et réputés confirment ce précepte.[7]

Dans la culture islamique

  • D’après Avicenne, la visite des tombe nous rapproche de Dieu et nous évite de nous attacher à ce bas-monde.
  • D’après al-Fakhr ar-Râzî (544 - 606 H), les hommes sages profitent de la visite des tombes.
  • A partir de l’époque des Tâbi’ûn, la visite des tombes devint un acte courant parmi les musulmans.
  • D’après les hadiths chiites, les morts ne veulent pas le départ de leurs visiteurs et désirent qu’ils restent à côté de leurs tombes.

Aussi, les morts visitent de temps en temps leurs familles, le bon comportement de leur famille les contente et le mauvais comportement de la part de leur famille les attriste.

Parmi les soufis et les mystiques

Les gnostiques et les soufis, chiites et sunnites considèrent la visite des tombes, comme une partie du chemin vers Allah. Abd ar-Rahmân Jâmî cita dans son livre, Nafahât al-Uns, le noms des tombes des soufis sunnites qui sont devenues l’endroit de la visite pieuse des sunnites.

Ibn Taymîyya et la visite des tombes

Ibn Taymîyya (661 - 728 H) fut une des premières personnes qui parla de l’interdiction du voyage pour faire la visite de la tombe du Prophète (s), et pour prier à côté de sa tombe. D’après lui, celui qui voyage pour le but de visiter la tombe du Prophète (s), n’est pas considéré comme un musulman. Il prétendit que tous les ulémas musulmans ont interdit le fait de toucher les murs et la tombe, les embrasser et de mettre le visage sur les tombes. Donc, il considéra ces actes, comme actes polythéistes.[8]

Les ulémas Wahhabites annoncent même aujourd’hui qu’il est interdit de voyager pour visiter la tombe du Prophète (s) et déclarent que cet acte est un acte polythéiste.

Ses preuves

En se basant sur un hadith, Ibn Taymîyya considéra tout voyage pour le but de visiter une tombe est interdit. D’après ce hadith, le Prophète (s) aurait dit :

« On ne voyage que pour le but de visiter trois (endroits) : Masjid al-Harâm, ma mosquéeMédine), Masjid al-Aqsâ».

D’après Ibn Taymîyya, les ulémas confirmèrent l’authenticité de ce hadith.[9] Aussi, il dit que le voyage pour visiter les tombes des nobles est une innovation et que les compagnons du Prophète (s) ne le firent jamais.[10]

Dans son livre Majmû’ al-Fatâwâ, il déclara qu’il considérait comme faibles, tous les hadiths qui autorisent la visite des tombes.[11]

Les ulémas chiites et sunnites qui ne sont pas d’accord avec Ibn Taymîyya, donnèrent des réponses aux prétentions d’Ibn Taymîyya :

  • Imaginons que le hadith, sur lequel, Ibn Taymîyya s’est basé son argument, est authentique et que l’interprétation d’Ibn Taymîyya est correcte. D’après ce hadith, il faut croire que toute sorte de voyage est interdite ; soit pour faire le Djihad, soit pour visiter les proches, soit pour étudier, etc. Alors que ceci est contre les versets coraniques et contre plusieurs hadiths. Donc, ce hadith devrait avoir une autre interprétation.[12]
  • Le hadith parle des voyage pour visiter les mosquées et non pas les tombes. Donc, le hadith veut dire que si j’ai comme intention, un voyage pour visiter ces trois mosquée, j’aurai ma récompense. Car dans ces trois mosquée, la récompense de nos prières est multipliée.
  • Contrairement à la prétention d’Ibn Taymîyya, depuis les premiers siècles de l’islam, les musulmans faisaient la visite pieuse des tombes et ne le considéraient jamais, comme illicite. Subkî, un des ulémas Shâfi’îtes écrivit un livre, intitulé Shifâ’ as-Siqâm.

Plusieurs savants musulmans de différentes écoles islamiques écrivirent des livres sur la réfutation d’Ibn Taymîyya.[13] Voici certains livres sunnites sur la réfutation d’Ibn Taymîyya :

  • Al-Jawhar al-Munazzam fî Zîyârat al-Qabr ash-Sharîf an-Nabawîyy al-Mukarram, Ibn Hajar al-Haythamî ash-Shâfi’î
  • It’hâf az-Zâ’ir wa Itraf al-Muqîm li as-Sâ’ir fî Zîyârat an-Nabîyy (s), Ibn ‘Asâkir ash-Shâfi’î
  • Râ’ Ahl as-Sunna fî Ibn Taymîyya, Hasan b. Ali as-Saqqâf ash-Shâfi’î
  • Mahq at-Tawawwul fî Mas’alat at-Tawassul, Muhammad Zâhid b. al-Hasan al-Kawtharî al-Hanafî
  • Ta’rîf al-Anâm fi at-Tawassul bi an-Nabîyy wa Zîyâratihî (s), Muhammad b. Muhammad b. Muhammad al-Fâsî al-Mâlikî
  • Shifâ’ al-Fu’âd bi zîyârat Khayr al-‘Ibâd, Muhammad al-Hasanî al-Mâlikî
  • Ad-Durrat ath-Thamîna fîmâ li Zâ’ir an-Nabîyy ila al-Madînat al-Munawwara, Ahmad b. Muhammad al-Mâlikî

Références

  1. Muslim, Sahîh Muslim, v 3 p 63
  2. Farmânîyân wa Sidâghat, Zîyârat Qubûr wa Dalâ’il limân Shîa bar Mashrû’îyyat n, p 151
  3. Farmânîyân wa Sidâghat, Zîyârat Qubûr wa Dalâ’il limân Shîa bar Mashrû’îyyat n, p 152
  4. Muhammadî Nizhâd, Zîyârat Qubûr wa Safarhâyé Zîyâratî Az Nigâhé Ahl Sunnat, p 135
  5. Muhammadî Nizhâd, Zîyârat Qubûr wa Safarhâyé Zîyâratî Az Nigâhé Ahl Sunnat, p 136
  6. Muhammadî Nizhâd, Zîyârat Qubûr wa Safarhâyé Zîyâratî Az Nigâhé Ahl Sunnat, p 136
  7. Muhammadî Nizhâd, Zîyârat Qubûr wa Safarhâyé Zîyâratî Az Nigâhé Ahl Sunnat, p 136
  8. Abbasî, Raddé Nazaré Wahhabiyat az Souyé Ahl Sunnat dar Hurmaté Zîyâraté Qubûr, p 100 - 101
  9. Ibn Taymîyya, Majmû’ al-Fatâwâ, v 4 p 520
  10. Ibn Taymîyya, Majmû’ al-Fatâwâ, v 1 p 142
  11. Ibn Taymîyya, Majmû’ al-Fatâwâ, v 1 p 355
  12. Amîn, Kashf al-Irtîyâb, p 377
  13. Abbasi Muqaddam, Barrisi Matni wa Sanadi Riwayaté Shaddé Rihâl, p 193