Ansar Allah (Yémen)

De wikishia
Erreur lors de la création de la vignette :
Le slogan du mouvement Ansar Allah du Yémen.

Ansar Allah (en arabe : أنصار اللّه) est un mouvement religieux réformiste dont les membres appartiennent à l’école zaydite. Ansar Allah est traduit en français : les partisans de Dieu. Ils sont également connus sous le nom de Houthis ou houthistes (en arabe : الحوثيون) et leur activité est concentrée dans la province de Saada. Ils s'opposèrent au gouvernement yéménite depuis 2003 en raison de leur conviction en sa soumission à l’Occident.

Sayyid Husayn al-Houthi était le chef général du mouvement Ansar Allah avant son martyre en 2005 lors de l’affrontement entre Ansar Allah et l’armée yéménite. Après lui, le leadership fut passé à son père, Badr ad-Dîn al-Houthi, puis à son fils, Abd al-Malik al-Houthi.

Le gouvernement yéménite tenta dans les premières années du siècle actuel d’éliminer le mouvement des Houthis en menant six guerres contre lui, dont celle communément appelée « la sixième guerre ». L’armée yéménite combattit les Houthis avec le soutien des forces saoudiennes, mais toutes ces campagnes échouèrent. Les forces alliées ne réussirent pas à éliminer le groupe de Ansar Allah. Au contraire, la résistance des Houthis s’intensifia jusqu’à ce qu’ils prennent le contrôle complet de la province de Saada en 2011, puis de la province d’Amran en 2014. Par la suite, ils réussirent à entrer dans la capitale et renverser le gouvernement de Basindawa.

Ce mouvement provoqua des affrontements entre les Houthis et le gouvernement yéménite, rencontrant ainsi l’opposition des États-Unis et de l’alliance du gouvernement yéménite avec ce pays. Lors de leur premier affrontement avec le gouvernement yéménite, les Houthis perdirent leur fondateur, Sayyid Husayn al-Houthi, mais remportèrent des succès lors des combats ultérieurs. Avec le début du Réveil islamique, les Houthis réussirent à prendre le contrôle de Sanaa, la capitale du Yémen. L’Arabie saoudite, sous couvert de la coalition arabe, cibla les Houthis pour reprendre les zones perdues, mais ne réussit pas face à la résistance de ce mouvement.

Dans sa réponse aux attaques d’Israël contre Gaza et au massacre de civils palestiniens, le mouvement Ansar Allah ciblait des objectifs en Palestine occupée ainsi que des navires appartenant à Israël dans la mer Rouge et le golfe d’Aden.

Présentation et position

Ansar Allah du Yémen, un mouvement religieux doté d’un système politique et croyant, sont considérées.[1] Le Madhhab des membres de ce mouvement est le Jârûdîyya, l’une des sectes zaydites les plus proches du chiisme duodécimain.[2] Ce mouvement est la continuation du règne imamite au Yémen, fondé par Yahya b. Husayn, surnommé Al-Hâdî ila al-Haqq (décédé en 298 de l’Hégire / 911 C), et qui perdura pendant plus de 1100 ans.[3]

Le noyau initial de ce mouvement était un ensemble culturel appelé « Association des Jeunes Croyants », fondée en 1990.[4] Après la direction de Husayn Badr ad-Dîn al-Houthi sur ce groupe, en changeant de nom pour devenir le « Groupe des Jeunes Croyants », il commença ses activités politiques.[5] Les activités culturelles de ce groupe s’intensifièrent entre 1992 et 2004, et son activité militaire commença.[6] L’indifférence du gouvernement yéménite à l’égard des régions houthistes, l’infiltration de groupes salafistes et wahhabites et la propagation de leur idéologie dans ces régions, considérées comme une menace sérieuse pour les Houthis, furent citées comme raisons de la formation de ce groupe.[7] La population houthiste est estimée à environ 40% de la population yéménite.[8] Le nom « Houthi » utilisé pour ce mouvement et ses dirigeants est dérivé du nom d’une ville appelée Houth au sud de Saada.[9]

Structure organisationnelle

Le mode de gouvernance des Houthis au Yémen est inspiré de la méthode traditionnelle zaydite, du gouvernement dynastique et de certains organes du système de la République islamique d’Iran perçus dans le cadre d’une république.[10] Les Houthis au Yémen disposent de trois organes exécutifs qui relèvent directement de l’autorité du leader de ce mouvement :

  • Conseil politique : une organisation exécutive chargée de gérer les relations du mouvement avec les groupes, partis politiques, délégations diplomatiques et organisations régionales, et qui prépare et présente des rapports, des études et des analyses politiques.
  • Conseil exécutif : composé d’organes liés à la population tels que le département de la culture et de l’éducation, le département social, l’organisation des médias, les affaires féminines et les gouvernorats.
  • Organisation du travail gouvernemental : chargée de superviser le comité Ansar Allah dans les organismes exécutifs et législatifs, parmi les fonctions attribuées à cette organisation.[11]
Erreur lors de la création de la vignette :
Badr ad-Dîn al-Houthi en Iran 1995.

Sanctions internationales et régionales

Un certain nombre de membres des Houthis yéménites, dont Abd al-Malik al-Houthi, furent inscrits sur la liste des sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU en 2014. En 2022, le Conseil imposa des sanctions d’armement à ce mouvement houthi.[12] La même année, le Conseil des ministres des pays arabes inscrivit ce mouvement sur sa liste d’organisations terroristes. Certains d’autres pays comme les États-Unis désignèrent également ce mouvement comme une organisation terroriste.[13]

Leaders du mouvement

Sayyid Husayn al-Houthi, le premier leader d’Ansar Allah

Le mouvement Ansar Allah du Yémen, depuis le début de son soulèvement jusqu’à la formation du gouvernement, eut plusieurs leaders auxquels certains sont mentionnés :

Sayyid Husayn al-Houthi

Sayyid Husayn al-Houthi, le fils de Badr ad-Dîn al-Houthi,[14] est considéré comme le fondateur et le premier leader du mouvement des Houthis au Yémen.[15] Husayn al-Houthi fut tombé en martyre lors de la première guerre des Houthis contre le gouvernement yéménite en 2004.[16] Ses idées façonnèrent la doctrine du mouvement Ansar Allah au Yémen.[17]

Sayyid Badr ad-Dîn al-Houthi

Sayyid Badr ad-Dîn al-Houthi était un membre des références religieuses zaydites ; il est considéré comme le père spirituel du mouvement Ansar Allah.[18] Aux côtés de certains érudits zaydites du Yémen, il s’opposa à l’influence de la pensée wahhabite au Yémen.[19] On le voit comme un soutien de la Révolution islamique en Iran et influencé par les idées de l’imam Khomeini. Sous la pression et les menaces wahhabites, Badr ad-Dîn quitta le Yémen pour l’Iran et séjourna un certain temps à la ville de Qom. Cette présence fut une occasion pour lui de mieux connaître les chiites et la révolution islamique.[20]

Sayyid Abd al-Malik al-Houthi

Sayyid Abd al-Malik al-Houthi, le troisième leader du mouvement Ansar Allah au Yémen

Sayyid Abd al-Malik al-Houthi, le troisième leader du mouvement Ansar Allah au Yémen, accéda à ce poste après son frère, Husayn et son père Badr ad-Dîne.[21] Certains considèrent le début de son leadership au sein du mouvement Ansar Allah en 2010 (l’année du décès de Badr ad-Dîne al-Houthi)[22] et d’autres en 2004 (l’année du martyre de Huasyn al-Houthi),[23] tandis que certains l’ont daté de 2006.[24]

La victoire sur le gouvernement yéménite,[25] la défaite de l’attaque de la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite contre le Yémen,[26] les attaques de missiles et de drones de Ansar Allah contre Israël et ses navires en mer Rouge et dans le golfe d’Aden,[27] ainsi que les affrontements avec les États-Unis et l’Angleterre dans ces deux mers font partie des événements sous la direction d’Abd al-Malik al-Houthi.[28]

Conflit entre les Houthis et le gouvernement yéménite

Les Houthis considéraient le gouvernement yéménite comme une marionnette des États-Unis et critiquait la discrimination, la pauvreté, la dépendance du gouvernement et l’ingérence étrangère dans les affaires du Yémen.[29] Après les événements du 11 septembre et les attaques américaines en Afghanistan et en Irak, ainsi que leur présence militaire dans la région et dans le golfe d’Aden, ce mouvement adopta une position anti-américaine[30] et lanca le célèbre slogan appelé « Sarkha »[Note 1] contre les États-Unis et Israël.[31]
La confrontation militaire des Ansar Allah du Yémen avec le gouvernement de ce pays conduisit au déclenchement de plusieurs guerres :

  • Première guerre : la première guerre entre les Houthis et le gouvernement du Yémen mena au martyre de Sayyid Husayn al-Houthi. Le meurtre de trois soldats gouvernementaux et la tentative d’arrêter Husayn al-Houthi furent cités comme raisons de ce conflit. Cette guerre débuta dans la région de Marrân en 2004.[32]
  • Deuxième guerre : malgré les efforts pour apaiser les tensions, une deuxième guerre éclata en 2005, durant deux mois. Finalement, le gouvernement yéménite déclara sa victoire et le conflit se termina. La portée de cette guerre fut considérée comme plus étendue que celle de la première guerre.[33]
  • Troisième guerre : les tensions restantes de la deuxième guerre conduisit à la troisième guerre. Cette guerre, qui débuta fin 2005 et se termina début 2006, s’étendit jusqu’à la ville de Saada.[34]
  • Quatrième guerre : les efforts des Houthis pour établir un gouvernement chiite dans cette province marquèrent le début de la quatrième guerre. Cette guerre, survenue en 2007, s’étendit au-delà de la province de Saada. Avec la médiation du Qatar, cette guerre prit fin.[35]
  • Cinquième guerre : cette guerre commença en 2008 et impliqua les provinces de Saada et Amran. La déclaration unilatérale de cessez-le-feu par le gouvernement mit fin à cette guerre.[36]
  • Sixième guerre : les Houthis furent accusés d’enlever les étrangers, déclenchant ainsi la sixième guerre en août 2009. Les caractéristiques de cette guerre incluent l’utilisation extensive de frappes aériennes par le gouvernement et l’incursion des Houthis en Arabie saoudite, ainsi que le meurtre de deux soldats. Le retrait des Houthis du territoire saoudien en 2010 marqua la fin de cette guerre.[37]
Les zones sous le contrôle des Houthis (en vert)

Réveil islamique et la révolution 2011

Avec le début du Réveil islamique dans certains pays musulmans, le peuple yéménite se souleva pour renverser le gouvernement, et les Houthis rejoignirent également le peuple.[38] En conséquence de ces événements, les Houthis purent prendre le contrôle de la province de Saada en mars 2011 et gouverner cette province.[39] Ils refusèrent le processus de consensus politique et n’acceptèrent pas les élections présidentielles anticipées ni reconnurent le nouveau président.[40] Après avoir formé une coalition avec Ali Abd Allah Sâlih, en 2014, les Houthis prirent le contrôle de Sanaa, la capitale du Yémen. En 2017, Ali Abd Allah Sâlih fut accusé de trahison par les Houthis pour avoir engagé des pourparlers avec la coalition saoudienne et fut tua lors d’affrontements avec les forces houthies.[41]

Les affrontements militaires avec des pays étrangers

Ansar Allah du Yémen fut impliqué dans des affrontements militaires avec plusieurs pays étrangers, dont certains sont mentionnés ci-dessous :

Attaque de l’Arabie saoudite contre Ansar Allah

Le président yéménite Mansûr Hâdî et son Premier ministre démissionnèrent de leurs fonctions.[42] Il se rendit ensuite à Aden et forma un gouvernement intérimaire. Une coalition de certains pays de la région dirigée par l’Arabie saoudite commença le 26 mars 2015 des attaques aériennes et maritimes massives au Yémen en soutien à Mansûr Hâdî, entraînant la destruction de nombreuses infrastructures, installations militaires et civiles au Yémen.[43] L’objectif de ces attaques était de chasser Ansar Allah du pouvoir au Yémen et de récupérer les armes gouvernementales de ce mouvement.[44]

Après les attaques aériennes de la coalition, les Houthis prirent d’abord le contrôle de différentes régions du Yémen pour lutter contre Al-Qaïda et les forces alliées à la coalition. Environ deux mois après l’agression de la coalition saoudienne, les Houthis menèrent plusieurs opérations contre l’Arabie saoudite. Avec l’intensification des attaques de la coalition, les Houthis du Yémen utilisèrent des missiles balistiques contre l’Arabie saoudite dans le but de mettre fin aux attaques.[45] Les Houthis visèrent à plusieurs reprises des zones militaires et des installations pétrolières saoudiennes avec des missiles balistiques et des drones.[46]

Attaque contre Israël et ses navires en réponse aux bombardements de Gaza

Ansar Allah du Yémen, en soutien au peuple de Gaza face aux attaques israéliennes, visa à plusieurs reprises différentes zones occupées de la Palestine avec des missiles et des drones.[47] Ils prirent également pour cible des navires israéliens et des navires dont la destination était les ports israéliens dans la mer Rouge et le golfe d’Aden.[48] Les États-Unis et l’Angleterre menèrent de multiples frappes aériennes contre les Houthis au Yémen, qui, selon certains médias occidentaux, ne dissuadèrent pas les Houthis de ces attaques.[49] Cette action de Ansar Allah était en réponse à l’attaque d’Israël contre des civils, des zones résidentielles et des installations médicales à Gaza, ainsi qu’au siège imposé sur cette ville.[50]

Note

  1. Allah est le plus grand, mort à l’Amérique, mort à Israël, malédiction sur les israélites, victoire à l’islam. (الله أكبر، الموت لأمريكا، الموت لإسرائيل، اللعنة على اليهود، النصر للإسلام)

Références

  1. Sayyid Kâmil, « Al-Wujûd al-Hawthî fî al-Yaman : Dirâsat fî al-Jughrâfîyâ as-Sîyâsîyya », p 19
  2. Sayyid Kâmil, « Al-Wujûd al-Hawthî fî al-Yaman : Dirâsat fî al-Jughrâfîyâ as-Sîyâsîyya », p 19
  3. القاضی، «الحوثیین من الداخل.. ما لاتعرفه عنهم»، وبگاه شبکه خبری الجزیره.
  4. «محمد یحیی عزان.. تنظیم شباب المؤمن بالیمن»، وبگاه شبکه خبری الجزیره.
  5. Ahmadî, Az-Zahr wa al-Hajar : At-Tamarrud ash-Shî‘î fî al-Yaman, p 130
  6. Ahmadî, Az-Zahr wa al-Hajar : At-Tamarrud ash-Shî‘î fî al-Yaman, p 137
  7. «الحوثیون من هم و کیف نشأت حرکتهم»، وبگاه شبکه خبری BBC.
  8. محمد، «الظاهرة الحوثیه و التحول الفکری من الزیدیه الی الشیعه»، وبگاه القناطیر.
  9. محمد، «الظاهرة الحوثیه و التحول الفکری من الزیدیه الی الشیعه»، وبگاه القناطیر.
  10. «جماعة الحوثیین.. حرکة یمنیه جمعت بین الزیدیه و النهج الایرانی و الحکم العائلی» وبگاه شبکه خبری الجزیره.
  11. «جماعة الحوثیین.. حرکة یمنیه جمعت بین الزیدیه و النهج الایرانی و الحکم العائلی» وبگاه شبکه خبری الجزیره.
  12. «جماعة الحوثیین.. حرکة یمنیه جمعت بین الزیدیه و النهج الایرانی و الحکم العائلی» وبگاه شبکه خبری الجزیره.
  13. «جماعة الحوثیین.. حرکة یمنیه جمعت بین الزیدیه و النهج الایرانی و الحکم العائلی» وبگاه شبکه خبری الجزیره.
  14. «حسین الحوثی... من الدعوه الی التمرد»، وبگاه شبکه خبری الجزیره».
  15. Shiykh Husaynî, Junbish Ansâr Allah Yaman, p 45
  16. «السید حسین بدرالدین الحوثی من الولاده.. الی معراج الشهاده»، وبگاه انصارالله.
  17. Shiykh Husaynî, Junbish Ansâr Allah Yaman, p 245
  18. Ahmadî, Az-Zahr wa al-Hajar : At-Tamarrud ash-Shî‘î fî al-Yaman, p 129
  19. «العلامة الربانی بدرالدین الحوثی.. حائط صد امام التکفیریین»،‌ وبگاه انصارالله.
  20. Shiykh Husaynî, Junbish Ansâr Allah Yaman, p 76 - 79
  21. «عبدالملک الحوثی..من متمرد من الاقالیم الی زعیم وطنی»، وبگاه خبرگزاری رویترز.
  22. «عبدالملک الحوثی»، وبگاه النشره.
  23. «عبدالملک الحوثی.. المرشد الاعلی فی الیمن»، وبگاه بوابة الحرکات الاسلامیه.
  24. «حقائق لا تعرفها عن عبدالملک الحوثی»، وبگاه مجله واسع صدرک.
  25. «عبدالملک الحوثی من زعیم المتمردین الی صانع الملوک»، وبگاه خبری نون پست.
  26. «حقائق لا تعرفها عن عبدالملک الحوثی»، وبگاه مجله واسع صدرک.
  27. «السید الحوثی: نرصد السفن الاسرائیلیه فی البحر الاحمر.. سنظفربها و سنستهدفها»، وبگاه شبکه خبری المیادین؛ «راز مقاومت و شکست‌ناپذیری رهبر انصارالله یمن چیست؟»، وبگاه خبرگزاری فارس.
  28. «الضربات الامریکیه و البریطانیه تفشل فی الحد من هجمات الحوثیین»، وبگاه شبکه خبری BBC.
  29. Shiykh Husaynî, Junbish Ansâr Allah Yaman, p 153 - 154
  30. Shiykh Husaynî, Junbish Ansâr Allah Yaman, p 243
  31. Shiykh Husaynî, Junbish Ansâr Allah Yaman, p 153
  32. Sayyid Kâmil, « Al-Wujûd al-Hawthî fî al-Yaman : Dirâsat fî al-Jughrâfîyâ as-Sîyâsîyya », p 22
  33. Sayyid Kâmil, « Al-Wujûd al-Hawthî fî al-Yaman : Dirâsat fî al-Jughrâfîyâ as-Sîyâsîyya », p 23
  34. Sayyid Kâmil, « Al-Wujûd al-Hawthî fî al-Yaman : Dirâsat fî al-Jughrâfîyâ as-Sîyâsîyya », p 23
  35. Sayyid Kâmil, « Al-Wujûd al-Hawthî fî al-Yaman : Dirâsat fî al-Jughrâfîyâ as-Sîyâsîyya », p 23 - 24
  36. Sayyid Kâmil, « Al-Wujûd al-Hawthî fî al-Yaman : Dirâsat fî al-Jughrâfîyâ as-Sîyâsîyya », p 24
  37. Sayyid Kâmil, « Al-Wujûd al-Hawthî fî al-Yaman : Dirâsat fî al-Jughrâfîyâ as-Sîyâsîyya », p 24 - 25
  38. Sayyid Kâmil, « Al-Wujûd al-Hawthî fî al-Yaman : Dirâsat fî al-Jughrâfîyâ as-Sîyâsîyya », p 27 ; Muhammad, « Az-Zâhirat al-Hawthîyya wa at-Tahawwul al-Fikrî min az-Zaydîyya ilâ at-Tashayyu‘ », p 75
  39. Muhammad, « Az-Zâhirat al-Hawthîyya wa at-Tahawwul al-Fikrî min az-Zaydîyya ilâ at-Tashayyu‘ », p 75
  40. Sayyid Kâmil, « Al-Wujûd al-Hawthî fî al-Yaman : Dirâsat fî al-Jughrâfîyâ as-Sîyâsîyya », p 27
  41. «جماعة الحوثیین.. حرکة یمنیه جمعت بین الزیدیه و النهج الایرانی و الحکم العائلی» وبگاه شبکه خبری الجزیره.
  42. «رئیس جمهور یمن استعفای خود را اعلام کرد»، وبگاه خبرگزاری تسنیم.
  43. خبرگزاری فارس
  44. Sayyid Kâmil, « Al-Wujûd al-Hawthî fî al-Yaman : Dirâsat fî al-Jughrâfîyâ as-Sîyâsîyya », p 31
  45. «انصارالله برای اولین بار با موشک بالستیک قاهر به عربستان حمله کرد.»، وبگاه روزنامه کیهان.
  46. «ابرز هجمات الحوثیین علی السعودیه»، وبگاه شبکه خبری الجزیره.
  47. «الحوثییون من هم و کیف نشأت حرکتهم»، وبگاه شکبه خبری BBC.
  48. «الضربات الامریکیه و البریطانیه تفشل فی الحد من هجمات الحوثیین»، وبگاه شبکه خبری BBC.
  49. «الضربات الامریکیه و البریطانیه تفشل فی الحد من هجمات الحوثیین»، وبگاه شبکه خبری BBC.
  50. «دهمین روز از عملیات طوفان الاقصیٰ»، وبگاه شبکه خبری العالم.