Gabriel (ange)

De Wiki Shia
(Redirigé depuis Gabriel)
Aller à : navigation, rechercher

Gabriel ou Jibrîl (eb arabe : جِبرِیل), jabrâʾîl (eb arabe : جبرائيل) est l'un des quatre anges proches de Dieu et porteur de Révélation. Le mot Gabriel est mentionné dans trois versets du Coran et dans plusieurs hadiths.

Les sources islamiques, en plus de porter la Révélation, attribuèrent à Gabriel des choses telles que l'aide aux prophètes, le tourment des infidèles et le réconfort des croyants.

En philosophie et en mysticisme islamiques, la vérité et la position de Gabriel sont discutées et les philosophes et les théologiens musulmans le considèrent avec des termes tels que «intellect actif».

Signification littérale

Le mot Gabriel est à l'origine hébreu et est apparemment venu en arabe sous sa forme syriaque. Les écrivains et les chercheurs arabes déclarèrent que ce mot ne fut pas arabe. Abu Hayyân al-Gharnâtî en donna treize formes différentes, telles que Jibrîl, Jabrîl, Jabri’iîl, Jabri’îl, Jabrâ’îl. Dânî énuméra également les formes de la récitation de ce mot dans le Coran, dont Jibri'îl est le plus célèbre et éloquent, dans le dialecte du peuple du Hedjaz, et selon la récitation de Hafs, Abu 'Amr, Nâf'î et Ibn ‘Âmir.

Certains lexicographes arabes, se référant aux différentes significations de "al-Jabr", y compris roi, serviteur, brave, homme et "Îl" comme un nom des noms de Dieu en hébreu, considérèrent Gabriel, comme Michael et Israfil, comme étant composé de deux parties, donc Jabrâ'îl ("Jabr"+"Îl") signifie l'homme de Dieu ou le serviteur de Dieu (Abd Allah).

Étant donné le sens de «Jabarût», qui en hébreu signifie force et pouvoir, Gabriel est probablement tiré de «Jabarût». Puisque «Jabar» en hébreu signifie pouvoir et capacité et «Jibrâ'îl» signifie une personne forte, cette possibilité est renforcée. Même les titres «Shadîd al-Quwâ = Force véhémente» et «Dhû Marra = Doué de sagacité» sont considérés comme l'équivalent arabe de mot Jibri’îl.

Jabr signifie homme, héros et courageux en abyssin, syriaque, araméen et hébreu, et Jibri'îl signifie homme de Dieu et héros de Dieu dans ces langues. Certains considèrent que Îl signifie esclave et Gabriel et Michael et Israfil signifient Abd Allah, Abd ar-Rahman et Abd al-Quds.

Dans le Coran

Le nom de Gabriel est mentionné trois fois dans le Coran dans les versets médinois. La tâche principale de Gabriel, c'est-à-dire envoyer la Révélation, est mentionnée au verset 97 de la sourate al-Baqara. Cependant, il n'y a aucune mention de la qualité de la transmission et de la descente de la Révélation. Il y a d'autres termes dans le Coran que les commentateurs les considérèrent comme faisant référence à Gabriel, notamment :

  • «Ar-Rûh al-Amîn = Esprit fidèle» qui indique sa fidélité à transmettre la révélation.
  • «Rasûlun Karîm = Messager bienfaisant» qui indique ses bonnes qualités.
  • «Shadîd al-Quwâ = Force véhémente», «Dhû Mirra = Doué de sagacité» et «Dhî Quwâ = Doué de pouvoire», qui exprime la capacité et le pouvoir d'exécuter les commandements divins.
  • «Makîn= Ferme» et «Mutâ' = Obéi», qui indiquent sa position spéciale et son statut auprès de Dieu et d'autres anges.
  • «Rûh al-Qudus = Le Saint-Esprit»

Nouvelle de la naissance de Jésus (a)

Selon les versets du Coran, Gabriel donna la bonne nouvelle de la naissance de Jésus (a) à Marie (a) et se présenta à elle sous la forme d'un homme parfait et insuffla l'esprit divin dans son ventre et enfin, Dieu aida et fortifia Jésus (a) avec Gabriel.

Les commentateurs du Coran n'ont pas douté que Gabriel fut intermédiaire pour la naissance de Jésus (a), et ont tous considéré l'interprétation du mot «Rûh = Esprit» dans les versets ci-dessus pour se référer à Gabriel.

Esprit

Les exégètes du Coran ont fait diverses déclarations sur la raison d'utiliser le mot «Esprit» pour désigner Gabriel, telles qu'il appartient au Monde des Abstractions, sa création sans naissance, la domination de la vie en lui, la transmission de la vie et la renouvelle de la charia à travers lui et l'expression de sa supériorité sur les autres anges.

Il y a des désaccords sur la relation de Gabriel avec l'Esprit et la signification de l'Esprit accompagné des autres anges qui est mentionnée ou interrogée dans la sourate al-Qadr.

Certains considérèrent l'Esprit mentionné dans cette sourate comme le délégataire sur tous Esprits ou un Être supérieur aux anges et à Gabriel, et certains d'autres le considérèrent comme signifiant Gabriel et l'interprétation de l'Esprit pour indiquer la grandeur et la supériorité de Gabriel sur les autres anges.

Critique le point de vue des Juifs

Les versets 97 et 98 de la sourate al-Baqara sont révélés en réponse à la notion juive de Gabriel. Ils demandèrent au Prophète (s), quel ange venait à lui ? et quand ils entendirent que cet ange était Gabriel, ils appelèrent Gabriel leur ennemi à cause de leur haine envers lui.

Apparemment, ils considéraient Gabriel comme l'ange de la calamité et du commandement de la guerre et des combats, et Michael comme l'ange de la miséricorde et de la bonne nouvelle pour le peuple Juif. Pour cette raison, le verset 98 de la sourate al-Baqara considère l'inimitié avec Gabriel égale à l'inimitié avec Michael et d'autres anges et même Dieu.

Il semble que les Juifs cherchèrent une excuse pour refuser d'accepter l'islam, car avant cette question, ils eut posé d'autres questions au Prophète (s) pour tester sa prophétie, et quand ce dernier répondit aux questions précédentes, ils demandèrent à l'ange de la Révélation. Cependant, Abd Allah b. Salâm, l'un des savants juifs, après avoir posé des questions dont il crut que seuls les prophètes connaissaient la réponse et entendit les réponses du Prophète (s), se convertit à l'islam.

Légende de Khân al-Amîn

Certains sunnites accusèrent les chiites de croire que Gabriel trahit pendant la transmission de la Révélation et au lieu de transmettre la Révélation à Ali ibn Abi Talib (a), il les transmit au Prophète Muhammad (s).

Ils accusèrent également les chiites qu’après avoir terminé leurs prières, ils lèvent la main trois fois et disent : Khân al-Amîn : Amîn (Le transmetteur sûr) de la révélation trahit.

Ibn Taymiyyah, un érudit wahhabite, dit :

Les Juifs cherchèrent à infliger des défauts à Gabriel et le considérèrent comme l'un de leurs ennemis, comme le disent les chiites : Gabriel révéla par erreur la Révélation à Muhammad (s).

Tandis que, les chiites ne le croient pas et les savants chiites répondirent à cette accusation. Par exemple ils répondirent :

Cette accusation de wahhabisme découle de leur ignorance des croyances chiites ; parce que si cette question est l'un des actes de culte des chiites, elle doit être mentionnée dans les livres jurisprudentiels ou les livres des traités pratiques, alors qu'aucune trace de cette question ne peut être trouvée dans les livres de hadiths, jurisprudentiels, interprétatifs et historiques chiites ; Ce qui est mentionné dans les livres jurisprudentiels chiites, c'est qu'après avoir terminé la prière, on lève la main trois fois après la fin de la prière et dit Takbir (Allahu Akbar) à chaque fois.

Révélation

Article connexe : Révélation.

Selon les rapports des sources islamiques, Gabriel révéla les premiers versets du Coran au Prophète (s) dans la grotte de Hira. Puis le Prophète (s) est retourné à Khadidja (a) et l'informa de cette question importante.

Approche des sunnites

Selon diverses sources sunnites, après avoir reçu la Révélation, le Prophète (s) douta qu'il ait vu l'ange de la Révélation ou rencontra le diable ? Sur les conseils de sa femme, il se rendit à Waraqa b. Nawfal, un chrétien qui connut les livres précédents, et il lui assura que cet ange fut le plus grand ange de Dieu qui fut déjà révélé au prophète Moïse (a).

Cette histoire fut généralement acceptée par les biographes, narrateurs de hadiths et commentateurs du Coran sunnites. Même ces hadiths trouvèrent leur chemin dans les sources de hadiths et de commentaires du Coran chiites.

Point de vue des chiites

Les savants chiites critiquent en détail, la chaîne de transmission et le contenu de ces hadiths, y compris le fait que la chaîne de transmission d'aucune de ces hadiths n'atteint le témoin de cet événement de manière connectée. Et aussi, La différence dans le rapport de cet événement elle-même est une preuve qu'elle est fabriquée et le doute du Prophète (s) dans la nature de la Révélation et de la rencontre avec Gabriel ou Satan n'est pas compatible avec le statut de l'infaillibilité du Prophète (s).

Il est à noter que dans les hadiths chiites, le rapport présenté depuis le début de la Révélation est libre de ces problèmes mentionnés et est en harmonie avec la position et la dignité du Prophète (s).

Aide au Prophète (s)

Au cours de la mission du Prophète (s), Gabriel fut toujours son accompagne et son aide :

  1. Sharh Sadr (ouvert la poitrine du Prophète (s) sur la Révélation) du Prophète (s) et sa purification fut faite par lui et Michael.
  2. Il enseigna au Prophète (s) à effectuer des ablutions et à faire la prière.
  3. Il fut le compagnon et le guide du Saint Prophète (s) dans l'Ascension nocturne, mais il n'a pas pu accompagner le Prophète (s) au Sidrat al-Muntahâ (Sidrat al-Muntahâ est un endroit ou un arbre dans le ciel mentionné dans le Coran ainsi que le hadith de Mi'râj et le Prophète (s) le vit dans son al-Mi'râj).
  4. Lorsque le Prophète (s) voulut transmettre son message à sa famille, Gabriel insista pour le faire.
  5. Il informa le Prophète (s) de la conspiration des infidèles pour le tuer avant son émigration à Médine.
  6. Dans la bataille de Badr, accompagné de milliers d'anges, il se précipita au secours du Prophète (s).

Gabriel alla toujours vers le Prophète (s) avec humilité. Il demanda toujours au Prophète (s) de lui donner la permission avant d'aller vers lui. L'endroit où Gabriel est apparu au Prophète (s) dans al-Masjid an-Nabawî est appelé "Maqâm Jibrâ'îl" (la position de Gabriel). Le Prophète (s) récita le Coran avec Gabriel une fois par an, pendant le mois de Ramadan. Il est dit qu'il est descendu au Prophète (s) 60 000 fois.

Voir Gabriel

Selon les hadiths, Gabriel est apparu sous sa vraie forme, parfois sous la forme d'un beau jeune homme, et parfois de manière invisible pour apporter la Révélation.

Vrai visage

Selon des récites des sources sunnites et chiites, le Prophète (s) vit Gabriel dans son vrai visage deux fois : Une fois dans «al-Ufuq al-A'la» (l'Horizon le plus élevé) lorsque le Prophète (a) lui demanda de montrer son vrai visage. Encore une fois à al-Mi'râj, près de Sidrat al-Muntahâ.

Il est également dit qu'à une occasion, le Prophète (s) vit Gabriel assis sur al-Kursî (le Trône) entre le ciel et la Terre, puis les versets de la sourate al-Muddaththir lui furent révélés. A propos de l'apparence réelle de Jibrâ'îl, il est dit qu'il a 600 ailes décorées de perles, remplissant l'est et l'ouest du cosmos.

Visage humain

Le Prophète (s) dit que Jabrâ'îl lui apparaissait généralement avec le visage d'un beau jeune homme, appelé Dihya al-Kalbî. Il est dit que même certains des compagnons du Prophète (s) et Aïcha virent Jabrâ'îl dans cette apparence et pensèrent qu'il fut Dihya al-Kalbî.

Selon certains hadiths sunnites, Gabriel est apparu autrefois aux compagnons du Prophète (s) sous la forme d'un homme afin de leur enseigner les doctrines de l'Islam. Il apparaissait généralement comme un homme ordinaire avec des vêtements verts et un turban de soie, monté sur un cheval ou une mule.

Aide aux Imams (a)

Selon les hadiths, les Imams chiites (a) bénéficièrent également du soutien de Gabriel. Al-'Allâma al-Majlisî, dans son livre Bihâr al-Anwar, recueillit de nombreux hadiths à cet égard dans un chapitre indépendant.

Il est dit que Gabriel enseigna l'invocation de Laylat as-Sabt à l'Imam Ali (a). Après le dècès du Prophète (s), Jibrâ'îl suggéra une certaine connaissance caché à Fatima az-Zahra (a) qui fut recueillie par l'Imam Ali (a) dans un livre connu sous le nom de Mushaf Fatima.

Relations avec an-Nabî, ar-Rasûl et l’Imam

Dans une série de hadiths, la différence entre ar-Rasûl (Messager), an-Nabî (prophète) et l'Imam en ce qui concerne leurs relations avec Gabriel est déclaré. Selon ces hadiths, ar-Rasûl voit Gabriel et lui parle ; an-Nabî ne voit Gabriel que dans ses rêves et entend sa voix ; et l'Imam n'entend que la voix de Gabriel. Ces hadiths sont collectés par as-Saffâr al-Qummî dans un chapitre sous ce nom.

Dans les histoires des prophètes

Il enseigna à Adam (a) l'agriculture, les rituels du Hadj, comment utiliser le fer. Comment construire une arche pour Noé (a) et comment fabriquer une armure pour le Prophète David (a). Il Sauva Ibrâhîm (a) du feu de Nimrod. Il aida Ismaël (a) pendant le massacre et Yûsuf (a) quand il fut jeté dans le puits, et pour soutenir Moïse (a) dans son combat contre les Pharaons, il les a traînés jusqu'à la mer Rouge et les a noyés.

La plupart de ces histoires furent racontées par Ka'b al-Ahbâr et Wahb b. Munabbih (qui ne sont pas des dignes de confiances) et furent décrites en détail dans les le livre al-Qisas al-Anbîyâ' d'ath-Tha'labî.

Titres

Gabriel est caractérisé dans des hadiths avec des titres tels que "Tâwûs al-Malâ'ika" (le paon des anges), et "an-Nâmûs al-Akbar" (c'est-à-dire le grand détenteur de bonnes nouvelles, par opposition à "al-Jâsûs"qui signifie le détenteur de mauvaises nouvelles).

Jabra'îl est l'un des quatre anges les plus proches de Dieu qui administrent le monde :

Gabriel porte les Révélations, Mîkâ'îl (ou Michael) est en charge des moyens de subsistance et des pluies, Isrâfîl soufflera dans la trompette au Jour du Jugement, et 'Izrâ'îl (ou Azrael) est l'ange de la mort.

Supériorité aux anges

Certains hadiths impliquent que les trois autres anges sont supérieurs à Gabriel ; par exemple, selon certains hadiths, Mîkâ'il et Isrâfîl transmirent la Révélation (al-Wahy), ou Mîkâ'îl est très grand ou la vie de Gabriel sera prise le Jour de la Mort par 'Izrâ'îl. Ces histoires pourraient impliquer que ces trois anges sont supérieurs à Gabriel. Cependant, il y a des remarques plus explicites dans d'autres hadiths à l'effet que Gabriel est supérieur à tous les autres anges.

Dans la tradition judéo-chrétienne

Le mot hébreu Gaḇrīēl, qui se prononce en grec sous le nom de Gabriel, signifie littéralement «Dieu est tout-puissant» ou «homme de Dieu» ou «héros de Dieu». Le nom de Jibrâ'îl est mentionné 4 fois dans les Bibles.

  1. Deux fois dans le livre de Daniel :
  • selon ce livre, Jibri'îl apparut au prophète Daniel (a), sous la forme d'un être humain, pour lui dire l'interprétation de son rêve. L'apparition de Gabriel s'accompagne de l'admiration dont Daniel (a) fut étonné.
  • Dans une autre partie du livre de Daniel, Jibrâ'îl vola vers Daniel (a) alors qu'il invoqua et massacra pour l'amour de Dieu pour lui révéler quelques secrets. Dans ces cas, Gabriel ne fut pas considéré comme un ange ; plutôt comme un être céleste qui porte le message de Dieu et dont l'apparition fut accompagnée d'un pouvoir divin.
  1. Deux fois dans l'Évangile de Luc :
  • Dans cette partie, il est appelé l'ange qui donne au prophète Zacharie (a) (ou Zakarîyyâ) la bonne nouvelle qu'il aurait un fils, Yahyâ (a) (ou Jean-Baptiste).
  • Il donna également à Marie (ou Maryam (a)) la bonne nouvelle qu'elle aurait un fils, Jésus (a).

Il est dit que Gabriel figure dans l'Ancien Testament simplement comme manifestant la puissance divine, mais il figure également dans le Nouveau Testament comme un personnage rassurant. Il est dit aussi que les 4 temps dans lesquels Gabriel figure dans la Bible sont quelque peu pertinents pour la promesse divine de la naissance de Jésus (a).

Oeuvres non officiels

Gabriel a une présence proéminente dans les œuvres informelles entre la Torah et la Bible, et a atteint le niveau d'un ange proche. Dans la traduction et l'interprétation araméenne de la Torah, le rôle de Gabriel a augmenté et lui attribué d'activités qui eurent lieu dans les premières périodes de l'Ancien Testament, telles que guider Joseph (a) ou participer à l'enterrement de Moïse (a).

Aussi, dans les écrits juifs, Gabriel, que l'on pense être fait de feu, est l'un des quatre anges autour de Trône, avec Michael, Uriel et Raphaël. En outre, il est considéré comme l'un des anges qui ont rencontré Ibrâhîm (a) et ont également détruit Sodome (l'une des villes du peuple de Lot (a)).

Classement des anges

Bien que, dans les traditions juive et chrétienne, Gabriel soit devenu plus important et respecté au fil du temps, et même son image d'ange ailé trouva sa place dans des œuvres d'art, mais, pas dans la tradition juive (où Michael est le défenseur des Juifs) et non dans la tradition chrétienne, Gabriel ne fut jamais aussi important que Michael et fut toujours secondaire.

Dans la philosophie

Dans les sources philosophiques et mystiques, Gabriel est associé à des concepts et des termes tels que l'Intellect et l'Esprit.

Avicenne

Ibn Sînâ (Avicenne), déclarant que la signification des intellects (al-'Uqûl) sont des anges, en expliquant la qualité de la Révélation, crut en la connexion du Saint Prophète (a) à l'intellect actif (al-'Aql al-Faâl) et en recevant la connaissance (la Révélation) à travers cela.

Il appela l'ange transmetteur de la Révélation comme le Saint-Esprit (Rûh al-Qudus) et l'introduisit comme l'esprit le plus noble et l'Esprit saint ou médiateur entre l'être obligatoire et le premier intellect (al-’Aql al-Awwal).

Shahâb ad-Dîn as-Suhrawardî

Shahâb ad-Dîn as-Suhrawardî considéra Gabriel comme le dixième Intellect et le dernier mot dans l'Arc de Descente et parmi les paroles divines. Dans les terminologies de la Philosophie Illuminationniste, Jibri'îl est l'une des al-Anwâr al-Qâhira (Lumières victorieuses) - c'est la plus grande de ces lumières qui retient le charme de l'archétype humain. As-Suhrawardî considéra que la genèse du monde élémentaire et sensuel ainsi que les âmes humaines sont causées par les actes de Gabriel. Il lui attribua également les actes de donner la vie, de donner des connaissances et de donner des vertus.

Selon as-Suhrawardî, Jibrâ'îl ou Rûh al-Qudus (le Saint-Esprit) amène les âmes humaines de la potentialité à la réalité. Si les êtres humains ont la disposition requise, ils peuvent se connecter à lui et profiter de son trésor de connaissances et de vertus. Dans cette optique, la relation entre Jabra'il et les âmes humaines est celle du soleil avec les yeux ou de la plume avec un papier. Gabriel également est le moyen d'existence et de connaissance des âmes humaines.

Mullâ Sadrâ

Mullâ Sadrâ identifie Gabriel avec le Saint-Esprit (Rûh al-Qudus) et l'intellect actif (al-'Aql al-Faâl). Selon lui, Jibrâ'îl est l'ange de guide. Il a un rôle de premier plan dans la perfection des âmes. Il est le moyen par lequel la connaissance est donnée aux âmes et al-Wahy est révélé aux prophètes (a).

Selon Mullâ Sadrâ, en donnant des connaissances aux êtres humains, Jabra'il traite tout le monde de manière égale, bien que le degré d'acquisition des connaissances varie avec la différence des dispositions et des capacités humaines qui préparent le terrain pour la connexion avec Gabriel ou l'intellect actif.

Selon Mullâ Sadrâ, Jibrâ'îl a deux positions par rapport auxquelles il est désigné sous des titres différents : tant qu'il n'est pas descendu du ciel de l'immatérialité et de la proximité de Dieu, il est appelé le "Saint-Esprit" (Rûh al-Qudus), et quand il en descend et s'incarne sous une forme mondaine, il est appelé l'Esprit (ar-Rûh).

Ismaélisme

Abu Ya'qûb as-Sajistânî, un érudit Ismaélisme, inventa trois termes, "Jadd" (destin), "Fat'h" (ouverture) et "Khîyâl" (imagination), et les appliqua respectivement à Jibrâ'îl, Mîkâ'îl (Michael) et Isrâfîl. "Jadd" est le facteur déterminant du bonheur et de la misère des êtres humains. Si "Jadd" soutient une âme pure, ils deviendront des enseignants de leur temps, guidant les gens vers la satisfaction divine. Les lumières du royaume divin atteignent la personne par le "Jadd". Chaque fois que les lumières - les messages - sont vagues et indistinctes, «Fat'h» (Mîkâ'îl) s'ouvrira - c'est-à-dire les déchiffrera.

Textes mystiques

Dans les textes mystiques, Gabriel est appelé l'origine de la vie, la manifestation de la connaissance divine, la forme incarnée de l'intellect, le cessionnaire de l'acquisition des connaissances et de la gestion des moyens de subsistance, et le professeur des prophètes.

Il est l'un des 4 anges qui portent le Trône divin (al-'Arsh) avant la Résurrection, et l'un des 8 anges qui le font au moment de la Résurrection.

Selon al-Fanârî, la position de Jibri'îl est dans Sidrat al-Muntahâ (Sidrat al-Muntahâ est un endroit ou un arbre dans le ciel mentionné dans le Coran ainsi que le hadith d'al-Mi'râj et le Prophète (s) l'a vu dans son al-Mi'râj) qui est un monde intermédiaire entre le monde élémentaire naturel et le monde de nature universelle constante contenant le monde des formes ('Âlam al-Mithâl) , le Trône (al-'Arsh), al-Kursi, etc. Par conséquent, la forme de Gabriel dans laquelle elle est apparue contient les propriétés des choses qui sont au-dessus et en dessous de Sidrat al-Muntahâ. Jibri'îl est le porteur des paroles divines.

Sayyid Haydar al-Âmulî identifie Gabriel avec le Premier Intellect (al-'Aql al-Awwal) à certains égards, mais selon al-Jaylî, Dieu créa Jibri'îl de l'éternité à partir du Premier Intellect, qui est identique à la spiritualité du Prophète Muhammad (s). Ainsi, le Prophète (s) est le père de Jibri'îl et l'origine du monde entier. C'est pourquoi, dans la nuit d'al-Mi'râj, Gabriel -qui est inférieur dans son rang au Prophète (s) - n'a pas pu continuer le voyage nocturne avec le Prophète (s) et est resté dans la position de Sidrat al-Muntahâ.

Il crut que la réalité de Muhammadi (al-Haqiqat al-Muhammadîyya) ou "ar-Rûh" (l'Esprit) est l'ange le plus noble et la créature la plus élevée, dont de nombreux anges - y compris Jabrâ'îl - sont une forme et dont ils sont créés. "Rûh al-Qudus" (le Saint-Esprit) et "ar-Rûh al-Amîn" (l'Esprit de fidalité) ne sont pas, selon al-Jaylî, des titres spécifiques de Gabriel. Selon lui, Jibrâ'îl est appelé "ar-Rûh al-Amîn" parce que son origine (le Premier Intellect, c'est-à-dire le Prophète Muhammad (s)) est ar-Rûh al-Amîn.

Dans la terminologie des soufis, Jabrâ'îl est également appelé ar-Rûh al-Ilqâ' (l'Esprit de suggestion, car il suggère la connaissance du caché aux cœurs).

Dans la littérature mystique

Identification de Simorgh avec Gabriel

Dans la littérature mystique, la possibilité d'appliquer les caractéristiques de Simorgh à Gabriel fut discutée. Simorgh est un oiseau mythique, sacré et surnaturel et, comme Gabriel, est décrit comme ayant de grandes ailes et de grandes plumes et un corps énorme.

Le soutien de Simorgh à Zal (était un guerrier mythique de l'Iran ancien) dans les textes anciens de la littérature persane, et sa médiation pour le transfert des forces cachées à Zal sont similaires à la relation entre Gabriel et le Prophète Muhammad (s).

L'arbre ou la montagne dans lequel réside Simorgh a des caractéristiques immatérielles. L'arbre, appelé "Tûbâ", sort des montagnes et est la mère de toutes les plantes et légumes. Chaque matin, lorsque Simorgh s'envole de son nid et déploie ses ailes sur la Terre, tous les fruits apparaissant sur les arbres et tous les légumes poussant sur la Terre proviennent de ses plumes.

De même, le lieu de résidence de Gabriel est Sidrat al-Muntahâ qui est un arbre majestueux et la connaissance et l'action des créatures et des fonctionnaires des prophètes et des anges s'arrêtent là.

Simorgh est le roi des oiseaux, et ce qui est dit dans le traité d'Ibn Sina, Risâl at-Tayr et l'histoire de Simorgh d'Ahmad al-Ghazâlî sur les oiseaux voyageant vers lui et à travers les étapes et les dégrés, est similaires aux étapes de l'évolution de l'âme et atteignant à la position de 'Aql al-Mustafâd (l'Intellect Acquis) et de la connexion à l'intellect actif (Gabriel).

Soutien de Simorgh aux mystiques

Mullâ Sadrâ cita également les mystiques selon lesquels l'accomplissement de toutes les créatures aux types de perfections qu'elles peuvent réaliser, ainsi que l'accomplissement des chercheurs vers leurs désirs et leurs buts, se fait avec l'aide de cet oiseau sacré.

Caractéristiques mystiques de Gabriel

Dans son traité, Âwâzi Pari Jibri'îl (le chant de la plume de Jabra'il), inspiré de ce qui apparaît dans le Coran concernant les traits des ailes des anges et dans les hadiths concernant les ailes de Gabriel, as-Suhrawardî soutient que Jibrâ'îl, parce qu'il a deux ailes, est supérieur aux anges qui ont 3 ou 4 ailes, parce que 2 est plus proche que tous les autres nombres de 1.

Il a également fait référence aux ailes droites de Jibrâ'îl étant brillant et ses ailes gauches étant sombres. La lumière ou la luminosité est, pour as-Suhrawardî, un symbole d'existence, et les ténèbres sont un symbole de non-existence, et sauf "Nûr al-Anwâr" (la lumière des lumières) qui est une simple lumière et l'Être essentiellement nécessaire, tout autre être existe de manière contingente, et c'est la raison pour laquelle l'aile gauche de Gabriel est sombre.

Les âmes sont créées à partir de l'aile droite de Jabra'il qui est brillante, et le monde matériel est créé à partir de son aile gauche qui est sombre. De plus, la suggestion de la connaissance aux prophètes et aux saints de Dieu est attribuée à son aile droite, mais les catastrophes, les cris et les accidents sont attribués à son aile gauche.

De plus, selon le rapport de Mullâ Sadrâ, les mystiques soutiennent que l'oiseau sacré, Simorgh, résidant sur la montagne mythique, Cafcuh (ou Mount Qaf), a un messager qui réveille les personnes endormies dans les ténèbres et rappelle aux ignorants les signes divins. Cependant, rares sont les gens qui écoutent son cri et connaissent sa chanson. Si l'on comprend sa langue, il comprendra la langue de tous les oiseaux.

Dans les poèmes persans, "Shâh Par" (la plume du roi) ou "Pari Jibri'îl" (la plume de Gabriel) est également fréquemment utilisé. Il aurait des caractéristiques telles que la protection contre les ennemis, la prévention des dommages causés par le feu et l'eau et la guérison des blessures. Gabriel est également connu sous le nom de "Tâwûs al-Malâ'ika" (le paon des anges), "Notre Père" et "l'Intellect Universel".

Porte de Gabriel

L'une des portes de la mosquée du Prophète (s) est connue sous le nom de Bab al-Jibri'îl (la porte de Gabriel). Il est dit que Bâb al-Jibri'îl est l'endroit où Gabriel se tint toujours debout et demanda au Prophète (s) la permission d'entrer. Dans le rite de la visite de la tombe du Prophète (s), il est indiqué que le pèlerin entre dans la mosquée du Prophète (s) par cette porte.

Voir aussi

Références

Bibliographie