Métamorphose

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Métamorphose (en arabe : مَسْخْ) dit Maskh est la transformation de la forme humaine en forme animale. Les sources islamiques ont mentionné de nombreux cas de métamorphose dont le plus important est l'histoire des Gens du Sabbat. La plupart des savants ont attribué un sens réel à la métamorphose (maskh) qui transformerait aussi l'apparence de l'humain. Il y a également des hadiths qui insistent sur la réalisation de la métamorphose lors de Qîyâma (Jour du Jugement).

Signification

Ibn Manzûr a considéré la métamorphose comme une transformation négative[1]. Le mot Maskh (métamorphose) a été mentionné une seule fois dans le Coran[2] mais, le sens auquel ce terme se réfère y est mentionné plusieurs fois, et divers passages coraniques font mention d'humains dépourvus de corps humains, et parlent d'humains maudis dont le corps fut changé en corps animal[3].

Cette mention apparaît dans le Coran notamment au sujet des Gens de Sabbat (dans la sourate al-Baqara le verset 65 ; dans la sourate Mâ'ida, verset 60, dans la sourate an-Nisâ', verset 47 et dans la sourate al-A'râf verset 163-166).

Différence entre le Maskh et le Tanâsukh

Dans le Tanâsukh l'âme se sépare de son corps pour appartenir, ensuite à un autre corps. Mais dans le Maskh l'âme ne se sépare pas du corps, c'est le corps qui se transforme pour que le mauvais homme se voie comme un être inférieur (un animal) et qu'il souffre de sa forme inférieure.

Autrement dit, l'âme (nafs) d'une mauvaise personne ne se transforme pas en un être inférieur de l'humain, en l'occurrence l'animal, mais, c'est son corps qui se transforme en forme inférieure[4].

Métamorphose lors du Jour du Jugement

Selon les enseignements islamiques, lors de Qyâma (Jour du Jugement) certains groupes seront transformés et apparaîtront sous forme animale.

Mu'âdh b. Jabal a demandé au Prophète (s) à propos du verset [5]

یوْمَ ینْفَخُ فِی الصُّورِ فَتَأْتُونَ أَفْواجاً
Le jour où l'on soufflera dans la Trompe, vous viendrez par troupes
Traduction de Muhammad Hamidullah

Le Prophète (s) lui a répondu :

Certain seront ressuscités sous forme de singe et de porc ..."[6].

L'Imam al-Bâqir (a) dit :

"Ceux qui ont considéré le décret (qadar) de Dieu comme mensonge, se lèveront de leurs tombes sous forme de singe et de porc"[7].

L'Imam as-Sâdiq (a) dit :

"Celui qui écrit son nom dans le registre des tyrans (jabbârîn), Dieu le ressuscitera en forme de porc lors de Qyâma.[8].

Précisons que la métamorphose dans ce monde ne signifie pas la transformation du principe existentiel d'un être humain, c'est seulement sa forme apparente qui se transforme en animal. L'ayatollah Muttaharî explique cela ainsi :

"Lors du Jugement dernier, quoiqu'il en soit de mon corps, je serai entièrement moi-même. Si on me transforme en forme animale, à cause des caractères de mon âme, ce serait encore moi-même qui aurait une forme animale ; "je" serai "moi"-même"[9].

Métamorphose de monde d'ici bas

D'après le chiisme la métamorphose dans ce monde a plusieurs niveaux :

  • Quand le caractère animal domine le caractère humain, l'individu se métamorphose intérieurement et son intérieur (bâtin) se transforme en animal, et ainsi la Lumière divine se diminue en lui.

De nombreux savants pensent qu'il est possible que l'humain se métamorphose spirituellement et moralement et se transforme ainsi en animal, et même qu'il descende encore plus bas qu'un animal.

Certains exégètes du Coran ont appuyé à ce propos, sur le verset 179 de la sourate al-A'râf :

... أُولئِک کالْأَنْعامِ بَلْ هُمْ أَضَل...
... Ceux-là sont comme les bestiaux, même plus égarés encore ...
Coran, sourate 7, verset 179

Murtadâ Muttaharî dit à ce propos :

"La personnalité de l'homme se réfère à ses caractéristiques morales. Si les caractéristiques morales d'un individu ressemblent aux caractéristiques d'un animal sauvage, cela veut dire qu'il s'est véritablement métamorphosé"[10].
  • Cette métamorphose comprend également l'âme et l'intérieur de l'homme et se réalise totalement dans un être humain. Or, cela se réalise uniquement par la volonté particulière de Dieu. Selon les sources islamiques, les cas mentionnés de la métamorphose totale sont très rares.

Ce sont les suivants :

Gens de Sabbat

Article connexe : Gens de Sabbat.

Les gens de Sabbat étaient un groupe de Banu Isrâ'il (Fils d'Israël) qui, selon le Coran, ont subi le châtiment divin à cause de leur désobéissance à l'ordre de Dieu. Autrement dit le châtiment terrestre de ces gens était leur métamorphose (maskh)[11].

À ce propos la première occuقrence apparait dans la sourate 7, dans un contexte de polémique contre les Juifs de Médine. Une longue énumération est faite des bienfaits de Dieu à l'égard des Fils d'Israël et de l'ingratitude et de la rébellion de ceux-ci (Coran Sourate al-A'râf, verset 163-166)[12].

Les Fils d'Israël avaient été privilégiés par Dieu :

libérés de l'oppression du Pharaon, ils reçurent la Révélation au Sinaï, puis la manne et les cailles, les sources jaillissant du rocher ... Mais, ils se sont plaints malgré tout cela, ont adoré le Veau d'or, ont désobéi de diverses manières.

Dès lors, ils seront punis à la mesure de ce privilège[13]. Puis le passage coranique (Sourate al-A'râf, verset 163-166) parlent de la transgression de Sabbat par ces gens, et alors Dieu les punis :

"Puis, lorsqu'ils persistèrent dans leur transgression nous leur dîmes "Devenez des singes abjects!"[14].

Ce fait a été également mentionné dans la sourate 2, verset 65-66.

On lit dans le verset 65 de la sourate al-Baqara :

Vous avez certainement connu ceux des vôtres qui transgressèrent le Sabbat. Et bien Nous leur dîmes :
"Soyez des singes abjects!".

Compagnons de Jésus

Selon les versets coraniques[15], les apôtres de Jésus (a) demandèrent de la nourriture céleste à Dieu. Jésus (a) demanda ainsi à Dieu de réaliser le voeu de ses compagnons. En réponse Dieu lui répondit[16] :

إِنی مُنزَِّلُهَا عَلَیکمْ فَمَن یکفُرْ بَعْدُ مِنکمْ فَإِنی أُعَذِّبُهُ عَذَابًا لَّا أُعَذِّبُهُ أَحَدًا مِّنَ الْعَالَمِینَ
Oui, dit Allah, Je la ferai descendre sur vous. Mais ensuite, quiconque d’entre vous refuse de croire, Je le châtierai d’un châtiment dont Je ne châtierai personne d’autre dans l’univers
Sourate al-Mâ'ida, verset 115

Selon certaines sources, quelques compagnons de Jésus l'ont trahi malgré la nourriture céleste, et Dieu les a alors métamorphosés.

Mais certains exégètes comme Allama Tabâtabâ'i n'ont pas admit cette interprétation et l'ont trouvé contradictoire avec le sens du texte coranique.

D'autres cas

Dans différentes sources chiites[17] comme sunnites[18] on peut trouver des narrations à propos de la métamorphose des individus et des groupes.

Aussi dans la sourate al-Mâ'ida verset 60, il est mention de la colère de Dieu envers celui (adorateur de tâqût) qu'Il maudit et change en singe et en porcs[19].

Réalisation de la métamorphose

Les avis à propos de la réalisation de la métamorphose dans ce monde, sont différents. Certains pensent que la métamorphose se réalise uniquement à l'intérieur de l'homme et ne change pas le visage apparent. Mais d'autres, les savants les plus célèbres, pensent que la métamorphose est un fait réel et concerne aussi le corps (jism)[20].

Métamorphose du corps et de l'apparence de l'homme

La plupart des savants, selon al-'Allâma al-Majlisî [21] pensent que la métamorphose a un véritable sens et qu'elle se réalise aussi au niveau des formes apparentes de l'homme[22].

Cependant, comme nous l'avons vu plus haut, le changement du corps humain ne signifie pas que l'essence de son être humain change aussi. Autrement dit, la métamorphose ne signifie pas que l'humanité de l'individu disparait et le transpose à un individu des signes, ni que son âme va ainsi dans le corps d'un singe[23]. Mais la métamorphose (maskh) signifie le changement de la forme de la même âme, ainsi cet être métamorphosé n'est pas un singe mais un Homme-Singe[24].

Mais, à propos de la rareté de ce fait, il fait préciser que si nous acceptons le miracle de la part des prophètes, on accepte qu'un fait extraordinaire n'est pas impossible, mais au contraire son caractère extraordinaire le rend miracle. C'est de même quant à la métamorphose[25].

Métamorphose du coeur et de l'intérieur de l'homme

Mujâhid b. Jabîr (m. 102 H/718 e.c.), ne considère pas la métamorphose comme un changement physique, mais pense qu'elle porte un sens imagé. Il a mentionné le verset suivant à ce propos[26].

کمَثَلِ الْحِمارِ یحْمِلُ أَسْفاراً
... (ils) sont pareils à l’âne qui porte des livres
Sourate Jum'a, verset 5

Et Mujahîd conclut :

"Leurs coeurs ont été métamorphosés"[27]

A ce propos mentionnons également 'Abd ar-Razzâq Kâshânî[28], Rashîd Ridâ[29], et Muhammad 'Abdu, [30], qui étaient de même avis.

Sort des humains métamorphosés

Les hadiths font mention du fait que les hommes métamorphosés ont survécu seulement trois jours et qu'aucune génération ne persiste de leur descendance[31].

Certains chercheurs ont appuyé sur le fait qu'aucun animal n'est de la descendance humaine, et que les hommes métamorphosés sous forme d'animal n'ont pas vécu plus que trois jours, sans reproduire de descendant[32].

Voir aussi

Tanâsukh

Références

  1. Ibn Manzûr, Lisân al-arab, vol. 3, p. 55
  2. Sourate Yâsin, verset 67
  3. Pierre Lory, La dignité de l'homme face aux anges, aux animaux et aux djinns, 2018, Paris Albain -Michel, p. 31
  4. Subhânî, Manshûr 'aqa'id imamiya, 1376 h.s., p. 195
  5. Sourate Naba', verset 18
  6. Qurtubî, al-Jâmi' al-ahkâm al-Qur'ân, vol.2, p 175
  7. Cheikh Sadûq, Thawâb al-a'mâl, 1406 h.l., p. 212
  8. Cheikh Sadûq, Thawâb al-a'mâl, 1406 h.l., p. 261
  9. Muttahari, Majmu'a âthâr, vol. 4, p. 703 ; A ce propos, voir aussi : Pierre Lory, 2018, La dignité de l'homme, pp. 31-37
  10. Muttahari, ibid. vol.22, p. 105
  11. Sourate al-Baqara, verset 65
  12. Pierre Lory, La dignité de l'homme face aux anges, aux animaux et aux djinns, 2018, Paris Albain -Michel, p. 32
  13. Pierre Lory, ibid., p. 32
  14. Pierre Lory, ibid., p. 32
  15. Notamment la Sourate al-Mâ'ida
  16. Sourate Ma'ida, verset 115
  17. Voir par exemple : Cheikh Sadûq, al-Khisâl, vol.2, p. 493
  18. Voir par exemple : Tabarânî, 'al-Ma'jam al-kabîr, vol.4, p.245
  19. Voir aussi: Pierre Lory, ibid., p. 33
  20. Mughniya, Tafsîr al-Kâshif, vol.1, p. 121
  21. Majlisi, Bihâr al-anwâr, vol. 58, p. 111
  22. Mughniya, Tafsîr al-Kâshif, vol.1, p. 121
  23. Jawâdî Âmulî, Tasnîm, 1388 h.s., vol.5, p. 148
  24. Jawâdî Âmulî, Tasnîm, 1388 h.s., vol.5, p. 132
  25. Shâkir Mîrî, Mâhyat 'adhâb-e maskh dans les enseignements religieux, p. 30
  26. Tabarsî, Majma' al-bayân, vol.1, p. 264; voir aussi Lory, Ibid. p. 34
  27. Tabarsî, Majma' al-bayân, vol.1, p. 331, in : Lory, ibid. p. 34
  28. Kâshanî, Ta'wilât-e Qur'ân, vol.1, p. 5
  29. Ridâ, al-Manâr, vol.1, p. 285
  30. Selon Mughniya, Tafsîr al^Kâshif, vol1, p. 121
  31. Cheikh Sadûq, 'Uyûn akhbâr ar-Ridâ, vol.1, p. 271
  32. Sadr al-Muti'lihîn, al-Qur'ân al-karim, vol.3, p. 468