Al-Hurûf al-Muqatta‘a

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Al-hurûf al-muqaṭṭa'a (en arabe : الحروف المقطعة) ou lettres disjointes, ou coupées, consistent en une ou plusieurs lettres avec lesquelles vingt-neuf sourates du Coran s'ouvrent après le Bisme Allah al-Rahman al-Rahim. Ces lettres sont récitées séparément, comme ألم (ALM) à l'ouverture de la deuxième sourate du Coran, Sourate al-Baqara est récité comme "alif - lam - mim" (A.L.M.).

À l'exception des sourates al-Baqara (la deuxième sourate) et de Âl 'Imrân (la troisième sourate), toutes les autres sourates s'ouvrant par des lettres disjointes sont des sourates mecquoises (elles ont été révélées à la Mecque). Voici quelques-unes des sourates s'ouvrant par des lettres disjointes : Sourate 7 (al-A'raf), Sourate 10 (Yunus), Sourate 12 (Hud), Sourate 19 (Maryam), Sourate 20 (Tâhâ), Sourate 28 (Qisas), Sourate 40 (Ghâfir), et Sourate 68 (Qalam).

Des savants et des chercheurs du Coran ont proposé différentes interprétations au sujet des lettres disjointes et ont écrit des livres et des essais entiers à ce sujet. Selon Allama Tabataba'i, les lettres disjointes comprennent des secrets entre Dieu et le Prophète (s) et dont personne d'autre que le Prophète(s) ne peut connaître. Telle interprétation au sujet des lettres disjointes figure également dans un hadith de l'Imam al-Sadiq (a). Ces lettres sont également interprétées comme des signes du miracle du Coran, comme le plus grand nom de Dieu, et d'autres interprétations.

Présentation

Les lettres disjointes consistent en une ou plusieurs lettres avec lesquelles vingt-neuf sourates du Coran s'ouvrent après le Basmala. Elles sont récitées séparément, telles que ألم (alif - lam - mim), یس (ya - sin), ص (sad). Elles sont également appelées les muqatta'at (les disjointes) et fawâtih al-suwar (les ouvertures des sourates).

Les sourates qui s'ouvrent avec de telles lettres sont toutes des sourates mecquoises, sauf la deuxième sourate et la troisième sourate, qui ont été révélés dans les premières années après l'immigration des musulmans à Médine. Selon l'énumération koufi des versets coraniques, qui est transmise par l'Imam Ali (a), les lettres disjointes tantôt sont des versets indépendants, et tantôt font partie d'un verset.

Voici la liste de ces lettres et les sourates concernées :

Tableau des letters disjointes du Coran
Ligne Nom de la sourate Letters disjointes Ligne Nom de la sourate Letters disjointes Ligne Nom de la sourate Letters disjointes
1 Al-Baqara Alif, Lâm, Mîm (الم) 2 Âl ʻImrân Alif, Lâm, Mîm (الم) 3 Al-Aʻrâf Alif, Lâm, Mîm, Sâd (المص)
4 Yûnus Alif, Lâm, Râ' (الر) 5 Hûd Alif, Lâm, Râ' (الر) 6 Yûsuf Alif, Lâm, Râ' (الر)
7 Ar-Ra‘d Alif, Lâm, Mîm, Râ' (المر) 8 Ibrâhîm Alif, Lâm, Râ' (الر) 9 Al-Hijr Alif, Alif, Lâm, Râ' (الر)
10 Maryam Kâf, Hâ, Yâ, ‘Ayn, Sâd (کهیعص) 11 Tâhâ Tâ Hâ (طه) 12 Ash-Shuʻarâ’ Tâ, Sîn, Mîm (طسم)
13 An-Naml Tâ, Sîn (طس) 14 Al-Qasas Tâ, Sîn, Mîm (طسم) 15 Al-ʻAnkabût Alif, Lâm, Mîm (الم)
16 Ar-Rûm Alif, Lâm, Mîm (الم) 17 Luqmân Alif, Lâm, Mîm (الم) 18 as-Sajda Alif, Lâm, Mîm (الم)
19 Yâsîn Yâ Sîn (یس) 20 Sâd Sâd (ص) 21 Ghâfir Hâ, Mîm (حم)
22 Fussilat Hâ, Mîm (حم) 23 ash-Shûrâ Hâ, Mîm, ‘Ayn, Seen, Qaf
(حم، عسق)
24 Az-Zukhruf Hâ, Mîm (حم)
25 ad-Dukhân Hâ, Mîm (حم) 26 al-Jâthîya Hâ, Mîm (حم) 27 al-Ahqâf Hâ, Mîm (حم)
28 Qâf Qâf (ق) 29 al-Qalam Nûn (ن)

Diverses sens et interprétations

Les érudits et les connaisseurs du Coran ont proposé différentes interprétations au sujet des lettres disjointes. Divers livres indépendants ont été écrits également à propos de ces lettres, tels que al-Huruf al-muqatta'a fi l-Qur'an de 'Abd al-Jabbar Sharara, Awa'il al-suwar fi l-Qur'an al-karim de Ali Nasuh Tahir, et I'jaz-i Qur'an : tahlil-i âmâri-yi huruf-i muqatta'a (le miracle du Coran : une analyse statistique des lettres disjointes) de Rashad Khalifa. Cependant, certains érudits musulmans font appel à des hadiths pour montrer que ces lettres sont des secrets dont seul Dieu a connaissance, et donc, ils s'abstiennent de prononcer tout commentaire sur ces lettres disjointes.

Parmi les interpretations existantes, ces lettres ont été interprétées comme : secret entre Dieu et le Prophète (s); parties ambiguës (mutashabihat) du Coran; des noms des sourates; des lettres de serment; des signes du miracle du Coran; le plus grand nom de Dieu; et dispositifs d'alerte, etc. Selon Ibn al-Hajar al-Asqalani, étant donné qu'il n'existe aucun rapport fiable selon lequel les compagnons du Prophète l'aurait interrogé au sujet des lettres disjointes, on pourrait conclure que leur signification était évidente et indéniable pour eux. Cependant, selon Allama Tabataba'i, les interprétations ci-dessus ne sont pas très valables, car elles ne vont pas au-delà des probabilités et suggestion, et elles ne sont pas étayées par des preuves.

Voir aussi

Muhkam et Mutashabih

Références