Ibrâhîm b. Malik al-Ashtar an-Nakha’î

De wikishia

Ibrâhîm b. Malik al-Ashtar an-Nakha’î (en arabe : إبراهيم بن مالك الأشتر النخعي) connu sous le titre d’Abu Nu’mân fut le fils de Mâlik al-Ashtar qui participa dans le soulèvement d’al-Mukhtâr ath-Thaqafî contre les Omeyyadesئ en raison de vengeance du sang de l'Imam al-Husayn (a).

Dans la bataille de Siffîn, Ibrâhîm à côté de son père, fut parmi les compagnons de l'Imam Ali (a) et s'est battu avec Muawiya. Après l'événement de Karbala et le martyre de l'Imam al-Husayn (a), il rejoignit le soulèvement d'al-Mukhtâr, et combattit les Omeyyades et tua Ubayd Allah b. Zîyâd.

Après le martyre d'al-Mukhtâr, il rejoignit Mus'ab b. az-Zubayr et dans la bataille avec les forces de Abd al-Malik b. Marwân en l'an 72 H, fut tué. Pendant un certain temps, il fut le dirigeant de Mossoul et des villes environnantes par al-Mukhtâr et Mus'ab.

Participant dans la bataille de Siffîn

Article connexe : bataille de Siffîn.

Il n'y a aucune information sur la vie d'Ibrâhîm avant de rejoindre al-Mukhtâr, sauf qu'il est dit que dans la bataille de Siffîn, il fut parmi les compagnons de l'Imam Ali (a) et à côté de son père Mâlik al-Ashtar combattit Muawiya ibn Abu Sufyan.

Rejoindre le soulèvement d'al-Mukhtâr

En l'an 66 H / 685 C, al-Mukhtâr ath-Thaqafî, qui se fait appeler le représentant de Muhammad b. al-Hanafîyya, prépara le soulèvement contre les Omeyyades pour la vengeance du sang des martyrs de Karbala.

A cette époque, certains chiites de Koufa et partisans du soulèvement d'al-Mukhtâr, en raison de la forte personnalité d'Ibrâhîm et du souvenir de la loyauté de son père (Mâlik) envers l'Imam Ali (a), invitèrent Ibrâhîm au soulèvement. Ibrâhîm accepta leur demande, à condition qu'ils le choisissent comme le commandant ; mais les chiites dirent qu'al-Mukhtâr ath-Thaqafî fut choisi comme le commandant par Ibn al-Hanafîyya. Peu de temps après, al-Mukhtâr se rendit lui-même chez Ibrâhîm et lui remit une lettre selon laquelle il affirma que Muhammad b. al-Hanafîyya écrivit à Ibrâhîm. Dans cette lettre, Ibrâhîm fut invité à aider al-Mukhtâr dans son soulèvement contre les Omeyyades.

Réponse à l'invitation

Au début, Ibrâhîm douta de l'attribution de la lettre à Ibn al-Hanafîyya à cause d'un point dans l'écriture de la lettre, mais puisque des gens comme Yazîd b. Anas al-Asadî, Ahmar b. Shumayt al-Bajalî et Abd Allah b. Kâmil ash-Shakîrî déclarèrent qu'ils virent eux-mêmes que Muhammad b. al-Hanafîyya écrit cette lettre à Ibrâhîm, il accepta l'appel au soulèvement et donna allégeance à al-Mukhtar.

Ash-Sha'bî, qui fut présent dans l'adhésion d'Ibrâhîm à al-Mukhtâr et la plupart des historiens lui racontèrent l'événement mentionné, lui-même douta de la lettre de Muhammad b. al-Hanafîyya à Ibrâhîm.

Et après de nombreuses recherches, il entendit finalement d'Abu 'Umra al-Kaysân, l'un des témoins de l'authenticité de l'attribution de la lettre, que, parce qu'ils considèrent al-Mukhtâr comme un homme digne de confiance, ils ont fait confiance à sa déclaration que la lettre fut émise par Muhammad ibn al-Hanafîyya et témoigna de son authenticité.

Début du soulèvement

Ibrâhîm et al-Mukhtâr accordèrent de quitter Koufa dans la première moitié de moi de Rabî' al-Awwal en l'an 66 H / 685 après JC, mais comme aucune préparation n'avait été faite à cette date, ils reportèrent le début du soulèvement à jeudi après le milieu du même mois.

Pendant ce temps, les allées et venues fréquentes d'Ibrâhîm à al-Mukhtâr provoquèrent des soupçons de de Abd Allah b. Mutî' qui fut nommé comme le gouverneur de Koufa par Abd Allah b. az-Zubayr et quand il prit connaissance du plan de soulèvement, demanda à Ayâs b. Mudârib, le chef des forces de Koufa pour contrôler la situation et lui-même nomma des personnes en garde à certains endroits stratégiques de la ville.

Mercredi, un jour avant le rendez-vous, Ibrâhîm se rendait à la maison d'al-Mukhtâr avec un grand nombre de ses compagnons. Lorsqu'ils rencontrèrent Ayâs b. Mudârib et ses forces, une bagarre eut lieu entre les deux groupes et Ibrâhîm tua Ayâs et bientôt le soulèvement est commencé.

Dans les batailles qui eurent lieu entre les forces d'al-Mukhtâr et Ibrâhîm contre les forces d'Ibn Mutî' et Râshid b Ayâs, ce dernier fut tué et Ibn Mutî' se fut retiré dans son palais et fut assiégé par Ibrâhim. Après quelques jours, il s'échappa et ses soldats rejoignirent al-Mukhtâr.

La plupart des partisans d'Ibrâhîm et d'al-Mukhtâr furent des esclaves affranchis qui combattaient avec des gourdins en bois, et furent donc appelés avec dérision al-Khashabîyya. Certains les appelèrent à tort "Husaynîyya" et les considérèrent uniquement comme des partisans d'Ibrâhîm, car au moment du soulèvement, ils criaient "Yâ la-Thârât al-Husayn (a)" (O Vengeurs d'al-Husayn (a)) ; mais, Ibn Rastâ et Ibn Qutayba considérèrent al-Khashabîyya parmi les soldats d'Ibrâhîm qui combattirent plus tard avec 'Ubayd Allah b. Zîyâd avec des bâtons en bois.

Après cette guerre, al-Mukhtâr se fut installé à Koufa et tenta de combattre les Omeyyades et les assassins de l'Imam al-Husayn (a) en dominant d'autres villes irakiennes. Cependant, lorsqu'il remit l'émirat de Mossoul à Ibrâhîm b. Mâlik al-Ashtar et l'envoya en guerre avec Ubayd Allah b. Zîyâd, qui fut envoyé en Irak par Abd al-Malik b. Marwân (Dhu al-Hjja, en l'an 66 H / 686 C), certains des gens de Koufa qui furent considérés al-Mukhtâr comme un prêtre, ils se furent révoltés contre lui. Il envoya immédiatement quelqu'un pour appeler Ibrâhîm, et cette appelation indique clairement la position élevée d'Ibrâhîm dans le soulèvement d’al-Mukhtâr et la confiance que la direction du soulèvement eut en lui. Ibrâhîm est donc rapidement revenu de Mada’in et avec al-Mukhtâr, lors d'une série de batailles à Jabbânat as-Sibî’ et dans d'autres parties de Koufa, il écrasa la révolte.

Guerre contre 'Ubayd Allah b. Zîyâd

Article connexe : 'Ubayd Allah b. Zîyâd.

Après avoir réprimé la révolte, Ibrâhîm quitta Koufa pour se battre contre Ibn Zîyâd le 6, 8 ou 21 Dhu al-Hijja, en l'an 66 H/ 686 C, avec huit à vingt mille hommes dont la plupart furent des esclaves libérés iraniens connus sous le nom dal-Hamrâ. Le jour 10 Muharram, en l'an 67 H, une bataille eut lieu entre les deux armées au bord de la rivière al-Khazir près de Zab, à cinq Farsakhs de Mossoul.

Selon al-Balâdhurî, l'aile gauche de l'armée d'Ibrâhîm fut vaincue au début de la bataille et peut-être à cause de cela, la nouvelle de la mort d'Ibrâhîm se fut répandue de sorte qu'al-Mukhtâr quitta Koufa, mais les soldats d'Ibrâhîm repoussèrent l’armée de 'Ubayd Allah et les infligèrent une sévère défaite. Dans cette bataille, Ibrâhîm tua 'Ubayd Allah b. Zîyâd et plusieurs autres, dont Husayn b. Numayr et Shurhbîl b. Dhî al-Kilâ’, et il est dit qu'il brûla leurs corps.

Allégeance à Abd Allah b. al-Zubayr

Après sa victoire dans la bataille, Ibrâhîm fut allé à Mossoul et envoya certains de ses compagnons, y compris son demi-frère Abd ar-Rahmân pour capturer et gouverner les villes de Nusaybin, Harran, al-Raha, Samosate et Sinjar. Ibrâhîm fut encore à Mossoul, lorsque Mus'ab b. az-Zubayr attaqua Koufa suite à la provocation des rebelles qui eurent survécu aux attaques d'Ibrâhîm b. Mâlik et al-Mukhtâr et l'avaient rejoint et avaient tué al-Mukhtâr dans une bataille (Ramadan en l'an 67 H/ 687 C).

Mus'ab demanda ensuite à Ibrâhîm d'obéir à Abd Allah b. az-Zubayr. Selon Ibn al-Athîr, également Abd al-Malik b. Marwân appela Ibrâhîm pour lui obéir, mais Ibrâhîm eut peur de rejoindre Abd al-Malik depuis qu'il tua Ubayd Allah b. Zîyâd et quelques autres chefs de Syrie dans la bataille contre les Omeyyades et accepta ainsi la demande de Mus'ab.

Gouvernement de Mossoul

Mus'ab donna le gouvernement de Mossoul, Jazira, Azerbaïdjan et Arménie à Ibrâhîm et l'envoya à la bataille avec les Kharijites et nomma al-Muhallab b. Abi Safara à sa place ; mais, plus tard, il envoya al-Muhallab à la bataille avec les Kharijites et renomma Ibrâhîm à la direction de ces régions.

Apparemment, Ibrâhîm fut resté dans sa position jusqu'à ce que Abd al-Malik b. Marwân attaqua l'Irak. Mus'ab b. az-Zubayr voulut affronter et nomma Ibrâhîm comme le commandant de son armée et se fut rendu à Jumiri près d'Avana.

Abd al-Malik b. Marwân qui voulut persuader les commandants de Koufa et de Bassora, écrit une lettre à Ibrâhîm et promit de donner à Ibrâhîm le gouvernement de l'Irak, et toutes les terres autour de l'Euphrate. Mais Ibrâhîm, non seulement apporta cette lettre à Mus'ab et rejeta la demande de Abd al-Malik, mais comme il devina que Abd al-Malik eut trompé d'autres dirigeants irakiens avec des promesses similaires, il essaya également que Mus'ab les faire arrêter ou les exiler à La Mecque, mais Mus'ab ne l'accepta pas et se fut déplacé vers Abd al-Malik et campa à Dayr al-Jâthlîq à Maskin.

Décès

Dans une bataille qui eut lieu entre Ibrâhîm b. Mâlik al-Ashtar et Muhammad b. Marwân, un jour avant la grande bataille entre Abd al-Malik et Mus'ab, malgré son grand courage, Ibrâhîm fut vaincu à cause de la trahison de 'Attâb b. Warqâ' at-Tamîmî qui se fut apparemment retiré en raison d'un complot antérieur de Abd al-Malik, et Ibrâhîm fut tué. Ensuite, 'Ubayd b. Maysara, un esclave affranchi de Banu 'Udhra, qui tua Ibrahim, le décapita et les esclaves de Husayn b. Numayr qui tué par Ibrâhîm lors de la bataille de Khâzir, brûla son corps.

Les historiens ont des opinions différentes sur la date du meurtre d'Ibrâhîm. Bien qu'Ibn al-Athîr et at-Tabarî, la mentionnent en l'an 71 H/690 C ; mais la plupart des historiens considèrent l'an 72 H/691 C et probablement au mois de Jumâdâ ath-Thânî comme la date correcte de l'événement mentionné.

Après le décès d'Ibrâhîm, des poètes lui ont composé des élégies. Abu al-Faraj al-Isfahânî attribua certaines poésies à Ibrâhîm lui-même. En outre, Ibn Hajar al-'Asqalânî cita d’Ibn Habbân qui considéra Ibrâhîm parmi les transmetteurs fiables de hadiths qui transmit les hadiths de son père et de Umar ; et des gens tels que son fils, Mâlik, et aussi Mujâhid rapportèrent des hadiths de lui.

Tombe

La tombe d'Ibrâhîm b. Mâlik est situé au sud de Dujayl, à huit Farsakhs de Samarra, près de l'ancienne route de Bagdad à Samarra et a été un endroit visité par les chiites. Cette tombe a été démolie en pleine explosion par des groupes terroristes en 2005 C. Une autre tombe de l'île de ‘Askar à Bahreïn est attribuée à Ibrâhîm b. Mâlik, qui pourrait être la tombe d'un de ses descendants.

Voir aussi

Références


Bibliographie