Ja’far le fils de l’Imam al-Hâdi (a)

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Ja’far b. Ali al-Hâdî (en arabe : جعفر بن علي الهادي), connu sous le nom de Ja’far al-Kaddâb (Ja'far le menteur) fut le fils de l’Imam al-Hâdî (a) et l'un des revendiquant de l'Imamat. Après le martyre de son frère l’Imam al-Hasan al-’Askarî (a) il revendiqua l’Imamat et pour cette raison les chiites duodécimains l'appellent un menteur.

Afin d'établir son Imamat, Ja'far nia la naissance de l'Imam al-Mahdi (a) et réclama l'héritage de l'Imam al-'Askarî (a). Il voulut aussi faire la prière funéraire sur le corps de l'Imam al-Hasan al-'Askarpi (a), mais l'Imam du Temps (a) l'en empêcha.

Les partisans de Ja’far s'appelaient Jafarides. Il y eut un désaccord entre eux sur le fait qu’après quel Imam, Ja’far fut devenu Imam. Certains le considèrent comme le successeur de l'Imam Ali an-Naqî (a), et certains d’autres disent qu’il fut le successeur de Sayyid Muhammad b. Ali an-Naqî (a) et certains d’autres le considèrent comme le successeur de l’Imam al-Hasan al-’Askarî (a).

Généalogie et les titres

Ja’far fut le fils de l’Imam al-Hâdî (a), le dixième Imam des chiites et le frère de l’Imam al-Hasan al-’Askarî (a) le onzième Imam des chiites. La date de sa naissance n'est pas mentionnée dans les sources ; mais certains soutiennent que l'Imam al-Hasan al-'Askarî (a) fut plus âgé que lui, par conséquent il fut né après 232 H.

Il mourut à Samarra en 271 H et fut enterré dans la maison de son père. Son lieu de sépulture est situé dans le sanctuaire d'al-Askarîyayn. Les chiites le traitent de menteur pour avoir revendiqué l'Imamat. Selon un hadith, le Prophète (s) le traita de menteur à cause de sa fausse déclaration dans l'Imamat, et l'informa de sa naissance et de ses actes, et appela le sixième Imam des chiites comme as-Sâdiq (sincère) afin de le distinguer de lui. Il est également dit qu'il fut traité de menteur car, il prétendait être l'héritier de l'Imam al-Hasan al-'Askarî (a) et il nia l'existence d'un enfant pour l'Imam. Néanmoins, ses partisans l'appelaient az-Zakî (le pur).

Le titre de Ja’far fut Abu Abd Allah. Après quelques générations, le nombre de ses descendants atteignit 120, pour cette raison "Abu Karrayn" (c’est-à-dire deux Kurr = chaque Kurr égale de soixante) devint un autre surnom pour lui.

Revendication de l’Imamat

Après le martyre de l’Imam al-Hasan al-’Askarî (a), Ja'far revendiqua l'Imamat. Les adeptes de Ja’far ne furent pas d'accord sur la nature de son imamat. Certains le considèrent comme le successeur immédiat de l'Imam al-Hâdî (a) (le père de Ja'far), d'autres pensèrent que Ja'far avait succédé à Sayyid Muhammad, son frère qui fut décédé alors que son père fut encore en vie, Ils crurent que Sayyid Muhammad fut l'Imam après l'Imam al-Hâdî (a) ; et certains le considèrent comme le successeur de l'Imam al-Hasan al-'Askarî (a), (le frère de Ja'far).

Ja'far fait des diverses actes pour renforcer sa prétention d'être un imam, mais selon cheikh al-Mufîd, tous ses efforts échouèrent. Parmi ses efforts sont les suivants :

  1. Il voulut faire la prière funéraire sur le corps de l'Imam al-'Askarî (a), mais l'Imam du Temps (a), qui fut un petit enfant, le poussa de côté et fait la prière sur le corps de son père. Certains auteurs considèrent cette action de Ja'far pour renforcer la revendication de son imamat.
  2. Il incita al-Mu'tamid al-Abbasî à fouiller la maison de l'Imam al-Hasan al-'Askarî (a) pour retrouver son fils, et c'est avec sa coopération qu'une des servantes de l'Imam al-'Askarî (a) fut emprisonnée. Cette action de Ja'far eut lieu après qu'un groupe des gens de Qom soit allé à Samarra pour rencontrer l'Imam al-Hasan al-'Askarî (a) et fut confronté à la nouvelle du martyre de l'Imam al-'Askarî (a) et présenta Ja'far comme l'Imam après lui. Cheikh as-Sadûq dit :
avec certaines questions de Ja'far, ils ne le considèrent pas digne d'Imamat et ils reçurent leurs réponses de l'Imam al-Mahdi (a).
  1. Après l'enterrement de l'Imam al-Hasan al-'Aaskarî (a), bien que la mère de l'Imam fut vivante, Ja'far réclama l'héritage du 11ème Imam (a) ; alors que selon la jurisprudence chiite, si l'une des personnes du premier niveau de l'héritage est vivant comme ses parents, l'héritage n'atteint pas la seconde classe comme un frère.
  2. Il accepta de donner au gouvernement une somme annuelle pour confirmer son imamat.

Position des chiites

Selon cheikh as-Sadûq, les chiites testèrent Ja'far de différentes manières. Ils rejetèrent la revendication de l'Imamat de Ja'far et ne le considèrent pas digne de cette position. En réfutant la revendication de Ja'far, ils citèrent également des hadiths qui réfutaient les Fatahites. Selon ces hadiths, l'Imamat n'est pas autorisé pour les autres que les deux frères al-Hasanayn (Autrement dit, deux frères ne peuvent pas être imams ensemble).

Caractéristiques

Dans les sources, Ja'far est présenté comme un pécheur et un pervers. Selon Cheikh at-Tûsî dans le livre Al-Ghaybah, lors de la naissance de Ja'far, l'Imam al-Hâdî (a) annonca l'égarement des gens par lui. Dans un récit de l'Imam al-Mahdi (a), en réponse à une lettre d'un chiite, Ja'far fut présenté comme un homme ignorant des préceptes de la religion, et qu’il n'avait même pas la capacité et la connaissance de faire la distinction entre ce qui est halal et ce qui est haram (interdite). Selon cette narration, Ja'far laissa ses prières pendant 40 jours et nuits pour apprendre la magie.

Il est dit aussi que Ja'far soutenait Fâris b. Hâtim ; tandis que l'Imam al-Hâdî (a) maudit Fâris et donna l'ordre de le tuer.

Se repentir

Il est rapporté que Ja'far se fut repenti avant sa mort. À cet égard, il est cité une lettre de l'Imam du Temps (a) dans laquelle il compara le travail de Ja'far à l'action des frères du prophète Yûsuf (a). Bien sûr, certains, citant les paroles de Cheikh al-Mufîd concernant la revendication de l'Imamat de Ja'far, disent que l'intention de l'Imam al-Mahdi (a) dans l'analogie est seulement de montrer que les erreurs commises par Ja'far ont un contexte historique comme l'ont également fait les descendants des prophètes.

Secte de Ja’farite

Les disciples de Ja’far sont connus dans l'histoire sous le nom de Jafarite. Mais, avant cela, le terme de Jafarite était principalement utilisé pour désigner les partisans de l'Imam Ja'far as-Sâdiq (a).

Le terme de Ja'farite fut également utilisé pour les fils de Ja'far at-Tayyâr ainsi que les disciples de Ja'far b. Harb al-Hamidânî (mort en 236 H) et Ja'far b. Mubashshir ath-Thaqafî (mort en 234 H).

Les Fatahites, qui acceptèrent l'Imamat des deux frères en même temps, se furent tourné vers Ja'far. Pour cette raison, cheikh as-Sadûq considéra Ja'far comme l'imam de deuxième Fatahite.

Après la mort de Ja'far, certains de ses partisans se sont tournés vers son fils, Abu al-Hasan Ali, qui fut le Naqîb (chef) des Sayyids de Bagdad. D'autres croyaient que l'Imamat fut divisé entre Abu al-Hasan et sa sœur Fatima, et qu'après cela, cette position avait atteint les autres survivants de Ja'far.

Sa'd b. Abd Allah al-Ash'arî écrit le livre d’ad-Dîyâ’ fi ar-Raddi ‘Ala al-Muhammadîyya wa al-Ja'farîyya critiquant les points de vue de la secte Ja'farite. Ali at-Tâhin est considéré comme l'un des chefs de la secte Jafarite.

En raison de relation des descendants de Ja'far avec l'Imam ar-Ridâ (a), ils furent surnommés Banu ar-Ridâ ou Ridawîyyûn. Cheikh al-Mufîd déclara qu'au moment de la rédaction de ses travaux, il ne trouva aucun des enfants de Ja'far qui n'eut pas rejoint la religion chiite duodécimain.

Monographie

Le livre de Tuhr Mutahhar écrit pour purifier Ja'far et rejeter sa déviation. Dans ce livre, certaines des revendications de Jafar furent évaluées comme d'at-Taqîyya et de sauver la vie de l'Imam du Temps (a).

Voir aussi

Références

Bibliographie