Ibrâhîm (le prophète)

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Le prophète Abraham ou Ibrâhîm (a) (en arabe : النبي إبراهيم (ع)) connu sous le titre de Ibrâhîm Khalîl Allah (Ibrâhîm l’ami de Dieu) fut le deuxième des prophètes Ulu al-’Azm (les cinq prophètes qui ont un Livre et une charia).

Ibrâhîm (a) fut envoyé comme un prophète par Dieu en Mésopotamie et invita Nemrod, le souverain de son temps ainsi que les habitants de cette région, à la religion monothéiste. Peu de gens ont accepté son invitation, et lui, déçu par leur manque de foi, a émigré en Palestine.

Selon les versets du Coran, le peuple idolâtre jeta Ibrâhîm (a) au feu, parce qu'il avait brisé leurs idoles, mais le feu a refroidi par l'ordre de Dieu, et Ibrâhîm (a) en est sorti sain et sauf.

Ismaël (a) et Isaac (a) sont les deux fils d'Ibrâhîm (a) et ses successeurs. La lignée de la peuple d'Israël dont de nombreux prophètes sont issus, y compris Marie, la mère de Jésus (a), remonte à Isaac. Tandis que la lignée du Prophète de l'Islam (s) arrive à Ismaël (a).

Le Coran attribue la construction de la Ka'ba et l'invitation du peuple aux rites d’al-Hajj au prophète Ibrâhîm (a) et le présente comme Khalîl Allah (ami de Dieu).

Sa vie

Sa naissance et son décès

La plupart des savants ont considéré le 20e siècle avant JC comme la date de naissance d'Abraham (a), et certains ont donné un chiffre plus précis de 1996 avant JC. Dans les sources islamiques, plusieurs villes sont mentionnées comme le lieu de la naissance d'Ibrâhîm (a).

Selon le livre de Târîkh at-Tabarî, certains considèrent Kutha ou Babylon des régions de Sawad en Iraq, dirigés par Nemrod à l'époque, comm le lieu de la naissance d’Ibrâhîm (a). D'autres estiment que la ville de Uruk fut le lieu de la naissance d’Ibrâhîm (a), et pensent que son père le transmit à Kutha plus tard. Dans un hadith rapporté par l'Imam as-Sâdiq (a), Kutha fut le lieu de la naissance de Ibrâhîm (a) et de résidence de Nemrod.

Ibn Battûta, un des voyageurs du sixième siècle de l'hégire lunaire, mentionna un endroit appelé Buras entre Hillah et Baghdad en Irak, comme étant le lieu de la naissance d'Abraham (a).

Abraham (a) aurait vécu 179 ou 200 ans, et aurait décédé à Hébron, en Palestine, un endroit appelée al-Khalîl à nos jours.

Père d’Ibâhîm

Il y a des désaccords au sujet du nom du père d'Abraham (a). Dans l'Ancien Testament, ce nom est enregistré comme Térah, nom mentionnée dans les sources historiques des musulmans comme Târukh ou Târah.

Certains des exégètes sunnites du Coran se basant sur le verset 74 de la sourate al-An’âm ont considéré Azar comme le père d'Ibrâhîm (a), parce que dans un passage de ce verset est écrit : Abraham dit à 'Azar, son père. Cependant, les exégètes chiites du Coran ne considèrent pas le « Ab » dans ce verset comme un mot qui signifierait le père. D’après eux, le mot « Ab » est utilisé en arabe comme le père, mais il peut se référer aussi à l'oncle, à l'ancêtre et au tuteur, etc.

Selon certaines sources historiques, l'année de la naissance d'Abraham (a), tous les nouveau-nés ont été tués sur l'ordre de Nemrod, parce que les astronomes avaient pronostiqué qu'un enfant naitrait cette année-là, qui s'opposerait à la religion de Nemrod et qui briserait les idoles. Pour cette raison, la mère d'Abraham (a) l'a caché dans une caverne près de sa maison pendant quinze mois.

Mariage et ses enfants

Sarah fut la première épouse du prophète Ibrâhîm (a). Selon la Torah, il l'épousa en Ur Chaldéens et elle est la sœur consanguine d’Ibrâhhîm ; mais selon les hadiths chiites, Sarah est la fille de la tante d'Ibrâhîm (a) et de la sœur du prophète Lot (a).

Selon l'un de ces hadiths, Ibrâhîm (a) l'épousa à Kutha alors qu'elle était riche et possédait beaucoup de biens. Après leur mariage, Ibrâhîm (a) augmenta cette richesse de sorte que personne dans sa région n'avait autant de richesse et de propriété que lui.

Ibrâhîm (a) n'a pas eu d'enfants avec Sarah. Sarah donna alors sa servante, Agar (Hâjar) à Ibrâhîm (a), comme la deuxième épouse. C'est elle qui est la mère de Ismaël (a). Cependant Quelques années plus tard, Abraham (a) a eu un enfant avec Sarah, nommé Isaac (a). Isaac (a) est né 5 ou 13 ans après Ismaël (a). Selon certaines narrations, au moment de la naissance d'Isaac (a), Ibrâhîm (a) avait plus de 100 ans et Sarah près de 90 ans. Selon une autre narration, Isaac (a) est né trente ans après la naissance d’Ismaël (a), et Ibrâhîm (a) aient eu 120 ans à ce moment là. Il est dit qu'après le décès de Sarah, Ibrâhîm (a) épousa deux autres femmes, dont l'une a eu 4 fils et l'autre 7 fils. Le nombre total de ses enfants atteint alors au 13 fils selon les narrations.

Ibrâhîm (a) dans le Coran

Le nom d'Abraham (a) est mentionné 69 fois dans le Coran. Concernant l'histoire de la vie d'Ibrâhîm (a), une sourate a été nommée Ibrâhim. Le Coran fait allusion à la prophétie d'Abraham (a), à son invitation au monothéisme, son imamat, au sacrifice de son fils, au miracle de resuscitation de quatre oiseaux morts, et au miracle du feu refroidi pour Ibrâhîm.

Prophétie, Imamat et la position de Khalîl Allah

Dans quelques versets du Coran, la prophétie d'Abraham (a) et son appel au monothéisme sont mentionnés. En outre, dans le verset 35 de la sourate al-Ahqâf, les prophètes Ulu al-'Azm sont mentionnés. Selon les hadiths, Ibrâhîm (a) est l'un d'entre eux et le deuxième prophète Ulu al-'Azm après le prophète Noé (a).

Selon le verset 124 de la sourate al-Baqara, Dieu a donné à Ibrâhîm (a) le statut de l’Imamat après plusieurs épreuves. Selon 'Allâma Tabâtabâ'î, le statut de l'Imamat se réfère ici à la guidance intérieure qui nécessite une perfection existentielle et un statut spirituel particulier qui peuvent être obtenu après de nombreuses épreuves et beaucoup d'efforts.

Selon les versets du Coran, Dieu a choisi le prophète Ibrâhîm (a) comme al-Khalîl (son ami). Par conséquent, il est surnommé al-Khalîl Allah (ami de Dieu). Selon les hadiths cités dans le livre 'Ilal ash-Sharâyi', Ibrâhîm est devenu l'ami de Dieu parce qu'il se prosternait très fréquemment, parce qu'il ne rejetait jamais la demande des autres, parce il ne demandait jamais qu'à Dieu et à personne d'autres, parce qu'il donnait à manger aux pauvres, et parce qu'il passait ses nuits à adorer Dieu.

Ibrâhîm (a), le père des prophètes

D'après le Coran, Ibrâhîm (a) est l'ancêtre d'un certain nombre de prophètes. Son fils, Isaac (a), est l'ancêtre des enfants d'Israël, dans la progéniture desquels il y avait des prophètes dont Jacob (a), Joseph (a), David (a), Salomon (a), Job (a), Moïse (a), Aaron (a) et d'autres prophètes.

La lignée de Jésus (a) à travers sa mère Maryam (a), remonte également à Jacob (a), le fils d'Isaac (a). Selon certains hadiths islamiques, la lignée du Prophète Muhammad (s) remonte à Ismaël (a), l'autre fils d'Ibrâhîm (a). Cette pour cette raison, que Ibrâhîm est appelé Abu al-Anbîyâ’ (le père des prophètes).

Miracles

Selon les versets du Coran, le refroidissement du feu et la resuscitation des quatre oiseaux font partie des miracles d'Abraham (a) :

  • Le refroidissement du feu : selon les versets cinquante-sept à soixante-dix de la sourate al-Anbîyâ’, quand Abraham (a) vit que son peuple n'arrêtait pas d'adorer les idoles, il brisa les idoles et attribua l'acte à la grande idole, en disant que «si les idoles parlent, demandez-leur alors qui a fait cela». Les adorateurs d'idoles étaient sans voix, mais ils n'ont pas abandonné leurs croyances, le jetant dans le feu pour avoir brisé leurs idoles. Le feu a été, cependant, refroidi sur l'ordre de Dieu.
  • La resuscitation des quatre oiseaux : Selon le verset 260 de la sourate Al-Baqara, en réponse à la demande d'Abraham (a) de voir la résurrection des morts, Dieu lui a ordonné de sacrifier quatre oiseaux et de mélanger leurs chairs et de les placer au sommet de plusieurs montagnes. Il a fait cela et a ensuite appelé les oiseaux. Ils sont venus à la vie et ont volé vers lui.

Emigration

Au verset 71 de la sourate al-Anbîyâ', il est dit à propos d'Ibrâhîm (a):

وَنَجَّيْنَاهُ وَلُوطًا إِلَى الْأَرْضِ الَّتِي بَارَكْنَا فِيهَا لِلْعَالَمِينَ ﴿۷۱﴾
Et Nous le sauvâmes ainsi que Loth [en les dirigeant] vers une terre par Nous bénie pour le monde ('âlamîn)
Le Coran, sourate al-Anbîyâ', verset 71, traduction de Blachère

Certains livres d'exégèse du Coran disent que la terre mentionnée dans ce verset est Damas ou la Palestine et Jérusalem. Dans un hadith rapporté par l'Imam as-Sâdiq (a), Jérusalem est présenté comme la destination de l'émigration d'Ibrâhîm (a).

Construction de la Ka’ba

Article connexe : la Ka’ba.

Au verset 127 de la sourate al-Baqara, il est dit que le prophète Ibrâhîm (a) a construit la Kaaba avec l'aide de son fils Ismaël (a) et par l'ordre de Dieu, il invita le peuple aux rites d’al-Hadj.

Selon certains hadiths, la Kaaba a d'abord été construite par le prophète Adam (a) et reconstruite par le prophète Ibrâhîm (a).

Massacre du fils

Article connexe : Dhabîh Allah.

L'une des épreuves divines d'Abraham (a) a été de sacrifier son fils. Selon le Coran, Ibrâhîm (a) rêvait qu'il était en train de sacrifier son fils. Il a discuté de la question avec son fils, et celui-ci lui a demandé d'obéir au commandement de Dieu. Mais quand Abraham (a) déposa son fils sur l'autel pour le sacrifier, il entendit une voix :

وَنَادَيْنَاهُ أَنْ يَا إِبْرَاهِيمُ ﴿۱۰۴﴾ قَدْ صَدَّقْتَ الرُّؤْيَا إِنَّا كَذَلِكَ نَجْزِي الْمُحْسِنِينَ ﴿۱۰۵﴾إِنَّ هَذَا لَهُوَ الْبَلَاءُ الْمُبِينُ ﴿۱۰۶﴾وَفَدَيْنَاهُ بِذِبْحٍ عَظِيمٍ ﴿۱۰۷﴾وَتَرَكْنَا عَلَيْهِ فِي الْآخِرِينَ ﴿۱۰۸﴾
Nous lui criâmes : Abraham (104) ! Tu as cru en ton rêve. C'est ainsi que Nous récompensons les bienfaisants (105) C'était là certes, l'épreuve manifeste (106), Nous la libérâmes contre un sacrifice solennel (107) et Nous le perpétuâmes parmi les Modernes(108)»
Le Coran, la sourate as-Sâffât, versets 104-108

Le Coran ne mentionne pas le nom du fils d'Abraham (a) au sujet de qui il a reçu l'ordre de sacrifice. Il existe des divergences parmi les opinions chiites et sunnites sur cette question. Certains disent qu'il s'agissait d'Ismaël (a) et d'autres pensent que c'était Isaac (a).

Cheikh at-Tûsî, selon les hadiths chiites, pense qu'il était Ismaël (a). Mullâ Sâlih Mâzandarânî dans le livre de Sharh Furû’ Kâfî a considéré cette avis comme un point de vue courant parmi les ulémas chiites. Dans la ziyarat de Ghufayla (la ziyarat spéciale de l'Imam al-Husayn (a) au milieu de Rajab), il est également déclaré :

... La paix soit sur toi, l'héritier d’Ismaël, Zabîh Allah (sacrifié pour Dieu).

Abraham dans les deux testaments

Dans l'Ancien Testament, Abraham (a) est mentionné comme «Abram», cependant, dans la section 17 de la Genèse, nous lisons :

«Quant à moi, voici mon alliance avec vous : vous serez l'ancêtre d'une multitude de nations. Ton nom ne sera plus Abram, mais ton nom sera Abraham, car je t'ai fait l'ancêtre d'une multitude de nations.»

Selon la tradition de l'Ancien Testament, Abraham (a) est lié aux tribus araméennes qui ont migré de la péninsule arabique vers les rives de l'Euphrate dans le nord de la Syrie. Selon Genèse chapitre 11, Tarah le père d'Abraham (a), avec Abraham (a), Sarah et Lot (a), a voyagé d'Ur des Chaldéens à Canaan, et quand il a atteint Harran, il s'est arrêté là et est mort là.

Certains ont conclu qu'il était (Ur Chaldéens) le lieu de naissance d'Ibrâhîm (a) ; Cependant, au début du chapitre 12, Harran est présenté comme le lieu de naissance d'Abraham (a) et de sa patrie. Selon la Torah, Abraham (a), jusqu’à l'âge de 75 ans, est resté à Harran, après quoi il est allé de Harran à Canaan par ordre de Dieu, emmenant avec lui sa femme Sarah et son neveu Lot (a) et une partie des habitants de Harran, où ils ont dressé leur tente à l'est de Béthel. Ils ont construit un lieu/autel pour le sacrifice. Après cela, ils ont été contraints d'émigrer vers Égypte en raison de la famine. Mais après un certain temps, ils sont retournés d'Egypte à Béthel et se sont ensuite dirigés à Hébron (al-Khalil) et s'y sont installés.

La Torah déclare que quand Ibrâhîm (a) est entré en Egypte, il a présenté sa femme Sarah comme sa sœur afin de se protéger du mal des Egyptiens, qui risquait capturer sa femme pour le faire souffrir. Ainsi, le pharaon d'Égypte qui était épris de la beauté de Sarah l'épousa sans difficulté, et grâce à elle, a fait des bienfaisances à l'égard de Abraham (a). Cependant, Dieu a infligé des catastrophes au Pharaon et à sa maison.

'Allâma Tabâtabâ'î considère cette partie de l'histoire d'Abraham (a) dans la Torah et d'autres contradictions de la Torah dans l'histoire d'Abraham (a), comme un exemple de falsification de la Torah, appuyant sur l'incompatibilité de ce récit avec le statut de la prophétie et l'esprit de piété attendu des prophètes.

L'Ancien Testament considère Isaac (a) comme le fils sacrifié d'Abraham (a). Dans certains cas, "le sacrifié" (dhabâh) est appelé comme le seul enfant d’Abraham (a). De plus, la Torah déclare que Dieu a fait une alliance avec Abraham (a) à Canaan selon laquelle les terres du Nil à l'Euphrate seront données à ses enfants de la lignée d'Isaac (a).

Dans le Nouveau Testament, Abraham (a) est mentionné dans 72 positions et la lignée de Jésus (a) lui est liée par Isaac (a) par 39 intermédiaires (Matthieu, 1: 1-7) ou 54 intermédiaires (Luc, 3: 24-25). Dans le Nouveau Testament, la foi d'Abraham (a) est considérée comme le plus haut degré de foi; d'abord parce qu'il a vécu en exil en Palestine, lieu qui n'était pas sa propre terre, et cela sous l'ordre de Dieu, et ensuite parce qu'il a accepté de sacrifier son propre fils.

Monographie

Le livre de Qahramâni Tawhîd (l'héros du monothéisme), écrit par ayatollah Nâsir Makârim Shîrâzî, au sujet de l’exégèse des versets coraniques concernant le prophète Ibrâhîm (a), expliquent sa vie, ses pensées et ses actions. Il est publié aux éditions Madrasa de l’Imam Ali b. Abi Talib (a), en 224 pages.

Voir aussi

Références

Bibliographie