Aïd al-Fitr

De Wiki Shia
(Redirigé depuis Aid al-Fitr)
Aller à : navigation, rechercher
Timbre commémoratif de l'Aïd al-Fitr et de l'Aïd al-Adha au Canada

L'Aïd al-Fitr (en arabe : عيد الفطر) est l'une des plus grandes fêtes religieuses de la tradition islamique qui marque la fin du Ramadan. Fitr signifie l'ouverture et depuis ce jour (le premier jour de Shawwâl) les musulmanes cessent de garder un mois de jeûne est appelé l‘Aïd al-Fitr.
Il est interdit de jeûner ce jour-là et les musulmans tiennent la prière de l‘Aïd. Payer la Zakât al-Fitra est obligatoire pour les musulmans en ce jour. Cette journée est généralement suivie par des jours fériés dans les pays islamiques.

Signification de Fitr

Le mot "Fitr" signifie " ne pas jeûner", dérivé de la racine Fatr qui signifie fendre ou inventer ou commencer.[1] Le mot "Infatarat" (en arabe : إنْفَطَرَت) dans le verset suivant est dérivé de la même racine : «إِذَا السَّماءُ انْفَطَرَتْ» ; «Quand le ciel s'entr'ouvrira» (82: 1).[2]

"Iftâr" (en arabe : إفطار) et "Fitr" sont de la même racine, c'est-à-dire rupture du jeûne, car on ouvre la bouche pour boire et manger après le coucher du soleil et le jour de l'Aïd al-Fitr.[3]

Détermination

L‘Aïd al-Fitr est le premier jour de Shawwâl. Ainsi, l‘Aïd al-Fitr est déterminée, en voyant la nouvelle lune du mois de Shawwâl, à la fin du 29e jour du Ramadan ou lorsqu'il s’écoulera le trentième jour du mois de Ramadan.

Selon certains hadiths, le mois du Ramadan a toujours 30 jours et ne sera jamais moins. Certains savants du passé ont renforcé ces hadiths.[4] Cependant, certains hadiths disent que le mois du Ramadan comme les autres mois peut durer 29 ou 30 jours. La plupart des jurisconsultes (faqîhs) renforcent ces hadiths.[5]

Dans Le Coran

Les exégètes du Coran ont dit que وَ لِتُکبِّرُ‌وا اللَّـهَ dans وَ لِتُکمِلُوا الْعِدَّةَ وَ لِتُکبِّرُ‌وا اللَّـهَ عَلَیٰ مَا هَدَاکمْ وَ لَعَلَّکمْ تَشْکرُ‌ونَ [Achevez cette période [de jeûne] ! Magnifiez Allah par [gratitude] qu'Il vous a dirigés! Peut-être serez-vous reconnaissants. (2:185)][6], Est sur les Takbîrs recommandés à la veille de l‘Aïd al-Fitr.

Selon les hadiths, les mots Tazakkâ (تزکّی) et Fasallâ (فَصَلَّیٰ) dans les deux versets قَدْ أَفْلَحَ مَن تَزَکیٰ [Heureux [au contraire] sera qui se sera purifié. (87:14)][7] et وَ ذَکرَ‌ اسْمَ رَ‌بِّهِ فَصَلَّیٰ [aura invoqué (dakara) le nom de son Seigneur et prié. (87:15)],[8] Signifient donner la Zakât al-Fitra et faire la Prière de l‘Aïd.[9]

‘Aïd al-Fitr dans les Hadiths

«quand le premier jour de Shawwâl vient, un appelant appellera : Ô les croyants ! C’est le matin, courez envers vos récompenses». Ensuite Il a dit : «Ô Jâbir! Les récompenses de Dieu ne sont pas comme les récompenses des rois». Et il a dit : «Ce jour est le jour des récompenses».[10]
Les anges, le jour de l‘Aïd, se tiennent sur les allées et les sentiers et disent :« Hâtez-vous vers le Seigneur généreux qui donne de grandes bénédictions et pardonne de grands péchés».[11]
«C'est l‘Aïd de celui qui, Dieu a accepté son jeûne et ses cultes et chaque jour où Dieu n'est pas désobéi est l‘Aïd».[12]
  • L'Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a) a regardé quelques personnes qui étaient en riant et jouant; Puis il s'est tourné vers ses compagnons et a dit :
«Dieu, le Tout-Puissant, a créé le mois du Ramadan comme al-Mizmâr (un lieu pour amincir et agilité un cheval) pour la concurrence de ses créatures, afin que par l'obéissance à Dieu, ils se hâtent vers la satisfaction divine. Certains ont excellé et ont gagné et certains ont laissé derrière et perdu. Ainsi, il est étonnant que certains jouent et rient le jour où les bons sont récompensés et ceux qui tombent derrière perdent. Par Dieu, je jure que si les voiles sont enlevés, le bonhomme s'engagera dans son bien-faire et le malfaiteur sera pris captif dans sa méchanceté».[13]
«Le jour de Fitr est nommé l‘Aïd afin que les musulmans aient un rassemblement et viennent pour Dieu et le louent pour les bénédictions qu'ils ont reçus, et le jour de l‘Aïd est le Jour pour se réunir, jour de la rupture du jeûne, jour de la Zakât, jour du bonheur et jour pour implorer Dieu, et c'est le premier jour de l'année où manger et boire est permissible, puisque le mois du Ramadan est le premier mois de Dieu chez les gens de Dieu.
Il a voulu qu'ils aient un rassemblement pour louer le Seigneur et en ce jour, dire at-takbir (la prononciation de la formule «Allahu akbar») dans la prière est plus que d'autres prière, parce que le Takbîr est Le loue pour Ses bénédictions comme Il a dit :
'Magnifiez Allah par [gratitude] qu'Il vous a dirigés! Peut-être serez-vous reconnaissants.' (2: 185)[14], et ce jour-là, 12 Takbîrs sont instruits pour être dits, car il y a 12 Takbîrs dans chaque prière de deux Rak'a. Dans cette prière 7 Takbîrs doivent être dits dans la première Rak'a (une fois pour Takbîrat al-Ihrâm et 5 fois pour al-qunûts et une fois avant de s’incliner pour faire ar-rukû‘), et 5 Takbîrs dans la seconde (4 fois pour al-qunûts et une fois avant de ar-rukû‘), et ils n'ont pas été rendus égaux dans chaque Rak'a parce qu'il est recommandé que la prière obligatoire commence par 7 Takbîrs, donc la première Rak'a a 7 Takbîrs. Et il y a 5 Takbîrs dans la seconde Rak'a, puisque Takbîrat al-Ihrâm pour toutes les prières pendant une journée sont 5 Takbîrs et parce que les Takbîrs dans chacun des deux Rak'as soient impairs».[15]

Règles et bonnes manières

Veille de l‘Aïd al-Fitr

L'Imam 'Alî (a) a dit :

«Voyez si tu peut être assidu la veille de l‘Aïd al-Fitr, l‘Aïd al-Adhâ, etc. et dans ces nuits récite des invocations et le Coran et fais beaucoup de prières».[16]
  • dans la veille du premier jour de Shawwâl, il est recommandé de réciter l'invocation de al-Istihlâl (lorsqu'on voit la nouvelle lune).[17]
  • La Zîyârat de l'Imam al-Husayn (a) est recommandé à la veille de l‘Aïd al-Fitr.[18]
  • De faire la grande ablution est recommandée dans cette nuit. Il est raconté qu'il est recommandé de faire la grande ablution avant le coucher de soleil de la veille de l‘Aïd al-Fitr, quand on découvre que c'est la veille de l‘Aïd. Il est également rappoté de faire la grande ablution à la fin de la nuit de l‘Aïd al-Fitr.[19]
  • Selon la plupart des jurisconsultes des époques récentes, le temps obligatoire pour payer la Zakât al-Fitra est de début de la nuit de l'Aïd, jusqu’au midi du jour de l‘Aïd al-Fitr. Certains considèrent son temps comme le lever du soleil de l'Aïd.[20]
  • Prière : l'Imam as-Sâdiq (a) cité de l'imam 'Alî (a),
«Qui fait les deux Rak'as de prière, à la première Rak'a dont il lit la Sourate al-Fâtiha une fois, et la Sourate at-Tawhîd mille fois et dans la seconde Rak'a, une fois la Sourate al-Fâtiha et une fois la Sourate at-Tawhîd, il ne demanderait rien à Dieu, à moins qu'il ne le recevra.[21]
  • En disant Takbîrs après les prières : (cité de Mu'âwîya b. 'Ammâr) J'ai entendu par l'Imam as-Sâdiq (a) qu’il a dit :
«Il y a des Takbîrs dans l‘Aïd al-Fitr.

J'ai dit, quand ? Il a dit :

Après la prière du Maghrib de la veille de l‘Aïd al-Fitr et après la prière du matin de l‘Aïd al-Fitr et après la prière de l‘Aïd al-Fitr. Et ensuite on cesse de dire le Takbîr. C’est la Parole de Dieu : « لِتُکمِلُوا الْعِدَّةَ وَلِتُکبِّرُ‌وا اللَّـهَ عَلَیٰ مَا هَدَاکمْ» (2: 185); «Achevez cette période [de jeûne] ! Magnifiez Allah par [gratitude] qu’il vous a dirigés ! Peut-être serez-vous reconnaissants».[22].
Et le Takbîr est comme cela :
ألله أَکْبَرُ ألله أَکْبَرُ لا إِلَهَ اِلّا اللهُ وَ اللهُ أَکْبَرُ ألله أَکْبَرُ وَ للهِ الْحَمْدُ ألْحَمْدُ للهِ عَلَى مَا هَدَانَا وَ لَهُ الشُّکْرُ عَلَى مَا أَوْلانَا
«Allâhu akbaru, Allâhu akbaru, lâ ilâha illâ-llâhu, wa Allâhu akbaru, Allâhu akbaru, wa li-llâhi al-hamdu, al-hamdu li-llâhi ‘alâ mâ hadânâ, wa lahu ash-shukru ‘alâ mâ awlânâ.»
Dieu est plus Grand, Dieu est plus Grand, il n’y a de Dieu que Dieu, Dieu est plus Grand, Dieu est plus Grand, Et pour Dieu la Louange, et Louange à Dieu pour ce qu’Il nous a guidés, et pour Lui le Remerciement pour ce qu’Il nous a donné
Ibn Tâwûs, Iqbâl al-A'mâl, p 574
« Cela me fait plaisir que quiconque pendant l'année se libère (pour le culte) à quatre nuits : la veille de l‘Aïd al-Fitr, la veille de l‘Aïd al-Adhâ, la veille du 15 de Sha'bân et la veille du premier de Rajab.[23]

L'Imam al-Bâqir (a) a dit :

«mon père, 'Alî b. al-Husayn (a) est resté à la mosquée la veille de l‘Aïd al-Fitr et a prié jusqu'au matin et a gardé la veille de nuit et a dit : Ô mon fils, Cette nuit n'est pas moins importante que la Nuit de al-Qadr«.[24]

Jour de l‘Aïd al-Fitr

  • Parmi les actions recommandées de la journée de l'Aïd al-Fitr, il est recommandé de faire la grande ablution qui peut être faite après Fajr, mais il y a un désaccord sur le temps de cette action; avant de sortir pour la prière de l‘Aïd, la prière Zuhr ou le coucher du soleil étant la dernière fois qu'elle peut être faite.[25]
  • La prière de l‘Aïd est recommandée durant de l'occultation, mais pendant la présence des Imams (a), elle est obligatoire.[26]
  • Il est recommandé de manger quelque chose en particulier la date avant la prière de l‘Aïd al-Fitr.[27]
  • Dire les Takbîrs, selon les instructions est recommandé après la prière de Fajr au matin de l'Aïd et après la prière de l'Aïd.[28]
  • Il est interdit de jeûner le jour de l‘Aïd al-Fitr[29]. Il est recommandé de réciter l’invocation d'an-Nudba[30] et d'élargir les programmes d'alimentation de la famille.[31]
  • Voyager en ce jour, après le lever du soleil et avant la prière de l'Aïd (en cas d'obligation, pendant la présence de l'Imam (a)) est interdit, sinon il est déconseillé.[32]

Vacances de l‘Aïd al-Fitr

L‘Aïd al-Fitr est l'une des plus importantes ‘Aïds des musulmans dans différents pays arabes et non-arabes qui est suivi par les vacances de 2 à 12 jours et la fermeture des institutions gouvernementales, les banques et les écoles.

Pays Afghanistan Bahreïn Indonésie Iran Irak Jordanie Koweït Malaisie Pakistan Qatar Oman Arabie Saoudite Syrie
Vacances 3 5 5 2 9 4 7 7 3 12 4 12 5

Voir aussi

Bibliographie

  • Le Coran.
  • Âmulî, Muhammad Taqî, Misbâh al-Hudâ fî Sharh ‘Urva al-Vuthqâ, Téhéran, 1310 H.l.
  • Charîf ar-Radhî, Muhammad b. Husayn, Nahj al-balâgha, par : as-Sâlih, Subhî, Hijrat, Qom, 1414 H.l.
  • Cheikh al-Mufîd, Masârr ach-chî‘a, Kungira cheikh al-Mufîd, Qom, 1413 H.l.
  • Halabî, Abû as-Salâh, Taqî ad-dîn b. Najm ad-dîn, al-Kâfî fî al-Fiqh, par : Ridâ Ustâdî, Kitâbkhâna ‘ûmûmî Amîr al-Mu’minîn (a), Isfahân,1403 h.l.
  • Ibn Bâbiwayh, Muhammad b.‘Alî, Man lâ Yahdhuruhu al-Faqîh, par : ‘Alî Akbar Ghaffârî, Jâmi‘a Mudarrisîn, Qom, 1413 h.l.
  • Ibn Manzûr, Muhammad b. Mukrim, Lisân al-‘Arab, Beyrouth, Dâr as-Sâdir, e.d 3, 1414 H. l.
  • Ibn Tâwûs,Iqbâl al- A‘mâl, ed. A‘lamî, 1417 H.l. 1996 a.c.
  • Khuzâ‘î, Husayn b.‘Alî, Rawd al-Jinân va Rawh al-Janân fî Tafsîr al-Qurân, al- Islâmîya,Téhéran, s.d.
  • Kulaynî, Muhammad b. Ya’qûb , al-Kâfî, Dâr al-Hadîth, Qom, 1429 H.l.
  • Najafî, Muhammad Hasan, Javâhir al-Kalâm fî sharh sharâyi‘ al-Islâm, Dâr Ihyâ’ ath-Thorâth al-‘Arabî, Beyrouth, 1404 H.l.
  • Nûrî, Husayn b. Muhammad Taqî, Mustadrak al-Vasâ’il va Mustanbat al-Masâ’il, Mu’assisa Âl al-Bayt ‘alayhim as-salâm, Qom, 1408 h.l.
  • Tabâtabâ’î, Muhammad Husayn, al-Mîzân fî Tafsîr al-Qurân, Jâmi‘a Mudarrisîn, Qom, s.d.
  • Tûsî, Muhammad b.Hasan, Misbâh al-Mutahajjid va silâh al-Muta‘abbid, Mu’assisa A‘lamî, Beyrouth, 1418 H.l, 1998 a.c.
  • Yazdî, Sayed Kâzim Tabâtabâ’î, ‘Urva al-Vuthqâ fî mâ Ta‘umm bih al-Balvâ (Muhashshâ), Jâmi‘a Mudarrisîn, 1419 H.l.

Références

  1. Ibn Manzûr, v5, p55
  2. traduction de Blachère
  3. Ibn Manzûr, v5, p55
  4. Ibn Tâwûs, v1, p33-35
  5. Âmulî, v8, p384
  6. traduction de Blachère
  7. traduction de Blachère
  8. traduction de Blachère
  9. Tabâtabâ’î, v20, p269
  10. Kulaynî, v7, p650
  11. Nûrî, v6, p154
  12. Nahj al-balâgha, maxime 428
  13. Ibn Bâbiwayh, v2, p174
  14. traduction de Blachère
  15. Ibn Bâbiwayh, v1, p552
  16. Âmulî, p589-590
  17. Masârr ash-shî‘a, P29
  18. Ibn Tâwûs, P577
  19. Ibn Tâwûs, P572
  20. Yazdî, v4, p222
  21. Ibn Tâwûs, p575
  22. traduction de Blachère
  23. Tûsî, 589; Ibn Tâwûs, p577
  24. Ibn Tâwûs, p577
  25. Âmulî, v7, p86
  26. Najafî, v11, p332-333
  27. Najafî, v11, p377
  28. Najafî, v11, p378 et 382
  29. Najafî, v16, p324
  30. Ibn Tâwûs, p604
  31. Kulaynî, p155
  32. Kulaynî, p155