Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a)

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher
L'Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a)
Description de cette image, également commentée ci-après

Cimetière Baqî', à Médine, La tombe de l'Imam al-Hasan (a)

Le deuxième Imam des chiites
Surnom(s) Abû Muhammad
Titre(s)
  • Sayyid
  • Taqî
  • Tayyîb
  • Zakî
  • Sibt
Naissance Le 15 Ramadan 3 H/625
Médine
Martyre Le 28 Safar 50 H/670
Médine
Pays de résidence Médine, Kûfa
Sépulture Médine, Cimetière Baqî'
Âge 46 ans (48 ans selon Cheikh al-Mufîd)
Famille
Généalogie Ibn Ali b. Abi Talib b. Abd Al-Muttalib b. Hachim
Père L'Imam Ali (a)
Mère Fatima Az-Zahrâ (a)
Frère(s) L'Imam al-Husayn (a)
Sœur(s) Zaynab Al-Kubrâ
Femme(s)
  • Umm Bashîr
  • Khawla
  • Umm Is'hâq
  • Hafsa
  • Hind
  • Ju'da
Enfant(s)
  • Zayd
  • Umm Al-Hasan
  • Umm Al-Husayn
  • Hasan
  • Umar
  • Qâsim
  • Abd Allah
  • Abu Bakr
  • Abd Ar-Rahman
  • Husayn
  • Talha
  • Fatima
  • Umm Abd Allah
  • Umm Salama
  • Ruqayya

Imamat
Durée 10 ans (40-50 H)
Début 40 H/660
Fin 50 H/670
Califes contemporains Muawiya
Combats Jamal, Siffîn et le combat contre Muawiya
Compagnons
Hadiths Plus de 1000 hadiths

Les Imams des chiites

L'Imam Ali (a)L'Imam al-Hasan (a)L'Imam al-Husayn (a)
L'Imam as-Sajjâd (a)L'Imam al-Bâqir (a)
L'Imam as-Sâdiq (a)L'Imam al-Kâzim (a)
L'Imam ar-Ridâ (a)L'Imam al-Jawâd (a)
L'Imam al-Hâdî (a)L'Imam al-Hasan al-'Askarî (a)L'Imam al-Mahdi (a)

Al-Hasan b. Ali b. Abi Talib (a) (en arabe : الحسن بن علي بن أبي طالب (ع)), connu sous le nom de l'Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a) (3-50 H), fut le deuxième Imam des chiites. Il fut presque 7 mois le calife des musulmans et 10 an l'Imam des chiites (40-50 H). Les sunnites le considèrent comme le dernier des califes ar-Râshidîn.

Al-Hasan b. Ali (a) fut le premier fils de l'Imam Ali (a) et de Fatima az-Zahra (a) et le premier petit-fils du Prophète (s). Selon les rapports historiques, ce fut le Prophète (s) qui le nomma al-Hasan et l'aimait beaucoup.

Il a passé sept ans de sa vie avec le Prophète (s) et était présent lors de l'allégeance d'ar-Ridwân et de l'événement d'al-Mubâhala (l’ordalie) avec les chrétiens de Nadjran.

Il n y a pas de détails concernant la vie de l'Imam al-Hasan (a) pendant les califats des deux premiers califes. Sous l'ordre du deuxième calife en tant que témoin, il fut présent au conseil de six personnes pour choisir le troisième calife. Il y a des rapports sur sa participation à certaines guerres à l'époque du troisième calife.

Dans les révoltes qui se sont produites dans les derniers jours du califat de Uthman, l'Imam Ali (a) lui ordonna de protéger la maison du calife et, selon certains rapports, il fut blessé à la suite de cet événement. Pendant le califat de l'Imam Ali (a), il se rendit à Koufa avec lui et, dans les batailles de Jamal et de Siffin, fut parmi les commandeurs de l'armée.

Après le martyre de l'Imam Ali (a) au 21 Ramadan en l'an 40 H, al-Hasan b. Ali (a) atteignit à l’Imamat. Ce jour-là, plus de quarante mille personnes lui firent allégeance comme le calife.

Muawiya a refusé d'accepter son califat et et avec une armée d'al-Cham, partit vers Irak. L'Imam al-Mujtabâ (a) envoya une armée sous le commandement de Ubayd Allah b. Abbas vers l'armée de Muawiya et il est allé à Sâbât avec un autre groupe.

Muawiya a essayé de faire courir une rumeur parmi l'armée de l'Imam al-Hasan (a) pour apporter la paix avec lui. Dans cette situation , l’Imam al-Hasan (a) a été attaqué par un des Kharijites, blessé et transféré à Al-Madain pour y être guéri.

Au même temps, un groupe de dirigeants de Koufa a écrit une lettre à Muawiya dans laquelle ont promis de se rendre ou de tuer al-Hasan b. Ali (a). Muawiya a également envoyé les lettres de Koufide à l'Imam al-Hassan (a) et lui a proposé la paix.

L'Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a) accepta la paix et se rendre le califat à Muawiya, à condition que Muawiya agisse conformément au Livre d'Allah et à la Sunna (tradition) du Prophète (s), et ne désigne personne comme son successeur, ainsi que tous les peuples, y compris les chiites de l'Imam Ali (a) soient dans la sécurité.

Plus tard, Muawiya n'a agi aucune de ces conditions. Un certain nombre de chiites ont été mécontents de la paix d'Imam al-Hasan (a) avec Muawiya. Après la paix, en l'an 41 H, l'Imam (a) revint à Médine et y resta jusqu'à la fin de sa vie. Il avait l'autorité scientifique à Médine et il a eu un statut social élevé.

Lorsque Muawiya a décidé de prêter allégeance à son fils, Yazid, il a envoyé cent mille dirhams à Ja'ad (l’épouse de l'Imam al-Hasan (a)) pour empoisonner l'Imam (a). Il est dit que : «al-Hasan b. Ali (a) fut en martyre 40 jours après avoir été empoisonné.»

Il a testé d'être enterré tout près de la tombe du Prophète (s), mais Marwân b. al-Hakam et certaines des Omeyyades l'ont empêché et il a enterré dans le cimetière al-Baqî'.

Il y a beaucoup de hadiths chiites et sunnites concernant les vertus de l'Imam al-Hasan (a). Il est l'un des As'hâb al-Kisâ' (les Gens du Manteau) dont le verset de purification a été révélé sur leur et que les chiites leurs considèrent comme impeccables. Les versets al-It'âm, al-Mubâhala et al-Mawaddat sont révélés sur lui, ses parents et son frère, l’Imam al-Husayn (a).

Il a dépensé tous ses biens deux fois dans la chemin de Dieu et aussi trois fois, demi de ses bien. Pour cette raison, il fut connu sous le surnom de Karîm Ahl al-Bayt (a) (généreux des Ahl al-Bayt (a)). Il a effectué 20 ou 30 fois le pèlerinage à pied.

Les discours, les écrits de l'Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a) et les noms de 138 de ceux qui l'ont rapporté les hadiths furent recueillis dans le livre de Musand al-Imam al-Mujtabâ (a).

Généalogie

Al-Hasan b. Ali b. Abi Talib (a) fut le premier fils de l'Imam Ali (a) et de Fatima az-Zahra (a) et le premier petit-fils du Prophète (s)[1].

Sa généalogie atteint à Banu Hachim et à la tribu de Quraych[2].

Nom, titre, surnom

Le nom « al-Hasan » en arabe signifie (bon = qui est d'une qualité satisfaisante).

Le prophète (s) le nomma al-Hasan[3]. Selon certains hadiths ce fut Dieu qui ordonna de le nommer al-Hasan[4].

Les noms d'al-Hasan et d'al-Husayn équivalent à Shabbar et Shabîr (ou Shabbîr)[5], qui furent les noms des fils d'Aaron (a)[6], le frère du Prophète Moïse (a) qui n'avaient pas de précédent pour le peuple arabe avant l'islam[7].

Ses titres étaitent Abû Muhammad et Abu al-Qâsim[8].

Il est mentionné quelques surnoms pour lui comme :

  • al-Mujtabâ (élu)
  • Sayyid
  • Zakî (vertueux)[9].

Il y a des surnoms qui sont communs entre l'Imam al-Hasan (a) et l'Imam al-Husayn (a) y compris :

  • Sayyid shabâh Ahl al-Jannat (Maîtres des jeunesses du Paradis)
  • Rayhânat an-Naby (Fleur du Prophète (s))[10]
  • et Sibt (petit-fils)[11].

Dans un hadith, le prophète (s) dit :

al-Hasan est un des Asbât[12] (c'est à dire : celui qui est l’Imam et Naqîb (chef), le descendant des prophètes (a) et choisi par Dieu[13])

Imamat

Al-Hasan b. Ali (a) est le deuxième Imam des chiites. L'Imamat a été transmis à l'Imam al-Hasan (a), 21ème nuit de Ramadan de la quarantième année de l'hégire suite à du martyre de son père, l'Imam Ali (a)[14].

Cheikh al-Kulaynî (M : 329 H) recueilli dans son livre, al-Kâfî, des hadiths liées à la nomination d’al-Hasan b. Ali (a) à l'Imamat[15].

Selon l'un de ces hadiths, l'Imam Ali (a), avant son martyre et en présence de ses enfants et des érudits chiites, remit son livre et son épée (preuves de l'Imamat) à son fils, al-Hasan, et déclara que le Prophète (s) lui ordonna de nomination d’al-Hasan comme son successeur[16].

D’après un autre hadith, l'Imam Ali (a), lors de son départ à Koufa, déposa les preuves de l'Imamat à Umm Salama et l'Imam al-Hasan (a) les ont pris après son retour de Koufa[17].

Cheikh al-Mufid (M : 413 H) a également déclaré dans le livre al-Irshâd qu’al-Hasan (a) était le tuteur de son père parmi ses enfants et ses compagnons[18].

D'après un autre hadith, le Prophète (s) dit :

« Ces deux mes garçons (l'Imam al-Hasan (a) et l'Imam al-Husayn (a)) sont Imams, soit qu'ils révoltent ou non.[19]»

Et il est également argumenté au hadith des Douze Imams[20] rapporté du Prophète (s)[21].

L'Imam al-Hasan (a) dans les premiers mois de son Imamat, séjournait à Koufa et s'occupait du poste du califat. Mais, Après le transfert du califat à Muawiya, il s'installait à Médine jusqu'à la fin de sa vie.

Enfance et jeunesse

Selon le consensus des historiens, l'Imam al-Hasan (a) naquit le 15 Ramadan en l'an 3 H[22]. Mais selon certains sources historiques, il naquit en l'an 2 H[23].

Il naquit à Médine[24] et le Prophète (s) fait appeler al-Adhân à l'oreille de l'Imam al-Hasan (a)[25] et au septième jour de sa naissance, il le fit la 'Aqîqa un mouton[26] (immoler un bête à l'occasion d'une naissance, le 7e jour. 'Aqîqa est une sunna divine).

Selon certains rapports sunnites, l'Imam Ali (a) a choisi le nom de Hamza[27] ou de Harb[28] pour son fils, avant que le Prophète (s) choisisse le nom d'al-Hasan, mais lorsque le Prophète (s) lui demanda son nom, l'Imam Ali (a) déclara : pour la dénomination de son fils ne dépasse pas du Prophète d'Allah (s)[29]. Bâqir Sharîf al-Qarashî, l’érudit chiite, rejete ces rapports et fait des preuves[30].

Enfance

Il n'y a pas de détail concernant l'enfance et la jeunesse de l'Imam al-Hasan (a)[31]. Il a passé moins de huit ans de sa vie à l'époque du Prophète (s) et donc, son nom est mentionné parmi la dernière classe des compagnons du Prophète (s)[32].

Il existe de nombreuses hadiths dans les sources chiites et sunnites selon lesquelles, le Prophète (s) l'aimait ainsi que son frère al-Husayn (a)[33].

Parmi les événements les plus importants de cette période, sa présence aux côtés de ses parents et de son frère dans l'événement d’al-Mubâhala du Prophète de l'islam (s) avec les chrétiens de Nadjran. Le terme «Abnâ'anâ» (أَبْنَاءَنَا) dans le verset d'al-Mubâhala se réfère à lui et à son frère, l'Imam al-Husayn (a)[34].

Selon Sayyid Ja'far Murtadâ al-’Âmilî, l'Imam al-Hasan (a) était présent lors de l'allégeance d'ar-Ridwân et faisait l'allégeance avec le Prophète (s)[35]. Quelques versets du Coran ont été révélés sur lui et d'autres Gens de Manteau[36].

Il est dit que lorsqu'il avait sept ans, il se présentait chez le Prophète (s) et racontait à sa mère tout ce qui avait été révélé au Prophète (s)[37].

D'après Sulaym b. Qays, après le décès du Messager d'Allah (s), quand Abu Bakr devint le califat, al-Hasan b. Ali (a), accompagné de son père, de sa mère et de son frère, sont allés de nuit chez les Ansar, pour les aider l'Imam Ali (a)[38].

Jeunesse

Il existe peu de rapports sur la jeunesse de l'Imam al-Hasan (a) y compris, sous l'ordre du deuxième calife en tant que témoin, il était présent au Conseil de six personnes pour choisir le troisième calife[39].

Dans certaines sources sunnites, a été évoqués qu’al-Hasanayn (a) ont participé dans la guerre d'Afrighiyya en l'an 26 H[40] et dans la guerre de Tabaristân au 29 H ou 30 H[41]. De tels récits ont des acceptants et des opposants.

Sayyid Ja'far Murtadâ al-'Âmilî croit que la chaîne de transmission de ces rapports n'est pas authentique. En plus, l’Imam Ali (a) était opposé à la manière de cette conquêtes. Il dit que l'opposition de l'Imam Ali (a) avec l'entrée d'al-Hasanayn (a) sur le champ de bataille de Siffin, confirme cet argument[42].

Wilferd Madelung, pense que l'Imam Ali (a) aurait probablement voulu que son fils, al-Hasan, dès son jeune âge connaisse avec les affaires de la guerre et prolongeait ses expériences de la guerre[43]

Selon al-Balâdhûrî, au cours du soulèvement du peuple contre le troisième calife, Uthman, qui a conduit au siège de sa maison et à la fermeture de l'eau sur lui et finalement à son assassinat, al-Hasan b. Ali (a) et son frère, al-Husayn (a), sous l'ordre de l'Imam Ali (a), avec certains d'autres ont défendu la maison de Uthman[44].

D'après Qâdî Nu'mân al-Maghribî (M : 363 H) et l'auteur du livre Dalâ'il al-Imâma, après que les rebelles fermèrent l'eau sur Uthman, l'Imam al-Mujtabâ (a), sous l'ordre de son père, apporta l'eau à sa maison[45], selon certains rapports, l'Imam al-Hasan (a) fut blessé dans cette événement[46].

Épouses et ses enfants

Selon les sources historiques, il est cité au maximum 18 épouses pour l’Imam al-Hasan (a). Mais, il y a d’autres rapports inauthentiques qui signalent plus de 18 épouses[47].

Ces rapports ont été rapporté par trois personnes que selon les savants de ar-Rijâl, ils ne sont pas crédibles et en plus de la faiblesse de la chaîne de transmission, leur contenu également sont non fiables[48]. D'autant plus que dans ces sources, le statut et les identités des femmes sont très ambiguës, et on ne donne aucun nomme de ses dites nombreuses femmes.

A propos du nombre d’enfants de l’Imam al-Mujtabâ (a), il existe une différence d'opinions. Cheikh al-Mufîd considère qu’il avait 15 enfants dont 8 fils et 7 filles[49] et cheikh at-Tabrisî mentionne 16 enfants. Il compte Abu Bakr parmi ses enfants qui tomba en martyre au cours de la tragédie de Achoura[50].

Femmes Enfants
Ja'da bt. Ash'ath b. Qays ...
Umm Bashîr bt. 'Uaqabat b. 'Amr Zayd, Umm al-Hasan, Umm al-Husayn
Khawla bt. Manzûr b. Zabbân al-Fazârî Hasan al-Muthannâ
Hafsa ...
Umm Ishâq bt. Talhat b. 'Ubayd Allah Husayn, Talha, Fatima
Hind ...
Nafîla ou Ramla Qâsim, 'Umar, Abd Allah
d'autres femmes 'Abd ar-Rahmân, Umm Abd Allah, Umm Salama, Ruqayya

Descendants de l'Imam al-Hasan (a)

La génération de l'Imam al-Hasan (a) a continué avec

La génération d’al-Husayn et de Umar a disparu après un certain temps et les générations d’al-Hasan al-Muthannâ et de Zayd b. al-Hasan sont restées[51].

Les descendants de l'Imam al-Hasan sont connus sous le nom d'as-Sâdât al-Hasanî[52].

La plupart d'entre eux avaient les activités politiques et sociologiques et dans les deuxième et troisième siècle de l'Hégire, soulevaient contre le gouvernement Abbasside et se fondaient des gouvernements dans différentes parties des pays islamiques.

Dans certaines zones comme le Maroc, as-Sâdât al-Hasanî sont connus sous le nom d’ash-Shurafâ’[53].

Résidence à Koufa

Pendant les quatre années et neuf mois du califat de l'Imam Ali (a) à Koufa, l'Imam al-Mujtabâ (a) était présent à toutes les étapes aux côtés de son père[54].

Selon le livre al-Ikhtisâs, l'Imam al-Hasan (a) après l'allégeance des gens avec l'Imam Ali (a), à la demand de son père, alla sur le minbar et fit le sermon pour les gens[55].

D'après le rapport du livre de Waq'at as-Siffîn, aux premiers jours de l'arrivée de l'Imam Ali (a) à Koufa, l'Imam al-Hasan (a) l'accompagna[56].

Dans la bataille de Jamal

Cheikh al-Mufîd a dit :

l'Imam Ali (a) envoya son fils, al-Hasan (a), accompagné de 'Ammâr b. Yâsir et de Qays b. Sa'd à Koufa. L'Imam al-Hasan (a) effectua un discours dans la mosquée de Koufa sur le statut de l'Imam Ali (a) et sur la perfidie de Talha et d’az-Zubayr et réussissa de mobiliser une dizaine de millier d'homme contre les Nâkithûn[57].

Dans la bataille de Jamal (bataille du Chameau), quand Abd Allah b. az-Zubayr a accusé l'Imam Ali (a) d'avoir tué Uthman bin Affan, l'Imam al-Hasan (a) effectua un discour et expliqua le rôle de Talha et az-Zubayr dans l'assassinat de Uthman[58].

L'Imam al-Mujtabâ (a) était le commandant de l'aile droite de l'armée dans cette guerre[59].

Ibn Shahr Âshûb a rapporté que l’Imam Ali (a), dans cette guerre, a donné sa lance à Muhammad b. al-Hanafiyya et lui a demandé d’attaquer le chameau de Aïcha, mais il n'a pas réussi, ensuit al-Hasan b. Ali (a) a pris la lance et a blessé le chameau[60].

Il est rapporté qu'après la bataille de Jamal, l’Imam Ali (a) est tombé malade et a confié à son fils, al-Hasan, une prière du vendredi avec les habitants de Bassora. Dans le sermon, il a souligné la position des Ahl al-Bayt (a)[61].

Sa place auprès du Prophète

Barâ' b. 'Azib dit :

J'ai vu un jour le Prophète (s) qui avait mis Hasan b. Ali sur ses épaules et disait :
«Ô Dieu! Je l'aime, aime le toi aussi!» [62].

Il est rapporté dans un autre hadith :

Le Prophète (s) avait mis al-Hasan et al-Husayn sur ses genoux et disait :
«Ce sont mes fils et les fils de ma fille. Ô Dieu! Je les aime, aime les donc, et aime celui qui les aime»[63].

Le Prophète (s) dit dans un autre hadith à propos de l'Imam al-Hasan (a) et de l'Imam al-Husayn (a) :

«Hasan et Husayn sont les seigneurs des jeunes du Paradis»[64].

Ces deux enfants qui sont les miens sont mes deux fleurs parfumées dans ce monde [65]. Hasan et Husayn [66](ou ces deux enfants qui sont les miens [67]) sont Imam, qu'ils se révoltent ou qu'ils se compromettent ; il a dit aussi

«Si la sagesse se manifestait dans un homme, c'est homme serait Hasan!»[68].

Pendant la guerre de Siffîn

Article connexe : La bataille de Siffîn.

Lors de la bataille de Siffîn, quand l'Imam Ali (a) remarqua les attaques de Hasan (a), ordonna son retour afin de préserver la vie de celui-ci et celle de son frère Husayn (a). L'Imam Ali (a) dit :

Arrêtez mes fils de se battre, puisque j'ai peur pour leurs vies, et j'ai peur pour la suite de la descendance du Prophète (s).

Pendant cette guerre, lorsque Muawiya remarqua la manière de combattre de l'Imam al-Hasan (a), essaya de le renvoyer en lui donnant des promesses. Il envoya alors 'Ubayd Allah b. Umar, le fils cadet du deuxième calife pour lui donner la promesse de califat et le faire sortir du champ de bataille. 'Ubayd Allah b. Umar s'approcha de l'Imam al-Hasan (a) sur le champ et lui dit :

J'ai une chose a faire avec toi.

L'Imam al-Hasan (a) s'arrêta, s'approcha de lui. 'Ubayd-Allah lui transmit le message. L'Imam répondit avec amertume :

C'est comme si je te voyais mourir aujourd'hui ou demain, cependant le satin arrive à te tenter et te montrer cette affaire comme beau, jusqu'au jour où les femmes de Châm pleurent sur ton corps. Bientôt Dieu te fera tomber par terre, et ton visage au sol.

'Ubayd Allah retourna aussitôt chez Muawiya. Ce dernier en voyant l'état de 'Ubayd Allah, eut toute seule sa réponse et dit :

"effectivement! il le fils-même de son père".

Précisons que la 31ème lettre de Nahj al-Balâgha et le célèbre testament morale de l'Imam Ali (a) adressée à son fils Hasan, écrite lors du retour de Siffîn dans un lieu nommé Hâdirîn.

Son Imamat

L'Imamat a été transmis à l'Imam Hasan (a), la nuit du 21 Ramadan de la quarantième année de l'hégire suite à la mort en martyre de son père, l'Imam Ali (a). Un groupe des gens de Koufa ont fait aussi l'allégeance avec lui, et il a nommé certaines personnes comme responsables et gestionnaires des affaires différentes y compris 'Abd Allah b. 'Abbâs qui a été désigné comme gouverneur de Bassora[69].

La guerre contre Muawiya

Lors que Muawiya apprit la mort de l'Imam Ali (a), et sut que les gens ont fait l'allégeance avec son fils, Hasan, il envoya deux hommes à Koufa et à Bassora afin de lui cueillir des informations et également déstabiliser les gens et influencer leur opinion contre l'Imam al-Hasan (a). Cependant les deux hommes ont été arrêtés et sanctionnés sous l'ordre de l'Imam al-Hasan (a).

Il existe de nombreuses correspondances entre l'Imam al-Hasan (a) et Muawiya à travers lesquelles l'Imam al-Hasan (a) prouve son droit à califat[70].

Muawiya mobilisa son armée et demanda, par correspondance, à ses agents de l'aider dans la guerre contre l'Irak. Il devança vers l'Irak en étant lui-même commandeur des troupes, et mit Zahhâk b. Qays Fahri comme son remplaçant à la capitale. Il est rapporté que dans cette expédition 60 000 soldats (voire plus) l'accompagnaient.

L'Imam al-Hasan (a) de son côté envoya Hujr b. 'Adî auprès des émirats d'alentour pour les inviter au Jihâd à son côté. Les invités au Jihâd se sont montrés d'abord fragiles et instables, mais ont accepté finalement d'y participer.

L'Imam al-Hasan (a) envoya Qays à Châm et parti lui-même à Madâ'in. Cependant chaque jour un nouvel évènement déstabilisait le camps. Un jour on a diffusé la nouvelle de l'assassinat de Qays. Cette nouvelle déclencha une révolte dans l'armée. Les gens ont attaqué la tente de L'Imam al-Hasan (a), ont volé toutes ses affaires et ont même blessé lui-même.

L'Imam al-Hasan (a), en voyant ces révoltes et insolences de la part des gens de son propre camp, considéra la résistance comme inutile. Cela lui fut claire que dans le cas de résistance et de bataille, son armée ne le poursuivrait pas et se sauverait avant même le passage à Madâ'in. I appéta alors finalement le contrat de paix avec Muawiya[71].

La paix avec Muawiya

Balâdhurî écrit :

Muawiya envoya une lettre blanche scellée à l'Imam al-Hasan (a) et lui demanda d'écrire dessous ce qu'il voudrait.

L'Imam écrit ainsi :

C'est le traité de paix entre Hasan b. Ali (a) et Muawiya b. Abi Suffyan. Il (l'Imam al-Hasan (a)) accepte de faire la paix avec lui et lui confier le Wilâyat de Musulman sous les conditions suivantes :
  1. Que Muawiya travaille selon le Livre de Dieu, la Sunna du Prophète (s) et le Sîrat des califes.
  2. Qu'il ne choisisse pas de remplaçant pour lui, et que les affaires des musulmans soient confiées, après lui, à une réunion (Shawrâ) des musulmans.
  3. Que le peuple, leurs vies, leurs biens et leurs enfants soient en sécurité, où qu'ils soient.
  4. Que Muawiya ne fasse ni de complot, ni de conflit contre Husayn, et ne menace pas non plus les compagnons de ce dernier.

Les témoins de ce contrat sont 'Abd Allah b. Hârith et 'Amr b. Salama[72].

Ce contrat de paix a été signé en 41ème année de l'hégire. Cependant Muawiya n'est pas resté fidèle à ses promesses, et à transgresser les conditions des ses premiers discours à Koufa à l'occasion de la rencontre entre les deux armées. Il présenta l'Imam al-Hasan (a) comme demandeur de la paix, et insulta même l'Imam Ali (a).

En réaction à ce fait, Husayn (a) décida de réagir, mais l'Imam al-Hasan (a) l'a retenu, et fit un discours lui-même à travers lequel il expliqua les faits, la proposition de Muawiya et le contenu du contrat. Ensuite afin de répondre à la profanation de son père, l'Imam Ali (a), et lui rendre l'honneur, il fit un discours très éloquent dans lequel il aborda une comparaison entre la lignée et les ascendants de son père et ceux de Muawiya ; ce qui fut très lourd à assumer pour ce dernier[73].

Depuis la paix jusqu'à son martyre

L'Imam al-Hasan (a) parti à Médine suite à cette paix, et y continua à monter sa marja'îyat (sa notoriété) scientifique, religieuse, et politique. Il continua également à se débattre oralement contre Muawiya à Médine ainsi qu'a Damas.

Tabirsî fait un rapport de ces discours dans son livre al-Ihtijâj[74].

Références

  1. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 5, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  2. Ibn 'Abd al-Birr, Yûsuf b. Abd Allah, al-Istî'âb fî Ma'rifat al-Ashâb, vol 1, p 383, chercheur Ali Muhammad al-Bajâwî, Beurouth, Dâr al-Jayl, 1412 H
  3. Ibn Hanbal, Ahmad, Musnad al-Imam Ibn Hanbal, vol 1, p 98-118, Beyrouth, Dâr Sâdir,
  4. Ibn Shahrashûb, al-Manâqib, vol 3, p 397, Qom, 'Allâma, 1379 HS ; Ibn Sa'd at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 10, p 244, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-'Ilmîyya, 1418 H
  5. Ibn Mandûr, Lisân al-'Arabe, vol 4, p 393, 1414 H
  6. Ibn 'Asâkir, Târîkh Madîna ad-Damishq, vol 13, p 171, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1415 H
  7. Ibn Sa'd at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 6, p 357, Beyrouth, Ihsân Abbâs, 1968-1977 C
  8. Ibn Shahrashûb, al-Manâqib, vol 4, p 29, Qom, 'Allâma, 1379 HS
  9. Ibn Shahrashûb, al-Manâqib, vol 4, p 29, Qom, 'Allâma, 1379 HS
  10. Ibn Sabbâgh al-Mâlikî, al-Fusûl al-Muhimma, vol 2, p 759, Qom, Dâr al-Hadîth, 1422 H
  11. Qundûdhî, Sulaymân b. Ibrâhîm, Yanâbî' al-Mawdda, vol 3, p 148, Qom, Usva, edition 2, 1422 H
  12. Ibn Athîr, Usd al-Ghâba, vol 1, p 490, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1409 H
  13. Rayshahrî, Muhammad, Dânishnâmeh Imam Husayn, vol 1, p 474-477, Qom, Dâr al-Hadîth, 1430 H
  14. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 15, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  15. Cheikh al-Kulaynî, Muhammad b. Ya'qûb, al-Kâfî, p 297-300, Téhéran, Islâmîyya, edition 2, 1362 HS
  16. Cheikh al-Kulaynî, Muhammad b. Ya'qûb, al-Kâfî, vol 1, p 298, Téhéran, Islâmîyya, edition 2, 1362 HS
  17. Cheikh al-Kulaynî, Muhammad b. Ya'qûb, al-Kâfî, vol 1, p 298, Téhéran, Islâmîyya, edition 2, 1362 HS
  18. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 7, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  19. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 30, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  20. Cheikh as-Sadûq, Kamâl ad-Dîn Wa Tamâm an-Ni'ma, vol 1, p 253, Téhréran, Islâmîyya, edition 2, 1395 H
  21. At-Tabrisî, FAdl b. Hasan, I'lâm al-Warâ bi A'lâm al-Hudâ, vol 1, p 407, Qom Âl al-Bayt, 1417 H
  22. Cheikh al-Kulaynî, Muhammad b. Ya'qûb, al-Kâfî, vol 1, p 461, Beyrouth, Ali AKbar Ghaffârî, 1401 H
  23. Cheikh at-Tûsî, Muhammad b. Hasan, Tahdhîb al-Ahkâm, vol 6, p 39, Téhéran, Hasan Mûsawî Khurâsân, 1390 HS,
  24. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 5, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  25. Ibn Hanbal, Ahmad, Musnad al-Imam Ibn Hanbal, vol 6, p 391, Beyrouth, Dâr Sâdir,
  26. Nasâ'î, Ahmad b. Ali, Sunan Nasâ'î, Chercheur Jalâl ad-Dîn as-Suyûtî, vol 4, p 166, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-'Ilmîyya
  27. Ibn 'Asâkir, Târîkh Madîna ad-Damishq, vol 13, p 170, Beyrouth, Dâr al-Fikr, 1415 H
  28. Hâkim NAyshâbûrî, al-Mustadrak 'Ala as-Sahîhayn, vol 3, p 165, chercheur Yûsuf abd ar-Rahmân al-Mar'ashî, Beyrouth, 1406 H
  29. Ibn Sa'd at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 1, p 239-244, Beyrouth, Ihsân Abbâs, 1968-1977 C
  30. Sharîf Qarashî, Bâqir, Hayât al-Imam al-Hasan, vol 1, p 52-53, Beyrouh, Dâr al-Balâgha, 1413 H
  31. Mahdavî Dâmghânî, Mahmûd, Hasan b. Ali Imam, Dânishnâmi Jahân Islâm, vol 13, p 304, Téhéran, Bunyâd Dâ'irat al-Ma'ârif Islâmî, 1388 HS
  32. Ibn Sa'd at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 6, p 369, Beyrouth, Ihsân Abbâs, 1968-1977 C
  33. Ibn Hanbal, Ahmad, Musnad al-Imam Ibn Hanbal, vol 1, p 354, Beyrouth, Dâr Sâdir ; Tirmidî, Muhammad b. 'Isâ, Sunan at-Tirmidî, vol 5; p 322-323, Beyrouth, Abd al-Wahhâb Adb al-Latîf, 1403 H
  34. Ibn Sa'd at-Tabaqât al-Kubrâ, vol 6, p 406-407, Beyrouth, Ihsân Abbâs, 1968-1977 C
  35. 'Âmilî, Ja'far Murtadâ, as-Sahîh min Sîrat an-Nabî al-A'zam, vol 21, p 116, Qom, Dâr al-Hadîth, 1426 H
  36. Ibn Hanbal, Ahmad, Musnad al-Imam Ibn Hanbal, vol 1, p 331, Beyrouth, Dâr Sâdir ; Zamakhsharî, Mahmûd, al-Kashshâf 'An Haqâ'iq Ghawâmid at-Tanzîl, sous le verset 61 de la sourate Âl 'Imrân, Qom, Nash al-Balâgha, edition 2, 1415 H
  37. Ibn Shahrashûb, al-Manâqib, vol 4, p 7, Qom, 'Allâma, 1379 HS
  38. Sulaym b. Qays, Kitâb Sulaym b. Qays al-Hilâlî, p 665 et 918, Qom, Hâdî, 1405 H
  39. Ibn Qutayba, al-Imama wa as-Sîyâsa, vol 1, p 42, chercheur Ali Shîrî, Beyrouth, Dâr al-Awdâ', 1410 H
  40. Ibn Khaldûn, al-'Ibar, vol 2, p 573-574,
  41. At-Tabarî, Muhammad b. Jarîr, Târîkh Tabarî, vol 4, p 269, Beyrouth, Dâr at-Turâth, edition 2, 1387 H
  42. 'Âmilî, Ja'far Murtadâ, al-Hayât as-Sîyâsîya li Imam al-Hasan, p 158, Beyrouth, Dâr as-Sîra
  43. .http://www.iranicaonline.org/articles/hasan-b-ali
  44. Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 5, p 558-559, Bayrouth, Dar al-Ta'âruf, 1397 H
  45. Qâdî Nu'mân al-Maghribî, al-Manâqib wa al-Mathâlib, p 251, Beyrouth, A'lamî, 1423 H
  46. Ad-Dayyâr al-Bakrî, Husayn, Târîkh al-Khamîs fî Ahwâl Anfus an-Nafîs, vol 2, p 262, Beyrouth, Dâr as-Sâdir
  47. Shushtarî, Qâdî Nûr Allah, Risâlat fî Tawârîkh an-Nabî wa al-Âl, p 71-72,
  48. Wâridî, Sayyid Taqî, Majmû'i Maqâlât Hamâyishi sibt an-Nabî, vol 3, p 425-426 ; Ibn 'Uday al-Kâmil fi ad-Du'afâ, vol 5, p 213 ; Yâqût Himaw$i, Mu'jam al-Udabâ, vol 16, p 137
  49. Cheikh al-Mifîd, Muhammad b. Nu'mân, al-Irshâd fî Ma'rifat Hujaj Allah 'Ala al-'Ibâd, vol 2, p 20, Qom, Kongré Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  50. At-Tabrisî, FAdl b. Hasan, I'lâm al-Warâ bi A'lâm al-Hudâ, vol 1, p 416, Qom Âl al-Bayt, 1417 H
  51. Al-Majdî, Fî Ansâb at-Tâlibîyyayn, p 202
  52. Al-Ansâb, vol 4, p 159
  53. Yamânî, Ahmad Zakîî, Mawsû'a Makat al-Mukarrama wa Madînat al-Munawwara, vol 2, p 589, Mawsû'at al- Furqân, 1429 H
  54. Mahdavî Dâmghânî, Mahmûd, Hasan b. Ali Imam, Dânishnâmi Jahân Islâm, vol 13, p 304, Téhéran, Bunyâd Dâ'irat al-Ma'ârif Islâmî, 1388 HS
  55. Cheikh al-Mufîd, al-Ikhtisâs, p 238, Qom, Kungiri cheikh al-Mufîd, 1413 H
  56. Nasr b. Muzâhim, Waq as-Siffin, p 238,
  57. Cheikh al-Mufîd, al-Jamal wa an-Nusrat Li Sayyid al-Itrat fî Harb al-Bassora, p 244 et 261, Qom, Kungiri Cheikh Mufîd, 1413 H
  58. Cheikh al-Mufîd, al-Jamal wa an-Nusrat Li Sayyid al-Itrat fî Harb al-Bassora, p 327, Qom, Kungiri Cheikh Mufîd, 1413 H
  59. Cheikh al-Mufîd, al-Jamal wa an-Nusrat Li Sayyid al-Itrat fî Harb al-Bassora, p 348, Qom, Kungiri Cheikh Mufîd, 1413 H
  60. Ibn Shahrashûb, al-Manâqib, vol 4, p 21, Qom, 'Allâma, 1379 HS
  61. Mas'ûdî, Ali b. Husayn, al-Murawwij adh-Dhahab wa Ma'âdin al-Jawhar, vol 2, p 431, chercheur Ahmad Dâghir, Qom, Dâr al-Hijra, edition 2, 1409 H
  62. Bukhârî, Sahih, vol.2, p. 432; J. Syûtî, Târikh al-Khulafâ', Tahqiq: Lijana min al-adbâ', Mecque, p.206
  63. J. Sîûtî, Târîkh al-Khulafâ', Tahqîq: Lujna min al-Udabâ', Mecque, p.207
  64. Saduq, Al-Amâlî, p. 333; J. Sîûtî, Târikh al-Khulafâ', Tahqîq: Lujna min al-Udabâ', Mecque, p.207
  65. Majlisî, Bahâr, vol.37, p.73; J. Sîûtî, Târikh al-Khulafâ', Tahqîq: Lujna min al-ûdabâ', Mecque, p.207
  66. Al-Mufid, vol.2, p.27
  67. Juwaynî, Farâ'id al-Samtayn, vol.2, p.68
  68. Sadûq, 'Ilal ash-Sharayi', vol. 1, p.211
  69. Al-Mufîd, p. 350
  70. Al-Mufîd, p. 350
  71. Sahîdi, p. 160
  72. Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, Bayrouth, Dar al-Ta'âruf, 1397 H.L. vol. 3, pp. 41-42
  73. Khalîfa b. Khayyât, Târîkh, Damas-Beyrouth, 1397 H.L. p. 302
  74. Tabarsî, al-Ihtijâj, Vol. 2, pp. 45-65