Cheikh at-Tûsî

De Wiki Shia
(Redirigé depuis Al-Chaykh Al-Toussi)
Aller à : navigation, rechercher
Cheikh at-Tûsî
Description de cette image, également commentée ci-après

La tombe de Cheikh at-Tûsî

Nom de naissance Muhammad b. Hasan b. Ali b. Hasan
Alias
  • Cheikh at-Tûsî
  • Cheikh At-Tâ’ifa
Naissance 385/995
Khorasan, Iran
Décès 460/1067
à Nadjaf, Irak
Sépulture Nadjaf
Nationalité Iran
Pays de résidence Irak
Religion Islam, Chiisme
Profession
Érudit dans le hadith et ar-Rijâl, Théologien, Jurisconsulte
Activité principale
Le chef religieux des chiites
Auteur
Langue d’écriture Arabe
Genres
Hadith, Théologie, Jurisprudence

Professeurs

Élèves

Œuvres principales

Muhammad b. Hasan b. Ali b. Hasan (en arabe : محمد بن حسن بن علي بن حسن) (N 385/995, M 460/1067), connu sous le nom de Cheikh at-Tûsî (en arabe : الشيخ الطوسي) et Cheikh At-Tâ’ifa (en arabe : شيخ الطائفة) (le chef du peuple, le chef des chiites), fut l'un des plus grands des jurisconsultes chiites et l'un des narrateurs de hadiths.

Il fut l’auteur de deux livres très connus « At-Tahdhîb » et « Al-Istibsâr » qui font partie de quatre livres (principaux) de hadiths chiites.

A l’âge de 23 ans, il est venu de Khorasan (Iran) jusqu’en Irak et a étudié chez Cheikh Al-Mufîd, Sayyid Al-Murtadâ et les autres savants.

Le calife abbasside l’a considéré comme le premier théologien de Bagdad. Lorsque la bibliothèque Shapour a été brûlée, Cheikh at-Tûsî est parti à Nadjaf et y a construit une Hawza (université religieuse chiite).

Après le décès de Sayyid Al-Murtadâ, Cheikh at-Tûsî est devenu le chef religieux et spirituel des chiites.

Les jurisconsultes chiites estiment beaucoup ses opinions et ses ouvrages juridiques comme : an-Nihâya, Al-Khîlaf et Al-Mabsût. At-Tibyân est son livre très important concernant l’exégèse du Coran. Il était également expert dans plusieurs domaines comme : Ar-Rîjal (l’évaluation biographique), la théologie et les principes de la jurisprudence.

Ses ouvrages sont considérés comme les références des études chiites. Il a commencé à développer la déduction des préceptes islamiques selon une méthode chiite. Son élève très connu était Abu As-Salâh Al-Halabî.

Sa biographie

Cheikh at-Tûsî est né quatre ans après le décès de Cheikh as-Sadûq, durant mois de Ramadan 385 H/995 à Khorasan.[1] Il est surnommé Abû Ja’far et en considérant Cheikh as-Sadûq et Al-Kulaynî qui étaient également surnommés Abû Ja’far, on dit à Cheikh at-Tûsî, Abû Ja’far Al-Thâlith (le troisième Abû Ja’far).

A l’âge de 23 ans, en l’an 408 H/1017, il est parti en Irak. Il a étudié pendant cinq ans chez Cheikh al-Mufîd, trois ans chez Ibn Ghadâ’irî, et quelque temps chez Ibn Hashir Al-Bazzâz, Ibn Abî Jayd , Ibn As-Salt et Sayyid al-Murtadâ.[2]

Le calife Abbasside, Al-Qâ’im bi Amr Allah, l’a considéré comme le premier théologien de Bagdad. Parmi ses élèves, il y avait 300 savants. Il était dans cet état jusqu’à ce que les turcs seldhoukides s’emparèrent de Bagdad. Et en l’an 447 H/1055, Tugrul entra à Bagdad et brûla la bibliothèque Shapour. Après un an, les chiites et les sunnites se mirent à se battre. Ibn Al-Jawzî a raconté :

« Cheikh at-Tûsî s’est enfui à Nadjaf. On s’empara de sa maison à Bagdad ».[3]


Cheikh at-Tûsî est resté à Nadjaf pendant douze dernières années de sa vie.[4]

Sa famille

Cheikh at-Tûsî avait un fils qui s’appelait Hasan. Après le décès de son père, Hasan resta à Nadjaf et devint le chef religieux (Marja’) des chiites. Après le décès de Hasan, fils de Cheikh at-Tûsî, le petit-fils de Cheikh at-Tûsî, Muhammad devint également le chef des chiites.[5]

Son décès

Il vécut 12 ans à Nadjaf. Le 22 Muharram 460 H/1067, il est décédé. Ses élèves, Hasan b. Mahdi Saliqi, Hasan b. 'Abd Al-Wâhid ‘Ayn Zirbî et Abu al-Hasan lu’lu’î lui ont fait ses grands ablutions de la mort (Ghusul Al-Mayyît) et l’ont enterré chez lui.[6]

Selon le testament de Cheikh, sa maison est devenue une mosquée et est maintenant l’endroit des études religieuses. Cette mosquée, connue sous le nom de Jâmi’ Cheikh at-Tûsî, est une des mosquées les plus célèbres à Nadjaf.[7]

Son rang scientifique

Cheikh at-Tûsî a de haut rang parmi les jurisconsultes chiites. Il a fondé la méthode de déduction absolue dans la jurisprudence. Dans la jurisprudence chiite, quand on dit : « Cheikh », ça veut dire : « Cheikh at-Tûsî ». Il est également l’auteur de deux livres très importants chiites, Al-Istibsâr et At-Tahdhîb.[8]

Après lui, personne n’osait infirmer ses opinions si bien que Ibn Idrîs (M 597 H/1200) commença à les critiquer. Dans les Hawza chiites, on enseignait le livre n-Nîhâya de Cheikh at-Tûsî. Lorsque Muhaqqiq Al-Hillî a écrit le livre « Ash-Sharâyi' », les étudiants chiites l’apprenaient avant les livres de Cheikh at-Tûsî.

Les livres de Cheikh at-Tûsî contiennent tous les chapitres juridiques. Il avait accès à plusieurs sources qui ont été brûlées dans la bibliothèque Shapour. De ce fait, ses ouvrages devinrent des références des chercheurs suivants.[9]

Ses professeurs

Les professeurs dont il a souvent rapporté les hadiths sont les suivants:[10]

  1. Cheikh Ahmad b. Muhammad b. Mûsâ, connu sous le nom d'Ibn Salt al-Ahwâzî, M 408 H/1017.
  2. Cheikh Abu al-Husayn Ali b. Ahmad b. Muhammad b. Abi Jayd, M 408 H/1017.
  3. Cheikh Abû Abd Allah Husayn b. 'Ubayd Allah b. Ghada’irî, M 411 H/1020.
  4. Abû Abd Allah Muhammad b. Muhammad b. Nu’mân, connu sous le nom de Cheikh al-Mufîd, M 413 H/1022.
  5. Cheikh Abû Abd Allah Ahmad b. Abd Al-Wâhid b. Ahmad Bazzâz, connu sous le nom de Ibn Hâshir et Ibn ''Abdûn, M 423 H/1031.

Ses élèves

Il avait plus de 300 élèves chiites et sunnites de haut degré scientifique. Voici les noms de certains d’entre eux:[11]

  • Abu As-Salâh Al-Halabî
  • Son fils, Hasan
  • Muhammad b. Ali Karajakî
  • Maksûr b. Husayn Âbî
  • Âdam b. Yûnus b. Abî Muhâjir Nasîfî
  • Abû Bakr Ahmad b. Husayn b. Ahmad Khuzâ’î Nayshabûrî
  • Abû Talib Is'hâq b. Muhammad b. Hasan b. Husayn b. Muhammad b. Ali b. Husayn b. Babiwayh al-Qummî
  • Shams Al-Islâm Hasan b. Husayn b. Babiwayh al-Qummî, connu sous le nom de Haskâ
  • Wâ’iz Al-Jurjânî
  • Sa’d Ad-Dîn Ibn Barrâj
  • Abu al-Hasan Sulaymân b. Hasan b. Salmân Sahrashtî
  • Shahr Âshûb Surûrî Mâzandarânî
  • 'Abd Al-Jabbâr b. 'Abd Allah b. Ali Al-Muqru' connu sous le nom de Mufid
  • Khuzâ’î An-Nayshabûrî
  • Jamâl Ad-Dîn Muhammad b. Abi Al-Qâsim Tabarî Al-Âmulî
  • Muhammad b. Hasan b. Ali Fattal, l’auteur du livre Rawdat Al-Wâ’izîn
  • Abu As-Salt Muhammad b. 'Abd Al-Qâdir b. Muhammad
  • Muhammad b. Ali b. Hasan Halabî
  • Abû 'Abd Allah Muhammad b. Hibat Allah At-Tirâblusî
  • Sayyid Murtadâ Husaynî Ad-Dîbâjî

Ses ouvrages

Cheikh at-Tûsî a plusieurs ouvrages dans les différents domaines comme : la jurisprudence, la théologie, l’exégèse du Coran et Al-Rijâl (l’évaluation biographique). Malheureusement, on n’a plus accès à certains de ses ouvrages. Vous lisez ci-dessous les noms de certains de ses livres :[12]

Statut scientifique

Cheikh at-Tûsî fut parmi les leaders d’intellectualisme à Bagdad et a suivi la méthode de ses professeurs, Sayyid al-Murtadâ et Cheikh al-Mufîd.

At-Tusi a écrit des livres dans dans différents domaines religieux. Puisqu’il avait influence dans la société chiite et avait de nombreux élevés, il pouvait avoir une influence durable sur les érudits chiites.

Grâce aux efforts de Cheikh at-Tûsî, l'ijtihâd et intellectualisme dans le fiqh et les croyances chiites ont prévalu parmi les Chiites et a mis fin à la domination de plusieurs siècles d'Akhbarisme.

Fondation de Hawza à Nadjaf

Article connexe : Hawza de Nadjaf.

Après l'attaque des Turcs Seldjoukides à Bagdad et les événements suivants comme l'incendie de la bibliothèque de Shapour et le conflit entre Chiites et Sunnites à Bagdad, Cheikh émigra à Nadjaf et commença son activité scientifique dans cette ville et fondait le Hawza de Nadjaf.

Cheikh at-Tûsî pourrait mettre de l'ordre dans une situation d'éducation désordonnée à Nadjaf et organiser des cercles des études. Peu de gens qui avaient accompagné Cheikh à Nadjaf ou avaient entendu sa renommée, le rejoignirent et bientôt Nadjaf devint le centre scientifique des chiites. Cependant, certains croient que des cercles des études ont été formés avant que Cheikh ne se rende à Nadjaf et son rôle était d'apporter l'ordre et la stabilité au Hawza de Nadjaf.

Rôle de Cheikh at-Tûsî dans la perfection du Fiqh chiite

L'introduction d'une méthode intellectuelle et discursive pour comprendre les déductions du fiqh est généralement considérée comme la réussite la plus importante de Cheikh at-Tûsî dans l'histoire du fiqh chiite.

Avant Cheikh at-Tûsî, la méthode prédominante dans le fiqh était référer aux hadiths. Cheikh at-Tûsî dans son livre al-Mabsût, a bénéficié de la méthode d’Ijtihâd pour comprendre les déductions des législations aux hadiths basés sur le Usûl al-Fiqh.

La méthode de Cheikh at-Tûsî a eu une grande influence sur le cours historique du fiqh chiite qui était sans égal parmi les fuqahâ (les juristes) chiites, pendant des siècles plus tard[13].

Après Cheikh at-Tûsî, même ses opinions juridiques ont été acceptées par les érudits et personne n'a osé s'opposer à ses opinions jusqu'à ce qu'Ibn Idrîs ait ouvert la critique contre lui[14].

Résoudre les contradictions apparentes entre les hadiths reçus des Imams (a) était parmi les principales préoccupations de Cheikh at-Tûsî. Il a écrit le livre Tahdhîb al-Ahkâm et al-Istibsâr et a recueilli des hadiths contradictoires et interprété et expliqué ces contradictions et a proposé une méthode pour les résoudre et comprendre les déductions de législations aux hadiths.

L’une des caractéristiques de la pensée jurisprudentielle de Cheikh at-Tûsî fut l’observation du fiqh comparatif. Il a écrit le livre d’al-Khilâf fî al-Ahkâm sur ce sujet.

Innovation dans l’écrit des exégèses sur le Coran

Le livre at-Tibyân fî tafsîr al-Qur'ân de Cheikh at-Tûsî, avait un modèle pour les exégèses du Coran chiites. C'est la première exégèse complète du Coran qui a écrit par un chiite et inclut tous les sourates du Coran.

Cheikh dans at-Tibyân, considérait les opinions d'autres érudits chiites et sunnites, discutait et critiquait des opinions d'autres exégètes, bénéficiait de la littérature arabe pré-islamique, donnait des informations sur les mots du Coran et a mentionné les différences entre les récitations et les questions dans le fiqh, la théologie et la rhétorique dans les versets du Coran.

Avant Cheikh at-Tûsî, les exégèses chiites ne mentionnaient que les hadiths concernant les versets du Coran[15].

La caractéristique la plus importante de la méthode de Cheikh at-Tûsî dans l'exégèse du Coran était son Ijtihâd et son intellectualisme dans l’exégèse du Coran. Cheikh at-Tûsî a apporté des preuves à partir des versets du Coran que le Coran est un texte compréhensible pour l'intellect humain et n'acceptait pas les hadiths qui considéraient se référer aux hadiths comme la seule façon de comprendre le Coran[16].

Voir aussi

Références

  1. Tabaqât A'lâm Ash-Shî'a, Âqâ Buzurg, p 161
  2. Tabaqât A'lâm Al-Shî'a, Âqâ Buzurg, p 161
  3. Tabaqât A'lâm Ash-Shî'a, Agha Bozorg, p 162
  4. Seyri Dar Zéndégi Cheikh Toussi, Dawani, p 20
  5. A'yan Ash-Shî'a, Mohsen Amin, v 9 p 160
  6. Tabaqât A'lâm Ash-Shî'a, Agha Bozorg, p 162
  7. Rahnamayé Mossawar Safar Ziyarati Araq, Alaoui, p 150
  8. Tabaqât A'lâm Ash-Shî'a, Agha Bozorg, p 162
  9. Tabaqât A'lâm Ash-Shî'a, Agha Bozorg, p 162
  10. Nahaya Cheikh at-Tûsî, Muqaddéma Agha Bozorg, p 31-32
  11. An-Nihâya Cheikh at-Tûsî, Muqaddéma Âghâ Buzurg, p 36-39
  12. An-Nihâya Cheikh at-Tûsî, Muqaddéma Âqâ Buzurg, p 17-31
  13. Ridâ Zâdi 'Askarî, Zahrâ, Naqsh Chaikh Tûsî Dar Îjâd Nahdat 'Ilmî, p 242, Magazine Pajhûhish Dînî, no 12, 1384 HS
  14. Tihrânî, Âqâ Buzurg, Tabaqât A'lâm ash-Shî'a, vol 2, p 162, Ismâ'îlîyân, Qom
  15. Ghulâmî, Tâhira, Nigâhî bi Nukhustîn Tafsîr Jâmi' va Kâmil Jahpan Tashayyu', Magazine Mâhi Dîn, no 176, 91 HS
  16. Ghulâmî, Tâhira, Nigâhî bi Nukhustîn Tafsîr Jâmi' va Kâmil Jahpan Tashayyu', Magazine Mâhi Dîn, no 176, 91 HS