Al-Murâja'ât (Livre)

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Al-Murāja'āt (en arabe:المُراجَعات est un livre révélateur sur la vérité du chiisme et l'imamat immédiat de l’Imam Ali (a) juste après le décès du Prophète Mohammad (s). Il contient la correspondance entre Sayyid 'Abd al-Hussayn Sharaf ad-Dîn, un érudit chiite bien connu au Liban et Cheikh Salîm al-Bishrî, un savant sunnite connu en Egypte. Le livre fait plusieurs arguments sur la question de l'imamat de l’Imam Ali (a) afin d’examiner profondément tous les doutes exprimés par les savants sunnites. Ces arguments sont basés sur le Coran et les hadiths acceptés par les sunnites. Plus important encore, la fiabilité de ses sources, les références ainsi que son style d'écriture inspirant sont les raisons pour lesquelles, ce livre a reçu une large acceptation.

Deux érudits

L'auteur du livre, Sayyid 'Abd al-Husayn Sharaf ad-Dîn al-Musawî al-'Amilî (né 1290 H (1832 C) - d. 1377 H (1916 C)) était un Mujtahid chiite libanais et un partisan de l'idée de la proximité des sectes islamiques (en particulier le chiisme et le sunnisme) ; il a fait des efforts remarquables pour unifier les deux écoles et résoudre les tensions entre elles. Il était le chef du mouvement libanais de l'indépendance. Cheikh Salîm al-Bishrî al-Mâlikî, un érudit sunnite, était le chef d'al-Azhar en Egypte pour deux mandats. Au cours de son voyage en Egypte, en 1329 H (1911 C), Sharaf ad-Dîn a rencontré al-Bishrî. Lors de cette rencontre, un débat s'est déroulé entre eux sur les croyances sunnite et chiite ; un débat qui a continué dans les 112 lettres échangées entre eux. Ils ont décidé de publier leur correspondance, mais Sharaf ad-Dîn l'a reporté à cause de ses luttes politiques et sociales.

En 1338 H (1919 C), les occupants français ont attaqué sa maison et sa bibliothèque personnelle et ont brûlé certains de ses écrits. Heureusement, les lettres, plus tard appelées Al-Murâja’ât, n'étaient pas endommagées. Sharaf ad-Dîn a compilé cette correspondance sous la forme d'un livre et les a publiées.

Dans la préface du livre, Sharaf ad-Dîn dit que ce livre contient toute la correspondance entre lui et al-Bishirî. Le livre a d'abord été publié en 1355 H (1936 C) à Sayda, au Liban.[1]

Caractéristiques

Un grand avantage de la forme écrite des débats du livre est que les deux parties ont trouvé l'occasion de fournir les meilleures réponses possibles qu'elles pourraient donner. Le livre est rédigé sans aucun manque de respect et dans des conditions équitables. En s'appuyant sur des sources fiables, ce livre fournit un rapport bien argumenté des croyances chiites et garde en même temps un ton persuasif. Le livre est également appelé al-Munâzarât al-Azharîyya wa al-Mubâhathât al-Misrîyya (Débats à al-Azhar et discussions en Egypte).[2]

Contenu

Les chiites croient que le Prophète Muhammad (s) a annoncé à plusieurs reprises Ali b. Abi Tâlib (a) en tant que son successeur immédiat, mais les musulmans sunnites croient que le Prophète (s) est décédé sans avoir choisi un successeur. Dans ce livre, Sharaf ad-Dîn a fait appel au Coran et aux hadiths valables dans les sources sunnites afin de prouver les croyances chiites et de répondre à leurs dissensions. Le livre se compose de deux parties :

Première partie

Dans la première partie du livre est passé en revue sur l'Imamat et la secte, en 16 lettres. Cette partie contient les sujets suivants :

  • La raison pour laquelle les chiites n'ont pas suivi les quatre écoles de fiqh (jurisprudence sunnite) et ont suivi l'école des Ahl al-Bayt (a).
  • Exprimer pourquoi les opinions des savants sunnites n'ont aucune priorité sur ceux de chiisme.
  • Des suggestions pour résoudre les disputes entre les sunnites et les chiites.
  • Ce qu’on entend par "Ahl al-Bayt (a)" dans le Coran et les hadiths.
  • L'invocation de douze savants sunnites aux narrateurs chiites des hadiths dans al-Kutub as-Sitta (les sources les plus importantes des hadiths sunnites).
  • La présentation de centaine de narrateurs chiites de hadiths considérés en tant que les narrateurs fiables par les savants sunnites.
  • La confession d'Al-Bishrî à propos de ce fait qu’il suffit de suivre l'école des Ahl al-Bayt (a) parallèlement aux écoles sunnites.

Deuxième partie

Les questions de l'imamat et la succession du Prophète (s) sont examinées sous forme de longs débats et en 93 lettres.

  • Les hadiths montrant la supériorité de l’Imam Ali (a) sur les autres.
  • Quarante hadiths dans les sources chiites et la raison pour laquelle les sunnites ne les ont pas cités.
  • Ali (a) entant que l'héritier et le "Wasî" (successeur) du Prophète (s).
  • La Manque de consensus sur la succession de personnes autres que Ali (a).
  • La raison pour laquelle l’Imam Ali (a) n'a pas insisté après un certain temps à poursuivre son droit de califat.
  • Le défiance de certains de Sahâba à l’égard de l’armée d'Usâmat b. Zayd et que le Prophète (s) les ont maudits.
  • Une réponse à cette objection qu’il est impossible que les Sahâba aient désobéit à l'ordre du Prophète (s) selon laquelle Ali (a) devait être son successeur, afin d’arriver à cette conclusion qu’il n'y avait donc pas de tel ordre.
  • La supériorité des chiites dans la compilation des sciences.

Valeur

Le livre s’assimile à des œuvres précieuses, telles que ''Abaqât al-Anwâr'' par Mîr Hamîd Husayn al-Hîndî,, ''Ihqâq al-Haqq'' par Qadî Nûr Allah ash-Shûshtarî et ''al-Ghadîr'' par ‘Allâma Amînî, qui sont dévoués à défendre à argumenter la vérité du chiisme et le califat immédiat de l'Imam Ali (a).

Lorsqu'il a été publié, Al-Murâja’ât a été accueilli par des lecteurs et des savants ; Il a été traduit en différentes langues et a été largement publié. Certains savants sunnites ont attaqué le livre pour défendre leurs points de vue, mais leurs attaques ont été répondues par des savants chiites. Une telle réponse est Tashyîd Al-Murâja’ât wa Tanfîd al-Mukâbbarât'' rédigé par Sayyid Ali al-Husaynî al-Mîlânî.

Traductions et recherches

Traductions en persan

Le livre est à l'origine en arabe, et il y en a plusieurs traductions en persan.

  • Une traduction de Sardâr Kâbulî , publiée sous le titre « Munâzirât-i Shî’a wa Sunnî» (débats chiites et sunnites)
  • Une traduction d'Abu al-fadl Najmâbadî, publiée par éditions Ayatollah Burûjirdî.
  • Une traduction de Muhammad Sadîq Najmî , publiée sous le titre Munâzara 'Ilmî (un débat scientifique).
  • Une autre traduction de Muhammad J’afar Imâmî, publiée sous le titre Rahbarî-yi Imam Ali (a) dar Qur'an wa Sunnat (le leadership de l'Imam Ali (a) dans le Coran et la Tradition).
  • Une traduction et une paraphrase de certains parties choisies du livre (éliminant ses contenus techniques et laissant les plus importants sur le plan public), publiée sous le titre Haqju wa Haqshinâs (Chercheur de la vérité et connaisseur de la vérité). Cette version est annotée par des notes de bas de page de Husayn Radî et elle comprend 72 dialogues.

Autres traductions

Le livre a été traduit et publié par Assemblée mondiale d’Ahl al-Bayt (a) en urdu (1369 SH / 1990 C), en français (1371 SH / 1992), en tadjik (1376 SH / 1997), en turc (1377 SH / 1998), en peul (1385 SH / 2006) et en kurde (1385 SH / 2006).

  • Il y a aussi d'autres traductions du livre:
  • Une traduction en anglais par Yâsîn al-Jiburî i
  • Une traduction en espagnol par Feisal Morhell, publiée sous le titre « Les Referencias »[1]
  • Une traduction en allemand, publiée sous le titre « Die Konsultation »
  • Une traduction en Indonésien, publiée sous le titre « Dialog Sunnah Syi'ah »

Recherches

Husayn Radî a fait une recherche sur al-Murâja'ât: il a identifié toutes les ressources du livre (avec le volume et les numéros de page) ainsi que certaines sources supplémentaires. Cette recherche a été publiée par l’Assemblée mondiale de l’Ahl al-Bayt. Une autre recherche a été faite par Muhammad Jamîl Hamud avec des notes de bas de page et des annotations sur certains contenus du livre. Le centre de recherche de Bureau de propagation islamique à Qom a fait une autre recherche sur le livre qui n'a pas encore été publié.

Références

  1. Sayyed ‘Abdallâh Shâraf ad-Dîn, (le fils de l’auteur) dans une préface courte pour le livre de son père, Baghîyyat ar-Râghibîn, déclare que la première édition d’Al- Murâja’ât était en 1355 H, à Seydâ,
  2. Muwsû’at-il Imam as-Sayyed ‘Abd al-Husayn Sharaf ad-Dîn, vol.7, p 3316