L'Aïd al-Adha

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

L'Aïd al-Adha (en arabe: العید الأضحی) est l'un des plus grandes fêtes (aïd) de l’islam, célébrée le 10 dhou l-hijja. Selon les hadiths, l'origine de cette fête remonte au jour où Dieu a commandé au Prophète Ibrâhïm (a) de sacrifier son fils, Ismâ'ïl (a). D'après ces traditions, Ibrâhïm mit Ismâ'ïl (a) sur un autel et était sur le point d'accomplir l’ordre divin lorsque l'ange Gabriel (Jibrâ'il) descendit avec un bélier et donc Ibrâhïm (a) sacrifia le bélier à la place de son fils. Le rite traditionnel d'offrir un sacrifice à l'occasion de l'Aïd al-Adha dans le désert de Minâ, est une forme de commémoration de cet événement. Les musulmans qui vont au Hajj, effectuent les rituels de Minâ y compris ce rituel de sacrifice.

Dans l'Islam, il y a un fort accent sur la prière de la veille et du jour de l'Aïd al-Adha. En outre, des pratiques comme veiller et passer la nuit à prier, sont spécialement recommandées. Les rituels spéciaux et recommandés du jour de l'Aïd sont: ghusl (la grande ablution du corps), la prière de l'Aïd al-Adha, offrir le sacrifice, visite pieuse (ziyarah) de l'Imam al-Husayn (a), et la récitation de l'invocation de Nudba (Du'â al-Nudba). Comme pour la fête de la fin du mois de Ramadan, l'Aïd al-Fitr, il est interdit de jeûner le jour de l'Aïd al-Adha.

Cette fête constitue normalement un des jours fériés dans le calendrier musulman. Dans la plupart des pays musulmans, le jour de l'Aïd, et parfois les jours suivants de cette fête (jusqu'à une semaine), sont des jours officiellement fériés et des diverses cérémonies publiques sont organisées pour la célébrer.

Histoire du sacrifice

D'après les sources, lors d'une vision, Dieu donne au Prophète Ibrâhïm (a) l'ordre de sacrifier son fils. Afin d'exécuter l’ordre divin, Ibrâhïm va dans le désert de Minâ avec Ismâ'ïl (a). Ce jour devint plus tard l'Aïd al-Adha. Il est dit qu'à Minâ, il arrive d'abord à un premier lieu, (le premier Jamara), où Satan lui apparaît. Ibrâhïm (a) lance alors sept pierres vers lui. Il arrive ensuite à un deuxième et un troisième lieu (le deuxième et le troisième Jamara), où Satan lui apparaît à nouveau et où Ibrâhïm lance à chaque fois sept pierre vers lui. Ainsi, ce triple étape-action où il a vu Satan et où il a lancé des pierres sur lui, (appelés ramy jamara), constituent aujourd'hui l'un des rituels du Hajj.

Au moment du sacrifice, Ibrâhïm (a) a mis le front de son fils sur la terre et a placé un couteau sur sa gorge, mais le couteau n’a pas coupé la gorge d' Ismâ'ïl (a). Après avoir montré -- le père et le fils tous les deux -- leur soumission complète et sincère à la volonté de Dieu, Il accepte leur acte de soumission, et leur envoie un bélier par l'ange Gabriel (Jibraïl), pour qu'il le sacrifie à la place de son fils, Ismâ'ïl (a).[1]

Rituels de la veille de l'Aïd al-Adha

Il a été rapporté par l'Imam al-Sâdiq (a) de ses ancêtres (a):

«L'Imam Ali (a) aimait se laisser du temps libre en quatre nuits de l'année : la première nuit de Rajab, la nuit du 15 Cha'ban, la nuit de l'Aïd al-Fitr et la nuit de l'Aïd al-Adha ».

Il semble que «se laisser du temps libre» dans cette narration signifie d'abandonner d'autres travaux dans le but de prier et rester éveillé toute la nuit. Aussi, la ziyarah de l'Imam al-Hussayn (a) est recommandée durant la nuit et le jour de l'Aïd al-Adha.[2]

Rituels du jour de l'Aïd al-Adha

Le jour de l'Aïd al-Adha est un jour respecté. Certains des rituels et des pratiques recommandées de ce jour sont les suivants:

  • Le ghusl (grande ablution rituelle): selon al-Majlisi, le fait de faire le ghusl pour l'Aïd al-Adha est fortement recommandé (mustahab), au point que certains chercheurs l'ont considéré comme obligatoire (wajib).
  • La prière de l’Aïd: cette prière est obligatoire (wajib) au moment de la présence de l'Imam Infaillible (a); mais selon le point de vue dominant des érudits chiites, pendant la période de l'Occultation de l'Imam al-Mahdï (a), elle est seulement fortement recommandée (mustahab) – et pas obligatoire (wajib) – et peut être effectuée soit individuellement, soit collectivement.
  • Il est recommandé de réciter certaines invocations prescrites, avant le début de la prière de l'Aïd. La meilleure parmi ces invocations est la quarante huitième invocation d'al-Sahifa al-Sajjadiyya qui commence par:
«O Dieu, ceci est un jour béni et heureux»(«أللّهُمَّ هذا يَومٌ مُبارَك»).

Il est aussi conseillé de réciter la quarante sixième invocation du même livre.[3]

  • Du'a al-Nudba: il est recommandé de réciter l'invocation d'al-Nudba ce jour-là, comme lors de toutes les autres fêtes islamiques.
  • Offrir un sacrifice ce jour-là est obligatoire pour ceux qui participent au Hajj; il est aussi fortement recommandé pour tous les musulmans lors de jour d'al-Adha au point que certains savants l'ont considéré comme obligatoire pour ceux qui en ont les moyens.[4] Il est recommandé également de préparer un repas avec une partie de la chair sacrifiée et de le manger après la prière de l'Aïd. Il est aussi recommandé de réciter cette invocation, rapporté par l'Imam al-Sadiq (a), en offrant le sacrifice :
" En effet, je me suis tourné le visage vers Celui qui a créé les cieux et la terre, je suis un hanif (celui qui suit le monothéisme pur d'Abraham) et musulman, et je ne suis pas l'un des polythéistes. En effet, ma prière et mon rituel, ma vie et ma mort sont pour l'amour de Dieu, le Seigneur de l'univers. Il n'a pas de partenaire, et cette croyance m'a été ordonnée [à suivre], et je suis l'un des musulmans. Ô Dieu, de Toi et pour Toi; au Nom de Dieu et Dieu est [le] plus Grand; ô Dieu, accepte ceci de moi ".[5]
  • Les célèbres takbirs de cet Aïd qui devraient être récités :

Ceux qui sont présents dans le désert de Minâ ce jour-là, il faut qu'ils récitent ces takbirs après 15 prières quotidiennes, à partir de la prière du midi du jour de l'Aïd jusqu'à la prière de l'aube du 13 de Dhu al-Hijja. Cependant, ceux qui ne sont pas présents dans le désert de Minâ le jour de l'Aïd, doivent réciter les takbirs après dix prières quotidiennes, à partir de la prière du midi du jour de l'Aïd, jusqu'à la prière de l'aube du 12 Dhu al-Hijja. Selon le rapport d'al-Kafi, ces takbirs sont les suivants:

الله اكبر الله اكبر، لا اله الا الله و الله اكبر الله اكبر، و لله الحمد الله اكبر علی ما هدانا االله اكبر علی ما رزقنا من بهیمة الانعام و الحمد لله علی ما أبلانا

« Allah est le plus Grand, Allah est le plus Grand, il n'y a d'autre dieu qu' Allah et Allah est le plus Grand, à Allah soit la louange, Allah est le plus Grand car Il nous a guidé, Allah est le plus Grand car Il nous a donné la nourriture des bovins, louange à Allah car Il nous a testé ».[6]

Interdiction du jeûne au jour de l'Aïd al-Adha

Comme à l'Aïd al-Fitr, il est interdit (harâm) de jeûner durant le jour de l'Aïd al-Adha.[8]

Offrir un sacrifice lors du Hajj

Minâ est un désert près de la Mecque, où les pèlerins vont le matin de l'Aïd al-Adha. Les rituels dans le désert de Minâ sont trois:

  1. Ramy Jamara (lancer des pierres).
  2. Offrir un sacrifice.
  3. Halq (se raser les cheveux) et taqsir (couper les cheveux et les ongles).

C'est après Ramy Jamara al-'Aqaba qu'on offre le sacrifice.[9]

Conditions d'offrir le sacrifice au Hajj

Il est obligatoire pour une personne qui assiste au Hajj de sacrifier un hadï qui peut être un chameau, un boeuf ou un mouton. Cependant, sacrifier un chameau – ou si pas possible, un boeuf – est préférable. Il n'est pas suffisant de sacrifier un animal autre que ces trois espèces.[10] Il est recommandé de diviser la viande du sacrifice en trois part, pour en donner une en cadeau, une en charité, et en manger la troisième.[11]

Aïd al-Adha dans les pays islamiques

L'Aïd al-Adha est l'un des jours fériés dans le calendrier islamique. Dans la plupart des pays musulmans, le jour de l'Aïd et parfois, les jours suivants jusqu'à une semaine, sont les jours fériés et des diverses cérémonies publiques sont organisées pour célébrer cet Aïd.

Références

  1. Sourate al-Sâffât, 104-15.
  2. Maliki Tabrizi, Mirza Javad, al-Muraqibat, p. 371.
  3. Majlisi, Zad al-Ma'ad, p. 426, 427.
  4. Majlisi, Zad al-Ma'ad, p. 427, 428.
  5. Majlisi, Zad al-Ma'ad, p. 428.
  6. Kulayni, al-Kafi, vol. IV, p. 517.
  7. Qummi, Abbas, Mafatih al-Jinan, p. 445.
  8. Najafi, Javahir al-Kalam, vol. XVI, p. 324.
  9. Ata'i Isfahani, 'Ali, Asrar Hajj, p. 123, 126.
  10. Imam Khumayni, Menasik-i Hajj, p. 207.
  11. Imam Khumayni, Menasik-i Hajj, p. 213.