Aïd al-Adha

De Wiki Shia
(Redirigé depuis L'Aïd al-Adha)
Aller à : navigation, rechercher
Timbre en commémoration de l'Aïd al-Fitr et l'Aïd al-Adha au Canada
Une peinture du 11e siècle de l'Hégire qui représente les rituels réalisés au jour d'Aïd al-Adha.

L'Aïd al-Adha (en arabe : عید الأضحی) ou L'Aïd al-Qurbân (en arabe : عید القربان) est l'une des plus grandes fêtes (عید / Aïd) de l’islam, célébrée le 10 dhu al-hijja.

Selon les hadiths, l'origine de cette fête remonte au jour où Dieu a commandé au Prophète Abraham (a) de sacrifier son fils, Ismaël (a). D'après ces traditions, Abraham (a) mit Ismaël (a) sur un autel et fut sur le point d'accomplir l’ordre divin, lorsque l'ange Gabriel (Jibrâ'il) descendit avec un bélier et donc Abraham (a) sacrifia le bélier à la place de son fils. Le rituel traditionnel d'offrir un sacrifice à l'occasion de l'Aïd al-Adha dans le désert de Minâ est une forme de commémoration de cet évènement. Les musulmans qui vont au Hadj, effectuent les rituels de Minâ y compris ce rituel de sacrifice.

Dans l'islam, il y a un fort accent sur la prière de la veille et du jour de l'Aïd al-Adha. En outre, des pratiques comme veiller et passer la nuit à prier, sont spécialement recommandées. Les rituels spéciaux et recommandés du jour de l'Aïd sont : Ghusl (la grande ablution du corps), la prière de l'Aïd al-Adha, offrir le sacrifice, la visite pieuse (zîyârat) de l'Imam al-Husayn (a), et la récitation de l'invocation de Nudba (Du'â' an-Nudba). Selon les sources religieuses, comme pour la fête de la fin du mois de Ramadan, l'Aïd al-Fitr, il est interdit de jeûner le jour de l'Aïd al-Adha.

Cette fête constitue normalement un des jours fériés dans le calendrier musulman. Dans la plupart des pays musulmans, le jour de l'Aïd, et parfois les jours suivants de cette fête (jusqu'à une semaine), sont des jours officiellement fériés et des diverses cérémonies publiques sont organisées pour la célébrer.

Autres noms

Les autres noms de l'Aïd al-Adha sont l'Aïd al-Qurbân et l'Aïd du sang. Dehkhudâ a mentionné ce jour sous le nom de Aïd Gûspandkushân (en persan : عید گوسپندکشان).[1] ce jour est celui de l'examen du Prophète Abraham (a) et du Prophète Ismaël (a) qu'ils le passèrent avec succès.[2]

Histoire du sacrifice

Article connexe : Sacrifice d'Ismaël (a).

D'après les sources, lors d'une vision, Dieu donne au Prophète Abraham (a) l'ordre de sacrifier son fils. Afin d'exécuter l’ordre divin, Abraham (a) va dans le désert de Minâ avec Ismaël (a). Ce jour devint plus tard l'Aïd al-Adha.
Il est dit qu'à Minâ, il arrive d'abord à un premier lieu, (le premier Jamara), où Satan lui apparaît. Abraham (a) lance alors sept pierres vers lui. Il arrive ensuite à un deuxième et un troisième lieu (le deuxième et le troisième Jamara), où Satan lui apparaît à nouveau et où Abraham lance à chaque fois sept pierres vers lui. Ainsi, cette triple étape action, où il a vu Satan et où il a lancé des pierres sur lui, (appelée Ramy al-jimâr), constitue aujourd'hui l'un des rituels du Hadj.

Au moment du sacrifice, Abraham (a) a mis le front de son fils sur la terre et a placé un couteau sur sa gorge, mais le couteau n’a pas coupé la gorge d'Ismaël (a). Après avoir montré -- le père et le fils, tous les deux -- leur soumission complète et sincère à la volonté de Dieu, il accepte leur acte de soumission, et leur envoie un bélier par l'ange Gabriel (Jibra'îl), pour qu'il le sacrifie à la place de son fils, Ismaël (a) :[3]

فَلَمَّا أَسْلَما وَ تَلَّهُ لِلْجَبينِ

وَ نادَيْناهُ أَنْ يا إِبْراهيمُ

قَدْ صَدَّقْتَ الرُّؤْيا إِنَّا کَذلِکَ نَجْزِي الْمُحْسِنينَ
103 - Or quand ils eurent prononcé le salâm et qu'il eut piacé l'enfant

front contre terre,
104 - Nous lui criâmes : « Abraham!
105 - tu as cru en ton rêve !

Traduction du Coran, Régis Blachère, p. 479
Abraham (a) a dit: « Cher fils, tu es un bon assistant pour accomplir le commandement de Dieu » . (L'image est une peinture iranienne).
Les musulmans indiens effectuent les prières du matin de l'Aïd al-Adha de la congrégation à la grande mosquée à New Delhi, le 17 novembre 2010.

Le rituel du sacrifice à l'occasion du jour de l'Aïd al-Ad'ha est une forme de commémoration de cet événement.[4] D'après certaines sources, tous les animaux existant dans la terre de Minâ qui sacrifice au jour de l'Aïd al-Ad'ha sont des sacrifices pour Ismaël (a).[5]

A l'époque préislamique, la sacrifice était mêlé touhours à l'idolâtrie. Ils eurent l'habitude de saturer la Kaba avec le sang de l'animal sacrifié et de mettre sa viande sur la porte de la Kaba, afin qu'Allah l'accepte.
Dans le Saint Coran, c'est considéré un rite blâmé et la condition d'acceptation du sacrifice est présenté la piété,[6] et pour la même piété, ce jour s'appelle le grand Hadj.[7]

Rituels de la veille de l'Aïd al-Adha

Il a été rapporté par l'Imam as-Sâdiq (a) de ses ancêtres (a) :

« L'Imam Ali (a) aimait se laisser du temps libre en quatre nuits de l'année : la première nuit de Rajab, la nuit du 15 Sha‘bân, la nuit de l'Aïd al-Fitr et la nuit de l'Aïd al-Ad'ha » .

Il semble que « se laisser du temps libre » (en arabe : فراغت) dans cette narration signifie d'abandonner d'autres travaux dans afin de prier et rester éveillé toute la nuit. Aussi, la zîyârat de l'Imam al-Husayn (a) est recommandée durant la nuit et le jour de l'Aïd al-Adha.[8]

Rituels du jour de l'Aïd al-Adha

Le jour de l'Aïd al-Adha est un jour respecté et vertueux. Certains des rituels et des pratiques recommandées de ce jour sont les suivants :

  • Le Ghusl (grande ablution rituelle) : selon al-Majlisî, le fait de faire le Ghusl pour l'Aïd al-Adha est fortement recommandé (Mustahab), au point que certains des ulémas l'ont considéré comme obligatoire (wâjib).
  • La prière de l’Aïd : cette prière est obligatoire (Wâjib) au moment de la présence de l'Imam Infaillible (a) ; mais selon le point de vue dominant des érudits chiites, pendant la période de l'Occultation de l'Imam al-Mahdi (a), elle est seulement fortement recommandée (Mustahab) – et pas obligatoire (Wâjib) – et peut être effectuée soit individuellement, soit collectivement.[9]
  • Il est recommandé de réciter certaines invocations prescrites, avant le début de la prière de l'Aïd. La meilleure parmi ces invocations est la quarante huitième invocation d'as-Sahîfa as-Sajjâdîyya qui commence par :
أللّهُمَّ هذا يَومٌ مُبارَك
« Ô Dieu, ceci est un jour béni et heureux »

Il est aussi conseillé de réciter la quarante sixième invocation du même livre.[10]

  • Du'â' an-Nudba : il est recommandé de réciter l'invocation d'an-Nudba ce jour-là, comme lors de toutes les autres fêtes islamiques.
  • Offrir un sacrifice ce jour-là est obligatoire pour ceux qui participent au Hadj ; il est aussi fortement recommandé pour tous les musulmans lors de jour d'al-Adha au point que certains savants l'ont considéré comme obligatoire pour ceux qui en ont les moyens.[11] Il est recommandé également qu’on mange une petite partie de la chair sacrifiée, après la prière de l'Aïd.[12] Il est aussi recommandé de réciter cette invocation, rapportée par l'Imam as-Sâdiq (a), en offrant le sacrifice :
وَجَّهْتُ وَجْهِی لِلَّذی فَطَرَ السَّمواتِ وَ الارْضَ، حَنیفاً مُسْلِماً وَ ما أنَا مِنَ الْمُشْرِكینَ، إنَّ صَلاتی وَ نُسُكی وَ مَحْیای وَ مَماتی لِلّهِ رَبِّ الْعالَمینَ، لا شَریكَ لَهُ، وَ بِذلِكَ أُمِرْتُ وَ أَنَا مِنَ الْمُسْلِمینَ. اَللّهُمَّ مِنْكَ وَلَكَ، بِسْمِ اللّهِ وَاللّهُ اَكْبَرُ. اَللّهُمَّ تَقَبَّلْ مِنّی
« Je tourne mon visage, comme un vrai croyant, vers Celui qui a créé les cieux et la terre. Je ne suis pas au nombre des polythéistes, ma prière, mes pratiques religieuses, ma vie et ma mort appartiennent à Dieu, le Maitre des mondes, il n'a pas d'associés, Voilà ce qui m'a été ordonné, et je suis l'un des musulmans. Ô Allah, il est de Toi et à Toi, au nom d'Allah et Allah est le Plus Grand. Ô Allah, accepte-le de moi. »
Majlisî, p. 428.

Il est rapporté dans un hadith de l'Imam as-Sâdiq (a) qu'il a dit : l'Imam as-Sajjâd (a) et l'Imam al-Bâqir (a) divisaient la viande du sacrifice en trois parts : ils donnaient une partie aux voisins, une autre partie aux nécessiteux et ils tenaient la troisième partie pour les membres de la maison.[13]

  • Les célèbres Takbîrs de cette Aïd qui devraient être récités :

Ceux qui sont présents dans le désert de Minâ ce jour-là, il faut qu'ils récitent ces Takbîrs après 15 prières quotidiennes, à partir de la prière du midi du jour de l'Aïd jusqu'à la prière de l'aube du 13 de Dhu al-Hijja. Cependant, ceux qui n'y sont pas présents, le jour de l'Aïd, doivent réciter les Takbîrs après dix prières quotidiennes, à partir de la prière du midi du jour de l'Aïd, jusqu'à la prière de l'aube du 12 Dhu al-Hijja. Selon le rapport d'al-Kâfî, ces Takbîrs sont les suivants :

الله اكبر الله اكبر، لا اله الا الله و الله اكبر الله اكبر، و لله الحمد الله اكبر علی ما هدانا االله اكبر علی ما رزقنا من بهیمة الانعام و الحمد لله علی ما أبلانا
« Allah est le plus Grand, Allah est le plus Grand, il n'y a d'autre dieu qu' Allah et Allah est le plus Grand, à Allah soit la louange, Allah est le plus Grand car Il nous a guidé, Allah est le plus Grand car Il nous a donné la nourriture des bovins, louange à Allah car Il nous a testé » .
Kulaynî, al-Kâfî, vol. IV, p. 517.


Interdiction du jeûne au jour de l'Aïd al-Adha

Comme à l'Aïd al-Fitr, il est interdit (Harâm) de jeûner durant le jour de l'Aïd al-Adha.[15]

Offrir un sacrifice lors du Hadj

Article connexe : Le désert de Minâ.

Minâ est un désert près de La Mecque, où les pèlerins vont le matin de l'Aïd al-Adha. Les rituels dans le désert de Minâ sont trois :

  • Ramy al-Jamara (lancer des pierres).
  • Offrir un sacrifice.
  • Halq (se raser les cheveux) et Taqsîr (couper les cheveux et les ongles).

C'est après Ramy al-Jamara al-'Aqaba où l'on offre le sacrifice.[16]

Conditions d'offrir le sacrifice au Hadj

Il est obligatoire pour une personne qui assiste au Hadj, de sacrifier un Hady qui peut être un chameau, un boeuf ou un mouton. Cependant, il est préférable de sacrifier un chameau, ou si pas possible, un boeuf. Il n'est pas suffisant de sacrifier un animal autre que ces trois espèces.[17] Il est recommandé de diviser la viande du sacrifice en trois parts, pour en donner une en cadeau, une en charité, et en manger la troisième.[18]

secrets sacrifier

Il est mentionné des secrets pour le sacrifice :

  • La raison du sacrifice est de se rapprocher de Dieu si cette action est fondée sur la piété. [19]
  • Il faut couper la gorge de la convoitise et il faut la tuer.
  • L’une des sagesses de sacrifier est la nourriture des pauvres et des nécessiteux. Le Messager d'Allah (s) apporta cent chameaux au sacrifier au Hadjat al-Wadâ'. Il déclara que la sagesse du sacrifié est d’aider les pauvres et les laisser d’en manger beaucoup et dit :
Alors, nourrissez-les avec la viande.
  • L'objet du sacrifice est le souvenir de Dieu et le souvenir de toutes les bénédictions y compris le bétail halâl, et le sacrifice sera halâl par le souvenir de Dieu.[20]


Aïd al-Adha dans les pays musulmans

L'Aïd al-Adha est l'un des jours fériés dans le calendrier islamique. Dans la plupart des pays musulmans, le jour de l'Aïd et parfois, les jours suivants jusqu'à une semaine, sont fériés et des diverses cérémonies publiques sont organisées pour célébrer cette Aïd. En République islamique d'Iran, il y a un jour férié officiel à l'occasion de l'Aïd al-Adha.

Galerie des photos

Vous voyez ci-dessous quelques photos concernant l'Aïd al-Adha :

Voir aussi

Références

  1. Dehkhodâ, Loghat-Nâmeh-i Dehkhodâ, sous l'entrée de گوسپندکشان
  2. Dîâ’Âbâdy, p. 332
  3. Coran, Sourate as-Sâffât, 103-105.
  4. Sâdiqî Tihrânî, p. 450 ; Sayyid Qutb, v. 5, p. 299
  5. Cheikh as-Sadûq, ‘Uyûn Akhbâr ar-Ridâ, v. 1, p. 211
  6. La sourate al-Hadj, le verset 37
  7. Ayatollah Jawâdî Âmulî, Jur'iîy az Sahbâî Hadj, p 266
  8. Malikî Tabrîzî, Mîrzâ Javâd, p. 371.
  9. 'Allâma al-Majlisî, p. 426-427
  10. 'Allâma al-Majlisî, p. 426-427
  11. 'Allâma al-Majlisî, p. 427-428.
  12. 'Allâma al-Majlisî, p. 427-428.
  13. Sayyid b. Tâwûs, p. 451
  14. Qummî, Cheikh Abbâs, p. 445.
  15. Najafî, v. XVI, p. 324
  16. Atâ'î Isfahânî, Ali, p. 123-126.
  17. Imam Khomeyni, p. 207.
  18. Imam Khomeyni, p. 213
  19. «  ... لَن يَنَالَ اللَّـهَ لُحُومُهَا وَلَا دِمَاؤُهَا وَلَـٰكِن يَنَالُهُ التَّقْوَىٰ مِنكُمْ ». Ni leurs chairs ni leur sang n'atteindront Allah, mais (seule) la piété (venue) de vous L'atteindra, ... .
    La sourate al-Hadj, le verset 37, Traduction de Régis Blachère
  20. « لِّيَشْهَدُوا مَنَافِعَ لَهُمْ وَيَذْكُرُ‌وا اسْمَ اللَّـهِ فِي أَيَّامٍ مَّعْلُومَاتٍ عَلَىٰ مَا رَ‌زَقَهُم مِّن بَهِيمَةِ الْأَنْعَام فَكُلُوا مِنْهَا وَ أَطْعِمُوا الْبَائِسَ الْفَقِيرَ ». Pour attester les dons qui leur ont été faits et invoquer le nom d'Allah à des jours connus, sur des bêtes de troupeaux qu'[Allah] leur a attribuées. Mangez de (ces bêtes) et nourrissez(-en) le miséreux et le besogneux !
    La sourate al-Hadj, le verset 28, Traduction de Régis Blachère

Bibliographie

  • Dehkhodâ, Ali Akbar, Loghat-Nâmeh-i Dehkhodâ, Téhéran : Université de Téhéran, 1377 de l’hégire solaire.
  • Dîâ’Âbâdî, Sayyid Muhammad, Hadj Barnâmi-yi Takâmul. Téhéran : Dâr al-Kutub al-Islâmîyya, S. D.
  • Khomeiny, Sayyid Ruhollah, Manâsik-i Hadj, fondation d'éditions des œuvres de l'Ayatollah Khomeiny, 1386 de l’hégire solaire.
  • Kulaynî, Abû Ja‘far Muhammad b. Ya‘qûb (329 de l’hégire lunaire), al-Kâfî, Téhéran : éd. Dâr al-Kutub al-Islâmîyya, S. D.
  • Majlisî, Mohammad Bâqir, Zâd al-Ma‘âd, Qum : Jilwi-yi Kamâl, 1389 de l’hégire solaire.
  • Malikî Tabrîzî, Mîrzâ Jawâd, al-Murâqibât, Beyrouth : Dâr al-I‘tisâm, S. D.
  • Najafî, Muhammad Hasan, Jawâhir al-Kalâm fy Sharâyi‘ al-Islâm, Beyrouth : Dâr Ihyâ’ at-Turâth al-‘Arabî.
  • Qumî, Cheikh Abbas. Mafâtîḥ al-Jinân. Qom : Uswah.
  • Sayyid b. Tâwûs, Ali b. Mûsâ. Iqbâl al-Aʿmâl. Téhéran : Dâr al-Kutub al-Islâmîyya, 1367 de l’hégire solaire.
  • ‘Atâ’î Isfahânî, Ali, Asrâr-i Hadj, Qom.