Les ablutions

De Wiki Shia
(Redirigé depuis Ablutions)
Aller à : navigation, rechercher

Les ablutions (en arabe: الوضوء) présentées dans les recueils de préceptes islamiques (traité pratique) forment un ensemble d'actes rituels de purification qui consistent à laver le visage, les avant-bras, passer la main mouillée sur la tête et les pieds, de façon successive et en ayant une intention spéciale du rapprochement de Dieu (an-Nîyya: النيّة).

Les ablutions sont un acte recommandé à tout instant , mais obligatoires pour faire la prière, les circumambulations autour de la Ka'ba (at-Tawâf), toucher les écritures du Coran et toucher le nom de Dieu.

Le verset 6 de la sourate al-Mâ'ida et plus de 6 000 hadiths des Imam concernent les ablutions. Dans le verset du Coran, la manière d'accomplir le wudu' est énoncée, et ses détails sont élaborés dans des hadiths.

Dans les hadiths sont mentionnées plusieurs récompenses pour les ablutions comme : effacer des péchés, apaiser la colère, prolonger la durée de vie, briller le visage au jour de la Résurrection et augmentation de la subsistance quotidienne.

Il y a deux sortes d'effectuer le wudû' : séquentiel (Tartîbî), par immersion (Irtimâsî). Dans certains cas, au lieu des ablutions rituelles il faut effectuer le Ghusl c'est-à-dire le lavage complet du corps (d'abord la tête et le cou, puis la partie droite du corps et enfin la partie gauche) ou les ablutions sèches (tayammûm).

Il y de désaccords entre les chiites et sunnite sur laver les avant-bras et passer la main sur la tête et sur les pieds (le Ma'sh) comme : Les jurisconsultes chiites disent qu’il est obligatoire de commencer par le coude, c’est-à-dire si quelqu’un commence par le bout des doigts son wudû sera incorrect. Quant aux jurisconsultes sunnites, ils disent qu’on peut commencer par où on veut, c’est-à-dire soit par le coude, soit par le bout des doigts.

Selon les sources du hadith, jusqu'à la fin du califat de Umar ibn al-Khattab, il n'y avait pas de différence significative entre les ablutions des musulmans et ils avaient l'habitude de prendre des ablutions de la même méthode (Chiites). Ces différences entre les chiites et les sunnites ont été rapportées depuis l'époque du Troisième Calife.

Terminologie

Le terme « Wudû » a pour racine le mot «W d a» qui signifie lavage et propreté, et non le terme «dû'» qui signifie « lumière ».

Dans la terminologie islamique, Wudû' signifie laver le visage et les avant-bras, et passer la main sur le devant de la tête et le dessus des pieds, comme l’expliquent le Coran et les hadiths.

Cet acte qui contribue à la purification du corps et de l’âme, est appelé Wudû c’est à dire « ablutions ».

Les ablutions sont recommandées, mais obligatoires pour faire la prière, les circumambulations autour de la Ka'ba, toucher la écriture du Coran, et par précaution pour toucher le nom du Prophète (s) et des Saints Imams (a).

Les ablutions sont vivement recommandées pour la lecture du Coran, le transport du Coran, la lecture des du’âs et les visites pieuses (Zîyâra).

Selon les sources historiques, au début de Bi'that, l'ange Gabriel a enseigné le Wudû au Prophète (s) à La Mecque et puis il (s) a enseigné aux gens.

Ahkâm (préceptes)

Le seul verset dans le Coran qui concerne les ablutions est le verset 6 de la sourate Mâ'ida :

« یا أَیهَا الَّذینَ آمَنُوا إِذا قُمْتُمْ إِلَی الصَّلاهِ فَاغْسِلُوا وُجُوهَکُمْ وَ أَیدِیکُمْ إِلَی الْمَرافِقِ وَ امْسَحُوا بِرُؤُسِکُمْ وَ أَرْجُلَکُمْ إِلَی الْکَعْبَینِ »
Croyants, quand vous vous apprêtez à la Prière, [faites les ablutions :] lavez-vous le visage et les mains jusqu’à (y compris) les coudes, passez les mains mouillées sur la tête et les pieds jusqu’aux chevilles..
Régis Blachère, sourate al-Mâ'ida, v 6

Le Wudû'est un acte recommandé en soi, mais il est obligatoire pour certaines actions, telles que faire la prière et le tawaf autour de la Kaaba, toucher les versets du Coran, toucher le nom de Dieu et selon l'Ihtyât (le fait d'agir par précaution pour être sûr d'être libéré d'une obligation) toucher les noms du Prophète (s) et l'un des Quatorze Impeccables.

Faire le wudû' est mustahab pour entrer masjid (la mosquée) et les mausolées l'un des Imams (a), réciter le Coran, porter le Coran, visiter des tombes des musulmans et toucher la couverture ou la marge du Coran.

Différentes formes d’ablutions

Dans des conditions normales, il est possible d’effecteur des ablutions par étapes ou par immersion, et dans des conditions particulières, il faut effectuer les ablutions du « pansement » (jabîra).

Ablutions par étapes (Tartîbî)

Les ablutions par étapes sont les ablutions les plus couramment effectuées, et pour faire ces ablutions : il faut d’abord laver le visage du haut en bas, depuis l’endroit de l’apparition des cheveux jusqu’au bas du menton, sur la largeur d’une main, entre le majeur et le pouce, puis les avant-bras un peu plus hauts que le coude jusqu’au pouce, ensuite il faudra passer la main droite sur la tête, puis sur le pied droit ; ensuite, il faudra passer la main gauche sur le pied gauche.

Ablution par immersion (Irtimâsî)

Dans ce modèle d’ablution, au lieu de mouiller les parties concernées du corps, nous immergeons les parties dans l’eau, ayant l’intention de faire de l’ablution, du haut vers le bas, ou nous immergeons ces parties totalement, et ayant l’intention de faire de l’ablution, nous les sortons de l’eau et avec l’eau restante, effectuons l’humectage de la tête et des pieds.

Ablutions au dessus d’un pansement

Le pansement ou le baume qui couvre une blessure ou une fracture s’appelle « Jabîra » et les ablutions avec ce pansement ou ce bandage, sont les ablutions Jabîri’î.

Au cas où ouvrir ce pansement est difficile ou dangereux, ou au cas où il n’est pas possible de verser directement l’eau sur une blessure ou une fracture, ou de passer la main mouillée sur cette partie, il faut effectuer ce modèle d’ablution : laver les parties qui peuvent être lavées et passer la main humide sur le pansement.

Il est obligatoire d'effectuer Tayammum à la place des ablutions, lorsque l’eau fait défaut, Lorsque l’usage de l’eau est préjudiciable pour la santé, lorsqu’on dispose d’une quantité d’eau à peine suffisante pour faire une chose plus importante que al-ghosl ou al-woudho’ et lorsqu’on craint qu’il soit trop tard pour faire la prière en son temps.

Si quelqu’un fait al-Ghusl al-Janâbat, alors il ne devra pas faire le Wudû'.

Actes qui annulent les ablutions

  • La sortie d’urine ou de matière fécale
  • La sortie de gaz intestinal par l’anus
  • Le sommeil de manière à ne plus entendre ou voir ; la somnolence n’invalide pas l’ablution
  • Tout ce qui dégénère la raison comme la folie, l’inconscience ou l’ivresse
  • Ce qui rend obligatoire le bain rituel ou le toucher du cadavre
  • La menstruation féminine

Différences entre les ablutions Chiites et les Sunnites

Il y de différences entre les chiites et sunnite sur laver les avant-bras et passer la main sur la tête et sur les pieds (le Mas'h) comme : Les jurisconsultes chiites disent qu’il est obligatoire de commencer par le coude, c’est-à-dire si quelqu’un commence par le bout des doigts son wudû' sera incorrect. Quant aux jurisconsultes sunnites, ils disent qu’on peut commencer par où on veut, c’est-à-dire soit par le coude, soit par le bout des doigts.

Ces différences provient de leur différente déduction dans le sens du verset 6 de la sourate al-Mâ’ida. Selon les hadiths des Imams, les chiites considèrent que la phrase de «و أیدیکم إلی المرافق» signifie qu’il est obligé de se laver les mains de haut en bas. Tandis que les Quatre écoles sunnites croient qu'il est obligatoire de se laver les mains de bas en haut.

Et selon les jurisconsultes chiites se laver la mais droit doit être avant la main gauche, mais selon les sunnites c’est un acte recommandé.

Tous les Quatre écoles sunnites disent qu’il est obligée de se laver les pieds aves cheville. Mais les chiites dis que l’humectage des pieds se fait du début du doigt de pied et non de l’ongle, jusqu’à la cheville.

Malékite et hanafites ne considèrent pas la séquentiel comme obligatoire dans les ablutions et Shâfi’î ne conditionne pas la Muwâlat (Faire les ablutions sans interruption) comme un obligatoire dans le Wudû’ mais les chiites disent qu’elle est obligée.

Il y a des différences entre les chiites et les sunnites sur le Mas’h da la tête (passer la main sur le la tête) :

Les jurisconsultes chiites ont dit:

«Il faut passer la main (ou une partie de la main) sur le devant de la tête, ou sur une partie quelconque de celle-ci. Toutefois, il est recommandé que cette partie-là soit d’une largeur égale à celle de trois doigts. La main doit être humide au moment où on la passe sur la tête, et son humidité doit provenir de l’eau de l’ablution et non pas d’une autre eau».

Les quatre écoles sunnites ont des opinions différents sur le Mas’h de la tête :

Selon les Hanbalites, il est obligé de passer la main sur toute la tête et la main doit être humide de l’eau neveu. Les Malikites disent qu'il faut passer la main sur toute la tête. Selon les jurisconsultes Hanafites, il est obligatoire de passer la main sur le quart de la tête. Selon les Shaféites, il est suffi de passer la main sur une partie de la tête et la main doit être humide de l’eau neveu.

Dans certains cas l'ablution a été accompagnée de Taqîyya :

Ali b. Yqtîn, qui avait un statut élevé dans le gouvernement Abbassides, a été commandé par l’Imam al-Kazim (a) pour effectuer Wudû comme une Sunnite afin que Harun Al-Rachid ne pouvait pas savoir d'être un chiite. Imam al-Kazim (a) a ordonné à Ali b. Yaqtîn de rester dans le gouvernement Abbaside pour servir les Chiites, en interdisant aux autres chiites de coopérer avec le gouvernement Abbaside.

Hadith

Dans deux livres de hadiths chiites à savoir Wasâ’il ash-Shî’a et Mustadrak al-Wasâ’il, environ 565 hadiths sont cités sur les ablutions et leur importance. Certains hadiths présentent des règles pour les ablutions et d’autres concernent d’autres sujets comme les hadiths qui disent que :

  • Les ablutions augmentent la durée de la vie[1]
  • Les ablutions apaisent la colère[2]
  • Les ablutions font disparaître les soucis[3]
  • Les ablutions sont une lumière et les ablutions supplémentaires réparent les péchés commis entre les deux ablutions[4][5]
  • Les ablutions avant de dormir, font du sommeil un acte de prière jusqu’au réveil[6]
  • Les ablutions avant les repas, font disparaître la pauvreté et après les repas, font disparaître les obsessions[7]

L’humectage de la tête et des pieds

Après avoir lavé les deux avant bras, avec l’eau restée sur les mains, il faut passer la main une fois sur le dessus de la tête et une fois sur le dessus des deux pieds, pied droit et gauche successivement.

L’humectage de la tête doit se faire sur les cheveux sur une longueur équivalente à la distance entre le front et la raie des cheveux, ou sur la racine des cheveux ou la peau du crâne, du haut vers le bas, c'est-à-dire vers le front. Si les cheveux sont très longs, il faut mouiller la racine des cheveux ou la peau du crâne en créant une raie où passer la main. La longueur de ce mouillage n’est pas importante mais il est recommandé selon les fatwas de précaution obligatoire, qu’elle ait la longueur d’un doigt et la largeur de trois doigts collés[8].

Au moment de l’humectage, il est nécessaire que la tête et les pieds soient fixes[9].

L’humectage des pieds se fait du début du doigt de pied et non de l’ongle, jusqu’à la cheville et certains considèrent que l’humectage jusqu’au cou de pied est suffisant.

Il est possible de faire les ablutions quand le visage et les bras sont mouillés à condition que l’eau des ablutions soit plus importante que celle qui reste sur les membres, mais la tête et les pieds doivent être secs[10].

Les conditions et les règles des ablutions

1.L’eau et les parties du corps impliquées dans l’ablution doivent être pures

2.L’eau doit être naturelle sans mélange ni boueuse

3.L’eau, l’endroit et le récipient des ablutions doivent être autorisés et non usurpés

4.Le récipient ne doit pas être en or ou en argent

5.Il faut avoir le temps nécessaire, si le temps ne permet pas de faire les ablutions et la prière, il faut faire la prière avec les ablutions sèches

6.Il faut faire les ablutions dans l’intention de se rapprocher de Dieu

7.Il faut respecter l’ordre des étapes (tartīb)

8.Il faut respecter l’enchaînement et la consécution (muwâlât) des étapes

9.Il faut faire soi-même l’ablution (sans l’aide d’autrui)

10.Il ne faut pas que l’eau soit nuisible pour la santé

11.Il ne faut pas qu’il y ait d’obstacle au passage de l’eau[11]

Les doutes sur la validité des ablutions

Un officiant qui doute du fait qu’il a effectué ou non les ablutions, avant la prière, doit faire les ablutions. Si c’est au milieu de la prière, la prière est invalide, et si c’est après la prière, la prière est valide, mais il faut refaire les ablutions pour les prières suivantes.

Les doutes sur les ablutions

Celui qui ignore s’il est encore en état de pureté rituelle ne doit pas refaire les ablutions. S’il est sûr que les ablutions ont été invalidées, mais ne sait pas s’il a refait les ablutions ou non, il doit les refaire.

Le statut de l’utilisation d’une eau supplémentaire

Pour mouiller le dessus de la tête et des pieds, il n’est pas permis d’utiliser de l’eau autre que celle qui reste du lavage du visage et des avant-bras. Si au moment du lavage du visage et des avant-bras, un peu d’eau vient à se mélanger à l’eau des ablutions en fermant et en ouvrant par exemple le robinet, ou que quelqu’un qui fait les ablutions éclabousse son voisin, il est possible de manifester l’intention que ces quelques gouttes font partie de l’eau des ablutions qui sont alors valides.

Avant de laver l'avant-bras gauche, il est possible de fermer le robinet avec la main gauche, l’eau supplémentaire fera partie de l’eau des ablutions mais il ne faut pas effectuer, avec la main gauche, l’humectage de la tête et des pieds.

Les obstacles au passage de l’eau pendant les ablutions

Il ne doit pas exister sur les parties concernées par les ablutions, d’obstacle au passage de l’eau sur la peau.

Si pendant les ablutions, l’officiant pense qu’il y a peut-être un obstacle, non par obsession mais selon ce qui est couramment reconnu dans ce domaine, il faut examiner l’endroit et le frotter jusqu’à ce qu’on soit sûr qu’il a disparu et que l’eau est arrivée à la peau[12].

Si après les ablutions on pense qu’il y avait peut-être un obstacle au passage de l’eau, il ne faut pas y prêter attention. Si après les ablutions on se rend compte qu’il existait un obstacle sans savoir exactement s’il était là au moment des ablutions, les ablutions sont valides, mais si on a négligé de faire attention à la présence possible d’un obstacle, dans ce cas, il faut refaire les ablutions[13]. Certains religieux comme l’Âyatullaâh Sayed ‘Ali Sîstânî, considèrent ces ablutions comme recommandées[14].

Les religieux ont des avis différents sur le cas d’un obstacle qui peut être impossible ou très difficile à enlever, en voici quelques exemples :

  1. Les ablutions jabîri'î suffisent[15] et sont par précaution obligatoires. Il est possible de faire les ablutions sèches s’il n’y a pas d’obstacle ou s’il y a un obstacle sur une partie des membres concernés[16].
  2. Il est possible de faire les ablutions jabîri'î uniquement en cas de blessure ou de fracture[17].
  3. Les ablutions sèches suffisent[18] à moins qu’un obstacle se trouve sur les parties concernées par ce genre d’ablutions. Dans ce cas, les ablutions jabîri'î sont suffisantes[19].
  4. Si un obstacle se trouve sur les parties concernées par les ablutions jabîri'î, il faut combiner les ablutions sèches et les ablutions normales[20].

Les ablutions avec maquillage ou gel sur les cheveux

Si le maquillage est tel qu’il empêche l’eau d’arriver à la peau, il faut effectuer le nettoyage; mais si le visage est seulement un peu gras, cela ne pose pas de problème. Pour les cheveux, il suffit d’ouvrir une raie pour permettre à l’eau d’arriver sur le cuir chevelu.

L’encre des stylos et les tatouages

L’encre d’un stylo ou d’un tatouage doit être nettoyée si elle représente un obstacle à l’arrivée de l’eau[21]. S’il s’agit seulement d’une couleur qui a pénétré la peau, les ablutions et la douche rituelle sont valides[22].

L’humectage des cheveux artificiels

Il faut enlever une perruque lors des ablutions et de la douche rituelle, des cheveux plantés sans l’existence de colle, sont considérés comme faisant partie du corps et les ablutions et la douche rituelle sont valides, mais si les cheveux ont été fixés avec de la colle, il faut faire l’humectage à un endroit où les vrais cheveux existent si cet endroit existe, dans le cas contraire, les avis comme nous l’avons dit auparavant, sont différents[23].

Le vernis et les ongles artificiels

Il faut nettoyer si cela est possible, le vernis sur les ongles avant de faire les ablutions[24], si cela n’est pas possible en plus du fait que certains religieux considèrent cet acte comme interdit, il faut faire les ablutions jabîri'î et aussi les ablutions sèches. Ici, aussi, les religieux ont des avis différents[25].

Si les ongles des pieds sont vernis, il suffit de nettoyer pour les ablutions, un ongle d’un des doigts de chaque pied, il n’est pas nécessaire de nettoyer tous les ongles[26]. Certains religieux estiment que l’ongle du petit doigt de pied ne suffit pas et qu’il faut un humectage d’une largeur de trois doigts de la main[27].

Certains religieux estiment que la pose de faux ongles est interdite, car il n’est pas possible de les enlever pour les ablutions ou la douche rituelle.

Si les ongles sont longs, il faut les nettoyer et que l’eau passe au-dessus et au-dessous des ongles lors des ablutions.

Si les ongles sont courts et invisibles de l’autre côté de la main, il n’est pas nécessaire de laver le dessous des ongles s’il n’existe pas d’obstacle au passage de l’eau.

Les brûlures sur les parties concernées par les ablutions

En cas de cloques sur des brûlures, il suffit de laver ou d’humecter la partie en question et il n’est pas nécessaire de faire parvenir de force l’eau en dessous de la cloque si elle est percée ou sur les parties de la brûlure qui se trouvent encore sous la peau de la cloque. Par contre si cette cloque n’est pas collée et que la peau se soulève parfois, il faut faire passer l’eau en dessous.

Les ablutions après le bain rituel

Si une personne a effectué le bain rituel obligatoire après des relations sexuelles, la pollution séminale involontaire ou la masturbation qui est un grand péché, elle ne doit pas faire les ablutions pour la prière tant que les dirimants des ablutions ne sont pas apparus (urine, sommeil, selles ou gaz intestinaux).

Si elle fait les ablutions quand même, sans être sûre que cela est arrivé, elle accomplit un acte interdit mais le bain rituel et la prière restent valides.

Si les dirimants sont apparus il faut faire les ablutions pour la prière et si on a des doutes, il est recommandé mais non obligatoire de faire les ablutions.

Les avis des religieux sur les ghusl qui dispensent des ablutions

  • Les Références religieuses, Âyatullâh Bahjat, Khamini'î et sâfî Gulpayigânî, sont d’avis que seul le bain rituel de « Jinâbat », bain rituel obligatoire après des relations sexuelles, la pollution séminale involontaire ou la masturbation, permet de faire la prière sans effectuer les ablutions, les autres bains rituels exigent des ablutions pour la prière.
  • L’Âyatullâh Makârim Shîrâzî, estime qu’il est possible de faire la prière sans ablutions après les différents bains rituels obligatoires ou conseillés mais conseille de faire les ablutions pour les ghusl en dehors du ghusl « jinâbat ».
  • L’Âyatullâh Fâdil Lankarânî estime qu’il est possible de faire la prière sans effectuer les ablutions après les bains rituels obligatoires, excepté le bain des femmes dont la période des règles a duré plus de dix jours (Ghusl estihâda mutawâssita), mais il conseille de faire les ablutions pour les ghusl autres que le « ghusl Jinâbat ».
  • Les Âyatullâh Tabrîzî, Sîstânî, Nûrî et Wahîd Khurâsânî, estiment qu’il est possible de faire la prière après tous les bains rituels obligatoires ou conseillés, excepté le Ghusl estihâdhe mutawâssita, mais conseillent de les faire pour les bains rituels en dehors du bain de Jinâbat.

Les choses conseillées pendant les ablutions

Il est conseillé de se tourner vers la Qibla (vers la Mecque) pendant les ablutions, de se brosser les dents ce qui multiplie par 70 la valeur de la prière, de se rincer trois fois la bouche (madmada,مَضمَضه) et le nez (istinshãq,اِستِنشاق), que la consommation d’eau ne dépasse pas un « mudd,مُد » (environ 750 grammes ou environ trois verres), de ne pas essuyer les parties lavées, et de réciter pendant les ablutions la sourate al-Qadr.

La prière recommandée pendant les ablutions

Il est recommandé pendant les ablutions, de réciter cette prière rapportée de l’Imam 'Ali qui a dans cette prière, révélée leurs secrets et les états spirituels:


Nous disons au moment où nous regardons l’eau:

اَلْحَمْدُ لِلَّهِ الَّذی جَعَلَ الْمآءَ طَهُورا وَلَمْ یجْعَلْهُ نَجِساً
[Traduction]: Louange à Dieu qui a créé l’eau pure et ne l’a pas créée impure

Au moment de se laver les mains:

بِسْمِ اللَّهِ وَبِاللَّهِ اَللّهُمَّ اجْعَلْنی مِنَ التَّوّابینَ وَاجْعَلْنی مِنَ الْمُتَطَهِّرینَ
[Traduction]: Au nom de Dieu et de son essence, mon Dieu, mets moi au nombre des repentants et de ceux qui recherchent la pureté

Au moment du rinçage de la bouche:

اَللّهُمَّ لَقِّنی حُجَّتی یوْمَ اَلْقاک وَاَطْلِقْ لِسانی بِذِکراک
[Traduction]: Mon Dieu, le jour où je te « rencontrerai », enseigne moi des arguments solides et mets ma langue au service de Ton rappel

Au moment du rinçage du nez:

اَللّهُمَّ لا تُحَرِّمْ عَلَی ریحَ الْجَنَّةِ وَاجْعَلْنی مِمَّنْ یشَمُّ ریحَها وَرَوْحَها وَطیبَها
[Traduction]: Mon Dieu ne m’interdis pas le parfum du paradis, et mets moi au nombre de ceux qui le sentiront

Au moment de laver le visage:

اَللّهُمَّ بَیضْ وَجْهی یوْمَ تَسْوَدُّ فیهِ الْوُجُوهُ وَلا تُسَوِّدْ وَجْهی یوْمَ تَبْیضُّ فیهِ الْوُجُوهُ
[Traduction]: Mon Dieu, illumine mon visage le jour où les visages s’assombriront, et n’assombris pas mon visage le jour où les visages s’illumineront

Au moment de laver le bras droit:

اَللّهُمَّ اَعْطِنی کتابی بِیمینی وَالْخُلْدَ فِی الْجِنانِ بِیساری وَحاسِبْنی حِساباً یسیراً
[Traduction]: Mon dieu, donne moi mon dossier dans la main droite et le permis de rester éternellement au Paradis dans la main gauche, et facilite le bilan de mes actes

Au moment de laver le bras gauche:

اَللّهُمَّ لا تُعْطِنی کتابی بِشِمالی وَلا مِنْ وَرآءِ ظَهْری وَلا تَجْعَلْها مَغْلُولَةً اِلی عُنُقی وَاَعُوذُ بِک مِنْ مُقَطَّعاتِ النّیرانِ
[Traduction]: Mon Dieu, ne me remets pas mon dossier dans la main gauche ni par derrière, ne l’accroche pas à mon cou, je cherche secours auprès de Toi pour me protéger du feu.

Lors de l’humectage de la tête:

اَللّهُمَّ غَشِّنی رَحْمَتَک وَبَرَکاتِک
[Traduction]: Mon Dieu, inonde-moi de Tes grâces et de Tes bienfaits.

Lors de l’humectage des pieds:

اَللّهُمَّ ثَبِّتْنی عَلَی الصِّراطِ یوْمَ تَزِلُّ فیهِ الاَقْدامُ وَاجْعَلْ سَعْیی فیما یرْضیک عنّی یا ذَاالْجَلالِ وَالاِکرامِ
[Traduction]: Mon Dieu, Garde-moi sur le chemin où les jambes trembleront et oriente mes efforts vers ce qui Te plait, Possesseur de la grandeur et de la générosité.

Après avoir terminé les ablutions:

اَللّهُمَّ اِنّی اَسْئَلُک تَمامَ الْوُضُوءِ وَتَمامَ الصَّلوةِ وَتَمامَ رِضْوانِک وَالْجَنَّةَ. اَلْحَمْدُ لِلَّهِ رَبِّ الْعالَمینَ
[Traduction]: Mon Dieu, je te demande les meilleures ablutions, les meilleures prières, Ta pleine satisfaction et le paradis, louanges spéciales à Dieu le créateur des mondes.

Références

  1. Le Prophète a dit اَکثِر مِن الطَّهورِ یزِدِ اللّه‌ُ فی عُمُرِکَ :
    Si tu fais fréquemment les ablutions, Allah augmentera ta vie. (Shaykh Mufîd, Amâlî, vol. 5, p. 60)
  2. Le Prophète a dit :إنّ الغضب من الشّیطان و إنّ الشّیطان خلق من النّار و إنّما تطفا النّار بالماء فإذا غضب أحدکم فلیتوضّأ  :
    « La colère vient du diable, le diable vient du feu que l’eau éteint, chaque fois que vous vous mettez en colère, faites les ablutions. Nahj-al-Fasâha vol 660 p 286
  3. L’Imam Sâdiq a déclaré : ما یمنع أحدکم إذا دخل علیه غم من غموم الدنیا- أن یتوضأ ثم یدخل مسجده و یرکع رکعتین- فیدعو الله فیهما أ ما سمعت الله یقول:«وَ اسْتَعِینُوا بِالصَّبْرِ وَ الصَّلاةِ :
    Qu’est-ce qui empêche celui qui a une peine de faire les ablutions et deux rak'ats de prière, et d’implorer le Seigneur ? N’avez-vous pas entendu que Dieu a dit ; « Recourrez à la prière et à la patience » ? (Tafsîr (commentaire) al-‘Ayyâshî, vol. 1, p. 43)
  4. L’Imam Sâdiq a déclaré : «الْوُضُوءُ عَلَی الْوُضُوءِ نُورٌ عَلَی نُور » :
    deux ablutions consécutives sont une lumière sur une autre lumière. Wasâ’il ash-Shî’a, vol. 1, p. 377
  5. L’Imam ‘Ali a déclaré : امام علی(ع): و کان الوضوء إلی الوضوء کفّارة لما بینهما من الذّنوب :
    Les ablutions sont une réparation des péchés (Man lā yahduruhu al-Faqīh, vol. 1, p. 50 )
  6. L’Imam Sâdiq a déclaré : مَنْ تَطَهَّرَ ثُمَّ أَوَی إِلَی فِرَاشِهِ بَاتَ وَ فِرَاشُهُ کَمَسْجِدِهِ وَ إِنْ ذَکَرَ أَنَّهُ لَیسَ عَلَی وُضُوءٍ فَتَیمَّمَ مِنْ دِثَارِهِ کَائِناً مَا کَانَ لَمْ یزَلْ فِی صَلَاةٍ مَا ذَکَرَ اللَّهَ عَزَّ وَ جَلَّ :
    Celui qui se couche avec les ablutions, son lit est un lieu de prières et s’il se rappelle qu’il n’a pas fait ses ablutions, qu’il fasse les ablutions sèches sur son drap pour que sa nuit soit comptée comme une nuit de prières et de rappel de Dieu (Tahdhîb-al-Ahkâm, vol. 2, p. 116)
  7. Le Prophète a déclaré : رسول خدا(ص): «الوضوء قبل الطّعام ینفی الفقر و بعده ینفی اللّمم و یصحّح البصر :
    Les ablutions avant le repas font disparaitre la pauvreté et après le repas les obsessions, et renforcent les yeux. Nahj-al-Fasâha, p. 797
  8. Recueil de règles religieuses de l’imam Khumaynî, vol. 1, p. 157
  9. Recueil de règles religieuses de l’imam Khumaynî, vol. 1, p. 159
  10. Recueil de règles religieuses de l’imam Khumaynî, vol. 1, p. 158
  11. Recueil de règles religieuses de l’imam Khumaynî, question 305
  12. Recueils des Marâji' (références religieuses
  13. Recueil de règles religieuses de l’imam Khumaynî, vol. 1, p. 177
  14. Recueils des Marâji' (références religieuses)
  15. Recueils des Marâji' (références religieuses)
  16. Âyatulâh Khumaynî, Khâmini'î, Fâdil, Bahjat, Makârim et Nûrî
  17. Recueils des Marâji' (références religieuses), Gulpâyigânî, Sâfî
  18. Recueils des Marâji' Khû’i, Tabrîzî et Sîstânî
  19. Âyatullâh Zanjânî
  20. Âyatullâh Khû’î et Tabrîzî
  21. Âyatullâh Sistâni, recueil de règles religieuses, vol. 1, p. 196
  22. Fatwâ de l’imam Khumaynî, vol. 1, p. 36
  23. Recueil de règles religieuses de l’imam Khumaynî, vol. 1, p. 205
  24. Recueil de règles religieuses de l’imam Khumaynî, question 305
  25. Recueil de règles religieuses de l’imam Khumaynî, vol. 1, p. 201
  26. Sîstânî, Zanjânî et Bahjat
  27. Recueils des Marâji' (références religieuses)