Muslim b. 'Aqil

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Muslim b. 'Aqïl b. Abï Tâlib (en arabe:مسلم بن عقیل بن ابي طالب), le cousin de l'Imam al-Husayn (a) et un de ses compagnons et son messager à Koufa pendant son soulèvement d' Achoura contre Yazîd b. Muawiya.[1]

Muslim a participé à quelques conquêtes musulmanes et à la bataille de Siffin. L'Imam al-Husayn (a) a reçu de nombreuses lettres du peuple de Koufa l'invitant à leur ville. Donc, il a envoyé Muslim à Koufa comme son représentant pour voir si c'était le bon moment pour sa présence et si les gens le vraiment soutiendraient.

Selon un rapport, 27 jours avant son martyre, Muslim a écrit une lettre à l'Imam al-Husayn (a) et l'a informé que les gens étaient prêts et l'attendaient.[2] Cependant, après cela, 'Ubayd Allah b. Zîyâd a été nommé le gouverneur de Koufa et parce que les gens avaient peur de lui, ils ont soudainement laissés Muslim seul. Ainsi, il a été arrêté et martyrisé au jour de 'Arafa (le 9 Dhu al-Hijja), l'an 60 H(le 13 septembre 680 C).[3]

Naissance, généalogie et martyre

La date de sa naissance et de sa mort ne sont pas définitives. Il fut tombé en martyre à l'âge de 28 ans[4], le 9 Dhu al-Hijja l'an 60 H (le 13 septembre 680 C) à Koufa. Son père 'Aqîl b. Abî Tâlib (le frère de l'Imam 'Ali (a)) était un généalogiste des Quraychs[5] et un eloquent orateur.[6] Sa mère était une esclave, que 'Aqïl avait achetée de la Syrie, et s'appelait 'Allîyya[7] (ou selon un autre rapport, Hillîyya)[8]. Il était la personne la plus semblable au Prophète (s) entre les fils d' Abd al-Muttalib. Certaines sources l'ont décrit comme le fils le plus puissant et le plus courageux de 'Aqîl.[9]

Femme et enfants

Les sources historiques sont en désaccord sur le nombre d'enfants de Muslim. Les noms de certains de ses enfants sont mentionnés parmi les martyrs de Karbala. Parmi eux, le martyre d''Abd Allah b. Muslim et Muhammad b. Muslim à Karbala a été enregistré dans les sources anciennes.

Dans les rapports plus faibles, enregistrés dans les sources récentes, les noms d'autres enfants de Muslim, à savoir 'Awn, Muslim, 'Abd Allah, Ja'far et Ahmad, sont mentionnés parmi les martyrs de Karbala. Certaines des sources historiques mentionnent d'autres enfants de Muslim, qui ont été appelés Ibrahim, 'Abd al-Azïz, 'Ali, Muslim[10] et une fille appelée Hamïda ou Umm Hamïda[11].

Selon les sources, la mère d'Abd Allah b. Muslim, Ruqayya, était la fille de l'Imam Ali (a) et donc Muslim b. Aqil était le gendre de l'Imam Ali (a).

Selon certaines récits, la mère d'Abd Allah et 'Ali était Ruqayya, et la mère de Muslim b. 'Aqîl était une femme de la tribu de Bani 'Âmir b. Sa'sa'a.[12] Certaines sources mentionnent les deux enfants de Muslim, qui après le martyre de l'Imam Husayn (a) ont été capturés et emprisonnés à Koufa par l'ordre de 'Ubayd Allah b. Zîyâd, et furent tombés en martyres après avoir échappé la prison.[13]

Représentant de l'Imam Husayn (a) à Koufa

Muslmin a accompagné l'Imam al-Husayn (a) quand l'Imam a quitté Médine vers La Mecque. Mais lorsque l'Imam (a) a reçu de nombreuses lettres d'invitation de Koufa, il envoya Muslim à Koufa pour vérifier s'ils étaient honnêtes dans leurs lettres et aussi si c'était le bon moment pour sa présence-là.[14]

Selon un autre rapport, l'Imam (a) a envoyé Qays b. Mus'hir as-Saydâwî, 'Amarat b. 'Abd al-Salûlî et 'Abd ar-Rahmân b. 'Abd Allah al-Arhâbî avec Muslim. Quand Muslim est arrivé à Koufa, il s'est installé chez Mukhtâr b. Abî 'Ubayda, et d'après d'autres récits chez Muslim b. 'Awsaja. Les chiites sont venus à la place de son établissement et Muslim leur a lu la lettre de l'Imam al-Husayn (a).[15]

Ibn 'Asâkir écrit:

12000 personnes ont promis allégeance à l'Imam al-Husayn (a) en jurant allégeance à Muslim.

Certains ont enregistré 18000[16] et certains ont rapporté plus de 30000. Comme les espions ont vu l'accueil chaleureux de Muslim par les gens, ils ont écrit une lettre à Yazïd et lui ont dit que s'il voulait Koufa, il a dû se dépêcher parce que le gouverneur actuel de Koufa (Nu'mân b. Bashîr) était faible ou faisait semblant de l'être. Lorsque Yazîd a reçu la lettre, il a nommé 'Ubayd Allah b. Zîyâd, qui était le gouverneur de Bassora, comme le gouverneur de Koufa aussi.[17]

Après l'arrivée de 'Ubayd Allah b. Zîyâd à Koufa, Muslim a quitté la maison de Mukhtâr et est allé chez Hânî b. 'Urwa. Bien que Muslim soit caché et ait des liens secrets avec les chiites, 'Ubayd Allah a trouvé sa cachette par certains espions. 'Ubayd Allah a convoqué Hânï et lui a demandé de rendre Muslim. Hânî a refusé et donc a été arrêté.

Lorsque la tribu de Hânî, Madhhij, a entendu les nouvelles, ils se sont rassemblés devant le palais gouvernemental (Dar al-Imara). Mais, 'Ubayd Allah les a dispersés par la tromperie. Il a demandé à Shurayh al-Qâdî de témoigner que Hânî était son invité. Lorsque Muslim en a été informés, il prépara 4000 personnes par la devise «O les victorieux, les faites mourir» (Ya Mansûr, Amit ; یا مَنْصورُ اَمِتْ ), entourant le palais.

'Ubayd Allah a demandé à quelques chefs de Koufa de les disperser en leur donnant de l'argent ou en les effrayant de l'armée du Levant. Sa ruse a réussi et les gens ont quitté Muslim progressivement. La nuit, Muslim était seul et n'avait même pas de place pour dormir. Enfin, debout près de la maison d'une femme qui s'appelait Taw'a, il lui a demandé de l'eau. Quand la femme le reconnut, elle lui demanda de rester chez elle pour la nuit. Le fils de la femme, découvrant la présence de Muslim là-bas, informa le lendemain les autorités. Ibn Zîyâd a donné 70 soldats à Muhammad b. Ash'ath et lui demanda d'arrêter Muslim et de l'amener au palais.

Après un combat entre Muslim et les soldats, Muhammad b. Ach'ath lui a dit que s'il se rendait, personne ne le nuirait. Ainsi, Muslim se rendit et a été emmené au palais. Mais, Ibn Zïyâd a refusé de confirmer la promesse de Muhammad b. Ach'ath, et après une dispute entre Muslim et lui, il a ordonné de le prendre au toit du palais et de le décapiter.[18] Après le martyre de Muslim, Ibn Zîyâd a également ordonné la mort de Hânî b. 'Urwa. Puis il envoya leurs têtes à Yazîd b. Muawiya à Damas.[19]

Voire aussi

Références

  1. Isfahani, Maqâtil at-Tâlibîyyîn, p.52.
  2. Tabarî, Muhammad b. Jarîr, Târîkh at-Tabarî, vol 4 p 297
  3. Amîn, Sayyid Muhsin, A'yân ash-shî'a, vol 1, p 593
  4. Shahîdî, Pazhûhishî tazi pîrâmûni qîyâm Imam Husayn (a), p 122.
  5. Ibn 'Abd al-Birr, al-Istî'âb fî Ma'rift al-Ash'âb, vol 3, p 1079
  6. Ibn 'Abd al-Birr, al-Istidhkâr, vol 8, p 249
  7. Isfahânî, Maqâtil at-Tâlibîyyîn, p 52
  8. Al-Baladhurî, Ansâb al-Ashrâf, vol 3, p 224
  9. Ibn Habbân, ath-Thiqât, vol 5, p 391
  10. Ibn Qutayba, al-Ma'arif, p.204; Baladhari, Ansab al-ashraf, vol.II p.70-71.
  11. Ibn Makula, Ikmal al-kamal, vol. VI, p. 235.
  12. Al-Baladhurî, Ahmad b. Yahyâ, Ansâb al-Ashrâf, vol 2, p 70-71
  13. Cheikh as-Sadûq, al-Amâlî, p 143-148
  14. Ibn Qutayba, al-Akhbâr at-Tiwâl, p 230
  15. Ibn Qutayba, al-Akhbâr at-Tiwâl, p 231
  16. Ibn Qutayba, al-Akhbâr aT-Tiwâl', p 235
  17. Ibn Qutayba, al-Akhbâr at-Tiwâl, p 231
  18. Mufîd, al-Irshâd, p 53-63
  19. Ibn A'tham, al-Futûh, vol 5, p 62