Imam al-Hâdî (a)

De Wiki Shia
(Redirigé depuis Imam Hâdî (a))
Aller à : navigation, rechercher
Imam al-Hâdî (a)
Description de cette image, également commentée ci-après

Le sanctuaire de l’Imam al-Hâdî (a) à Samarra

Le dixième Imam des chiites
Surnom(s) Abu al-Hasan (ath-thâlith)
Titre(s)
  • Al-Hâdî
  • An-Naqî
  • Al-Murtadâ
  • Al-‘Âlim
  • Al-Faqîh
  • Al-Amîn
  • At-Tayyib
Naissance Le 15 Dhu al-Hijja 212 H/ 812 C
Médine
Martyre Le 3 Rajab 254 H/854 C
Sépulture Samarra
Âge 42
Famille
Généalogie Ali b. Muhammad al-Jawâd b. Ali b. Mûsâ b. Ja'far b. Muhammad b. Ali b. al-Husayn b. Ali b. Abi Talib (a)
Père Imam al-Jawâd (a)
Mère Samâna al-Maghribîyya
Femme(s) Hudayth
Enfant(s)

Imamat
Durée 34 ans
Début 220 H/820 A.C.
Fin 254 H/854 A.C.
Califes contemporains
Compagnons

environ 185 personnes dont :

Les Imams des chiites

Imam al-Hâdî (a) (en arabe : الإمام الهادي عليه السلام), Abu al-Hasan Ali b. Muhammad al-Jawâd b. Ali b. Mûsâ (a), est le fils de l'Imam al-Jawâd (a) et le dixième Imam des chiites duodécimains. Il est connu sous le nom de l'Imam Hâdî (a), et fut pendant 34 ans, l'Imam des chiites (entre 220 H. et 254 H).

Il a passé la plupart du temps de son imamat à Samarra sous la surveillance directe des califes de l'époque. La période de son imâmat fut contemporaine avec le règne de plusieurs califes abbassides dont Al-Mutiwakkil al-Abbasi.

De nombreux hadiths sur les thématiques théologiques (notamment tashbih et tanzih, jabr et ikhtiyâr), doctrinaux, exégétiques, juridiques et morales ont été rapportées de l'Imam al-Hâdî (a).

Il existe également un très beau texte de l'invocation, intitulé la Zîyârat al-Jâmi’at al-Kabîra, comprenant un ensemble de base doctrinale et imâmologique, rapporté de lui. Un autre texte nommé al-Ghadîrîyya est également attribué à lui. L'Imam al-Hâdî (a) entretenait ses relations avec les chiites par l'intermédiaire d'un ensemble de wakîl (représentant) que l'on nommait l'assemblé de la représentation. Parmi ses compagnons proches on peut mentionner : 'Abd al-'Azim al-Hasanî, 'Uthmân b. Sa'îd, Ayyûb b. Nûh, al-Hasan b. Rashid, et lal-Hasan b. Ali an-Nasir.

Son tombeau est situé à Samarra, dans un lieu nommé al-Haram al-'Askarîyyîn (signifiant les deux 'Askarî, puisque lui et son fils sont enterrés tous les deux-là). Ce lieu est un des lieux saints importants des chiites en Irak, qui a été objet de nombreux attaques terroristes notamment en 2005 C et 2007 C. Suites aux destructions causés par ces attaques, un comité particulier a pris en main, entre 2010 C et 2015 C, la reconstruction de ce sanctuaire.

Ses titres et sa lignée

L'Imam al-Hâdî (a) est le dixième Imam des chiites, son père est l'Imam Muhammad al-Jawâd (a), le neuvième Imam des chiites, et sa mère une servante[1] nommée Samâna al-Maghribîyya [2] ou Sûsan[3].

Les titres les plus connus du dixième Imam des chiites sont : an-Naqî et al-Hâdi [4]. On l'appela al-Hâdî (celui qui guide) parce qu'à son temps, il était considéré comme le meilleur des guides vers le bien[5]. Il eut d'autres titres aussi comme : an-Najîb, aal-Murtadâ, al-'Âlim, al-Faqîh, al-Amîn, at-Tayyib, al-Mutiwakkil, al-Khâlis, an-Nâsih [6].

Le dixième Imam et son fils, l'Imam al-Hasan al-'Askarî (a), sont connus sous le nom d'al-'Askarîyayn[7] (: les deux 'Askarî). Cela parce que les califes abbassides les avaient enfermés, à partir de l'an 233 H, à Samarra, jusqu'à la fin de leurs vies, dans un endroit nommé 'Askar[8].

Son kunya (surnom) est : Abu al-Hasan[9], et dans les sources chiites on l'appelle Abu al-Hasan al-Thâlith, ou le troisième Abu al-Hasan[10], pour ne pas le confondre avec le premier Abu al-Hasan, à savoir l'Imam al-Kâzim (a), et le deuxième Abu al-Hasan, l'Imam ar-Ridâ [11].

Sa biographie

D'après cheikh al-Kulaynî et cheikh at-Tûsî, l'Imam al-Hâdî (a) est né le 15 Dhu al-Hijja de l'an 212 H[12], dans un endroit nommé Saryâ près de Médine[13]. Mais il y a d'autres rapports concernant la date de sa naissance : le 2 ou le 5 Rajab de l'an 212 H[14], ou le mois de Rajab de l'an 214 H ou le mois de Jumâdâ ath-Thânîya de l'an 215 H[15].

Selon al-Mas'ûdî (un historien de 4e siècle de l'Hègire), l'année où l'Imam al-Jawâd (a) et son épouse Umm al-Fadl ont fait le pèlerinage à La Mecque, il ont mis l'Imam al-Hâdî (a), qui était un jeune enfant, à Médine[16] où il a vécu jusqu'a l'an 233 h. Ce fut dans cette année qu'al-Mutiwakkil l'a convoqua à Samarra et l'hébergea dans un lieu sous son propre contrôle nommé 'Askar. Il vit pendant 21 ans, à savoir jusqu'a la fin de sa vie, dans ce lieu.

Il y a très peu d'informations historiques concernant la vie de l'Imam al-Hâdî (a) et l'Imam al-Jawâd (a) et l'Imam al-'Askarî (a), par rapport à d'autres imams des chiites. Certains historiens pensent que la courte durée de leur vie, leur emprisonnement permanent font parties des raisons de ce manque. D'autre part le fait que ceux qui ont écrit l'histoire de cette période étaient des non-chiites peut être une autre raison de cela[17].

Il est bien de mentionner aussi que, selon les rapports historiques, l'inscription gravée sur la bague de l'Imam al-Hâdî (a) fut ;

اللّه ربّی و هو عصمتی من خلقه
Allah est mon Dieu, et mon Protecteur contre ses peuples
Ad-Dakhîl, A'immatunâ, vol 2, p 209, 1429 H

Une autre inscription son son autre bague fut :

حفظ العهود من أخلاق المعبود
Conserver les pactes fait partie des caractéristiques de Dieu
Al-'Allâma al-Majlisî, Bihâr al-Anwâr, vol 5, p 117, 1403 H

D'après les mêmes sources, il est mort en martyre au mois de Rajab de l'an 254 H,[18] à l'époque du treizième calife abbassides. Certaines sources considérèrent le 3 Rajab, comme le jour de son martyre, pour d'autres ce jour est le 25 ou 26 Jumâdâ al-Âkhira[19].

Ses enfants

Les savants chiites reconnaissent quatre fils pour l'Imam al-Hâdî (a)[20], mais il y a des divergences à propos du nombre de ses filles, la plupart disent qu'il n'a eu qu'une seule fille.

Voici les noms de ses fils :

A propos de sa fille, d'après Ibn Shahrâshûb elle fut nommée 'Ilayh[21], et Cheikh al-Mufîd écrit qu'elle s'appelait 'Aysha[22].

Les historiens sunnites, également, confirment que le dixième imam des chiites eut quatre fils et une fille[23].

Son imamat

l'Imam al-Hâdî (a) est devenu Imam des chiites en l'an 220 H, lorsqu'il eut seulement 8 ans. Malgré son très jeune âge, d'après les sources chiites comme al-Irshâd de cheikh al-Mufîd, les chiites adeptes de l'Imam al-Jawâd (a), sauf quelques exceptions, ont admis l'Imamat de l'Imam al-Hâdî (a) et n'ont pas avancé de doute à ce sujet [24].

Quant à ce qui n'ont pas accepté l'Imamat de l'Imam al-Hâdî (a), il paraît qu'ils ont cru, pour une courte durée, à l'imamat de Mûsâ b. Muhammad (296 H) (le jeune frère de l'Imam al-Hâdî (a)), connu sous le nom de Mûsâ al-Mubarqa'. Ensuite, apparemment, ils ont renoncé et ont admis l'Imamat de l'Imam al-Hâdî[25].

D'après Sa'd b. Abd Allah al-Ash'arî, ce temps fut très court, parce que Mûsâ al-Mubarqa', lui-même n'a pas voulu qu'on le considère comme Imam et les a refusé[26]. (Précisons que ce dernier est enterré à Qom en Iran, et son mausolée est un lieu de pèlerinage reconnu).

Et justement l'unanimité des avis des chiites sur l'Imamat de l'Imam al-Hâdî (a), et l'absence de proclamation de l'Imamat de nulle part autre, sont en soi des preuves de son Imamat[27]. Rajoutons également que Cheikh al-Kulaynî et Cheikh al-Mufîd ont énuméré des Nass concernant la confirmation de l'Imamat de l'Imam al-Hâdî (a) dans leurs oeuvres[28].

À ce sujet, selon Ibn Shahâshûb, les chiites ont pris connaissance de l'Imamat de Ali b. Muhammad à travers les Nass des Imams précédents ; des Nass qui ont été transmis par les rapporteurs comme Ismâ'il b. Mihrân, Abu Ja'far Ash'arî et Khayrânî [29].

Califes de son époque

L'Imam al-Hâdî (a) fut l'Imam des chiites pendant 33 ans, entre l'an 220 H et l'an 254 H[30]. Pendant ce temps plusieurs califes abbassides régnèrent. Le début de son imamat fut contemporain avec le califat d'al-Mutasim, et la fin de son imamat, avec le califat d'al-Mutazz[31]. Mais Ibn Shahrâshûb écrit que la fin de l'imamat de l'Imam al-Hâdî (a) fut contemporain avec le califat d'al-Mutamid al-Abbassi[32].

Ali b. Muhammad, le dixième Imam des chiites, passa 7 ans de son imamat sour le règne d'al-Mutasim al-Abbassi. Selon les rapports historiques, pendant cette période, al-Mutasim était moins dur avec les chiites et plus flexible avec les Alaouides, en comparaison avec la période de l'Imam al-Jawâd (a). Ce changement d'attitude, aurait été dû à l'amélioration économique et la réduction des révoltes des Alaouides[33].

Imam al-Hâdî (a) passa aussi 5 ans de son Imamat sous le règne d'al-Wathiq, 16 ans sous le règne d'al-Mutiwakkil, 6 mois sous le règne d'al-Mustansir, 4 ans sous le règne d'al-Mustain et 2 ans sous le règne d'al-Mutazz[34].

Convocation à Samarra

Article connexe : Samarra.

Al-Mutiwakkil al-Abbassi décida en l'an 233 H, d'expatrier l'Imam al-Hâdî (a) de Médine à Samarra. Sabt b. al-Jawzî considère que la raison de cette décision se trouvait dans des rapports témoignant l'amitié et l'attention que les gens de Médine prêtaient à l'Imam et son influence sur eux[35].

Selon Cheikh al-Mufîd, Abd Allah b. Muhammad rapportait ces informations à al-Mutiwakkil[36]. Selon al-Mas'ûdî ce fut Bariha al-Abbassi, l'imam de prière du vendredi (désigné par le calife) des sanctuaires, écrit dans une lettre adressée à al-Mutiwakkil :

"Si tu veux avoir [l'emprise sur] La Mecque et Médine, fait sortir Ali b. Muhammad de là, puisqu'il invite les gens à lui, et il a déjà rassembler plusieurs personnes autour de lui"[37]. Selon ces rapports, Yahyâ b. Harthama fut charger d'expatrier l'Imam al-Hâdî (a) de Médine à Samarra[38].

L'Imam al-Hâdî (a) écrit alors une lettre à al-Mutiwakkil et démentit ces accusations[39], mais en réponse, al-Mutiwakkil, tout en le respectant, lui demanda de quitter Médine et de s'installer à Samarra[40]. Le texte de la lettre de Mutiwakkil à l'Imam al-Hâdî est accessible dans les compilations de Cheikh Mufid et Cheikh Kulayni[41].

Selon certaines sources, al-Mutiwakkil avait programmé la mise en exile de l'Imam al-Hâdî (a) de sorte de ne pas sensibiliser les gens et éviter les conséquences indésirables. Or les gens de Médine s'en étaient rendu compte. Sabt b. al-Jawzî a rapporté de Yahyâ b. Harthama que les gens de Médine en firent bien tristes et révoltés, et ont fait des réactions inattendues. Leurs mécontentements firent tels qu'ils criaient et se lamentaient et chantaient des élégies sans précédant à Médine[42].

L'Imam al-Hâdî (a) entra d'abord à Kazimayn où les gens l'accueillirent chaleureusement ; il s'installa d'abord dans la maison de Khuzaymat b. Hâzim, puis il a été emmené à Samarra[43].

Selon Cheikh al-Mufîd, le jour où l'Imam entra à Samarra, al-Mutiwakkil ordonna qu'il soit gardé pendant un jour dans une caravansérail nommée "Khân Sa'âlîk", puis le deuxième jour on l'emmena dans une maison aménagée pour lui[44].

Selon Sâlih b. Sa'd, cet acte avait comme objectif l'humiliation de l'Imam[45]. Mais Cheikh al-Mufîd pense que l'Imam al-Hâdî (a) était extérieurement très respecté par al-Mutiwakkil, même si ce dernier cherchait des russes contre lui[46]. Ainsi al-Mutiwakkil, tout en le maintenant sous sa surveillance, essayait de le montrer comme faisant partie de la cours, et de réduire ainsi de sa popularité aux yeux de ses adeptes[47].

Selon un rapport, des soldats d'al-Mutiwakkil attaquèrent aussi un jour à la maison de l'Imam al-Hâdî (a), parce qu'on avait rapporté à al-Mutiwakkil qu'il y cachait des armes de guerre et des lettres que les chiites lui adressaient. Or quand ils sont entrés chez l'Imam, ils le trouvèrent dans une pièce entrain de murmurer des versets coraniques. Ils l'emmenèrent toutefois chez al-Mutiwakkil. Lorsque l'Imam y entra, al-Mutiwakkil eut un verre de vin dans la main ; il le reçut à son côté et lui proposa du vin. L'Imam lui demanda de l'excuser et dit :

"Ma chair et mon sang n'ont pas été pollué par la vin".

Al-Mutiwakkil lui demanda alors de lui réciter un poème ravissant. L'Imam lui dit :

"Je ne récite pas très souvent des poèmes".

Mais al-Mutiwakkil insista, et l'Imam récita alors certains poèmes[48].

Ses poèmes touchèrent al-Mutiwakkil et les autres, de sorte qu'il pleura tant que son visage devint couvert de larme et ordonna qu'on ramasse le vin et les verres. Puis demanda qu'on accompagne l'Imam respectueusement chez lui[49].

Certains auteurs ont argumenté ainsi, les raisons de l'hostilité d'al-Mutiwakkil avec l'Imam al-Hâdî (a) :

  • Al-Mutiwakkil, du point de vue théologique, était du côté du courant des Ahl al-Hadith, or ces derniers étaient contre les Chiites et contre les Mu'tazilites. Les Ahl al-Hadith encourageraient alors al-Mutiwakkil dans la répression des chiites.
  • Al-Mutiwakkil aurait été soucieux de son statut social et de sa popularité auprès de la communauté musulmane, et s'serait inquiété des relations de l'Imam al-Hâdî (a) avec les gens, et de la popularité de l'Imam auprès d'eux. Il aurait alors fait tout pour couper la relation de l'Imam avec les gens. Ce serait dans le même objectif également qu'il détruits le sanctuaire et la tombe de l'Imam al-Husayn (a), et réprima gravement tout pèlerinage à Karbala[50].
  • Après al-Mutiwakkil, son fils al-Mutasir prit le pouvoir. Durant son règne les repressions des chiites et de les Alaouites, dont l'Imam al-Hâdî (a), ont réduit[51].

Son attitude à l'égard des Ghâlî (exsagérateurs)

Les gens qu'on appelle ghâlî (pluriel : ghulât) ou 'exagérateurs' sont, ceux qui, au cours de l'histoire, avaient tendance à exagérer leur dévotion à l'égard des Imams (a) au point de les diviniser et les mettre sur le même plan que Dieu ou son Prophète (s). Lors de l'Imamat de l'Imam al-Hâdî (a), ces groupes étaient nombreux et actifs, et se présentaient comme étant très proches de l'Imam al-Hâdî (a).

Selon une lettre de Ahmad b. Muhammad b. 'Isâ adressée à l'Imam al-Hâdî (a), ils auraient attribué des propos 'écœurants' aux Imams des chiites dont l'Imam al-Hâdî (a), mais d'un autre côté puisqu'il s'agissait des Imams (a), personne n'osait les démentir ou nier. Par exemple ils auraient interprété le sens des deux termes de Fahshâ (turpitude, corruption) et Munkar (blâmable, mal, mauvais) dans le verset coranique de

إِنَّ الصَّلَاةَ تَنْهَىٰ عَنِ الْفَحْشَاءِ وَالْمُنكَرِ‌

Traduction :

Accomplis la Prière! car la Prière interdit la Turpitude et le Blâmable[52],

Comme s'il s'agissait d'une personne, un individu, et non pas de l'acte de la prière.

Ou par exemple il interprétaient le sens de l'aumône (zakât)

وَأَقِيمُواْ الصَّلاَةَ وَآتُواْ الزَّكَاةَ

Traduction :

Accomplissez la Prière, donnez l'Aumône (zakdt)[53]

Comme l'aumône était une personnalité et non pas l'acte de payer.

Autrement dit, ils interprétaient le sens des obligations et des interdictions religieuses, ils niaient les actes cultuels et prenaient certains individus, comme les Imams (a), ou des guides religieux, comme des pouvoirs absolus.

A ce propos, l'Imam al-Hâdî (a) écrit, en réponse, à Ahmad b. Muhammad :

"ces genres d'interprétation (ta'wîl) ne font pas partie de notre religion, évitez les".

Mentionnons aussi le cas de Fat'h b. Yazîd Jurjânî qui pensait que les actes comme manger, boire ou marcher dans les souks, ne sont pas compatibles aux statuts des Imams (a), puisqu'ils n'en ont pas besoin. L'Imam al-Hâdî (a) lui a répondu alors :

" Tout corps est ainsi (fait ces actes), sauf Dieu qui a donné la corporalité au corps" [54].

Dans différentes lettres, l'Imam al-Hâdî (a) a démenti et dénoncé les propos et proclamations semblables des gens comme : Ali b. Hasaka qui divinisait l'Imam al-Hâdîb (a) et se présentait comme étant le représentant et le messager de l'Imam[55]; Muhammad b. Nusayr Numayrî, le fondateur du courant Nusayrites ; Hasan b. Muhammad connu sous le nom de Ibn Bâbâ, et Fâris b. Hâtam Qazwînî[56].

Dans sa lettre au sujet de Ibn Bâbâ al-Qummi, l'Imam al-Hâdî (a), le dénonce et écrit :

"Il croit que c'est moi qui l'ai envoyé et qu'il est mon bâb (représentant). Or c'est le satan qui l'a dévié"[57].

Une autre personne qui a été mentionnée parmi ces gens est Ahmad b. Muhammad Sayyârî[58] qui se présentait comme l'un des compagnons de l'Imam al-Hâdî (a), et que la plupart des savants de Rijâl considéraient comme ghâlî (exagérateur)[59]. Son livre, al-Qirâ'ât est une des sources principals des propos sur la falsifications du Coran[60].

Mentionnons aussi Husayn b. 'Ubayd Allah al-Muharrar qui a été expulsé de la ville de Qom par ce que dénoncé comme ghâlî[61]. Dans un traité rapporté par Ibn Shu'ba al-Harrani, l'Imam al-Hâdî appuie sur l'authenticité du Coran et le considère comme une pierre de touche pour mesurer l'authenticité de divers rapports, et aussi comme le seul texte que auquel tous les musulmans de référent. L'Imam se référait également au Coran, au sujet des propos sur lesquels il n'y avait pas de convergence[62].

D'autres ghâlî (exagérateurs) de cette époque étaient : Abbas b. Sadaqa, Abu al-Abbas at-Tarnânî (ou at-Tabarânî), Abd Allah al-Kindî connu sous le titre de Shâh Ra'îs[63].

Et enfin il faut rappeler aussi que l'Imam al-Hâdî (a) défendait les personnalités qu'on accusait à tord, de ghulûw (exagération). Par exemple quand les autorités de la ville de Qom ont condamné et expulsé Muhammad b. Ûrama, l'Imam écrit une lettre adressée aux gens de Qom pour le défendre et le purifier de cette accusation[64].

Ses communications avec les chiites

Article connexe : Organisation de la wikâlat.

L'Imam al-Hâdî (a) entretenait ses relations avec les chiites à travers des lettres et un réseaux de ses représentants qu'on appelait l'Organisation de la wikâlat.

Selon Ja'faryân durant l'époque de l'Imam al-Hâdî, la ville de Qom était le foyer le plus important des chiites iraniens, et il y avait des relations très solides entres les chiites de Qom et les Imams (a)[65].

Muhammad b. Dâwûd al-Qummî et Muhammad Talha étaient des représentants qui rassemblaient les lettres, les cadeaux et les Khums des chiites de Qom et de son alentour et les transmettaient à l'Imam al-Hâdî (a)[66].

Durant l'Imamat de l'Imam al-Hâdî (a), malgré la répression des abbassides, l'Imam al-Hâdî (a) avait une bonne relation avec les chiites de l'Irak, de l'Egypte, de Yemen, etc.

Selon Ja'fariyân, les représentants de l'Imam jouaient aussi des rôles dans la résolution des problèmes juridiques et théologiques des gens, et dans la confirmation de l'Imamat de l'Imam suivant[67].

Ali b. Ja'far al-Hamânî, Abû Ali ar-Râshid et Hasan b. 'Abd Rabba et son fils Ali (selon certains rapports) faisaient également parties des représentants de l'Imam al-Hâdî (a)[68]. Selon certains rapports de Muhammad b. Umar al-Kashshî, le savant de la science des Rijâl chiite du 4e siècle de l'hégire, Ahmad b. Is'hâq était aussi l'un des représentants de l'Imam al-Hâdî (a).[69]

Problème de l'invention du Coran et la position de l'Imam al-Hâdî

L'une des questions les plus importantes du troisième siècle de l'hégire (neuvième siècle a.c.) qui préoccupé beaucoup l'école de la pensée sunnite, était la dispute sur la question du Hudûth et du Qidam (création ou éternité) du Coran, ce qui a créé des divisions et les différents courant de l'Islam.

Les chiites ont gardé le silence en suivant les instructions des Imams (a) sur cette question. Dans une lettre alors l'Imam al-Hâdi (a) a ordonné à l'un des chiites de ne pas se prononcer sur cette question et de ne pas faire preuve de partialité à l'égard des opinions concernant la création ou l'éternité du Coran [70].

Science de Kalâm (théologie) de l'Imam (a)

En raison des divergences d'opinion entre les différentes sectes chiites, il était difficile pour l'Imam (a) de diriger le peuple. Les chiites étaient dispersés dans différentes régions, ce qui signifiait que de temps en temps, ils étaient influencés par des opinions différentes. Dans cette confusion, les groupes non chiites et les oppositions anti-chiites ont provoqué ces désaccords et les ont faussement projetés, plus profondément qu'ils ne l'étaient réellement.

Il y a une narration d'al-Kashshî qui montre explicitement une personne composée de trois sectes appelées Zurariyya,'Ammariyya, et Ya'furiyya et attribuée à chacun des grands compagnons de l'Imam as-Sâdiq (a) (Zurâra b. A'yan, 'Ammâr as-Sâbâtî, et Ibn Abî Ya'fûr).

Les Imams (a) des chiites ont parfois été confrontés à des questions, dont l'origine de certains étaient ces désaccords entre chercheurs chiites - qui étaient parfois simplement axés sur la discussion ou parfois plus profonds - et les Imams (a) devaient alors juger ou arbitrer ces questions.

Un de ces questions était Tashbih et Tanzih des attributs Divins. Depuis le début, les Imams (a) des chiites ont insisté sur la vérité de la théorie de Tanzih.

Les discussions sur Hishâm b. al-Hakam et Hishâm b. Sâlim sur Tashbih et Tanzih ont provoqué des désaccords entre les chiites et les Imams (a) ont fréquemment rencontré des questions sur ces sujets.

Par conséquent, plus de vingt et une (21) narrations sont rapportées par l'Imam al-Hâdî (a) sur le Tanzih dont certaines sont très complètes et indiquent toutes que l'Imam (a) a approuvé Tanzih[71].

En ce qui concerne les opinions des Imams (a) sur la prédestination et le libre arbitre, il existe un traité complet attribué à l'Imam al-Hâdî (a). Dans ce traité, les principes théologiques chiites concernant la prédestination et le libre arbitre sont expliqués selon le Coran et l'interprétation du Hadîth, La jabr wa la tafwîd bal amrun bayn al-amrayn (il n'y a ni prédestination ni libre arbitre, mais un décret entre ces deux questions) rapportée de l'Imam as-Sâdiq (a) [72].

Parmi les récits rapportés par l'Imam al-Hâdî (a) avec le titre de Ihtijajat, la plupart concerne la prédestination (jabr) et le le libre arbitre (ikhtiyâr)[73].

Hadiths

Article connexe : Hadiths.

Dans divers livre de compilation de Hadiths chiites, comme : les quatre livres, Bihâr al-Anwâr, Tuhaf al-'Uqûl, al-Ihtijâj, et Tafsir de 'Ayyâshî, certains hadiths sont rapportés de l'Imam al-Hâdî (a).

Dans Musnad al-Imam al-Hâdî près de 350 hadiths sont attribués à l'Imam Hâdî (a). Les hadiths qui sont rapporté de lui sont moins nombreux que les hadiths rapportés des autres Imams chiites. Certains considèrent que cela était à cause de la résidence surveillée et forcée de l'Imam à Samarra sous le gouvernement abbassyde.

Les hadiths attribués à l'Imam Hâdî concernent différentes thématiques comme : at-Tawhid (Unicité Divine), Imamat, Ziyarat (Visite Pieuse), Tafsir (interprétation coranique), et divers chapitres juridiques (pureté et propreté, prière, jeûne, aumône, mariage, adab). Plus de 21 hadiths attribué à l'Imam Hâdî (a) concernent at-Tawhid et le at-Tanzih [74].

Précisons également que dans les hadiths attribués à l'Imam Hâdî (a), il est appelé par divers titres et noms, dont : Abi al-Hasan al-Hâdî, Abi al-Hasan at-Thalith, Abi al-Hasan al-Akhîr, Abi al-Hasan al-'Askarî, al-Fagih al-'Askarî, ar-Rajul, al-Tayyib, al-Akhîr, as-Sâdiq b. Sâdiq, ou al-Faqih tout court. Certains pensent que la raison de toutes ces diverses appellations était la dissimulation pieuse (taqiyya) [75].

Invocations

L'Imam al-Hâdî (a) a fait de grands efforts pour éduquer et familiariser les musulmans chiites avec les enseignements chiites par le biais des Du'a (invocation) et de pratiques de la Zîyârat (notamment visite pieuse par la lecture de texte). Ces points ont eu une grande influence dans le domaine chiite et ont régulièrement inspiré certains concepts au sein de la société chiite.

Ainsi les deux textes de la Zîyârat al-Jâmi'at al-Kabîra[76] et de la Zîyârat al-Ghadîrîya sont de l'Imam Hâdî (a).

Le texte de la Zîyârat al-Jâmi'at est connu pour être un texte imamologique. Le texte de la Zîyârat alGhadîrîya est axé sur le double principe chiite d'at-Tawallâ et d'at-Tabbarâ, et les vertus de l'Imam Ali (a).

Compagnons et les rapporteurs de Hadiths de l'Imam

Selon Cheikh at-Tûsî, le nombre d'étudiants de l'Imam al-Hâdî (a) et de ceux qui ont rapporté de ses paroles dans différentes sciences islamiques, a dépassé 185 personnes[77]. Ci-dessous, quelques uns des étudiants célèbres de l'Imam (a) sont mentionnés :

Abd al-'Azîm al-Hasanî: Selon Cheikh at-Tûsî, Abd al-'Azîm al-Hasanî, dont la lignée arrive à l'Imam al-Hasan al-Mujtabâ (a) par quatre générations, était un des compagnons de l'Imam al-Hâdî (a) et de l'Imam al-'Askarî (a). Toutefois dans certains ouvrages, il est considéré comme l'un des compagnons de l'Imam al-Jawâd (a et de l'Imam al-Hâdî (a).

Abd al-'Azîm était un érudit pieux en fiqh, digne de confiance de l'Imam al-Hâdî (a). Abu Hamid ar-Razi a dit :

" A Samarra, je suis allé voir l'Imam al-Hâdî (a) et lui ai posé des questions sur ce qui est permis et interdit et il m'a répondu. Quand j'ai voulu lui dire au revoir, il (a) m'a dit :
" Ô Hamid ! Si tu as une question religieuse dans la vie, demande à Abd al-'Azîm dans ta région, et transmets-lui mes salutations.

Uthman b. Sa'îd : Uthman b. Sa'îd est devenu l'élève de l'Imam al-Hâdî (a) à l'âge de 11 ans et avait évolué si rapidement que l'Imam al-Hâdî (a) l'a mentionné comme son Thiqa et son Amin (digne de confiance).

Ayyûb b. Nûh: Ayyûb b. Nûh était une personne digne de confiance de l'Imam et avait une grand statut en terme de piété ; les savants de Rijal l'ont compté parmi les justes serviteurs de Dieu. Il était le représentant de l'Imam al-Hâdî (a) et de l'Imam al-'Askari (a) et a rapporté de nombreux hadiths de l'Imam al-Hâdî (a).

Al-Hasan b. ar-Râshid: Al-Hasan b. ar-Râchid, dont le Kunya était Abu Ali, fut l'un des compagnons de l'Imam al-Jawâd (a) et de l'Imam al-Hâdî (a) et occupa une position importante auprès d'eux. Cheikh al-Mufîd le considérait parmi les éminents érudits du fiqh et les grandes personnalités références religieuses, et il n'y avait aucun doute à leur sujet.

En discutant des représentants des Imams (a), Cheikh at-Tûsî a mentionné al-Hasan b. ar-Râshid comme le représentant de l'Imam al-Hâdî (a) et a mentionné les lettres de l'Imam (a) qui lui étaient adressées.

Al-Hasan b. Ali an-Nâsir : Il est également connu sous le nom d'al-Hasan al-Utrush. Cheikh at-Tûsî le comptait parmi les compagnons de l'Imam al-Hâdî (a). Il était le grand-père de Sayyid al-Murtadâ du côté maternel. En ce qui le concerne Sayyid al-Murtadâ a dit :

" Sa position et son importance dans le savoir, la piété et le fiqh sont plus brillants que le soleil. C'est lui qui a répandu l'islam à Deylam pour que, par son intermédiaire, les gens soient sauvés de l'ignorance et qu'ils soient guidés à la vérité par son appel. Ses grands attributs et ses vertus sont très grands.

Statut auprès des sunnites

Les savants sunnites de l'époque de l'Imam Hâdî (a) le respectaient particulièrement. Ils appréciaient sa science, sa générosité, son aspect mystique et son adoration de Dieu. Ibn Hajar al-Haythamî a rapport un récit sur la générosité de l'Imam al-Hâdî (a).

Martyre

Selon les récits rapportés par Cheikh al-Mufîd et d'autres, l'Imam al-Hâdî (a) a été mort en martyr, au mois de Rajab de l'an 254 H, soit le mois de juillet, de l'an 868 C, après vingt ans et neuf mois de détention à Samarra[78]. Certaines sources ont mentionné la date de son martyre comme le 3 Rajab (2 Juillet)[79], tandis que d'autres ont mentionné la date du 25 ou du 26 Jumâdâ al-ÂKhira (25 ou 26 juin)[80], sous le règne d'al-Mutazz, le treizième calife abbasside.

Selon certaines informations, al-Mutazz Abbassi aurait empoisonné l'Imam al-Hâdî (a) et il a tombé en martyre[81]. Lors des funérailles de l'Imam al-Hâdî (a), les gens se donnaient des claques et se grattaient le visage. Ils ont pris le corps de l'Imam (a) hors de sa maison et l'ont placé devant la maison de Mûsâ b. Bagha (le commandant de l'armée abbasside). Quand al-Mutazz Abbasi les a vus, il a décidé de faire la prière funèbre sur le corps de l'Imam (a).

Il a ensuite ordonné que le peuple place le corps sur le sol et il a prié devant le corps de l'Imam (a), même si l'Imam al-Hasan al-'Askarî (a) et quelques chiites avaient déjà fait la prière sur le corps de l'Imam (a). Par la suite, ils ont enterré l'Imam (a) dans la même maison où il avait été emprisonné. La foule était si nombreuse que l'Imam al-'Askari (a) s'est déplacé dans la foule avec beaucoup de difficulté. Puis, un jeune homme apporta un cheval pour l'Imam (a) et les gens l'accompagnèrent chez lui[82].

Sanctuaire d'al-Askarîyayn

Article connexe : Sanctuaire d'al-Askarîyayn.

L'Imam al-Hâdî (a) a été enterré dans la même maison où il vivait à Samarra[83]. La lieu de l'enterrement de l'Imam al-Hâdî (a) et de son fils, l'Imam al-Hasan al-'Askarî est connu sous le nom d'al-Askarîyayn.

En l'an 333 H, Nâsir ad-Dawla Hamdânî a construit un dôme pour le sanctuaire, ainsi qu'un lieu d'hébergement pour les pèlerins. Durant l'époque Bouwayhides, Mu'iz ad-Dawla et Azd ad-Dawla ont construits d'autres équipements pour le sanctuaire, et ont réaménagé le dôme et la châsse placée sur le la tombe. finalement ce fut en 1335 HS/1956 c, qu'une châsse faite de l'or et de l'argent a été mise sur leur tombeau[84].

Destruction du sanctuaire et sa reconstruction

Durant les dernières années, des groupes extrémistes terroristes (takfiri) ont attaqué le sanctuaire de Samarra. La plus destructrice de ces attaques a été celle du 22 février 2006 C, dont Al-Qaïda a revendiqué la responsabilité. Il a été survenu par 200 kg d'explosifs qui avaient été placé au centre de la coupole ; et a ainsi détruit les minarets du sanctuaire. Deux ans plus tard, le 13 mars 2008 C, la deuxième attaque contre le sanctuaire a causé la destruction complète des minarets restants. Le 6 juin 2014 C, de nouveau une vaste attaque a été lancée contre Samarra en direction de ce sanctuaire.

Après la destruction de la coupole et des minarets du sanctuaire, un projet de reconstruction de la coupole a commencé, en 2010 C à Qom sous la supervision de Sayyid Jawad Shahrestani. En outre, la châsse du sanctuaire a été réalisée grâce aux dons de l'ayatollah Sayyid Ali Sîstânî.

Voir aussi

Références

  1. Cheikh al-Mufîd, al-Irshad, vol 2, p 297, 1413 H ; al-Mas'ûdî, Ithbât al-Wasîyya, p 228, 1426 H
  2. Cheikh al-Mufîd, al-Irshad, vol 2, p 297, 1413 H
  3. An-Nawbakhtî, Firaq ash-Shî'a, p 135, 1361 HS
  4. Ibn Shahrâshûb, Manâqib Âl Abî Tâlib, vol 4, p 401, 1379 H
  5. Al-Qarashî, Hayât al-Imam Ali al-Hâdî (a), p 21, 1429 H
  6. Ibn Shahrâshûb, Manâqib Âl Abî Tâlib, vol 4, p 401, 1379 H
  7. Sibt b. al-Jawzî, Tadhkirat al-Khawâs, vol 2, p 492, 1426 H
  8. Al-'Allâma al-Majlisî, Bihâr al-Anwâr, vol 50, p 113, 1403 H ; Cheikh as-Sadûq, 'Ilal ash-Sharâyi', vol 1, p 241, 1385 H
  9. Ibn Shahrâshûb, Manâqib Âl Abî Tâlib, vol 4, p 401, 1379 H, Cheikh at-Tûsî, Tahdhîb al-Ahkâm, vol 6, p 104, 1418 H
  10. Cheikh al-Kulaynî, al-Kâfî, vol 1, p 97 et 341, 1407 H
  11. Al-Qarashî, Hayât al-Imam Ali al-Hâdî (a), p 21, 1429 H
  12. Cheikh al-Kulaynî, al-Kâfî, vol 1, p 497, 1407 H ; Cheikh at-Tûsî, Thdhîb al-Ahkâm, vol 6, p 104, 1418 H
  13. Cheikh al-Mufid, al-Irshad, vol 2 p 297, Ibn Sharâshûb, Manâqib Âl Abî Tâlib, vol 4, p 401, 1379 H
  14. Al-Kaf'amî, al-Misbâh, p 512 ; al-Muhaddith al-Qummî, vol 3, 1385 HS ; al-Mas'ûdî, Ithbât al-Wasîyya, p 228, 1426 H
  15. Cheikh al-Kulaynî, al-Kâfî, vol 1, p 497, 1407 H
  16. Al-Mas'ûdî, Ithbât al-Wasîyya, p 228, 1426 H
  17. Rajabî Davânî, 'Ilali Mahdûd Bûdan Ittil'ât Târîkh Darbâri Imam Hâdî (a)
  18. Chiek al-Mufid, al-Irshad, p 649, 1413 H
  19. Irbilî, Kashf al-Ghumma, vol 4, p 7, 1426 H
  20. Al-Khasîbî, al-Hidâyat al-Kubrâ, p 313, 1991 C
  21. Ibn Shahrâshûb, Manâqib Âl Abî Tâlib, vol 4, p 402, 1379 H
  22. Cheikh al-Mufîd, al-Irshad, vol 2, p 312, 1413 H
  23. Al-'Asqalânî, As-Sawâ'iq al-Muhriqa, Maktabat al-Qâhira, p 207
  24. Chiekh al-Mufîd, al-Irshâd, p 638, 1413 H
  25. An-Nawbakhtî, Firaq ash-Shî'a, p 134, 1361 HS
  26. Al-Ash'arî al-Qummî, al-Maqalât wa al-Firaq, p 99, 1361 Hs
  27. 'Atârudî, Musnad al-Imam al-Hâdî (a), p 20, 1410 H
  28. Cheikh al-Kulaynî, al-Kâfî, vol 1, p 323-325, 1407 H ; Cheikh al-Mufîd, al-Irshâd, vol 2, p 298, 1413 H
  29. Ibn Shahrâshûb, Manâqib Âl Abî Tâlib, vol 4, p 402, 1379 H
  30. Cheikh al-Mufîd, al-Irshad, vol 2, p 297, 1413 H ; at-Tabrisî, I'lâm al-Warâ, vol 2, p 109, 1417 H
  31. At-Tabrisî, I'lâm al-Warâ, vol 2, p 109, 1417 H
  32. Ibn Shahrâshûb, Manâqib Âl Abî Tâlib, vol 4, p 401, 1379 H
  33. Jâsim, Târîkh Sîyâsî Ghiybat Imam Davâzdahum, p 81, 1376 HS
  34. At-Tabrisî, I'lâm al-Warâ, vol 2, p 109-110, 1417 H
  35. Sibt b. al-Jawzî, Tadhkirat al-Khawâs, vol 2, p 493, 1426 H
  36. Cheikh al-Mufîd, al-Irshad, vol 2, p 309, 1413 H
  37. Al-Mas'ûdî, Ithbât al-Wasîyya, p 233, 1426 H
  38. Al-Mas'ûdî, Ithbât al-Wasîyya, p 233, 1426 H
  39. Cheikh al-Mufîd, al-Irshad, vol 2, p 297, 1413 H
  40. Cheikh al-Mufîd, al-Irshad, vol 2, p 297, 1413 H
  41. Cheikh al-Mufîd, al-Irshad, vol 2, p 297, 1413 H ; Cheikh al-Kulaynî, al-Kâfî, vol 1, p 501, 1407 H
  42. Sibt b. al-Jawzî, Tadhkirat al-Khawâs, vol 2, p 492, 1426 H
  43. Al-Mas'ûdî, Ithbât al-Wasîyya, p 237, 1426 H
  44. Cheikh al-Mufîd, al-Irshad, vol 2, p 3111, 1413 H
  45. Cheikh al-Mufîd, al-Irshad, vol 2, p 311, 1413 H
  46. Cheikh al-Mufîd, al-Irshad, vol 2, p 311, 1413 H
  47. at-Tabrisî, I'lâm al-Warâ, vol 2, p 126, 1417 H
  48. Al-Mas'ûdî, Murûj adh-Dhahab, vol 4, p 11, 1404 H
  49. Sibt b. al-Jawzî, Tadhkirat al-Khawâs, vol 2, p 497, 1426 H
  50. Abu al-Faraj Isfahânî, Maqâtil at-Tâlibîyyîn, p 478, 1987 C
  51. Ja'farîyân, Hayâti Fikrî Sîyâsî Imâmâni Shî'a, p 628
  52. Le Coran, la Sourate al-'Ankabût (29), verset 45, traduction de Régis Blachère
  53. Le Coran, la sourate al-Baqara (2), Verset 43, traduction de Régis Blachère
  54. Irbilî, Kashf al-Ghumma, vol 2, p 338, 1426 H
  55. Al-Kashshî, Rijâl, p 517, 1409 H
  56. An-Nawbakhtî, Firaq ash-Shî'a, p 136, 1361 HS ; Al-Kashshî, Rijâl, p 520, 1409 H
  57. Al-Kashshî, Rijâl, p 520, 1409 H
  58. 'Atârudî, Musnad al-Imam al-Hâdî (a), p 323, 1410 H
  59. An-Najâshî, Rijâl, p 80, 1365 HS ; Cheikh at-Tûsî, al-Fihrist, p 57, 1420 H
  60. Ja'farîyân, Akdhubat at-Tahrîf Bayn ash-Shî'at fa as-Sunna, p 77-78, 1413 H
  61. Al-Kashshî, Rijâl, p 512, 1409 H
  62. Ibn Shahrâshûb, Manâqib Âl Abî Tâlib, vol 4, p 435, 1379 H
  63. Al-Kashshî, Rijâl, p 520, 1409 H
  64. An-Najâshî, Rijâl, p 329, 1365 HS
  65. Ja'farîyân, Hayâti Fikrî Sîyâsî Imâmâni Shî'a, p 654
  66. 'Atârudî, Musnad al-Imam al-Hâdî (a), p 45, 1410 H
  67. Ja'farîyân, Hayâti Fikrî Sîyâsî Imâmâni Shî'a, p 631
  68. Jabbârî, Sâzimân Vikâlat, p 513-514 et 537, 1382 HS
  69. Jabbârî, Sâzimân Vikâlat, p 650, 1382 HS
  70. Cheikh as-Sadûq, at-Tawhîd, p 224, 1398 H ; Ibn Shahrâshûb, Mutishâbih al-Qur'ân wa al-Mukhtalafa, vol 1, p 61, 1369 H
  71. 'Atârudî, Musnad al-Imam al-Hâdî (a), p 48-94, 1410 H
  72. 'Atârudî, Musnad al-Imam al-Hâdî (a), p 198-213, 1410 H
  73. 'Atârudî, Musnad al-Imam al-Hâdî (a), p 198-227, 1410 H
  74. 'Atârudî, Musnad al-Imam al-Hâdî (a), p 84-94, 1410 H
  75. 'Atârudî, Musbad al-Imam al-Hâdî (a), p 10, 1410 H
  76. Chiekh as-Sadûq, Man Lâ Yahdurhu al-Faqîh, vol 2, p 609
  77. Cheikh at-Tûsî, ar-Rijâl, p 378, 1415 H
  78. Cheikh al-Mufîd, al-Irshad, vol 2, p 311-312, 1413 H
  79. An-Nawbakhtî, Firaq ash-Shî'a, p 134, 1361 HS
  80. Irbilî, Kashf al-Ghumma, vol 4, p 7, 1426 H
  81. At-Tabarî ash-Shî'î, Dalâ'il al-Imâma, p 212, 1408 H
  82. Al-Mas'ûdî, Ithbât al-Wasîyya, p 243, 1426 H
  83. Cheikh at-Tûsî, Tahdhîb al-Ahkâm, vol 6, p 104, 1418 H
  84. Muntazar al-Qâ'im, Târîkh Imâmat, p 253

Bibliographie

  • ‘Atârudî, Azîz Allah, Musnad al-Imam al-Hâdî (a), Qom, al-Mu’tamar al-‘Âlamî li Imam ar-Ridâ (a), 1410 H
  • Abu al-Faraj Isfahânî, Ali b. Husayn, Maqâtil at-Tâlibîyyîn, Bayrouth, institut al-A’lamî li al-Matbû’ât, 1987 C
  • Ad-Dakhîl, Ali Muhammad Ali, A’imatunâ Sîrat al-A’imat Ithnâ ‘Ashar, Qom, Intishârât Sattâr, 1429 H
  • Al-‘Allâma al-Majlisî, Muhammad Bâqir, Bihâr al-Anwâr, Beyrouth, Dâr Ihyâ’ at-Turâth al-Arabie, edition 2, 1403 H
  • Al-Hashshî, Muhammad b. Umar, Ikhtîyâr Ma’rift ar-Rijâl ou ar-Rijâl al-Kashshî, Qom, institut Âl al-Bayt (a), edition 1, 1363 HS et Mechhed, univérsité de Mechhed, 1348 HS
  • Al-Mas’ûdî, Ali b. Husayn, Ithbât al-Wasîyyat li Imam Ali b. Abî Tâlib (a), Qom, Ansârîyân, 1416 H
  • Al-Mas’ûdî, Ali b. Husayn, Murûj adh-Dhahab wa Ma’âdin al-Jawhar, vol 4, Qom, Manshûrât Dâ al-Hijra, 1404 H
  • Al-Mas’ûdî, Ali b. Husayn, Murûj adh-Dhahab wa Ma’âdin al-Jawhar, traduction de Abu al-Qâsim Pâyandi, Téhéran, ‘Ilmî Farhangî, 1374 HS
  • Al-Qarashî, Bâqir Sharîf, Hayât al-Imam Ali an-Naqî, Mihr Dildâr, 1429 H/2000 C
  • An-Najâshî, Ahmad b. Ali, Rijâl an-Najâshî, Qom, Jami’I Mudarrisîn, 1365 HS
  • An-Nawbakhtî, Hasan b. Mûsâ, Firaq ash-Shî’a, traduction de Muhammad Jawâd Mashkûr, Téhéran, Markaz Intishârât ‘Ilmî va Farhangî, 1361 HS
  • Ash’arî al-Qummî, Sa’d b.Abd Allah Abî Khalf Ash’arî al-Qummî, al-Maqâlât wa al-Firaq, Téhéran, Intishârât ‘Ilmî va Farhangî, 1361 Hs
  • At-Tabarî ash-Shî’î, Muhammad b. Jarîr b. Rustam, Dalâ’il al-A’imma, Bayrouth, institut al-A’lamî lil Matbû’ât, edition 2, 1408 H
  • At-Tabrisî, Fadl b. Hasan, A’lâm al-Warâ, Qom Sitâri, 1417 H
  • Cheikh a-Kulaynî, Muhammad b. Ya’qûb, al-Kâfî, correcteur : Ali Akbar Ghaffârî, et Muhammad Âkhundî, Téhéran, Dâr al-Kutub al-Islâmîyya, 1407 H
  • Cheikh al-Mufîd, Muhammad b. Muhammad b. Nu’mân, al-Irshâd fî Ma’rifat Hujaj Allah ‘Ala al-‘Ibâd, correcteur : institut Âl al-Bayt (a), Qom, le congrès de Cheikh al-Mufîd, 1413 H
  • Cheikh as-Sadûq, Muhammad b. Ali, 'Ilal ash-Sharâyi', Nadjaf, Maktabat al-Haydarîyya, 1385 H
  • Cheikh as-Sadûq, Muhammad b. Ali, Man Lâ Yahduruhu al-Faqîh, correcteur : Ali Akbar Ghaffârî, Qom, Daftar Intishârât Islâmî, edition 2, 1413 H
  • Cheikh as-Sadûq,Muhammad b. Ali, at-Tawhîd, Qom, Jâmi’I Mudarrisî, 1398 H
  • Cheikh at-Tûsî, Muhammad b. Hasan Tahdîb al-Ahkâm, chercheur : Ali Akbat Ghaffârî, Téhéran, NAshr Sadûq, edition 1, 1418 H
  • Cheikh at-Tûsî, Muhammad b. Hasan, al-Ghayba, Dâr al-Ma’ârif al-Islâmîyya, edition 1, 1411 H
  • Cheikh at-Tûsî, Muhammad b. Hasan, Fihrist Kutub ash-Shî’a wa Usûlihim, Qom, Maktabat am-Muhaqqiq at-Tabâtabâ’î, 1420 H
  • Cheikh at-Tûsî, Muhammad b. Hasan, Ikhtîyâr Ma’rifat ar-Rijâl, Mechhed, l’univérsité de Mechhed, 1348 H
  • Cheikh at-Tûsî, Muhammad b. Hasan, Rijâl, Mechhed, Majma’ al-Buhûth al-Islâmîyya, 1413 H
  • Cheikh at-Tûsî, Muhammad b. Hasan, Rijâl, Qom, Jâmi’i Mudarissîn, 1415 H
  • Ibn Hajar al-Haythamî, Ahmad b. Muhammad, as-Sawâ’iq al-Muhriqa ‘Alâ Ahl ar-Rafd wa ad-Dalâl wa al-Zandiqa, Le Caire, Maktabat al-Qâhira
  • Ibn Shahrâshûb, Muhammad b. Ali, Manâqib Âl Abî Tâlib, Bayrouth, Dâr al-Awdâ’, 1421 H
  • Ibn Shahrâshûb, Muhammad b. Ali, Manâqib Âl Abî Tâlib, Qom, Dâr al-Awdâ’, 1379 HS
  • Irbilî, Ali b. ‘Isâ, Kashf al-Ghumma fi Ma’rifat al-A’imma, Qo, Majma’ Jahânî Ahl al-Bayt, 1426 H
  • Ja’farîyân, Rasûl, al-Kuzûbat at-Tahrîf Bayn ash-Shî’at wa as-Sunna, Téhéran, Shu’arâ’, 1413 H
  • Jabbârî, Muhammad Ridâ, Sâzimân Vikâlat va Naqsh Ân Dar ‘Asr A’imma (a), Qom, institut Imam Khumaynî, 1382 HS
  • Jâmis, Muhammad Husayn, Târîkh Sîyâsî Imam Dawâzdahum, traduction de Sayyid Muhammad Taqî Âyatullâhî, edition 3, Téhéran, Amîr Kabîr, 1385 HS
  • Muntazar al-Qâ’im, Asghar, Târîkh Imamat, Qom, Nashr Ma’ârif, edition 1, 1386 HS
  • Sibt b. al-Jawzî, Yûsuf, Tadhkirat al-Khawâs, Qom, Laylî, 1426 H