La bataille d'Uhud

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

La bataille d'Uhud (en arabe : غزوة احد) fut l'une des célèbre Razzia (Ghazwa) du Prophète Muhammad (s) contre les polythéistes de La Mecque, et elle a eu lieu en l'an 3 H.L / 625, près de la montagne d'Uhud.

Suite à la bataille de Badr, les gens de Quraysh, se préparèrent pour une nouvelle bataille afin de venger leurs pertes, sous la direction de Abû Sufyân, le commandant de l'armée. Le Prophète Muhammad (s) et les membres supérieurs d' Ansâr et de Muhâjirûn prévoyaient de se battre contre les Quraysh à l'intérieur de la ville de Médine; tandis que les jeunes musulmans ainsi que Hamza b. Abd al-Muttalib, l'oncle du Prophète, avaient l'intention de se battre en dehors de la ville. Finalement, le Prophète Muhammad (s) a décidé d'accepter l'avis de ces derniers et de sortir de la ville.

Au début de la bataille, les musulmans ont vaincu les mecquois. Certains des archers musulmans ayant Abd Allah b. Jubayr en tête, sur le mont Aynayn sur le côté gauche du mont Uhud, ont quitté alors leurs postes assignés en pensant que la bataille était terminée et qu'ils avaient gagné. Ce fut à ce moment là que les mecquois ont attaqué les musulmans par derrière, ce qui a mené à la défaite des musulmans. Ce fut une défaite sérieuse avec une lourde perte et approximativement 70 martyrs pour les musulmans, y compris Hamza b. Abd al-Muttalib dont le corps a été mutilé. Le Prophète Muhammad (s) lui-même a été gravement blessé du visage et a perdu sa dent.

Campagne militaire des mecquois vers Médine

Les mecquois qui avaient subi une véritable défaite lors de la bataille de Badr, voulaient venger leurs pertes et donc se préparaient pour une nouvelle bataille contre Médine en 3/625, ayant Abû Sufyân en tête de leur armée. Pour ce faire, Abu Sufyân persuada Amr b. Al-'Âs, Ibn. Zuba'ri et Abû Azza pour motiver et recueillir d'autres tribus à son armée pour la nouvelle bataille.[1] Puis ils commencèrent leur campagne vers Médine avec environ trois mille soldats. Selon la narration de Vaqidî, le Prophète Muhammad (s) avait été secrètement informé de l'arrivée de l'armée de Quraysh vers Médine, par une lettre de la part de 'Abbâs b. Abd al-Muttalib, son oncle, à Quba près de Médine.[2] Mais d'autres hadiths n'ont pas mentionné cette lettre adressée au Prophète Muhammad (s).[3]

Le 5ème jour de Shawwâl, l'armée Mecquoise est arrivée à la région d'Urayd près du mont Uhud.[4] Un des compagnons du prophète l'informa du nombre et de leur équipement de la guerre. Il est rapporté que quelques membres supérieurs de Banû Khazraj et de Banû Aws dont Sa'd b. Ma'âdh, Usayd b. Hudayr et Sa'd b. 'Ubâda, veillaient toute la nuit jusqu'au matin du vendredi dans une mosquée, dans la crainte de l'attaque de Quraysh.[5]

Consultation du prophète (s) avec Sahaba

Vendredi, le Prophète Muhammad (s) se réunit sur la meilleure façon de se défendre contre les ennemis. Le Prophète Muhammad (s) et beaucoup de membres supérieurs d'Ansâr et Muhâjirûn ont suggéré qu'il serait plus sûr de lutter contre eux dans Médine, tandis que les jeunes musulmans et aussi Hamza b. Abd al-Muttalib discutaient pour se battre avec eux en dehors de Médine. Finalement, le Prophète décida d'accepter les vœux de ce dernier.[6]

Sortie du Prophète Muhammad (s) de Médine

Le Prophète Muhammad (s) a préparé son armée et a marché vers Uhud avec mille soldats.[7] Ils passèrent la nuit à Chaykhan, à mi-chemin entre Médine et Uhud, et continuèrent leur route le matin.[8]

Refus de 'Abd-Allah b. Ubayy

Peu de temps après, les soldats du Prophète se sont installés dans Uhud, 'Abd Allah b. Ubayy et un certain nombre de soldats musulmans ont retiré leur soutien au Prophète Muhammad (s) et sont retournés à Médine, parce qu'ils étaient mécontents avec le plan de combat en dehors de Médine.[9] Par conséquent, le nombre de soldats musulmans réduit à 700 comme ils étaient prêts à faire face à l'armée des Mecquois.

Préparation à la bataille

Le Prophète Muhammad (s) a stationné des soldats musulmans sur les pentes du Mont Uhud et face à Médine afin qu'ils puissent faire face à des ennemis tout en étant protégés par le mont Uhud. Il a assigné un groupe d'archers sur le Mont Aynayn avec 'Abd Allah b. Jubayr comme leur commandant.[10] L'armée de la Mecque s'est positionnée face aux soldats musulmans, Khalid b. Al-Walîd et 'Akramah b. Abî Jahl étaient commandants des côtés droit et gauche de leur armée.[11] Avant le commencement de la bataille, le Prophète Muhammad (s) a prononcé un discours[12] à des soldats musulmans et a ordonné aux archers de ne jamais quitter leurs positions en aucune circonstance et seulement de protéger les autres soldats.[13]

Victoire initiative des musulmans

Au début Talha b. Abî Talha, a avancé et a défié les musulmans à un duel, puis 'Ali b. Abî Tâlib (a) se précipita et frappa Talha vers le bas. Ensuite, les musulmans sont devenus joyeux et ont attaqués aux lignes des Mecquois.[14] L'armée de la Mecque fut repoussée et ils s'enfuirent.[15]

Echec des musulmans

Les archers musulmans qui ont été positionnés sur le flanc gauche ont désobéi aux ordres du Prophète et ils ont couru en descente pour charger le butin. 'Abd Allah b. Jubayr a essayé de les faire revenir à leurs postes, mais il n'a pas réussi. Plus tôt, Khâlid b. Walîd a eu quelques attaques inefficaces sur le flanc gauche de l'armée musulmane.[16]
Quand ils ont remarqué que les soldats musulmans ont été égarés, ils ont attaqué de nouveau sous la direction d'Akrama b. Abi Jahl aux soldats restants sur la colline et l'arrière.[17] Des rumeurs circulaient, disant que le Prophète Muhammad (s) fut tué.[18] Il a apporté le désordre à l'armée musulmane, ils ont dispersé partout, mais certains ont réussi à se retirer et se regrouper sur les collines.[19] Le Prophète Muhammad (s) a été blessé en raison des pierres qui lui ont été jetées, qui lui ont causé des blessures sur le front et la dent.[20] Le Prophète et quelques compagnons, restés seuls et ont essayé de trouver et se retirer un endroit sûr, sur la montagne.[21]

Comme Cheikh al-Mufîd a narré d'Abd Allah b. Mas'ûd :

« Des soldats musulmans ont été dispersés et ils ont essayé de s'enfuir, mais Ali b. Abî Tâlib est resté près du Prophète Muhammad pour le protéger et d'autres musulmans se sont joints aux Prophètes, dont 'Asim b. Thâbit, Abû Dujâna et Sahl b. Hanîf » .[22]

Martyre de Hamza

La tombe de Hamza avant la destruction

Les Mecquois ont attaqué des soldats musulmans et en ont martyrisé beaucoup, dont le plus important Hamza b. Abd al-Muttalib. L'esclave de Jubayr b. Mut'im, Wahshî b. Harb, jeta Hamza avec une lance, puis il ouvrit son cadavre, enlevant son foie à Hind, la femme d'Abû Sufyân. Elle a essayé de manger son foie, parce que Hamza avait déjà tué son père.
Après le martyre et la mutilation de Hamza, le Prophète Muhammad (s) fut abattu et irrité. [23]

Nombre des martyrs

La tombe des martyrs

Les musulmans ont enterré les morts et le Prophète Muhammad (s) a pratiqué des prières sur chacun des martyrs.[24] Aussi, il fit la prière funérailles soixante-dix fois sur le corps de Hamza.[25] Les noms des musulmans martyrisés sont énoncés exclusivement dans les livres anciens; Il est également dit qu'une vingtaine de Mecquois ont été tués.

Réaction d'Abû Sufyân

Après la bataille, Abû Sufyân est venu près des musulmans qui ont été rassemblés sur les pentes des collines, après avoir loué les idoles, dit-il, cette guerre était une réponse à la bataille de Badr.

Date

La bataille d'Uhud eut lieu le samedi 7 de Shawwâl 3 H.L / 23 mars 625.[26] On dit également qu'il était au 15 de Shawwâl en 3.[27]

Révélation des versets

Selon des sources, quelques versets ont été révélés sur cette bataille, surtout des versets 121 à 129 de la sourate Âl 'Imrân.[28] En outre, certains hadiths sont mentionnés du Prophète Muhammad (s) sur cette bataille. Par la suite, le Prophète Muhammad (s) a parfois visité le lieu d'inhumation des musulmans martyrisés à Uhud.[29] Depuis lors, les voyageurs visitent leur lieu d'inhumation sur le chemin de Médine.

Voir aussi

Références

  1. Ibn Ishâq, al-siyar va al-maghâzî, p 322-323; Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p201; Tabarî, Târîkh, v2, p500
  2. Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p203-204
  3. Ibn Hishâm, as-Sîra al-Nabavîya, v2, p62; Tabarî, Târîkh, v2, p502
  4. Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p206-207
  5. Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p208
  6. Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p210-213; ‘Urva b. Zubayr, Maghâzî Rasûl allâh, p168-169
  7. Ibn Hishâm, as-Sîra al-Nabavîya, v2, p63; Ibn Ishâq, al-siyar va al-maghâzî, p 326
  8. Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p216-218
  9. ‘Urva b. Zubayr, Maghâzî Rasûl allâh, p169; Zuhrî, al-maghâzî al-nabavîya, p77; Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p219; Ibn Hishâm, as-Sîra al-Nabavîya, v1, p64
  10. Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p219-220
  11. Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p220
  12. Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p221-223
  13. Ibn Ishâq, al-siyar va al-maghâzî, p 326; Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p224-225; Ibn Hishâm, as-Sîra al-Nabavîya, v2, p65-66; Bukhârî, Sahîh, v5, p29; Tabarî, Târîkh, v2, p509
  14. Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p225-226
  15. Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p229; Ibn Sa‘d, al-Tabaqât al-Kubrâ, v2, p40-41
  16. Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p229
  17. Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p232; Ibn Sa‘d, al-Tabaqât al-Kubrâ, v2, p41-42
  18. Zuhrî, al-maghâzî al-nabavîya, p77; Ibn Ishâq, al-siyar va al-maghâzî, p 27; Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p232
  19. Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p235
  20. Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p244; Zuhrî, al-maghâzî al-nabavîya, p77; Tabarî, Târîkh, v2, p519
  21. Ibn Ishâq, al-siyar va al-maghâzî, p 230; Ibn Hishâm, as-Sîra al-Nabavîya, v2, p83; Tabarî, Târîkh, v2, p518
  22. Âyatî, Târîkh Payâmbar Islâm, p256
  23. Ibn Is'hâq, al-siyar va al-maghâzî, p 329-333; Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p285-286, 290
  24. Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p328
  25. Ibn Hishâm, as-Sîra al-Nabavîya, v2, p97; Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p310; Ibn Sa‘d, al-Tabaqât al-Kubrâ, v2, p44; Balâdhurî, Ansâb al-’Achrâf, p336
  26. Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p199; Ibn Sa‘d, al-Tabaqât al-Kubrâ, v2, p36; Balâdhurî, Ansâb al-’Achrâf,v1, p311-312
  27. Ibn Ishâq, al-Siyar va al-Maghâzî, p 324; Ibn Habîb, al-Muhabbar, p112-113; Tabarî, Târîkh, v2, p534
  28. Wâqidî, al- Maghâzî, v1, p319; Ibn Hishâm, as-Sîra al-Nabavîya, v2, p106; Tabarî, Tafsîr, v4, p45
  29. Bukhârî, Sahîh, v5, p29

Bibliographie

  • Âyatî, Muhammad Ibrâhîm, Târîkh Payâmbar Islâm, révision par: Abû al-Qâsim Gurjî,Téhéran: Intichârât Dânichgâh Téhéran, 1378 h.s.
  • Ibn Ishâq, Muhammad, al-siyar va al-maghâzî, par: suhayl zakâr, Damichq, 1397 h.l/1978 a.c.
  • Ibn Habîb, Muhammad, al-Muhabbar, par: ilse lichten stetter, Haydar Âbâd Dakan, 1361 h.l /1942 a.c .
  • Ibn Sa‘d, Muhammad, al-Tabaqât al-Kubrâ, Beyrouth, Dâr Sâdir.
  • Ibn Hishâm, ‘Abd al-Malik, as-Sîra al-Nabavîya, par: Mustafâ Saqqâ et les autres, Qâhira,1357 h.l/1955 a.c.
  • Bukhârî, Muhammad, Sahîh, Qâhira, 1315 a.c.
  • Balâdhurî, Ahmad , Ansâb al-’Achrâf ,par: Muhammad Hamîd allâh, Qâhira,1959 a.c.
  • Zuhrî, al-maghâzî al-nabavîya, par: Suhayl Zakâr, Damichq, 1401 h.l/19981 a.c.
  • Tabarsî, Fadl b.Hasan, ’I‘lâm al-Wurî Bi’a‘lâm al-Hudâ, Âl al-Bayt, Qom, 1417 h.l, e.d 1.
  • Tabarî, Târîkh.
  • Tabarî, Tafsîr.
  • ‘Urva b. Zubayr, Maghâzî Rasûl allâh, par: Muhammad Muatfâ A‘zamî, Rîyâd, 1404 h.l/1981 a.c.
  • Wâqidî, Muhammad, al- Maghâzî, Marseden Jonse, London, 1966 a.c.
  • Yâqût, Boldân.