Hadith Lawlâk

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Hadith Lawlâk (en arabe : حدیث لولاک) est un hadith du Prophète (s) qui a été rapporté comme un hadith Qudsî. Selon ce hadith, les cieux n'auraient pas été créés, si le Prophète (s) n'était pas, et le Prophète (s) n'aurait pas été créé, si Ali (a) n'était pas, et le Prophète (s) et Ali (a) n'auraient pas été créés, si Fatima (a) n'était pas.

Le texte du hadith

Le texte le plus célèbre de ce hadith, rapporté comme un hadith Qudsî est celui-ci :

یا أحمد لولاک لما خلقت الافلاک و لولا علی لما خلقتک و لولا فاطمه لما خلقتکما
Ô Ahmad ! Si, tu n'étais pas, Je n'aurais pas créé les cieux, et si, Ali n'était pas, Je ne t'aurais pas créé, et si, Fatima n'était pas, Je n'aurais pas créé vous deux.
Sayyid Hasan Mîrjahânî, Junna al-'Âsima

Dans les sources chiites, il y a deux autres hadiths avec le même des propos semblables qui sont les suivants :
1.

يَا مُحَمَّدُ وَ عِزَّتِي وَ جَلَالِي لَوْلَاكَ لَمَا خَلَقْتُ آدَمَ وَ لَوْ لَا عَلِيٌّ مَا خَلَقْتُ الْجَنَّة
Ô Muhammad ! Je jure par Ma dignité et Ma gloire, si, tu n'étais pas, Je n'aurais pas créé Adam, et si, Ali n'était pas, Je n'aurais créé le Paradis.
Sayyid b. Tâwûs, Al-Yaqîn, p 426; 'Allâma Majlisî, Bihâr al-Anwâr, vol 18, p 400

2.

لَوْلَاكَ لَمَا خَلَقْتُ الْأَفْلَاك
Si, tu n'étais pas, Je n'aurais créé les cieux.
Bikrî, Al-Anwâr fî mawlid an-Nabî, p 5; 'Allâma Majlisî, Bihâr al-Anwâr, vol 15, p 28

Les sources du hadith

Le texte le plus célèbre de ce hadith, ne se trouve dans aucune source ancienne chiite. Mîrjahânî, l'auteur de Junnat al-'Âsima, écrit dans son livre qu'il l'a trouvé dans un manuscrit non édité intitulé Kashf al-la'âlî oeuvre de Salih b. 'Arandas al-Hillî (neuvième siècle de l'hégire). Voici la châine de transmission, sur lequel, cet auteur d'appui :

« Dans le livre Kashf al-la'âlî, oeuvre de Salih b. 'Abd al-Wahhâb b. al-'Arandas, il est rapporté de Cheikh Ibrâhîm b. al-Hasan adh-Dharrâq, de cheikh Ali b. Hilâl al-Jazâ'irî, de cheikh Ahmad b. Fahl al-Hillî, de cheikh Zayn ad-Dîn Ali b. al-Hasan al-Khâzin al-Hâ'irî, de cheikh Abî Abdullah Muhammad b. Makkî ash-Shahîd, de Abî Ja'far Muhammad b. Ali b. Mûsâ b. Babawayn al-Qummî, de Jâbir b. Yazid al-Ju'fî, de Jâbir b. Abdullah al-Ansârî, du Prophète (s), de Dieu, le Très-Haut, qu'Il avait dit : ... »[1]

Précisons qu'il n'y pas de constamment sur cette châne de transmission. Ayatollah Zanjânî trouve ce document comme problématique, toutefois, basé sur des interprétations et des argumentations, il considère son contenu comme défendable. Ayatollah Muhammad-Ali Gerâmî également exprime que certains transmetteurs de ce hadtih de ne sont pas connus, toutefois cela ne met pas en question le propos du hadith. Ce dernier a également publié un livre à part entier, intitulé Lawlâ Fâtima, dans lequel il interprète le sens de ce hadith. »

Références

  1. Sayyid al-Hasan al-Mîrjahânî, Junna al-'Âsima, p 148